Chlorophénols

 
no ad

Embed or link this publication

Description

Article Chlorophénols

Popular Pages


p. 1

Détection et dosage de résidus d’agents désinfectants dans les boissons et plus particulièrement dans la bière. Ing. Charlotte Saussez Dr. Ir. Nicolas Velings ISICHt-Mons 1. Introduction ?   L’industrie alimentaire a pour exigence l’utilisation d’équipements correctement nettoyés et désinfectés. L’étape de nettoyage a pour objectif d’ôter la salissure présente sur les équipements mis au contact des aliments. La désinfection, quant à elle, a pour object de ramener la population microbienne sous un seuil acceptable au regard du processus alimentaire concerné. Les désinfectants sont généralement des solutions aqueuses contenant un ou plusieurs agents biocides qui sont autorisés par la législation européenne sur les biocides, appelées BPD pour « Biocidal Product Directive ». En Belgique, la brasserie est l’une des industries de la boisson la mieux implantée et fait très logiquement appel aux désinfectants depuis ses débuts car, nous pouvons imaginer aisément les dégâts occasionnés par la présence d’un germe non voulu lors de la fermentation du moût, de la garde (maturation) de la jeune bière voire même après la mise en bouteille. Certaines bactéries Gram positives ainsi que quelques levures sauvages peuvent être responsables de réels désastres en brasserie. Les molécules désinfectantes couramment utilisées en industrie brassicole sont l’acide monobromoacétique, les acides gras à courtes chaines (octanoïque et décanoïque), le mélange acide peracétique et eau oxygénée, les oxydants halogénés tels que acide hypochloreux et dioxyde de chlore et les ammoniums quaternaires. Dans ce contexte, à la demande d’un producteur de produits de nettoyage et désinfectant pour l’industrie de la boisson implanté en Wallonie, SOPURA SA, le CERISIC (Centre d’Etude et de Recherche de l’Institut Supérieur Industriel Catholique C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  1/X  

[close]

p. 2

du Hainaut) s’est penché sur la détection et le dosage de résidus d’agents désinfectants principalement dans la bière. Le présent article ne portera que sur la détection et le dosage de sous-produits provenants de l’utilisation de l’acide hypochloreux ou du dioxyde de chlore. 2. Revue bibliographique 2.1.Identification des sous produits Les sous-produits formés lors d’une contamination de l’eau par un agent désinfectant chloré ont été largement étudiés. Par contre, en ce qui concerne la bière, la littérature offre peu d’éléments. Il est donc nécessaire de s’inspirer de ce qui a été observé dans l’eau pour imaginer quels sous-produits seront potentiellement formés dans la bière. Les sous-produits connus de la désinfection aux agents oxydants chlorés de l’eau sont (Hrudey E.S., 2008) : les trihalométhanes, les acides haloacétiques, les haloacétonitriles, les halocétones, les chlorophénols, les hydrates de chloral, les chloropicrines. Il nous a paru opportun de sélectionner les chlorophénols comme sous-produits cibles car ils sont connus pour apporter un faux goût à la bière. Les chlorophénols ont donc un double intérêt dans le cas de la détection d’une contamination par le chlore de la bière, à savoir : • • Détecter une contamination au chlore de la bière ; Prévenir l’apparition de faux goûts dans la bière finie. La formation des chlorophénols serait due à la réaction entre le chlore actif libre du produit de désinfection et les phénols présents naturellement dans la bière. Les différentes sources potentielles de chlorophénols dans la bière sont (Bamforth C., 2008) : • • • • Réaction entre le chlore et les phénols contenus dans la bière ; Les chlorophénols présents dans l’eau de brassage elle-même traitée au chlore ou au dioxyde de chlore ; La présence de pentachlorophénols dans les bois traités ; La présence de chlorophénols dans le packaging. Généralités concernant les chlorophénols 2.2. Les chlorophénols sont des composés organiques dans lesquels un ou plusieurs atomes d’hydrogène du noyau phénolique sont remplacés par des atomes de chlore. On dénombre 19 chlorophénols : C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  2/X  

