Le Labeur et la Peine

 

Embed or link this publication

Description

Les nouvelles écrites par les élèves des 4°6 et 4°7 dans le cadre de leur projet

Popular Pages


p. 1

Le Labeur et la Peine Par les élèves des classes de 4èmes 6 et 7 du Collège Leprince-Ringuet, GENAS

[close]

p. 2

Le projet L ’objectif du projet « Le Labeur et la peine » était de faire découvrir la condition de l’enfant au XIXème siècle, en France et en Angleterre. Pour cela, deux matières étaient au cœur de la démarche : le Français et l’Anglais, auxquelles s’ajoutaient l’Histoire-Géographie et l’apport du professeurdocumentaliste. Il s’agissait de faire découvrir à des élèves de 4ème une époque, le XIXème siècle, des auteurs, français et anglais, et les bouleversements de la société liés à l’industrialisation. Diverses démarches ont été mises en oeuvre. Nous avons commencé par la lecture du roman de Catherine CUENCA, Le Mystère de la Tête d’Or, Le trésor de l’Isle, mettant en scène trois enfants de Lyon, en 1807, chez les soyeux de la Croix-Rousse. La lecture du roman a permis aux élèves de découvrir un écrivain, qu’ils ont rencontré à trois reprises, et des lieux (la colline de la Croix-Rousse, la Maison des Canuts et le Lyon industriel) grâce à plusieurs visites guidées. Aidés par les conseils de Catherine CUENCA, qui a animé deux ateliers d’écriture, les élèves se sont lancés ensuite dans l’écriture d’une nouvelle, par groupes de trois-quatre, intégrant une grande partie des éléments du programme de Français : portraits, dialogues, narration, description, explication, extraits de journaux intimes et d’articles de journaux. i

[close]

p. 3

Parallèlement, en Anglais, les élèves ont découvert une époque, des auteurs (C. Dickens), des personnalités, des événements tout en développant leurs compétences linguistiques au cours de leurs lectures, leurs recherches, leurs travaux rédigés et leurs exposés oraux. Ils ont ensuite imaginé puis écrit une page du journal intime d’Oliver Twist. Toutes ces découvertes ont été complétées par un travail, en collaboration avec les Archives Municipales de Lyon, autour de documents d'époque sur la condition des enfants et la topographie de la ville au XIXème siècle. Il était possible suivre au jour le jour le déroulement du projet puisqu’un blog (http://le-labeur-et-la-peine.blogs.laclasse.com) en rendait compte. A l’issue de cette année scolaire, les élèves ont donc produit, par petits groupes, une nouvelle mettant en scène des enfants ou des adolescents, se déroulant au XIXème siècle et évoluant entre la France et l’Angleterre. Nous espérons qu’ils se sont également constitués une culture historique et littéraire, et qu’ils auront appris à porter un regard plus critique sur le monde qui les entoure… Patricia BONNARD, professeur de Lettres Isabelle CHANAL, professeur d’Histoire-Géographie Caroline GUEDAN, professeur documentaliste Carole IACOVELLA, professeur d’Anglais Catherine JACQUOT, professeur d’Anglais ii

[close]

p. 4

Vidéo 1 « A la recherche de la vérité » Sommaire Une nouvelle de Camille L, Lakhdar Z, Yousry S Vidéo 2 «Arrestation improbable » Une nouvelle de Mattéo C, Emilien M, Ali O, Thibault P iii

[close]

p. 5

Vidéo 3 « L ’amour est aveugle» Une nouvelle de Eddy A, Julien G, Lucas P Vidéo 4 « La Commande de Napoléon » Une nouvelle de Lucas B, Rémy P, Lucas R iv

[close]

p. 6

Vidéo 5 « La retrouvée » Une nouvelle de Maëlys D, Inès T, Aurore V Vidéo 6 « La Révélation » Une nouvelle de Nina D, Christelle N, Louisa R v

