Embed or link this publication

Popular Pages


p. 1

                                        ACTIVITÉS D’ÉCRITURE POUR DES APPRENANTS DE FRANÇAIS, LANGUE SECONDE PROGRAMME D’IMMERSION FRANÇAISE Sous la direction de Sabrina Priego

[close]

p. 2

    Table des matières La critique littéraire Kimberley Sauvageau 3 L’égalité des sexes Allison Gagné et Amélie Letendre 20 Critique d’une œuvre musicale Mylène Gadbois, Véronique Lebreux Dupuis et Alyssa Poirier 37 Un carnaval dans un pays francophone 48 Marie-Claude Gervais-Duval, Mélodie Jobin-McInnis, Sarah Lavoie et Marie-Line Villomé Lettre de présentation pour un emploi 67 Natacha Cloutier, Pierre-Daniel Boudreau, Justyne Chamberland-Poulin, Émily St-Arnaud Harry Potter à l’école des sorciers Gabrielle Côté-Huertas, Marianne Bois, Sarah Audet et Alexandre Drouin 74   2

[close]

p. 3

    LA CRITIQUE LITTÉRAIRE Kimberley Sauvageau INTRODUCTION : GUIDE DE L’ENSEIGNANT Le projet d’écriture proposé se base sur le modèle ÉCRI – écriture cohérente et raisonnée en immersion- et inclut les composantes écrite, orale et visuelle. Le modèle ÉCRI organise l’enseignement de l’écriture en cinq phases allant de la présentation du projet à la présentation du résultat final en passant par l’analyse de textes, l’écriture modelée et l’écriture partagée. L’accompagnement fournit par l’enseignant ainsi que les tâches à réaliser par les apprenants seront décrites à chaque phase. Phase 1 : Présentation du projet final Pour ce projet, les élèves auront à rédiger une critique littéraire sur un livre qu’ils ont apprécié ou non et dont ils recommandent la lecture ou, au contraire, ne la recommandent pas. Pour ce faire, ils seront libres de choisir un texte lu en français, ce qui pourrait inspirer leurs collègues ou de choisir un livre dans leur langue maternelle, favorisant ainsi le partage culturel. Les élèves devront produire une affiche comportant la critique, une image de la page couverture actuelle du livre choisi et un dessin qui, à leur avis, représente bien l’histoire. Le type de texte choisi, la critique littéraire, relève du genre persuasif et cherche donc à convaincre le lecteur en lui partageant son appréciation d’une œuvre littéraire. Ainsi, afin de partager leur coup de cœur ou leurs réticences, les apprenants participeront à un cercle de lecture en classe. Le projet se fera en cinq étapes. D’abord, l’activation des connaissances sur le type de texte, puis l’analyse de deux textes modèles. À cette étape, les élèves analyseront la structure et les traits d’écriture propres aux modèles en tentant de faire ressortir les éléments clés d’une bonne critique. Ensuite, l’enseignant modélisera la rédaction d’une critique devant le groupe en permettant aux apprenants d’enrichir son texte. Suivra une étape d’écriture interactive où les élèves rédigeront une critique littéraire en équipe afin de s’approprier les traits d’écriture en négociant la rédaction. Finalement, les élèves entreront dans la phase de l’écriture indépendante et de la mise en forme de leur projet final. Exemples de questions pour activer les connaissances antérieures des élèves sur la critique littéraire. - Que connaissez-vous de la critique littéraire? - Qu’est-ce qu’on peut lire dans une critique littéraire? 3

[close]

