Bulletin 2012 ANMRF

 

Embed or link this publication

Description

Bulletin 2012 de l'Association Nationale des Médaillés de la Résistance Française

Popular Pages


p. 1

p tru non imwimor bulletin de liaison association nationale des médaillés de la résistance française année 2012 numéro 57

[close]

p. 2

le général de gaulle son épouse yvonne de gaulle et son aide de camp irançois flobic sneem comté de kerry irlande mai 1969 merci à tous les «gentils correspondants » à toutes les « bonnes volontés » qui se sont manifestés et qui ontpermis à ce bulletin d exister olivier de sarnez

[close]

p. 3

i iiihhi sommaire Éditorial communes médaillées de la résistance nos présidents jacques cristiani notre porte-drapeau national les sections de l anmrf brèves une chanson nait au maquis « libérer fédérer » notre fierté ···illl page 3 page 4 page 5 page 7 page 8 page 9 page 12 page 13 page 14 réunion du conseil d administration des présidents et délégués l ordre de la libération lance un appel au don pour la rénovation de son musée page 16 musée de l ordre de la libération un blog pour suivre les travaux et toujours 20 compagnons sans visage assemblée générale ordinaire et assemblée générale extraordinaire les fussillés oradour-sur-glane la délation l ultime capitulation de vichy du 10 janvier 1944 le procès de riom 1942 georges-andré guyot yvette lundy finistère mémorial de la résistance de la drôme à mirmande ile-et-vilaine côtes d armor bureau national de l association liste du conseil d administration directeur de la publication olivier de sarnez photo de couverture chancellerie de la libération page 16 page 16 page 17 page 21 page 24 page 25 page 26 page 28 page 34 page 35 page 36 page 38 page 39 page 40 3 e de couverture photo 2 e de couverture le général de gaulle son épouse et son aide de camp françois flohic i

[close]

p. 4



[close]

p. 5

editorial le temps est venu où pour des raisons d âge de santé et d effectif nous ne sommes plus en mesure d assurer pleinement des relations suivies tant auprès des pouvoirs publics à paris qu auprès des administrations centrales et des Élus nationaux compte tenu de cette situation le conseil d administration de l anmrf convoque le 16 novembre 2012 ses membres pour tenir une assemblée générale extraordinaire afin d approuver la dissolution de leur association à compter du premier janvier 2013 et pour ceux qui ne pourront pas se déplacer de bien vouloir adresser au siège leur pouvoir reste qu au-delà de cette dissolution le bureau national tient à réaffirmer que chaque médaillé de la résistance où qu il se trouve conserve tant que physiquement il le pourra un rôle essentiel de témoignage notamment à l occasion du concours annuel de la résistance et de la déportation comme demeure un devoir de présence lors des manifestations sur les lieux de mémoire ou lors des commémorations nationales telle celle de l appel du général de gaulle du 18 juin 1940 et celle du 8 mai 1945 marquant la capitulation nazie présence le plus souvent possible accompagnée du drapeau de la médaille de la résistance porteur du souvenir des 62.751 médaillés de la résistance dont 24.463 d entre eux l ont été à titre posthume quant aux communes médaillées de la résistance dont nous reproduisons ci-après l acte fondateur de leur comité national le 12 juin 1986 à la chancellerie de la l i bération au-delà des cérémonies propres à chacun de leurs lieux de mémoire elles assurent chaque année l une après l autre le passage solennel du drapeau national de leur comité cette cérémonie qui réunit toutes les communes médaillées de la résistance donne lieu à une manifestation populaire empreinte d une grande ferveur car se trouvent rassemblées en un seul lieu les souvenirs de la résistance souvent douloureux de chacune d entre elle cette solennité marque la volonté de chaque commune de pérenniser le message qu a été celui de la résistance française le bureau national p.s d u fait de la dissolution prochaine de l anmrf à laquelle appartient le comité des communes médaillées de la résistance ce dernier lors de la réunion du 22 septembre à lachapelle e n vercors se dotera de nouveaux statuts lui assurant son indépendance associative.

