Flipbook - Pêcher avec succès

 

Embed or link this publication

Description

Flipbook - Pêcher avec succès

Popular Pages


p. 1



[close]

p. 2

Sommaire Un mot en préambule ....................................... 9 Pêcher au coup ....................................................... 11 • Sonder un coup ............................................... 11 • Déterminer l’épaisseur de la vase ...................................................................... 14 • Équilibrer un flotteur ................................. 14 • Ne pas choisir des flotteurs trop légers ............................................................ 15 • Des touches aisément perceptibles ........................................................ 15 • Des flotteurs discrets pour poissons méfiants ......................................... 16 • Les flotteurs doivent être visibles ..................................................................... 16 • Flotteur : contrôle du réglage de la profondeur ............................................. 17 • Lancer l’appât avec précision ............ 17 • Règles fondamentales du lestage ..................................................................... 19 • Répartir la plombée .................................... 20 • Montages sur échelles ............................. 20 • Réparation des flotteurs ......................... 21 • Du liège comme « contrôleur » ......... 21 • Autolubrifiant pour le fil .......................... 22 • Amorcer .................................................................. 23 • Fixer un croûton de pain à l’hameçon ......................................................... 25 • Du pain parfumé ............................................. 25 • Du liège comme appât .............................. 25 • Faire tenir la pâte sur l’hameçon ... 26 • Réfrigérer les vers ....................................... 26 • Vers de rosée ..................................................... 27 • Scarabées et chenilles ............................. 27 • Attraper les sauterelles .......................... 28 • Comment traiter les asticots ............. 28 • Comment bien escher les asticots ........................................................... 29 • Montage à cheveux : éviter l’emmêlement .................................................. 29 • Un trombone comme indicateur de touche ............................................................... 30 • • • • • • • • • • • • • Vieux boulons et écrous .......................... 30 Teinter les appâts .......................................... 31 Plomb coulissant léger ............................ 31 Remplir une corbeille à amorce ...... 31 Intensifier l’attractivité ............................ 32 Des étuis à pellicule comme « feeder » ............................................................... 32 Contre le courant ........................................... 33 Amorcer un coup à anguilles ............. 34 Des poissons morts aromatisés ...... 35 Appât aérodynamique ............................... 35 Congeler les poissons-appâts .......... 35 Escher une sardine ou un maquereau .................................................. 36 Pêche de nuit ..................................................... 36 Pêche aux leurres ............................................... 37 • Ramener avec le courant ....................... 37 • Poisson nageur et bikini ......................... 38 • Tuning pour poisson nageur ............... 38 • Spirolino ................................................................. 39 • Des arômes pour le caoutchouc ...... 39 • Le triple n’est pas indispensable ... 39 • Leurres artificiels : les différentes variantes ......................... 40 • Confectionner des « hameçons de plumes » ......................................................... 43 • La couleur du leurre artificiel ........... 44 • Changer le couleur des leurres ....... 45 • Quand le fil s’enroule à la pointe de la canne .......................................................... 46 Pêche à la mouche .............................................. 47 • Enfiler la soie .................................................... 47 • Marquer les soies ......................................... 47 • À quelle profondeur se trouvent les poissons ? .................................................... 48 • Pointe plongeante ou soie plongeante ? ....................................................... 49 • Ferrage à la soie : le « strip strike » ............................................. 50 • Anneau en forme de « O » ...................... 50

[close]

