Bulletin de l'ACIPA n°35 - Juin 2012 - 28 jours !

 

Embed or link this publication

Description

Bulletin d'information de l'ACIPA qui s'oppose au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (44) - Juin 2012

Popular Pages


p. 1

BULLETIN D’INFORMATION AUX ADHÉRENTS No 35 – Juin 2012 28 jours ! Pour comprendre la grève de la faim, il faut saisir qu’une différence d’appréciation s’est mise progressivement en place : – d’une part, la grande majorité des militants se disant « la lutte est longue, mais on est certains de gagner, entre autre avec la loi sur l’eau. Les recours vont demander du temps, mais on va gagner. » – d’autre part, les agriculteurs résistants pensaient, sans trop le dire : «tu vas gagner, je te crois, mais moi, je ne serai plus là.». En effet, le mécanisme de l’expropriation a suivi inexorablement son cours : arrêté de cessibilité « les terres, les maisons et les fermes de la zone sont à acheter », puis en février 2012, ordonnance d’expropriation « vous n’êtes plus chez vous, vous êtes chez AGO-Vinci », et enfin, avec les mémoires valant offre « on discute du prix ». On doit ensuite argumenter, faire un contre mémoire et accepter la visite du juge, qui décidera de la valeur finale ; c’est ce qui va se passer en mai et juin. Le prolongement de tout cela est : « que vous preniez l’argent ou pas, vous êtes illégaux, puisque vous êtes chez Vinci et expulsables fin 2012 ». Tout comme nos amis du Larzac étaient expulsables depuis décembre 1980… Il faut bien comprendre que cette démarche vous coupe les jambes, vous donne un sentiment de grande insécurité, puisqu’une ferme se gère sur une période de l’ordre de 12 mois, et que dire du temps nécessaire pour en trouver une autre, si besoin. Il devenait impossible pour nous agriculteurs de continuer à se battre contre ce projet, tout en évaluant nos biens et faisant face au travail quotidien. Nous nous sentions poussés dehors et ne pouvions pas l’accepter sans rien faire. Une grande manifestation, même bien réussie ne résoudrait pas cela. C’est ainsi que l’idée d’une grève de la faim s’est imposée comme moyen ultime pour sauver les agriculteurs de l’urgence, pour qu’ils ne soient pas déménagés deux ans avant que la lutte ne soit gagnée. Un groupe discret s’est constitué, qui a validé cette idée et le calendrier calé sur le 1er tour des présidentielles. La présence des tracteurs et des moutons nous permettait d’illustrer « Notre-Dame qui envahit symboliquement la ville » et assurait un bon contact avec le public. Le lieu : un lieu symbolique de la résistance et proche de la mairie et du conseil général. Les grévistes : des candidats volontaires évidemment, plusieurs au cas où l’un aurait eu des soucis de santé. Le comité de soutien à qui il serait beaucoup demandé et dont le rôle serait essentiel tant en logistique qu’en communication. Vous savez comment s’est déroulée la grève. Notons quelques idées de génie liées à notre intelligence collective : – face à la pression de la préfecture, déménager en faisant une mini manif pour atteindre le bas de la rue Jean-Jacques Rousseau en laissant une gerbe au monument de la Résistance – organiser une rotation des grévistes en cas de départ, chaque nouveau gréviste portant un nouveau symbole (Marie citoyenne au-delà de la Loire-Atlantique, Robert référence scientifique et morale, Séverine et Sandrine pour une agriculture en circuit court et qui a du mal à trouver des terres). .../... Photo A.-M. Chabod – ACIPA 2012. 2e forum européen contre les grands projets inutiles imposés Du samedi 7 au mercredi 11 juillet à la Noé Verte – La Pâquelais – Vigneux de Bretagne (44) Pour la convergence des luttes

