Informations Entreprise N°170

 

Embed or link this publication

Description

SAP

Popular Pages


p. 1

Informations Entreprise Une autre lecture de l’économie - n°170 Trimestriel octobre, novembre, décembre 2018. France 5.80€, Belgique/Luxembourg 6,50€, Suisse 10CHF, DOM 7,80€, Zone CFA : 3880CFA, Canada : 8,95$ Can Prévention des risques À l’heure des nouvelles technologies Cybersécurité Gare au pixel espion ! eNnotsrzeoporimsess sàusruleivsre... Biodiversité Le plan d’urgence pour la sauver Hyper personnalisation L’étape ultime de la relation client ? e-Learning 1er Bilan de l’apprentissage SAPen ligne Leader mondial des applications d’entreprise L 14385 - 170 - F: 5,80 - RD 3

[close]

p. 2



[close]

p. 3

INFORMATIONS ENTREPRISE est édité par la Société PUBLIMAG, SARL au capital de 104 000 € 22, rue Jasmin 75016 Paris Tél. : 01 44 30 24 60 - Fax : 01 44 30 24 61 E-mail : info@info-entreprise.com Date de création : mars 1980 Commission Paritaire : n° 0621T88182 Depot légal : C150 ISSN : 02924765 Directeur de la Publication : P. Boukobza REDACTION Rédacteur en chef : Philippe Dayan Journaliste : Lisa Azorin Assistante de rédaction : Pauline Fons Directeur Artistique : 2LS Édition Crédits photos : Julie Cohen (photo édito) - Pexels Ont participé à ce numéro : Arnaud Bellegarde - René Bougros - Brice Dorène Philippe Boukobza - Anne Buchet - Marc Ezrati Joëlle Cambonie - Caroline Cauwe - Emilie Dehu Jacques Ferrière - Isabelle Gratien - Valérie Guez Sylvie Masseau - Antoine Thérénée PUBLICITÉ Publimag 22, rue Jasmin 75016 PARIS Tél. : 01 44 30 24 60 ABONNEMENTS Janine Chedid : 01 44 30 24 60 Abonnements : 55 € (12 N°) 55 €pour l’étranger 40 € (8 N°) 22 € (4 N°) DIFFUSION -Réglage diffusion kiosque : Pagure Presse -Diffusion kiosque : MLP (Messageries Lyonnaises Presse) -Service Lecteurs Du lundi au vendredi de 14 h à 16 h. E-mail : info@info-entreprise.com Informations Entreprise n’a de lien avec aucun organisme officiel, parti politique ou autre. Toute reproduction de texte ou de document, même partielle, est interdite ainsi que leur utilisation à des fins publicitaires. Les textes des publicités sont sous la responsabilité des annonceurs. Ils n’engagent en rien Informations Entreprise. La rédaction n’est pas responsable de la perte ou de la détérioration des textes ou des photos qui lui seront adressés. L’envoi de communiqués, dossiers de presse ou photos entraîne de ce fait leur libre publication.La société qui envoie un visuel devra au préalable s’acquitter de ses droits éventuels, Informations Entreprise ne pourra en aucun cas être tenu pour responsable de leur utilisation. L’éditeur se réserve le droit de refuser toute demande d’insertion sans avoir à motiver son refus. Dans certains numéros, une plaquette, un supplément ou un DVD peut être joint avec le magazine. Groupe Publimag SARL : 22, rue Jasmin 75 016 Paris RCS Paris B 397 872 938 Gérant : P. Boukobza Principaux associés : P. Boukobza Photogravure et impression : Siep Retrouvez-nous sur internet : www.info-entreprise.com RegaRd L’écologie à l’épreuve d’un vrai choix politique Un dicton populaire dit que « la réalité dépasse souvent la fiction  ». Au vu de la série d’évènements ayant émaillé, sur fond de températures caniculaires (certes, pas autant qu’en 2003, mais tout de même les plus élevées jamais enregistrées depuis 1900, année où a été mis en place le système des relevés météorologiques), la période estivale 2018, on ne peut qu’abonder en ce sens. L’affaire Benalla en a bien évidemment constitué le point d’orgue. Avec son « drôle » de protagoniste et son déroulé parsemé de rebondissements « abracadabrantesques » (pour reprendre la fameuse expression d’un ancien Président de la République) et de mensonges à répétition ayant fini par éclabousser jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir, on pourrait penser que seuls des auteurs de thrillers du calibre d’un Franck Thilliez ou Bernard Miniez oseraient trousser une intrigue aussi tortueuse. Le hic, de taille, tient à ce que si l’on ne peut que louer l’habileté d’une pareille trame à la lecture d’un livre ou au visionnage d’un film, ramenée à la « vraie » vie qui est celle du citoyen lambda, une telle histoire revêt une insupportable dimension de scandale d’État où ce vieux monde dont on nous promettait le glas avec son lot de clientélisme et de passe-droit se révèle plus que jamais d’actualité ! Plus néfaste encore, sur le plan de son impact auprès de l’opinion publique, a été le fracassant départ de Nicolas Hulot de son poste de ministre de la transition écologique. Une démission en forme de véritable cri d’alarme lancé par le plus médiatique des membres du gouvernement d’Edouard Philippe, et que deux cent personnalités du monde des arts, du spectacle et de la science, allant de Pedro Almodovar à Catherine Deneuve, en passant par Alain Delon, Patti Smith, Juliette Binoche et Charles Aznavour, n’ont pas manqué de relayer afin de sauver la planète, « plus grand défi de l’histoire de l’Humanité ». Sans oublier le SOS émis dans la foulée par sept cent scientifiques français aux dirigeants politiques pour les enjoindre à passer de « l’incantation aux actes », en parallèle aux marches pour le climat qui se sont déroulées aux quatre coins de la planète. Une manière, au fond, d’amener le débat sur la place publique afin de rappeler à Emmanuel Macron qu’un simple changement de ministre assorti d’une belle déclaration d’intention ne suffiront plus à nos concitoyens dont, selon une enquête réalisée par l’Ifop, 78% expriment aujourd’hui le souhait de voir l’écologie envisagée comme une priorité dans l’action gouvernementale. En clair, qu’il se décide à arrêter les atermoiements et les reculades sous la pression de quelques grands lobbys pour faire enfin montre d’une véritable ambition environnementale française sur l’échiquier international. François de Rugy, le successeur de Nicolas Hulot, réussira-t-il à débloquer les nombreux dossiers pour l’heure demeurés en suspens, voire reportés, tels la réduction du nucléaire et l’interdiction du glyphosate, le chantier des énergies vertes, la préservation de la diversité, ou bien encore la préparation de la COP 24 ? En dépit de son CV sur lequel figure par deux fois la coprésidence du groupe écologiste de l’Assemblée nationale, nombre d’observateurs et d’associations de protection de l’environnement émettent de sérieux doutes quant à la capacité de celui-ci à n’être rien d’autre que « la voix de son maître ». En cela, les mois qui s’annoncent nous diront au moins clairement s’il se bornera à n’être que le « ministre des apparences écologiques ». PhiliPPe Dayan RéDacteuR-en-chef 11