p. 3

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • Entretien régulier de la soie ............... 50 Les ennemis de la soie ............................ 51 Comment tenir la soie en main ....... 52 Éliminer la mémoire .................................. 52 Soie zébrée .......................................................... 54 La couleur de la soie .................................. 54 En point de mire ............................................. 55 Que faire si la pointe de la soie s’enfonce ? ............................................................ 55 Polir la canne .................................................... 56 Quel est le bon moulinet ? ..................... 56 Les avantages des moulinets à large bobine ................................................... 57 Matériel pour pêcher à la mouche en eaux dormantes ......... 58 Reflets de lumière ........................................ 59 Soie et « backing » sur le moulinet ........................................................... 59 Des mouches noyées pour chevesnes ............................................................. 60 Indicateur de touche sur un long bas de ligne ......................................................... 61 Mouches Hi-Viz ................................................ 62 Une mouche comme indicateur de touche ............................................................... 62 Tendre le bas de ligne ............................... 64 Des élastiques à cheveux pour apprivoiser les bas de lignes ............. 64 « Bain de vapeur » pour les mouches ....................................................... 65 Quelle boîte à mouche choisir ? ....... 65 Graisser les mouches ............................... 66 Recherche d’indices avec la cuiller à moelle ......................................... 67 Retirer les « midges » de l’étau ........ 68 • Naviguer en toute sécurité avec un moteur hors-bord .................... 72 • Remèdes contre le vrillage .................. 73 • Traiter les fils vrillés .................................. 74 • Traîner en contournant les obstacles ...................................................... 74 • Animer le leurre ............................................. 75 • La bonne vitesse de traîne .................... 76 • Traîner dans le sillage de l’hélice .. 76 • Mesurer la distance de la traîne ..... 77 • Bouteille en plastique en guide de bouée ................................................................. 78 • Des repères sur la berge ....................... 79 • Piloter à reculons une voiture avec la remorque du bateau ............... 79 • Jeter l’ancre en cas de vent et de vagues ........................................................ 80 La ronde du matériel ........................................ 81 • Un fil de pêche adapté à chaque situation ................................................................. 81 • Renouveler le bas de ligne ................... 83 • Tremper le fil ..................................................... 83 • Changer de waders ..................................... 83 • Un cintre pratique ......................................... 84 • Un trou dans les cuissardes ? ............ 84 • De petits objets bien utiles ................... 85 • Rincer à l’eau douce ................................... 85 • Nettoyer les moulinets mouche ...... 86 • Fixer un moulinet avec des serre-câbles ............................................ 86 • Des doigts au chaud ................................... 87 • Des hameçons bien aiguisés .............. 88 • De petites jumelles ...................................... 88 • De la cire de bougie contre des viroles trop lâches ............................. 89 • Des viroles devenues inséparables ....................................................... 89 • Des papiers en lieu sûr ............................ 90 • Indispensable : se protéger la tête et les yeux .......................................... 90 • Une question de vêtements ................. 92 Pêcher en barque ................................................. 69 • L’homme à la barre ..................................... 69 • Lancer en toute sécurité ........................ 69 • Poissons méfiants qui évoluent en surface ............................................................. 71 • Une épuisette à grandes mailles .... 71

[close]

p. 4

Les postes .................................................................... 93 • Vent du large ...................................................... 93 • Devant la pierre .............................................. 94 • Jetées, embarcadères .............................. 94 • Crues ......................................................................... 95 • Bois mort charrié par le courant .... 96 • Des zones profondes qui succèdent aux radiers .............................. 96 • Barrages ................................................................ 97 • Les eaux dormantes ................................... 98 • Les oiseaux d’eau signalent la présence des poissons ............................. 98 • Ombre et lumière .......................................... 99 • Retirer les hameçons à la pêche à la mouche ........................................................ 110 • Quelle est la taille du poisson ? ....... 111 • Nœud en 8 pour avançons en acier ................................................................... 112 Après la prise ........................................................... 113 • Garder les poissons au frais ............... 113 • Comment vider rapidement les prises ? .................................................................... 114 • Une planche très pratique à écailler et lever des filets ................. 114 • Retirer la peau ................................................. 115 Fatiguer et épuiser le poisson ................ 101 • Trouver le bon angle de la canne ... 101 • Venir à bout d’un poisson de grande taille ............................................... 102 • Régler le frein du moulinet .................. 103 • Stopper une fuite ........................................... 104 • Poisson pris dans un herbier ............. 105 • De travers ............................................................. 106 • Quand les poissons perdent l’équilibre .............................................................. 106 • Fatiguer le poisson à partir du moulinet ......................................................... 107 • Du bon usage de l’épuisette ................ 108 • La « Soft-Gaff » pour la pêche aux leurres et à la mouche .................. 108 • Pince chirurgicale pour libérer l’hameçon ............................................................. 109 • Écraser les ardillons .................................. 109 Sécurité au bord de l’eau ............................. 116 • La sécurité des enfants ........................... 116 • Une bonne assise des pieds ................ 116 • Des vêtements de rechange ................ 117 • Bâton de wading ............................................. 118 • Waders ..................................................................... 119 • Kiwi crossing ..................................................... 119 Des poissons naturels .................................... 120 • Alevinage ............................................................... 120 • Se battre pour aménager de nouveaux espaces vitaux ........................ 121 • Des frayères à sandres ............................ 123 • Des épis artificiels sur les petites rivières ..................................................................... 124 Index .................................................................................. 125

