Bulletin de l'ACIPA n°27 - Octobre-Novembre 2009 - Quel bel été !

 

Embed or link this publication

Description

Bulletin d'information de l'ACIPA qui s'oppose au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (44) - Octobre-novembre 2009

Popular Pages


p. 1

BULLETIN D’INFORMATION AUX ADHÉRENTS No 27 – Octobre novembre 2009 QUEL BEL ÉTÉ ! La semaine de résistance organisée cet été a été un moment exceptionnellement fort dans notre lutte ! Après une journée de pluie continue, la 2e édition du festival Le Plancher des Vaches a pu se tenir comme prévu ; si le public n’a pas été aussi nombreux qu’espéré, la programmation fut très appréciée et nous tenons à remercier tous les artistes, en herbe ou confirmés, qui sont venus nous soutenir ainsi que tous les bénévoles qui en ont assuré le bon déroulement ! Notre désormais traditionnel pique-nique — ce fut la 9e édition — a rassemblé plusieurs milliers de personnes : les prises de paroles déterminées et une programmation musicale variée en ont fait encore une fois un beau succès ; merci aussi aux artistes de cet après midi-là ! Tout au long de la semaine, se sont déroulés de nombreuses de conférences, débats ou ateliers sur des thèmes allant du réchauffement climatique à l’écologie politique en passant par l’avenir de l’agriculture et bien d’autres choses encore ; que ce soit à l’intérieur du camp action climat ou dans le cadre des rencontres d’organisations politiques et/ou environnementales, les cerveaux ont bouillonné ! « …Il apparaît certain qu’un palier supplémentaire vient d’être franchi dans la lutte contre ce projet démentiel et destructeur : NDL est vraiment devenu symbolique d’un modèle de société mortifère !... » a conclu un participant. Au niveau national, les médias ont largement relayé notre lutte et nos arguments ; le projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes, fût-il haute qualité environnementale, est toujours « grenello-incompatible » et constituera un enjeu de taille dans les élections régionales prochaines ! Au niveau local, nous avons accueilli avec grand plaisir de nouvelles personnes venues s’informer. Le diaporama commun entre Solidarités Écologie et l’ACIPA, relatant l’historique du projet et les solutions alternatives, a convaincu chacun de la nécessité d’informer encore et encore la population, ce que nous continuons de faire dans les communes qui nous sollicitent. Ne relâchons pas la pression exercée sur nos décideurs ! Rejoignons les citoyens vigilants qui entament leur 2e année de permanence devant le conseil général de Loire-Atlantique ! Nous serons également présents sur les lieux des sondages géotechniques lors de leur reprise ! « Notre combat est juste, c’est pourquoi nous gagnerons ! » disait encore ce participant à la semaine de résistance cet été. Les coprésidents. A s s e m b l é e g é n é r a l e d e l ’ A C I PA mardi 10 novembre 2009 à 20 H. salle des Étangs à Fay-de-Bretagne

[close]