[close]

p. 4

Sommaire En aparté 28 SPÉCIAL SAP Rencontre avec Gérald Karsenti, DG SAP France Le monde des App’s 16 Gros plan sur les nouveautés Panorama 19 • En bref • L’œil sur Avertissement Dès la parution de votre annonce, vous serez sans doute“prospecté”par un certain nombre de sociétés. Ceci est inévitable, compte tenu de notre grande diffusion. Soyez vigilant et d’une manière générale Attention ! - aux guides ou revues qui utilisent des titres similaires au nôtre. - aux entreprises qui utiliseraient des photocopies de nos textes et annonces en vous demandant de régler uniquement des frais techniques. Nous ne pouvons que vous conseiller de ne pas donner suite et d’identifier ces entreprises afin de nous communiquer leurs coordonnées. Nous vous rappelons que nos fichiers ne sont ni prêtés, ni loués, ni vendus. Bloc-notes 22 Save the date Le fait 24 • Biodiversité. Le plan d’urgence pour la sauver 13

[close]

p. 5

Sommaire Tendances 26 High Tech Technologies 72 Cybersécurité. Gare au pixel espion ! Livres 90 Spécial SAP 38 USF. Le Club qui « murmure à l’oreille » de SAP Management 92 Prévention des risques. À l’heure des nouvelles technologies. 15

[close]

p. 6

Sommaire Management 130 E-learning. 1er bilan de l’apprentissage en ligne FOCUS SUR LES ENTREPRISES Affaires à suivre 146 Retail 170 Hyper personnalisation. L’étape ultime de la relation client ? AFFAIRES À SUIVRE... Club Privé 194 • Escapade • Beau-vivre, bien-être • Roue libre • Dans l’air Index 208 Entreprises à la une 17

[close]

p. 7



[close]

p. 8

LE MONDE DES APP’S QUOI DE NEUF ? >>Par Philippe Dayan Retrouver un objet perdu Tout un chacun connaît bien le problème quasi existentiel de « l’absence » brutalement constatée d’un trousseau de clé, d’un porte-cartes, d’un stylo fétiche ou bien encore d’un bijou sans valeur mais auquel on attache une valeur sentimentale, égarés on ne sait où et dont on craint de ne jamais pouvoir les retrouver. D’où l’insigne intérêt de télécharger gratuitement (sur iOS et Androïd) l’application SafeThing qui permet de retrouver le propriétaire d’un objet perdu. Comment ? Tout simplement en apposant sur les objets auxquels on tient particulièrement des SafeCodes qui sont des marqueurs uniques sous forme de pictogramme, imprimés sur des gommettes autocollantes ou gravés sur des médaillons. Apposés sur l’objet à protéger et reliés au téléphone de son propriétaire, ils permettent, une fois scannés, d’entrer en relation, via un tchat sécurisé, avec le propriétaire de l’objet. D’une durée illimitée et pouvant être apposées sur n’importe quelle surface (textile, bois, cuir, métal, etc.), ces gommettes ont quant à elles un coût unitaire inférieur à 10 centimes. Il est cependant possible de télécharger gratuitement des SafeCodes à durée limitée (3 mois) pour les imprimer et les coller sur ses clés, son téléphone, son ordinateur ou sur les doudous de ses chérubins ! La déco en réalité augmentée Que l’on ait ou pas un « œil » pour le visuel et l’esthétique de manière générale, cette application va grandement nous faciliter la tâche sur le plan de nos projets de décoration murale en nous évitant le « plantage » quant aux images à y accrocher. Conçue par Printic, une start-up créée en 2013 par une équipe de « fondus » de photographie, devenue filiale du groupe M6 depuis fin 2014, cette app’s a pour grande particularité d’y intégrer la Réalité Augmentée. Une fonctionnalité qui permet ainsi de pouvoir projeter une image directement sur le mur pour un rendu aussi bluffant que s’il s’agissait d’une mise en situation réelle. Il est ensuite facile d’en modifier la taille, la couleur, voire de finalement opter pour un autre sujet, dans l’optique de concevoir son projet créatif personnalisé en parfaite harmonie avec son décor. À télécharger sous iOS 11.3 sur les iPhone SE, 6S, 6S+, 7, 7+, 8, 8+ et X, ainsi que les iPad Pro et iPad 2017 & 2018. Au service du commerce de proximité Aujourd’hui, dans un contexte où les zones commerciales s’étendent en périphérie et que le e-commerce ne cesse de progresser, plus d’un « petit » commerçant sur dix n’a guère d’autre alternative que de mettre la clé sous la porte. Un triste constat qui a incité Jérémy Leblanc, épaulé par le tandem de business angels Fabien Pierlot et Jean-Marc Van Laethem (les fondateurs de la société Coyote), à concevoir l’application Speedeal. Avec, pour axe de réflexion la question de savoir comment lutter lorsque l’on ne dispose pas des mêmes moyens que les grandes enseignes pour créer du trafic et proposer des offres et des prix toujours plus attractifs ? Afin d’aider les commerçants de proximité à se développer, cette app’s recréé des occasions de rencontres entre eux et les consommateurs en permettant aux premiers de promouvoir facilement leur enseigne via la mise en place de deals (autrement dit des promotions éphémères aussi bien de produits que de services) en moins d’une minute et de les placer partout où ils le souhaitent. Une fois en ligne, ceux-ci sont visibles par toute la communauté de consommateurs ayant téléchargé l’application sur Androïd ou iOS. Cette clientèle géolocalisée, peut alors partir à la chasse aux deals (une vraie chasse au trésor grandeur nature !) et « attraper » le deal désiré, quel que soit l’endroit où il a été placé. Seule condition : se trouver à proximité de celui-ci. Une fois le deal attrapé, le client se rend chez le commerçant, pour payer et profiter du produit ou service. Une manière astucieuse de fidéliser ainsi la clientèle existante et d’en attirer une nouvelle ! 18 ©Medhat Ayad ©lan

