CI 171

 

Embed or link this publication

Description

Le carnet et les instants

Popular Pages


p. 1

belgique belgie p.p p.b liege x 9/3306 Écrivains journalistes dossier portrait mes éditeurs et moi hommage lettres belges de langue franÇaise bimestriel ne paraît pas en juillet-août n° 171 du 1er avril au 31 mai 2012 françoise lalande pierre mertens joseph noiret

[close]

p. 2

sommaire n° 171 en couverture jean ray photo g thiry aml par joseph duhamel Écrivains journalistes françoise lalande le fonds simenon l artiste un entrepreneur Éditer en belgique marguerite duras claire huynen pierre mertens joseph noiret lieve joris artistes et artisans du livre 01 Éditorial magazine dossier portrait lieux littÉraires essai revue politique petit exercice d admiration une belge à paris mes Éditeurs et moi hommage Écrivains de flandre exposition brèves agenda rencontres et spectacles littÉraires colloque expositions thÉÂtre nouveautÉs et rÉÉditions critiques 04 11 16 20 22 24 27 30 37 45 48 49 bruxelles wallonie paris 52 58 60 62 63 65 68 94

[close]

p. 3

les nouvelles positives et encourageantes concernant l édition en belgique se succèdent la collection espace nord semble vraiment sortie de l impasse de laquelle on doutait qu elle ne puisse jamais ressortir rappelons que le ministère de la fédération wallonie-bruxelles est devenu propriétaire du fonds c est-à-dire du nom des stocks et des contrats en novembre dernier suite à un appel d offres la gestion de la collection a été confiée à une association regroupant les impressions nouvelles et cairn.info les premiers résultats de leur travail ont pu être découverts lors de la foire du livre quatorze titres épuisés parmi les plus demandés ont été réédités sous une nouvelle maquette de couverture inspirée des anciennes où se retrouve le logo qui avait contribué à asseoir l image de la collection il est étonnant de voir les titres plébiscités par les lecteurs autant des auteurs anciens maeterlinck avec quatre ouvrages mais aussi rodenbach lemonnier magritte et jean ray que des écrivains qui font la littérature d aujourd hui adamek harpman job engel lamarche malinconi les nouveautés et rééditions paraîtront au rythme de deux par mois et le programme est alléchant espace nord c est aussi maintenant un site qui permet de découvrir l ensemble des titres avec pour chacun sa disponibilité le site qui permet déjà certaines recherches va progressivement devenir une base de données sur les ouvrages de la collection l autre nouvelle encourageante c est le passage au numérique programmé pour espace nord effectif pour deux éditeurs pour fêter leur vingt ans les éditions luce wilquin proposent une première série de cent titres en format numérique l ensemble du catalogue le sera bientôt aussi et les nouveautés paraîtront désormais en papier et en numérique et d autre part le premier éditeur 100 numérique a vu le jour onlit était une revue en ligne où paraissaient des textes brefs dans l esprit d une revue de création ce sont maintenant des livres disponibles en différents formats numériques que propose onlit d autres éditeurs belges vont franchir le pas le carnet et les instants s efforcera de rendre compte des ces mutations du métier d éditeur pour suivre l actualité de ces transformations la meilleure source d information reste le site www.lettresnumeriques.be par ailleurs ­ et ce n est que faussement antinomique avec ces mutations ­ on peut découvrir à la bibliothèque wittockiana la vitalité et la beauté d une forme particulière de création littéraire celle qui est portée par les « petites presses » ces éditeurs qui choisissent de rester des artisans la création est dans ce cas le résultat d un « trialogue » entre l écrivain le plasticien et l éditeur qui met à leur disposition un support de grande qualité n hésitant pas parfois à mettre ­ littéralement ­ la main à la pâte lorsqu il fabrique lui-même son papier alors que l on apprend que l industrie papetière n investit plus dans la recherche de nouvelles qualités de papier pour l édition on se dit que ce travail artisanal a lui aussi l avenir devant lui joseph duhamel éditorial

[close]

p. 4



[close]

p. 5

Écrivains journalistes françoise lalande le fonds simenon l artiste un entrepreneur Éditer en belgique marguerite duras claire huynen pierre mertens joseph noiret lieve joris artistes et artisans du livre dossier portrait lieux littÉraires essai revue politique petit exercice d admiration une belge à paris mes Éditeurs et moi hommage Écrivains de flandre exposition brèves maga zine magazine © robert bonnin

