CI 176

 

Embed or link this publication

Popular Pages


p. 1

belgique belgie p.p p.b liege x 9/3306 la nouvelle dossier portrait mes éditeurs et moi hommage lettres belges de langue franÇaise bimestriel ne paraît pas en juillet-août n° 176 du 1er avril au 31 mai 2013 marcel detienne alain berenboom jean-claude pirotte p 302031 bureau de dépôt liège x ed resp laurent moosen 44 bd léopold ii 1080 bruxelles mars 2013

[close]

p. 2

sommaire n° 176 en couverture © beth hommel ici et ailleurs Éditorial par laurent moosen magazine dossier portrait mes éditeurs et moi petit exercice d admiration événement édition hommage brèves agenda rencontres et spectacles littéraires expositions théÂtre nouveautÉs et rÉÉditions critiques la nouvelle marcel detienne alain berenboom alexandre tisma françois jacqmin « l oeuvre du regard » maurice carême en numérique jean-claude pirotte bruxelles wallonie paris

[close]

p. 3

ici et ailleurs longtemps les écrivains belges francophones se sont couchés de bonne heure le ventre vide affamés d une reconnaissance internationale qui leur semblait interdite à de rares exceptions près souffrant notamment de son voisinage avec la france notre littérature tenait au mieux de l exotisme brumeux mais vaguement provincial au pire suscitait ce regard gêné qu on réserve trop souvent aux infirmes aujourd hui encore il n est pas rare de découvrir en quatrième de couverture d un ouvrage publié par un éditeur français la courte notice biographique précisant que l écrivain dont le lecteur s apprête à découvrir le travail est « né en belgique » comme si cet accident initial pouvait donner lieu à une possible rédemption il aura fallu le travail des années la constitution d un corpus et la clairvoyance de quelques uns ­ au rang desquels on citera en premier lieu joseph hanse ­ pour circonscrire un territoire de l imaginaire qui parvienne non seulement à offrir à nos écrivains une histoire mais aussi ce lieu d où se conçoivent les voyages ce passeport péniblement acquis permet aujourd hui à la littérature belge d être lue et étudiée un peu partout dans le monde y contribuent de nombreux acteurs ainsi qu une politique d aide à la traduction et à la diffusion dont les ramifications s étendent du maghreb aux états-unis en passant par l asie on notera par exemple que nous fûmes récemment les invités d honneur du salon du livre de taipei l un des plus importants du monde et ce grâce à l inlassable travail de léo beeckman véritable ambassadeur de nos lettres qui depuis de nombreuses années construit un précieux réseau international dont profitent nos lettres qu il soit salué pour sa contagieuse passion À saint-malo l an passé c est le festival « étonnants voyageurs » qui rendait hommage à nos créateurs la cité corsaire pourtant fortifiée semblait avoir été brièvement colonisée par des hordes de pacifiques barbares À pékin c est une lectrice envoyée par wallonie-bruxelles international qui initie des étudiants chinois à amélie nothomb ou à maurice maeterlinck elle s inscrit dans un programme plus vaste permettant à des universités étrangères de sensibiliser leurs étudiants à notre production littéraire chaque année également la fédération wallonie-bruxelles décerne un prix du rayonnement des lettres belges à une personnalité étrangère qui par ses travaux contribue à faire de notre ici un ailleurs que d autres peuvent s approprier on notera encore à seneffe l existence d un collège de traducteurs qui accueille chaque été des traducteurs chevronnés venus du monde entier pour se pencher avec envie sur les oeuvres de nos écrivains À l issue de cette session estivale est d ailleurs décerné un prix de la traduction récompensant un traducteur étranger pour le rôle essentiel qu il joue dans la diffusion de notre patrimoine fécondée par ces regards lointains la littérature belge francophone jeune encore prend confiance en ses moyens et découvre qu elle fait penser rêver écrire aux quatre coins du globe sans le précieux concours de tous ces passeurs et des moyens qui leur sont donnés nul doute que la littérature belge retrouverait rapidement l inconfortable marge où elle demeura trop longtemps confinée il est vrai que les temps sont à l austérité et que la frilosité qui en découle déclenche souvent des réactions de repli une attitude défensive ne conservant de l identité que ce qui faisait frémir georges brassens lorsqu il parlait des imbéciles heureux plus que jamais c est par cette solidarité voyageuse et curieuse que la littérature belge doit traverser les frontières sans peur de ses origines mais au contraire consciente que les identités parfois contradictoires qui la composent sont les fils fragiles avec lesquels se tisse ce véritable ailleurs que l on nomme littérature laurent moosen éditorial

[close]

p. 4

la nouvelle marcel detienne alain berenboom alexandre tisma françois jacqmin « l oeuvre du regard » maurice carême en numérique jean-claude pirotte dossier portrait mes éditeurs et moi petit exercice d admiration événement édition hommage brèves