[close]

p. 6

comité national des communes titulaires de la médaille de la résistance française les maires des communes de bethincourt brest caen caniac-du-causse la chapelle-en-vercors lyon marsoulas meximieux montceau-lesmines nantua oyonnax saint-nicolas plougasnou saint-nizier-de-moucherotte l île-de-sein tavaux thones ont décidé de créer ensemble au sein de l association nationale des médaillés de la résistance française le comité des communes titulaires de la médailles de la résistance française les maires des dites communes déclarent au nom de celles-ci adhérer aux statuts de cette association ainsi qu à ceux du comité national ils s engagent solennellement à assurer la pérennité du message de la résistance française incarné par le général de gaulle et ses compagnons et à entretenir entre leurs collectivités des liens particuliers d amitié et de fraternité combattante À paris en l hôtel de la chancellerie de l ordre de la libération le 12 juin 1986 le général d armée jean simon chancelier de l ordre de la libération monsieur jean-jacques de bresson président de l association nationale des médaillés de la résistance française pour les communes médaillées de la résistance ont signé bethincourt monsieur lamy brest monsieur kerbrat caen monsieur girault caniac-du-causse monsieur sabrazat la chapelle-en-vercors m bonthoux lyon m.f collomb marsoulas m barbe meximieux m cavet montceaux les mines m onsieur jarrot nantua m gorju oyonnax m guichon plougasnou m picart saint-nizier-de-moucherotte m pinon ile-de-sein m le roy tavaux m noelanders terrou madame teyssedou thones m challamel passage annuel du drapeau national des communes médaillées de la résistance samedi 22 septembre 2012 de caniac-du-causse à la chapelle-ne-vercors

[close]

p. 7

nos présidents en 1966 bouchinet-serreules qui avait succédé à jean moulin parlant de l association des médaillés de la résistance française déclarait « notre association est fantastique ce qui nous a réunis une certaine idée de la france » le tout dit dans le sud tunisien près de zarzis o ù demeure jacques de guillebon il y avait là pierre de vallée qui avait pris une balle dans le poumon par l afrika-corps qui se repliait et octave lheritier qui à la m ê m e époque balançait sur elle quelques obus heurts de l histoire et de la mémoire dans des lieux insolites et louange de notre association dont nos présidents successifs méritent tous l épithète de « légionnaires » que le général de gaulle pourtant chiche de compliments accole à la citation de claude hettier de boislambert le nommant compagnon de la libération lui qui fut notre premier président et dont le profil épouse celui d un personnage de la varende ne semblait pourtant pas destiné à une existence hors du commun claude hettier de boislambert propriétaire exploitant agricole ce lieutenant de réserve cavalier polyglotte se retrouve après une campagne de 1940 émaillée de faits d armes parmi les premiers à londres boislambert connaissait l afrique comme zoologue ethnographe mais aussi comme grand chasseur le général de gaulle le charge d accompagner pleven et leclerc dans la mission risquée du ralliement de l afrique française « à la cause des aventuriers churchill » après une succession d événements héroïques et mouvementés comportant prison et évasion que tout le monde guy boucheron de boissoudy notre deuxième président est lorrain c est un saint-cyrien fils de saint cyrien f f l il rallie le congo à la france-libre il accueille larminat puis c est la syrie où il perd sa jambe droite le 21 janvier 1941 après avoir failli perdre son bras droit au gabon a peine rétabli c est l egypte la libye puis l Étatmajor du général de gaulle qui l envoie siéger à la première assemblée constituante mais fatigué il quitte l armée et il accomplit une brillante carrière civile tant à pechiney qu àthomson-houston À son décès le 22 avril charles arnould c est aussi un lorrain fils d un saint-cyrien mort à la tête du 44 e bataillon en 1914 il est lui-même saint-cyrien tout comme l était son frère emile capitaine à la lredb mort au combat le 25 novembre 1944 c est une figure de proue de l ora sous l autorité de gilbert granval il prend le commandement d un important maquis vosgien le maquis de grandrupt qui affronte les unités allemandes d élite pour éviter aux populations prises en connaît boislambert se retrouve à londres début 1943 dés le débarquement il organise et contrôle les missions de liaison qui mettent en place l administration française puis ce sera l épopée qui le conduit de la rhénanie au mali à dakar le 25 janvier 1945 i l est nomm é président de la commission nationale de la médaille de la résistance française et le 2 juin 1947 aidé en particulier par henri bailly il dépose les statuts de notre association a u premier conseil d administration dont i l est le président i l a comme vice-président le général de boissoudy jean-pierre bloch marie-madeleine fourcade rené malbrant pierre mazaud yvon morandat nomm é chancelier de la libération le 22 août 1962 il devient notre président d honneur 1972 après deux présidents compagnons de la libération notre troisième président va être un résistant maquisard ancien déporté le colonel charles a r nould otages de sanglantes représailles il se rend avec ses hommes contre la promesse d être considérés comme prisonniers de guerre promesse non tenue la déportation pour tous pour charles arnould c est dachau où avec edmond michelet il accomplit « mille actes de foi » auprès des déportés résistants il est libéré en 1945 après avoir laissé en tusnisie avec bourguiba un souvenir de prestigieux militaire il oeuvre dans tous les secteurs où la mémoire des quatre ans de lutte est expliquée et conservée il décédera le 29 octobre 1987 mais avant en 1985 il avait laissé la présidence de notre association à jean-jacques de bresson.

