FrontièreS

 

Embed or link this publication

Description

Le Collectif de la ligne 10 est un Collectif d'écrits situé à Bruxelles et fait partie du réseau de ScriptaLinea aisbl, le réseau d'écritures littéraires et sociales pour le bien commun

Popular Pages


p. 1

ligne 10 13 15 27 33 39 45 Collectif de la ligne 10 Frontière 61 MICHEL WOLFF ZISKA LAROUGE PAUL DUPUIS DIDIER DE LA POTTERIE VIVIANE MARTHE ISABELLE DE VRIENDT SYLVIE VAN MOLLE JÉRÔME DUPONT DOMINIQUE MICHIELS ANAÏS DE BOCK PASCAL DE BOCK JEAN CHRISTOPHE STEINBACH ÉMILIEN HOMMÉ 55 63 67 73 83 91 101 RECUEIL DE TEXTES DE 10 AUTEURS AUTOUR DU THÈME DES FRONTIÈRES 13

[close]

p. 2

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 © Collectifs d’écrits Droits d’utilisation : FrontièreS du Collectif de la ligne 10 est produit par ScriptaLinea et mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons [ texte complet sur www.creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr ] ScriptaLinea, 2013. N° d’entreprise BE 0503.900.845 RPM Bruxelles Edit. Resp.: Isabelle De Vriendt Siège social: Avenue de Monte-Carlo 56 – 1190 Bruxelles (Belgique) www.scriptalinea.org Si vous voulez rejoindre un Collectif d’écrits, contactez-nous via notre site : www.collectifsdecrits.org

[close]

p. 3

ligne 10 ScriptaLinea Quelques mots sur ScriptaLinea Cette compilation de textes a été réalisée dans le cadre de l’aisbl ScriptaLinea. ScriptaLinea se veut un réseau, un soutien et un porte-voix pour toutes les initiatives collectives d’écriture à but socio-artistique, en Belgique et dans le monde. Ces initiatives peuvent se décliner dans différentes expressions linguistiques: français (Collectifs d’écrits), portugais (Coletivos de escrita), anglais (Writing Collectives), néerlandais (Schrijversgemeenschappen)... Chaque Collectif d’écrits rassemble un groupe d’écrivant-e-s (reconnu-e-s ou un thème de société que chacun-e éclaire d’un texte littéraire, pour aboutir à une publication collective. Une fois l’objectif atteint, le Collectif d’écrits peut accueillir de nouveaux et nouvelles participant-e-s et démarrer un nouveau projet d’écriture. Les Collectifs d’écrits sont nomades et se réunissent dans des espaces (semi-) publics: centre culturel, association, bibliothèque... Il s’agit en effet, pour le Collectif d’écrits et ses lecteurs, d’élargir les horizons et, globalement, de renforcer le tissu socioculturel d’une région ou d’un quartier, dans une logique non marchande. Les Collectifs d’écrits se veulent accessibles à ceux et celles qui veulent stimuler et développer leur plume au travers d’un projet collectif et citoyen, dans un esprit de volontariat et d’entraide. Chaque écrivant-e y est reconnu-e comme expert-e, à partir de son écriture et de sa lecture, et s’inscrit dans une relation d’égal-e à égal-e avec les autres membres du Collectif d’écrits, ouvert-e aux expertises multiples et diverses. Chaque année, les Collectifs d’écrits d’une même région ou d’un pays se d’écriture une approche similaire. Cette démarche, développée au niveau local, vise donc à renforcer les liens entre individus, associations à but social et organismes culturels et artistiques, dans une perspective citoyenne qui favorise le vivre-ensemble et la création littéraire. Isabelle De Vriendt Présidente de l’aisbl ScriptaLinea 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 3 –

[close]

p. 4

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 4 – © Collectifs d’écrits

[close]

p. 5

ligne 10 Collectif de la ligne 10 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 5 – Quelques mots sur le Collectif de la ligne 10 Brassage d’écritures et d’inspirations, le Collectif de la ligne 10 a repris son élan pour une deuxième année d’existence. Quelques uns l’ont quitté, d’autres l’ont rejoint. Résultat: pour l’an 1, nos écrivants bruxellois étaient embarqués pour un parcours urbain. Pour cet an 2, le parcours se démultiplie vers toutes les frontières. Nous y visitons les zones-tampons de l’imaginaire, les limites personnelles, géographiques ou politiques. Frontières, limites, rencontres improbables... Les textes issus de cette année d’aventure commune livrent la résonance de ces mots. Les membres du Collectif, au-delà de leurs di érences d’âges, de pratiques d’écriture ou de styles, ont stimulé leurs créations, dans la bienveillance de leurs regards croisés. Anaïs et Pascal De Bock, Didier de la Potterie, Isabelle De Vriendt, Jérôme Dupont, Paul Dupuis, Émilien Hommé, Ziska Larouge, Viviane Marthe, Dominique Michiels, Jean-Christophe Steinbach, Sylvie Van Molle et Michel Wol Membres 2013 du Collectif de la ligne 10

[close]

p. 6

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 6 – © Collectifs d’écrits

[close]

p. 7

ligne 10 Collectif de la ligne 10 Table des matières 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 7 – Pour s’y retrouver Éditorial Cadavre exquis Frontières, Michel Wolff La ligne blanche, Ziska Larouge Les ponts du paradis, Paul Dupuis Univers croisés, Didier de la Potterie De l’autre côté, Viviane Marthe Kampala, Isabelle De Vriendt Lin et coton, Sylvie Van Molle Cet autre qui surgit en moi, Michel Wolff Les regards de Janus, Jérôme Dupont Les ébats-limites, Dominique Michiels Le présent ne fait que passé, Anaïs De Bock Accident de personne, Pascal De Bock Le stratège en chaise roulante, Jean-Christophe Steinbach ÉnumuréEs, Émilien Hommé; Les auteurs Les lieux traversés Remerciements 9 11 13 15 27 33 39 45 55 61 63 67 73 83 91 101 109 113 117