[close]

p. 5

maga zine magazine © ivanikova fotolia.com

[close]

p. 6

la nouvelle un récit bref nausicaa dewez pour lecteurs patients la nouvelle francophone est notoirement peu lue du public et mal soutenue par les professionnels de l éditeur au critique pourtant des recueils de qualité paraissent chaque année assurant le dynamisme et le renouvellement formel du genre la belgique n est pas en reste outre plusieurs nouvellistes importants elle est le siège de l une des rares maisons d édition francophones ­ quadrature ­ entièrement dédiées à la nouvelle et d un prix littéraire lui aussi voué au genre le prix renaissance de la nouvelle elle compte en outre en ses rangs avec rené godenne un pionnier des études universitaires en matière de nouvelle francophone qui se penche sur la situation actuelle de la nouvelle en belgique et plus largement en francophonie remarque un paradoxe d une part les aspirants nouvellistes sont légion en témoigne l engouement suscité par les ateliers d écriture qui prisent particulièrement la nouvelle en raison de sa brièveté de même les concours d écriture de nouvelles pour auteurs amateurs prospèrent chaque village chaque micro-association y va du sien scénario immuable à peine le thème imposé est-il dévoilé que les textes affluent l envie d écrire semble décidément l une des choses du monde les mieux partagées et la nouvelle son vecteur privilégié pour autant les lecteurs eux ne se montrent guère friands du genre le constat n est pas neuf ni la réticence de certains éditeurs à publier des oeuvres réputées peu rentables huysmans déjà écrivait en soupirant à jules destrée que faute de lecteurs les nouvelles ne trouvaient point non plus d éditeur « vous me demandez si un éditeur prendrait un livre de nouvelles aucun les nouvelles sont comme des volumes de vers pour eux ils n en veulent à aucun prix vu que ça ne se vend pas1 » certaines stratégies éditoriales actuelles peuvent d ailleurs en partie s expliquer par le déficit de lectorat on note ainsi une tendance certaine à l escamotage de l étiquette générique « nouvelle » certaines collections l omettent systématiquement ainsi faut-il feuilleter l édition « folio » de garanti sans moraline de patrick declerck pour découvrir qu il s agit d un recueil de

[close]

p. 7

magazine 07 dossier page de d rené godenne © dr nouvelles la couverture et la page de titre taisant soigneusement cette information dans le même temps la catégorie du « roman par nouvelles » connaît une certaine fortune cette appellation qualifie certes avec pertinence des ouvrages on songe par exemple aux amours crues de christian libens dont les différents segments peuvent se lire chacun comme un tout autonome mais tissent entre eux un jeu d échos thématiques et diégétiques tel qu il les apparente dans le même temps aux chapitres successifs d un roman néanmoins une telle qualification contribue aussi à accrocher artificiellement certains livres au genre romanesque plus prisé du lectorat anticipant le manque d intérêt du public certains éditeurs tendent par ailleurs à ne promouvoir que les recueils d auteurs déjà bien connus le plus souvent en qualité de romanciers dont le nom garantit des ventes appréciables ainsi albin michel maison pourtant peu encline à publier des nouvelles édite-t-elle celles de son auteur-phare éricemmanuel schmitt dont le récent les deux messieurs de bruxelles l ombre du roman il ressort que la nouvelle est souvent considérée comme un genre littéraire mineur l une des raisons en est bien sûr le prestige de son concurrent cet autre genre de fiction narrative qu est le roman l opinion commune définit spontanément la nouvelle comme un-roman-mais-en-plusbref voire « un roman en raccourci2 » la brièveté caractéristique principale de la nouvelle il est vrai que sa forme contemporaine est souvent très courte mais l affirmation résiste mal à un examen du corpus du xixe siècle elle fait en effet fi de plusieurs textes de nouvellistes majeurs au premier rang desquels maupassant ou mérimée elle passe aussi sous silence que certains « romans » couvrent une centaine de pages à peine on mesure ainsi toute la limite du critère quantitatif définir la nouvelle par sa seule brièveté revient d ailleurs à souligner la difficulté de circonscrire ce genre en outre souvent mal connu signe des temps probablement comme le note antoine compagnon « les définitions normatives et prescriptives des genres sont dépassées beaucoup moins les descriptions formelles et sémantiques et au début du xxie siècle les oeuvres sont toujours identifiées négativement par ce qu elles ne sont pas plutôt que par ce qu elles sont3 » la brièveté relative serait alors l unique commun dénominateur d un genre protéiforme et en constante évolution toutefois la taille réduite associée à la nouvelle n est pas loin s en faut une caractéristique purement descriptive et neutre pour beaucoup la brièveté s entend non comme le signe de la fulgurance de l efficacité ou de l exigence de bien dire avec peu de mots mais comme un manque une facilité la marque d un inachèvement À l aune d un hasardeux parallélisme avec le cinéma dans le cas duquel le court métrage est de fait l antichambre du long d aucuns considèrent la nouvelle comme une simple rampe de lancement une fois en