[close]

p. 7

Vidéo 7 « Le Choix de la mort » Une nouvelle de Lou-Ann G, Justine G, Jenna K, Charlotte V Vidéo 8 « Le Petit Mouchoir » Une nouvelle de Antoine B, Adrien P, William T vi

[close]

p. 8

Vidéo 9 « Le Verre de trop » Une nouvelle éde Lucas C, Max D, Adrien O Vidéo 10 « Le Voyage de Tina » Une nouvelle de Pauline M, Evana M, Chloé S vii

[close]

p. 9

Vidéo 11 « Les Habitants du mur » Une nouvelle de Ambre B, Maissa K, Jade P Vidéo 12 « Les Retrouvailles » Une nouvelle de Tyffaine A, Caroline B, Kelly D viii

[close]

p. 10

Vidéo 13 « Sorcière » Une nouvelle de Camille B, Gabrielle G, Lucie P Vidéo 14 « Un Crime à venger » Une nouvelle de Alizée B, Laurie F, Margaux L ix

[close]

p. 11

Vidéo 15 « Un Voleur inattendu » Une nouvelle de Serine A, Thomas N, Nicolas T Vidéo 16 « Une Journée de travail » Une nouvelle de Justin F, Quentin J, Jules M x

[close]

p. 12

1 « A la recherche de la vérité » Nouvelle écrite par Camille L, Lakhdar Z, Yousry S 11 Quelques années avant la révolte des canuts, Pierre et Paul, des jumeaux de dix ans, furent adoptés par une famille de canuts. Après être arrivés dans leur nouvelle famille, Pierre et Paul apprirent qu'ils devaient travailler pour aider leur nouvelle famille à vivre. Dès leurs premiers jours, ils durent apprendre les bases de l'utilisation des métiers à tisser, ce qu'ils devaient faire rapidement par rapport à leur âge. Ils avaient déjà un avanta ge, ils savaient lire et écrire.
 N'étant pas vraiment efficaces, à chaque faute qu'ils firent, ils furent sanctionnés physiquement et ils durent travailler plus longtemps pour pouvoir devenir apprenti - canut, c o m m e l e s e n f a n t s d e l e u r â g e .
 & & Le lendemain, un chef d'atelier passa et observa le travail de Paul et remarqua qu'il avait mal lancé la navette.
 « C'est pas possible, tu enchaînes les fautes, à ce rythme-là, tu ne deviendras jamais apprenti-canut ! A ces mots, il le fouetta à deux reprises et allait continuer a v a n t q u e P i e r r e i n t e r v i n t :
 - Laissez - le un peu tranquille, ce n'est pas de sa faute !


[close]