[close]

p. 3

Les monochlorophénols (CP) : 2-CP ; 3-CP et 4-CP Les dichlorophénols (DCP) : 2,3-DCP ; 2,4-DCP ; 2,5-DCP ; 2,6-DCP ; 3,4-DCP et 3,5-DCP Les trichlorophénols (TCP) : 2,3,4-TCP ; 2,3,5-TCP ; 2,3,6-TCP ; 2,4,5-TCP ; 2,4,6-TCP et 3,4,5-TCP Les tétrachlorophénols (TeCP) : 2,3,4,5-TeCP ; 2,3,4,6-TeCP et 2,3,5,6-TeCP Le pentachlorophénol = PCP Tous les chlorophénols sont solides à température ambiante excepté les 2-chlorophénol, 4-chlorophénol et 3-chlorophénol qui sont des liquides. Les mono et dichlorophénols sont les plus volatils. Le tableau n°1. résume les caractéristiques principales de 4 chlorophénols. Le 2-CP, le 4CP et le 2,4-DCP sont probablement trois des chlorophénols les plus rapidement formés lors d’une contamination au chlore de la bière. Tableau n°1. Identité chimique et propriétés physico-chimiques des chlorophénols Caractéristiques 2-CP 4-CP 2,4-DCP 2,4,5-TCP Synonymes 2-CP, 2 chloro-1hydroxybenzene, 2 hydroxychlorobenzene, ochlorophénol, C6H5ClO 95-57-8 128,56 g/mol Orange clair Liquide 9,3°C 174,9°C à 760 mmHg 1,2634 Odeur médicale, désagréable 0, 33µg/L 0,0189 mg/m3 20000 ppm acétone, alcool, benzène hydroxyde de sodium 8,49 0,99 mmHg 0,99 mmHg 4-CP, 4-chloro-1hydroxy-benzene, 4-hydroxychlorobenzene, p-chlorophénol C6H5ClO 106-48-9 128,56 g/mol Blanc Liquide 43,2 à 43,7°C 220°C 1,2238 Odeur médicale 2,4-DCP, 2,4dichlorohydroxybenzene 2,4,5-TCP Formule chimique Numéro CAS1 Poids moléculaire Couleur Etat physique Point de fusion Point d’ébullition Densité Odeur Seuil d’odeur : Eau Air Solubilité : Eau à 25°C Solvant organique Et autre solvant C6H4Cl2O 120-83-2 163,00 g/mol Blanc Solide 45°C 210°C 1,383 Odeur médicale forte 0,35 µg/L 1,40 mg/m3 4500 ppm Ethyl alcool, tétrachlorure de carbone, éthyl éther, benzène, chloroforme 7,68 0,14 mmHg 0,09 mmHg 114°C C6H3Cl3O 95-95-4 197,46 g/mol Gris Solide 67°C 235°C 1,678 Forte odeur phénolique 11 µg/L Pas de données 948 ppm Acétone, benzène, tétrachlorure de carbone, éther, alcool dénaturé, méthanol, toluène 7,43 0,05 mmHg 0,02 mmHg Pas de données 0, 33µg/L 0,0189 mg/m3 27000 ppm alcool, glycérol, éther, chloroforme, huile volatile ou non volatile, benzène 8,85 0,23 mmHg 0,15 mmHg 121°C pKa Pression de vapeur (à 25°C) : Liquide solide Point éclair 64°C 1 : chemical abstract service C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  3/X  