[close]

p. 8

08 pleine possession de ses moyens l auteur de nouvelle serait enfin capable de développer son sujet et de l approfondir le nouvelliste de talent aurait vocation à se muer presque naturellement la maturité aidant en romancier certains éditeurs pressent d ailleurs leurs auteurs de se tourner vers ce genre voisin plus propice à séduire un large public trajectoires l idée du roman comme horizon indépassable de la nouvelle ne résiste cependant pas à l examen des parcours singuliers des nouvellistes il est indéniable que la plupart d entre eux s essaient aussi au roman mais ce dernier ne constitue assurément pas toujours un aboutissement si l on se risque à esquisser une typologie des nouvellistes en vertu de la place de la nouvelle dans leur pratique littéraire des situations très diverses émergent certains romanciers reconnus sont des nouvellistes occasionnels qui forts de leur notoriété s autorisent un détour hors des sentiers de leur genre de prédilection c est notamment le cas de françoise mallet-joris auteure de deux recueils cordélia récits 1956 et le clin d oeil de l ange 1983 ou encore d amélie nothomb qui outre plusieurs nouvelles parues en revue ou dans des collectifs a délaissé pour un instant son éditeur attitré pour publier chez la pierre d alun un unique recueil brillant comme une casserole 1999 en étroite collaboration avec l artiste kikie crêvecoeur pour d autres écrivains à l inverse la nouvelle constitue la part principale de leur oeuvre ils ne s essaient au roman qu à titre subsidiaire ainsi d annie saumont ou pour les belges de bernard quiriny qui après le succès public et critique de son second recueil de nouvelles contes carnivores est passé au roman les assoiffées 2010 avant de revenir à la nouvelle avec sa collection très particulière 2012 entre ces deux cas de figure extrêmes nombre d auteurs pratiquent les deux genres littéraires à part plus ou moins égale pour certains romans et nouvelles correspondent à des périodes distinctes de leur activité littéraire ainsi vincent engel a d abord été un auteur de nouvelles légendes en attente 1993 la vie malgré tout 1994 avant de passer au roman ­ non sans revenir occasionnellement à la nouvelle opera mundi 2009 patrick dupuis a parcouru le trajet inverse s essayant d abord au roman le conseiller 1993 le maître immobile 1996 il trouve ensuite dans la nouvelle son genre de prédilection ceux d en face 2003 nuageux à serein 2009 et passés imparfaits 2012 d autres pratiquent au contraire la nouvelle et le roman simultanément kenan görgün thomas gunzig et michel lambert passent du roman à la nouvelle et de la nouvelle au roman selon une alternance plus ou moins stricte fait plus exceptionnel leur travail est également reconnu dans les deux genres un privilège que n a pas simenon auteur de seize recueils de nouvelles d une qualité au demeurant estimable il est aujourd hui presque exclusivement considéré comme un romancier les recueils de nouvelles de jacqueline harpman surtout la lucarne 1992 et jusqu au dernier jour de mes jours 2004 sont un peu mieux connus mais elle demeure elle aussi aux yeux du grand public du moins d abord et avant tout une romancière malgré l importance ­ en quantité et en qualité ­ de son oeuvre de nouvelliste les raisons du lecteur malgré quelques notables exceptions la place marginale de la nouvelle dans un champ francophone dominé par le roman semble un fait acquis elle peut pourtant étonner offrant le plaisir d une histoire complète en quelques pages seulement la nouvelle semble taillée pour notre époque qui a érigé l immédiateté en dogme et où les lecteurs ont dit-on de moins en moins le temps de lire les raisons du peu d engouement du public pour le genre seraient donc ailleurs rené godenne infatigable « liseur de nouvelles » à qui plus de cinquante années de recherches universitaires vouées au genre ont même valu le surnom de « boy scout de la nouvelle » souligne la responsabilité de la presse qui ne contribue pas à faire connaître la nouvelle auprès d un large public non seulement celle-ci est oubliée des recensions mais journaux et magazines ne publient en outre plus de nouvelles « barbey d aurevilly publiait ses nouvelles d abord dans la presse les

[close]