p. 13

- Mais il n'apprend jamais de ses erreurs, cela fait déjà trois fois qui l'a fait aujourd ’ h u i !
 - Je vous dis que ce n'est pas de sa faute, ce n'est pas en le fouettant qu'il apprendra !!
 - Tu en veux, toi aussi, des coups de fouet ? Ti e n s !  »
 Et il fut fouetté à plusieurs reprises, de partout, tomba, se releva et continua son trav a i l s a n s u n m o t .
 Durant quatre ans, ils travaillèrent très dur afin de devenir apprenti - canut, ce qu'ils réussirent à faire. Paul ne faisait plus aucune faute, à présent il tissait parfaitement.Ce fut difficile pour lui, mais grâce à son frère Pierre, il y était parvenu.
 « Je te remercie mon frère de m'avoir soutenu et aidé pendant ces longues et dures a n n é e s .
 - Ce n'est pas que grâce à moi, aussi grâce à nos parents adoptifs qui nous ont permis d'aller à l'école et de travailler. - Mais ne crois - tu pas que la vie serait m e i l l e u r e a v e c n o s v r a i s p a r e n t s ?
 - Si, probablement, mais nous ne pouvons r i e n f a i r e e n c e m o m e n t .  »
 Quelques mois passèrent, Paul et Pierre remarquèrent que les marchands choisissaient des prix de plus en plus bas et que la tension montait chez les canuts.Ils apprirent même que les canuts comptaient se rejoindre un jour précis pour se révolter. 12 Après avoir prit connaissance de ces faits Pierre en reparla à Paul : « Tu te souviens de la fois où tu m'as dit que la vie serait sûrement meilleure avec n o s p a r e n t s ?
 - O u i , j e m' e n s o u v i e n s , p o u r q u o i ?
 - Profitons de la révolte pour nous échapp e r .
 - Es-tu sur de ce que tu dis ? Nous risquons n o t r e v i e !
 - Appelles - tu ça une vie ? Nous avons à peine de quoi nous nourrir. Fais -moi conf i a n c e , j e s a i s c e q u e j e f a i s .
 - Bon d’accord. » Dit Paul sur un ton hésit a n t .
 Le jour de la révolte arriva, Paul et Pierre en profitèrent pour se rendre à la Mairie de la place Satonay pour consulter le livre d'état-civil, à la recherche de leur passé.
 Arrivés à la Mairie, ils ne savaient pas où se trouvait le livre, ils cherchèrent pendant d e s h e u r e s , m a i s e n v a i n .
 « Il faut se dépêcher, plus vite nous l'aurons trouvé, plus vite, nous serons hors de d a n g e r .
 - Il faut nous cacher ! Il faut nous cacher !  »
 Ils se cachèrent et une partie des soldats entra pour vérifier s'il n'y avait pas de civils qui auraient pu se réfugier. Ils cherchèrent pendant des jours. Ils tirèrent un peu partout dans la mairie, et tuèrent des civils s'étant cachés.

[close]

p. 14

Heureusement pour Pierre et Paul, ils avaient découvert un sous-sol où ils se cachèrent et attendirent. Une fois les soldats partis, ils se remirent à chercher le livre d ' é t a t - c i v i l .
 Ils cherchèrent pendant des semaines, sans rien t r o u v e r.
 Paul s'exclama : « J'en ai assez ! Cela fait plusieurs jours qu'on cherche ce fichu livre et on ne trouve rien, on perd notre temps !  »
 - Il ne faut pas perdre espoir, répliqua Pierre, nous n'avons pas fait tout ça pour r i e n q u a n d m ê m e !
 Puis il cria d'un coup : « Je l'ai trouvé ! » Il l'ouvrit, et chercha le nom de ses parents. D’un coup, il lâcha le livre et ne bougea plus, Paul intrigué prit le livre et le laissa t o m b e r l u i a u s s i .
 Leurs parents étaient morts. 13

[close]

p. 15

2 J o u r n a l i n t i m e d e M a r i e
 Je me suis levée aux environs de quatre heures du matin, comme d'habitude. J'ai fait un brin de toilette et je suis partie. Dans la rue, il faisait très froid, c'est la pleine lune. J'ai accéléré le pas. En arrivant sur mon lieu de travail, j'ai vu quatre personnes qui avaient cassé l'atelier de M.Théodore. Mon exploiteur. La peur m’a pris. Ne sachant pas quoi faire, j'ai couru dans la rue « Bon Pasteur », dans l'idée de trouver de l'aide. À ce moment, j'ai vu une gendarmerie. Essoufflée, je suis rentrée et ai demandé du secours. Un gendarme m'a demandé où « Arrestation improbable » Nouvelle écrite par Mattéo C, Emilien M, Ali O, Thibault P 14 ça s’était produit. En reprenant mon souffle, je lui ai dit :
 « À l'atelier de M.Théodore ». Aussitôt, il est parti avec plusieurs gendarmes et un gendarme prit ma déposition. Je me dem a n d a i s s i M . T h é o d o r e a l l a i t b i e n .
 Deux jours plus tard : en allant à l'atelier, j'ai appris que les pillards avaient été arrêtés sur la place des Terreaux. J'ai été soulagée de savoir, que le brocard avait été restitué à M.Théodore. Les gendarmes ont été très courageux et je les en remercie.

[close]

Comments

no comments yet