Lettre d'Information Générations Futures - octobre 2013

 

Embed or link this publication

Description

Retrouvez l'actualité de Générations Futures

Popular Pages


p. 1

Lettre d’information octobre 2013. Edito par Maria Pelletier, Présidente de Générations Futures enoncement sur le diesel, bourde sur les gaz de schiste, entêtement sur les grands travaux et l’aéroport Notre-Dame-des-landes, « oubli » de la santé environnement à la conférence environnementale, éviction des lanceurs d’alertes, ambition non aboutie sur les perturbateurs endocriniens, recul sur les élevages porcins etc. La liste devient de plus en plus longue et le Gouvernement ne semble pas réagir à la mesure des enjeux qui s’imposent pourtant à lui en matière de préservation de notre environnement et donc de notre santé. Ce Gouvernement semble s’entêter à croire que protection de l’environnement ne rime pas avec prospérité économique et sociale. C’est pourtant aujourd’hui la seule route raisonnable à suivre. l est temps de reprendre les rennes en main et mener notre pays dans la direction qui s’impose à nous : celle d’une société qui se développe en respectant l’Homme et son environnement. énérations Futures n’a de cesse de dénoncer au travers de ses enquêtes l’exposition inacceptable des populations, et tout particulièrement les plus vulnérables, à des produits toxiques. Nous faisons dans le même temps la démonstration que nous ne sommes pas contraints de suivre la route que quelques-uns voudraient nous imposer. Les alternatives existent, des milliers d’hommes et de femmes en font chaque jour la démonstration. Alors, si le changement c’était vraiment maintenant, et pas uniquement un slogan bien trouvé ? R SOMMAIRE Edito P2 Rapport EXPPERT 2 : les fraises P2 EXPPERT 2 et après ? P3 Alerte aux insecticides néonicotinoides dans nos aliments ! P2 Bayer et Syngenta contre-attaquent P3 La Stratégie nationale sur les PE P3 PE : environnement perturbé, santé menacée ! P4 Conférence environnementale : les associations expertes en santé-environnement écartées P6 Neuvième édition de la Semaine pour les alternatives aux pesticides P7 Pesticides dans l’air P7 Expertise de l’INSERM. P7 Point sur la réforme de la PAC P8 Vie de l’association : W-E festif : Légion d’honneur pour notre Présidente et Assemblée Générale P8 Portrait : Fabrice Micouraud, bénévole et administrateur de GF P8 10 idées simples de bénévolat pour faire connaître Générations Futures P8 Agenda P8 A voir I G 1

[close]

p. 2

Enquête EXPPERT 2 : Des pesticides interdits et des Perturbateurs Endocriniens (PE) dans des fraises. Rapport EXPPERT 2 : les fraises. Par Nadine Lauverjat, Chargée de mission à Générations Futures Le 9 juillet, Générations Futures ren- dait publics, lors d’une conférence de presse, les résultats du volet 2 de son enquête EXPPERT portant sur une analyse de fraises produites en France et en Espagne au regard de la présence de résidus de pesticides perturbateurs endocriniens. Les résultats préoccupants de notre enquête montrent la nécessité d’adopter une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens ambitieuse. des et au total, 71,42% des échantillons contenaient des pesticides PE ! (35/49) ● 65,38% des échantillons français ont au moins un résidu de pesticide PE (17 /26) ● 78,26% des échantillons espagnols ont au moins un résidu de pesticide PE (18 /23) De même, nous avons retrouvé en tout 37 Afin de montrer l’urgence d’une action préventive forte dans ce domaine des PE, ces substances qui menacent le développement du fœtus et du jeune enfant même à faibles doses, Générations futures a décidé de réaliser une série de plusieurs rapports basés sur des analyses fouillées montrant l’omniprésence de nombreux pesticides PE dans notre environnement engendrant une exposition importante de la population: ce sont nos apports EXPPERT (pour EXposition aux Pesticides PERTurbateurs endocriniens – découvrir le Volet 1 présenté dans la précédente lettre d’information avril à août 20131). Parce que les fœtus et les jeunes enfants sont des populations particulièrement vulnérables aux dangers des PE, même à faible dose, notre association a décidé de faire une campagne d’analyse d’un fruit communément consommé par les jeunes enfants. Enquêtes EXPPERT. A la suite de cette publication qui a fait parler d’elle dans les médias2, il y a eu de nombreuses réactions. A la fois de la profession3 et de certains producteurs de fraises qui nous ont contactés mais aussi des autorités et notamment de la Direction Générale de l’Alimentation - DGAL (service du Ministère de l’Agriculture en charge des pesticides). Générations Futures a donc rencontré au mois d’aout le Directeur de la DGAL ainsi qu’une demidizaine de membres de son service pour faire le point sur ce dossier. Nous avons aussi été auditionnés par la Brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires sur la question des résidus de pesticides interdits retrouvés. De même, un contact présent dans une réunion du Conseil National de la Consommation, nous rapportait qu’une « crise fraise » avait été évoquée suite à la publication du dossier Générations Futures. Nous ne manquerons pas de vous donner des éléments complémentaires dans les mois qui viennent. rendez-vous sur le site EXPPERT 2 et après ? 1 Résultats: de nombreux PE. Sur 49 échantillons analysés, 91,83% contenaient un ou des résidus de pestici2 molécules différentes dont 8 Perturbateurs endocriniens différents (chlorpyriphosethyl, endosulfan, flutriafol, iprodione, myclobutanil, penconazole, pirimicarb, triadimenol). Des produits interdits. Ces analyses ont également révélé la présence de résidus de pesticides interdits (l’endosulfan et le carbosulfan) ou interdits d’usage sur la fraise (le flonicamide, l’acétamipride et le dimetomorphe) dans les pays de production (France ou Espagne), soit dans plus de 18% des échantillons testés. Téléchargeable ici : http://www.generations-futures.fr/nos-sites-et-documents/ lettre-dinformation-generations-futures/ Voir en bas de page ici http://www. generations-futures.fr/pesticides/enquete-exppert-2-des-pesticides-interditset-des-perturbateurs-endocriniens-pedans-des-fraises/ 2 http://www.sudouest.fr/2013/07/10/ une-enquete-provoque-la-colere-desfraisiculteurs-de-dordogne-11111521980.php 3 semaine-sans-pesticid