[close]

p. 5

Un mot en préambule Il en va de la pêche comme de toute autre activité nouvellement entreprise : l’on dispose de certaines connaissances de base, mais il faut du temps pour pleinement dominer le métier. Les règles apprises lors des cours de préparation au permis et celui-ci une fois en poche sont loin de suffire à faire un pêcheur expérimenté. Les recettes issues de la pratique et prometteuses de succès, qui, en définitive, sont déterminantes, devront être apprises au fil des ans grâce à l’expérience, mais aussi en regardant faire des collègues confirmés peu jaloux. Afin d’accélérer quelque peu ce processus, plus de 150 trucs, astuces et tours de main, modernes ou issus de la tradition, puisés dans le trésor inépuisable d’experts internationaux de la pêche ont été rassemblés dans ce petit opuscule. Ainsi, chaque pêcheur aura à sa disposition un terrain d’investigations qui lui permettra de se plonger très rapidement dans les multiples finesses de la pêche  ; d’autres qui, après une longue pratique, sont encore à la recherche de nouveaux tours de main utiles pourront compléter le répertoire de leurs savoir-faire. HANS EIBER 9

[close]

p. 6



[close]

p. 7

Pêche aux leurres Ramener avec le courant À la pêche au lancer, le plus simple est de lancer le leurre vers l’aval et de le ramener contre le courant. Une cuiller tourne alors pratiquement d’elle-même. Il en est de même pour une cuiller ondulante ou un poisson nageur qui se déplace en étant animé par la force du courant, généralement sans que le pêcheur ait à agir. Dans de nombreux cas, cela fonctionne bien et un carnassier attaque. Mais si l’échec perdure, il est conseillé de changer de tactique. Un véritable poisson, s’il se sent poursuivi par un carnassier, fuira généralement vers l’aval pour trouver un abri au plus vite. Présentez donc souvent votre leurre de cette manière. Bien sûr, vous devrez le récupérer plus rapidement pour contrôler le mouvement du leurre. Ce sont les montages à leurres souples, fortement plombés en tête, à la manière des jigs, qui se prêtent le mieux à ce type de pêche. Ils imitent le comportement de chabots qui fuient, par petits bonds, au-dessus du fond. Bien souvent, les grosses truites fario ne peuvent y résister. Lancer le leurre de temps à autre vers l’amont et le ramener rapidement. PÊCHE AUX LEURRES 37

[close]

p. 8

Poisson nageur Bikini Le poisson nageur évolue en profondeur, mais librement. Poisson nageur et bikini Les sandres et les perches se tiennent souvent près du fond et un appât artificiel devrait, autant que possible, y évoluer. Mais un poisson nageur plongeant n’est pas facile à guider et reste souvent accroché au fond. Une solution peut être apportée en utilisant un exemplaire évoluant en surface qui, par une petite astuce, peut être dirigé vers le fond. Mettez tout simplement une sonde en plomb devant le leurre et faites-le sautiller au-dessus du lit de la rivière. L’extrémité du plomb soulève ainsi de petits nuages de vase qui attireront perches et sandres. La méthode fonctionne également avec un « bikini » en lieu et place du plomb à sonder le fond par intermittence. Il est souhaitable que le fond ne soit pas trop encombré, sinon les accrochages ne pourront pas tous être évités. Tuning pour poisson nageur Les poissons nageurs doivent imiter sous l’eau de petits poissons malades ou blessés. C’est en général le pêcheur qui, en animant le leurre, lui confère une telle attitude. Mais on peut faire jouer ce rôle au leurre lui-même qui peut évoluer irrégulièrement et de manière attirante, si on l’y aide un peu. Il suffit de déplacer l’œillet de tête légèrement vers le côté à l’aide d’une pince plate. En récupérant la ligne, le poisson nageur essayera toujours de tirer d’un côté. Mais soyez prudent en pliant l’œillet et allez-y progressivement, sinon le métal risque de se rompre. Plier l’œillet d’attache du poisson nageur légèrement de côté. 38

