Revista Barbante - Ano III - Nº 12 - 18 de agosto de 2014

 

Embed or link this publication

Description

revista de literatura, cultura, educação, ciências e tecnologia

Popular Pages


p. 1

revista ANO III - Nº 12 - 18 DE AGOSTO DE 2014 ISSN 2238-1414 Poesia épica e expressões afins

[close]

p. 2

REVISTA BARBANTE - 1

[close]

p. 3

Apresentação Caros leitores, esta edição de nossa Revista Barbante convida você a refletir sobre a poesia épica e temáticas afins, redimensionando, através de estudos inovadores, a visão de que o épico ficou restrito ao passado. Reunindo artigos de importantes pesquisadores de diversas universidades brasileiras e de jovens pesquisadores da Universidade Federal de Sergipe, e também lhe oferecendo textos em francês, provenientes da l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Senegal) e da Université d’Artois – Nord de France (França), desejamos que sua experiência com o épico e temáticas relacionadas seja instigante e diversificada. Queremos registrar nossos efusivos agradecimentos aos professores-doutores Abdoulaye Keïta, Amade Faye, Amós Coelho da Silva, Anazildo Vasconcelos da Silva, Cheick Sakho, Márcia Regina Curado Pereira Mariano, Jean-Pierre Martin e Murilo da Costa Ferreira, por sua generosa disposição em enriquecer esta edição com suas reflexões sobre temas tão diversos como os contos populares e as canções de gesta francesas, a tradição épica brasileira, a importância e a simbologia dos radicais e elementos etimológicos latinos e gregos, As Quybyrycas e a epopeia pós-moderna portuguesa, a morte do herói épico, a épica africana, o cordel épico, entre outros. O passeio pelos artigos desses pesquisadores permitirá que você confira como os estudos épicos possuem campos de atuação diversificados e igualmente relevantes para o reconhecimento do valor cultural desse tipo de manifestação literária. Registramos também nossa alegria ao publicar aqui artigos de jovens pesquisadores, em fase de Mestrado ou de Iniciação Científica, cujo envolvimento com o CIMEEP/UFS (Centro Internacional e Multidisciplinar de Estudos Épicos da UFS) atesta a seriedade de suas investigações e seu entusiasmo pelas questões épicas. Que esse investimento resulte em carreiras acadêmicas brilhantes. Completando a edição, abrimos o espaço permanente às criações literárias e apresentamos poemas, crônicas e contos de Ellen Oliveira, Rosângela Trajano, Glenda Maier, Márcia Leite, Tatiana Alves, Rosa Ramos Regis, Andrade Jorge, Filipe Couto, Jorge Ventura, José de Castro, Leonardo Bezerra, Luciana Almeida Santos, Mozart de Carvalho, Luiz Otávio Oliani, Sérgio Gerônimo, Teresa Drummond eTanussi Cardoso. Muito obrigada a todos pelas lindas contribuições ! Finalmente, esclarecemos que as ilustrações da revista prestamos homenagem a uma das maiores escritores da épica brasileira, Stella Leonardos, que acaba de completar 90 anos de idade. Autora do « Projeto Brasil », Leonardos reúne, em sua obra, duas centenas de publicações, entre as quais, muitos romanceiros de feição épica, tais como as capas dos livros já sugerem. Parabéns, Stella, por sua dedicação à literatura e a nosso país ! Boa leitura! Christina Ramalho Co-editora e organizadora desta edição REVISTA BARBANTE - 2

[close]

p. 4

REVISTA BARBANTE - 3

[close]

p. 5

ÍNDICE ARTIGos Le donsomaana, un exemple d’épopée mystique en Afrique de l’ouest Abdoulaye Keïta 08 La mort du héros dans les récits épiques : de la douleur partagée du deuil au jugement des siècles Amade FAYE 20 O DICIONÁRIO NAS ENTRELINHAS DE PESQUISAS Amós Coelho da SILVA 30 ASPECTOS GERAIS E ÉPICOS DE ROMANCEIRO DO BEQUIMÃO (1979) Ana Carla Tavares PASSOS 40 A TRADIÇÃO ÉPICA NO BRASIL: PRIMERO MOMENTO Anazildo Vasconcelos da SILVA 54 REVISTA BARBANTE - 4