[close]

p. 3

Générations Futures a démontré que certains aliments contiennent des résidus de néonicotinoides, famille d’insecticides mise en cause dans le dépérissement de colonies d’abeilles. Alerte aux insecticides néonicotinoides dans nos aliments ! Par N. Lauverjat et F. Veillerette, Le contexte. Bien que l’Union européenne vienne de décider de restreindre l’usage de trois insecticides néonicotinoïdes (clothianidine, imidaclopride, thiamétoxam) pour 2 années4 , le problème posé par ces insecticides n’est pas résolu, loin s’en faut. Afin de montrer que l’utilisation de ces néonicotinoïdes dépasse largement les 4 usages de 3 produits maintenant restreints et que l’exposition environnementale et humaine à ces produits continue malgré les récentes premières décisions, nous avons décidé de réaliser une campagne d’analyse d’aliments végétaux non concernés par ces mesures d’interdiction. Nous avons ainsi recherché entre février et mai 2013, les 5 principaux néonicotinoïdes dans 109 échantillons de fruits, légumes et thés. Les résultats sont clairs : les aliments testés contiennent, à des degrés divers, mais fréquemment, des résidus de néonicotinoïdes. ● 45% des échantillons de courgettes testées contiennent des résidus de néonicotinoïdes ● 25% des échantillons de tomates testées ● 80% des échantillons de thés testés ● 12.24% des échantillons de fraises testées ● 16.66% des échantillons d’aubergines testées Enquête. retrouvés dans nos échantillons. Si l’on prend l’exemple d’une courgette d’un poids moyen de 250 g contenant 25 µg d’imidaclopride/kg, nos calculs nous permettent de conclure que ce sont près de 845 abeilles qui seraient mortes ou au moins 3788 abeilles qui auraient vu leur comportement gravement perturbé suite à l’exposition à la quantité d’imidaclopride contenue dans cette seule courgette ! Sans commentaire ! Bayer et Syngenta contrent-attaquent Par M Raimond dit Yvon, chargée de mission à Générations Futures, « Ces résultats montrent que malgré les premières décisions prises par la Commission Européenne, des néonicotinoïdes vont continuer à être déversés en grandes quantités dans l’environnement ou utilisés en enrobage de semences malgré cette première interdiction…. Face à cette menace nous n’avons qu’une seule demande : l’interdiction de cette famille d’insecticides !» déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures. dez-vous sur le s 4 Et les abeilles ? Afin d’évaluer quel pourrait être l’impact de ces résidus de néonicotinoïdes sur les abeilles, nous avons calculé les conséquences de l’exposition d’abeilles aux quantités de résidus Voir : http://www.generations-futures.fr/ pesticides/insecticides-tueurs-dabeillesgenerations-futures-se-felicite-que-le-votedaujourdhui-permette-a-la-commissiondinterdire-des-usages-de-ces-pesticides/ Suite à la décision prise par la Commission Européenne en mai dernier, de restreindre l’usage de trois substances néonicotinoïdes (clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxam) pour deux ans à compter de décembre 2013, les compagnies Bayer et Syngenta ont décidé de contester cette décision devant la justice. Pour rappel, Bruxelles avait pris sa décision à partir d’un avis de l’Autorité européenne de sécurité des Aliments (EFSA) qui avait fait état de « risques élevés » pour les abeilles. Le 27 Août Syngenta a déclaré par voie de communiqué de presse que La Commission a pris sa décision sur la base d’ « un processus défectueux, d’une évaluation inadéquate et incomplète de l’Autorité européenne de sécurité des aliments et sans le soutien de tous les Etats membres de l’UE ». John Atkin, Directeur des Opération de Syngenta ajoute que la Commission : « enfreint la législation européenne sur les pesticides et a indûment appliqué le principe de précaution. » Le manque à gagner de Bayer et Syngenta s’élèverait à des dizaines de millions d’euros. La décision des multinationales de se pourvoir en justice fait suite à une campagne de lobbying très virulente en amont du vote. Elles continuent de blâmer d’autres facteurs environnementaux pour le déclin des colonies d’abeilles ignorant les résultats d’études scientifiques qui mettent en évidence un lien entre la mortalité des abeilles et les substances néonicotinoïdes. 3