[close]

p. 4

2.3. Influence des chlorophénols sur les propriétés organoleptiques de la bière Les chlorophénols sont bien connus pour apporter un goût phénolique, pharmaceutique ou encore médicamenteux à la bière. Le seuil de perception des chlorophénols est égal ou inférieur à 1 µg/l. De très petites quantités de cette substance altèrent la flaveur de la bière (Bamforth C., 2008). Le tableau n°2 reprend les informations utiles au point de vue de l’odeur développée par quelques types particuliers de chlorophénols mais également leur niveau de perception olfactive et gustative (Wells D., 2007). Tableau n°2. Informations concernant l’influence de différents CPs sur le profil gustatif et olfactif. Type de CPs Sensation olfative Niveau de perception Niveau de perception olfactif ppb ou µg/l 2-CP 4-CP 2,4-DCP 2,6-DCP 2,4,6-TCP PCP Iode/médical Iode/médical Iode/médical Iode/médical Iode/médical Phénolique 0,36 - 2 20 – 60 0,4 – 29 3,5 300 23 - 1600 gustatif ppb ou µg/l 0,1 -0,14 39 0,3 – 0,98 0,0062 – 0,2 2 - > 12 8 – 30 2.4. Techniques analytiques Il existe peu d’études concernant le dosage des chlorophénols dans la bière. En effet, seules deux références traitant le sujet ont été relevées (West D.B., 1965 et Jones R.D., 1988). Par contre, les chlorophénols ont largement été étudiés dans l’eau de consommation, les sédiments, le vin et les bouchons de liège car ils sont considérés comme des polluants prioritaires. Par ailleurs, ils sont considérés comme responsables de l’odeur de « moisi » ou de « goût de bouchon » du vin. Les méthodes développées pour ces matrices sont nombreuses. Les différents protocoles distinguent les étapes d’extraction, de concentration, de dérivatisation et de séparation/détection. Quelques exemples sont succintement présentés dans le tableau ci-dessous. Le tableau n°3., ci-dessous synthétise les informations essentielles des méthodes recensées dans la littérature pour le vin. Le tableau 4. résume les deux méthodes d’analyse des chlorophénols répertoriées dans la littérature pour la bière. C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  4/X  

[close]

p. 5

Tableau n°3. Méthodes d’extraction et d’analyse de CPs sur vin (rouge ou blanc) et bouchons de liège Composés Extraction Dérivatisation Séparation/ LOD Référence analysés L-L 2,4,6-TCP 2,3,4,6-TeCP PCP 2,4,6-TCP 2,3,4,6-TeCP PCP SPE (OASIS HLB) Tests avec diazométhane, pentafluorobenzyl bromide, méthyl iodide, anhydride acétique 2,4,6-TCP 2,3,4,6-TeCP PCP SPE (OASIS HLB) Tests avec diazométhane, pentafluorobenzyl bromide, méthyl iodide, anhydride acétique 2,4,6-TCP PCP 2,6-DCP 2,3,4,6-Te CP PCP 2,3,4,6-TeCP 2,4,6-TCP TCP TCP TeCP PCP 2,4,6-TCP 2,3,4,5-TeCP PCP HS-SPME (PDMS) Anhydride acétique GC/ECD 0,58 à 0,93 ng/l Insa S., 2007 SPE (C18) DLLME Anhydride acétique HS-SPE (Oasis HLB) Pentafluorobenzoyl chloride ou anhydride acétique GC/MS GC/ECD 0,7 à 4 ng/l 2,2 à 5,3 ng/l Soleas J.G., 2002 Pizarro C., 2010 GC/ECD DLLME Anhydride acétique GC/MS 0,005 à 0,063 ng/l (pour échantillon de vin rouge) 0,003 à 0,020 µg/l MartinezUrunuela, 2004 Campillo N., 2010 GC/ECD 0,8 à 2,5 ng/l Insa S., 2006 GC/ECD 0,8 à 1,5 ng/l SPE (OASIS HLB) Anhydride acétique Anhydride acétique Détection GC/ECD GC/MS GC/MS-MS 0,5 ng/l et 2,4 ng/l (TCA) Nicholls C.R., 2004 MartinezUrunuela A., 2005 Insa S., 2004 2,4,6-TCP 2,3,4,5-TeCP PCP 2,4,6-TCP 2,3,4,6-TeCP PCP   SBSE (PDMS) GC/MS 7,56 à 61,56 pg/l dans le vin rouge Zalacain A., 2004 Callejon R.M., 2007 SBSE (PDMS) GC/MS Jusqu’à 23,03 ng/g pour le 2,3,4,6-TeCP L’extraction est réalisée sur phase solide, par « solid phase microextraction » SPME ou plus récemment par « stir bar sorptive extraction » SBSE. Certaines techniques telles que la « dispersive liquid liquid microextraction » DLLME sont également envisagées mais restent des cas plus isolés. Dans le vin, toutes les méthodes font appel à une détection par chromatographie gazeuse couplée avec une spectrométrie de masse ou un ECD. Ces méthodes semblent particulièrement adaptées à la détection de traces dans des matrices complexes comme le vin. C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  5/X  