[close]

p. 2

28 JOURS ! La suite… Dés le début, les soutiens ont été forts, nombreux, et très chaleureux, bien au-delà de ce que nous imaginions. Rappelons, par exemple, dès le premier soir, la venue d’une cinquantaine de militants de la Confédération Paysanne lorsque nous craignions d’avoir des PV toutes les deux heures. Beaucoup de militants sont venus nous voir presque tous les jours. Michel nous a dit publiquement que dans sa vie de militant, il n’avait jamais connu autant de soutien et d’affection et que cela avait été pour lui un vrai bonheur. Le succès du Blog Paroles de Campagne était inattendu, il a permis une bonne diffusion de l’actualité et du point de vue paysan. Le voyage le jeudi au QG des deux candidats du 2e tour était une étape logique : porter notre demande au 16e jour de grève. Le résultat a aussi été très instructif : un non de chaque côté, mais géré très différemment ; chez Sarkozy, accueil très policier et méprisant, chez Hollande accueil ouvert, humain, souci des grévistes et J.-M. Ayrault qui veille au grain. Dans le bilan de ce mois intense, il nous semble que l’on peut mettre : – un engagement plus fort de nos militants associatifs et politiques — en particulier un engagement fort des paysans, ce qui a permis cette magnifique manif du 3 mai ; – une bonne mobilisation à chaque meeting de J.-M. Ayrault – une perception très bonne de la part des Nantais ; – une bonne à très bonne couverture médiatique régionale et au final une bonne couverture nationale ; – des lignes ont bougé, par exemple la commission agricole du PS qui nous a soutenu, ce qui suscitera des débats internes au PS. Nous pensons en particulier que tous les contacts agricoles du PS se sont mobilisés en notre faveur, et que si tous ces réseaux s’activent en même temps, cela sera très efficace. Citons l’engagement de la FNAB (agriculture biologique), des CIVAM, de la Confédération Paysanne et la création de collectifs COPAINS (qui regroupent ces différentes structures) dans les départements voisins. Dans les regrets, il faut mettre la durée (les 28 jours de Michel) pour que nos grands élus donnent enfin la priorité à l’approche humaine sur la communication. En conclusion, il faut parler de cet accord : non pas arrêt de l’expropriation, mais suspension des expulsions quand nous serons illégaux. Cela s’applique à ceux qui n’ont pas Marcel et Sylvie Thébault sur leur exploitation. signé d’accord amiable, agriculteurs ou habitants, à la date de la DUP. Ceci, le temps du traitement des recours actuellement déposés, ce qui selon nos juristes représente deux ans. Pour les habitants, dont certains étaient expulsables au 1er juillet, c’est un vrai soulagement. Pour les agriculteurs, il va falloir « galèrer » dès maintenant à expertiser la valeur de la ferme, subir la visite du juge et d’AGO, passer en audience et attendre la décision finale du juge, tout cela en même temps que les semis et récoltes de printemps. Mais nous avons deux ans devant nous et le moral sera bien meilleur. Cela dit, cet accord, il va falloir le faire vivre et nous aurons besoin de vous tous pour cela. AGO et les élus vont-ils accepter de rester deux ans sans rien faire ? Il y aura peut être des tentatives d’expulsions, sans doute des tentatives de travaux, de sondages (ne serait ce que pour tester la mobilisation). Il peut y avoir des tentatives d’expulsion de jeunes de la ZAD et de démolition de maisons de la ZAD, nous ne devrons pas l’accepter. La lutte continue, c’est évident, mais nous pensons que nous serons plus forts et plus nombreux à nous battre. Après cette grève de la faim, construire Notre-Dame-des-Landes, ce n’est vraiment plus possible ! Après la nomination du gouvernement, il nous faut : – étape 1 : obtenir un décret qui officialise, qui engage l’État sur cette absence d’expulsion ; – étape 2 : enterrer le projet, après une remise à plat, un moratoire officiel ou tout ce que l’on veut, mais un seul homme, fut-il Premier ministre, même avec beaucoup d’élus locaux à ses ordres, ne pourra pas résister à l’ensemble de nos soutiens, s’ils s’activent fortement en même temps pour faire tomber ce projet, si incohérent avec l’écologie, l’économie et le bon sens même. Sylvie et Marcel Thébault. Samedi 16 juin – Salle Simone-de-Beauvoir à Treillières – 20 H YOD (Finistère) – TRIOZED (Pays vannetais) – Les frères LANDREAU (Nantes) 4 e fest-noz de soutien à la coordination des opposants Photo P. Carrier – ACIPA 2011.