[close]

p. 8

jean-jacques de bresson a u colonel charles arnould succède un grand magistrat conseiller d État et collaborateur du général de gaulle résistant au sein du parquet et dans un réseau d évasion il va être un juriste de droit international l un des négociateurs des traités de rome a u retour du général de gaulle en 1958 il sera successivement membre du secrétariat général de la présidence directeur du cabinet d alain peyrefitte au ministère de l information ainsi qu à celui de la recherche scientifique directeur général de l ortf durant 4 ans de 1968 à 1972 et pour finir président de la commission des recours des réfugiés et apatrides de 1986 à 1997 doté d une intelligence olivier de sarnez le conseil d administration entérine ce choix ^ifl w ii exceptionnelle jean foyer écrira à son décès en novembre 2004 qu il « avait été un grand serviteur de l État » lui dont le général de gaulle disait que son érudition « l épatait » e n novembre 2004 le général de boissieu notre président d honneur et chancelier de l ordre de la l i bération présente au poste de cinquième président de l anmrf la candidature de olivier de sarnez du génie maritime diplômé de rutgers usa c est un conseiller précieux auprès des entreprises comme dans plusieurs ministères e n 1968 il est élu député en seinemaritime où il a des attaches familiales olivier de sarnez membre de notre association depuis de nombreuses années entre au bureau national où il s attache à développer l organisation administrative ainsi que le fonctionnement du comité des 17 communes médaillées de la résistance chargées de pérenniser la mémoire de la résistance très actif dans le milieu associatif et près des pouvoirs publics il a oeuvré avec succès afin que le 18 juin 1940 devienne fête nationale ·f notre nouveau président symbolise ceux qui sontentrestr è s e n jeunes résistance puisqu à 13 ans il a fait partie avec ses aînés du lycée saint louis et d autres établissements d enseignement de la manifestation du 11 novembre 1940 à l arc de triomphe À 15 ans il est pi au s o e du colonel buckmaster a 17 ans dans le maquis créé en forêt de l isle adam il participe aux combats de son groupe en région parisienne et à paris il est cité brillant ingénieur w ^a &£iltÀ claude hettier de boislambert savait que l association qu il créait avec d autres figures historiques de la résistance serait toujours présidée par des hommes d exception un président de la république nous recevant pour le 60 e anniversaire de la création de médaille de la résistance a dit en décorant certains d entre-nous sous les ors et les lambris de l elysée que nous étions des personnages historiques nos présidents et nous en sommes très fiers et honorés nous ont tous fait don de leurs qualités de leur temps de leurs amitiés tout comme olivier de sarnez continue à le faire pour cela ils resteront toujours dans nos coeurs michel decam paul burlet commission nationale de la médaille de la résistance française le 1 er février 2012 la commission de la médaille de la résistance française s est réunie sous la présidence du chancelier de la libération monsieur le colonel moore et a décidé de décerner à titre posthume la médaille de la résistance française à monsieur ambroise yves goussard monsieur andré albert meert monsieur monsieur monsieur monsieur marcel nouvian jean emile louis raoul pesche charly louis vallin charles luis vaudevire décret du président de la république en date du 04-05-2012

