Brochure du programme Ecran large sur tableau noir 2018/2019 • Liège / Namur

 

Embed or link this publication

Description

Le détail des séances dans les cinémas le Parc, Sauvenière et Caméo

Popular Pages


p. 1

LIÈGE NAMUR BlacKkKlansman. J’ai infiltré le Ku Klux Klan de Spike Lee 2018-2019 Dilili à Paris de Michel Ocelot

[close]

p. 2

Drôles de petites bêtes Une manifestation organisée par le centre culturel Les Grignoux. Avec le soutien de la Région Wallonne et de la Fédération Wallonie Bruxelles et l’aide d’Europa Cinémas. Cette opération bénéficie de l’accompagnement du CSEM (Conseil Supérieur de l’Éducation aux Médias). Supplément au périodique le Journal des Grignoux n° 267, septembre-octobre 2018. Ed. resp. : Michel Condé, 30 rue des Vennes, 4020 Liège. Bureau de dépôt : Liège 1 © Août 2018, Les Grignoux. Toute reproduction interdite sans l’autorisation des auteurs (Michel Condé, Fabienne Crevits, Vinciane Fonck, Florence Leone, Anne Vervier). Cinéma Le Parc 22 rue Carpay 4020 Liège-Droixhe Cinéma Sauvenière 12 place Xavier Neujean 4000 Liège Cinéma Churchill 20 rue du Mouton blanc 4000 Liège Cinéma Caméo 49 rue des Carmes 5000 Namur Tél. 04 222 27 78 (Les Grignoux) http://www.grignoux.be contact@grignoux.be Le programme des matinées scolaires est disponible à la page : http://www.ecranlarge.be

[close]

p. 3

Éditorial Le cinéma à l’école ou l’école au cinéma ? Beaucoup de personnes voient le monde extérieur comme une menace pour l’école : menace pour les savoirs fondamentaux à enseigner, menace par les distractions qu’il offre face aux efforts que demande l’étude, menace physique parfois comme certains événements dramatiques récents ont pu le montrer. L’école devrait dès lors fermer ses portes et s’enfermer entre de hauts murs. Pourtant, enfants et adolescents devront un jour ou l’autre affronter le monde, et le rôle de l’école est précisément de les préparer à y agir de façon efficace et responsable. Il est donc indispensable que l’école reste ouverte sur le monde environnant, qu’elle amène enfants et adolescents à découvrir la société qui les entoure, qu’elle leur permette de partir à la rencontre de tous les humains, hommes et femmes qui y vivent. Nous avons souvent défendu l’idée que le cinéma était précisément l’instrument d’une telle découverte, d’une telle rencontre, d’une telle ouverture. Mais ce n’est pas seulement en montrant des films que le cinéma permet aux jeunes spectateurs de voir le monde sous différentes facettes, c’est aussi comme espace de culture à l’instar des musées, des théâtres, des salles de concert… Le cinéma est le lieu d’une culture vivante, un lieu où il est possible de découvrir le septième art en train de se faire, de dialoguer avec d’autres spectateurs et spectatrices, de partager des émotions, des histoires, des points de vue, des connaissances, de faire des rencontres inédites… Des films en prise sur l’actualité On ne détaillera pas tous les films proposés cette année dans le cadre d’Écran large sur tableau noir : ils sont bien présentés dans les pages qui suivent. On rappellera seulement que, dans la perspective ouverte ici, le cinéma s’adresse à tous les élèves et à tous les enseignants et enseignantes, quels que soient leurs disciplines et leurs niveaux. L’éducation au cinéma, l’éducation aux médias concerne l’ensemble de la communauté éducative, car le cinéma non seulement s’adresse à tout le monde mais il s’ouvre sur le monde dans toute sa diversité. Bien entendu, chaque film propose une représentation partielle, fragmentaire et parfois partiale du monde, qui doit être interrogée en tant que telle : c’est précisément l’objectif des dossiers pédagogiques remis gratuitement aux enseignants de leur proposer des outils aisément utilisables en classe pour mener une telle réflexion critique. Mais la réflexion, la découverte, l’ouverture aux autres ne sont pas contradictoires avec le plaisir cinématographique. Nous vous souhaitons d’agréables projections ! L’équipe d’Écran large sur tableau noir JEUDI 27 SEPTEMBRE Portes ouvertes aux enseignants Pour les enseignants, nous organiserons une matinée spéciale de projection de plusieurs films présentés dans le cadre d’Écran large sur tableau noir. Ce sera l’occasion pour les enseignants, éventuellement accompagnés de leurs enfants, de découvrir les films qu’ils ne connaissent pas et qu’ils sont susceptibles de voir avec leurs élèves. L’entrée (pour un enseignant et un enfant accompagnant) sera gratuite sur réservation (par téléphone à Liège au 04 222 27 78 ou par e-mail à Namur EcranLargeNamur@ grignoux.be) et présentation de la carte PROF. Ces séances seront également ouvertes au public (4,60 €) dans la limite des places disponibles. Les films visibles ainsi que les modalités pratiques sont repris dans le Journal des Grignoux n° 267 ainsi que sur le site web http://www.ecranlarge.be