[close]

p. 6

Tableau n°4. Méthodes d’extraction et d’analyse de CPs sur bière finie Composés Extraction Dérivatisation Séparation/ LOD détectés CPs mais pas plus de précisions 4-CP Distillation et ampoule à décanter Distillation et puis SPE (cyclohexyl) Référence West D.B., 1965 Détection Réaction colorimétrique avec 4-amynoantipyrine RP-HPLC (isochratique) µg/l Jones R.D., 1988 Moins d’1 µ/l     3. Matériel et méthode La mise en évidence des chlorophénols dans la bière demande trois étapes principales : La préparation de l’échantillon par extraction en phase solide La séparation des différents constituants par chromatographie en phase liquide La détection dans l’UV L’extraction en phase solide est une technique préparative largement utilisée. Son principe est simple, elle se base sur l’affinité entre une phase stationnaire contenue dans une cartouche (ayant la forme d’une seringue) et un composé d’intérêt présent dans un liquide et qui va passer à travers cette phase stationnaire. Les composés d’intérêt sont retenus sur cette phase stationnaire tandis que les autres percolent à travers la cartouche sans s’y adsorber. On élimine donc ainsi une grande partie des substances indésirables. Pour la percolation des différents solvants, nous avons eu recourt à un « manifold ». Photo 1. Dispositif « manifold » Le choix de la colonne dépend du volume de l’échantillon à traiter, de sa concentration en analytes et du type d’échanges recherchés. L’adsorbant sélectionné doit bien entendu avoir une excellente affinité pour le composé cible et présenter un minimum d’affinité pour les interférents de la matrice, dans notre cas, la bière de type « Pils ». C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  6/X  

[close]