[close]

p. 4

Consultation sur la future Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens (SNPE) : Générations Futures dénonce le maintien d’un paragraphe scandaleux sur les pesticides. Les Perturbateurs Endocriniens. Par F. Veillerette, porte-parole de Générations Futures Alors que s’était ouverte, le 19 août et pour 1 mois, la consultation publique sur la future SNPE, Générations Futures a réagi au texte proposé qui ne donne pas entière satisfaction et a dénoncé la volonté du gouvernement de réviser les critères d’exclusion des pesticides PE. que sur telle ou telle culture, comme cela a été si souvent le cas par le passé, ce qui conduirait à des dérogations de fait par rapport au principe d’exclusion prévu dans le Règlement européen. Malgré nos vives protestations figurant sous forme d’encadré dans le texte en consultation (ONG et les députés européens compris), ce point demeure alors qu’il est un très gros point de dissensus. Pourquoi un tel entêtement des ministères à vouloir à tout prix laisser dans le texte de la future SNPE cette disposition soutenue par le seul MEDEF et qui vise seulement à céder aux pressions de groupes de pression agricoles et agrochimiques ? Objectif du texte. Ce texte de la SNPE est censé affirmer le rôle clé que prétend jouer la France dans le dossier des perturbateurs endocriniens (PE), si nous pouvons admettre que le texte comporte des avancées, reconnaissant en particulier le nouveau paradigme posé par l’action spécifique des Perturbateurs Endocriniens (PE), il demeure un recul de taille concernant les pesticides. Un paragraphe inacceptable. La partie C.2.2 du texte à valider continue de prévoir ni plus ni moins que de pouvoir « réviser les critères d’exclusion » de certaines substances après une « étude d’impact » prenant en compte les « conséquences en matière de protection de la santé, de l’environnement ainsi que de substances actives disponibles ». Autrement dit les rédacteurs persistent à vouloir revenir sur l’exclusion a priori des pesticides reconnus PE en faisant une évaluation du risque aujourd’hui non prévue par le texte européen qui se base sur la dangerosité intrinsèque des pesticides reconnus PE. Revenir sur ce point serait un recul considérable par rapport à ce qui était une avancée dans le Règlement 1107/2009 portant sur les pesticides. De plus le projet de texte de SNPE prévoit dans son étude d’impact de prendre en compte les ‘substances actives disponibles’, ce qui veut dire qu’on pourrait dispenser d’exclusion des pesticides pourtant reconnus PE si des groupes de producteurs criaient à l’impasse techni4 Perturbateurs endocriniens : environnement perturbé, santé menacée ! Par Sophie Bordères, coordinatrice de campagnes chez APE RES, fin septembre sa nouvelle campagne de mobilisation citoyenne intitulée « Perturbateurs endocriniens : environnement perturbé, santé menacée ! ». Cette campagne, qui regroupe une dizaine de partenaires, dont Générations Futures, a vocation à durer dans le temps et souhaite faire émerger cette problématique au sein du débat public afin d’alerter citoyens et décideurs sur les dangers des perturbateurs endocriniens (PE) sur la santé et sur l’environnement. La volonté de cette campagne est de sensibiliser les consommateurs aux dangers liés à la présence de PE dans les produits de la vie quoti- Agir pour l’environnement lance, suite à la demande de GF et du dienne étant donné qu’il est souvent impossible de les déceler. Cosmétiques, alimentation, eau, emballages...les PE sont partout autour de nous et les risques sanitaires et environnementaux sont importants. La France s’est distinguée de ses voisins européens en termes de politiques sur les PE avec la mise en place de deux lois interdisant le bisphenol A dans les biberons puis dans les contenants alimentaires, l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation l’Environnement et du Travail) qui s’est prononcée à plusieurs reprise en faveur d’un changement de paradigme et les eurodéputés français, soutenus par le Ministère de l’environnement,