[close]

p. 4

Passeports–étudiants Enseignants, devenez la personne-relais auprès de votre école et offrez un passeportétudiant à vos élèves. Vous participez régulièrement avec vos élèves aux séances d’Écran large sur tableau noir. Vous parlez souvent de cinéma avec vos élèves… Vous leur donnez le « goût » du cinéma. Vous aimeriez qu’ils poursuivent seuls leur découverte… Alors, devenez une personne-relais et permettez-leur d’obtenir un tarif préférentiel grâce au passeport-étudiant. Le passeportétudiant accorde à son détenteur et à un accompagnant l’entrée à 4,60 € par personne. Comment faire ? ÒÒDemandez l’accord de votre direction. ÒÒRéservez un espace visible dans votre établissement à des affiches et passez régulièrement aux Grignoux chercher ces affiches. ÒÒRéservez un espace visible dans votre établissement au Journal des Grignoux. ÒÒEn échange, chacun de vos élèves reçoit un passeport-étudiant, valable dans toutes les salles des Grignoux. LIÈGE Christine Legros : christine.legros@grignoux.be NAMUR Fabienne Crevits :fabienne.crevits@grignoux.be Les dossiers pédagogiques ÒÒPour chaque film, un dossier pédagogique est réalisé. ÒÒL’enseignant reçoit gratuitement le dossier par voie postale une dizaine de jours à l’avance. DOSSIER pédagogique ÒÒChaque dossier propose plusieurs pistes d’animation facilement exploitables en classe. Les animations – LIÈGE ÒÒDes animations sont proposées aux écoles du fondamental (maternel et primaire) de la LIÈGE animation région liégeoise après la vision de plusieurs films repris dans cette brochure : ces films sont signalés par le logo ci- dessus. ÒÒCes animations ont lieu dans les classes intéressées et sont assurées par des animatrices professionnelles. Leur prix est de 25 € par animation et par classe dans le maternel et de 40 € dans le primaire. ÒÒIl est indispensable de réserver ces animations auprès de Laurence Gales ou Noémie Theunissen aux Grignoux (04 222 27 78). Les animations – NAMUR ÒÒPlusieurs associations proposent des animations pour accompagner les films en NAMUR animation séances scolaires au Caméo à Namur. Ces animations sont brièvement décrites dans cette brochure aux pages des films concernés et sont signalées par le logo ci-dessus. Cycle thématique sur les migrations ÒÒ2 films + 2 animations à partir de 12 € / enfant (pour les écoles communales de la Ville de Liège, possibilité de paiement avec les Bons de la Ville). ÒÒEn plus des animations ordinaires, nous avons souhaité proposer aux classes de 5e et 6e primaire une thématique spécifique : les migrations. Ce sujet, largement relayé par les médias, est certainement source d’interrogations pour les enfants. C’est pourquoi nous vous proposons de découvrir d’autres réalités en choisissant 2 films parmi les 3 films ci-dessous. Après chacun des films, une animation aura lieu en classe. Je n’aime plus la mer, Enfants du Hasard, Comme un lion ÒÒPour davantage d’informations, contactez Laurence Gales (laurence@grignoux.be ou 04 222 27 78)

[close]