p. 9

magazine 09 dossier page de d michel lambert photo anne van maele lecteurs pouvaient alors se familiariser avec un nom aujourd hui sans le support de la presse les noms des auteurs ne sont plus connus des lecteurs potentiels » plus surprenant patrick dupuis nouvelliste et éditeur il est l un des fondateurs de quadrature la seule maison d édition belge francophone consacrée entièrement à la nouvelle avance ­ « mais ce n est qu une hypothèse » ­ que « maupassant a fait du tort à la nouvelle son excellence n a peutêtre pas rendu service à ses successeurs » auteur de plusieurs recueils de nouvelles une touche de désastre 2006 dieu s amuse 2011 le métier de la neige mars 2013 cofondateur du prix renaissance de la nouvelle et penseur passionné et passionnant du genre michel lambert pointe d autres facteurs explicatifs « les écoles qui n initient pas à la nouvelle » et « comme l a suggéré jean vautrin la langue française elle-même cartésienne définissante qui se prête mal à l ambiguïté inhérente à la nouvelle » ­ d où peut-être la situation spécifique de la francophonie la nouvelle hispanophone ou anglophone par exemple trouve un lectorat plus large nos trois interlocuteurs s accordent à reconnaître que le problème naît aussi des caractéristiques propres de la nouvelle dont la lecture est rendue exigeante en raison même de sa brièveté pour patrick dupuis le genre « peut désarçonner » le lecteur car « il n y a pas de mot fin à la fin d une nouvelle le lecteur se retrouve projeté vers ce qu il veut » « la nouvelle ajoute michel lambert est l art du nondit de l ellipse de l ambiguïté comme l iceberg elle ne laisse voir au lecteur qu un tiers les deux autres tiers sont connus de l auteur mais non-dits » elle exige dès lors du lecteur un travail coûteux « mais intellectuellement stimulant » les silences du texte rendent en outre plus difficile l attachement affectif aux personnages le processus d identification du lecteur reposant d abord sur l impression de familiarité avec les êtres de fiction et pourtant ils Écrivent et publient et lisent la brièveté de la nouvelle pourrait être cause du préjugé défavorable qui la frappe les lecteurs font l expérience d un genre à l abord difficile qui exige de la patience et sollicite beaucoup celui qui lit très en vogue aujourd hui les concours et ateliers d écriture qui portent le plus souvent sur la nouvelle instillent quant à eux la conviction tenace que tout le monde peut écrire des nouvelles comme si un texte court impliquait forcément une écriture rapide aisée et un investissement moindre de l auteur contradictoires ces deux expériences concourent pourtant au même effet celui de la marginalisation de la nouvelle et de son cantonnement dans la catégorie des genres mineurs la conscience du manque de considération pour le genre en francophonie n empêche pas heureusement les nouvellistes d écrire et de publier encore et toujours cet état de fait contribuerait même paradoxalement à une dynamique en incitant les auteurs à la défense et l illustration de leur genre en belgique plusieurs nouvellistes font oeuvre sinon de militance du moins de promotion et de diffusion ainsi patrick dupuis et bérengère deprez sont aussi sous la bannière de quadrature dont ils sont membres fondateurs éditeurs de nouvelles vincent engel a concouru dès les années 90 notamment avec « l année nouvelle » à la découverte du genre tant par le grand public que les cénacles universitaires quant à michel lambert il a fondé avec carlo masoni le prix renaissance de la nouvelle qu il continue d organiser annuellement en raison même de son statut précaire la nouvelle est affaire de passion le mot est de patrick dupuis bien que le genre ait ses contempteurs il compte aussi ses hérauts ­ auteurs éditeurs lecteurs ou chercheurs ­,

[close]

p. 10

010 des passionnés qui le font exister connaître et le renouvellent précisément les nouvelles publiées aujourd hui relèvent le plus souvent à l inverse de celles du xixe siècle de ce que l on appelle désormais à la suite de rené godenne « la nouvelle-instant » « le nouvelliste ne cherche plus à raconter une histoire mais s attarde à une spectrographie d un moment ou de quelques moments de la vie de personnes et des moments souvent importants décisifs dans une existence4 » michel lambert note lui aussi qu à la nouvelle du xixe siècle qui obéissait généralement au schéma « phrase d accroche ­ montée ­ bascule ­ fin mourante ­ chute » a succédé une nouvelle qui « s attache non plus à un segment de la ligne du temps mais à un point qu elle creuse » procédant « par sédimentation ou érosion progressive » parce que la nouvelle explore un « très petit territoire » elle permet à son auteur de « tenir le ton ­ cette musique de l oeil cette fine pellicule transparente qui se dépose sur le tout et donne ses reflets poétiques au texte ­ sur toute sa durée » cette possibilité née de la brièveté de la nouvelle se double d un impératif celui de « trouver le ton juste celui qui rendra beau ce moment capital » que raconte la nouvelle et le fera accéder à « une dimension supérieure » dans la nouvelle « l esthétique est en soi une éthique » autre marque de la nouvelle contemporaine elle ne se publie guère qu en recueil la raison première en est financière « le prix de revient d un petit volume est aussi important que celui d un gros » nous explique patrick dupuis or les lecteurs sont réticents à débourser le prix d un livre neuf pour des ouvrages très peu épais la publication de volumes contenant une nouvelle unique est intenable pour les éditeurs quadrature par exemple ne publie que des recueils de cent cinquante mille signes au moins bien que la publication des nouvelles en recueil réponde d abord à une exigence de réalisme économique la composition de ces volumes est quant à elle dictée par des considérations proprement littéraires patrick dupuis évoque la quête d une « alchimie » qui doit s opérer entre les différentes composantes du recueil en tant qu éditeur il lui arrive fréquemment dit-il de recevoir « de bonnes nouvelles mais qui ne forment pas un recueil équilibré » il appartient alors à l éditeur de « travailler avec l auteur pour constituer un corpus agréable qui ne désarçonne pas le lecteur » en tant que nouvelliste dupuis explique travailler « sans plan préalable et à un moment donné les différentes nouvelles font ensemble » pour michel lambert aussi l idée d une nouvelle vient avant celle du recueil « pendant la période d écriture tout se passe comme si je déployais des filets attrapant les sujets de nouvelles mes radars se mettent en route et ne captent plus que des sujets de nouvelles j ai d abord l idée d une nouvelle puis d une deuxième puis vient l idée du recueil » l ordonnancement du recueil doit obéir à certaines règles « idéalement il faut commencer par une nouvelle forte mais pas la plus forte il faut placer alternativement une nouvelle longue et une courte un texte à la première personne et un texte à la troisième et éviter que les nouvelles dont les thèmes sont trop proches se succèdent directement » la conception du recueil de nouvelles rend particulièrement cruciale la relation de confiance entre auteur et éditeur et la nouvelle francophone peut compter sur quelques éditeurs qui la défendent avec ferveur aux éditions luce wilquin la collection « euphémie » lui est ainsi entièrement dédiée elle accueille surtout mais pas seulement des plumes belges et notamment daniel charneux vingt-quatre préludes 2004 dominique costermans je ne sais pas dire non 2004 nous dormirons ensemble 2008 aurelia jane lee les saisons intérieures 2010 et deux des fondateurs de quadrature patrick dupuis et bérengère deprez derrière moi 2012 certains éditeurs se vouent même entièrement à la nouvelle c était tout d abord le cas de la québécoise l instant même fondée par gilles pellerin en 1986 qui s était donné pour tâche « d assurer à la nouvelle contemporaine un espace éditorial voué à son développement5 » avant de s ouvrir aux autres genres littéraires en 1993 publiant essentiellement des auteurs québécois elle a aussi édité des nouvelles de vincent engel la guerre est quotidienne 1999 en belgique francophone quadrature est le seul éditeur travaillant exclusivement sur la nouvelle l entreprise est née autour de huit passionnés de nouvelle qui revendiquent selon les mots de patrick dupuis « non une volonté militante mais une volonté de plaisir » depuis 2005 la

