Bulletin de l'ACIPA n°20 - Mai-Juin 2007 - Avis sans surprise !

 

Embed or link this publication

Description

Bulletin d'information de l'ACIPA qui s'oppose au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (44) - Mai-Juin 2007

Popular Pages


p. 1

BULLETIN D’INFORMATION AUX ADHÉRENTS N° 20 – Mai juin 2007 AVISSANSSURPRISE! Suite à l’enquête publique, les commissaires enquêteurs viennent de donner un avis favorable qui, rappelons-le, n’est que consultatif. Pour l’ACIPA, cet avis est sans surprise : • Nous avions dit que nous étions sans illusion quant à l’issue de cette enquête qui n’est qu’une formalité de plus pour les porteurs du projet. • Chacun sait que les avis défavorables sur des enquêtes publiques sont très rares, voire inexistants. sujets qui posent question ! Et autant de raisons de continuer à s’opposer à un projet dont l’utilité n’a toujours pas été démontrée… Et d’exiger que des solutions alternatives soient enfin examinées sérieusement ! La déclaration d’utilité publique sera la suite de la procédure ; l’ACIPA appelle la population à ne pas céder au découragement face à l’intox qui voudrait faire croire que l’issue est inéluctable et rappelle que des projets ont été abandonnés, parfois des années après avoir été déclarés « d’utilité publique. » La coordination des associations avait envoyé un courrier aux candidats à l’élection présidentielle « afin de connaître leur politique pour le transport aérien et plus particulièrement leur position sur le projet nantais », la majorité d’entre eux ayant signé le Pacte écologique de Nicolas réponses reçues… Pourtant, les raisons ne manquaient pas aux commissaires enquêteurs de s’interroger sur l’utilité du projet et 2 commissaires sur 7 ont eu la lucidité de donner un avis défavorable. Dans leur conclusion, les commissaires enquêteurs portent, entre autre, au débit de l’opération, « un pari sur Le 17 février, distribution de tracts à Angers et conférence de presse devant la mairie avec le soutien d’une très jolie mariée. l’avenir » ! Comment peut-on, en effet, oser jouer avec un sujet si grave de conséquences ? Hulot ; à vous de juger des Cet « avis favorable » est par ailleurs, assorti de réserves et de recommandations (voir page suivante) si nombreuses et conséquentes que la logique aurait sûrement été de le dire « défavorable »… Ça fait quand même beaucoup de L’ACIPA avec la Coordination des associations invite la population à se mobiliser massivement le dimanche 1er juillet 2007 au lieu-dit Montjean, à Notre-Dame-des-Landes, pour faire échec à ce projet inutile et néfaste pour tous ! PIQUE-NIQUE 2007 : GRAND RASSEMBLEMENT FESTIF AU CŒUR DU BOCAGE MENACÉ À NOTRE-DAME-DES-LANDES (MONTJEAN) DIMANCHE 1 e r JUILLET 2007

[close]