p. 5

Maternel page Drôles de petites bêtes 49 Ernest et Célestine en hiver 29 Kerity, la maison des contes 58 La Cabane à histoires 16 La Chouette entre veille et sommeil 54 La Fontaine fait son cinéma 39 La Grande Aventure de Non-Non 59 Laban et Labolina 19 Le Grand Méchant Renard et autres contes 18 Le Rat scélérat 40 Le Vent dans les roseaux 11 Les Nouvelles Aventures de Capelito 36 Lilla Anna 44 Mika & Sebastian, 43 l’aventure de la poire géante Monsieur Bout-de-Bois 31 Myrtille et la lettre au père Noël 25 Rita et Crocodile 7 TOUS LES FILMS L’agenda des séances scolaires est régulièrement actualisé et visible à la page : http://www.ecranlarge.be Primaire page Agatha, ma voisine détective 20 Blue 50 Comme un lion 55 Comment j’ai rencontré mon père 30 Croc-Blanc 33 Dilili à Paris 26 Drôles de petites bêtes 49 Enfants du Hasard 22 Ernest et Célestine en hiver 29 Gus, petit oiseau grand voyage 57 Iqbal, l’enfant qui n’avait pas peur 8 Je n’aime plus la mer 13 Kerity, la maison des contes 58 La Cabane à histoires 16 La Forteresse suspendue 60 Le Grand Méchant Renard et autres contes 18 Le Vent dans les roseaux 11 Le Voyage de Fanny 46 L’Extraordinaire Voyage du Fakir 32 Mika & Sebastian, 43 l’aventure de la poire géante Miraï, ma petite sœur 37 Reine d’un été 53 Rouge comme le ciel VF 56 Un conte peut en cacher un autre 35 Un sac de billes 6 Wallay 41 Wonder VF 10 Zombillénium 14 Secondaire page 120 battements par minute 48 BlacKkKlansman 21 Capharnaüm 27 Chez nous 9 Comme un lion 55 Comment j’ai rencontré mon père 30 En guerre 15 Enfants du Hasard 22 I Am Not Your Negro - VF 42 Je n’aime plus la mer 13 Knock 28 La Fête est finie 34 La Part sauvage 52 Le Procès du siècle 23 Les Chatouilles 51 Les Filles du soleil 45 Les Grands Esprits 12 L’Extraordinaire Voyage du Fakir 32 Noces 24 Qu’est-ce qu’on attend ? 47 The Circle – VO ou VF 17 Un sac de billes 6 Une affaire de famille 38 Wallay 41 We Stood Like Kings 61 Wonder VF 10

[close]

p. 6

primaire secondaire DOSSIER pédagogique 6 mardi 25 septembre à 9 h 30 vendredi 28 septembre à 9 h 15 mercredi 3 octobre à 9 h 30 lundi 8 octobre à 9 h 30 mardi 25 septembre à 9 h 45 mardi 2 octobre à 9 h 30 jeudi 4 octobre à 9 h 15 mardi 9 octobre à 9 h 30 Un sac de billes  un film de Christian Duguay France, 2016, 1 h 53 ÒÒAdapté d’un récit autobiographique de Joseph Joffo, Un sac de billes raconte le périple de deux enfants juifs qui, en 1942, quittent Paris pour échapper aux persécutions nazies et qui passent en zone dite « libre » où ils espèrent être en sécurité. Mais la menace nazie n’a pas disparu même si elle semble lointaine sur les bords ensoleillés de la Méditerranée, et toute la famille risque d’être encore confrontée à de rudes épreuves. ÒÒLe film de Christian Duguay, comme le roman dont il s’inspire, touche sans aucun doute un grand nombre de spectateurs, et cela pour de multiples raisons. D’abord, il évoque une des pages les plus sombres de l’histoire du xxe siècle, celle de la destruction des Juifs d’Europe par les nazis. Il raconte sur le vif comment les persécu- tions se sont déroulées, dans quel climat ont dû vivre (ou survivre) les victimes, de quelles complicités elles ont éventuellement bénéficié, mais également de quelles lâchetés et de quelles traîtrises ils ont pu être l’objet. La petite histoire, celle d’individus ordinaires obligés de continuer à vivre au quotidien, permet ainsi de mieux comprendre la Grande Histoire qui ne se résume pas à quelques dates ni à quelques événements-clés. Mais surtout, le film, se met à hauteur de deux enfants : Jo, dix ans à peine, et son grand frère Maurice à peine plus âgé. C’est leur regard sur le monde qui est privilégié, ce sont leurs soucis et leurs préoccupations d’enfants qui interpellent les spectateurs, c’est surtout leur entrée brutale dans l’âge adulte, marquée par la perte et le deuil, qui nous émeut et nous bouleverse. Certaines scènes comme celle où le père de famille interdit à Jo de révéler à quiconque qu’il est juif resteront longtemps en mémoire. Public ÒÒDe 9 à 12 ans Quelques aspects du film à exploiter ÒÒLe nazisme et la persécution des Juifs ÒÒÊtre séparé de sa famille ÒÒGrandir et devenir adulte ÒÒUn regard d’enfants ?