[close]

p. 6

A ESTRUTURA ÉPICA E AS REPRESENTAÇÕES CULTURAIS DO NORDESTE EM NORDESTINADOS, DE MARCUS ACCIOLY Ariene Braz PALMEIRA 61 L’HEROÏ-COMIQUE DANS L’EPOPEE DE SAMBA GUELADIO DIEGUI ET DANS LA CHANSON DE GUILLAUME Cheick SAKHO 70 AS IMAGENS MÍTICAS CABO-VERDIANAS EM A CABEÇA CALVA DE DEUS, DE CORSINO FORTES Christina RAMALHO 79 SERGIPE ATRAVÉS DE Rapsódia Sergipana elidaise Silva ALMEIDA 98 MEDITAÇÕES METALINGUÍSTICAS SOBRE A ÉPICA DE W. J. SOLHA Éverton de Jesus SANTOS LAMPIÃO: HERÓI OU BANDIDO? UMA ANÁLISE ARGUMENTATIVA Flávio Passos SANTANA Márcia Regina Curado Pereira MARIANO Quelques remarques sur l’intégration des contes populaires aux chansons de geste françaises Jean-Pierre MARTIN TRÊS ASPECTOS ÉPICOS DE VOZ CEARÁ, DE STELLA LEONARDOS Jeane de Jesus SANTOS 138 119 113 108 REVISTA BARBANTE - 5

[close]

p. 7

A CHEGADA DE LAMPIÃO NO INFERNO: UM CORDEL ÉPICO Lucileide Costa SILVA 147 A EPOPEIA PÓS-MODERNA PORTUGUESA: dissimulação e simulação em As Quybyrycas (Autoria dissimulada: Luís de Camões) Murilo da Costa FERREIRA A LÁGRIMA DE UM CAETÉ (1849) E A PROPOSIÇÃO ÉPICA Waldemar Valença PEREIRA 166 157 CONTO O PAI Ellen Oliveira O GIGANTE DONDINHO Rosângela Trajano 183 180 CRÔNICA NA SOBREMESA DA VIDA Glenda Maier CRIME PASSIONAL Márcia Leite PRESENTE DE GREGO Tatiana Alves 189 188 186 REVISTA BARBANTE - 6

[close]

p. 8

CORDEL O JERIMUM Rosa Regis POEMAS TEORIA... POESIA Andrade Jorge DEPOIS DE TANTOS ANOS CONFIANDO EM DEUS Filipe Couto A SEMELHANÇA Jorge Ventura ENCANTOS DE SEREIA  José de Castro POEMA DOS RETRATOS I Leonardo Bezerra COLOSSAL Luciana Almeida Santos PORTAS Mozart de Carvalho 204 203 202 200 199 198 193 201 REVISTA BARBANTE - 7

[close]

p. 9

ENCANTAMENTO Luiz Otávio Oliani BARBANTE Sérgio Gerônimo APOCALIPSE Teresa Drummond REVERBERAÇÕES Tanussi Cardoso EXPEDIENTE 209 208 207 206 212 REVISTA BARBANTE - 8

[close]

p. 10

Artigos REVISTA BARBANTE - 9

[close]