[close]

p. 9

Voyager et se loger moins cher Tel est l’objectif visé par NightSwapping, une plateforme collaborative de voyage déployée en 2012 par Serge Duriavig (Élue start-up de l’année 2014 par NextTourism et nominée en 2015 et 2016 pour les Travel d’or, celle-ci compte aujourd’hui 300.000 membres dans 160 pays), avec mise en place d’un système de cagnotte destinée à récompenser à la fois les voyageurs et les hébergeurs. Autrement dit, par ce biais, les premiers reçoivent 10% de leurs réservations tandis que les seconds cumulent leurs gains dessus, la cagnotte étant ensuite encaissable sur un compte bancaire sans commissions ou réutilisable pour voyager. Manière d’aller plus loin encore dans ce mode de fonctionnement – l’objectif visé étant d’atteindre le million de membres en 2019 et de devenir le leader mondial de l’intermédiation de voyages entre particuliers d’ici trois ans -, la start-up vient de mettre en orbite une application dédiée, téléchargeable sur iOS et Androïd. Polyvalente et adaptée aux besoins de chaque utilisateur, celle-ci permet en quelques clics de rechercher des annonces de particuliers proposant des logements entiers ou des chambres d’amis, de contacter les hébergeurs avant de procéder à la réservation du séjour, de créer une annonce en moins de cinq minutes, d’accéder à sa cagnotte afin de l’encaisser sur son compte ou de l’utiliser pour voyager. Assurer sa communication unifiée en mode cloud C’est dorénavant possible pour les entreprises avec l’application Avaya IP Office™ mise en orbite par Avaya Holdings Corp. (NYSE:AVYA). Destinée à l’ensemble des canaux de communication, aux réunions, à la collaboration d’équipe et au partage de contenu, cette app’s aide, en effet, les entreprises à accroître leur productivité et à simplifier la collaboration grâce à la flexibilité des options de déploiement : cloud, hybride ou sur place. Autant de fonctionnalités qui garantissent une expérience haut de gamme tout en répondant à une simplicité d’utilisation et de gestion réclamées par les PME. Embaucher en 4 clics ! Après avoir déployer l’unique plateforme on-line accréditée services à domicile à la fois simple d’utilisation et accessible à tous, la start-up YoupiJob (75 000 particuliers-employeurs et 185 000 particuliers-employés y sont actuellement inscrits) renforce son impact avec le lancement d’une appli. Disponible sur IoS et Android, celle-ci permet en moins de cinq secondes top-chrono de poster des annonces, de trouver la «  perle  » rare, de vérifier les compétences ainsi que l’identité, de procéder au paiement du particulier prestataire, d’établir la fiche de paie, de déclarer à l’URSSAF ainsi qu’aux impôts, et même d’assurer 100% des services et 100% des prestataires. Bref, le genre d’application franchement indispensable au quotidien ! Pour un suivi de la relation client C’est ce que se propose d’assurer le promoteur immobilier toulousain LP Promotion avec son application LP Connect. Pensée et ajustée selon les besoins détectés, celle-ci donne, en effet, à ses utilisateurs la possibilité de suivre ainsi leur projet d’achat, de la réservation à la remise définitive des clés. En outre, ce service leur donne accès à l’ensemble du dossier et des démarches mises en place pour l’acquisition du bien avec un suivi des avancées en temps réel. Fin du fin : cette app’s tout ce qu’il y a d’utile offre également un fil d’actualité informant le client des dernières nouveautés associées à son projet : photos de l’avancée du chantier, ouverture d’écoles ou de commerces à proximité de la résidence… 19