[close]

p. 9

jacques cristiani notre porte-drapeau national · deux tentatives d évasion vers la france-libre qui échouent · prison interné résistant · réfractai re · p2 réseau navarre 09/43 à 09/44 · liquidateur national du réseau navarre depuis la libération · membre du comité de la flamme sous l arc de triomphe depuis 2000

[close]

p. 10

les sections de l anmrf le président de bresson disait souvent que la vitalité de notre association ayant compt é plus de 10.000 membres venait de l enracinement et du rayonnement des sections alors s arrêter quelques instants sur les engagements de toute une vie d un de nos président de section décédé il y a quelques mois voir notre bulletin n° 56 me semble une des façons de rendre hommage au rôle rempli par toutes les sections et j ai choisi le président de pariège le commandant dejean en 1938 à 19 ans il s engage dans l aviation après sa mise « en congé » de l armée d armistice il entre au célèbre corps franc pommies a u cours d une de ses missions il est arrêté par la gestapo avec son f le chef de ba· 1 n de bary qui fera fl partie du cabinet du général de lattre chef qui plus tard dé posant une demande de médaille militaire assortie d une citation dira de georges dejean « a rendu des services de premier ordre de novembre 1942 à octobre 1943 dans des conditions toujours périlleuses arrêté par la gestapo le 30 octobre 43 par son attitude ferme et courageuse au cours de deux interrogatoires a contribué à écarter les soupçons qui pesaient sur son chef » déporté « n n » s il n est pas versé dans la procédure prison/procès il va conserver toute sa déportation le port de cette référence et en subira les conséquences de buchenwald où il est tatoué il est affecté à un commando regroupant divers centres de déportation dont un où sont rassemblés les handicapés destinés « à finir leur vie » et l on sait de quelle manière à bergen-belsen puis c est grosse-rosen où les « n n » sont logés dans les blocs 9 et 10 où « ils subissent des conditions effrayantes de manque d hygiène ainsi que de périodiques épidémies de typhus et où ils sont astreints à des travaux de carrières très pénibles » puis c est dora où poussés par l avance russe les déportés arrivent en wagons découverts par un froid intense beaucoup d entre eux sont morts et enfin c est le sinistre commando nordhausen où sont regroupés les détenus épuisés par le travail avant d aller finir leur vie à bergen-belsen il échappe à ce transfert il est libéré le 11 avril 1945 et rapatrié « malade » le 7 mai 1945 son frère qui avait fait parti du même convoi de déportation 1169 est assassiné par les ss le 1er mai 1945 dans un commando sous référence portawesphalico il était lui aussi « n n » réincorporé dans l armée de l air georges dejean va gravir des échelons effectuera comme pilote des missions en allemangne en indochine et en algérie totalisant 3.807 heures de vol le 1er janvier 1960 il est capitaine il finira sa carrière le 6 janvier 1965 où il est nommé commandant après avoir rempli une mission de formation lui ayant valu une citation « chargé des opérations galo 53 où par son action soutenue il a permis la formation rapide d équipages homogènes confirmés de jour comme de nuit il a payé de sa personne sans compter malgré une fatigue sensible consécutive à une longue déportation » les séquelles de cette déportation seront reconnues en 1970 au taux d invalidité de 100 +17° de sa prise de retraite en 1965 à son décès le commandant dejean va multiplier ses engagements associatifs dans le département de l ariège soutenu et aidé par son épouse il va être le président de l unadif déportés et celui de l anmrf médaillés de la résistance il est le principal créateur et animateur du musée départemental de la résistance et de la déportation de foix l organisateur en liaison avec les pouvoirs publics des cérémonies annuelles pour le 18 juin et pour la journée de la déportation depuis 1985 le président du comité d organisation du concours annuel de la résistance et de la déportation avec l aide de l onac le réalisateur d expositions sur la résistance et la déportation dans des établissements scolaires où il organise des conférences il participe aux différentes commissions onac ainsi qu au tribunal des pensions de l ariège enfin ultime mission confiée par le procureur de foix il reçoit dans « son musée » où chez lui s il est trop malade des groupes de jeunes astreints à des stages de citoyenneté le commandant dejean est décédé le 31 août 2011 il était officier dans l ordre national de la légion d honneur médaillé militaire et deux fois cité médaillé de la résistance et combattant volontaire de la résistance c.v.r notre regret profond c est d avoir manqué de temps pour obtenir qu il soit promu commandeur dans l ordre de la légion d honneur grade qu il méritait pour tous ses engagements paul burlet