[close]

p. 11

magazine 11 dossier maison néo-louvaniste publie annuellement quatre recueils de nouvelles signés pour un tiers par des auteurs belges et pour les deux autres tiers par des auteurs français le dernier en date le manège des amertumes d isabelle baldacchino est sorti en février de cette année dans le cadre de ses activités d éditeurs patrick dupuis reçoit et lit donc aussi bien des manuscrits français que belges l occasion est belle de lui demander s il perçoit une spécificité de la nouvelle belge l éditeur note certes des différences dans le « choix des lieux » ­ le nouvelliste belge situera sans doute son action à liège plutôt qu à paris ­ et « l emploi de quelques belgicismes » pour lesquels quadrature fait le choix de fournir une explication en note à destination des lecteurs français mais rien d autre ne distingue fondamentalement la nouvelle belge de son homologue française michel lambert que sa charge de juré du prix renaissance de la nouvelle conduit lui aussi à lire des nouvelles de toutes la francophonie ne décèle pas davantage de particularisme belge dans sa pratique d auteur lui-même a d ailleurs tendance à éviter les indications de lieux précises et l enracinement de ses personnages dans un quelconque terroir « le véritable pays est celui des personnages peu importe le lieu où ils se trouvent » quant à rené godenne il n a de cesse de dénoncer chiffres à l appui la croyance aussi largement répandue qu erronée selon laquelle la nouvelle belge serait essentiellement fantastique sur « 490 titres répertoriés pendant la période 1940-1999 il faut savoir que la part des textes fantastiques ne représente que 114 titres soit à peine un quart de la production globale6 » l hypothèse d une nouvelle belge qui seule de son espèce serait essentiellement fantastique s effondre donc à son tour des lemonnier jean ray simenon ou ghelderode aux gunzig mertens et autres costermans la nouvelle belge s ancre néanmoins dans une solide tradition il est urgent ­ et agréable ­ de la redécouvrir pour prolonger la rÉflexion anthologies de la nouvelle belge vingt nouvelles belges textes choisis et présentés par carlo de mey verviers marabout 1958 rené godenne sous la dir de nouvelles belges à l usage de tous bruxelles luc pire coll « espace nord » n° 293 2009 retirage prévu en 2014 Études vincent engel sous la dir de le genre de la nouvelle dans le monde francophone au tournant du xxie siècle actes du colloque de l année nouvelle à louvain-la-neuve 26-28 avril 1994 québec dole et echternach l instant même canevas et phi 1995 vincent engel et rené godenne sous la dir de nouvelles et nouvellistes belges essai d encyclopédie critique études réunies et présentées par françois moens louvain-la-neuve academia-bruylant 2003 michel lambert sous la dir de « la nouvelle nouvelle est-elle nouvelle » dossier paru dans indications n° 3 maijuin 2006 pp 23-50 nouvelle nuvel n.f de novella plaquette coéditée par indications et kalame bruxelles 2009 1 2 3 4 5 6 joris-karl huysmans lettres inédites à jules destrée avant-propos d albert guislain introduction et notes de gustave vanwelkhuyzen genève droz coll « textes littéraires français » 1967 cité dans rené godenne la nouvelle de a à z ou un troisième tour du monde de la nouvelle de langue française auxerre rhubarbe 2008 p 43 cahiers simenon le nouvelliste et le conteur vol 6 1993 cité dans rené godenne « petit sottisier de la nouvelle » url http www.edern.be renegodenne/rene_godenne antoine compagnon « treizième leçon modernité et violation des genres [25 mai 2001 » dans théorie de la littérature la notion de genre cours de m antoine compagnon cours de licence llm 316 f2 ufr de littérature française et comparée université de paris iv-sorbonne url http www.fabula.org/compagnon/genre13.php compagnon souligne rené godenne la nouvelle de a à z op cit p 65 site internet des éditions l instant même www instantmeme.com/ebi-addins/im/historique.aspx rené godenne « 1940-1999 ou 59 années d existence cachée de nouvelles belges » dans la nouvelle francophone en belgique et en suisse actes du colloque international des 18 et 19 octobre 2001 textes rassemblés par mireille hilsum et jean-pierre longre lyon c.e.d.i.c 2004 p 20.