p. 2

UN DÉTOUR POUR LES PÈLERINS ? AGENDA DE VOTRE ASSOCIATION Retour sur les actions de l’ACIPA, depuis le début de l’année 2007 : • Le 15 janvier, lors de la venue de Nicolas Hulot, distribution du 4 pages de la Coordination et de la lettre ouverte aux conseillers généraux de Loire-Atlantique concernant la pseudo-étude menée par les services du conseil général sur la proposition de piste est ouest. • Le 26 janvier, distribution de documents au meeting de Dominique Voynet à Nantes. • Le 29 janvier, rencontre avec des élus PS de la section Erdre & Gesvres, opposés au projet d’aéroport. • Le 3 février, à Treillières, présence à la réunion de bilan de Christophe Clergeau, conseiller régional. • Le 6 février, rencontre avec la commission d’enquête. • Le 9 février, conférence de presse avec la Coordination. • Les 10, 11, 12 février, distribution du mini 4 pages spécial « réchauffement climatique » au salon NATURA à Rezé. • Le 17 février, distribution de 10 000 tracts dans les boîtes aux lettres à Angers et conférence de presse devant la mairie avec le soutien d’une très jolie mariée (en photo dans l’édito !). • Le 24 février, rencontre avec Xavier Amossé, conseiller général du canton de Nort-sur-Erdre. • Le 2 mars, avec Solidarités Écologie et la LPO, réunion d’information à Fay-de-Bretagne sur « l’après-enquête et les solutions alternatives ». • Le 9 mars, distribution du 4 pages de la Coordination « SORTONS D’UN PROJET SANS AVENIR », à l’occasion de la visite du délégué à l’aménagement du territoire, M. Estrosi, à Châteaubriant. • Le 13 mars, présence à une réunion de Mme Lebranchu, venue à Sainte-Luce-sur-Loire soutenir Ségolène Royal. • Le 17 mars, distribution de tracts lors d’une manifestation à Rennes. • Les 24, 27, 29 mars, 16 et 19 avril, distribution d’un tract de la Coordination « spécial élection présidentielle » aux meetings de Marie-Georges Buffet, Olivier Besancenot, José Bové, Ségolène Royal et Arlette Laguiller. • Le 19 avril, conférence de presse avec la Coordination (réponses des candidats à notre questionnaire et réaction au rapport de la commission d’enquête). • Le 21 avril, distribution de tracts lors d’une manifestation à Nantes. • Le 25 avril, présence à la réunion de conseil de la CCEG. • Le 28 avril, information citoyenne en ville de Rennes (10 000 tracts) et conférence de presse devant le Parlement de Bretagne. • Le 29 avril, appel au rassemblement du 1er juillet lors d’un vide grenier à Grandchamp-des-Fontaines. • Le 5 mai, distribution de tracts d’information à Vigneuxde-Bretagne. En partant du Mont Saint-Michel, le long chemin de SaintJacques-de-Compostelle traverse le site du projet d’aéroport. Nul doute que si le projet se réalisait, il brouillerait les pistes des « marcheurs en quête d’espace et d’intériorité ». AVIS DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE Les membres de cette commission disposaient d’un délai de 6 mois à compter du 18 octobre 2006 pour émettre un avis sur l’utilité publique du projet d’aéroport, de sa desserte routière et de la mise en compatibilité des PLU de Fay-de-Bretagne, Grandchamp-desFontaines, Notre-Dame-des-Landes, Treillières, Vigneux-de-Bretagne. C’est le vendredi 13 avril 2007 qu’ils ont remis au préfet de Loire-Atlantique leur rapport et avis motivé ! L’avis favorable n’a pas été donné à l’unanimité, mais à la majorité de 5 voix sur 7, et ce malgré « les imperfections et les imprécisions du projet ». La commission d’enquête a listé les points les plus négatifs du projet : • un lourd tribut pour l’environnement (eau, faune, flore) ; • un lourd tribut pour l’agriculture (près de 1000 hectares de terres agricoles sacrifiées — voire plus à long terme) ; • un impact socio-économique fort sur les communes limitrophes ; • des mesures de compensation qui semblent trop limitées ou, tout au moins, pas suffisamment détaillées pour les communes de la CCEG (besoins en équipements publics, en rétablissements de communication, accompagnement pendant la phase travaux…); • des incertitudes qui restent à lever sur les liaisons fer : tram-train et TGV Rennes Notre-Dame-des-Landes ; • un pari sur l’avenir. La commission d’enquête a regretté, entre autres, que : • la question de l’alternative «Solidarités Écologie» (une seule piste est ouest) n’ait pas pu être totalement traitée par le débat public… • le niveau de précision des documents fournis à l’enquête ait déçu le public, notamment les agriculteurs, leurs organisations et les élus de la CCEG… IMPORTANT : l’avis de la commission est soumis à des réserves et des recommandations qui doivent être impérativement levées pour que le projet soit déclaré d’utilité publique : I Les réserves « L’étude d’impact suggère tout un catalogue de mesures pour le suivi de l’opération et de ses conséquences sur l’environnement. Elle prévoit de nombreuses actions spécifiques et la mise en place de structures consultatives : observatoire pour le suivi de la qualité des eaux, observatoire de suivi environnemental, mise en œuvre d’un dispositif de mesure de bruit avant la mise en service, mise en place d’un dispositif de surveillance de la qualité de l’air… La commission demande qu’un seul observatoire supervise l’application de l’ensemble des mesures proposées et les structures ad hoc