p. 2

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE Les adhérents de l’ACIPA sont invités à se réunir le mardi 10 novembre à 20 heures, salle des Étangs, à Fay-de-Bretagne pour une assemblée générale ordinaire avec à l’ordre du jour : • rapport d’activités ; • bilan moral et financier ; • arguments principaux (dont extraits du diaporama) ; • perspectives 2009-2010 : – sondages géotechniques, – occupation des maisons, – élections régionales, – manifestations diverses, etc. • élection du conseil d’administration. Possibilité d’adhérer sur place pour y participer : un bulletin d’adhésion est joint à ce bulletin. Un pot clôturera la soirée. « Fais (pas) comme l’oiseau… » à La Rolandière, le 8 août. d’une action générale de tous les faux voyageurs répartis dans l’aéroport, un tourbillon d’actions semant le trouble et l’hilarité des vrais passagers, des hôtesses et… des gendarmes. Au même moment, sur le site de La Rolandière, embarquement pour le vol 01-44130 : des passagers s’assoient dans l’avion sur des sièges en bottes de foin. La piste est matérialisée par deux cents personnes qui portent des chapeaux rouges ou jaunes. Mais, au moment du « décollage » l’hôtesse de l’air annonce au micro qu’il y a un petit problème sur la piste : des manifestants avancent vers l’avion en chantant, entre autre, « Fais comme l’oiseau » de Michel Fugain, légèrement remanié pour cibler Jean-Marc Ayrault. Finalement, l’unique tentative de décollage d’un avion à Notre-Dame-des-Landes a échoué. Enfin l’« AlterTour », tour cycliste familial pour une Nature sans dopage, s’est achevé à Notre-Dame, le 8 août, dans une formidable ovation de tous les participants. Cet « autre Tour de France » dénonce le dopage sous toutes ses formes : dans le sport parce qu’il porte atteinte à l’intégrité des sportifs, mais aussi dans l’agriculture, parce qu’il porte atteinte à l’environnement, à la biodiversité et à la santé de tous. La presse a ouvert largement ses colonnes à la semaine de résistance (Le Monde, Libération, La Croix, Marianne, Le Nouvel Obs… ) qui a réussi la gageure d’attirer sur le site des milliers de personnes venues de toute la France et d’Europe. Notre ambition était de réunir toutes les associations qui se battent contre les structures « grenello-incompatibles » qui nous sont imposées. Merci à ceux qui ont fait le déplacement! Un beau combat emblématique, des rencontres humaines et idéologiques. Notre objectif n’est pas totalement atteint, même si les porteurs du projet sont déstabilisés… Il manque un esprit de convergence des luttes : beaucoup ne voient leur combat que d’un point de vue local alors, continuons d’élargir le nôtre et soyons solidaires dans les luttes ! Margareth Lecoq SEMAINE DE RÉSISTANCE L’ACIPA et la coordination des associations et partis politiques en lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, ont organisé, dans la foulée du festival et du traditionnel piquenique, une semaine de résistance qui a rassemblé, au milieu du bocage, des organisations écologistes et politiques, autour du combat emblématique contre le projet d’aéroport, symbole des problèmes écologiques qui se posent aujourd’hui : réchauffement climatique, relocalisation des productions, justice sociale... Des conférences-débats et des ateliers ont permis à chacun de s’exprimer, de mutualiser nos luttes, de créer des liens. Pour certains ce fut une formidable découverte de l’écologie et pour tous une très belle aventure collective. Vie sobre en énergie au CAC Le premier camp action climat (CAC) français est venu soutenir la coordination contre ce projet d’aéroport. Quotidiennement, plusieurs centaines de participants ont démontré la possibilité d’une vie sobre, à l’impact écologique faible : 3 éoliennes auto-construites, des panneaux solaires et un générateur à huile en assuraient l’autonomie énergétique. L’alimentation sans viande provenait de l’agriculture bio, essentiellement des producteurs locaux, et le pain était fait sur place avec de la farine biologique. Ce camp action climat s’insère dans le cadre de la « campagne justice climatique », en préparation du sommet de la convention climat des Nations Unies, qui aura lieu à Copenhague, en décembre 2009. Armée de clowns et AlterTour Le 6 août, l’armée des clowns activistes a investi Nantes : magnifique parodie d’une piste d’atterrissage devant la préfecture… puis les soixante-dix clowns ont été rejoint par la vélorution nantaise dans une incroyable mêlée colorée et captivante... Le 8 août, ce fut le tour de l’aéroport de Nantes-Atlantique, où nos clowns semèrent la stupéfaction, avec prise de micro dans le hall d’accueil par un faux voyageur, bouleversé par sa prise de conscience de l’impact du réchauffement climatique. Ce fut le point de départ À L’arrivée de l’AlterTour…