[close]

p. 7

maternel DOSSIER pédagogique LIÈGE animation 7 mercredi 26 septembre à 9 h 30 mardi 2 octobre à 9 h 45 mercredi 10 octobre à 9 h 45 jeudi 18 octobre à 9 h 30 vendredi 26 octobre à 9 h 45 vendredi 3 mai à 9 h 45 jeudi 9 mai à 9 h 30 mardi 14 mai à 9 h 30 mercredi 17 octobre à 10 h 15 mardi 25 septembre à 10 h 15 mercredi 26 septembre à 10 h 15 mardi 2 octobre à 10 h 15 mercredi 3 octobre à 10 h 15 jeudi 4 octobre à 10 h 15 vendredi 5 octobre à 10 h 15 lundi 8 octobre à 10 h 15 mardi 9 octobre à 10 h 15 jeudi 11 octobre à 10 h 15 mardi 16 octobre à 10 h 15 lundi 25 mars à 10 h 15 jeudi 4 avril à 10 h 15 Rita et Crocodile un programme de courts métrages d’animation de Siri Melchior Danemark/Grande-Bretagne, 2015, 40 mn, version française ÒÒRita et Crocodile est un programme de huit dessins animés de courte durée (4 à 5 minutes) qui mettent chacun en scène les aventures d’une fillette de quatre ans et de son ami reptile. Toutes les historiettes explorent le quotidien des deux compagnons installés chez la grand-mère de Rita – que nous ne verrons pourtant jamais –, révélant les différentes facettes de l’enfant face à une créature à la fois naïve, fantasque, rigolote et pleine de ressources. Au fil du programme, nous partageons ainsi leur découverte du monde et les expériences variées que la petite fille fait vivre à son inséparable compagnon en lui apprenant à bien se conduire au zoo, à dormir sous tente, à cueillir des myrtilles, à capturer un petit hérisson pour en faire leur animal de compagnie, à faire de la luge, à skier, à pêcher, et même à explorer l’espace ! ÒÒRita et Crocodile devrait ravir les tout petits de maternel dès l’âge de trois ou quatre ans. À travers le parcours de Rita, une fillette qui a approximativement le même âge qu’eux, le programme présente une occasion idéale pour les enfants d’exprimer leurs propres expériences de vie et les émotions qu’elles font naître, les relations d’amitié qu’ils entretiennent eux aussi avec des camarades réels ou imaginaires ainsi que la connaissance qu’ils ont du monde. Public ÒÒÀ partir de 3 ans Quelques aspects du film à exploiter ÒÒL’amitié ÒÒLes milieux de vie : la forêt, le jardin, le zoo, la montagne… ÒÒLa découverte de l’écriture ÒÒLes apprentissages ÒÒLes premières expériences de vie

[close]

p. 8

primaire DOSSIER pédagogique LIÈGE animation NAMUR animation jeudi 22 novembre à 9 h 30 mercredi 28 novembre à 9 h 30 jeudi 6 décembre à 9 h 45 jeudi 7 février à 9 h 30 mardi 12 février à 9 h 45 vendredi 15 février à 9 h 45 mercredi 26 septembre à 10 h 00 mardi 2 octobre à 10 h 00 mercredi 3 octobre à 10 h 00 vendredi 5 octobre à 10 h 00 jeudi 11 octobre à 10 h 00 vendredi 10 mai à 10 h 00 jeudi 16 mai à 9 h 45 8 Iqbal, l’enfant qui n’avait pas peur un film d’animation de Michel Fuzellier et Babak Payami Public France, 2016, 1 h 20 ÒÒDe 7 ans à 12 ans ÒÒIqbal vit dans la montagne avec sa maman et son frère. Mais celui-ci est malade et il faut des médicaments pour le guérir. Iqbal a le cœur sur la main : il est tout prêt à vendre sa petite chèvre adorée ÒÒCette histoire s’inspire de la vie d’Iqbal Masih, un enfant pakistanais qui a été exploité des années durant dans un atelier de fabrication de tapis. La séquestration, les conditions de travail pénibles, la com- Quelques aspects du film à exploiter ÒÒL’exploitation des enfants par le travail ÒÒLa fiction « basée sur une histoire vraie » ÒÒFaut-il travailler pour grandir ? (un cadeau de son papa) pour acheter le plicité des consommateurs occidentaux : remède. Le voilà parti seul en ville. Mais tous ces aspects de l’exploitation des au marché, il rencontre un homme prêt à l’aider qui lui propose beaucoup mieux qu’un prix pour sa chèvre : un travail qui lui permettra de gagner de l’argent et de garder l’animal. Mieux encore, cet homme va acheter lui-même les médicaments enfants par le travail sont abordés dans le film, mais jamais brutalement. La vraie histoire d’Iqbal Masih, bien plus tragique encore, est ici romancée de manière à sensibiliser le jeune public avec intelligence et subtilité. À Namur, le CNCD 11.11.11 propose une animation en classe pour poursuivre la projection du film. Réservation obligatoire : namur@cncd.be pour Aziz et les apporter à la maison, juste après avoir conduit Iqbal à l’atelier… Erreur fatale pour Iqbal que de faire confiance à un inconnu ! Les Jeunesses Musicales Namur proposent une animation en classe (2 x 1 h 30 avant la projection). Tarif : 100 € par classe. Réservation obligatoire : 081 74 63 53 ou jmn@jeunessesmusicales.be