[close]

p. 10

LE MONDE DES APP’S QUOI DE NEUF ? >>Par Philippe Dayan Une fenêtre sur l’usine du futur … C’est un fait incontestable ! Dans les usines, les machines s’avèrent des investissements importants, et le suivi de leur fonctionnement apparaît stratégique. Rien d’étonnant à ce que la connaissance et le niveau des causes d’arrêt apparaissent ainsi comme des pré-requis essentiels à l’amélioration des performances dans la mesure où seul un diagnostic factuel peut conduire à la prise de décisions pertinentes. Conçue sur le principe du « Juste Nécessaire » appliqué à la collecte et analyse des données industrielles, l’application LeanCam a pour but de simplifier la vie des opérateurs et des chefs d’équipe en leur proposant une mesure simple, factuelle, rapide, pertinente et collaborative qui les aide à prendre les bonnes décisions. Conçue dans un environnement informatique déjà implanté et connu dans la plupart des entreprises (Windows et Excel), cette app’s a pour base le formulaire A3 ou A4 (papier ou tableau effaçable) qui est associé à chaque machine, sur lequel on y inscrit la cause de l’arrêt de la machine, sa durée et les commentaires éventuels. Grâce au puissant algorithme de traitement d’image dont elle est dotée, le formulaire, scanné si support papier ou pris en photo si tablette, se voit alors analysé afin d’en retirer les informations pertinentes (durée et occurrence). Une fois validées, ces informations sont envoyées dans un tableur. Cela permet ainsi au système de fonctionner sans connexion à un système informatique centralisé, en totale autonomie. Les résultats de chaque machine suivie sont alors fournis instantanément sur l’écran de l’application, puis les données sont transférées dans un tableau Excel. À fond la forme et le bien-être ! Alors que des centaines de millions de personnes suivent leurs données de fitness et de bien-être sur plusieurs applications de courses, d’exercices, de régime, de méditation, de suivi du sommeil et autres applications, leurs utilisateurs ne peuvent pas rassembler, stocker, partager ou monétiser ces données. C’est précisément ce «  vide  » qu’entend combler Lympo, première application à utiliser la technologie blockchain afin de permettre aux utilisateurs de monétiser leurs données avec des jetons LYM qu’ils peuvent échanger contre des produits et services de santé pour chaque objectif atteint. Les utilisateurs seront également en mesure d’interagir avec les assurances maladie, les sociétés sportives et de bien-être, mais également avec les employeurs qui souhaitent encourager leur personnel à rester en bonne santé. Soutenue par les plus grands noms de blockchain tels que Sonic Zhang, Bill Angelidis et Antanas Guoga, Lympo a conclu des partenariats avec des sportifs de haut niveau, notamment Andrius Gudžius, athlète et champion olympique, et Jordan Travers, entraîneur de fitness, et à nommer pour être son ambassadrice Caroline Wozniacki, la tenniswoman qui a remporté l’Open d’Australie 2018. 20 Mieux comprendre les œuvres d’art Tel est l’insigne intérêt de CulturMoov - appellation de cette fort intéressante appli – dont l’optique consiste à permettre à n’importe quel lambda de pouvoir s’offrir une visite courte et ludique dans les collections privées et publiques des institutions culturelles françaises. Grâce à son interface tout ce qu’il y a d’instinctif inspirée de pratiques développées sur la Toile et les réseaux sociaux, celle-ci met au fond les collections des musées à portée de main en amenant l’utilisateur à découvrir notre (très) riche patrimoine à partir d’anecdotes, de manipulations en 3D et de quiz venant enrichir les mini-expositions numériques présentées. À télécharger gratuitement sur Android et iOs.

[close]