[close]

p. 6

journalisme etlongue histoire commune littérature une paul aron les études littéraires ignorent souvent le monde de la presse tout au plus mentionnent-elles quelquefois la qualité de journaliste de l un ou l autre écrivain ou la publication de ses oeuvres en feuilleton dans un périodique les spécialistes de l histoire du journalisme ne sont pas plus ouverts à ce qui leur apparaît souvent comme un âge révolu de la profession les belles phrases semblent inutiles à l époque de twitter pourtant nombre de travaux universitaires récents souhaitent combler l écart entre les lettres et le journalisme dans une scène célèbre des illusions perdues 1843 balzac confronte deux destins et deux personnalités que tout oppose d un côté daniel d arthez est un poète aristocratique de l autre Étienne lousteau est un journaliste et un publiciste ils incarnent chacun un des systèmes « représentés par le cénacle et le journalisme dont l un était long honorable sûr l autre semé d écueils et périlleux plein de ruisseaux fangeux où devait se crotter [l]a conscience » le héros lucien doit choisir sa voie entre « la parole grave et religieuse » du premier et la « facile camaraderie » du second l incompatibilité de ces deux orientations est devenue une évidence partagée par tous ceux qui ont fait une carrière dans les lettres après balzac elle implique une opposition à plusieurs niveaux celui du public le journalisme ayant vocation à atteindre un public étendu là où la littérature dans ses formes les plus consacrées s adresse souvent à un lectorat restreint et choisi celui du rapport à la langue le journalisme étant réputé pratiquer une écriture instrumentale et transparente au contraire de la littérature qui prétend à un usage à la fois distinct et supérieur du langage celui enfin du rapport à la temporalité le texte de presse étant voué à une obsolescence rapide là où l oeuvre littéraire devrait s inscrire dans la longue durée la postérité les thèmes sont également concernés puisque la littérature est censée prendre une distance par rapport à l actualité et aux enjeux du présent qui seuls intéresseraient le journalisme.

[close]

p. 7

magazine 07 dossier page de d le poète daniel d arthez et le journaliste étienne lousteau des illusions perdues pourtant cette séparation de principe entre littérature et journalisme ne résiste guère aux faits sitôt qu on cesse de considérer les seules oeuvres consacrées ou les seuls auteurs canonisés et le discours critique qui les accompagne pour prendre en compte l ensemble de la production littéraire d une époque on s aperçoit que les frontières entre les mondes littéraire et médiatique s estompent ou deviennent poreuses et cèdent la place à un continuum de pratiques difficilement séparables la légitimité des unes et des autres relève cependant d instances différentes voire opposées en particulier lorsque la vie littéraire est fortement autonomisée mais il n en reste pas moins qu il s avère particulièrement intéressant d observer les lieux d intersection entre ces deux pratiques et ces deux sphères de production de la chose écrite des poÉtiques mêlÉes telle est bien la voie qu ont choisi d emprunter des équipes de dix-neuviémistes français et belges stimulés par les travaux fondateurs d alain vaillant et de marie-ève thérenty un magistral ouvrage qui vient de paraître chez nouveau monde éditions synthétise leur travail1 en plus de 1700 pages sur papier fin toutes les dimensions du monde de la presse et les principaux acteurs sont analysés en une véritable histoire culturelle des médias le lien avec la littérature y révèle toute son importance en raison de la participation massive des écrivains et des plus grands au monde du journal lequel fut à la fois leur principal employeur et le premier lieu de diffusion de leurs écrits rien de comparable jusqu à présent pour le siècle suivant sans doute est-ce en partie dû à une histoire moins homogène que celle qui précède le xxe siècle a en effet connu pas moins de trois révolutions significatives dans la sphère des médias d abord un développement considérable de la presse écrite illustrée et en couleurs qui poursuit la dynamique antérieure l apparition de la radio et de la télévision ensuite internet enfin il est donc évidemment plus difficile d embrasser d un seul coup d oeil ce que ces médias ont fait à la littérature et dans quelle mesure ils ont contribué à en modifier les contours et les enjeux une série de recherches récentes ont pourtant déjà abordé ces questions la revue électronique interférences littéraires literaire interferenties leur consacre deux livraisons dans la première laurence van nuijs a rassemblé une série d articles autour de la notion de « postures journalistiques et littéraires »2 les contributions mettent en évidence la présentation de soi des auteurs qui diffère suivant selon le champ dans lequel ils s investissent mais ce qui est particulièrement intéressant sont les ambiguïtés dont jouent ceux qui publient dans la presse des chroniques savamment écrites ou des critiques d art dont le statut littéraire reste ambivalent dans le numéro 7 de la même revue les éditeurs myriam boucharenc david martens et laurence van nuijs font paraître un dossier intitulé « croisées de la fiction.

[close]