p. 7

Le choix s’est porté sur une cartouche SPE Chromabond C18 octadecyl silice modifiée avec un diamètre de pores de 60 nanomètres et une taille moyenne des particules de 45 µm de chez Macherey Nagel (réf 739 004). L’extraction en phase solide comporte elle même plusieurs étapes. D’abord le conditionnement de la cartouche, il s’agit de l’activer et d’en éliminer les substances contaminantes tout en favorisant les échanges avec l’adsorbant. Cette étape est souvent réalisée au moyen d’un solvant organique. Dans notre cas, en référence à l’article sur base duquel nous avions décidé de travailler, nous n’appliquons pas d’étape de conditionnement de la cartouche (Kostrhounova R., 2003). La deuxième étape consiste en l’application de l’échantillon sur la cartouche, qui sera dans le présent cas, la première étape. Des échantillons de 50 ml de bière préalablement contaminée par une quantité définie de chlorophénol ont été préparés. Ces échantillons ont été ajustés à un pH de 8,5 au moyen d’ammoniac à 28%, car il est établi qu’à ce pH la sorption est maximale. L’ajustement de pH provoque une précipitation des protéines et des polyphénols de la bière. Ce précipité risque de boucher les cartouches d’extraction, il nous est donc appuru judicieux de centrifuger l’échantillon avant de l’appliquer sur la cartouche. Avant l’ajustement de pH et l’extraction, nous ajoutons également un standard interne dans notre solution. Le choix d’employer le pentachlorophénol, le 2,5dichlorophénol, qui est moins formé naturellement, ou le 4-bromophénol s’est avéré possible. Le 4-bromophénol a été sélectionné car il offre un pic caractéristique bien visible à un temps de rétention d’environ 16 minutes, sans interférer avec les temps de rétention des autres chlorophénols, excepté le 2,6-DCP, et ce, sans alourdir inutilement le chromatogramme. De plus, les chances de rencontrer des bières contaminées en bromophénols sont très faibles voire inexistantes. Afin d’obtenir une meilleure résolution, il faut d’après l’article de référence ajouter un ammonium quaternaire, nous employons le chlorure de didécyldiméthylammonium à raison de à 0,25 mM . Le vide est ajusté de manière à ce que l’échantillon puisse passer à travers la cartouche à un débit d’environ 2 ml/min. Aucun séchage de la cartouche n’est nécessaire. Après passage de l’échantillon, nous réalisons un lavage de la cartouche avec 1 ml d’eau déminéralisée afin d’éliminer une partie des constituants qui auraient été adsorbés par la cartouche mais qui n’auraient aucun intérêt pour nous. La dernière étape est celle de l’élution de l’échantillon. Elle consiste en théorie à récupérer 100% des chlorophénols présents au départ dans la bière. Le solvant ou le mélange de solvants employé doit avoir le maximum d’interactions avec les analytes et le moins possible avec les autres interférents qui peuvent rester adsorbés. Son volume doit être faible afin d’obtenir une pré-concentration maximum. Dans notre cas, 5 ml de méthanol sont utilisés (Kostrhounova R., 2003). Une étape de concentration supplémentaire aurait pu être envisagée, mais les chlorophénols sont des constituants semi-volatils, il est dès lors difficile d’utiliser des techniques de concentration traditionnelles tel que l’évaporation par « rotavapor ». C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  7/X  

[close]

p. 8

Notre expérience a en effet indiqué qu’ils quittaient bel et bien la solution en employant un appareil de ce type. Une fois l’échantillon préparé, il reste à aborder les étapes de séparation et de détection. Pour la chromatographie en phase liquide nous nous sommes également directement inspiré de l’article qui a servi de base à la mise au point (Kosthrounova R., 2003). Nous avons donc opté pour une colonne « GraceSmart RP 18 5 µ » de 150 mm x 4,6 mm et pour un mode d’élution par gradient. Photo 2. Colonne GraceSmart RP 18. La chaîne HPLC utilisée dans le cadre de ce travail est de marque Merch Hitachi. Elle est constituée d’une interface de type D-7000, d’un détecteur UV L-7400 et d’un système de pompe L-7100. Le gradient est réalisé entre du méthanol pour HPLC et une solution de phosphate ajustée à pH 3,5. De 0 à 3,5 minutes : méthanol 35% et tampon phosphate 10 mM 65% De 3,5 à 27 minutes : gradient croissant jusqu’à 100 % en méthanol De 27 à 32 minutes : 100 % méthanol De 32 à 62 minutes : méthanol 35 % et tampon phosphate 10 mM 65% (équilibration de la colonne) Un volume d’injection de 30 microlitres, un débit de 0,6 ml/min ont été sélectionnés. La détection a été réalisées à deux longueurs d’onde proches : 280 et 284 nm. C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  8/X  

[close]