[close]

p. 11

breves souvenir en 1968 escortant le général de guillebon ancien de koufra et de la deuxième d b compagnon de la l i bération siégeant au conseil de l ordre ancien chef d etat major et ami du maréchal leclerc j étais à l elysée où le général de gaulle recevait régulièrement guillebon directeur de l institut des hautes etudes de la défense nationale ihedn ainsi que le directeur de l e m s et du chem le général attentionné ouvre lui-même la porte de la salle dite «des aides de camp» où nous attendions et nous introduit dans son bureau guillebon me présente «commandant decam» mon chef de cabinet le général m effleure du regard et nous retirant j entends sur le pas de la porte «médaille de la résistance c est bien» a u retour dans la voiture vers latour maubourg jacques guillebon avant de descendre se tourne vers moi et me dit «de ma vie je n ai jamais entendu le général faire un compliment» michel decam miracle ou chance u n médaillé de la résistance responsable d un réseau transmission arrêté par la gestapo s évade du 6 e étage chute du 5 e une fracture du poignet mais une sentinelle affolée lui tire à bout portant une balle dans la tête perte d un oeil et fracture de la mâchoire u n commando l extrait de l hôpital dans un secteur à surveillance renforcée et toujours vivant la milice en repli vers l allemagne la halte au struthof darnard donne l ordre du départ pour l allemagne le 10 août 1944 de toutes les régions françaises francsgardes et miliciens avec leurs familles convergent vers nancy a u total 10.000 personnes dont 6.000 francs gardes et miliciens en majorité des francs gardes qui ont participé a bien des expéditions contre la résistance associés aux allemands et qui n ont pas été avares de mauvais comportements 4.000 personnes de leurs familles les accompagnent ils sont rejoints à nancy par d autres supplétifs les adeptes de deat et de doriot nancy à ce moment est l éphémère capitale de la collaboration tout au long de leur route ce troupeau de traîtres ont commis des exactions aussi barbares qu ignobles et sanglantes après nancy c est belfort où les hommes de darnand prévoyant l avenir ponctionnent la banque de france de 300 millions de francs réquisitionnent de l essence mais aussi s emparent de 2.162 kgs de tabac de cigarettes et de cigares puis toujours sous encadrement allemand c est m u l house et l affectation du flux des fuyards au camp de concentration du struthof récemment évacué où ont été exécutés avant le départ les membres du réseau alliance situation qui va faire voisiner du 10 au 21 septembre cette masse de traîtres avec quelques déportés s étant caché lors de l évacuation décorations de 1993 à 2012 653 médaillés de la résistance ont été promus dans un des trois ordres nationaux légion d honneur médaille militaire ordre nationale du mérite légion d honneur grand croix grand officier commandeur officier chevalier médaille militaire ordre national du mérite grand croix grand officier commandeur officier chevalier 25 51 123 118 216 10 21 15 26 20 28 résistance civile c est grâce à elle que la résistance des mouvements des réseaux des maquis des commandos a pu exister et durer elle a souvent subi le sort de tous ceux qu elle cachait qu elle renseignait qu elle approvisionnait « résistance des anonymes faite de milliers de petits actes oppositionnels » elle n a pas été honorée suffisamment ummÊm 9