p. 4

    - Avez-vous déjà lu une critique littéraire? - Où peut-on lire des critiques littéraires? (Journaux, internet, revues…) - Peut-on lire des critiques autres que littéraires? (Films, théâtre…) - As-tu déjà fait une critique littéraire? (Entre amis, à l’école…) - Qui peut faire une critique littéraire? (Journaliste, lecteur…) - À quoi servent les critiques littéraires? (Partager nos idées, donner envie de lire, éviter une mauvaise lecture…) Phase 2 : Analyse de textes modèles Texte modèle et structure L’enseignant présente un texte modèle au tableau. (Annexe 1) Les élèves sont invités à lire le texte projeté et à se questionner sur les divers éléments qui composent le texte afin d’en dégager une structure d’organisation. L’enseignant laisse d’abord aux élèves le temps de lire le texte puis les questionne pour les aider à dégager la structure de la critique littéraire en grand groupe. Exemples de questions pour aider à dégager la structure de la critique littéraire. - Qu’est-ce qui attire votre attention au premier regard ? (l’image, le titre, le nom de l’auteure…) - De quel livre fait-on la critique ? (Le secret de la manufacture de chaussettes inusables) - Qui est l’auteure de ce livre? (Annie Barrows) - Comment le texte est-il divisé? (le titre, trois paragraphes, une signature…) - Quelles informations retrouve-t-on dans le premier paragraphe? (l’expérience de l’auteure - coécrit un best-seller-, des informations sur le roman -624 pages-…) - Quelles informations trouve-t-on dans le deuxième paragraphe? (Quand et où se déroule l’histoire, le personnage est une femme, résumé de l’histoire, une intrigue…) - Quelles informations trouve-t-on dans le troisième paragraphe? (l’expérience de lecture, comment est le roman en général – simple, drôle, sympathique-…) - La critique est-elle positive ou négative? (positive -efficace et sympathique-) - Qui est l’auteure de la critique et comment sait-on? (Marielle Gamache, elle a signé) - De quel type de livre s’agit-il ? (Un roman, une histoire…) - De quel genre de roman s’agit-il? (Humoristique, sentimental…) Une fois ces éléments dégagés à l’oral en groupe, l’enseignant peut projeter l’organigramme de la critique littéraire vierge et guider les élèves afin de remplir l’organigramme à partir des éléments trouvés préalablement. L’enseignant pourra compléter les cases que le groupe n’aura pas réussi à remplir complètement afin d’arriver au modèle du deuxième organigramme de l’annexe 2. (Annexe 2) 4

[close]

p. 5

    Textes modèles et traits d’écriture Les apprenants sont maintenant prêts à dégager les traits d’écriture typiques de la critique littéraire. Pour ce faire, l’enseignant distribue deux modèles de critiques littéraires aux élèves placés en équipe de deux. (voir Annexe 3) L’enseignant distribue également une grille comportant les six traits d’écriture à analyser. (Annexe 4) Cette grille guidera les élèves dans leur recherche des éléments linguistiques qu’ont en commun les deux textes. L’enseignant laisse au moins une trentaine de minutes aux apprenants afin que ceux-ci lisent les textes et les comparent. Il peut, pendant ce temps, circuler dans la classer, aider les élèves et les questionner afin d’orienter ou d’enrichir leurs observations. C’est également en circulant qu’il déterminera si les élèves ont besoin de plus de temps pour remplir leur grille et quand le retour en groupe se fera. Lorsque l’enseignant le juge propice, la classe fera un retour sur les éléments linguistiques propres à la critique littéraire. Les équipes partagent donc leurs observations et l’enseignant guide le groupe afin de trouver les éléments qui n’auront pas été nommés. On pense notamment à la partie objective du résumé et subjective de l’appréciation ainsi qu’aux nombreux adjectifs et adverbes qui colorent le texte. Phase 3 : L’écriture modelée Cette phrase propose un enseignement explicite de la part de l’enseignant. Devant la classe, l’enseignant rédigera donc une critique (qu’il peut avoir préalablement préparée) et expliquera à haute voix son raisonnement tout au long du processus d’écriture. (Annexe 5) C’est à cette étape que l’enseignant démontre aux élèves comment utiliser l’organigramme, comme organiser son texte, comme utiliser les six traits d’écriture propres à la critique littéraire, comment s’autocorriger, etc. Lors de cette écriture modelée, les élèves sont invités à participer en donnant des idées ou en faisant des propositions de modifications. L’enseignant demeure tout de même en contrôle du texte et il profite de ces commentaires pour expliquer pourquoi il les retient ou non en se basant sur les éléments clés de la critique littéraire. Pour faciliter l’implication des apprenants, l’enseignant pourrait faire la critique d’un livre ou d’un album lu en classe et donc connu de tous. C’est aussi à cette étape que le groupe et l’enseignant bâtiront la rubrique qui servira à la partie écrite du projet final. (Annexe 6) Exemples d’explications pour la rédaction de la critique littéraire devant la classe. - Se faire une idée générale de son texte. J’ai choisi un livre que j’ai aimé et que je recommande ; La valse lente des tortues de Katherine Pancol. Je le recommande pour le style d’écriture précis et raffiné. Je suis maintenant prête à entamer ma critique. Je regarde l’organigramme pour savoir par 5