[close]

p. 9

secondaire DOSSIER pédagogique NAMUR animation 9 lundi 24 septembre à 9 h 30 vendredi 28 septembre à 9 h 30 vendredi 5 octobre à 9 h 15 jeudi 11 octobre à 9 h 30 mercredi 3 octobre à 9 h 30 jeudi 4 octobre à 9 h 30 mercredi 10 octobre à 9 h 30 Chez Nous un film de Lucas Belvaux France/Belgique, 2017, 1 h 24 ÒÒJeune mère célibataire vivant dans le nord de la France, Pauline est infirmière à domicile. À ce titre, elle côtoie quotidiennement la souffrance et la misère sociale. Entre l’éducation de ses enfants, les soins apportés aux patients et le temps consacré aux multiples tâches que réclame l’état de santé préoccupant de son père, Pauline n’a pas le temps de penser à elle ni à sa vie. À l’occasion de l’entraînement de foot auquel participe son fils Tom, elle retrouve par un hasard Stéphane, son amour de jeunesse, avec qui elle va renouer. C’est aussi à ce moment-là que le Docteur Berthier, médecin de famille très présent lors de la fin de vie et du décès de sa mère, lui propose de se présenter aux élections municipales sur la liste du Rassemble- ment National Populaire, un parti identitaire dérivé du Bloc. ÒÒÀ travers le parcours de cette jeune femme, le réalisateur belge Lucas Belvaux s’attache à ausculter de près la manière dont fonctionnent les partis d’extrême droite : comment ils exploitent les régions économiquement sinistrées et la désespérance sociale liée à ce déclin ; comment ils tirent profit du climat anxiogène ambiant ; comment ils s’emploient à lisser leur image ; comment ils masquent une idéologie haineuse et raciste en s’appropriant des valeurs démocratiques fondamentales comme la liberté ou la justice sociale ; comment, enfin, ils créent de l’empathie en disant partager les difficultés des gens et en se présentant dès lors comme seuls capables d’y apporter de vraies solutions… Public ÒÒÀ partir de 15 ans, notamment dans le cadre des cours d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté, de français et de sciences sociales. Quelques aspects du film à exploiter ÒÒU ne stratégie du leurre ÒÒL es mécanismes de manipulation ÒÒ Le terreau de l’extrême droite ÒÒ Les choix de mise en scène cinématographique À Namur, l’asbl AFICO propose une animation en classe pour poursuivre la projection du film : Élections, pourquoi et comment ? Infos et Réservation : 081 64 99 55

[close]

p. 10

primaire secondaire DOSSIER pédagogique 10 jeudi 4 octobre à 9 h 30 mercredi 10 octobre à 9 h 30 mardi 16 octobre à 9 h 30 mardi 23 octobre à 9 h 15 vendredi 26 octobre à 9 h 15 mardi 16 octobre à 13 h 30 vendredi 5 octobre à 9 h 30 mercredi 10 octobre à 9 h 45 jeudi 11 octobre à 9 h 30 vendredi 12 octobre à 9 h 30 mardi 16 octobre à 9 h 30 mercredi 17 octobre à 9 h 30 lundi 22 octobre à 9 h 30 mercredi 24 octobre à 9 h 30 Wonder un film de Stephen Chbosky États-Unis, 2017, 1 h 51, version française (version originale à la demande) ÒÒAuggie, dix ans, souffre d’une anomalie génétique qui a déformé son visage et lui a valu de multiples opérations chirurgicales. Aussi dès sa naissance, sa mère a fait le choix de mettre sa vie entre parenthèses pour l’accompagner dans ses nombreux séjours hospitaliers et s’occuper de son instruction. C’est à la veille de sa rentrée au collège que débute le film, un moment très chargé en émotions et dominé par l’anxiété pour l’enfant mais aussi pour ses parents et sa grande sœur Via. Et cette première expérience en dehors du cocon familial va effectivement se révéler très difficile pour l’enfant, exposé pour la première fois au regard des autres et aux sarcasmes des enfants de son âge… Soutenu par son entourage et le personnel de l’école, il parviendra pourtant, à force de courage et de détermination, à se faire de vrais amis et à trouver sa place au sein de l’école, pour son plus grand bonheur et celui de sa famille. ÒÒLe parcours d’Auggie est, pour le réalisateur de Wonder, l’occasion de délivrer une grande leçon de tolérance et de vivre ensemble où il est question de bienveillance, d’ouverture aux autres et d’acceptation de soi. Mise en scène de façon à susciter une grande empathie envers cet enfant différent mais aussi vis-à-vis d’autres personnages comme sa grande sœur Via, les situations du film ne manqueront pas de toucher les adolescents et adolescentes ni de questionner les jugements hâtifs qu’ils sont, comme chacun d’entre nous, susceptibles de porter sur les autres et le monde qui les entoure. Public ÒÒÀ partir de 10 ans Quelques aspects du film à exploiter ÒÒQ ue d’émotions ! ÒÒH andicap physique et regard des autres ÒÒ Le harcèlement scolaire ÒÒL e sens des valeurs