[close]

p. 12

breves les derniers jours de la princesse vera obolensky membre de l o c m « organisation civile et militaire » secrétaire pendant 2 ans de jacques arthuys fondateur de ce mouvement arrêtée le 17 décembre 1943 interrogée torturée déportée en prison en allemagne à plôtzensee où elle est guillotinée en juillet 1944 le 14 juillet 1944 la gestapo m a extraite de ma cellule de la prison de karlsruhe où j étais enfermée au secret depuis le 19 mars 1943 pour m emmener à berlin où je devais être jugée pour haute trahison par le tribunal du peuple présidé par le juge freisler de sinistre mémoire celui qui a condamné à mort les officiers et tous ceux qui ont participé au complot contre hitler du 20 juillet 1944 de mon avocat j ai ajouté « d ailleurs monsieur le juge si vous aviez été à ma place vous auriez fait la même chose » dans la salle un silence d effarement s en est suivi et l avocat général n a pas requis la peine de mort mais je suis arrivée le 15 juillet à la prison de moabit À peine « arrivée enfermée seule dans la cellule des condamnés à seulement » 10 ans de déportation j ai immédiamort avec double grillage et lumière nuit et jour jetais tement appris à vicky que désespérée et envahie par la peur soudain à travers mes je n avais pas été condamnée à mort elle m a répondu larmes mon regard a été attiré par un graffiti sur un des qu elle en était très heureuse pour moi murs de ma cellule la croix de lorraine soulignée par ces mots « même à berlin il faut sourire il y a bien des choses j ai continué à l appeler tous les matins jusqu au jour pire si ça ne va pas sourions » où c est elle qui m a appelée « on m emmène à » je n ai signé vicky condamnée à mort pas eu le temps d entendre la suite ma gardienne menaçante entrait dans ma cellule matraque à la main j ai essayé de quelle leçon quel courage j ai repris espoir c est le la rappeler en vain le désespoir au coeur car je pressentais même soir que j ai rencontré vicky spontanément nous qu elle avait été amenée et exécutée à plôtzensee nous sommes embrassées et sous les bombes qui pleuvaient j en ai éprouvé un immense chagrin qui ne me quitte autour de nous ignorant les cris de peur des autres pas je me suis rendue mainte fois à plôtzensee déposer détenues nous étions seules au monde nous avons des fleurs sur le lieu de son exécution évoqué nos vies et échangé les propos les plus graves sur le ton d une conversation anodine voulant ignorer le pire elle était menottée et condamnée à mort mais espérait encore un recours en grâce lorsque je lui ai dit que j allais être jugée le 19 juillet et sûrement subir le même sort qu elle elle m a aussitôt conseillé de demander au juge de m éviter les menottes qui disait-elle sur un ton ironique compliquait sa vie nous en avons m ê m e plaisanté nous avons mémorisé nos adresses respectives et en nous étreignant nous nous sommes promis de prévenir nos parents au cas où l une de nous deux survivrait pour garder un lien je lui ai proposé de l appeler tous les matins en sifflant un petit air dont nous étions convenu ce que j ai fait tous les matins le 19 juillet 1944 j ai été conduite au tribunal volkgerichtshof devant le redoutable juge freisler j étais déterminée à faire front attitude qui m a sauvé la vie lorsque le juge m a accusée de haute trahison étant alsacienne et parlant allemand j ai réfuté dans cette langue son accusation avec fermeté répondu que j étais française que la guerre n était pas terminée et à la grande stupéfaction lise graf la médaille de la résistance cette décoration a été attribuée à 62.751 personnes dont 24.463 à titre posthume i

[close]