[close]

p. 3

LES EUROPÉENNES « Je demande solennellement à Jean-Marc Ayrault d’abandonner le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes » Yannick Jadot, tête de liste Europe Écologie dans l’ouest. La liste Europe Écologie est arrivée en première position dans 14 communes de Loire-Atlantique : Blain, Barbechat, Casson, La Chevallerais, La Montagne, Grandchamp-des-Fontaines, La Grigonnais, La Chapelle-sur-Erdre, Notre-Dame-des-Landes, Mouzeil, Orvault, Saffré, Vay et Vigneux-de-Bretagne. À Nantes, Europe Écologie est arrivée en 2e position (25,54 %) et a infligé une cuisante défaite au PS (17,95 %). En LoireAtlantique, même chose avec 20,16 % contre 17,55 %, ainsi qu’en Pays-de-la-Loire : 16,47 % contre 15,81 %. C’est un signe, non ? ture, en dépit d’une forme pédagogique. De notre point de vue, cela démontre en creux que la position de ceux qui soutiennent ce projet n’est plus défendable. Elle n’a jamais été défendable écologiquement… Et aujourd’hui, elle n’est plus défendable économiquement non plus.» Elles souhaitent que leur réponse aide les élus à se faire leur propre opinion sur la pertinence ou non de ce projet et sur ses conséquences et proposent de les rencontrer, personnellement ou dans des réunions sur leurs communes, pour présenter leur diaporama commun,« Notre-Dame-des-Landes, un projet dépassé », qui retrace l’historique du projet, présente les arguments pour le refuser et expose des solutions plus raisonnables et moins coûteuses pour diminuer ou éviter totalement le survol de Nantes. Quant aux « deux modèles de société », pour l’ACIPA et SOLIDARITÉS ÉCOLOGIE : « La question de l’aéroport est en effet symptomatique de deux visions de la société qui s’opposent. Mais l’argumentaire de Nantes Métropole caricature grossièrement la position des opposants avec l’accusation de « régression », de « déclin », de « concepts dépassés et irresponsables ». Ces propos sont par ailleurs insultants pour les responsables politiques, de plus en plus nombreux, qui s’interrogent ou qui s’opposent à ce projet. Les personnes qui s’opposent au projet de nouvel aéroport sont de tendances politiques très diverses. Leur position se fonde autant sur des convictions écologistes que sur le bon sens. Elles partagent les points suivants : 1) la prise de conscience que le contexte a changé : ce n’est plus celui des années soixante, époque de naissance du projet, ni même celui du début des années 2000, où le pétrole était à moins de 30 dollars le baril ; 2) la conviction que Nantes-Atlantique, aéroport international, suffit largement, même en cas de croissance du trafic aérien, et qu’il peut être aménagé ; 3) la volonté d’éviter les gaspillages inutiles (surfaces agricoles et naturelles et argent public). Est-ce que ceux qui soutiennent le projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes ne peuvent pas être qualifiés d’idéologues irresponsables, dans