[close]

p. 11

maternel primaire DOSSIER pédagogique LIÈGE animation NAMUR animation vendredi 23 novembre à 9 h 30 mercredi 28 novembre à 9 h 45 jeudi 6 décembre à 9 h 30 mardi 19 février à 9 h 30 jeudi 21 février à 9 h 45 mercredi 27 février à 9 h 45 lundi 8 octobre à 10 h 00 mardi 9 octobre à 10 h 00 vendredi 12 octobre à 10 h 15 mercredi 17 octobre à 10 h 00 jeudi 18 octobre à 10 h 15 lundi 22 octobre à 10 h 15 11 Le Vent dans les roseaux un programme de 5 courts métrages d’animation d’Anaïs Sorrentino, Arnaud Demuynck, Madina Ishkakova, Rémi Durin et Nicolas Liguori. France/ Belgique/ Suisse, 2017, 1 h 02 ÒÒLe programme Le Vent dans les roseaux est le troisième volet de la série La Chouette fait son cinéma. Un air de liberté souffle dans ce programme et pour cause, les cinq histoires qui le composent ont été réunies autour de ce thème et ont pour titres Dentelles et Dragons, La Chasse au dragon, La Petite Fille et la Nuit, La Licorne et enfin, Le Vent dans les roseaux qui donne son nom à l’ensemble du programme. ÒÒLes décors et les musiques de film s’inspirent librement du Moyen-Âge, chacune des histoires tend vers le conte et le merveilleux et a surtout pour héros… une héroïne ! Si chacun des films réalisé par un artiste différent possède sa propre identité visuelle, le programme qui les rassemble a été composé de manière harmonieuse et permet de nombreux liens entre eux, tant sur le fond que sur la forme. Public ÒÒDe 5 à 8 ans environ Quelques aspects du film à exploiter ÒÒLa musique ÒÒLa liberté ÒÒL’entraide ÒÒLa nature ÒÒLes contes ÒÒLe merveilleux Les Jeunesses Musicales Namur proposent une animation en classe (2 x 1 h 30 avant la projection). Tarif : 100 € par classe. Réservation obligatoire : 081 74 63 53 ou jmn@jeunessesmusicales.be

[close]

p. 12

secondaire DOSSIER pédagogique 12 mardi 9 octobre à 9 h 30 vendredi 12 octobre à 9 h 15 jeudi 18 octobre à 9 h 15 mercredi 24 octobre à 9 h 30 mercredi 14 novembre à 9 h 15 jeudi 29 novembre à 9 h 30 lundi 8 octobre à 9 h 30 vendredi 12 octobre à 9 h 45 mardi 16 octobre à 9 h 45 jeudi 18 octobre à 9 h 30 mardi 23 octobre à 9 h 15 Les Grands Esprits un film d’Olivier Ayache-Vidal France, 2017, 1 h 46 ÒÒFrançois Foucault est professeur de lettres au prestigieux lycée Henri IV à Paris où il fréquente les milieux huppés et intellectuels. Piégé par une parole malheureuse, il se retrouve à officier dans un collège de banlieue où ses conceptions pédagogiques sur le nécessaire effort et la légitime autorité des maîtres sont confrontées à une dure réalité de terrain. On pourrait craindre une comédie caricaturale, mais le film, grâce notamment à la belle prestation d’acteur de Denis Podalydès, échappe aux poncifs sur la banlieue comme sur les enseignants. Sans se trahir en effet, François va évoluer et, sans démagogie, parvenir à remplir sa mission d’enseignant. Ce n’est pas le professeur miraculeux, mais l’honnêteté du personnage lui permettra de surmonter les principaux obstacles. Et les élèves vont eux aussi évoluer en direction de cet enseignant atypique. ÒÒCette comédie parvient tour à tour à nous faire rire, à nous émouvoir, à nous faire réfléchir et à nous donner un vif espoir dans les missions de l’école. Elle permettra aux élèves de réfléchir sur le rôle de l’école dans le développement personnel mais également d’aborder la question des inégalités sociales et culturelles qui traversent de façon diffractée le monde scolaire. Cette comédie retiendra aussi bien l’attention des professeurs de sciences humaines que de philosophie et d’éducation à la citoyenneté. Public ÒÒÀ partir de 13 ans environ. Cette comédie sera vue avec plaisir par un large public scolaire. Quelques aspects du film à exploiter ÒÒLa place de l’école dans la société ÒÒInégalités sociales, inégalités culturelles ÒÒC’est quoi un bon professeur ? ÒÒBons et mauvais élèves, pourquoi ?