[close]

p. 3

LES PROCÉDURES JURIDIQUES Liste des recours concernés par l’accord avec le PS, qui deviennent de facto suspensifs : • recours devant le Conseil d’État contre le décret approuvant le contrat de concession en date du 29 décembre 2010 ; • recours devant le Conseil d’État contre le refus du Premier ministre d’abroger la déclaration d’utilité publique (DUP) du 9 février 2008 ; • recours devant la Cour de cassation contre les ordonnances d’expropriation déjà rendues ; • question prioritaire de constitutionnalité devant le Conseil constitutionnel, jugée avant le 15 juin 2012. Autres recours en cours non compris dans l’accord : • plainte devant la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) suite à la procédure devant le Conseil d’État contre la DUP ; • recours devant l’Autorité de la concurrence concernant la passation de la délégation de service public ; • recours devant le tribunal administratif de Nantes contre l’arrêté préfectoral de cessibilité suite à l’enquête parcellaire. Recours à venir : • recours devant le tribunal administratif de Nantes contre l’arrêté préfectoral sur les compensations de zones humides au titre de la loi sur l’eau (enquête publique à venir en juin-juillet 2012) ; • plainte devant la Commission européenne ; • plainte doublée d’une autre devant la Commission des pétitions du Parlement européen. Enquêtes publiques : ça recommence… Démarrage de 5 (!) enquêtes publiques, du 21 juin au 23 juillet, concernant la loi sur l’eau, les rétablissements de voirie, les dessertes routières et enquêtes parcellaires complémentaires. Pendant les vacances, bien sûr ! Qui va y participer ? Du coup, des associations dont l’ACIPA demandent qu’elles soient reportées (ou, a minima, prolongées) pour permettre une réelle consultation du public. Nous restons mobilisés. Informations à suivre sur : http://acipa.free.fr. (infos officielles sur le site de la préfecture : http://www.loireatlantique.pref.gouv.fr/Les-actions-de-l-Etat/Amenagement-duterritoire-Urbanisme/Projet-d-aeroport-du-grand-ouest/Enquetespubliques-Juin-Juillet-2012) Je remercie très fort les co-grévistes pour le soutien mutuel : Marcel et Françoise au départ, trio équilibré et bien représentatif ; puis Gilles, le docker à la fougue d’ex-élu ; nos deux jeunes paysannes, grand témoignage de jeunesse et de l’agriculture paysanne ; Marie, notre mère tranquille et force de vie militante ; et Robert, rage de vie et burette d’huile incroyable dans les négociations ! Nous fûmes tous entourés et très soutenus par une équipe incroyable de présence, d’attention et de recommandations dans les moindres détails de la vie quotidienne. Merci aussi à chacune des composantes de ce combat ! Sans oublier Jeanne, les enfants et petits-enfants ! Sans leur confiance et leur amour rien n’était possible ! Quel bonheur dans une vie de militant de vivre une telle intensité d’échanges et de remise en cause d’un système du passé et ensemble de découvrir qu’un autre monde peut être possible. Comme dans toute aventure humaine, il y a eu quelques moments plus difficiles : les