la mesure où ils s’acharnent à poursuivre un projet qui n’a plus de sens ? Ils prennent en effet le risque d’aggraver la récession : LES RÉGIONALES « Vous avez beau ne pas vous occuper de politique, la politique s’occupe de vous » Marc-René de Montalembert. Le projet d’aéroport est au cœur de l’échiquier politique départemental et régional. Les politiques qui le portent commencent à être mis en minorité. À l’inverse, ceux qui doutent de la pertinence du projet deviennent plus nombreux et représentent un poids à ne pas négliger. Nous suivrons donc les élections régionales avec intérêt ! DEUX SONS DE CLOCHE Dans le courant de l’été, les élus majoritaire de Nantes Métropole ont reçu un « Argumentaire pour le transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes » anonyme… Son introduction dénote l’esprit dans lequel ce document a été rédigé : « Deux modèles de société s’opposent en effet sur ce dossier : • Soit le choix d’une croissance responsable, durable et maîtrisée qui par des décisions raisonnées responsables prépare l’avenir en conciliant la compétitivité, la création d’emplois, avec la protection de l’environnement et du développement durable : un équilibre indispensable. • Soit le choix de la régression, qui prend en otage la question de l’aéroport pour en faire un symbole et engager la métropole nantaise sur la voie du déclin en épousant des concepts dépassés et irresponsables : un sacrifice de l’intérêt général par dogmatisme, le refus de concevoir que les idées de progrès et de modernité puissent se conjuguer avec le développement durable de notre territoire. » L’ACIPA et SOLIDARITÉS ÉCOLOGIE ont adressé conjointement aux élus, un document de réponse à cet argumentaire, de taille similaire, dans lequel elles donnent des informations passées sous silence et rectifient certains propos. Pour les deux associations « La question du projet de nouvel aéroport, vieille de 40 ans, a toujours souffert d’un déficit d’information, en dépit du débat public et de l’enquête publique… L’information la plus complète possible est pourtant essentielle pour que chacun puisse établir ses convictions et participer démocratiquement aux décisions. L’argumentaire de Nantes Métropole a visiblement été rédigé dans la précipitation : le fond des propos frise parfois la carica- Un préfet s’en va, un autre arrive… Le préfet Hagelsteen a quitté la région le 1er août. Il a été nommé à la Cour des Comptes. Sa femme est la présidente de la section des travaux publics au Conseil d’État — qui vient de rejeter notre recours ! — et elle vient d’être promue au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur. Le nouveau préfet, Jean d’Aubigny, arrive de Bretagne. Ses premiers mots concernant le dossier de Notre-Dame-desLandes : « Dans une démocratie comme la nôtre, toutes les minorités doivent se rallier à la majorité tout en continuant à faire valoir leurs arguments ».