[close]

p. 13

primaire secondaire DOSSIER pédagogique LIÈGE animation mardi 9 octobre à 9 h 30 vendredi 12 octobre à 9 h 30 mercredi 17 octobre à 9 h 30 jeudi 18 octobre à 9 h 45 lundi 22 octobre à 9 h 45 jeudi 25 octobre à 9 h 15 vendredi 12 octobre à 13 h 30 mercredi 10 octobre à 10 h 00 lundi 15 octobre à 9 h 45 jeudi 18 octobre à 9 h 45 mardi 23 octobre à 10 h 00 jeudi 25 octobre à 9 h 30 lundi 5 novembre à 9 h 45 13 Je n’aime plus la mer un film d’Idriss Gabel Belgique, 2018, 1 h 08 ÒÒJe n’aime plus la mer est un documentaire poignant sur la situation des réfugiés, réalisé à partir de témoignages d’enfants parvenus dans un centre d’accueil de la Croix-Rouge de Belgique au terme d’un parcours long et particulièrement pénible. Ayant fui l’Irak, l’Afghanistan ou l’Érythrée avec leurs proches, ils y sont en attente d’un « positif », autrement dit d’une décision favorable du Commissariat Général aux Réfugiés et aux Apatrides (CGRA) chargé d’examiner le bien-fondé de leur demande d’asile et de statuer sur leur cas. Entre l’école, où ils apprennent entre autres à parler et lire le français, et le centre où ils se font rapidement de nouveaux amis, la vie quotidienne de ces enfants reste profondément marquée par un déracinement brutal, le traumatisme du voyage ainsi que les violences et exactions subies dans leurs pays d’origine. ÒÒÀ l’heure où la question de l’accueil des réfugiés se pose de façon cruciale suite à la recrudescence des conflits et actes terroristes dans le monde, et dans la mesure où cette question se trouve au cœur d’une actualité très souvent dramatique, ce film à hauteur d’enfants représente une occasion unique de sensibiliser le public scolaire au parcours de survie entamé par des migrants simplement en quête de sécurité pour eux-mêmes et leurs familles. Je n’aime plus la mer offre en outre une belle opportunité pour les enfants et jeunes adolescents de découvrir le documentaire et ses spécificités. Public ÒÒÀ partir de 10 ans Quelques aspects du film à exploiter ÒÒNos représentations à l’épreuve de témoignages poignants ÒÒMigrants/demandeurs d’asile/réfugiés ÒÒLa vie quotidienne des demandeurs d’asile en Belgique ÒÒLes routes migratoires ÒÒLa mise en scène d’un documentaire

[close]

