Rapport sur les inondations dans le Val d'Arán

 

Embed or link this publication

Description

Rapport en français

Popular Pages


p. 1

Ce matin, lors d'une réunion au siège du Conseil à Vielha De Pedro présente les conclusions du rapport sur les inondations extraordinaires de la Garonne avec des actions pour améliorer la gestion lors de ces épisodes • Il analyse les aspects hydrologiques, les conditions et les causes, les travaux effectués sont décrits et des mesures sont annoncées, comme un protocole pour définir les situations d'urgence pour renforcer la coordination entre les administrations et les autres usagers du bassin • Certaines infrastructures, qui ont été gravement endommagés, comme les terrains de camping et les ponts, n'avaient pas l'autorisation de l'Agence pour effectuer des travaux dans le Domaine Public Hydraulique et le District de Police et devront légaliser leur situation • La non-ouverture des vannes de la centrale d'Artiès provoqua une augmentation du débit allant jusqu'à 47 % au cours de l'épisode • Le président de la Confédération a mis en avant, auprès des maires du Val d'Arán et du Syndic d'Arán, les travaux d'urgence exécutés pour un montant de plus de 4,2 millions d'euros 10 mars 2014 - Xavier de Pedro, président de la Confédération Hydrographique de l'Èbre, organisme autonome relevant du Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et de l'Environnement (MAGRAMA), a tenu ce matin une réunion au siège du Conseil Général d'Arán, à Vielha (Lleida), avec le Syndic d'Arán, Carles Barrera, les maires des zones affectées par les crues de juin 2013 et le président de la Commission de l'Agriculture, de l'Alimentation et de l'Environnement de la Chambre des Députés, José Ignacio Llorens, entre autres, pour présenter le rapport sur les inondations extraordinaires de la Garonne. De Pedro, lors de sa dernière visite au Val d'Aran afin de reconnaître les travaux d'urgence, avait déjà annoncé la présentation de ce document sur les causes et les conséquences de l'événement et également sur les actions d'amélioration de la gestion. Le rapport comprend la description de l'hydrologie de l'inondation qui se produisit dans le

[close]

p. 2

bassin de la Garonne entre les 17 et 20 juin 2013. Par ailleurs, il développe trois autres aspects, le résumé des dégâts causés aux infrastructures, en se référant à la situation non légalisée de certaines des plus endommagées ; la description des travaux d'urgence exécutés et, pour finir, une partie d'améliorations, où la Confédération propose un protocole d'actions en cas de crues dans le bassin de la Garonne, ce qui augmente la coordination déjà existante entre les administrations et les usagers du bassin. Le président de l'Agence a souligné que, précisément, les travaux d'urgence exécutés, qui ont impliqué un investissement de plus de 4,2 millions d'euros et l'engagement d'améliorer les outils et les protocoles d'action, augmenteront la protection du Val face à ces épisodes. Il a également annoncé que la Confédération va exiger la légalisation des infrastructures qui ne disposaient pas de l'autorisation requise pour réaliser des travaux dans le Domaine Public Hydraulique et le District de Police. De fait, il a souligné qu'aucun des sept terrains de camping dans la zone affectée n'était légalisé. Hydrologie Dans le compte-rendu hydrologique de l'inondation, on explique que cet épisode correspond à une crue extraordinaire des flux qui, selon les cas, se déroulaient à des périodes remontant entre 25 et 50 ans. Le bassin de la Garonne a été affecté depuis sa partie haute jusqu'à Lès et les causes furent la fonte des importantes réserves de neige et les fortes précipitations, supérieures à 100 l/m² en un très court laps de temps. En amont d'Artiès, la non-ouverture des vannes de la centrale hydroélectrique a effondré le remblai de la rive gauche, ce qui produisit une augmentation du débit de 47 % immédiatement en aval de celui-ci (de 158 m³/s qui auraient été enregistrés avec un fonctionnement normal à 233 m³/s comme point maximal). Infrastructures Dans le rapport, il a été analysé les dégâts des ponts et des terrains de camping. Pour ces derniers, on en a comptabilisé sept en fonctionnement et aucun d'eux n'a l'autorisation de l'Agence pour effectuer des travaux dans le Domaine Public Hydraulique. Lors des inondations, cinq d'entre eux ont subi des dommages importants (Yerla à Artiès ; Verneda et Artigane dans Arrós, en aval de Vielha Prado Verde et Forcanada à La Bordeta en amont de Bossòst). La Confédération va exiger la légalisation de ces infrastructures et l'Agence effectuera les démarches. Pour autant, il a rappelé que, dans les voies d'écoulement préférentiel, seules pourront être autorisées les activités non vulnérables face aux inondations. Ont également été comptabilisés 46 ponts, dont 17 ont subi des dommages importants et parmi lesquels 14 n'avaient pas non plus d'autorisation.