p. 8

journalisme et littérature »3 on étudie ici dans une perspective de poétique inspirée par les catégories de gérard genette les échanges de la diction mise en forme et de la fiction le thème du récit soit donc de deux régimes d écriture que mobilisent ordinairement l un la littérature et l autre le journalisme en fait comme le montrent la plupart des contributions ces catégories ne peuvent plus être utilisées que de manière indicatrice pour le xixe siècle l examen approfondi de toutes sortes de pratiques journalistiques révèle un large usage des registres du texte littéraire pour le xxe de nouveaux modèles apparaissent qui récusent également les catégories anciennes ainsi la « littérature de non fiction » ou le « journalisme littéraire » surtout d origine américaine sont des genres à part entière largement reconnus outre-atlantique leur meilleure connaissance ne va pas sans produire des effets de relecture d auteurs français trop aisément cantonnés dans l événementiel tels albert londres ou henri béraud en liaison avec une sorte d âge d or de l entredeux-guerres myriam boucharenc montre combien l image littéraire du journaliste s est dégradée au cours de la seconde moitié du xxe siècle même tintin n essaie plus de faire croire qu il écrit dans les journaux une troisième salve de contributions participant au même courant sera publiée par la revue électronique contextes dans les prochains mois il s agit des textes issus du colloque journalisme et littérature « problématiques de la longue durée et recherches en cours » qui s est tenu en mai 2011 à l ulb4 08 de manière générale ces recherches montrent que la presse n est pas seulement un relais de l activité littéraire ou le lieu d un investissement professionnel pour nombre d écrivains mais un univers de mots largement inspirés par des « matrices littéraires » la mise en scène de l information les billets d humeur le reportage l interview même apparaissent ainsi comme des genres dont la poétique se met en place en littérature avant de devenir des pratiques typiquement journalistiques et en sens inverse les nécessités de saisir le réel de dire l événement ou le document humain qui sont les raisons d être de l écriture journalistique font retour dans les oeuvres littéraires qui les répercutent ou les ignorent de manière significative ce constat suggère aussi pour des travaux ultérieurs que l on envisage comme littéraires les genres qui s épanouissent dans le monde du journal la critique d art et des lettres les reportages les billets d humeur ainsi que les nouvelles ou les feuilletons qui n ont pas été publiés sous forme de livres notre histoire littéraire nationale a pris du retard dans ce domaine si on la compare avec les avancées historiographiques françaises et en belgique la presse belge a fait l objet d inventaires précis et variés5 et la « petite presse » du xixe siècle a notamment été étudiée en profondeur par les historiens john bartier et francis sartorius6 mais la plupart des rédacteurs des petits journaux souvent éphémères de l époque étaient des réfugiés français du second empire et charles de coster est le seul écrivain belge dont l oeuvre journalistique est bien connue7 quelques travaux complètent l information pour ce qui est de georges eekhoud Émile verhaeren8 georges rodenbach9 ou très partiellement camille lemonnier ils sont disons-le tout net factuels et souvent marqués aussi par la hiérarchie traditionnelle des genres arnaud huftier a souligné la relation ambivalente que jean ray noue avec son alter ego john flanders auteur de nombreuses chroniques dans la presse10 pierre van den dungen a étudié quelques femmes de lettres au tournant du siècle11 et vanessa gemis complète l information par un chapitre de sa thèse consacré aux femmes journalistes actives entre 1920 et 196012 au xxe siècle seul georges simenon a fait l objet de travaux quasi

[close]

p. 9

magazine 09 dossier page de g émile verhaeren par théo van rysselberghe c.1892 page de d jacques de decker © jean-luc lossignol exhaustifs13 robert poulet ou marie delcourt ont vu leur production journalistique partiellement détaillée ou rééditée14 paul dirkx avait consacré sa thèse de doctorat à la présence des écrivains belges dans la presse littéraire française après la seconde guerre mondiale15 par ailleurs laurence van nuijs chercheuse à la kul a consacré sa thèse de doctorat à la critique littéraire du quotidien communiste le drapeau rouge après la seconde guerre mondiale et donc aux jeunes écrivains qui y ont collaboré tel david scheinert bibiane fréché a insisté sur la présence journalistique de quelques personnalités importantes de l institution littéraire comme georges sion jean tordeur ou bodard dans le soir dans son ouvrage sur le champ littéraire belge après 194516 mais ce bilan reste manifestement partiel et surtout monographique or l intrication étroite du littéraire et du journalistique est particulièrement intéressante dans le cas d un ensemble littéraire faiblement institutionnalisé comme l est celui de la belgique francophone d une part les effets classants des discours sur la littérature s y manifestent plus discrètement mais surtout les interactions entre les univers politique médiatique et littéraire apparaissent comme constitutives de la vie culturelle belge ainsi la progressive apparition du mythe de l « âme belge » dont le rôle est crucial dans la constitution de l espace littéraire est inconcevable en dehors du cadre politique national qui le justifie et des formes médiatiques qu a prises sa divulgation de même l activité des périodiques artistico-littéraires essentielle au développement de l activité littéraire relève aussi en large part de la sphère médiatique que dire enfin de ces personnalités qui depuis l origine incarnent de façon quasi officielle la littérature en belgique notamment par leur fonction de chroniqueur ou de critique dans les grands journaux de gustave frédérix à jacques de decker on pourrait ainsi multiplier les exemples qui touchent à la fois au personnel et à la structure de l institution littéraire belge mais il importe également de se pencher sur les productions et les modèles d écriture dont certaines procèdent ainsi la collaboration de lemonnier au gil blas parisien journal spécialisé dans un « naturalisme à sensation » l incite à provoquer son lecteur de même les reportages de mathieu corman17 ou ceux bien plus connus de georges simenon sont des lieux importants de leur travail de « romanciers du réel » préalable à toute investigation d ensemble il s agit d identifier les acteurs de la vie médiatico-littéraire belge le dictionnaire des journalistes-écrivains de bertelson18 reste à cet égard un outil précieux mais sa fiabilité est parfois discutable les catégories mises en présence celle d écrivain et celle de journaliste se caractérisent en effet par des définitions floues et subjectives le journaliste est-il celui qui écrit de temps à autre dans un journal auquel cas nombre d hommes politiques doivent être considérés comme journalistes celui qui rédige de temps à autre des billets d humeur celui qui est rétribué par un quotidien ou celui qui collabore à un périodique hebdomadaire bimensuel ou mensuel et l écrivain se définit-il par la reconnaissance de ses pairs par la publication à compte d éditeur ou par sa participation à la vie littéraire les cas particuliers sont ici légion et toute définition d ensemble trouvera toujours son exception reste que pour avancer il importe de se mettre d accord sur des caractéristiques générales le numéro 39 de la revue textyles propose à cette fin une recherche bibliographique menée par ingrid mayeur dans le cadre de l action de recherche concertée arc de l ulb « presse et littérature » il s agit d un inventaire des écrivains qui ont eu une activité journalistique professionnelle ou semi-professionnelle principalement dans la période 1920-1960 en l occurrence les critères retenus sont pragmatiques le monde de la presse est celui des