[close]

p. 6

    quoi commencer. Je vois que je dois trouver un titre évocateur, qui attirera l’attention des lecteurs. Je choisis ; Lent, précis et confortable. Je crois que ce sont des mots qui résument bien ma critique et que le lecteur sera curieux de savoir ce qui mérite ces qualificatifs. - Premier paragraphe. Je regarde l’organigramme et je constate que je dois donner des informations sur l’auteure et sur le roman. Je me questionne donc à savoir qu’est-ce que je connais de cette auteure et de ce roman. Où puis-je trouver l’information dont j’ai besoin? Je peux lire les premières et dernières pages du livre qui souvent présentent l’auteure, ses autres parutions et les prix gagnés. Je peux regarder sur Internet également. Une fois que j’ai les informations nécessaires, je sélectionne celles que je trouve pertinentes et je me demande comment je vais les présenter. - Respecter le style. Quelle est mon intention d’écriture? Je dois convaincre le lecteur de lire le livre. Comment puis-je y arriver? Qu’est-ce que je remarque lorsque je lis une critique ? C’est souvent court, l’information est donnée rapidement et c’est très vivant. Il y a plusieurs adjectifs et expressions pour embellir les idées de base, mais l’ensemble du paragraphe reste plutôt neutre au niveau des opinions. En me référant à ma grille sur les traits d’écriture, je constate que les verbes sont au présent. (Annexe 4 et Annexe 6) Maintenant que je sais quoi écrire et comment l’écrire, je peux commencer la rédaction de mon paragraphe. - Deuxième paragraphe. Avant de commencer la rédaction, je me réfère à mon organigramme pour savoir ce que je dois écrire. Ce paragraphe comportera un résumé objectif de l’œuvre et se termine par une ouverture sur l’intrigue afin de donner le goût au lecteur de lire le livre. Il faut donc donner suffisamment d’éléments pour comprendre ce que sera l’intrigue, mais pas trop pour ne pas la gâcher. En ce qui concerne le style d’écriture, je me réfère à ma grille des traits d’écriture. Je peux maintenant résumer l’histoire de mon roman. - Troisième paragraphe. Encore une fois, je commence par regarder mon organigramme. Je constate que cette partie est celle de ma critique personnelle de l’œuvre. Je dois donc donner mon opinion en m’appuyant sur des éléments particuliers du livre tout en donnant envie au lecteur de lire le roman. Je me souviens que j’ai aimé ce roman pour le style d’écriture particulier, c’est donc ce que je décrirai dans ce paragraphe. Je dois choisir les bons mots pour exprimer ma pensée, il s’agira principalement d’adjectifs décrivant le style d’écriture. Je décris le style d’écriture comme étant raffiné, précis, varié, riche, descriptif, fluide et réel. Je vois également que je dois donner des exemples tirés du livre. Je traiterai des descriptions longues et détaillées des pensées et des 6

[close]