p. 11

PANORAMA EN BREF >>Par Philippe Dayan 5Millions d’euros ont été levés par Proprioo, la première agence immobilière hybride qui ne prend aucune commission lancée en décembre 2016 par Henri Pagnon et Simon Primack, auprès des fonds d’investissement Global Founders Capital et Picpus Capital. Réalisé seulement une année après une première levée de fonds d’un million d’euros, ce nouveau tour de table fait écho à la croissance record de 40% par mois depuis un an de cette jeune pousse. 1,7Million d’euros ont été investis par Omnes Capital, acteur majeur du private equity et de l’infrastructure, dans la start-up française Nanomakers, laquelle conçoit et produit depuis 2012 des nanopoudres brevetées à base de Millions d’euros. Telle s’élève la levée de fonds effectuée par Biotech Dental, leader européen des soins dentaires hautement technologiques (créé en 1987 par Philippe Veran). Ce, sur la base de 52 millions d’euros 100versés par Sofina, en contrepartie de son entrée au capital de Biotech Dental, complétés par 48 millions d’euros de lignes bancaires. silicium pour transformer les propriétés mécaniques, chimiques ou thermiques des matériaux. L’objectif de l’opération est d’accroitre les capacités de production de la société, de poursuivre ses efforts en R&D et de renforcer les recrutements de postes clés. Millions d’euros. C’est le montant de la levée de fonds effectuée par Gymlib, startup créée 10en 2013 par Sébastien Bequart et Mohamed Tazi et devenue leader du bien-être et du sport en entreprise, auprès de Sodexo et des investisseurs Alyan Group, Breega Capital et Fa Dièse. Mercer accueille everBe dans son giron Ce leader mondial du conseil en ressources humaines, santé et prévoyance, gestion des talents, retraite et investissements, a en effet acquis cet acteur de conseil et de services spécialisé dans la transformation des directions financières et des ressources humaines appuyée par des solutions digitales innovantes. Fondée en 2012, cette entreprise est notamment le premier spécialiste en France des solutions Workday, leader mondial des applications cloud pour la gestion financière et la gestion des ressources humaines. Avec cette opération, Mercer poursuit sa stratégie digitale RH globale visant à déployer ses capacités pour accompagner la transformation des organisations, des modes de travail et l’innovation technologique. Millions d’euros ont été levés en série A par Moskitos, l’éditeur de Crosscut, plateforme d’intégration et de gouvernance de la 1,2Data et des API’s, principalement auprès du fonds de capital- risque CapHorn, lequel fait ainsi son entrée dans le capital de la 2,5start-up. L’objectif étant de lui permettre ainsi de se développer à l’international et de s’imposer comme un leader des plateformes d’intégration (iPaaS). Millions d’euros ont été levés auprès d’investisseurs privés par Swapcard, plateforme d’engagement évènementielle fondée par le trio Baptiste Boulard, Godefroy des Francs et Damien Courbon. L’objectif poursuivi par la start-up, déjà présente sur quarante marchés, de renforcer davantage encore sa présence à 4l’international via le renforcement de ses équipes et services. Million d’euros ont été levés par Peas&Love, un nouveau concept de fermes urbaines mis en orbite en 2015 par Jean-Patrick Scheepers qui donne accès à un potager entretenu produisant des fruits et légumes locaux à une communauté de riverains appelés les « urban farmers », via la location de parcelles, auprès d’Otium Brands et de business angels. Cette levée a pour objectif de soutenir le développement de l’entreprise, laquelle vise l’ouverture de plus de 150 fermes en Europe d’ici cinq ans, dont 30 en Ile-de-France. La France a accueilli plus de 1.000 investissements étrangers en 2017 Soit près d’un tiers de plus qu’en 2016 (+ 31%). Notre Hexagone entre ainsi dans le trio de tête des pays les plus attractifs en Europe. Cette nette progression permet de rattraper l’écart qui s’était creusé avec le Royaume-Uni et l’Allemagne et d’entrer à nouveau dans le trio des pays euro- péens par le nombre d’investissements étrangers réalisés sur le territoire, qui s’établissent pour 2017 pour les trois pays à un niveau très proche. Mais au-delà de cette accélération tangible, c’est l’image globale de la France auprès des investisseurs étrangers qui est profondément modifiée. En 2018, 8 dirigeants sur 10 (81%) se déclarent satisfaits de l’attractivité de la France contre 7 sur 10 (73%) l’an passé. Plus de la moitié (55%) expriment leur confiance à court terme, soit deux fois plus qu’il y a un an (27%). +de 1,5Million d’euros. Tel s’élève le montant levé par Carcidiag Biotechnologies, start-up qui développe des kits de diagnostic permettant de 3Millions d’euros ont été levés par Staffmatch auprès de Bpifrance et BNP Paribas Développement. L’objectif déclaré mettre en évidence et de caractériser des cellules souches cancéreuses. Cette de cette entreprise d’intérim fondée en 2015 : levée de fonds réunit notamment les investisseurs Sowefund, des investisseurs accélérer ainsi notablement son développement, privés et le fonds de co-investissement régional NACO (Nouvelle-Aquitaine d’une part en atteignant 30 millions d’euros Co-Investissement), la BPI, la Région Nouvelle-Aquitaine, le CIC, la Banque de chiffre d’affaires en 2018, d’autre part pour Populaire et Limousin Actif. assurer son lancement à l’international. UN NOUVEAU FONDS EN SOUTIEN AUX START-UPS DE LA FRENCH TECH Doté de 400 millions d’euros dans le cadre du troisième volet du Programme d’investissements d’avenir, ce « French Tech Seed » - telle est son appellation – visera à soutenir les levées de fonds des start-ups technologiques issues des laboratoires, des incubateurs ou des sociétés d’accélération du transfert de technologies (SATT). Géré par Bpifrance, il reposera sur des apporteurs d’affaires labellisés, chargés d’accompagner ces nouvelles pousses et de leur trouver des investisseurs privés. Ces apporteurs d’affaires, garants de la validité technologique du projet, permettront un investissement public quasi-automatique, sous forme d’obligations convertibles, en complément des capitaux apportés par les investisseurs privés. 21

[close]

p. 12

© Rawpixel PANORAMA L’ŒIL SUR … >>Par Philippe Dayan Fraude et corruption Qu’en est-il pour les entreprises ? Conduite dans 55 pays, la quinzième édition de l’étude menée à l’international par le cabinet d’audit et de conseil EY rappelle les enjeux des entreprises en matière de lutte contre la fraude et la corruption. Malgré 11 milliards d’amendes pour corruption infligés par les régulateurs depuis 2012, 38% des répondants estiment que les pratiques corruptives sont toujours largement répandues dans Rleurs activités. En France, 20% sont de cet avis. Le taux s’élève à 52% dans les pays émergents. éalisée auprès de 2 550 collaborateurs de grandes entreprises entre octobre 2017 et février 2018, cette enquête met également en lumière trois grands constats. Le premier tient à ce que 11% des répondants affirment que la corruption reste une pratique courante pour remporter des contrats dans leur secteur. Le second laisse apparaître que 13% justifieraient des paiements en espèce pour gagner ou conserver un contrat en période de crise économique ou pour assurer la survie de leur entreprise. Il est à signaler que la génération des moins de 35 ans plébiscite encore cette pratique puisque 20% d’entre eux sont prêts à justifier ce type de comportements non éthiques. Pour ce qui se rapporte au fonctionnement de leur entreprise, ils ne s’accordent pas sur qui doit endosser la responsabilité : 22% estiment que l’intégrité relève de la responsabilité individuelle, tandis que 41% d’entre eux considèrent que cette responsabilité incombe au management. Ainsi que le résume lucidement Philippe Hontarrède, associé EY et responsable du département « Fraud Investigations & Dispute Services » en France : «  La corruption est encore très répandue, malgré les évolutions règlementaires considérables et un accroissement significatif des poursuites envers les entreprises et individus par les autorités. Pour être efficaces, les programmes de compliance déployés par les entreprises troisième constat, celui-ci révèle que 11% des répondants ont subi des doivent être audités et faire l’objet d’un contrôle continu. L’objectif fraudes significatives au cours des deux dernières années. Si 97% des final est d’identifier les risques de non compliance plus en amont pour répondants sont convaincus de l’importance de l’intégrité dans le mieux les gérer ». PUnarsiutéjeetnenecnorterteapbriosue C’est en tout cas ce qu’il convient de retenir de l’étude menée par Monster et l’institut YouGov, en partenariat avec Social Builder, start-up sociale qui favorise la mixité dans les métiers du numérique et dans l’entrepreneuriat. Laquelle met ainsi en exergue les inégalités toujours bien présentes en entreprise mais Iégalement leur différence de perception. négalité  ! Un mot dont le genre reste féminin dans le milieu professionnel affirme cette enquête au vu des réactions enregistrées tant auprès des salarié(e)s que des professionnel(le)s des RH. Premier constat  : les hommes seraient plutôt idéalistes face au sujet de l’inégalité entre les genres au sein de leurs organisations ! Ils sont, en effet, un sur deux à penser avoir les mêmes chances que leurs collègues féminines à compétences et expériences égales lors d’un processus d’embauche. Pourtant, ces dernières ne sont que 28% à avoir la même conviction ! Cette même différence se retrouve aussi 22