nuits très longues, sans un véritable sommeil et les derniers jours de doute sur le plan physique : mon corps commençait à me donner quelques signes de faiblesse pour la marche et la force de parole ; l’inquiétude familiale grandissait aussi et ne pas savoir si les buts seraient atteints était très difficile à vivre. Mais cela n’a été que quelques instants de doute complètement effacés entre 18 et 21 heures le soir du 28e jour et le partage du meilleur bouillon de soupe que j’aie jamais pris dans ma vie (merci Jeannette !) Nous avons collectivement mené notre action au bout comme les journées d’été, les tracto-vélo ou manifs ! Alors maintenant toutes et tous en marche vers la victoire ! La lutte continue ! Je demande l’engagement de toutes et tous dans les législatives avec un seul mot d’ordre : l’aéroport international du Grand Ouest, c’est Nantes Atlantique et les 2 000 hectares d’agriculture et de bocage de NDL resteront terres vivrières pour nos enfants ! Notre détermination finira par imposer l’abandon total de ce projet. Françoise Verchère Passer près d’un mois dans des caravanes au cœur de la ville est une expérience inédite. Au-delà de la faim — qui était prévue ! — et du froid — plus imprévu en ce mois d’avril 2012 — c’est du bruit que nous aurons aussi souffert. Car la ville est bruyante jour et nuit. Et surtout la nuit : circulation routière permanente, avec une pause relative entre 2 et 4 heures du matin, pétarades de cyclomoteurs et autres motos, passage régulier des tramways, accompagnés de leur jolie sonnette tintinnabulante, sirènes de police, de pompiers, d’ambulances, hélicoptère du CHU et enfin (surtout ?) humains hurlant, criant, jurant à la sortie des bars et autres boîtes de nuit… Nous avons donc rêvé de bouillon de légumes et de nuits calmes… Et les avions au fait ? Ah oui, nous en avons vus passer un certain nombre à l’atterrissage : dans la journée, leur bruit émerge du fond sonore pendant 15 à 20 secondes maximum quand le tramway s’entend de 12 à 15 secondes, mais bien plus souvent et que les autres bruits de la vie sont multiples et variés ! Honnêtement, nous, ce ne sont pas les avions qui nous ont empêchés de dormir, mais peut-être est-ce le bruit TÉMOIGNAGES D’AUTRES GRÉVISTES Michel Tarin Je ne sais encore pas si je sors d’un rêve, d’un voyage en ville ou d’un voyage à travers le monde, mais sûrement de 4 semaines intenses d’échange de rencontres et de chaleur humaine ! Sensations de journées très courtes entre les réunions de fonctionnement avec l’équipe rapprochée, le passage de centaines de personnes, de délégations (trois temps « émotion » : les Amis du Larzac, les délégations palestinienne et polonaise) et le grand tourbillon médiatique où il fallait à la fois faire passer les messages de fond, ne pas prendre plus que sa place dans l’équipe, tout en permettant la plus grande percée médiatique. Heureusement que la nourriture était très abondante par le relationnel, car nous nous n’avons jamais eu le temps de nous arrêter pour manger… Photo A.-M. Chabod – ACIPA 2012. Photo A.-M. Chabod – ACIPA 2012.