[close]

p. 3

qu’il est prévu de créer. Cela favorisera une approche systémique et globale qui ne pourra être que favorable à la défense des intérêts environnementaux. Cet observatoire sera chargé d’établir un point zéro avant le démarrage des travaux. • Le projet de rétablissement des communications paraît faible. La commission demande qu’il soit complété pour permettre un désenclavement du bourg de Notre-Dame-des-Landes vers l’ouest et la RN 165. • Pour garder toute la cohérence au transfert (et éviter une mésaventure de type Mirabel — nouvel aéroport de Montréal abandonné au profit de l’ancien), la commission demande qu’à l’ouverture de la plate-forme Notre-Dame-des-Landes, l’activité de Nantes Atlantique soit strictement limitée au trafic aérien lié à l’activité d’Airbus. • Concernant le traitement des eaux sur les aires de déverglaçage, la commission relève une contradiction entre les mesures décrites en page 284 de l’étude d’impact et celles figurant dans la réponse du maître d’ouvrage au sous-thème 8.2, qui semblent moins qualitatives. Dans ces conditions, elle considère que seules les mesures d’isolement et de traitement définies dans l’étude d’impact doivent être retenues. » I Les recommandations concernent : • le rétablissement obligatoire des communications sur la Communauté de communes d’Erdre & Gesvres ; • les mesures de compensation pour l’agriculture ; • les liaisons fer ; • l’impact fort sur l’environnement des travaux de terrassement. Dame-des-Landes. Les réponses reçues ont fait l’objet d’une conférence de presse de la Coordination le 19 avril et ont été mises en ligne sur le site de l’ACIPA avant le 1er tour de la présidentielle. I Extraits • Philippe de Villiers : « La Vendée a toujours considéré ce projet comme inapproprié. Elle s’est opposée à l’enquête publique en rappelant que si une accessibilité satisfaisante pour les usagers du sud de la Loire-Atlantique et de la Vendée n’était pas réalisée […] cela aurait pour incidence, outre des conditions pénalisantes pour les populations concernées, un accroissement de la circulation sur le périphérique nantais déjà saturé. Cela risque également de se révéler lourd de conséquences et pourrait signer à terme l’échec du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, s’il se prive de 20 à 25 % de sa clientèle au sud de la Loire… » • Arlette Laguiller : « S’agissant du transport aérien, il paraît de bon sens de donner la priorité aux déplacements (de personnes et de fret) par rail pour des distances inférieures à 1000 kilomètres… Pour les riverains des aéroports et les populations survolées par les lignes aériennes domestiques, cela diminuerait les nuisances sonores, la pollution occasionnée par le kérosène, sans oublier les risques d’accidents… Quant à la construction de nouvelles plates-formes aéroportuaires, non seulement je ne pense pas qu’il s’agisse d’une priorité, mais les inconvénients, pour les populations concernées au premier chef, dépassent, et de loin, les avantages éventuels. S’agissant du projet de Notre-Dame-des-Landes ainsi que de l’aéroport de Nantes Atlantique, je ne connais pas la situation concrète que vous évoquez. Mais, il me semble que là comme partout, une règle simple devrait s’imposer : l’avis de la population, notamment riveraine des sites aéroportuaires existants ou projetés, doit être pris en compte de façon prépondérante avant toute décision, ce qui est loin d’être le cas actuellement ». Le rapport complet (360 pages) est disponible sur internet : http://www.loire-atlantique.pref.gouv.fr/ amenagement/prefet_nddl_cr.html L’ACIPA et les associations de la coordination préparent un commentaire du rapport et de l’avis de la commission d’enquête qui sera adressé aux autorités administratives en charge de ce dossier. DES QUESTIONS AUX CANDIDATS La Coordination a adressé un courrier aux candidats à l’élection présidentielle. En partant des constats suivants : • Ce ne sont plus les pouvoirs politiques qui choisissent les platesformes mais les compagnies aériennes. • Celles-ci se concentrent sur des « hubs » afin de réaliser des économies d’échelle (Air France n’est intéressé que par Roissy). • Les grandes messageries comme FedEx, TNT, DHL ont la même stratégie, car l’essentiel du fret se fait dans les soutes des vols passagers. En conséquence, Vatry ne les intéresse que très peu. • Le trafic des aéroports de province ne progresse que grâce aux compagnies à bas coût; certains d’entre eux, délaissés par la plupart des compagnies, ont un trafic quasi inexistant (Angers par exemple). • Tout laisse à penser que le prix du baril de pétrole repartira à la hausse, ce qui conduira, à terme, à la disparition de la plupart des compagnies à bas coût. • Sur des parcours allant jusqu’à 1000 kilomètres, le TGV est très concurrentiel et bien plus écologique que l’avion (pour la consommation d’énergie fossile et la production de gaz à effet de serre). • Les touristes étrangers souhaitent arriver directement à Paris. Compte tenu du rapport du GIEC (groupement intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) et de leur engagement pris en signant le Pacte écologique, les associations ont interrogé les candidats sur leur politique en matière de transport en général, de transport aérien en particulier, et sur le projet d’aéroport à Notre- • José Bové est venu sur place, le 29 mars, encourager les agriculteurs de Notre-Dame-des-Landes : « Ne vous inquiétez pas, on va se battre. Il ne faut jamais baisser les bras, ne pas succomber à l’intox des pouvoirs publics qui disent qu’il n’y a pas d’autres issues » (Presse-Océan, le 30 mars 2007). • François Bayrou souhaite ralentir le développement du transport aérien, notamment en supprimant les lignes aériennes là où le TVG est substituable. C’est pourquoi, il estime nécessaire de poursuivre la réflexion sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. • Ségolène Royal a répondu deux fois ! Une première fois, le 12 avril, à l’association Solidarités Écologie : « Vous le savez, je veux faire de la France le pays de l’excellence environnementale… Je souhaite que toutes les nouvelles infrastructures, notamment les autoroutes, franchissement de fleuve et tunnels, les aéroports, les grands axes ferroviaires soient soumises à une analyse rigoureuse, au cas par cas, pour vérifier d’abord leur nécessité. Trop souvent des projets voient le jour au seul motif de “développe- JMA REPREND LES COMMANDES Que s’est-il passé entre le 12 et le 16 avril ? Mme Royal a écrit deux lettres bien différentes aux opposants du projet d’aéroport. Ah ! Oui, le 16 avril, elle était en meeting au Zénith de Nantes… avec Jean-Marc Ayrault.