p. 7

    sentiments des personnages, si précises qu’on peut les ressentir. Je peux maintenant rédiger des phrases positives avec ces idées. Dans mon organigramme, je constate également que je dois terminer mon troisième paragraphe par une petite conclusion générale qui reprend clairement ma recommandation de lecture. Je peux maintenant rédiger la fin de mon texte. Finalement, en regardant mon organigramme, je constate que je dois signer ma critique littéraire. En plus d’enseigner l’organisation des idées et le contenu des paragraphes, l’enseignant peut modeler l’orthographe, la grammaire, la ponctuation et l’autocorrection. Cet enseignement peut se faire au fur et à mesure qu’il écrit soit en cherchant directement les mots qu’il hésite à orthographier ou à la fin de la rédaction. Ainsi, en groupe, l’enseignant accompagne les élèves dans le code de correction du texte. - Pour la correction. Quelles sont les étapes du code de correction? J’encercle d’une couleur les noms et je fais des flèches d’accord avec les déterminants et les adjectifs. Je fais la même chose avec les verbes en prenant soin de bien regarder la personne et le temps du verbe. Je mets une étoile au-dessus des mots que j’hésite à orthographier et je les cherche dans le dictionnaire. Pour m’aider dans ma correction, je me demande quels sont les outils que je peux utiliser. Je peux prendre ma grammaire, mon Bescherelle, le dictionnaire, mes feuilles d’étude ou encore Internet. Je n’oublie pas de vérifier ma ponctuation. Une fois la critique littéraire rédigée, le groupe reprend la grille de critères de réussite et évalue la critique de l’enseignant en prenant un critère à la fois. (Annexe 6) L’enseignant démontre ainsi aux élèves comment il procède pour apprécier les rédactions des apprenants et il leur rappelle qu’ils sont en mesure d’apprécier un produit fini eux aussi. Phase 4 : L’écriture partagée Pour la réalisation de cette étape, les élèves sont invités à se placer en groupes de quatre afin de composer une critique littéraire d’un album jeunesse qu’ils auront à lire en équipe. L’album jeunesse, contrairement à un roman, réduit la charge de lecture et permet à tous les coéquipiers de participer à la rédaction du texte puisque nous sommes certains que tous l’ont lu. Les équipes ont donc à mettre en pratique les connaissances et compétences développées dans les trois phases précédentes. Ils ont accès à l’organigramme, à la grille des traits d’écriture et à tous leurs outils. Ils peuvent donc négocier les idées de contenus, la structure des phrases, le choix des mots de vocabulaire, etc. En premier lieu, ils doivent donc planifier leur rédaction à l’aide de l’organigramme en trouvant et en sélectionnant les informations pertinentes pour écrire leur texte. Pour remplir leur organigramme, ils 7

[close]

p. 8

    peuvent procéder par un remue-méninge ou des discussions. Ensuite, l’équipe peut passer à la rédaction du texte. À cette étape, les coéquipiers négocieront les structures de phrases en particulier en tentant de les rendre adéquates et variées. Cette étape peut nécessiter plusieurs brouillons et ratures, rien n’est fixe. À la fin de la rédaction, le groupe révise et corrige son texte à l’aide de la grille de critères et des outils à leurs dispositions. Tout au long de cette phase, l’enseignant demeure disponible pour répondre aux questions et orienter les élèves dans la bonne direction selon les besoins de ceux-ci. Il amène les élèves à se questionner et à enrichir leurs idées et il les dirige vers les bonnes ressources en cas de blocage. Phase 5 : L’écriture indépendante Cette phase est la dernière phase et constitue la rédaction individuelle du projet final. Ainsi, chaque élève choisit un livre lu, en français ou dans sa langue maternelle, et rédige une critique positive ou négative. L’élève passe par les quatre étapes de rédaction, soit la planification à l’aide de l’organigramme, la rédaction, la révision à l’aide de la grille de critères et de ses outils et finalement, la présentation du produit final. C’est donc de manière individuelle que l’élève a l’occasion de réinvestir tous les apprentissages réalisés dans les phases précédentes afin de créer son projet personnel. Tout comme pendant l’écriture partagée, les élèves peuvent procéder à un remue-méninge à l’aide de l’organigramme et peuvent faire plusieurs brouillons lors de la rédaction avant d’arriver à quelque chose de satisfaisant pour eux. Au cours du processus d’écriture, l’enseignant demeure à la disposition des apprenants pour répondre à leurs questions et les orienter lorsque ceux-ci en ont besoin. À la phase de révision, l’enseignant peut proposer des moments de discussions entre les élèves afin que ceux-ci discutent de leurs problématiques et puissent s’entraider à trouver des idées ou des solutions pour bien présenter leurs idées selon les aspects textuels et linguistiques exigés par le type de texte. L’élève est amené à s’auto corriger avec la grille et tous les outils à sa disposition, il est également encouragé à lire son texte à voix haute afin de mieux percevoir ses erreurs. Lorsque la rédaction et la correction sont terminées, l’élève créera son produit final. Chaque élève aura une affiche grande comme deux feuilles jointes. Sur la première feuille, l’élève devra poser une image de la page couverture du livre choisi grande comme la moitié de la page. L’autre moitié de la page sera réservée au dessin que l’élève aura à faire. Ce dessin est une page couverture personnalisée par l’élève suite à sa lecture. La deuxième feuille servira de support à la critique littéraire écrite à la main ou à l’ordinateur selon les préférences de l’élève. La disposition des deux images et de la 8