[close]

p. 4

général de la ville qui a rendu sourds pendant 28 jours les responsables politiques locaux ? Heureusement, ils ont fini par entendre et nous, nous avons pu enlever nos boules Quiès. J’ai même eu un immense soulagement à rentrer aux Couëts, tout près de l’aéroport et sous les avions au décollage… Robert Chiron Je remercie les grévistes et le comité de soutien de m’avoir accepté parmi eux : j’en suis fier. J’ai pensé que mon parcours d’universitaire, écologiste et acteur engagé dans la solidarité Nord-Sud montrait l’élargissement des soutiens au mouvement. Et j’espérais que mon expérience de la burette d’huile pourrait servir à débloquer les engrenages coincés du côté officiel… J’ai été impressionné par la force de la manif des tracteurs et par l’ambiance dans la foule avec les chants « On lâche rien ! », par la chaleur des amitiés exprimées, par le nombre des visiteurs apportant leur soutien, par le courage des grévistes déjà engagés depuis de nombreux jours et par la détermination particulière des femmes (les grévistes et les autres à côté). Et je continuerai à faire connaître l’intérêt thérapeutique du jeûne (court, 3 jours) face au cancer pour les malades. Pour moi, ce fut positif : j’ai déjà un résultat en ce sens. je pense aux squatteurs qui nous ont également soutenu durant cette grève de la faim. Je les remercie particulièrement car nous ne pouvions rien faire face à leurs expulsions possibles. Donc oui je serai là pour les ré-occupations après les expulsions d’habitants légitimes mais illégaux, car cette forme de lutte fait partie de l’ensemble qui stoppera ce projet. Le lendemain du 8 mai. Un peu peur du « vide » à la suite de ce moment unique, je suis allée prendre l’air en Bretagne pour me reposer et ne pas subir la mise en place du nouveau gouvernement… et manger !… avec beaucoup de plaisir ! Résultat : après les 7 kg perdus, 5 de repris à l'épreuve de la pesée du 20 mai ! À lire, quelques-uns des centaines de messages de soutien reçus à l’attention des grévistes sur le blog Paroles de campagne http://parolesdecampagne.blogspot.fr/p/messages-de-soutien.html Photo A.-M. Chabod – ACIPA 2012. Séverine Durand […] Je m’étais posé la question de commencer la grève en même temps que Marcel & Michel, ma décision avait été d’être présente au maximum pour aider à la logistique, aux contacts avec les médecins… Le silence des politiques m’écoeurant, j’ai ressenti le besoin de rejoindre les grévistes pour continuer à les soutenir, pour montrer que ces grands projets inutiles concernent toutes les générations, pour signifier que le modèle agricole dominant génère des modèles plus respectueux de la nature et des hommes et que nos choix de société ne sont plus à rêver mais à réaliser. Beaucoup d’émotions au cours, et après, cette forme d’action inédite pour la militante que je suis. Le mot « solidarité » qui se matérialise : les producteurs en vente directe qui projettent le marché de 2032 sans aliment, un rassemblement de plus de 200 tracteurs le jeudi 3 mai, mes collègues paysans-boulangers qui assurent mon marché hebdomadaire… Le mot « solidarité » qui prend corps par les nombreuses personnes qui viennent au square Daviais… Une solidarité que j’enviais au mouvement du Larzac… qui s’est redéfinie pour ce bocage landais. Chaud au cœur, il fallait bien ça vu la météo ! Toutes les formes de soutien m’ont nourri pour ces 14 jours sans nourriture alimentaire. Nourriture saine & riche : rencontres, partage de valeurs communes, espoir, lien inter-générationnel renforcé… Très belle étape, loin d’être la dernière, mais dynamisante pour tout ce qui nous attend. Nous n'avons pas obtenu l’ensemble de nos revendications, mais le bilan est positif. Aujourd'hui Photo B. Durand – ACIPA 2012. Un gazeur sachant gazer doit savoir gazer sans s’en venter* … « On a fini ici, on arrive bientôt », avait dit un gradé lors du déplacement du juge. « Bien reçu, on va les chauffer un peu en attendant », avait répondu un gendarme, au bout du talkie. Et psschitt ! Une bonne giclée de gaz sur les manifestants qui patientaient tranquillement. Mais parfois les vents sont contrariants, et les gazeurs... gazés. * ni s’en vanter, d’ailleurs ! Photo A.-M. Chabod – ACIPA 2012.

[close]