p. 13

brÈves lasncf pendant l occupation dans le transport des déportés vers les camps d extermination et les camps de concentration tout d abord honneur aux cheminots dont d entre eux sont morts en déportation ou fusillés et pour répondre à un « auteur » s étonnant que si peu d actions de sabotage aient été menées contre les convois de déportés je voudrais à titre d exemple citer le livre de référence de rené ladet « ils ont refusé de subir » décrivant l action de la résistance sur le réseau ferroviaire dans la région de portes-les-valence drôme pendant l occupation cet « auteur » remarquera la présence le long des voies pour les protéger des « saboteurs » de requis et de rondes répétées de soldats allemands et de miliciens il prendra connaissance de la réussite de nombreux sabotages en 1943 et 1944 neutralisation de ponts tournants destruction de grues de chargement attaque d un train de permissionnaires allemands la locomotive le tender et 5 voitures déraillent sabotage d un pont de fer déboulonnage de rails et en juillet 1944 au dépôt des machines de portes-les-valence énormes explosions mettant hors service 8 machines et détruisant le bâtiment administratif 12 tués allemands et français cruelles représailles exécution de 30 otages 1.647 m a chance le 7 juillet 1944 je savais taper à la machine à écrire le 7 juillet 1944 j étais au château de cancon en lot et garonne avec mon chef le commandant marcel bereux albert dans la résistance chef du secteur nord-lot du lot et garonne dont j étais l agent de liaison et de son adjoint le lieutenant de réserve bousquet lorsque monsieur ordy entrepreneur de transports à sainte-livrade qui était aussi capitaine ffi est venu signaler au colonel montagnier chef départemental de l armée secrète que des hommes du maquis kleber ftpf lui avaient pris un camion qui lui était indispensable pour le ravitaillement de villeneuve sur lot la décision fut prise immédiatement d envoyer une mission récupérer ledit camion et au retour d aller inspecter le maquis dole as cette mission utilisant la voiture d oedy une 15 c v citroën comprenant le commandant bereux le lieutenant bousquet son adjoint le sous-lieutenant nicolleau agent de liaison le capitaine ffi ordy et le chauffeur gomez de l entreprise ordy qui devait ramener le camion tous ces gens étaient déjà dans la voiture qui allait démarrer lorsque le colonel montagnier est arrivé et a demandé à nicolleau alain dans la résistance de descendre en lui disant qu il avait besoin de lui pour dactylographier des papiers urgents car sa secrétaire était partie à agen faire des courses il a appelé le lieutenant de réserve gadrillot leduc dans la résistance pour le remplacer et la voiture est partie pour se rendre à lacaussade lieu de cantonnement du maquis kleber a la sortie de montflanquin la voiture est tombée sur une colonne de 150 allemands et miliciens en voitures volées à la population précédée d une auto-mitrailleuse qui tira blessant le chauffeur gomez qui conduisait la voiture fut ensuite attaquée et cernée le combat dura cinq minutes ses occupants furent tous tués l arme à la main au fur et à mesure qu ils sortaient de la voiture excepté ordy qui fut fait prisonnier il était en civil alors que les autres sauf gomez étaient en uniforme battu pendant vingt jours ordy fut échangé par l intermédiaire du préfet du lot et garonne contre deux sous-officiers allemands fait prisonniers quelques jours plus tard ils se baignaient dans le lot près de villeneuve sur lot et un groupe du maquis coldur qui rentrait d une mission les avait cueillis en maillot de bain à leur sortie de l eau le 7 juillet 1944 mon camarade le lieutenant gadrillot est mortama place rené nicolleau naissance de « combat » à grenoble marie reynoard a u 4 rue joseph fourier est apposée une plaque rappelant que dans cet immeuble chez marie reynoard le 28 novembre 1941 a été créé « combat » henry fresnay fondateur du mouvement de libération national m l n et françois de menthon fondateur du mouvement liberté fusionnant leurs deux organisations marie reynoard prit aussitôt la responsabilité de combat pour l isère elle est arrêtée une première fois le 3 octobre 1942 relâchée elle reprend son activité notamment de liaison en complicité avec berty albrecht arrêtée de nouveau à lyon en juin 1943 elle est déportée le 31 janvier 1944 avec geneviève de gaulle elle fait partie d un convoi de 959 femmes qui mettra trois jours pour arriver à ravensbriick marie reynoard « exerçant ses talents de conteuse fait l admiration de ses compagnes de captivité » fatiguée malade cruellement mordue par un chien elle décède dans d atroces souffrances en janvier 1945 ariel