[close]

p. 13

© Janko Ferlic © Anastasia Lobanovskaya BTrieanntôstfloarmfinadtieonnosdeigmitpalloeis ? Réalisée par Juhliet Sterwen, cabinet de conseil en stratégie, transformation et management, en collaboration avec l’Institut Harris Interactive, cette enquête ayant trait à l’opinion des salariés français sur le monde du travail de demain révèle que 3 collaborateurs sur 4 prévoient la modification, voire la suppression pure Cet simple, de leur emploi d’ici 2030 … es derniers s’attendent, en effet, à ce que cet impact soit fort, plutôt positif pour leur propre parcours professionnel et pour les entreprises de manière globale, et plus nuancé pour l’emploi en général. Trois quart d’entre eux vont jusqu’à estimer que le travail qu’ils exercent aujourd’hui sera impacté d’ici 2030 par le développement du numérique (intelligence artificielle, robotisation, automatisation des tâches, etc.), et 8% en pronostiquent même la suppression. Eh oui ! Si une majorité de Français considère le numérique comme une opportunité - pour leur propre parcours professionnel, pour l’entreprise et pour la société française -, ils n’en émettent pas moins aussi des réserves quant à son impact sur l’emploi. Dans ce contexte, bien que 6 salariés sur 10 ont le sentiment d’être bien accompagnés par leur entreprise dans l’adaptation au numérique, on observe toutefois des différences marquées, entre secteurs et entre catégories de salariés, sur la qualité perçue de cet accompagnement. Quant aux secteurs où les salariés prévoient la plus forte proportion de disparition d’emplois existant aujourd’hui, ce sont ceux de l’industrie (12%) et de la banque-assurance (14%), qui devancent nettement le secteur de la distribution (5%). En termes de structures, 39% des salariés des grandes entreprises s’attendent à un bouleversement de leur travail (modification lourde ou suppression) tandis que les salariés des TPE/PME ne sont que 30% à prévoir un tel impact. une fois dans l’entreprise. La reconnaissance du travail au quotidien et l’accès à une promotion sont jugés plus difficiles par les salariées  : 59% d’entre elles estiment que pour y prétendre, les femmes doivent travailler plus que leurs homologues masculins, ces derniers n’étant que 29% à partager ce sentiment. Les inégalités salariales sont quant à elles bien connues et il est intéressant de noter que les hommes sont seulement 36% à penser être payés plus que leurs collègues féminines, à poste équivalent, contre un peu plus d’une femme sur deux qui s’estime lésée (52%). Malgré la mise en lumière par le gouvernement et les entreprises de solutions pour pallier à ces situations, le ressenti des employées reste donc pour le moment très contrasté. >>Sexisme, harcèlement, discrimination encore trop présents ! Le fait est que 19% des femmes déclarent avoir été victimes d’une situation d’inégalité au travail et 14% d’une situation de harcèlement sexuel. Malgré les récents mouvements #MeToo, #TimesUp et #BalanceTonPorc permettant une libération de la parole dans l’espace public, la réalité en entreprise reste encore différente et le sujet tabou. Seul un peu plus d’un tiers des Françaises (35%) estime que ces mouvements leur ont donné davantage confiance pour dénoncer des cas de harcèlement sexuel qu’elles auraient vécus ou dont elles auraient été témoins. Si l’on sait que le sexisme reste encore répandu, femmes, hommes et professionnel(le)s des RH n’en ont pas tout à fait la même vision. En termes de sexisme, la situation, en entreprise, qui interpelle plus d’une femme sur deux est le fait d’attendre d’elles de sourire (53%). Les hommes, eux, placent l’interruption systématique des prises de parole des salariées en réunion en premier (42%). D’autres exemples sont également pointés du doigt comme faire une remarque sur le supposé manque de féminité de certaines collaboratrices (45% pour les femmes vs 37% des hommes). Du côté des professionnel(le)s des RH, la situation considérée la plus sexiste est le fait de commenter l’apparence physique d’un(e) employé(e) (59%). >>Une vision de l’avenir en demi teinte Interrogé(e)s sur les solutions pour améliorer l’égalité femmeshommes, les salarié(e)s se révèlent sans appel  : la transparence sur les salaires reste LA priorité (45%). Mettre en place une politique phare en termes d’égalité professionnelle dans leur entreprise n’arrive qu’en seconde position (34%). Autre initiative attendue  : la promotion du congé parental partagé pour une réelle prise de conscience de cette possibilité par l’ensemble des salarié(e)s (30%). Cette mesure trouve un écho tout particulier alors qu’une négociation pour mettre en place un congé parental allongé et mieux rémunéré est en cours au niveau européen. Dans ce contexte d’attentisme, seul un peu moins de la moitié (46%) des salarié(e)s pensent que leur entreprise ira vers davantage d’égalité entre les genres dans les années à venir. Les professionnel(le)s des RH se montrent plus optimistes puisqu’ils sont 59% à estimer qu’une évolution positive est possible. 23