p. 11

Le donsomaana, un exemple d’épopée mystique en Afrique de l’ouest Abdoulaye Keïta1* Dans l’aire ouest africaine, principalement dans l’espace mandé, un récit épique, le donsomaana, s’est épanoui avec beaucoup de bonheur, un récit des hauts faits des chasseurs mandingues. Cette corporation a transcendé le cadre associatif, se muant en une confrérie, avec tout l’environnement mystique et initiatique qui accompagne les sociétés secrètes ou semi-secrètes. C’est que cette épopée est un récit à la croisée des chemins, situé entre le conte merveilleux et la légende, entre récit initiatique et conte fabuleux, avec cependant une constante, l’omniprésence de la magie et de la sorcellerie. Le donsomaana célèbre des exploits qui ont pour cadre géographique un territoire couvrant le Mali, la Guinée, la Côte d’Ivoire, voire la Sierra Léone bien que l’aire culturelle mandingue aille au-delà de ces pays2. Dans cet espace sociopolitique, les chasseurs ont eu dans le dernier quart du 20è siècle, à jouer un rôle politique important. Il s’agit, plus récemment, de leur intervention dans la guerre civile qui a sévi au Libéria et en Sierra Léone et, plus récemment encore, dans la guerre civile qui a sévi en Côte d’Ivoire ; les fameux dozos dont a parlé la presse internationale n’étant autre que les donso. Dans ce dernier pays, les chasseurs Kamajor (nom de l’association des chasseurs traditionnels et professionnels) ont parfois aidé à rétablir l’équilibre ou à faire pencher la balance du côté de celui qui en fait ses alliés. Ce fut notamment le recours du président Ahmad Tejan Kabbah3, démocratiquement élu, mais à qui l’armée faisait de l’ombre comme habituellement dans ces pays où les coups d’état sont une tradition. L’implication des chasseurs dans la vie politique n’est pourtant pas récente. Dans Soundjata ou l’épopée mandingue,4 le héros a fait ses armes comme chasseur et le griot insiste sur le fait que c’est tout jeune qu’il acquit le titre de Simbon, c’est-à-dire de maître-chasseur. C’est aussi par la voix d’un maître-chasseur que son destin extraordinaire aura été révélé à son futur père. Cet article s’intéressera à l’objectif de ce genre épique particulier qui est de montrer l’interdépendance entre magique et épique. Parce que geste non politique à l’origine, le donsomaana a montré qu’il ne fallait pas tomber dans le piège du rétrécissement de sens induit par la synonymie donso/ « chasseur », qu’il faut plutôt avoir une autre lecture de cette association à la lumière de la géopolitique encore très récente de l’Afrique noire. Le travail s’appuie sur un corpus constitué par les deux recueils collectés au Mali et édités en 1995 et 1999 par Annik Thoyer5. Aspect des textes 1 * IFAN-Cheikh Anta Diop, Dakar 2 Il faudrait cependant pousser la recherche pour savoir si on n’en trouve pas dans la partie mandingue du Sénégal et chez les Mandinka de Gambie. 3 Voir Kourouma, Ahmadou, 2000, Allah n’est pas obligé, roman, Paris, Seuil, pp. 189-1990 et, plus récemment, -Kedzierska-Manzon, Agnieszka, 2014, Chasseurs mandingues: Violence, pouvoir et religion en Afrique de l’Ouest. KARTHALA Editions, p. 75. 4 Niane, Djibril Tamsir, 1960, Soundjata ou l’épopée mandingue, Paris, Présence africaine. 5 -Thoyer, Annik, 1995, Récits épiques des chasseurs bamanan du Mali, Paris, L’Harmattan -Thoyer, Annik, 1999, Maghan Jan et autres récits des chasseurs du Mali, Paris, L’Harmattan REVISTA BARBANTE - 10

[close]