[close]

p. 4

Nantes-Atlantique saturé et dangereux ? Lu dans Presse-Océan du 16.08.2009 : « Le ciel est leur terrain de jeu ». Avec les rotations de ses 11 avions, l’aéroclub de Loire-Atlantique représente 40 % du trafic de l’aéroport de Nantes. […] En l’air, c’est bien sûr l’étape ultime : pouvoir voler librement au-dessus de Nantes et ses environs. Rien qu’à 1 000 pieds d’altitude (300 mètres), par temps dégagé, la vue s’étend sur 60 kilomètres. Un panorama grandiose dont les 350 adhérents de l’aéro-club de Loire-Atlantique ne se lassent jamais. Le conseil général a été choisi comme lieu de vigie pour plusieurs raisons : c’est lui qui achète terres et maisons et il a voté le principe d’une aide financière au projet ; enfin son président est aussi président du syndicat mixte en charge des études et de la mise en place du projet. Les vigies ont repris leur poste le 1er septembre avec plus de motivation encore, grâce au succès de la semaine de résistance, qui a fait connaître le projet et son opposition au niveau national. Contact : Yves Riou au 02 40 57 64 33 ou citoyensvigilantsndlandes@orange.fr 1) en privant les caisses des collectivités d’argent qui pourrait être utilisé autrement, utilement ; 2) en détruisant l’un des principaux bassins laitiers du département (et les emplois directs et indirects associés) ; 3) en privant l’agglomération nantaise de terres agricoles périurbaines, ce qui contribuerait à éloigner les zones de production alimentaire des zones de consommation. Il y a bien deux visions de l’avenir. D’un côté, un rêve de grandeur archaïque, fantaisiste et inconséquent qui, ne tenant pas compte de la réalité, n’est pas crédible. De l’autre, une vision réaliste, prenant en compte la réalité des chiffres, la réalité des contraintes climatiques, énergétiques et financières. Document complet disponible sur acipa.free.fr VIGIES CITOYENNES : C’EST REPARTI ! Commencées le 21 octobre 2008, elles se sont interrompues le 1er juillet — le temps de préparer et de bien vivre notre semaine de résistance — et ont repris le 1er septembre à la grande surprise de certains conseillers généraux… Des élus de diverses tendances politiques font des permanences « citoyens vigilants » et cette action est soutenue par la CCEG. Près de 2 000 signatures ont été enregistrées depuis le début de l’opération. Paul Roullaud, initiateur de l’action, en résume ainsi les fonctions : – Mise en évidence de la responsabilité des conseillers généraux dans le projet ; – Soutien localisé aux conseillers généraux opposés au projet d’aéroport ; – Possibilité de participer et tribune (grâce à la permanence de l’action) pour des personnalités politiques, ou autres, dont le calendrier est chargé ; – Visibilité permanente de la résistance pour la population nantaise ; – Visibilité pour les médias (journaux, télés, radios…) ; – Démonstration de ténacité et de non-violence dont doit bénéficier l’image globale de la résistance ; – Possibilité pour de nombreuses personnes de faire régulièrement, sans stress, un acte de résistance ; – Constitution d’un réseau qui permet l’engagement (sur une zone géographique élargie) de nouvelles personnes dans la lutte, lequel réseau relaie également l’information pour les autres actions ; – Recueil de signatures pour la pétition ; – Information du public dans la rue. LE COLLECTIF D’ÉLUS collectif.elus@notre-dame-des-landes.fr Des élus — Jean-Paul NAUD (maire NDL), François AUTAIN (sénateur), Hervé BOCHER (CG44), Emmanuelle BOUCHAUD (CR PDL), Thierry BRULAVOINE (CM Saint-Nazaire), Gilles DENIGOT (CG44), Chantal LEDUC-BOUCHAUD (CG44), Isabelle LOIRAT (CM Nantes), Jean-Philippe MAGNEN (adjoint au maire de Nantes), Claude NAUD (CG44), François de RUGY (député), Françoise VERCHÈRE (CG44), Marcel VERGER (CG44), Bertrand VRAIN (CM Nantes) — se posent des question sur le projet d’aéroport : saturation de Nantes-Atlantique, hypothèses de trafic, choix du site de NDL, non respect du Grenelle de l’environnement, financement… Le 4 juin, ils ont lancé un appel aux élu-e-s de Loire-Atlantique afin de leur proposer la création d’un « collectif d’élu-e-s doutant de la pertinence de l’aéroport de NotreDame-des-Landes pour demander aux porteurs du projet de le réétudier dans une logique de développement durable, de maîtrise de l’étalement urbain et de maîtrise des coûts. » À ce jour, 430 élu-e-s ont répondu à cet appel. Nous vous invitons à discuter avec vos élu-e-s de cette initiative.

[close]