[close]

p. 5

qui ont voté à l’unanimité un rapport préconisant la réduction de l’exposition aux PE. Cette conjonction d’une classe politique conscientisée, d’une expertise en pointe et de médias attentifs, est unique en Europe et donne d’autant plus de responsabilités au gouvernement français pour jouer un rôle moteur dans l’adoption d’outils réglementaires pour réduire notre exposition aux PE. L’Union Européenne, qui doit mettre en place entre 2013 et 2014 une définition précise des perturbateurs endocriniens, a un rôle important à jouer car il faudra que cette définition soit suffisamment inclusive pour envisager une interdiction des substances chimiques connues pour être des PE. Que ce soit en France ou en Europe, il est urgent de mettre en place des règles simples afin de ramener notre exposition aux PE à zéro, c’est pourquoi les demandes de la campagne s’adressent à la commission Santé et Consommateurs de la Commission Européenne, au Ministère du redressement productif ainsi qu’à différents groupes agro-alimentaires. Parmi ces mesures on compte : mettre en place un étiquetage clair des produits contenant des PE, mettre en place une définition des perturbateurs endocriniens qui soit la plus inclusive possible, engager dès maintenant la réduction de l’exposition aux perturbateurs endocriniens avérés et suspectés au sein de l’Union Européenne en les interdisant... Afin de préserver notre santé et notre environnement, il est urgent d’agir contre la présence de perturbateurs endocriniens dans nos produits de consommation quotidiens aussi bien que dans notre eau et notre air. La conférence environnementale s’est tenue les 20 et 21 septembre 2013. La liste des associations qui y ont siégé sont : FNH, FNE, Surfrider, RAC, WWF, Amis de la terre, LPO, Humanité et biodiversité. Cette liste a été établie de manière officielle dans le cadre d’un arrêté . Les thèmes abordés étaient: biodiversité marine, eau, formation, éducation à l’environnement, économie circulaire (déchets) Conférence environnementale : les associations expertes en santé-environnement écartées Par N. Lauverjat et F. Veillerette, A noter : Générations Futures aura des exemplaires de la campagne disponibles pour ses adhérents sur simple demande. Comme vous le savez, notre association a pris part, sous l’étiquette d’Écologie Sans Frontière – Rassemblement pour la planète, à la Conférence environnementale des 13 et 14 septembre 2012, ainsi qu’à la préparation de celle des 20 et 21 septembre 2013. Sans la présence de notre association, la thématique santé/environnement aurait été totalement écartée des débats. Pendant 1 an, nous avons œuvré pour maintenir la pression (exemple dans le cadre de la future Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens), et faire notamment de la thématique « santé-environnement » un axe incontournable de toute décision politique, avec plus ou moins de succès, mais au moins la pression était maintenue. Après de longs mois de travail sur le fond, notre association pensait, à juste titre (aux vues de nos actions et des promesses faites) que nous étions des acteurs incontournables sur ce sujet, et donc que nous avions toute notre place au sein du Comité national de la Transition Écologique - CNTE (entité qui œuvre à l’organisation annuelle des conférences environnementales). Or, c’est après des semaines de silence de la part du Ministère de l’environnement et une forte insistance de notre part que nous avons appris avec stupéfaction cette semaine notre éviction du CNTE et donc de la Conférence environnementale. Le gouvernement, par l’arrêté du 6 septembre, a en effet décidé d’exclure les organisations environnementales lanceuses d’alerte sans aucune explication et sans même les prévenir ; alors que nous étions représentés jusqu’à présent au CNDGGE (ex-CNTE) sous l’étiquette « Écologie Sans Frontière » (ESF), et que nous avions siégé jusqu’en juillet dernier au sein du groupe ad hoc préalable à la mise en place du Conseil ! Nous pensons que cette éviction pose un réel problème d’équilibre des forces, de représentativité, de pluralité des savoirs et des expertises. Le 17/09/2013 soutenu par 4 anciens ministres de l’environnement (Delphine Batho, Yves Cochet, Chantal Jouanno, Corinne Lepage) et des personnalités comme José Bové ainsi que par des ONG comme le CNIID ou l’Appel de la jeunesse, le Rassemblement pour la Planète (RPP) s’est exprimé lors d’une conférence de presse pour dénoncer l’éviction par le Gouvernement de ses membres (des ONG lanceuses d’alertes et spécialisées en santé-environnement.) de la Conférence environnementale des 20 et 21 septembre 2013. 5