p. 5

225 tracteurs et près de 10 000 personnes au rendez-vous du 24 mars : une belle manifestation anti aéroport à la veille des échéances électorales 2012. 24 MARS À NANTES POUR L’ARRÊT DU PROJET Solidarité paysanne ! 225 tracteurs venus de tous les coins de Loire-Atlantique et aussi du Maine-et-Loire (Candé), du Morbihan, de la Vendée et d’Ille-et-Vilaine (Ercé-en-Lamée). Solidarité citoyenne ! Près de 10 000 personnes. Manifestation imposante et réussie sous le soleil printanier. Nous ne pouvons publier ici l’intégralité des prises de paroles. En voici quelques extraits, la suite dans http://communiquesacipa.blogspot.fr/2012/03/prises-de-paroles-lors-de-la-manif-du.html « Nous sommes déterminé-e-s à préserver ces terres agricoles, ces ressources en eaux, ces zones humides et ces espaces de vies. Nous sommes déterminé-e-s à nous opposer aux tentatives d’expulsions des habitant-e-s et des paysan-ne-s, à nous opposer à l’anéantissement des liens sociaux dont ce secteur est riche. » Collectif organisateur « Nous ne pardonnerons pas, ni aujourd’hui, ni demain, ni jamais à tous ceux qui osent soutenir, de près ou de loin, cette terrible agression contre la beauté de la vie. […] La bataille continue, et nous ne pouvons pas la perdre. Seulement, il faut se lever. Et pas à moitié. Il faut s’unir, et sortir nos étendards ». Marie Jarnoux, pour les habitant-e-s qui résistent « Nous disons aux Nantais et aux habitants du département : que chacun s’empare de ce dossier, regarde les chiffres et les faits que, méthodiquement, nous avons mis en lumière, que chaque citoyen interpelle les élus de sa commune, de son canton, pour faire vaciller la certitude de ceux trop nombreux qui ne connaissent même pas vraiment le dossier… Les porteurs de projet sont obstinés ? Oui, mais nous le sommes aussi, et notre détermination est intacte. Nous ne céderons pas. Nous ne voulons ni pistes, ni parkings à NDL, nous voulons garder les terres et les paysans. Nous les garderons ! » Françoise Verchère, pour le CéDpa Actuellement, c’est sur 17 000 hectares que Vinci cherche des surfaces de compensation. Ce projet, vous le voyez, ne concerne pas que Notre-Dame-des-Landes. C’est tous ensemble que nous pouvons résister… » Marcel Thébault, pour l’ADECA « Ni ici ni ailleurs », des artistes chantent contre le projet de Notre Dame des Landes ! Un CD en vente pour 10 euros au profit de la lutte. Renseignements au 02 40 57 26 25 Photo A.-M. Chabod – ACIPA 2012. « Nous lançons un appel aux collègues paysans : résistez vous aussi, n’acceptez pas de mesure agro-environnementale compensatoire. Nous disons aussi aux élus : n’acceptez pas de mesures de restauration environnementale (par exemple sur des marais à restaurer) pour Vinci, vous en aurez besoin à l’avenir en compensation pour vos zones d’activité ou vos zones pavillonnaires. Photo C. Grisollet – ACIPA 2012.

[close]