[close]

p. 9

Pour des lancers sans problèmes, il ne doit pas y avoir trop de spires de fil amortisseur sur le moulinet. Des leurres souples en caoutchouc peuvent améliorer le résultat. Spirolino À la pêche au Spirolino avec une tresse fine, pour atteindre de grandes distances de lancer, il est nécessaire d’avoir recours à un fil intermédiaire servant d’amortisseur. Avant le lancer, le Spirolino se trouve pendu à environ un demi-mètre de l’anneau de pointe et 3-4 spires de ce fil sont visibles sur le tambour du moulinet. Évitez d’avoir davantage de spires car le fil, en s’échappant, se gênerait lui-même. C’est l’Amnésia (20 lb) qui, en raison de sa grande souplesse, s’y prête le mieux. Le fil se tend bien et ne vrille pas. Avec ce type de montage, un tel fil n'a pas pour mission de freiner le pouvoir d’accélération et, ainsi, d’éviter la rupture de la ligne. La tresse serait suffisamment solide pour y parvenir, mais le monofil repose mieux sur l’index que la tresse. Par ailleurs, la canne se charge mieux en puissance pendant l’accélération, en raison de l’élasticité du monofil. C’est pour cette raison que l’on peut lancer un Spirolino plus loin en utilisant un monofil de ce type comme intermédiaire. Des arômes pour le caoutchouc Les leurres en caoutchouc qui ne sentent pas grand-chose deviennent plus appétissants pour les carnassiers si on les enferme dans un sachet avec un attractif odoriférant. De l’huile de foie de morue ou de crabe mérite que l’on fasse l’essai. Le caoutchouc possède la faculté d’absorber de tels concentrés d’arômes. Le triple n’est pas indispensable En pêchant à la traîne ou au lancer près du fond, l’hameçon triple reste facilement accroché ou il enfourche et se charge PÊCHE AUX LEURRES 39

[close]

p. 10

Même pour de gros poissons, il est inutile d’avoir recours au triple. de morceaux de plantes aquatiques ou de bois qui traînent sur le fond. Ce danger peut être réduit en supprimant, à la pince, l’une des branches du triple. L’hameçon double ainsi obtenu reste beaucoup moins souvent accroché. Mais l’on peut aussi, d’emblée, changer le triple contre un hameçon simple adéquat. Celui qui a déjà attrapé de petites truites, de petits sandres ou des brochets à la cuiller sait combien il est difficile de retirer un triple de la gueule du poisson sans l’endommager. Remettre à l’eau un poisson ainsi maltraité est souvent inutile. Même s’il semble indemne et disparaît dans les profondeurs, cela ne signifie pas qu’il survivra à la journée. Un hameçon simple serait tout aussi efficace et ménagerait bien davantage le poisson. Par ailleurs, bon nombre de pêcheurs de truites de mer sur les côtes de la Baltique, en pêchant à la cuiller ou avec un leurre côtier très effilé, donnent la préférence à l’hameçon simple. L’expérience leur a montré que le poisson est mieux ferré et qu’il y a moins de décrochages pendant la lutte. De très nombreux brochets sont pris aujourd’hui par des pêcheurs à la mouche avec de gros streamers montés sur un hameçon simple, dont l’ardillon a été écrasé. Preuve qu’un hameçon simple suffit. Leurres artificiels : les différentes variantes Les leurres artificiels tout droit sortis du magasin d’articles de pêche, les poissons les connaissent bien. Voici quelques propositions à l’attention des bricoleurs qui permettront de modifier les leurres artificiels et d’en augmenter l’attractivité. Pensez-y : les poissons adorent varier les plaisirs ! •  Poisson nageur évoluant entre deux eaux Si l’un de vos poissons nageurs préférés, qui appartient à la catégorie « leurre de surface », vous est particulièrement 40