p. 9

  4. Résultats Dans un premier temps, la détermination des temps de rétention de chacun des mono- et dichlorophénols sélectionnés a été réalisée. Pour cela, des échantillons de 50 ml de bière ont été dopé d’une concentration suffisamment importante en chlorophénol pour que la détermination du temps de rétention ne laisse aucun doute. Ci-après un exemple de chromatogramme obtenu sachant que l’ensemble de la procédure a été appliquée à savoir : préparation de l’échantillon (ajustement du pH), extraction en phase solide sur cartouche, séparation par chromatographie en phase liquide haute pression et détection UV. Il s’agit du chromatogramme du 2,4-DCP dont la concentration dans l’échantillon de départ était de 1.10-1 g/l. Le chromatogramme a été enregistré à 280 nm dans cet exemple. Le chromatogramme représente l’intensité d’absorbance en fonction du temps de rétention : 2,4-­‐DCP   Standard  interne   Figure 1. Chromatogramme du 2,4-DCP à 280 nm. Concentration de l’échantillon de départ 1.10-1 g/l. Le pic caractéristique du 2,4-DCP à 20,60 minutes est bien visible ainsi que le pic caractéristique du standard interne à 17,60 minutes. Les autres pics présents sont ceux provenant des constituants de la bière. Ci-dessous, dans le tableau n°5, sont repris l’ensemble des temps de rétention pour les mono- et dichlorophénols sélectionnés à une longueur d’onde de 280 nm qui est un bon compromis entre les maxima d’absorption des différents chlorophénols. Toutefois, pour le 2,4-DCP une longueur d’onde de 284 nm sera sélectionnée car elle permet l’obtention de meilleurs résultats. C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  9/X  

[close]

p. 10

Tableau n°5. Détermination des temps de rétention des différents chlorophénols.   2-­‐CP   3-­‐CP   4-­‐CP   2,4-­‐DCP   2,3-­‐DCP   2,5-­‐DCP   2,6-­‐DCP   RT  (280)   13.07   14.92   14.40   19.34   17.91   18.52   15.30   Aire  (280)   7660458   6799682   7602726   8067948   2586402   2123817   505373   Ces temps de rétention dépendent de la température de travail et de la colonne utilisée, ils sont caractéristiques d’un composé. En possédant cette information, il sera possible de déterminer la présence de chlorophénol dans la bière : il suffira de vérifier si le chromatogramme présente un pic au temps de rétention caractéristique d’un ou plusieurs chlorophénols. Pour chacun des chlorophénols une droite de calibration a été réalisée. Celle-ci permet également d’avoir une première idée de la limite de détection pour chacun d’entre eux. Le protocole décrit dans « matériel et méthode » a été appliqué. Quatre échantillons de concentrations différentes ont été préparé afin de réaliser ces droites de calibration : Pour les monochlorophénols et pour le 2,4-dichlorophénols : 1.10-1 g/l ; 5.10-2 g/l ; 1.10-3 g/l et 1.10-4 g/l dans 50 ml de bière au départ. Echantillons préparés par dilution à partir d’une solution mère à 1 g/l Pour les autres dichlorophénols : 1.10-2 g/l ; 5.10-3 g/l ; 1.10-3 g/l et 1.10-4 g/l dans 50 ml de bière au départ. Echantillons préparés à partir d’une solution mère de 0,1 g/l (limite de solubilité de ces chlorophénols ne permettent pas de commencer à 1 g/l) - Les tableaux n°6 à 11 ci-dessous reprennent, à chaque fois, les concentrations de départ dans la bière des échantillons, les quantités de chlorophénol qui sont réellement injectées sur la colonne de chromatographie et enfin les aires réduites. Il est à noter que l’aire réduite est le rapport entre l’aire obtenue pour le pic de chlorophénol concerné et l’aire du pic du standard interne, le 4-bromophénol. Pour chaque courbe de calibration, une figure permettra de visualiser les résultats obtenus dont les équations des courbes et les coefficients de régression linéaire ou non. C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  10/X  

[close]

p. 11

  • Tableau n°6. Résultats obtenus pour le 2-chlorophénol : Concentration de l’échantillon de départ (g/l) 1.10-1 g/l 5.10-2 g/l 1.10-3 g/l 1.10-4 g/l Quantité sur la colonne (g) 3.10-5 1,5.10-5 3.10-7 3.10-8 Aire réduite à 280 nm 3,78 1,91 0,46 0,39 Figure 2. Représentation de l’aire réduite du 2-CP en fonction de la quantité sur la colonne en mg. Une régression linéaire présente une droite dont le pertinence du choix linéaire de cette régression. R2 de 0,9967 confirme la Il est possible d’estimer une limite de détection de la méthode ; le pic obtenu pour l’échantillon le moins concentré (1.10-4 g/l) est encore plus de 20 fois supérieur au bruit de fond de la méthode. C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  11/X  