p. 12

Les textes sont de longs récits dont la plupart commencent par une sorte d’oraison funèbre. Avant de raconter la geste du personnage, le narrateur insiste sur sa mort. Il y a une longue répétition qui peut ouvrir le récit ou le ponctuer : les premières pages de  Sirankόmi  (Thoyer 1995 : 29),  Manden Mori (Thoyer 1995 :133),  Kanbili  (Thoyer 1995 : 179) Misiba  (Thoyer 1999 :73) s’ouvrent sur une sorte de déploration. Il y a, en effet, l’énumération des qualités et caractéristiques du disparu et d’une partie de son tableau de chasse. Après cette annonce, la suite du récit peut fonctionner comme une évocation destinée au repos de l’âme du disparu. Cependant une interprétation plus logique verrait dans cette mise en relief liminaire de la mort l’annonce d’une série d’exploits, le narrateur évoquant les multiples stratégies de survie utilisées par les chasseurs. Certes, dans cette confrérie, on s’élève dans la hiérarchie en fonction de la qualité du gibier tué. Mais cela est plus pertinent quand on compare dans les textes d’A. Thoyer, le nombre de pièges diaboliques tendus par les animaux et génies et la sorte de baraka qui amène très souvent le chasseur à se tirer d’affaire. La stratégie de survie est un lieu de démonstration de la gamme de tours de magie en possession de l’ « enfant de Kòntòròn et Saanè6 ». Ce qui sera alors remarquable dans ces récits c’est cette façon singulière d’éviter la mort, qui n’empêche certes pas la mort, mais qui permet cependant d’entrer dans l’immortalité. Les hauts faits chantés sont essentiellement magiques et la stratégie de survie la plus usitée est celle de la métamorphose. Ainsi Sirankόmi ne se transforme-t-il pas successivement en termitière, en arbre, en feuille d’arbre et en oiseau ? Bilisi Ngόni ne parle-t-il pas, avant sa naissance, dans le ventre de sa mère ? Kanbili, dans sa quête de la victoire contre l’homme-panthère de Jimini, a dû se métamorphoser en rapace (p.225) pour arriver sans encombre à l’endroit où il devait guetter son ennemi. Actions décrites : guerre mystique contre les nyama Les textes que nous étudions, bien que traitant d’un genre corporatiste7, relèvent plus du mythico-religieux. Le plus grand écueil auquel est confronté le héros dans ces textes, c’est le caractère redoutable de l’esprit des animaux qu’il a abattus : c’est le nyama. Il y a beaucoup à dire sur ce phénomène mais le chasseur, en sa qualité de « tueur de vies », ainsi que le désignent de nombreuses périphrases dans les textes, y est exposé en permanence. Cela, compte non tenu des pactes qui le lient aux génies dont les exigences sont souvent problématiques. La caractéristique principale du personnage est la possession de pouvoirs surnaturels qui fait dire à Kanbili (1995 :221) :  Si tu entends un jour parler d’un chasseur dangereux, C’est qu’il s’agit d’un sorcier ! ». L’autre caractéristique est qu’il vit presque en permanence dans la brousse où il côtoie quotidiennement la mort violente. Son atout principal c’est de pouvoir garder des secrets que beaucoup d’ennemis (animaux métamorphosés en personnes notamment) cherchent à lui ravir. Et 6 Périphrase désignant les chasseurs appartenant à la confrérie, en référence au mythe des deux frères auquel remonte leur origine et à qui ils ont fait allégeance. Voir à ce propos, Y. T. Cissé : «  Notes sur les sociétés de chasseurs malinké. » In: Journal de la Société des Africanistes, 1964, tome 34, fascicule 2, pp. 175-226. 7 Les épopées corporatives sont le patrimoine de certaines professions (pêcheurs, chasseurs, pasteurs) genre identifié par L. Kesteloot et B. Dieng, 1998, Les épopées d’Afrique noire, Paris, Karthala, p. 44. REVISTA BARBANTE - 11

[close]