[close]

p. 11

précieux en raison de son efficacité et si vous souhaitez le faire évoluer à un étage plus bas, entourez simplement la hampe des hameçons avec du fil de plomb. Le leurre artificiel se laisse ainsi tarer à la demande, par exemple de manière à ce que, dans l’eau, il se maintienne tout juste sous la surface ou qu’il plonge en douceur. •  Poison nageur agrémenté d’une palette de cuiller On parvient à augmenter l’attractivité de certains poissons nageurs en supprimant l’hameçon du bout et en le remplaçant par une palette de cuiller de petite taille. Si l’orifice est trop petit pour l’enfiler sur l’anneau à plusieurs enroulements, il suffit d’intercaler une petite agrafe entre les deux. Pour ceux qui montent eux-mêmes leurs cuillers, on trouve de telles palettes dans les magasins spécialisés. On peut aussi se procurer des produits bon marché et en démonter les palettes. •  Une mouche devant la cuiller Il s’agit là d’un bon truc pour attiser l’appétit des truites de mer le long des côtes. Il convient aussi pour les carnassiers en eaux douces. On fixe un petit streamer à environ 50 cm avant la cuiller tournante ou ondulante, en guise de «  sauteur  » (NDLR  : du nom des mouches «  sauteuses  » utilisées de la même manière par les pêcheurs à la mouche). Pour le carnassier, la cuiller ressemble à un petit concurrent qui poursuit un alevin (la mouche). Souvent, le carnassier essaie de happer la proie. On parvient ainsi, en pêchant le brochet, à attirer également l’attention des perches, curieuses et qui n’aiment pas partager. Les perches prennent volontiers les petits streamers. Les grands carnassiers prennent alors souvent le concurrent, et donc la cuiller. Dans les eaux encombrées de végétation, il est déconseillé d’utiliser cette méthode car une fois ferré, dans sa lutte, le poisson traine derrière lui le leurre qui n’a pas été engamé. Dès que la cuiller ou la mouche se prend dans la végétation, c’en est fini ! •  Poisson nageur avec un twister comme queue Pour les pêcheurs au lancer inventifs, les possibilités d’expérimentation sont inépuisables. Cette astuce nous vient des États-Unis : on supprime la partie arrière d’un poisson nageur à deux éléments et on la remplace par un hameçon spécial pour poisson plat. On y enfile un ver de terre en caoutchouc ou la queue d’un twister. Un leurre mortel pour les blackbass, très prisés outre-Atlantique. Chez nous, de tels leurres intéressent avant tout les sandres et les grosses perches. • Cuiller-mouche Offrez donc au poisson un cocktail hors normes. Retirez le triple d’une cuiller et remplacez-le par un anneau à plusieurs 41 PÊCHE AUX LEURRES

[close]

p. 12



[close]