[close]

p. 4

LA FRESQUE EN CARTE POSTALE Avis aux candidats aux législatives Le 11 mai dernier, Renaud était en concert au Zénith de Saint-Herblain et a pris position devant 8 500 fans contre le « futur aéroport de Nantes ». On peut être dans le comité de soutien de Ségolène Royal et afficher ses idées, surtout lors qu’elles vont dans le sens de l’intérêt général ! Rappelez-vous, le 25 juin 2006 dans le bocage de Notre-Damedes-Landes, plus de 4 000 personnes formaient une magnifique fresque pour dire AÉROPORT NON ! De cette belle image vue du ciel, des cartes postales ont été imprimées afin de diffuser de manière originale notre message. Elles sont disponibles (1 euro l’unité) chez Agnès Belaud au 02 40 57 39 13 ou a.belaud@tele2.fr. N’hésitez pas à les utiliser largement pour écrire à vos élus et inviter vos amis au pique-nique du 1er juillet ! ment de nouvelles infrastructures” Je comprends que l’aéroport de … Nantes, dans son implantation actuelle, pose un certain nombre de problèmes, notamment en matière de sécurité des riverains. Il est donc essentiel d’apporter une solution à ces problèmes. L’enjeu d’un aménagement du territoire intelligent est justement de résoudre les problèmes rencontrés sans en créer d’autres plus importants encore…». Une deuxième fois, le 16 avril, à la Coordination. Dans ce courrier, Mme Royal fait des propositions intéressantes pour lutter contre le réchauffement climatique qui « doit devenir une priorité absolue ». Au sujet du projet d’aéroport : « J’ai pris connaissance de ce dossier complexe et je sais combien l’installation d’un tel équipement peut modifier l’environnement des habitants concernés, notamment du fait des nuisances sonores […]. Je comprends donc vos inquiétudes. Je ne suis d’ailleurs pas favorable, par principe, à la création de nouveaux aéroports pour le développement du transport aérien, mais plutôt à donner leurs chances aux aéroports régionaux qui peuvent encore se développer sans impact excessif sur l’environnement. Cependant, d’après les éléments recueillis… » La suite du courrier a vraisemblablement été dictée par Jean-Marc Ayrault, dont nous croyons reconnaître la plume ! L’APRÈS PRÉSIDENTIELLE Un nouveau Président de la République vient d’être élu, mais il a besoin d’une majorité pour gouverner. Les élections législatives sont fixées aux dimanches 10 et 17 juin pour élire les 577 députés à l’Assemblée nationale. La campagne officielle débute le 21 mai. Des candidats vont se présenter sur toutes les circonscriptions, ce sera pour nous tous l’occasion de les interpeller (pourquoi pas au moyen des cartes postales de la fresque?) sur le projet que nous refusons et de leur présenter notre vision des choses! «Le rôle du citoyen ne se limite pas au vote : pour contrôler ses gouvernants, il ne suffit pas de les sanctionner d’une élection sur l’autre, il faut participer à la vie politique de son pays, avec vigilance et imagination» (Encyclopédie du Futur Citoyen – Sylvie Baussier, Sophie Duchesne, Bruno Heitz – Casterman). RASSEMBLEMENT DU 1er JUILLET 2007 Nous avons un peu de temps devant nous, mais pas tant que cela, avant que ce projet soit déclaré (?) d’utilité publique. Devant ce projet qui présente un lourd tribut pour l’environnement, un lourd tribut pour l’activité agricole, un impact socio-économique fort, bref, autant d’incertitudes sur l’avenir, il importe que les élus et les citoyens d’ici et d’ailleurs se rassemblent le dimanche 1er juillet à Notre-Dame-des-Landes (lieu-dit Montjean) pour un pique-nique festif au cœur du bocage menacé. C’est un