[close]

p. 14

une chanson naît au maquis « libérer fédérer une nuit de janvier 1944 à caniac-du-causse lot par rené nicolleau alain dans la résistance de l em des cfl secteur nord-lot plusieurs patrouilles de reconnaissance allemandes ayant été signalées dans le secteur de la bastide murât le chef du maquis raoul couderc redoutant une attaque avait décidé d aller installer momentanément son unité dans la région de moncabrier le mouvement devant s effectuer la nuit par camion en deux vagues successives avec une halte de regroupement dans la forêt du château de grabillier après un voyage sans incident le camion avait déposé la première vague puis était reparti il y avait là en plus d une dizaine de réfractaires au s t o deux évadés d eysses que j avais amenés la veille de villeneuve-sur-lot profitant de l évasion du quartier cellulaire réalisé par le s o e le 3 janvier 1944 toutes les cellules ayant été ouvertes ils étaient sortis et depuis vivaient chez un maraîcher qui les avaient recueillis informé de leur présence j avais pu les identifier car bibliothécaire de la prison j en étais sorti en décembre 1943 libéré par erreur au lieu d être remis aux allemands qui m avaient réclamé l un lucien solviche était membre d un groupe franc de lyon l autre louis bequet appartenait au mouvement combat dans la vie il exerçait la profession de chansonnier sous le nom de dixor cette nuit de janvier étant très froide nous nous étions réfugiés dans une cabane de forestiers des godets à résine avaient vite été transformés en lampes et nous restions là un peu anxieux parlant à mi-voix c est alors que bequet révéla qu il était chansonnier ce qui suscita un grand intérêt et quelqu un lui demanda s il voulait bien faire une chanson sur le maquis ce qu il accepta immédiatement mais à condition que des rimes lui soient proposées comme pour les chansons express dans les cabarets ce qui était sa spécialité il fut décidé de faire cette chanson sur l air de la madelon et dixor se mit à l ouvrage retrouvant l aisance et l inspiration qu il avait sur les planches les propositions de rimes rares d abord se firent plus nombreuses chacun ayant à coeur de proposer la sienne quand le camion revint amenant la deuxième vague la chanson était terminée le temps estompe bien des souvenirs mais j ai gardé de cette nuit de janvier 1944 une mémoire intacte je revois les flammes pauvres de nos lampes faisant danser nos silhouettes sur les parois de la cabane et éclairant dixor seul et les hommes qui instinctivement s étaient placés face à lui comme au théâtre la chanson leur chanson les avait exaltés et les visages ne portaient plus de trace d anxiété bequet et solviche munis de faux papiers sont partis quelques jours plus tard pour continuer le combat ceux du maquis paroles de dixor louis becquet evadé d eysses avec la collaboration pour les rimes des maquisards de caniac-du-causse lot air la madelon les allemands pour affaiblir notre france avaient juré d emmener tous nos garçons beaucoup d entre eux le coeur empli de vaillance a leur appel avaient hardiment dit « non» quittant leurs femmes et leurs mères ils sont partis dans la forêt pour se préparer à la guerre qui va bientôt nous libérer ils peinent en souriant ils souffrent en chantant ils chasseront les boches avant qu il soit longtemps refrain ceux du maquis seront couverts de gloire car ils sont prêts à tracer le sillon du chemin qui mène à la victoire celle de nos bataillons si leur tenue n est pas réglementaire leurs jeunes coeurs battent à l unisson et de tous la france sera fière ils vaincront ils vaincront ils vaincront si au maquis ils souffrent quelques misères ils savent aussi s offrir des compensations et c est souvent on peut le dire sans mystère que c est aux frais des salauds de la légion c est le début de la revanche c est le début des punitions quand ils auront les coudées franches ils finiront l épuration pour un français qui vend en servant l allemand ils seront sans pitié oeil pour oeil dent pour dent

[close]

p. 15

notre fierté ordre national de la lÉgion d honneur grand croix grand officier commandeur andré bord pierre daix andrée grosnée dubruisseau yvette lundy colonel marchand ordre national du mÉrite commandeur auguste leboeuf auguste leboeufa été décoré dans l ordre national du mérite au grade de c o m mandeur par notre secrétaire général lucien duval accompagné de jacques cristiani porteur du drapeau national le 24 mai 2012 à la mairie d angers en présence de monsieurle sénateur daniel raoul de monsieur le maire d angers ainsi que de sa famille et de ses amis rappelons qu auguste leboeuf en route pour l angleterre par les pyrénées alors qu il est en espagne il est refoulé en février 1941 sur la france il est interné il s évade il est réfractaire au s t o il devient maquisard et participe à différentes opérations tout particulièrement à celles liées à la libération en août et septembre 1944.

[close]

Comments

no comments yet