p. 13

les textes sont comme unanimes à affirmer :  A certains la brousse réussit, mais le village ne leur réussit pas !  ou encore  Il y a chasseur et chasseur !  Cette odyssée mystique ne remet pas en question les qualités qui font du personnage un héros épique. C’est ainsi que les résument François Suard : Le personnage épique, dont les origines mythiques fondent l’étrangeté au sein d’une communauté (…) dont il est l’émanation en même temps que le souci et qui, de toute manière, au-delà de lui-même, ne renvoie qu’à la grandeur, à une démesure que lui seul peut illustrer et qui est nécessaire à la survie de sa communauté. De sorte qu’il peut être grand dans la générosité, la vaillance et toutes les vertus, mais aussi dans la violence, le meurtre et d’autres propriétés négatives. Le héros épique est toujours problématique : sa vaillance le condamne d’avance à la défaite et à la mort, parce que la jalousie s’attaquera à lui ou parce qu’il affrontera des forces supérieures, ou bien la valeur de ses actes peut être discutée8. C’est peut-être ce qui explique qu’ils ne meurent jamais de mort naturelle. Ils sont en effet habitués à relever des défis et, malgré les nombreux avertissements, ils considéreront comme leur prérogative de parcourir la brousse à la recherche du gibier le plus coriace. Dans le texte de D. T. Niane, Soundjata, par exemple, les deux chasseurs Oulani et Oulamba n’ont pas hésité à aller affronter le buffle de Dô, malgré le nombre impressionnant de chasseurs tués par la bête. Visée de ces textes Nous avons affaire à de longs récits dits par un professionnel. Il y est question de la vie d’un chasseur illustre qui a eu à accomplir de grandes choses. Il peut avoir débarrassé le village d’une bête malfaisante qui terrorisait et décimait les populations (Kanbili). Il peut s’agir aussi d’un chasseur qui réussit à dompter les génies terreurs des humains et à en faire ses serviteurs (Bilisi Ngόni). Cela peut être également d’un couple dont le mari est chasseur, et qui reste longtemps sans enfant puis, grâce à un miracle ou à une magie, met au monde un enfant extraordinaire ; Bolinyana par exemple, est né après une grossesse d’un an. Maghan Jan a épousé une bête métamorphosée en femme, venue venger les animaux tués par le chasseur. Les animaux ont eu à pièger un autre chasseur redouté en lui envoyant un des leurs métamorphosé en femme (Sirankόmi). La constante dans tous les récits sans exception, c’est le voisinage du monde merveilleux avec celui magique. Il s’agit de sorcellerie à l’état pur. Et le ngoninfola (le sora, l’interprète des récits de chasseurs qu’on appelle aussi ailleurs sèrèwa, n’est pas un jèli, c’est-à-dire qu’il n’appartient pas à la caste des griots, comme pourrait le laisser croire son activité) nous dit dans kanbili :  Si tu entends un jour parler d’un chasseur dangereux, C’est qu’il s’agit d’un sorcier ! Un homme ne devient pas chasseur sans pouvoir de sorcellerie !9 « À cette particularité, il faut ajouter le motif de la quête qui, toujours, dans un sens ou dans 8 Suard, François, 2013, « Etude des rapports entre hagiographie et épopée » in Keita, Abdoulaye (Dir.), Au carrefour des littératures. Hommage à Lilyan Kesteloot, Paris, Karthala, pp 102-103. 9 -Thoyer, Annik, 1995, Récits épiques des chasseurs bamanan du Mali, Paris, L’Harmattan ; p. 215 REVISTA BARBANTE - 12

[close]

p. 14

un autre, vise à satisfaire un manque ou à combler une crise. C’est après réussite de la mission initiale et la mort du héros qu’intervient cette récitation des hauts faits dont un des buts, et non des moindres, est de rappeler que sur terre rien n’est définitif. Car, dit le récit : «  A chacun sa destinée à chacun son tour de mourir !10 » Ou encore « La mort n’épargne pas un homme parce qu’il est puissant11 »  Le récit épique des chasseurs bamanan donne l’impression d’une oraison funèbre. Le texte semble improvisé à la mort du héros. Faut-il parler de récit expiatoire ? Le chasseur passe sa vie à ôter des vies ! Le ngoninfola, le diseur de l’épopée, ne dit-il pas plusieurs fois au défunt tueur d’animaux :     Ô vous qui pourfendez le crâne et crevez les yeux des bêtes féroces ! 12 Toi qui mets fin aux bons mariages ! Toi qui mets fin aux bonnes amours et aux bons mariages !  Le propos sonne comme un reproche et explique donc le combat que le chasseur mène contre le nyama (l’esprit vengeur de l’animal qu’il abat). Le motif de la performance est donc une interpellation. C’est la mémoire du chasseur qui est évoquée pour faire une sorte d’exorcisme. Ahmadou Kourouma donne une explication plus ou moins profane à ce genre : « Je dirai le récit purificatoire de votre vie de maître-chasseur et de dictateur. Le récit purificatoire est appelé en malinké un donsomana. C’est une geste. Il est dit par un sora accompagné par un répondeur cordoua. Un cordoua est un initié en phase purificatoire, en phase cathartique13 . » La geste devient une sorte de prière pour le repos de l’âme du disparu lequel, dans ses activités antérieures, coupait la queue du gibier abattu pour se prémunir des contrecoupsde l’action de l’esprit de l’animal abattu. Le but premier poursuivi dans la composition de ces textes épiques est de montrer le poids mystique de la société des chasseurs qui a eu à jouer un rôle d’agent d’équilibre entre le monde des humains et celui des animaux. Ce qui est constant dans ce type de récit c’est le personnage du chasseur avec des dons exceptionnels de sorcellerie. C’est une épopée essentiellement mystique. Pour célébrer ce personnage spécial, on recourt constamment à une esthétique de la démesure, le but étant d’attirer l’attention sur les pouvoirs hors normes du dònso. Moyens mis en œuvre Pour chanter la geste d’un chasseur disparu, le sora a recours à un certain nombre de procédés spécifiques, de maximes et de proverbes ainsi présentés par un des personnages d’Ahmadou Kourouma : 10 Thoyer A., 1999, op. cit. P. 21 11 Il convient de préciser que cet aphorisme courant au Manding n’est pas propre au donsomaana et qu’on le retrouve dans une multitude d’autres genres. 12 - Thoyer, Annik, 1999, Maghan Jan et autres récits des chasseurs du Mali, Paris, L’Harmattan, p.21 13 Kourouma Ahmadou, 1998, En attendant le vote des bêtes sauvages, Paris, Seuil, p.10. (il s’agit cependant d’un roman et la fonction prêtée ici au donsomaama prend des libertés avec la fonction réelle du genre au Manding) REVISTA BARBANTE - 13