[close]

p. 12

• Tableau n°7. Résultats obtenus pour le 3-chlorophénol : Concentration de l’échantillon de départ (g/l) 1.10-1 g/l 5.10-2 g/l 1.10-3 g/l 1.10-4 g/l Quantité sur la colonne (g) Aire réduite à 280 nm 3.10-5 1,5.10-5 3.10-7 3.10-8 6,67 3,49 0,59 0,35 Figure 3. Représentation de l’aire réduite du 3-CP en fonction de la quantité sur la colonne en mg. Une régression linéaire présente une droite dont le pertinence du choix linéaire de cette régression. R2 de 0,9993 confirme la A nouveau, il est possible d’estimer une limite de détection de la méthode ; le pic obtenu pour l’échantillon le moins concentré (1.10-4 g/l) est encore plus de 20 fois supérieur au bruit de fond de la méthode. C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  12/X  

[close]

p. 13

• Tableau n°8. Résultats pour le 4-chlorophénol : Concentration de l’échantillon de départ (g/l) 1.10-1 g/l 5.10-2 g/l 1.10-3 g/l 1.10-4 g/l Quantité sur la colonne (g) 3.10-5 1,5.10-5 3.10-7 3.10-8 Aire réduite à 280 nm 5,27 2,88 0,34 0,24 Graphique de l’aire réduite en fonction de la quantité de 4-chlorophénol (en grammes) réellement sur la colonne : Figure 4. Représentation de l’aire réduite du 4-CP en fonction de la quantité sur la colonne en mg. Une régression linéaire présente une droite dont le pertinence du choix linéaire de cette régression. R2 de 0,99936 confirme la Une fois de plus, il est possible d’estimer une limite de détection de la méthode ; le pic obtenu pour l’échantillon le moins concentré (1.10-4 g/l) est encore plus de 20 fois supérieur au bruit de fond de la méthode. C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  13/X  

[close]

p. 14

• Tableau n°9. Résultats obtenus pour le 2,3-dichlorophénol : Concentration de l’échantillon de départ (g/l) 1.10-2 g/l 5.10-3 g/l 1.10-3 g/l 1.10-4 g/l Quantité sur la colonne (g) 3.10-6 1,5.10-6 3.10-7 3.10-8 Aire réduite à 280 nm 0,95 0,75 0,27 0,023 Figure 5. Représentation de l’aire réduite du 2,3-DCP en fonction de la quantité sur la colonne en mg. Dans ce cas, la régression linéaire ne donne pas de résultats satisfaisants. La courbe de calibration est une courbe polynomiale du second degré qui présente un R2 satisfaisant de 0,994. Encore une fois, il est possible d’estimer une limite de détection de la méthode ; le pic obtenu pour l’échantillon le moins concentré (1.10-4 g/l) est encore plus de 20 fois supérieur au bruit de fond de la méthode. C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  14/X  

[close]

p. 15

• Tableau n°10. Résultats pour le 2,4-dichlorophénol : Concentration de l’échantillon de départ (g/l) 1.10-1 g/l 5.10-2 g/l 1.10-3 g/l 1.10-4 g/l Quantité sur la colonne (g) 3.10-5 1,5.10-5 3.10-7 3.10-8 Aire réduite à 284 nm 5,27 2,88 0,34 0,24 Figure 6. Représentation de l’aire réduite du 2,4-DCP en fonction de la quantité sur la colonne en mg. Une régression linéaire présente une droite dont le pertinence du choix linéaire de cette régression. R2 de 0,9994 confirme la Une fois de plus, il est possible d’estimer une limite de détection de la méthode ; le pic obtenu pour l’échantillon le moins concentré (1.10-4 g/l) est encore plus de 20 fois supérieur au bruit de fond de la méthode.   C.  Saussez  et  al.  (Revue  Scientifique  2012)     Page  15/X  

[close]

Comments

no comments yet