[close]

p. 6

La Semaine pour les alternatives aux pesticides est une opération nationale et internationale annuelle dont la prochaine édition se déroulera les 10 premiers jours du printemps, du 20 au 30 mars 2014. 9ème édition de la Semaine pour les alternatives aux pesticides. Par Nadia Bennich, chargée de mission Semaine pour les alternatives aux pesticides, Née en France en 2006 à débats, ateliers, stands, marches Je profite de ce message de mobilil’initiative de l’association Générations Futures et de l’ACAP, collectif de 170 organisations, la Semaine a comme but d’informer symboliques, projections de films, visites, démonstrations, expos, animations pédagogiques, repas bio, fermes ouvertes, spectacles, cours de cuisine bio… Laissez libre cours à votre imagination ! sur les impacts des pesticides sur l’environnement et la santé et aussi à promouvoir les alternatives pendant les 10 premiers jours du printemps. Comme le printemps n’est malheureusement pas seulement synonyme de premiers rayons de soleil, de fleurs et de chants d’oiseau mais aussi de la période de reprise des épandages de pesticides, la Semaine invite le public à mieux s’informer sur les enjeux sanitaires et environnementaux des pesticides ainsi que sur les alternatives à travers des centaines de manifestations à travers le monde. Nous vous proposons de soutenir cet évènement fédérateur dont le succès dépend grandement de votre mobilisation. Rejoignez-nous lors de ce rendez-vous incontournable pour construire un avenir sans pesticides. Tout le monde, associations, L’opération est relayée dans de plus en plus de pays à travers le monde grâce à nos partenaires internationaux : en Europe (France, Belgique, Royaume-Uni, Allemagne, Suisse, Espagne, Slovénie), en Afrique (Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Mali, Ouganda, Sénégal, Togo, Maroc, Congo, Tanzanie), mais aussi au Canada, Tadjikistan, Ile Maurice, Géorgie. Pour sa 9ème édition en 2014, la Semaine a contacté les partenaires de 2013 et a déjà reçu les premiers soutiens de plusieurs partenaires français et internationaux. Nous espérons un nombre croissant de partenaires suite à nos différentes rencontres à l’échelle internationale en ce mois de septembre. sation pour me présenter à vous en tant que nouvelle chargée de mission pour la Semaine: je m’appelle Nadia Bennich et par mon parcours comme responsable pour les campagnes internationales sur les substances chimiques pour l’ONG Fundacion Vivo Sano en Espagne et aussi comme attachée parlementaire au Parlement européen, j’ai été sensibilisée à la problématique des pesticides. Au nom de Générations Futures, je souhaite remercier Magali pour son engagement et son travail remarquable. Magali a décidé de se consacrer à sa passion, la musique, mais elle continuera à rester présente à nos côtés et à soutenir nos actions. Je suis ravie de pouvoir être aujourd’hui votre point de contact au niveau national et international pour l’évènement et j’espère que vous serez nombreux à participer à la 9ème édition. Pour plus d’information, veuillez également consulter le bilan de l’édition 2013, http://www.semaine-sans-pesticides.fr/decouvrir-levenement/bilan-2013/ notre site de l’évènement, actuellement en cours d’actualisation www.semaine-sans-pesticides.fr ou nous contacter par mail : contact@semaine-sans-pesticides.fr 6 agriculteurs, collectivités locales, entreprises (magasins, jardineries, restaurants…) ou établissements scolaires, peut organiser des manifestations à son échelle comme par exemple : conférences-