[close]

p. 10

10 périodiques non spécialisés dans le domaine littéraire ­ radio quotidiens et hebdomadaires le journaliste est celui qui peut faire état d une collaboration suivie à ces organes et l on considère comme écrivain toute personne qui a publié un ou plusieurs ouvrages identifiés comme littéraires soit par leur inscription dans un genre canonique poésie théâtre roman soit parce que les anthologies et les histoires littéraires l ont ou les ont retenus l importance quantitative de cette liste ne manquera pas de surprendre elle révèle à quel point l histoire réelle de la vie littéraire en belgique nous est encore méconnue dans la même livraison björn-olav dozo développe ce problème en l abordant sous un angle à la fois statistique et théorique peut-on se demande-t-il sur la base d une banque de données comme celle du collectif interuniversitaire d étude du littéraire ciel construire la figure du journaliste-écrivain la catégorie même lui semble difficile à manier et il la remplace par une autre plus large celle des « professions de l information des arts et du spectacle » particulièrement bien représentées dans le corpus puisqu elle recouvre environ le tiers des activités professionnelles recensées des écrivains mais cette activité reste souvent occasionnelle de là certainement son déficit d identité et une caractérisation faible on peut ainsi noter que rares sont les écrivains qui sont connus ou reconnus à la fois comme grands journalistes et comme grands auteurs leurs pratiques de publication et de sociabilité sont rarement distinctives ainsi au lieu de marquer leur diffé rence avec les autres écrivains les écrivains-journalistes apparaissent-ils plutôt dans une sorte de moyenne comme des écrivains finalement assez ordinaires faut-il pour autant renoncer à approfondir le sujet au contraire me semblet-il ce constat peut faire office d appel d air et attiser des recherches nouvelles de même que les historiens ont depuis longtemps renoncé à privilégier l étude des grands de ce monde les historiens de la littérature ont tout intérêt à s intéresser au vaste domaine des professions mixtes et aux écritures difficiles à classer l enquête de textyles commence dès les premières années de la belgique indépendante à une époque où l écrivain est un publiciste qui s exprime dans la presse et participe indifféremment à l opinion publique et à la vie littéraire à travers l exemple d edmond picard c est la question plus générale des relations entre la presse et le monde littéraire qui est posée à travers le temps que lui accordent des décideurs comme on dirait de nos jours nombre de grands bourgeois s expriment abondamment dans les colonnes des quotidiens et nombre d entre eux ont des ambitions littéraires des personnalités comme jean d ardenne albert giraud gérard harry hector chainaye sont de grands journalistes d abord et avant tout ce que l historiographie ignore souvent de même des femmes écrivains comme caroline boussart-popp qui avait fondé le journal de bruges au milieu du xixe siècle ou marguerite van de wiele cumulent les deux carrières mais avec le handicap supplémentaire d appartenir à un sexe qui est loin de s être affranchi des catégories préconstruites qui en bornent et en modèlent l expression publique au xxe siècle le rôle de la presse s impose dans maints aspects de la vie littéraire le reporter est devenu une des icônes du siècle ­ pensons à rouletabille ou à tintin ­ et la profession offre des perspectives séduisantes aux jeunes gens qui veulent mener une vie aventureuse un héritier de la meilleure noblesse belge comme charles d ydewalle ne s y trompe pas qui s engage dans le grand reportage après avoir achevé des études de droit il inverse ainsi en quelque sorte le mouvement qui était celui d edmond picard dès lors le problème qui se pose à lui est de manifester dans un média nécessairement orienté vers le grand public les qualités d écriture et le ton propre à son habitus mondain presse et littérature entretiennent également des liens étroits en belgique par l intermédiaire de rubriques spécialisées le domaine de la critique dans toutes ses spécifications musicale artistique littéraire cinématographique etc est un de ceux où la collaboration de plumes extérieures a été le plus régulièrement sollicitée par les journaux comme le montre valérie nahon la trajectoire de charles bernard illustre parfaitement les enjeux des doubles carrières qui seront fréquentes dans le pays même s il sera reconnu comme écrivain et admis comme tel à l académie l homme préférait se présenter modestement comme un journaliste engagé dans la défense d un art « vivant » et l illustration de l expressionnisme flamand.