[close]

p. 8

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 8 – © Collectifs d’écrits

[close]

p. 9

ligne 10 Collectif de la ligne 10 Éditorial Vous avez dit FrontièreS? Ce soir-là, le Collectif de la ligne 10 s’attèle à rassembler ce qui divise. Vers quel thème de société se diriger ? Le Collectif s’attarde sur le mot FrontièreS et soupèse tous ses possibles. P. : La frontière physique ! F. : Oui, celle qui sépare, qui divise, qui cloisonne. V. : Et pas seulement physiquement. Il y a aussi celle qui nous sépare de l’autre. P. : Et qui me divise intérieurement; J.C. : Incroyable ! Tant de frontières et à quoi bon ? I. : Quand même, les limites sont structurantes. E. : C’est vrai, elles aident à se construire, à se différencier. D. : Elles sont protectrices. S. : Oui, mais elles peuvent aussi être source d’enfermement. V. : Un bon thème alors ! Tant de manières de l’aborder. S. : Sans tomber dans le manichéisme. J. : En bref, ça vous évoque quoi, vous, les frontières ? A. : ...des rencontres symboliques... D. : ...des séparations... M. : ... des refuges... P. : ... du métissage ! C’est amusant de se rendre compte comme le thème des frontières est séparateur ...euh, fédérateur ! Finalement est-ce qu’on a besoin de frontières ? Ne sont-elles pas une construction de l’esprit ? Pourquoi pas les oublier ? Le Collectif de la ligne 10 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 9 –

[close]

p. 10

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 10 – © Collectifs d’écrits

[close]

p. 11

ligne 10 Collectif de la ligne 10 Cadavre exquis Le cadavre exquis de la ligne 10 Découvrez le «cadavre exquis» composé de la dixième ligne de chaque texte. Premier aperçu de l’itinéraire du Collectif de la ligne 10. « Qui le plus souvent nous tiennent à distance Je ne peux résister à la nécessité de coucher mon histoire sur papier Plutôt que de les croquer, elle en fait des boucles d’oreille en pouffant d’un rire léger Hé bien, tu ne dis pas bonjour ?, me reprocha mon père, debout à mon côté Ils savent où est la clé, s’ils ont besoin, ils pourront entrer Une éternité Je les trahirais; je me trahirais, car ces visions - à l’évidence - me concernent J’aimerais avoir un sourire sur le visage Tantôt appuyées sur le rebord d’une fenêtre, soutenant leur tête alourdie ou mal assises, les fesses traversées par le tube froid de l’arceau du parking vélo, confondues entre le confort de l’appui et l’endolorissement. Chacun s’y apprêtait avec complaisance Il jeta un coup d’œil négligeant au lit double dans lequel ses deux jeunes frères étaient déjà endormis Par contre, personne n’a jamais su pour l’épaisseur du Mur » 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 11 –

[close]

p. 12

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 12 – © Collectifs d’écrits

[close]

p. 13

ligne 10 Collectif de la ligne 10 Michel Wol Frontières Frontières! La puissance y leste les pas du désir. Emprises de sédentaires, Nous voulons sonder les lignes de démarcation, les limites proclamées, qui le plus souvent nous tiennent à distance L’intériorisation souvent a opéré et nous fait admettre les délimitations spatiales nées de l’Histoire. Là, de l’autre côté, on se sent ailleurs. Moi, devenu l’étranger. Souvent, miroir. Toujours, pèlerin. Ailleurs: un chemin d’espoir, si l’on n’y est pas traqué au nom de puissantes interdictions, forgées au même feu que les protections étatiques! Là, de l’autre côté, marche pour revivre celui qu’effondrement et périls ont chassé de son pays. Arrivé sur le territoire de la différence, il reçoit le surnom d’étranger. Frontières: nées de batailles et complots! Zébrures traversant rêves et désespérances. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 13 –

[close]

p. 14

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 – page 14 – © Collectifs d’écrits

[close]

p. 15

ligne 10 Collectif de la ligne 10 Ziska Larouge 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 La ligne blanche «D. » s’amusait avec son nouveau jouet. Il éclata d’un rire joyeux, le nez collé à la sphère transparente. Parler de soi est chose étrange. J’ignore si mon témoignage retiendra l’attention d’un quelconque lecteur. Néanmoins, dans l’effroi et l’imprécision de mon devenir, je ne peux résister à la nécessité de coucher mon histoire sur papier. Dès l’enfance, je fus remarqué pour ma tendresse de cœur. Né de parents aimables, épiciers de leur état, j’avais hérité de cet air de bonhomie qui me valut tout au long de ma vie quantité de camarades. Il se dégageait de ma personne l’impression que intellectuel dans ses rangs. À années plus tard, je fus promu au poste de rédacteur. Dans la foulée, j’épousai MarieChristine, la présentatrice du JT. La vie semblait me vouer un enthousiasme perpétuel que je résolus d’arborer moi-même en toutes circonstances. Trois enfants nous sont nés – Justine, Noël et Sabrina – tous trois adultes aujourd’hui. L’ainée s’est établie aux Etats-Unis et y produit une émission à succès. Noël a entrepris un tour du monde à vélo, parrainé par la radio attachée à la maison qui m’emploie. Quant à Sabrina, la petite dernière, elle à cet instant précis, alors que mon écriture égratigne le papier avec la frénésie de jours. *** – page 15 –

[close]

Comments

no comments yet