p. 5

Un message pour le public Sous un soleil radieux, quelques dizaines de membres de l’ACIPA, férus de bonne musique, portant des T-shirts marqués d’une lettre, se sont exprimés de façon ludique et silencieuse, fin août, en « écrivant » pour le public des Rendez-vous de l’Erdre leur refus d’un nouvel aéroport. « On a même eu droit à des applaudissements chaque fois que nous avons été présents pour quelques minutes devant une scène — ou derrière une scène — pour saluer le public… », nous raconte une militante de l’ACIPA, « nous voulions montrer que nous sommes toujours là et que la lutte contre ce projet reste d’actualité ». Une banderole a aussi « voyagé » sur les ponts et passerelles du festival. Les militants de l’ACIPA ont démontré — tout en respectant le public — qu’ils sont capables de beaucoup d’imagination pour communiquer sur leur cause… RECOURS JURIDIQUES 1- Recours au Conseil d’État contre la directive territoriale d’aménagement de l’estuaire de la Loire (DTA), déposé pour l’ACIPA par Corinne LEPAGE en septembre 2006. ® Décision de rejet rendue par le Conseil d’État le 29 avril 2009. 2- Recours au tribunal administratif de Nantes contre le conseil général (pour l’achat des maisons) déposé pour l’ACIPA par Corinne LEPAGE en février 2006. ® Le TA nous a informé de la clôture de l’instruction au 16 octobre 2009, ce qui veut dire que la date de l’audience sera fixée après cette date. 3- Recours au Conseil d’État contre la déclaration d’utilité publique (DUP) déposé pour la coordination par Sébastien LE BRIERO en avril 2008. ® Décision de rejet rendue par le Conseil d’État le 31 juillet 2009. À noter que seulement 3 recours sur 5 ont étés jugés ; ceux de la CCEG et de la commune de Vigneux sont toujours en attente. Il faut remarquer que cette dernière affaire a été rondement menée : – l’instruction n’aura duré qu’un peu plus d’un an au lieu de deux à trois habituellement ; – le rapporteur public à l’audience du 9 juillet 2009 ne s’est pas embarrassé de justifications pour demander le rejet sans présenter d’arguments juridiques ou de jurisprudence contrairement à l’habitude ; Quoi qu’il en soit, si l’on ne peut que regretter la décision de rejet du Conseil d’État, on peut dire qu’elle ouvre la porte plus tôt qu’on aurait pu l’imaginer à des recours à la Cour de Justice Européenne qui n’est accessible qu’après avoir épuisé les recours au niveau national. Notre avocat travaille déjà, en liaison avec la commission juridique, à la préparation de ces nouveaux recours. COPENHAGUE 2009 En décembre, le Danemark va accueillir le prochain sommet international des Nations Unies sur le climat. La communauté internationale doit y élaborer un accord global qui prendra la suite du protocole de Kyoto. 11 ONG françaises — WWF France, Greenpeace France, Action contre la Faim, Care France, FIDH, Fondation Nicolas Hulot, Les Amis de la Terre, Médecins du Monde, OXFAM France, Agir Ici, Réseau Action Climat, Secours Catholique — ont lancé un appel au président français en vu de ce rendez-vous crucial pour le climat et l’humanité : Extrait : « Responsables de la majorité des émissions de gaz à effet de serre aujourd’hui dans l’atmosphère, munis de capacités d’action plus fortes, les pays industrialisés portent la responsabilité morale, légale et économique de mener le combat contre le dérèglement du climat. Monsieur le Président, vous vous devez de prendre la tête de ce combat qui est sans aucun doute l’enjeu de ce siècle. Notre avenir commun dépendra dans deux cents jours des choix politiques qui seront faits. » Signez l’appel de Copenhague : http://www.copenhague-2009.com/appel. LES DOUTES D’UN MAIRE « On voit bien que le risque d’atteinte à l’environnement est réel. En face, il y a l’intérêt économique et social. Entre les deux, le doute vient de la crise. Ce qui peut nous amener à revoir définitivement ou temporairement la décision d’engager le projet d’aéroport. La vitesse à laquelle évolue le trafic aérien est telle qu’on ne sait pas ce qu’il en sera en octobre 2009, date à laquelle l’État qui est l’initiateur et le principal financeur du projet, devra décider d’y aller. Pour éviter le débat idéologique ou politicien, je préconise que nous attendions octobre 2009. Nous saurons alors ce que les candidats à l’investissement et à la gestion de l’équipement sollicitent d’argent public. Un élément clé pour décider de faire ou ne pas faire Notre-Dame-des-Landes. » Joël BATTEUX, maire de Saint-Nazaire.

[close]