appel à toutes et tous que nous lançons ici afin de défendre, ensemble, nos convictions contre ce projet dément. Vous trouverez sur le site ACIPA, le tract et l’affiche d’appel à ce grand rassemblement. Imprimez-le et participez activement à la diffusion de cette invitation ! Servez-vous de votre carnet d’adresses pour faire passer l’info par le net ! Invitez tous vos amis avec l’aide des cartes postales de la fresque ! • Nicolas Sarkozy n’a pas répondu à la Coordination, mais aux maires des quinze communes les plus concernées par le projet, qui ont adressé une lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle (www.cceg.fr). Ces élus demandaient aux candidats « de décider un moratoire à la décision sur l’utilité publique de ce projet afin que soit conduite une véritable étude technique détaillée de la proposition alternative d’une nouvelle piste perpendiculaire à la piste actuelle de Nantes-Atlantique », ajoutant que : « dans une perspective de développement durable, le site de Notre-Dame-des-Landes n’est plus adapté aujourd’hui pour accueillir un nouvel aéroport pour le Grand Ouest, au vu des problématiques qu’il soulève pour l’agriculture, le patrimoine naturel, le paysage, le cadre de vie et le milieu humain ». M. Sarkozy écrit : « En tout état de cause, toute décision ne doit être arrêtée qu’après concertation entre, notamment, les services de l’État, les collectivités territoriales, les entreprises et les associations. C’est en application de ces principes que je procéderai aux arbitrages futurs sur ce dossier si nos concitoyens décident de m’élire Président de la République ». • Dominique Voynet a répondu sans surprise, puisque les Verts participent activement à la coordination des associations opposées à NDL : « Je pense qu’il y a en France plutôt trop d’aéroports que pas assez ! La question n’est donc pas de construire de nouveaux aéroports mais d’optimiser l’utilisation des aéroports existants. Je m’opposerai donc naturellement à ce que l’on engage la réalisation du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes… Il n’est par ailleurs toujours pas précisé comment ce projet sera financé et par qui ». Mme Voynet a également répondu aux 15 maires des communes les plus concernées par le futur (?) aéroport de Nantes (www.cceg.fr). RETOUR VERS LE FUTUR La visite du musée du château des Ducs de Bretagne à Nantes est fort intéressante et très instructive… Dans ce musée, tout à la seule gloire de la métropole nantaise, une des dernières salles nous expose sur une vidéo, les grandes réalisations architecturales des XXe et XXIe siècles : la Beaujoire, le Palais de région, les nouveaux ponts, etc. Et la dernière image du montage présente, vous l’aviez deviné, l’aéroport de NotreDame-des-Landes… Pas encore construit et déjà au musée! RAPPEL : L’adhésion individuelle (12 €) ou familiale (15 €) doit être renouvelée si possible chaque année pour nous aider à tenir nos engagements contre ce projet toujours inutile et néfaste. Merci de penser également à financer notre action juridique. Pour faire simple, envoyez vos chèques avec, au dos, la mention « ADHÉSION » ou « SOUSCRIPTION ». ACIPA – B.P. 5 – 44130 NOTRE-DAME-DES-LANDES Téléphone 02 40 57 20 29 – Site web : http://acipa.free.fr E-mail : acipa.info@free.fr • Illustration têtière : Pogam • Fabrication : Parenthèses • Imprimé sur papier recyclé. Directrice de publication : Agnès BELAUD • Comité de rédaction : les membres de la commission communication • ACIPA – B.P. 5 – 44130 Notre-Dame-des-Landes – 02 40 57 20 29.

[close]

Comments

no comments yet