p. 14

primaire DOSSIER pédagogique 14 mercredi 24 octobre à 9 h 15 mardi 6 novembre à 9 h 15 jeudi 8 novembre à 9 h 30 mardi 13 novembre à 9 h 30 lundi 15 octobre à 10 h 00 jeudi 18 octobre à 10 h 00 mercredi 24 octobre à 10 h 00 vendredi 26 octobre à 10 h 15 Zombillénium un dessin animé de Arthur de Pins et Alexis Ducord France, 2017, 1 h 20 ÒÒZombillénium est un parc d’attractions autour du thème des monstres, mais ce que ne savent pas les visiteurs, c’est que les zombies, vampires, loups-garous et autres démons qu’ils côtoient durant la visite sont de vrais monstres dont l’âme appartient au Diable pour l’éternité ! Un jour, Hector, un jeune agent de l’administration, vient contrôler les normes de sécurité et menace le responsable de fermer le parc pour des manquements divers. Francis, le vampire directeur du Parc, n’a pas d’autre choix que de le faire passer de vie à trépas ! Hector devient le dernier engagé du parc qu’il va néanmoins peut-être sauver de la faillite. Le parc est en effet situé dans une région touchée par la désindustrialisation, et la fréquentation est en chute libre ! ÒÒVoici un dessin animé qui ne ressemble à aucun autre même s’il est tiré d’une bande dessinée à succès. On retrouve bien sûr toute une série de figures classiques du cinéma fantastique, mais les monstres sont ici aussi sympathiques que souriants (enfin pas tous…) ! En outre, plutôt que de se passer dans une région éloignée des Carpathes, le film plante son décor dans le nord de la France, là où les traces des charbonnages et de la vie des mineurs sont encore bien présentes. C’est le début d’une aventure étonnante puisque Hector, loin de se résoudre à son triste sort, est prêt à tout entreprendre pour retrouver sa fille Lucie qui ne connaît rien de son triste sort. Zombillénium est le film idéal pour une sortie à Halloween et pour aborder tous les thèmes qui lui sont liés : pourquoi sommes-nous fascinés par les zombies et autres morts-vivants ? Pourquoi la laideur de tous ces monstres nous attire-t-elle ? D’où proviennent ces étranges traditions et quelles en sont les principales formes ? Public ÒÒÀ partir de 9 ans Quelques aspects du film à exploiter ÒÒZombies, loups-garous et autres vampires ÒÒMais d’où viennent tous ces montres ? ÒÒUne esthétique de la laideur ?

[close]

p. 15

secondaire DOSSIER pédagogique NAMUR animation 15 mardi 16 octobre à 9 h 15 vendredi 19 octobre à 9 h 15 vendredi 26 octobre à 9 h 30 mardi 6 novembre à 9 h 30 jeudi 8 novembre à 9 h 30 jeudi 15 novembre à 9 h 30 mercredi 21 novembre à 9 h 30 mardi 27 novembre à 9 h 15 lundi 15 octobre à 9 h 30 vendredi 19 octobre à 9 h 30 mardi 23 octobre à 9 h 30 vendredi 26 octobre à 9 h 45 mardi 6 novembre à 9 h 30 jeudi 8 novembre à 9 h 30 En guerre un film de Stéphane Brizé France, 2018, 1 h 42 ÒÒ1 100 personnes licenciées. Voilà ce que promet la fermeture de l’usine Perrin Industrie, dans le sud-ouest de la France, fermeture décidée à distance par la direction allemande. Les travailleurs s’opposent naturellement à ce verdict : le groupe est largement bénéficiaire, la région n’offre pas d’autres perspectives d’emploi. Et puis, en échange de sacrifices assez considérables, les travailleurs ont obtenu la garantie que l’usine tienne au moins 5 ans. Mais cette promesse faite il y a deux ans est aujourd’hui abolie. Trahis, les ouvriers bloquent le site et cherchent à négocier. Mais entre la direction française qui se prétend impuissante, le PDG allemand qui ne daigne pas leur répondre et l’État français qui propose une timide médiation, ils ont bien du mal à trouver un interlocuteur valable… En première ligne de cette lutte, Laurent Amedeo, délégué CGT, est prêt à tout pour sauver l’usine. ÒÒStéphane Brizé se place au cœur d’une lutte extrêmement âpre, et au plus près des hommes et des femmes qui la mènent. Il dénonce ainsi la langue de bois pratiquée par les dirigeants d’entreprise, leur mépris pour les personnes qu’ils emploient, mais aussi les dissensions internes du monde ouvrier, là où les puissants, eux, font bloc. Si la notion de violence symbolique a un sens, c’est bien dans cette situation qu’elle s’applique de la façon la plus cruelle. En guerre pourra être exploité dans le cadre des cours de sciences sociales, d’économie, de morale ou de philosophie. Sa mise en scène remarquable pourra également être interrogée dans le cadre de l’éducation artistique et médiatique. Public ÒÒCe film coup de poing s’adresse aux adolescents à partir de 15 ans, environ. Quelques aspects du film à exploiter ÒÒQuelle place pour l’Homme dans une économie mondialisée ? ÒÒLes formes de la lutte syndicale ÒÒQuel avenir pour la classe ouvrière ? ÒÒUne autre façon de montrer la grève ÒÒLa violence symbolique À Namur, l’asbl AFICO propose une animation en classe pour poursuivre la projection du film : Qu’est-ce qu’un syndicat ? Infos et Réservation : 081 64 99 55

[close]

Comments

no comments yet