[close]

p. 15

Tiécoura ! Le proverbe est le cheval de la parole ; quand la parole se perd, c’est grâce au proverbe qu’on le retrouve. Il faut se réveiller de bonne heure quand on doit dans sa journée marcher une longue piste14. Le lyrisme Le sora déplore la disparition d’un grand personnage. Cela peut être aussi le prétexte à une longue énumération de chasseurs disparus où les « nommés » sont caractérisés par un qualificateur subjectif. Ainsi dans Misiba (A.Thoyer 1999 :73-75) pas moins de quatorze chasseurs disparus sont cités, le récitant insistant particulièrement sur l’appartenance du mort au clan des initiés. Un cas de polysémie qu’il faudra aussi remarquer, la liste étant dressée à l’intention d’un marabout, il faut entendre par là un maître-initiateur et non un lettré musulman. C’est ainsi qu’il est dit dans Sirankomi (A.T.1995 :73) : Un chasseur qui serait marabout ! Un chasseur ne sera jamais marabout jusqu’à la fin du monde ! C’est peut-être le nécessaire rappel du caractère périssable de tout ce qui vit sur terre qui fait dire dans Maghan Jan (A.T. 1999 : 21) : A chacun sa destinée à chacun son tour de mourir ! L’on n’ignore pas que la puissance ou la réussite sociale, à un moment donné peut pousser l’individu à s’oublier au point de ne plus penser que chaque médaille a son revers, comme la vie. Aussi, ne peut-on pas comprendre à travers ces propos qui ponctuent à intervalles assez réguliers les textes, un avertissement, un appel à la vigilance ? La mort n’épargne pas un homme parce qu’il est puissant. Quelle que soit la force du brave, un jour il ne sera plus qu’un tas de poussière! ( A.T. 1995 : 215 et sq.) C’est que le personnage épique peut, à un moment donné, considérer tout signe de prudence comme une faiblesse et, par conséquent, le début du déclin. Dans sa logique, sa vie est faite de défis et le chasseur, pour progresser dans la hiérarchie de la ton, « l’association, la confrérie », doit s’attaquer à des gibiers de plus en plus difficiles comme en témoigne cette énumération à gradation ascendante  qui dit ce que le chasseur a à son tableau : « antilopes waterbuck, antilopes-cheval, mauvais génies, éléphants, petites génies de la brousse, hippopotames, lions, Kanbili (p.229). Par ailleurs, quand les disciples demandent à Maghan Jan de les accepter comme élèves (1999 : 31), ils lui déroulent indirectement son palmarès : « animaux qui mangent des feuilles, animaux qui mangent des termites, animaux carnivores, antilopes cobes, cibilen (type d’antilope), animaux à crinière, panthères, biches-cochons, antilopes ourébi, antilopes-cheval » C’est à la fois l’expression de leur admiration mais aussi l’occasion de l’émouvoir et, en quelque sorte, de le désarmer, au cas où il serait tenté de refuser de les accepter. Le sora, fidèle son rôle d’enseignant, recourt aussi beaucoup aux procédés d’insistance. 14 Kourouma Ahmadou, 1998, En attendant le vote des bêtes sauvages, Paris, Seuil, p. 42. REVISTA BARBANTE - 14

[close]

Comments

no comments yet