[close]

p. 3

Travaux d'urgence Lors de la présentation du rapport, ont été examinés les travaux d'urgence exécutés le long de l'axe de la Garonne de Salardú à Les et ceux réalisés à Artiès dans le lit du Valarties et à la jonction de la Nere, à Vielha. Avec un investissement de 4,2 millions d'euros, ont été réalisés des travaux de réparation de protections et de réfections des rives dans les zones urbaines : dans le Naut Arán-Alto Arán (à Artiès, à Salardú et Tredòs), à Vielha-Mitg Arán (Vielha et Casarilh) dans le centre-ville et en aval dans le secteur d'Aubert et dans les secteurs de Bossòst et Lès. A ces actions s'est ajouté un travail de nettoyage et d'enlèvement des matériaux déposés par l'inondation dans les zones péri-urbaines sur tout le tronçon de la Garonne. - Naut Arán : A Artiès, on a réalisé la rectification du lit et changé l'emplacement d'une station de contrôle des débits ou de jaugeage qui fut abîmée par la crue, également la correction de l'alignement des rives dans le tronçon allant des vannes jusqu'à l'entrée du village et, pour finir, la reconstruction des protections et des murs abîmés dans tout le tronçon jusqu'à la zone du camping et, à Salardú, la réparation du mur de protection du centre du village dans la zone de la passerelle - Vielha-Mitg Arán (Vielha) ; on a réalisé la construction d'un mur d'enrochement à l'entrée du village et la réfection de l'alignement des rives par un batardeau et la remise en forme des pentes dans tout le village abîmé par la Garonne et, à Aubert, ont été construits des enrochements de protection pour deux maisons également endommagées. A Casarilh, on a procédé à la réfection de la rive en deux points - Lès et Bossòst : on a réalisé la réparation et la reconstruction des murs de protection qui ont été abîmés par la crue À cela, il a ajouté, comme déjà indiqué, la réalisation d'un nettoyage généralisé dans tout le tronçon concerné de la Garonne, dans les zones péri-urbaines, pour éliminer les blocages par des matériaux déposés après l'inondation. Protocole d'action Dans le rapport, sont présentées une série d'actions pour améliorer la gestion lors d'épisodes d'inondations dans le bassin de la Garonne. La Confédération propose pour cela un protocole d'actions où la définition de la situation pré-urgence est envisagée, utilisant pour cela les prévisions météorologiques et la situation du bassin dans le Val d'Arán en termes de neige accumulée et de l'état de l'humidité. Dans les situations de pré-urgence, on mettra en œuvre des alertes quand on prévoira des flux circulants qui pourraient produire des débordements. Également, ont été définis les seuils des flux qui définiront la situation d'urgence : 40 m³/s dans la station de jaugeage de la

[close]

p. 4

Garonne à Artiès et 90 m³/s à celle de Bossòst. Egalement, on intégrera le bassin de la Garonne au Système d'Aide à la Décision (SAD), intégré au Système Automatique de l'Information Hydrologique (SAIH), ce qui améliorera la prévision des épisodes d'inondation. Avec le développement de ce protocole, on recueille la nécessaire légalisation des infrastructures qui ne disposent pas de l'autorisation requise et on fait référence aux variations de courant pour les exploitations hydroélectriques et leur gestion durant la crue qui a pu aggraver les dommages. Il a été constaté qu'on est en train d'améliorer la capacité et la sécurité de manœuvre de leurs vannes.

[close]

p. 5



[close]

p. 6



[close]

p. 7



[close]

Comments

no comments yet