[close]

p. 7

Suite à la lecture de l’expertise collective « Pesticides et santé » de l’INSERM, Générations Futures a demandé aux pouvoirs publics de prendre des mesures fortes et rapides pour réduire l’usage des pesticides et exclure les plus dangereux d’entre eux. Expertise de l’INSERM : les conséquences néfastes des pesticides pour la santé sont désormais officiellement reconnues par la recherche française. Contexte. L’INSERM a rendu publique le 7 juin une expertise collective menée sur le thème « Pesticides et santé »6 . Ce document vise à répondre à la demande de la Direction Générale de la Santé concernant les effets des pesticides sur la santé. Ce travail s’appuie sur les données issues de la littérature scientifique disponible et internationale en date du premier semestre 2012. il faut continuer la recherche scientifique dans ce domaine, cette publication sans appel qui montre la réalité du danger des pesticides doit conduire à une action publique forte et rapide en matière de réduction de l’usage des pesticides et d’exclusion des substances actives suspectées d’être cancérigènes, mutagènes, perturbateurs endocriniens ou neurotoxiques. Eu égard aux risques sanitaires, nous demandons également au gouvernement de légiférer pour qu’à terme les collectivités publiques n’utilisent plus ces produits et que ceux-ci ne soient plus vendus aux utilisateurs non professionnels. De plus, comme les chercheurs de l’INSERM, nous demandons que soient pris en compte les effets des mélanges de pesticides et des produits formulés, et que la plus grande transparence soit faite sur la composition des produits et sur le contenu des dossiers d’évaluation de ces derniers. » » déclare F. Veillerette notre porte-parole. 6 Pesticides dans l’air Une étude commandée par la Région Picardie et publiée en mai a montré la présence de nombreux pesticides dans l’air. Selon une méthode scientifique validée par l’INERIS, ATMO Picardie, avec le soutien du Conseil régional de Picardie, a procédé à des mesures de présence de pesticides dans l’air sur quatre sites picards de mars à septembre 2012, l’enquête révèle la présence de plus de la moitié des molécules recherchées (43 sur 72.) Les résultats sont particulièrement significatifs sur le site de Saulchery, en pleine région viticole. L’étude montre également la présence de produits interdits, dont certains depuis 1998. L’étude se poursuit actuellement dans trois lycées agricoles de la région. Présentation des résultats. Générations futures a salué ce rapport qui vient confirmer le message que l’association diffuse depuis plus de 10 ans à savoir l’existence de multiples études scientifiques montrant des présomptions réelles de lien entre l’exposition aux pesticides et de nombreuses pathologies graves. Le rapport de l’Inserm confirme en effet des « présomptions fortes ou moyennes » de lien entre l’exposition à des pesticides et : Lymphome Non Hodgkinien (LNH), cancer de la prostate, myélomes multiples, leucémie, Parkinson, Alzheimer, divers troubles cognitifs et des impacts sur la fertilité et fécondabilité. Pour d’autres pathologies, même si les liens semblent moins nets pour les scientifiques pour cause de pathologies souvent moins répandues et moins étudiées (comme le SLA (3)), il existe des données françaises très significatives comme dans le cas des tumeurs cérébrales (risque multiplié par 3) ou des méta analyses montrant des excès de risques significatifs de plus de 80% dans le cas de la SLA. Notre conclusion sur ce point est que les scientifiques se sont livrés à une analyse relativement prudente de la littérature scientifique. « Même si, comme le réclament justement les chercheurs de l’INSERM, Point sur la réforme de la PAC Après 18 mois de négociations, les conclusions des trilogues entre le Conseil, le Parlement et la Commission Européenne confirment le manque prévisible d’ambition pour la Politique agricole commune après 2013. Les organisations du Groupe PAC 2013 estiment que les compromis de Luxembourg et de Bruxelles sont faibles et donc très décevants. Ils ne suffiront pas à rendre la PAC réellement juste, écologique et solidaire. Mais paradoxalement, étant données les marges de manœuvre offertes, les discussions à venir sur sa mise en œuvre au niveau national constituent l’ultime opportunité de renforcer la PAC. Plus d’informations sur le site http://www.pouruneautrepac.eu (site du réseau PAC 2013 dont GF est membre). http://www.generations-futures.fr/pesticides/pesticides-sante-expertise-inserm/ Pesticides Pulvérisations aériennes: Générations Futures réagit à la consultation du public Générations Futures a participé à la consultation publique du Ministère de l’agriculture portant sur les épandages aériens de pesticides qui s’est déroulée en plein cœur de l’été. Vous trouverez le courrier que nous avons fait parvenir au ministère sur notre site7 . Nous savons que suite à l’appel à participation que nous avons fait, nombre de personne et d’ONG ont repris nos propositions. Nous attendons désormais de voir comment le gouvernement va gérer ce mécontentement. 7 http://www.generations-futures.fr/pesticides/pulverisations-aeriennes-generations-futures-reagit-ala-consultation-du-public/ 7