p. 6

CODE DE BONNE CONDUITE Dans l’objectif de réduire la pollution atmosphérique et les nuisances sonores liées à l’activité aérienne sur la plate-forme, un code de bonne conduite environnementale pour l’aéroport Nantes-Atlantique a été signé le 26 mars 2009. Piloté par les services de la navigation aérienne, il engage les compagnies aériennes, les organisations professionnelles du transport aérien (syndicats de contrôleurs, syndicats de pilotes), le gestionnaire de l’aéroport et les services de l’État qui en sont signataires. Les engagements présentés dans le code s’appuient sur 4 leviers d’actions : Les approches en descente continue devraient être mises en place bientôt à Nantes-Atlantique. Elles permettront de réduire la nuisance sonore dans une zone située entre 20 et 50 kilomètres de la piste (jusqu’à 5 décibels) et les émissions de gaz (CO² notamment) car, actuellement, en phase d’approche de l’avion, les pilotes ont l’obligation réglementaire de marquer un palier horizontal de stabilisation avant l’atterrissage qui entraîne une remise en puissance des moteurs et donc générateur de bruit et d’une consommation de carburant plus importante. Cette nouvelle procédure, moins bruyante, plus économe, occasionnant un survol de Nantes à plus haute altitude, améliorera beaucoup la sécurité des atterrissages. • 02.10.2009 : réunion d’information à Teillé. • 03 et 04.10.2009 : stand d’information et conférence diaporama au festival « Nature en Fête » à Aigrefeuille-sur-Maine. ET AUTRES ACTIONS PASSÉES… • 13.06.2009 : printemps bio à Vigneux-de-Bretagne. • 14.06.2009 : participation de l’ACIPA à la randonnée Basta. • 19.06.2009 : réunion d’information à Saffré à l’initiative de le Confédération paysanne. • 26.06.2009 : fest-noz de soutien au camp action climat. • 10.07.2009 : l’ACIPA présente pour l’inauguration de maisons HQE à Treillières. • 29.08.2009 : présence aux Rendez-vous de l’Erdre. • 3, 4 et 5.09.2009 : stand au SAFIR à Treffieux. • 5 et 12.09.2009 : forums des associations à Vigneux, Grandchamp, Casson. • 15.09.2009 : réunion d’information à Couëron. • 20.09.2009 : après-midi théâtre à La Vache Rit avec « Les Batraciens » (Drefféac), et participation de l’ACIPA à « Village en Fête » à Saint-Florent-des-Bois (Vendée). • 27.09.2009 : action aux Ponts-&-Chaussées de Bouguenais. • 28.09.2009 : action aux Ponts-&-Chaussées d’Angers et présence sur les lieux de sondages. … ET À VENIR • 22.10.2009 : réunion d’information à Saint-Nazaire. • 23.10.2009 : réunion d’information à Derval. • 30.10.2009 : réunion d’information à Grandchamp-des-Fontaines. • Du 30.10 au 01.11.2009 : présence à un rassemblement sur le transport aérien à Bruxelles. • 05.11.2009 : participation à une table ronde à Paris, avec le Réseau Action Climat, La FNAUT et Agir pour l’Environnement, au colloque « Climat et transports : du global au local ». • 10.11.2009 : AG annuelle de l’ACIPA. • 13.11.2009 : réunion d’information à Bain-de-Bretagne. • 20.11.2009 : soirée astronomie avec Julien Maillard à La Vache Rit. • 24.11.2009 : réunion d’information à Saint-Étienne-de-Montluc. Tous les renseignements pour les réunions à venir sont sur notre site : acipa.free.fr 20 novembre s o i r é e a s t r o n o m i e av e c Ju l i e n M a i l l a rd à L a Va ch e R i t • Illustration têtière : Pogam • Fabrication : Parenthèses • Imprimé sur papier recyclé. Directrice de publication : Agnès BELAUD • Comité de rédaction : les membres de la commission communication • ACIPA – B.P. 5 – 44130 Notre-Dame-des-Landes – 06 71 00 73 69. • l’optimisation et le respect des trajectoires des avions afin de limiter le survol des zones urbanisées, • la réduction du temps de vol et de roulage des avions permettant d’engendrer moins de pollution atmosphérique, • la limitation du recours aux procédures, manœuvres et appareillages générateurs de bruit (bruit aérodynamique ou statique) tels que les entraînements, les essais moteur, etc. • la sensibilisation des compagnies aériennes et des pilotes via des outils d’information spécifiques, l’amélioration de la documentation aéronautique et des rencontres professionnelles entre compagnies aériennes, exploitant et DGAC.

[close]

Comments

no comments yet