[close]

p. 12

les prix littÉraires la nouvelle aussi thÉoriquement le nouvelliste francophone peut ambitionner de collectionner tous les grands prix littéraires ou presque le goncourt le testament d edmond de goncourt disposait que le prix serait attribué « au meilleur roman au meilleur recueil de nouvelles au meilleur volume d impressions au meilleur volume d imagination en prose et exclusivement en prose publié dans l année » le médicis il récompense un « roman un récit un recueil de nouvelles dont l auteur débute ou n a pas encore une notoriété correspondant à son talent » le renaudot le femina ils chassent sur les mêmes terres que le goncourt en belgique également le rossel couronne « un roman ou un recueil de nouvelles belge » le prix marcel thiry récompense une année sur deux « un roman ou un recueil de nouvelles francophone » et le jean muno distingue « une première oeuvre de fiction roman ou nouvelles éditée en francophonie et écrite par un auteur résidant en belgique ou d origine belge » autant de prix littéraires qui peuvent donc être attribués à un nouvelliste mais autant de récompenses aussi pour lesquelles les recueils de nouvelles sont mis en concurrence directe avec des romans la préva 12 lence de ce cas de figure pour l attribution des prix littéraires majeurs est significative ­ au même titre que la récurrence de la formulation qui place systématiquement le roman avant la nouvelle cela rappelle s il en était besoin que le roman demeure le genre majeur populaire et prestigieux à la fois à telle enseigne qu en francophonie les prix littéraires qui peuvent se targuer d un véritable retentissement auprès du public sont presque tous des prix du roman quant à la nouvelle toujours mentionnée en second lieu elle se voit durablement assigner un rôle de satellite du roman À combat inégal issue prévisible les goncourt femina et consorts ne priment que très rarement des recueils de nouvelles soyons de bon compte il se publie chaque année plus de romans que de nouvelles il n est donc pas anormal que les premiers soient aussi plus nombreux à remporter des prix littéraires mais cette différence ne saurait seule expliquer la disproportion constatée dans la plupart des palmarès quelques belges exceptions qui confirment certes la règle méritent toutefois d être mentionnées on notera ainsi que la nouvelle s est forgé une place de choix tout est bien sûr relatif dans l histoire récente du rossel puisque le roman par nouvelles de serge delaive argentine a immédiatement succédé au palmarès aux contes carnivores de bernard quiriny récompensé en 2008 et lauréat la même année du prix marcel thiry auparavant le rossel avait déjà primé les histoires singulières de jean muno 1979 et le jour du chien de caroline lamarche 1996 on se rappelle par ailleurs que c est avec un recueil de nouvelles que pour la première fois un auteur belge a inscrit son nom au palmarès du goncourt en 1937 charles plisnier remportait le prix avec faux passeports par la suite en 1974 l académie goncourt a créé un prix annexe dit « prix goncourt de la nouvelle » qui garantit aux nouvellistes une récompense annuelle labellisée goncourt mais cantonne de fait la nouvelle à une section parallèle et peu visible ­ même si le vrai goncourt peut toujours théoriquement être attribué à un recueil de nouvelles la nouvelle belge figure au palmarès de ce goncourt bis aussi le recueil concerto à la mémoire d un ange d éricemmanuel schmitt a été primé en 2010 bien que peu médiatisés des prix dédiés à la nouvelle sont ainsi remis par toutes les grandes institutions littéraires de belgique et de france l académie française a le sien remporté par pierre mertens en 1991 tout comme la société des gens de lettres qui a primé michel lambert en 2006 chez nous le prix henri cornélus de l académie royale de langue et littérature françaises récompense tous les trois ans un recueil de nouvelles publié en français.