[close]

p. 8

W-E festif : Légion d’honneur pour notre Présidente et Assemblée Générale Vendredi 7 juin 2013 c’est à Saint Jean sur Veyle et au sein de son entreprise que Maria Pelletier, la présidente de Générations Futures s’est vue remettre la légion d’honneur des mains de Corine Lepage, ancienne ministre de l’environnement, actuellement eurodéputée et écologiste convaincue. Cette décoration vient tout d’abord récompenser le parcours professionnel de notre présidente. En 1983, elle et son mari Michel Pelletier reprennent le Moulin Marion, héritage de la famille de ce dernier. Aujourd’hui cette PME produit uniquement des aliments biologiques et son chiffre d’affaires s’élève à 9 millions d’euros, preuve que l’on peut réussir sans trahir ses engagements en faveur de l’environnement. Mais la légion d’honneur vient également saluer l’engagement militant de celle qui est notre présidente depuis trois ans. En plus de ses responsabilités au sein de Générations Futures, Maria Pelletier est également administratrice au Réseau Environnement Santé, siège à Ecocert, Synabio et est la Présidente de Bioconvergence Rhône-Alpes. Cette journée à son image a permis l’information du public sur les thématiques « alimentation et environnement » puisque Gilles Séralini (CRIIGEN), André Cicollela (Réseau Environnement Santé) et François Veillerette (Générations Futures) ont été invités à prendre la parole lors de la cérémonie. En effet, Maria Pelletier espère que son élévation au grade de Chevalier de la Légion d’honneur n’est pas seulement un geste mais qu’il sera accompagné de faits plus marqués en faveur de l’agriculture biologique8 . Toute l’équipe de Générations Futures et nombre de ses administrateurs étaient présents à cette remise, heureux et fiers d’avoir Maria Pelletier pour présidente. Cela a également été pour nous l’occasion de tenir notre Assemblée Générale9 où nos administrateurs et adhérents ont pu voter les rapports financiers, moraux et d’activités. Le nouveau conseil d’administration a aussi été élu avec un nouvel arrivant Hervé Legrand, éco-conseiller, que nous saluons et le départ de Laurent Leguyader, militant bien connu du monde associatif que nous remercions pour sa présence à nos côtés depuis de nombreuses années et qui nous en sommes certains, continuera à nous apporter son soutien et ses connaissances. Voir : http://www.generations-futures.fr/nonclasse/la-presidente-de-generations-futures-recoit-la-legion-dhonneur-oui-mais/ 9 Voir : http://www.generations-futures.fr/agenda/assemblee-generale-de-generations-futures2012-et-legion-dhonneur-maria-pelletier/ 7 des miens. Exaspéré de voir mes enfants exposés parfois à plus de cinquante traitements à l’année, souvent directement arrosés en se promenant sur les voies de circulation traversant ces zones; révolté par l’inertie des autorités locales qui laissent polluer les sources est captages d’eau potable sans prendre de mesure efficace; j’ai décidé de réagir en compagnie de quelques voisins et de dénoncer publiquement cette situation, pourtant connue de tous et de longue date. Les intentions de départ étant les mêmes qu’aujourd’hui, à savoir alerter l’ensemble des citoyens sans chercher à stigmatiser les agriculteurs, premières victimes des pesticides. Ainsi est née l’association ALLASSAC ONGF (Œuvrons pour la Nature est les Générations Futures) avec qui de nombreuses actions de terrain ont été menées. Connaissant parfaitement le monde agricole et plus particulièrement l’arboriculture du Limousin, j’ai décidé de faire du principe « réfléchir au plan global, agir au plan local », mon principe. Bénéficiant de connaissances précises en matière de procédure pénale, fin 2010, devant l’immobilisme des pouvoirs publics et l’omerta générale, j’ai déposé plainte à titre personnel, accompagné d’une autre riveraine (Crisitna Ste Marie), contre des pratiques inadmissibles, notamment des épandages de pesticides par grands vents à quelques mètres des habitations. C’est à cette occasion que j’ai eu ma première rencontre avec François Veillerette qui grâce à son livre (Révélations sur un scandale français) ne m’était pas