[close]

p. 11

magazine 11 dossier page de d portrait d edmond picard vers 1900 couverture du trimestriel crimes et châtiments dédié au monde judiciaire ses liens avec les galeries d art qui elles-mêmes montent alors en puissance lui permettent de revendiquer une autonomisation de la critique d art laquelle à son tour tendra à disqualifier le rôle des écrivains dans la promotion des artistes peintres cette redistribution des rôles est un facteur essentiel dont il faut tenir compte quand on veut comprendre le fonctionnement du champ culturel en belgique dans la dernière livraison d interférences littéraires bruno curatolo se penche pour sa part sur les objets hybrides que sont les « chroniques judiciaires romancées » soit des « récits » d assises dus aux plumes de joseph kessel jugements derniers léon werth le procès pétain jean giono notes sur l affaire dominici jean meckert la tragédie de lurs et andré gide la séquestrée de poitiers c est le thème qu a choisi le tout nouveau trimestriel français crimes et châtiments Éditions jacob-duvernet 2012 le même genre de recherches devrait être mené en belgique pour évoquer la vogue d une littérature des procès dont plusieurs journalistes écrivains se firent les chroniqueurs ainsi gérard harry pour la célèbre affaire pelzer19 ou henry soumagne qui fonde en 1943 une « collection des grands procès » chez larcier qu il ouvre par le remarquable chiennes d enfer 1943 consacré à l affaire vandersmissen du nom d un député catholique qui a trucidé son épouse après avoir découvert qu elle avait été une des conquêtes de félicien rops la dimension mémorielle du dossier n a guère été explorée non plus les hommes de la presse ont parfois écrit leurs mémoires alexandre delmer fernand demany victor henry louis hymans pierre lebrocquy jean lurkin ou lucien solvay sont du nombre parmi les personnalités qui ont également eu une carrière littéraire les souvenirs de georges garnir sont les plus amusants et mériteraient d être réédités20 mais le livre le plus intéressant de ce corpus reste certainement par fil spécial le récit qu andré baillon publie chez rieder en mars 192421 ce livre ne se borne pas à évoquer l expérience un peu amère des trois mois passés par baillon dans les services de la dernière heure de juin à septembre 1906 dans sa forme kaléi doscopique il éclaire lucidement les différentes facettes du dispositif médiatique moderne comme pour prolonger la scène initiale balzacienne baillon met en scène plusieurs écrivains devenus rédacteurs il y a villiers poète qui a longtemps porté la barbiche la cape et le grand feutre qui devaient le faire ressembler à son modèle villiers de l isle adam le rédacteur en chef sinet qui a écrit deux romans avant de renoncer à la carrière des lettres et un riche héritier le poète de galerville qui rédige les chroniques mondaines et dramatiques bien que tout les sépare ces personnages font partie du même journal et participent également aux petites magouilles qui en scandent l existence ainsi au xxe siècle le cénacle et le journalisme cohabitent-ils désormais tous les deux dans les mêmes médias seule la spécialisation des rubriques institue encore leur différence une dernière catégorie pourrait être explorée dans ce cadre celle des grands reportages à l étranger ceux-ci prolongent pour partie mais généralement à propos d un événement d actualité le genre légitime de la littérature de voyage l abbé camille hanlet leur consacre un long chapitre de son histoire de la littérature belge en répartissant leurs chroniques par régions géographiques22 on pourrait ainsi redécouvrir les récits d une des premières femmes journalistes professionnelles belges simone devère-wiccaert qui sous son pseudonyme de marc augis évoque les grands voyages qu elle a effectués notamment en étant la première femme à effectuer le vol bruxelles-léopoldville en pilotant un avion de la sabena23 un des

[close]