[close]

p. 9

    critique reste à la discrétion de l’élève puisqu’il s’agit d’un projet personnel. Les images peuvent être plus grandes s’il le désire, mais pas plus petites puisqu’il s’agit d’une affiche et que l’on doit pouvoir bien voir les éléments présentés de loin. L’apprenant pourra prendre des feuilles de couleurs et décorer son affiche s’il le désire. (Annexe 7) Une fois que les affiches seront terminées, les élèves participeront à un cercle de lecture pour présenter leur livre et leur critique. L’enseignant sera libre de placer tous les élèves en cercle ou de former de petites équipes qui présenteront leur affiche entre eux. Selon l’option choisie, l’enseignant pourra proposer une rotation des élèves afin qu’ils profitent du plus de critiques possible et il devra lui-même circuler dans les équipes pour écouter les présentations des élèves. L’élève présentera donc son livre, sa critique et la page couverture personnalisée qu’il a faite. Il devra expliquer pourquoi il a choisi de la représenter ainsi. Suite au cercle de lecture, il serait également possible d’afficher les critiques sur les murs de la bibliothèque de l’école afin d’en faire profiter tous les étudiants de l’établissement ou encore de la publier sur le site Internet de l’école pour étendre le partage. Cette action pourrait même être accompagnée d’une version audio de la critique pour pratiquer la fluidité de l’oral. Et puis, en supposant que les élèves apprécient grandement leur expérience, rien n’empêche de faire une activité de consolidation, plus tard dans l’année, en proposant une critique de film ou de pièce de théâtre ! 9

[close]

p. 10

  Annexe 1 : Texte modèle   Source :http://fr.chatelaine.com/club-de-lecture/livre-du-mois/le-livre-du-mois-le-secret-de-lamanufacture-de-chaussettes-inusables-dannie-barrows/ Le secret de la manufacture de chaussettes inusables, d’Annie Barrows Annie Barrows a coécrit le best-seller « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ». Son nouveau roman est une formidable saga qui tient en haleine sur 624 pages. Juillet 1938. Une jeune femme de Washington est envoyée à Macedonia, en Virginie-Occidentale, pour écrire le récit de la petite ville, dont on célèbre le 150e anniversaire de la fondation. Élégant tailleur blanc, chaussures à talons aiguilles, préjugés en bandoulière, elle descend du train par une chaleur torride, s’attendant au pire. Or, ce qu’elle découvrira va l’étonner, la charmer et la transformer à jamais. On entre à petits pas dans l’univers d’Annie Barrows et, une fois à l’intérieur, on s’y installe bien confortablement, on s’y attarde et on ne veut plus le quitter. C’est une belle lecture, sans coup de théâtre, mais drôlement efficace et des plus sympathiques. Marielle Gamache 10

[close]

p. 11

  Annexe 2 : Organigramme d’une critique littéraire   11

[close]

p. 12

    Titre   Informations   •  Sur  l'auteur   • nom,  origine   • combien  de  livres  publiés   • spécialisation   •  Sur  l'oeuvre   • genre     • année  et  maison  d'édition   Résumé  de   l'oeuvre   •  Qui   •  Quoi   •  Quand   •  Intrigue   Appréciation   • Ce  que  j'ai  aimé  ou  pas  (la   structure,  les  personnages,  le  style  d'écriture,   la  qualité  de  la  langue,  les  valeurs,   l'originalité,  l'intrigue)     • Pourquoi   • Extraits  du  livre   • Appréciation  générale   Signature   12