p. 13

Pêche à la mouche Enfiler la soie Très franchement, comment faites-vous pour enfiler la soie dans les anneaux d’une canne à mouche ? Tenez-vous, vous aussi, la pointe de la soie entre les doigts pour tenter de viser les ouvertures des anneaux serpentiformes  ? Peut-être même parvenez-vous à atteindre l’un des anneaux les plus proches de la pointe. Mais à peu près à ce stade, le destin vous rattrape, le bas de ligne vous échappe, glisse à travers tous les anneaux pour former un petit tas près du moulinet. Et si d’aventure vous réussissez à atteindre effectivement l’anneau de pointe, vous êtes très certainement passé à côté de l’un ou l’autre anneau ! Mais ceci, vous ne le remarquez que plus tard, en lançant et en pêchant, quand la soie recouvre régulièrement le blank. On y arrive beaucoup plus simplement et plus sûrement en pliant la soie pour former une boucle à son extrémité et en l’enfilant dans les anneaux. On entraîne alors automatiquement le bas de ligne. Si la boucle vous échappe, elle restera bloquée par le prochain anneau et pourra y être reprise. La soie est repliée pour la passer dans les anneaux. Marquer les soies Des soies différentes, une fois enroulées sur les moulinets, ne peuvent plus être aisément identifiées. Alors que les soies plongeantes et flottantes, en raison de leurs colorations différentes, peuvent se distinguer relativement facilement, il n’est pas toujours aisé d’en connaître le numéro. On peut marquer les soies en procédant ainsi : avec un feutre permanent, tracer une bandelette noire de deux centimètres de long environ à peu de distance de la pointe. Cette bandelette unique correspondra toujours à une soie no 5. Pour tous les numéros supérieurs, on ajoutera une bandelette suppléPÊCHE À LA MOUCHE 47

[close]

p. 14

soie n° 4 soie n° 6 soie n° 8 mentaire, moins longue, soit en direction de la pointe si le numéro de soie est inférieur, soit en direction de la canne s’il est supérieur. À quelle profondeur se trouvent les poissons ? En eaux dormantes, on doit pouvoir déterminer à quelle profondeur se tiennent les poissons. Une méthode simple est celle dite du « count down ». Si on connaît la vitesse de plongée de sa soie, on peut en déduire la profondeur à laquelle les poissons se trouvent. Cette vitesse est indiquée sur l’emballage et s’exprime en « ips » (« “inch” par seconde » = pouce par seconde). Par exemple  : 4 ips. Comme un pouce équivaut à 2,54 cm, la soie plongera de 10 cm par seconde environ. Après avoir lancé la ligne, on compte jusqu’à 10, de 10 sec. ≈ 1 m 20 sec. ≈ 2 m 30 sec. ≈ 3 m Décompte seconde par seconde. 48

[close]

p. 15

Dans les courants relativement plats et empierrés, la soie à pointe plongeante présente des avantages. seconde en seconde, puis on ramène la soie. On sait qu’elle se trouve alors à 1 mètre sous la surface. Au prochain lancer, on compte jusqu’à 20. Maintenant, la mouche « pêche » à environ 2 mètres de profondeur. On continue ainsi jusqu’à ce qu’un poisson morde. Si on ferre un poisson au niveau 60, par exemple, il faudra compter jusqu’à 60 au prochain lancer. Si une nouvelle touche se produit, on peut en déduire que ce jour, la majorité des poissons séjournent à une profondeur d’environ 6 mètres. On peut également utiliser cette méthode avec un leurre. Comme on ignore, en général, à quelle vitesse plonge une cuiller, on ne peut pas déterminer la profondeur de pêche exacte, mais cela n’est pas indispensable pour réussir. C’est en comptant avec régularité la vitesse de plongée que le leurre atteindra chaque fois le bon étage. Pointe plongeante ou soie plongeante ? Le fond des rivières montagneuses est souvent parsemé de pierres et de rochers de toutes tailles. Il s’agit pourtant de présenter la mouche profondément pour atteindre les bons postes. Mais une soie qui plonge sur toute sa longueur n’est pas appropriée, car elle resterait trop souvent calée entre les pierres. Il est préférable, en pareille situation, d’utiliser une Sink Tip ou même une tête de lancer plongeante de 7 à 8 mètres de longueur précédée d'une soie flottante. Ainsi, la mouche atteint la proximité du fond, mais la grande partie de la ligne en est maintenue à distance. De plus, on peut continuer à « donner de la soie » en surface. Attention : dans les rivières où la totalité de la soie restera trop facilement accrochée au fond, il est préférable d’utiliser, plutôt qu’une soie plongeante, une soie munie d’une pointe plongeante de longueur adaptée (de 3 à 8 mètres). Dans les eaux dormantes 49 PÊCHE À LA MOUCHE

[close]

Comments

no comments yet