p. 12

12 plus importants auteurs de la période grand voyageur et romancier à succès est oscarpaul gilbert qui parcourt le monde pour des reportages qui seront adaptés pour le cinéma tels que le drame de shanghaï pirates du rail mollenard la piste du sud nord atlantique ou bauduin-des-mines on le constate riche et varié ce dossier est avant tout programmatique il vise à montrer que la vie littéraire est un ensemble complexe dans lequel interviennent des textes de tous types certains ont été considérés comme littéraires d autres ont été oubliés parce que relevant de la seule actualité les saisir de façon rodenbach georges les essais critiques d un journaliste choix de textes précédés d une étude par paul gorceix paris champion 2007 huftier arnaud jean ray l alchimie du mystère paris encrage éditions coll « travaux » 2010 voir aussi vuijlsteke marc « jean ray journaliste » cahiers de l herne 38 1980 p 266-270 van den dungen pierre « un milieu de femmes de lettres francophones au tournant du siècle » sextant n°11 1999 p 135-166 « parcours singuliers de femmes en lettres » sextant n°13-14 liber amico/arum andrée despy 2000 p 189-209 voir aussi la thèse du même auteur milieux de presse et journalistes en belgique 1828-1914 bruxelles académie royale mémoires de la classe des lettres et des sciences morales et politiques 2005 gemis vanessa femmes de lettres belges 18801940 identités et représentations collectives ulb thèse de doctorat en langues et littératures romanes 2008-2009 voir simenon journaliste cahiers georges simenon n°4 1990 simenon georges les obsessions du voyageur édité par benoît denis paris la quinzaine littéraire-louis vuitton 2008 lemaire jacques-charles simenon jeune journaliste un « anarchiste » conformiste bruxelles Éditions complexe 2003 delcourt marie chroniques du journal le soir préface de michel grodent bruxelles arllf 2004 delaunois jean-marie dans la mêlée du xxe siècle robert poulet le corps étranger préface de jean vanwelkenhuyzen erpe Éditions de krijger 2003 conjointe tend à renouveler le corpus et donc à déplacer des frontières cela me paraît être le rôle de ceux qui croient que la littérature est une matière vivante et non le reliquaire des beautés défuntes 1 2 3 4 5 6 7 8 la civilisation du journal ss dir dominique kalifa philippe régnier marie-ève thérenty alain vaillant paris nouveau monde éditions « opus magnus » 2012 1762 p notons que l ouvrage se vend pour la modique somme de 39 euros au nombre de pages c est l ouvrage de référence le moins cher de l année interférenceslittéraires/literaireinterferenties « postures journalistiques et littéraires » dir laurence van nuijs n° 6 mai 2011 www.interferenceslitteraires.be/nr6 « croisées de la fiction journalisme et littérature » www.interferenceslitteraires.be/nr7 contextes.revues.org notamment dans la collection des monographies des cahiers cihc parues chez nauwelaerts on notera toutefois que ces inventaires ne donnent pas les noms des principaux collaborateurs des journaux et ne constituent par conséquent qu une première indication pour les chercheurs bartier john libéralisme et socialisme au xixe siècle bruxelles Éditions de l ulb 1981 sartorius francis tirs croisés la petite presse bruxelloise des années 1860 tusson Éditions du lérot 2004 trousson raymond charles de coster journaliste à l ulenspiegel bruxelles Éditions du centre d action laïque 2007 j ai jadis étudié un aspect de son oeuvre journalistique « Émile verhaeren collaborateur à la nation organe libéral-progressiste » dans knabe peter-eckard et trousson raymond éds Émile verhaeren bruxelles Éditions de l université de bruxelles 1984 p 135-144 l édition des oeuvres complètes devra dans doute compléter ces informations 9 15 10 16 17 11 18 19 20 12 21 13 22 23 14 dirkx paul les « amis belges » presse littéraire et franco-universalisme rennes presses universitaires de rennes coll « interférences » 2006 fréché bibiane littérature et société en belgique francophone 1944-1960 bruxelles le cri 2009 aron paul « salud camarada un reportage sur la guerre d espagne par mathieu corman » revue italienne d études françaises 1 15 décembre 2011 www.rief.it bertelson lionel dictionnaire des journalistesécrivains de belgique bruxelles section bruxelloise de l association générale de la presse belge 1960 harry gérard l affaire peltzer le crime de la rue de la loi bruxelles la revue belge 1927 garnir georges souvenirs d un journaliste bruxelles [presses de l asar 1959 il faut lire également ses délicieux souvenirs d un revuiste bruxelles expansion belge 1926 il figure au catalogue de la collection espace nord sur l auteur ne manquez pas de consulter le site des amis d andré baillon www.andrebaillon.net hanlet camille les écrivains belges contemporains de langue française 1800-1946 liège dessain 1946 2 t l afrique à vol d oiseau reportage aérien en afrique septentrionale et centrale préf de m lippens introd de m r engels dessins de a dever et j lismonde bruxelles plim services 1935.

[close]