[close]

p. 13

magazine le prix renaissance de la nouvelle un prix belge pour la nouvelle francophone d aujourd hui c est l un des rares prix littéraires francophones entièrement dévolus à la nouvelle ­ et sans doute le plus important créé en 1991 le prix renaissance de la nouvelle récompense chaque année depuis 1992 l auteur d un recueil de nouvelles publié en français le prix est né de la rencontre entre une volonté politique ­ celle des pouvoirs publics ottintois qui désiraient assurer à leur ville un rôle de pôle culturel en brabant wallon ­ et la passion de deux hommes de lettres michel lambert et feu carlo masoni pour un genre jusque-là peu distingué par les prix littéraires et rarement mis en avant par les maisons d édition le nom retenu « renaissance de la nouvelle » dit assez la conscience des promoteurs du prix qu ils s attachaient là à un pan méconnu de la littérature la renaissance de la nouvelle passait aussi par sa reconnaissance mais ce nom visait aussi à mettre en exergue le renouvellement formel qui caractérise la nouvelle francophone actuelle francophone et non point seulement belge ­ c est là une autre marque d un prix plus soucieux de révéler la richesse et la diversité des nouvelles et nouvellistes de langue française que d hypostasier une conjecturale spécificité belge écrivains français et belges se côtoient d ailleurs à la quasi-parité dans un jury aujourd hui composé outre le fondateur michel lambert d alain absire jean claude bologne georges-olivier châteaureynaud et ghislain cotton par le passé charles bertin françois emmanuel thomas gunzig marie-hélène lafon elle-même lauréate 2003 pour le recueil liturgie carlo masoni claude pujaderenaud dominique rolin ou encore annie saumont primée en 1994 pour les voilà quel bonheur ont eux aussi siégé comme jurés le prix est décerné chaque année au mois de mai ­ le nom du ou de la lauréat-e du prix 2013 sera dévoilé le 12 mai ­ à un recueil distingué parmi tous ceux que leurs éditeurs respectifs ont soumis au jury l éclectisme du palmarès du prix reflète tant l absence d exclusive des jurés que le caractère protéiforme de la nouvelle francophone contemporaine et la diversité des profils de ceux qui la pratiquent les nouvelles très brèves et savantes du voyageur lacunaire de georges thinès primé en 2004 voisinent avec l univers cocasse de philippe adam ton petit manège lauréat 2009 le roman par nouvelles de jeannoël blanc hôtel intérieur nuit 1997 et les textes hybrides empruntant formel lement au théâtre des petits gouffres de christina mirjol 2012 le prix récompense des écrivains pour qui tels vincent engel la vie malgré tout 1995 ou hubert haddad mirabilia 2000 la nouvelle ne représente que l une des facettes de leur oeuvre mais aussi des auteurs qui comme annie saumont voire véronique bizot les sangliers 2006 sont essentiellement des nouvellistes le jury peut aussi se targuer d avoir repéré ­ et récompensé ­ plusieurs talents littéraires naissants ainsi le prix a été décerné à linda lê dès 1993 les évangiles du crime et à vincent engel en 1995 plus récemment en 2011 le jury a couronné scholastique mukasonga pour le recueil l iguifou c était un an avant que son roman notre-dame du nil obtienne le renaudot et la fasse véritablement connaître aux yeux du grand public le cas de mukasonga est ainsi exemplaire d une certaine conception de la nouvelle dans le champ francophone révélatrice de talents littéraires naissants indéniablement génératrice d un succès d estime certes mais dans l ombre du roman genre-roi par lequel passe la consécration le prix renaissance de la nouvelle joue dès lors un rôle crucial dans la défense et l illustration d une nouvelle francophone trop souvent méconnue un rôle crucial ­ et parfois quelque peu ingrat 13 dossier

[close]

p. 14

marcel detienne professeur d étrangeté michel grodent comment faire sans les grecs la question ne se posait pas dès lors que le siècle des lumières avait élevé la grèce au rang d origine absolue de l europe les grecs anciens étaient nos ancêtres point final depuis le milieu du xxe siècle on est moins catégorique comment faire avec les grecs telle est de nos jours la question des anthropologues et parmi eux en bonne place marcel detienne infatigable « détricoteur » de mythes qu ils mettent en scène dionysos ou les imbéciles heureux qui se croient nés de la terre même est-ce que je me trompe si je soutiens que marcel detienne n est pas homme à se laisser portraiturer trop facilement et préfère la discussion scientifique à tout interrogatoire indiscret qui viserait à faire apparaître les racines de son moi À ma connaissance je n ai pas lu toutes ses interviews il ne s est livré à aucune forme systématique d egohistoire ce genre qui consiste pour l historien à « éclairer sa propre histoire comme on ferait l histoire d un autre » et auquel se sont essayés sous la houlette de pierre nora des pointures comme pierre chaunu georges duby ou jacques le goff l idée doit quelque peu faire sourire un franctireur de son espèce un ancien belge de sa trempe qui ne me semble pas le moins du monde avoir acquis la nationalité française pour le seul et unique plaisir d entonner la marseillaise et de se mettre au garde-àvous devant un défilé du 14 juillet un pieux disciple de bourdieu émettrait sans doute l hypothèse qu un certain habitus contracté en belgique une belgitude ironique prédispose au choix de la marginalité à tout le moins à la remise en question des essences éternelles voyez le surréalisme de magritte et je fais observer que detienne s est beaucoup intéressé à des figures problématiques du panthéon grec comme dionysos ou comme orphée au premier qu il qualifie d « étrange étranger » ou d « étranger de l intérieur » répond en écho le second « étrangeté d orphée avec ses transgressions les excès expérimentés entre la descente aux enfers la mort tragique quand une meute furieuse de femmes le déchire ses écritures théogoniques délirantes enfin ses interdits alimentaires et ses fantasmes sexuels » l hypothèse de la belgitude vaut ce qu elle vaut et l on ne saurait y chercher une explication définitive dans le cas de detienne né dans nos provinces en 1935 a compté aussi le fonctionnement du champ universitaire liégeois où il a fait ses premières armes titulaire de la chaire francqui en 20022003 alors qu il était revenu dans son alma mater auréolé d un prestige international il confiait avoir voulu « échapper à l oracle de tel professeur de l époque selon lequel nous étions nés trop tard et qu il n y avait plus rien à découvrir les allemands ayant déjà prétendument tout fait » chacun reconnaîtra les siens