[close]

p. 13

    Annexe 3 : Textes pour l’analyse de critiques littéraires Source : http://fr.chatelaine.com/club-de-lecture/livre-du-mois/critiques-de-temps-glaciaires-de-fredvargas/ « Temps glaciaires », de Fred Vargas Elle est née Frédérique Audoin-Rouzeau le 7 juin 1957 à Paris. dans une famille d’intellectuels, Fred passe sa jeunesse à lire, mais l’écriture n’est pas son premier métier  : elle est médiéviste (historienne du Moyen Âge) et archéozoologue (spécialiste des relations entre humains et animaux). Son premier paraît en 1986, mais c’est Pars vite et reviens tard (2001) qui en star de l’édition. Élevée roman fait une Une vieille dame très malade est trouvée sans vie dans sa baignoire, habillée, les veines ouvertes. Un suicide, à l’évidence. Sauf que… Près de son corps, quelqu’un a dessiné un étrange symbole. Et une semaine plus tôt, malgré son état, elle s’était démenée comme une folle pour poster une lettre. Que contenait cette missive  ? Ainsi débute une enquête complexe, qui ira de la France à l’Islande. Avec, surprise  ! un saut dans le temps, à l’époque de la Révolution française. J’ai été agréablement surprise tout au long de ma lecture. D’abord par Marc, le sanglier attachant et protecteur. Puis, parce que l’auteure réussit à nous emmener dans des histoires incroyables qui trouvent toujours un sens au détour des pages : on passe d’un polar classique à quelque chose de légèrement déjanté. La confusion est bien dosée, juste assez pour nous donner le goût de tourner les pages, mais pas au point qu’on se sente manipulée. Un bel équilibre. Une phrase m’a marquée dès les premières pages du roman, assez pour me rendre accro jusqu’à la fin : « Contrairement à Adamsberg, qui ignorait tout des symptômes de l’impatience, Bourlin était un impétueux qui devançait sans cesse le temps. » Isabelle Goupil-Sormany Source : http://fr.chatelaine.com/club-de-lecture/livre-du-mois/le-livre-du-mois-daisy-sisters/ 13

[close]

p. 14

    Daisy Sisters, d’Henning Mankell Né en Suède en 1948. Fils de juge, gendre du mythique réalisateur Ingmar Bergman (dont il a épousé la fille Eva). Il a été très jeune abandonné par sa mère, ce qui explique sans doute la fascination pour les femmes qui émane de cette histoire, écrite en 1981. Sa série des Wallander l’a fait connaître dans le monde entier et lui a valu, entre autres, le Grand Prix de littérature policière de l’Académie suédoise et le prix français Mystère de la critique. Qui sont ces Daisy Sisters ? C’est le nom qu’Elna et Vivi, deux jeunes Suédoises, se donnent, à l’été 1941, alors qu’elles décident de partir à l’aventure à bicyclette. Téméraires comme on l’est à 17 ans, elles longent la frontière de la Norvège, occupée par les nazis, s’amusant à frôler le danger. Mais la réalité les rattrape. Violée par un soldat, Elna donne naissance à une enfant qui ne connaîtra jamais son père. Un destin houleux, dur, mais exaltant, que l’on suit des années de guerre aux années 1980, dans cette société en plein essor qui va devenir le « modèle suédois ». J’ai fait de nombreuses tentatives avant d’embarquer dans l’histoire et n’y suis pas parvenue complètement, abandonnant même ma lecture avant la fin. Je n’ai jamais perdu l’impression que le propos manquait de sincérité : l’auteur a parsemé son récit de clichés, principalement celui que tous les hommes sont des prédateurs sexuels et les femmes de pauvres victimes. Émilie Côté 14

[close]

p. 15

  Annexe 4 : Les 6 traits d’écriture Les idées - détails intéressants - intention claire - message clair L’organisation des idées - Genre et texte conviennent à l’intention - Organisation logique Le style / la voix - Style personnel Le choix des mots - Vocabulaire juste - Précis et évocateur La fluidité des phrases - Varier la longueur des phrases - Varier la structure des phrases Les conventions linguistiques - Bon orthographe - Bonnes règles de grammaires - Bonne ponctuation   15

[close]

Comments

no comments yet