p. 13

françoise lalande et le devoir de résistance jeannine paque voici un livre engagé ou plutôt un écrit où l auteure engage sa personne expose sa pensée exprime son émotion ses colères et ose se mesurer à l histoire qu elle convoque mais françoise lalande va au-delà et son propos est ambitieux avec nous veillerons ensemble sur le sommeil des hommes elle entend bien agir et s investit d une mission s approprier le cours des choses y résister et peut-être le détourner sinon le vaincre au terme d un roman pluriel elle fait se rejoindre en un point final des voies jusqu alors parallèles un nouvel espoir serait-il possible grâce à la seule douceur des femmes le carnet et les instants le communiqué de presse présente nous veillerons ensemble sur le sommeil des hommes comme le roman de l après-auschwitz et de l après-11 septembre ce qui implique une option historique celle-ci est précise dans le temps puisque sont désignés et implicitement présents tout au long du roman deux événements parmi les plus marquants de l histoire immédiate de notre planète et dans leur signification symbolique puisqu ils sont porteurs d une volonté meurtrière françoise lalande oui au départ de mon projet d écriture et je dirais de ma vie il y a cette obsession d auschwitz de cette guerre 40-45 qui fut pour ma famille maternelle la guerre cette histoire-là a bercé mon enfance si j ose dire des récits fragmentés des évocations discrètes comme à demi-mot mais permanentes ont marqué mon imaginaire de petite fille puis c est normal mon imaginaire de romancière je pense que ma mère louise keil n est jamais sortie de la guerre elle sursautait au moindre bruit avouait une panique devant l inattendu elle pratiquait un immobilisme effarant sans doute parce qu elle avait attendu le pire elle redoutait « qu ils reviennent » eux les allemands encore plus tard lorsque j ai voulu savoir comment s était passée la guerre pour eux dans les ardennes et à bruxelles de façon concrète j ai obtenu des réponses certes mais souvent lacunaires et surtout ma curiosité à la fois les intriguait et leur plaisait moyennement jamais ils n en auraient parlé de façon spontanée se rappeler la peur le danger les séparations montrer des photos pour la première fois depuis tant d années les troublaient la cousine préférée de ma mère jeanne herman arrêtée par la gestapo à bruxelles condamnée à mort emmenée dans un train partant de malines train saboté par les cheminots a pu s enfuir regagner la capitale du petit royaume et se cacher jusqu à la libération quand je l ai interrogée sur son arrestation sur ses motivations d entrer dans la résistance j ai été frappée par sa modestie son courage tranquille elle jeanne herman je l ai mise une première fois dans ma pièce de théâtre montée à la rtbf par jean-louis jacques le souvenir de ces choses elle et ma mère se trouvaient déjà dans les filets de mes fictions quant au 11 septembre je l ai vécu comme presque tout le monde en direct et pendant des mois je me suis sentie mal cet événement pas vécu comme une tragédie par tous © jean-françois boucher

[close]

p. 14

14 avait réanimé en moi la peur de la guerre que ma mère m avait léguée volonté meurtrière des peuples comment faire l économie de cela quand on est comme moi l écrivain de la douleur des faibles par exemple une autre douleur ravageante que j ai ressentie ainsi que beaucoup de belges lors de la mort des enfants julie et mélissa ann et eefje loubna elizabeth le prédateur n était pas le même pour toutes ces petites filles mais il y avait mort insupportable j étais dans un malaise profond une nausée devant l espèce capable d accomplir ça j étais aussi éperdue d admiration pour les parents devant leur dignité alors qu ils auraient dû avoir envie de faire exploser la planète tant la souffrance était et reste immense comment moi écrivaine dont le thème de l enfance saccagée traverse les romans allais-je témoigner de cela quand je me posais la question une autre fillette a été assassinée encore alors j ai décidé de parler de cela non pas journaliste relatant un fait divers mais romancière témoignant de l insupportable par la fiction souvent je prends un personnage symbole d un tout j ai écrit moi aussi j ai une histoire les dernières lignes « la fillette n a pas eu le temps de terminer son histoire c est ainsi moi non plus je ne terminerai pas son histoire mais je parlerai de céline toujours aujourd hui et demain tant que s avancera dans l ombre des enfants la silhouette des maudits » c i il s agit pour vous d un choix fondamental qui correspond à une intention très profonde et probablement très ancienne on a l impression que vous vous devez de témoigner et qu il y aurait une nouvelle pression aujourd hui qui vous y pousse f l vous avez raison mon passé c est le passé de ma famille maternelle devenue « méchante » après la guerre à cause de la guerre la souffrance ne rend pas bon ne plus faire confiance aux autres se méfier des autres c est déjà croire qu ils sont nos ennemis et cela ne peut qu engendrer des conflits des querelles avec ses voisins ou des guerres à l échelle mondiale depuis bientôt huit ans je vis au maghreb et je vois les dégâts provoqués par la peur de l autre les rancunes qui vont jusqu à la haine et l appel au massacre mais je voudrais insister sur le fait que si je prends des événements historiques pour sous-tendre mon récit je n ai pas écrit un roman historique même s il y a des personnages de l histoire contemporaine qui traversent mes pages ghaddafi naïm khader ce sont les destins individuels qui me passionnent d ailleurs dans le roman j ai inventé des lieux que je présente évidemment comme réels c i cette entreprise suppose un travail important de documentation mais vous êtes romancière et vous avez voulu que le résultat de vos recherches et l expression de vos propres sentiments soient essentiellement littéraires d où la recherche d une structure originale et le recours à des personnages de fiction f l tous les personnages de ce roman et je pourrais dire de tous mes romans sont inventés et sont aussi bien réels comme tous les écrivains je suis un prédateur je capte ceux qui sont autour de moi j ai commencé comme tout le monde par ma famille la mère le père vrais et inventés qui m étonnent parfois ce que je fais d eux cela vient sous ma plume et j accepte dans nous veillerons ensemble sur le sommeil des hommes le personnage de la mère pour mes trois personnages principaux est déterminant elle y joue un rôle actif même dans son absence ou dans sa présence dévoratrice je constate que le père est souvent disparu inconnu chez moi je me suis amusée à expliquer le lassant sourire de la joconde par le fait qu elle vient de tuer son père que personne ne la soupçonnera jamais alors elle arrive sage avec son sourire si particulier parce qu elle sait s asseoir sur la chaise devant le peintre qui naïve créature va peindre le sourire d une criminelle j ai beaucoup ri en écrivant ces lignes si je suis l écrivain de la douleur des hommes je suis aussi celle qui évoque leurs faiblesses avec humour du tragique servi avec du rire je m amuse beaucoup dans l écriture je dirais même qu il n y a rien de plus amusant pour moi c est peut-être pour cette raison que je m ennuie comme pas deux quand je n écris pas c i les personnages de ce roman-ci sont très emblématiques pétris de réel ils sont pourtant riches d invention chacun représente une totalité idéale car il allie une force physique indéniable quoique différente selon l individu à une maîtrise intellectuelle non moins évidente f l je sais pour qui j écris d abord pour moi pour ramener de mes abîmes intimes ce qui me tourmente m intrigue me fait parfois souffrir me met dans des états terribles j écris moins pour me comprendre que pour me libérer de moi-même je sais aussi que j écris