[close]

p. 15

magazine 15 portrait page de g marcel detienne 2008 © basso cannarsa opale page de d jean-pierre vernant 1996 © wikinade et j ai ma petite idée sur ce professeur mais peu importe toujours est-il que detienne allait bientôt se retrouver à rome puis à paris à l école pratique des hautes études où il fit « deux rencontres décisives » celle de louis gernet l auteur de l anthropologie de la grèce antique et celle de jean-pierre vernant qui disparu en 2007 nous a laissé une oeuvre immense nourrie de l enseignement d ignace meyerson grand défenseur de la psychologie historique on ne dira jamais assez ce que les hellénistes doivent à ce dernier qui a critiqué « la croyance dans le caractère immuable des fonctions et des catégories de l esprit » À chaque période à chaque société sa manière de penser au sens technique du terme selon les temps et les lieux la comparaison fait apparaître des variations auxquelles une vision dogmatique de la pensée ne saurait rendre justice detienne à travers vernant se mettra à l école de ce relativisme et de ce comparatisme psychologique et cela nous vaudra en 1965 son premier grand livre les maîtres de vérité dans la grèce archaïque ce qui semble à peu près évident de nos jours ne l était pas nécessairement dans les années soixante ou commençait à peine de l être on n avait pas encore pris le pli de tout mettre en perspective pour reprendre une formule d althusser popularisée à l époque detienne enregistre une « coupure épistémologique » une rupture logique le passage d une pensée fondée sur une parole efficace quoique très ambiguë magico-religieuse ou « poétique » au sens étymologique puisqu elle a la prétention en tant que « réalité naturelle » de créer poïein les choses à une autre forme de parole laïque délibérante « parole-dialogue » qui s adresse à une société guerrière formée d égaux c est ainsi qu un processus de laïcisation va de pair avec un processus de démocratisation des maîtres de vérité aux ouvrages qui soulèvent la question de l identité nationale le parcours de detienne qui finira par enseigner aux états-unis à l université johns hopkins est tissé de grands moments d analyses structurelles les jardins d adonis ou apollon le couteau à la main pour ne citer que deux livres phares dont on ne peut qu admirer la virtuosité fondée sur une maîtrise parfaite des dossiers detienne nous a appris à lire les mythes grecs sans les rapporter mécaniquement à un symbolisme soi-disant universel qui n est jamais que la projection de nos idéologies composites sur les sociétés anciennes il nous a appris à traiter les dieux non pas comme des « essences éternelles » mais comme des fonctions dans un système citons le commentaire de jeanpierre vernant son vieux complice auteur avec lui d un autre classique de la philologie les ruses de l intelligence centré sur la mètis des grecs « chaque dieu se définit par le réseau de relations qui l unit ou l oppose aux autres divinités au sein d un panthéon particulier un élément d un récit mythique n a de sens que par la place qu il occupe dans un système ordonné dont fait partie le mythe auquel il appartient » À force de l inventorier detienne a compris toute l étendue de ce que marc augé l africaniste a si justement nommé « le génie du paganisme » toute l étendue et tous les avantages si l on en juge dans les dieux d orphée par cette attaque en règle ­ plutôt rare chez un savant qui préfère généralement la piqûre ironique ­ contre « la mauvaise nouvelle » « je veux parler de la verrue monothéiste souvent cancérigène et qui continue de produire sous nos yeux les guerres et les massacres entre les croyants d un seul vrai dieu s affrontant au nom du bien contre le mal » hélas trois fois hélas il semble aussi difficile de se débarrasser de cette verrue que de cette autre excroissance non moins nocive le nationalisme exclusiviste et son grand culte des morts objet

[close]

Comments

no comments yet