[close]

p. 14

BLOC NOTES SAVE THE DATE >>Par Philippe Dayan ©Megret&Co-©E.Hautier Du 29 au 30 septembre Barefiit, 1ère édition Cet évènement, contraction de « barefoot » (pieds nus), « fitness » et « HIIT », méthode d’entraînement sportive très intense et en vogue actuellement, est prévu pour se dérouler à la Grande Motte. Lancé à l’initiative de Corpo’Events, une agence de tourisme d’affaires travaillant depuis plus d’une décennie auprès d’importantes PME et sociétés du CAC40, cette manifestation articulée autour des notions de cohésion d’équipe, d’entraide, de défi et de dialogue se présente comme un nouveau concept de team building orchestré dans un environnement 100% plage, sport et bien-être. Pendant deux jours, les participants sont ainsi amenés à se défier sur une course à obstacles implantée entre sable et mer et composée de trois parcours : Trash (10 km et 25 obstacles), Speed (5 km et 15 obstacles) et Night (5 km et 15 obstacles, en individuel, de nuit). La règle étant que les coéquipiers doivent franchir les obstacles ensemble, sachant que si l’un d’eux échoue, des pénalités sont imposées à toute l’équipe. À signaler l’implantation d’un village sportif au coeur de l’évènement, où participants et partenaires innovants pourront échanger et partager leur expérience autour d’une restauration gourmande et « healthy », ainsi que des dernières nouveautés en matière de sport et santé. En outre, des animations sportives (séances de cross-training, ateliers-défis) et un cours de yoga géant sur la plage permettront aux participants et à leurs accompagnants d’être actifs en dehors des épreuves et de faire de nouvelles découvertes. En prime : la tenue d’un festival de musique électro, le premier soir. En savoir + : www.barefiit.com Du 5 au 6 octobre Salon sport, santé, bien-être Placée sous le haut patronage du Ministère des Sports, cette seconde édition de cette manifestation initialement baptisée « Soi + Sport Santé » se donne pour objectif d’éduquer le plus grand nombre sur Du 2 au 3 octobre EmTech, 4ème édition Portée par la MIT Technology Review (le magazine du Massachusetts Institute of Technology), cette manifestation est devenue le rendez-vous de référence pour découvrir les technologies émergentes de demain. Orchestrée à Toulouse, mais désormais mise résolument à l’heure européenne, cette nouvelle session s’articulera autour de cette question majeure qu’est le fait de savoir « Comment les technologies émergentes façonnent la Société du Futur ? ». Ce, autravers de ces cinq piliers que sont : l’Intelligence (la Data au service du quotidien) ; l’Expérience (Interagir avec des interfaces évolutives) ; le Réseau (Devenir une société connectée) ; les Superhumains (Transformer notre humanity) ; les Catalyseurs (améliorer la société). Pendant deux jours, conférences, panels, activités de networking, keynotes, chat battles, se succèderont sur ces différentes thématiques, avec l’intervention de nombreux chercheurs et spécialistes issus tant des domaines de l’Intelligence Artificielle, de l’innovation, du Big Data, que de l’art ou de la culture. En outre, dans le cadre de cette manifestation, sera organisé le Start&Meet Up, un forum d’investissement entre dix start-ups sélectionnées et des investisseurs en capital-risque. Lequelles start-ups auront l’opportunité de pitcher leur projet devant un public d’experts et investisseurs nationaux et internationaux. À la fin de l’événement, une start-up recevra la mention spéciale Best Tech Startup de l’Année du jury. En savoir + : www.emtecheurope.com l’importance à pratiquer une activité physique et sportive sur le plan santé, d’initier aux disciplines adaptées tout en accompagnant de manière personnalisée. Deux nouveautés sont à signaler ! D’une part, la remise de Trophées Sport Santé ayant pour but de récompenser l’engagement des acteurs publics et privés, mais également d’apporter un éclairage sur des actions emblématiques ainsi que valoriser l’innovation dans les secteurs du sport, de la santé et du bien-être. D’autre part, un Baromètre, réalisé en partenariat avec Attitude Prévention et le laboratoire Irmes, qui permettra à chacun d’apprécier l’évolution du niveau d’activité physique, année par année. Les résultats, qui détailleront le nombre de pas effectués par tranche d’âge, seront ainsi mis en avant et dévoilés dans le cadre du salon. En savoir + : www.salonsportsante.com Du 1er au 2 octobre Salon SME Développer son chiffre d’affaires, progresser dans son « métier de chef d’entreprise », valider ses choix ou intuitions sont des caps que doivent franchir les entrepreneurs pour grandir. Afin de les aider, le Salon SME (ex salon des microentreprises) permet aux visiteurs de rencontrer et d’échanger avec mille experts, sur les stands des exposants ou lors de conférences. Ayant pour thème « le Progrès », cette nouvelle édition proposera trois programmes spécifiques, l’un dédié aux dirigeants de TPE, l’autre aux freelances et consultants, le troisième est pour sa part à caractère transversal, avec dix sessions d’entraînement programmées dans le cadre de Master Class. Signalons que trois thématiques seront plus spécifiquement approfondies : la franchise et les femmes entrepreneures le premier jour, les jeunes entrepreneurs le second. Enfin, la conférence inaugurale « Secrets d’entrepreneurs qui font grandir leur entreprise » et la conférence de clôture : « Réussir malgré les doutes, ils y sont arrivés, pourquoi pas vous ? » seront deux moments privilégiés pour réfléchir, profiter de l’expérience des intervenants et se charger en énergie. En savoir + : www.salonsme.com Du 6 au 7 novembre Smart City + Smart Grid Dédié à la ville intelligente et à la mobilité durable, ce salon apparaît aujourd’hui comme une véritable plateforme de rencontres, d’échanges et de débats entre porteurs de projets urbains (élus et cadres territoriaux) et fournisseurs d’équipements pour la ville durable et connectée. Sa cinquième édition présentera les dernières innovations technologiques dans les secteurs de la multimodalité et des solutions de transport « smart » pour la ville, des équipements urbains (éclairage public, smartparking, gestion des flux de circulation), de la safe city (sécurité et sûreté urbaine), du déploiement des démonstrateurs urbains smart grids, des outils de dialogue entre la ville et les citoyens (applis connectées, réseaux sociaux, compte mobilité), du BIM comme outil de modélisation des projets d’aménagement du territoire pour les collectivités, ou bien encore du RGPD. En savoir + : www.smartgrid-smartcity.com 24