[close]

p. 15

magazine pour les adultes cultivés c est élitiste pas du tout et si on a l impression aujourd hui que les illettrés courent les rues on se trompe ils sont plus bruyants c est tout mes personnages essaient de prendre leur destin en main non de le subir mais de le diriger je ne crois pas à la prédestination je crois au progrès de l humanité dans le fond pour une femme qui endure à vif la douleur du monde je suis drôlement optimiste c i ces personnages toujours eux ont de nombreux points communs l origine familiale le destin quelque peu exceptionnel et tous trois sont « handicapés de l amour » une malédiction l effet pervers de la génétique ou de l histoire f l le fait d appartenir à une famille « handicapée de l amour » ne relève pas d une malédiction mais de l histoire moche des hommes auschwitz symbole du pire a engendré le pire j ai vécu et je vis toujours dans des pays hors europe je dois bien constater qu auschwitz plombe la planète non seulement l europe qui a auschwitz en mémoire pour toujours mais ailleurs aussi on se situe par rapport à auschwitz on se situe par rapport à israël on est dans la douleur ou dans la fureur ici en tunisie la petite communauté juive veut croire à la possibilité de vivre en harmonie avec les autres communautés une photo prise début janvier 2011 lors de la révolution montre dans la foule un jeune tunisien arborant un petit papier sur lequel il est écrit « chrétiens juifs musulmans tous tunisiens » c est très beau mais en cette semaine de février 2012 des milliers de tunisiens ont crié « mort aux juifs » je ne sais quelle tendance l emportera le vent de la guerre traverse la planète aïe je viens de parler comme ma mère quant à la famille « handicapée de l amour » pour revenir à elle je me suis déjà occupée d elle à ma manière dans un roman que j ai intitulé sentiments inavouables c i ils sont aussi très différents ces trois êtres qui habitent votre roman et c est cette différence qui donne au récit sa structure et qui oriente leur histoire et la nécessité de leur réunion deux femmes et un homme les premières supérieures au second en nombre le sont aussi à d autres points de vue elles jouissent d une force peu commune qui en fait des dominatrices chacune à sa façon l homme serait plus fragile et deviendrait par là même un lieu d attraction f l c est exact à côté de leurs points communs mes personnages sont de tempérament différent julius mon personnage masculin principal semble plus fragile que léa et lila il séduit par sa douceur mais il est aussi cruel la douce cruauté des faibles cela existe comme tous les êtres fragiles indépendamment de sa volonté semble-t-il il fait souffrir mes personnages féminins sont plus dominants dans la direction de leur vie dans la jouissance de leur corps ces femmes sont plus au clair de ce qu elles aiment ou n aiment pas du moins elles le pensent mais dans la vie on évolue on progresse on cherche à se connaître processus d une lente construction de soi mes trois personnages sont accompagnés dans leur progression parce qu on a besoin des autres pour élargir son horizon c i ils sont tous trois des êtres de chair que vous montrez « en action » pourrait-on dire non seulement amoureux et vous nuancerez mais surtout attentifs au moindre scintillement de leur corps et celui-ci est évoqué sans entrave plutôt dans le registre d une jouissance totale que réservée aux seules relations affectives ou sexuelles plus physique au sens plein qu érotique f l en effet un des aspects de ce roman est la description des corps dans la jouissance ce n est pas la première fois que je parle des émois des corps cf le viol dans coeur de feutre la vie passe par là cette magnifique explosion solaire sous la peau disons que je l évoquais en termes discrets pourtant certains critiques littéraires avaient déjà remarqué la chose par exemple michel paquot avait relevé ma sensualité dans la séduction des hommes tristes je crois que le corps est notre ami pas notre ennemi il ne faut pas avoir peur de la jouissance comme il ne faut pas non plus la rechercher vingt-quatre heures sur vingt-quatre on n a pas envie de boire du champagne tout le temps il en va de même pour les émois du corps il faut laisser tomber les barrières faire confiance à soi et à l autre dans mon roman un amant du personnage féminin qui ouvre le récit s aperçoit que la femme qu il va prendre a peur elle s est maquillée elle a bouclé ses cheveux « les femmes sont si fragiles en ce domaine pourquoi ont-elles si peur » 15 portrait

[close]

Comments

no comments yet