p. 6

Samedi 7 juillet Un nouveau président François Hollande qui impose a son futur Premier ministre d’ouvrir des négociations avec les opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, c’est un signe de dialogue qui contraste avec la posture de fin de non recevoir de l’UMP, prise en plein visage le jeudi 26 mai à Paris ! Le 8 mai 2012 fera date pour la signature d’un accord difficile, mais réaliste et qui, ne soyons pas dupes, a permis la nomination du nouveau Premier ministre Jean-Marc Ayrault… À ce nouveau poste gratifiant, Jean-Marc Ayrault aura de nouvelles et graves décisions à faire accepter par le peuple français, sous l’autorité du président de la République : rien à voir avec un petit aéroport de province ! Forts de cet accord de non-expulsion pour les habitant-e-s et paysan-ne-s de la zone définie par la déclaration d’utilité publique (09.02.2008), engageons sans tarder des discussions avec les ministres concernés. Grâce à l’appui des courants politiques qui nous ont soutenus pendant ces 4 semaines nantaises, à la formidable mobilisation sur le terrain de TOUS les acteurs de la lutte contre ce projet et au bien fondé des recours juridiques enfin reconnus, nous sommes en marche vers un moratoire sur le projet d’aéroport, dicté par l’ouverture du dialogue préconisé par le président de la République à son Premier ministre. « Le changement, c’est maintenant ! » Julien Durand, porte parole de l’Acipa. Dimanche 8 juillet • Grande action collective • Pique-nique • Forums • Concert : Prévert, Champs de Révolte Du 7 au 11 juillet • Stands • Débats • Animations … Camping, bar et restauration sur place. tions, des territoires, des activités socio-économiques, ils menacent les terres agricoles, les milieux naturels et l’habitat humain. Partout, ils gaspillent des ressources, qu’elles soient en terre nourricière ou en fonds publics. Il est grand temps d’inverser ce penchant destructeur. Ensemble nous allons impulser des comportements novateurs à l’heure où se gravent dans le marbre les renoncements politiques d’élus qui ne veulent pas ou n’osent pas le changement. Alors nous vous disons... à cet été ! http://forum-gpii-2012-ndl.blogspot.fr/ contact.forum.gpii@free.fr LES ÉCHOS DU NET Les différents sites et réseaux sociaux de l’ACIPA ont vu leur fréquentation exploser avec la grève de la faim : le compteur affiche 253 494 visites, soit près de 20 000 visites durant la grève de la faim (jusqu’à 900 pages vues par jour), près de 762 personnes aiment la page Facebook, celle-ci a touché jusqu’à 22 000 personnes sur une semaine, 735 abonnés au fil Tweetter avec 1 530 tweets et vous êtes 1 719 abonnés à la lettre d’info. Le film Notre-Dame-des-Landes au cœur de la lutte a été vu plus de 6 500 fois sur Dailymotion et des projections publiques sont maintenant organisées. Enfin la revue de presse compte plus de 750 articles de plus que lors du précédent bulletin. Grand merci à Mado et Alexandre pour l’important travail de reprise des articles. Deuxième Forum européen contre les grands Projets Inutiles Imposés Pourquoi un 2e forum européen contre les Grands Projets Inutiles et Imposés ? Parce qu’il en faudra un 3e et quelques autres encore sans doute ! Avant toute chose, saluons l’initiative de nos amis italiens de NO TAV du Val de Suza qui ont su enclencher ce processus en août 2011 (voir http://www.11-12-2010.eu/ITA/ et http://www.presidioeuropa.net/blog/?lan=5). À cette lutte ardue que vivent celles et ceux qui refusent l’expropriation des terres et le déni de démocratie, vient se greffer maintenant la solidarité internationale pour un plus grand retentissement. Pour exemple ce 11 avril 2011, comment rester insensible devant une paysanne de 67 ans qui, sur sa propriété à la Maddalena di Chiomonte, s’enchaîne aux grilles que pose une entreprise sous renfort de police ? C’est dans ce cadre que l’ACIPA (http://acipa.free.fr), ainsi que d’autres associations, avait répondu présente à l’invitation de NO TAV en août 2011. Les amitiés ainsi nouées ont permis de fixer la première date où allait s’exprimer la convergence de nos luttes : le 12 novembre dernier à Paris. S’y sont retrouvés entre autres : NO TAV, le CADE, Stuttgart 21… lors de la manifestation des opposants au projet d’aéroport de Notre-Damedes-Landes. La Coordination des opposants au projet d’aéroport de NDL prend donc le relais pour organiser ce 2e forum contre les Grands Projets Inutiles et Imposés. Partout ils sont élaborés au profit d’intérêts privés, au détriment des popula- Béchu doute ? Il y a le CéDpa pour ça ! Citation de Christophe Béchu au sujet de l’aéroport de AngersMarcé : « Après tant d’échecs, il faut être sérieux et réaliste », déclare Christophe BÉCHU, le président du conseil général du Maine-et-Loire, lequel demande qu’une réflexion stratégique soit menée sur la complémentarité de l’aéroport d’AngersMarcé avec celui de Nantes Atlantique. « Pourquoi s’entêter à jouer tout seul et perdre plutôt que de s’inscrire dans une démarche plus régionale ? ». Pour le coup le président (de droite) se rapproche de l’idée des écologistes qui avaient proposé de jouer la complémentarité entre les aéroports (ou d’autres modes de transports), plutôt qu’envisager de construire le coûteux aéroport de Notre-Dame-des-Landes. • Illustration têtière : Pogam • Fabrication : Parenthèses • Imprimé sur papier recyclé. Directrice de publication : Anne-Marie CHABOD • Comité de rédaction : les membres de la commission communication • ACIPA – B.P. 5 – 44130 Notre-Dame-des-Landes – 06 71 00 73 69. Un nouveau quinquennat pour arrêter le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ! • Présentation des luttes européennes • Concert : Bred’Irie, Ke Onda, Z.E.P.

[close]

Comments

no comments yet