[close]

p. 15

©Egis Alexandros Giannopoulos 18 octobre Remise des trophées Or Normes Première édition pour ce concours (dont les inscriptions se sont clôturées le 31 juillet dernier, avec sélection des dossiers le 13 septembre, et décisions du jury le 25 septembre) mis en place par AFOR, organisme français de référence pour les normes volontaires, afin de récompenser les plus belles innovations et réussites en matière d’utilisation de ces normes au niveau de produits et de services. Quatre catégories s’y verront distinguées dans le cadre d’une soirée spécialement orchestrée à cet effet ! La première, « Protéger les personnes », concerne une ou des normes volontaires ayant permis de concevoir un équipement, ou de développer un service ou un process, contribuant à la protection des collaborateurs, de la clientèle, du consommateur, du citoyen. La seconde, « Faciliter la vie quotidienne », se rapporte à une initiative engagée sur la base de recommandations d’une ou plusieurs normes volontaires ayant permis de faciliter l’exécution d’une tâche. La troisième, « Favoriser les échanges » tient au fait que le participant s’appuie sur une terminologie commune, une interopérabilité définie dans une norme volontaire, et a réussi à favoriser des échanges vis-à-vis du consommateur ou de partenaires, ou sur le plan technologique. La quatrième, « Prendre un temps d’avance », a trait à un projet conçu sur la base de normes volontaires et qui représente une innovation caractérisée sur son marché ou son secteur. En savoir + : www.afnor.org Du 28 au 29 novembre Salon International des technologies de raccordement et de fixation Du 6 au 8 novembre Expoprotection 2018 Rendez-vous référent des acteurs du marché de la prévention, la nouvelle édition de ce salon se voudra plus que jamais une vitrine sur l’innovation au-travers de ces deux univers complémentaires que sont, d’une part celui dévolu aux risques professionnels & industriels, d’autre part celui se rapportant aux risques, malveillance et incendie. Parmi les tendances fortes qui s’y profileront, on notera celle ayant trait à l’implication de chacun dans la prévention, que ce soit l’ensemble des collaborateurs des entreprises, ou des agents des collectivités et administrations et jusqu’aux citoyens, le deep learning, l’Intelligence Artificielle, ou bien encore la réalité et l’identité augmentées. Cette vingt-septième session s’appliquera aussi à mettre en exergue les enjeux sociétaux actuels et à venir comme l’évolution du périmètre de la sécurité privée et la coopération renforcée public/privé, ou l’équilibre entre prévention renforcée et liberté individuelle, notamment la protection des données personnelles. Plusieurs Villages Experts rythmeront, par univers et secteurs, les allées du pavillon 1 et proposeront aux visiteurs un concentré de solutions sur des sujets qu’ils ont préalablement sélectionnés. Une floraison d’événements et de partenariats majeurs seront également au programme, notamment avec la CNAMTS, le Ministère des Solidarités et de la Santé, les acteurs de la Sécurité Privée ou encore la Chine. En savoir + : www.expoprotection.com Il s’agit-là de la première édition française du Fastener Fair, une manifestation d’ores et déjà présente en Allemagne, en Italie, en Turquie, aux Etats-Unis, au Mexique et en Inde. S’adressant aux acteurs industriels dans tous les secteurs d’activité ayant des besoins en matière de systèmes de montage et d’installation, de technologies de fabrication d’attaches, d’équipements de stockage et d’usine et de services associés, cette session réunira les fabricants, les distributeurs, les fournisseurs et les utilisateurs finaux de systèmes de raccordement, de fixations, de produits et de services associés. En savoir + : www.fastenerfairfrance.com 25 octobre Remise du Grand Prix National de l’Ingénierie Mise en orbite en 2006, cette distinction récompense chaque année une équipe ayant concouru à la conception, soit d’un produit, soit d’un projet remarquable, dans le domaine de l’industrie ou de la construction. Son but : mettre en lumière l’ingénierie française dans toute sa diversité et ses composantes et de valoriser ainsi la valeur ajoutée de la prestation intellectuelle d’ingénierie, notamment en termes de recherche et de développement et innovation, ainsi que son impact économique et social. Pour ce qui est du projet récompensé (la clôture du dépôt des candidatures ayant eu lieu le 6 juin dernier), celui-ci pourra être aussi bien au stade du concept, qu’en cours de réalisation ou achevé. Lequel Grand Prix sera remis dans le cadre du Meet’Ingé, un évènement mêlant professionnels, donneurs d’ordres et grand public. En savoir + : www.cgedd.developpementdurable.gouv.fr Du 23 au 25 octobre Le smart commerce fait salon Organisé à Lille, dans le cadre du Grand Palais, #conext, évènement centré sur la Retail Intelligence, invite cette année encore l’ensemble des acteurs du secteur à plonger au cœur des dernières innovations du commerce intelligent. Mais avec pour nouveauté, une approche dédiée au retail design. L’ensemble des métiers et expertises de la chaîne du commerce y seront représentés. Sans oublier le Lab, un espace innovation unique en Europe qui proposera au visitorat professionnel (10.000 personnes sont attendues) de découvrir non seulement les tendances futures, mais également d’expérimenter, de s’inspirer, de se projeter. Se voulant fenêtre ouverte sur un secteur en mutation permanente, ce salon proposera une programmation de haut vol, avec notamment plus de cent conférences, deux cent cinquante rendez-vous d’affaires et des conférences plénières. D’ores et déjà, sont annoncées des keynotes dédiées à l’IA, au Prospective Retail, à la Fintech, et à l’UX Design. En savoir + : www.salon-conext.com 25

[close]

Comments

no comments yet