inconnu. Rapidement des liens étroits se sont créés entre le Limousin et Générations Futures jusqu’à me conduire aujourd’hui au conseil d’Administration de cette structure hyper-réactive. Aujourd’hui, j’ai quitté la présidence d’ALLASSAC ONGF pour pouvoir me consacrer d’avantage aux actions de GF avec qui nous allons tenter de mobiliser les forces autour du dossier des particuliers victimes des pesticides. Dans son quartier, dans sa ville ou son village 3. Distribuez notre plaquette dans les boîtes aux lettres de votre immeuble/quartier 4.Mettez à disposition notre plaquette dans les salles d’attentes de médecins, les magasins bios, les libraires, les petits commerçants, la maison des associations etc. (avec leur accord préalable évidemment !) 5.Distribuez notre plaquette au public lors d’évènements locaux en rapport avec nos thématiques (foires et marchés bios, festivals engagés pour l’environnement etc.) 6.Mobilisez-vous lors de la Semaine pour les Alternatives aux Pesticides du 20 au 30 Mars 2013 : faites connaître l’évènement, organisez une manifestation, ou tout simplement participez ! Sur Internet 7.Invitez vos amis à suivre notre page facebook (www.facebook.com/GenerationsFutures) et/ou notre compte twitter (www.twitter.com/genefutures) et/ou à s’inscrire à notre newsletter à partir de notre site en haut à droite. 8. Signez nos pétitions, relayez nos actions à vos contacts 9. Parlez de nous sur les forums appropriés et/ou commentez les articles de presse liés à l’agriculture ou à la question des pesticides en indiquant l’adresse de notre site internet (http://www.generations-futures.fr/) Et surtout 10. La répétition est la clé de la communication alors recommencez souvent…et amusez-vous !!! N’hésitez pas à nous faire part de vos actions et à nous envoyer des photos à adherent@generations-futures.fr – Mille mercis par avance de toute l’équipe de Générations Futures. 10 actions simples qui seront pour nous une aide très précieuse ! L’association reçoit régulièrement des messages de personnes pleines de bonne volonté qui souhaiteraient donner de leur temps pour faire connaître Générations Futures, mais ne savent pas comment. Voici une liste de 10 actions simples qui seront pour nous une aide très précieuse ! Dans son entourage proche 1. Parlez de Générations Futures autour de vous (à vos amis, à la famille, à vos collègues). Il s’agit de promouvoir les idées que vous soutenez. 2. Prêtez ou donnez notre lettre d’informations aux intéressés. Expliquez comment et pourquoi adhérer à l’association. Relayez nos campagnes papiers. Présence de Générations Futures via la tenue d’un stand aux foires et salons ci-dessous : 6/10 Foire d’Arbas (31), 11-12-13/10 Salon Ille & Bio à Guichen (35) Du 9 au 17/11 Salon Marjolaine au Parc Floral à Paris Conférences / manifestations 08/10 : Conférence de F. Veillerette à Grenoble 12/10 : Manifestation à Paris lors de la journée mondiale de l’alimentation voir : http://www.generations-futures.fr/pesticides/manifestationparis-world-food-day-journee-mondiale-de-lalimentation/ 31/10 : Conférence de F. Veillerette à Toulouse 24/11 : Marche citoyenne contre l’accord de libre-échange négocié entre les EU et la CE dans le déni de la démocratie. STOP TAFTA – Traité transatlantique de commerce et d’investissement 26/11 : Conférence de F. Veillerette avec l’association Sèvre-environnement. Adhésion 2013 Mme/M/Melle (Nom-Prénom) : Adresse : Code Postal : Tel: Adhésion de base : 25€ Je souhaite devenir bénévole J’adhère, je bénéficie d’une déduction fiscale de 66% Coupon à retourner accompagné de votre soutien à Générations Futures - 25, rue d’Alsace 75010 Paris 8 Ville: E-mail: Adhésion de soutien : 50€ Je fais un don libre de .…..€ Portrait : Fabrice Micouraud, bénévole et administrateur de GF Agé de 44 ans et père de deux enfants, âgés de 16 et 14 ans, après avoir mis fin à un devoir de réserve lié à mon activité professionnelle (militaire de la gendarmerie), je me suis engagé dans la lutte contre les pesticides afin de faire valoir mes droits à la santé et à la sécurité sanitaire Adhésion chômeur ou bas salaire : 10€

[close]

Comments

no comments yet