Signalisation routière et urbaine

 

Embed or link this publication

Description

Catalogue Emrodis de signalisations routières et signalétiques urbaines

Popular Pages


p. 1

Signalisation & signalétique routières et urbaines Guide des produits

[close]

p. 2

Maîtriser de très nombreux savoir-faire pour assurer votre sécurité Cintrage Découpe 6 Soudure Injection

[close]

p. 3

FRANCE F Innover et maîtriser ABRIQUÉ EN FRANCE F ABRIQUÉ EN Graphisme Contrôle Collage Sérigraphie Conditionnement Assemblage 7

[close]

p. 4

La sécurité routière Définition de la signalisation routière La signalisation routière a pour objet : - de rendre plus sûre la circulation routière, - de faciliter cette circulation. - d’indiquer ou de rappeler diverses prescriptions particulières de police, - de donner des informations relatives à l’usage de la route. Un réseau très divers avec des particularités - une organisation administrative avec une répartition des res- ponsabilités parfois complexe : • Le réseau routier national autoroutes et RN : le préfet et parfois le maire la société concessionnaire ou la direction interdépartementale des routes. • Le réseau départemental : le président du conseil général, et parfois le maire voire le préfet. • L e réseau communal : le maire, et parfois le préfet - à Paris le maire et le préfet de Police. Des types de voies : - les autoroutes, - les routes à caractéristiques auto-routières, - les routes bi-directionnelles, - les rues. Des spécificités : - Intersections tunnels, passages à niveau, zone 30, de ren- contre, aire piétonne, voie verte, pistes cyclables, trottoirs... La règle c’est le code de la route La signalisation routière est le langage officiel permettant d’organiser la circulation au sein d’un espace public à partager entre des modes de déplacement. Le code de la route - Il précise l’exercice du pouvoir de police de la circulation en rappelant les règles fixées par la code général des collectivités territoriales pour la maire, le président du conseil général et les autres collectivités territoriales. Il définit la compétence en matière d’implantation de signalisation routière. - L e droit de placer en vue du public par tous les moyens appro- priés des indications ou signaux concernant à un titre quelconque, la circulation n’appartient qu’aux autorités chargées des services de la voirie. Il donne son fondement à la signalisation - U n arrêté conjoint du ministre chargé de la voirie nationale et du ministre de l’Intérieur fixe les conditions dans lesquelles elle est établie. - E lle est destinée à «signifier une prescription de l’autorité investie du pouvoir de police ou donner une information aux usagers». - Les dispositions prises par les autorités compétentes ne sont opposables aux usagers que si elles font l’objet de mesures de signalisation correspondantes. La Convention de Vienne - R elatif à la signalisation des routes et autoroutes définit les signaux routiers pouvant être mis en vue des usagers sur les routes ouvertes à la circulation publique. L’instruction interministérielle sur la signalisation routière (IISR) C ’est la «boîte à outil» avec le mode d’emploi de la signalisation pour les autorités en charge de la voirie. Elle fixe : - la composition des panneaux (dimension, type de caractères couleur), - leur mode d’association (position des registres, panneaux/panonceaux), - les modalités d’implantation (distance séquences) etc. Elle est complétée par des documents techniques (guides et notices sur un domaine d’emploi spécifique). Ses principes de mise en œuvre «Une signalisation doit être respectable pour être respectée» 1- La visibilité C’est la condition première de l’efficacité d’une signalisation routière. Elle requiert des règles : - d’implantation pour être vue en position de conduite (au bord ou au-dessus de la chaussée, doublement éventuel absence de masques). - de dimension (le dimensionnement intéresse les différentes composantes du panneau et est fonction de la vitesse pratiquée). - de perception de nuit ou par mauvais temps (signaux lumineux, rétro-éclairés rétro-réfléchissants, couleur de marquage). - de maintenance (entretien et remplacement, nettoyage des abords). 2- La lisibilité Le message que la signalisation délivre doit être compris par ceux auquel il s’adresse. Participent à la lisibilité : - L ’uniformité : elle implique l’interdiction d’utiliser des signaux non réglementaires. - L ’homogénéité : elle exige que, dans des conditions identiques, l’usager rencontre des signaux de même valeur et de même portée implantés suivant les mêmes règles. - L a simplicité et la concentration : la première demande de limiter le nombre de panneaux et de mentions la seconde de les associer par destination. - L a cohérence : elle proscrit les indications contradictoires et exige la continuité du message (présignalisalion et signalisation de position, prescription et fin de prescription, jalonnement des itinéraires). - L’adaptabilité : elle conditionne l’emploi de signaux non permanents (signalisations temporaire et dynamique) à la nécessité de prendre en compte l’évolution de l’évènement signalé. C’est la référence internationale qui pose le principe de «l’uniformité internationale des signaux et symboles routiers et des marques routières nécessaire pour faciliter la circulation routière internationale et pour accroître la sécurité sur la route». L’arrêté du 24 novembre 1967 Norme et réglementation 11

[close]

p. 5

Norme et réglementation Types de panneaux. Les panneaux et les dispositifs de signalisation se répartissent en plusieurs catégories en fonction du type d’information qu’ils donnent. Type A - Panneaux de danger. Type AB - Panneaux d’intersection et de priorité. Type B - Panneaux de prescription se subdivisant en : - panneaux d’interdiction, - panneaux d’obligation, - panneaux de fin de prescription. Type C - Panneaux d’indications utiles pour la conduite des véhicules. Type CE - Panneaux d’indication des services pouvant être utiles aux usagers de la route. Types D, Dp et Dv - Panneaux de signalisation de repérage. Type De - Panneaux de signalisation d’information locale. Type E - Panneaux et dispositifs d’identification de voirie. Type EB - Panneaux de début et de fin d’agglomération. G1 Circuit des Châteaux et Demeures illustres Type G - Panneaux de position des passages à niveau. G3 Type H - Panneaux de signalisation d’intérêt culturel et touristique. G1a G1bType SR - PaGn1cneaux d’information de sécurité routière. Types AK, K, KC et KD - Panneaux de signalisation temporaire. Types R et KR - Feux d’alerte, feux de circulation et feux d’affectation de voies. Type J - Balises. Principes de base de la signalisation. Dans la conception et l’implantation de la signalisation routière, on ne doit jamais perdre de vue les conditions de sa perception par l’usager qui se déplace souvent à grande vitesse et dont l’attention est sollicitée par les exigences de la conduite. Pour être utile, la signalisation doit être efficace, ce qui implique le respect des 5 principes suivants : A- Principe de valorisation. L’inflation des signaux nuit à leur efficacité. Il ne faut donc en placer que s’ils sont jugés utiles1. (1L’expérience prouve qu’il y a intérêt à inspecter périodiquement la signalisation de jour comme de nuit, avec un «œil neuf» pour faire disparaître les panneaux superflus ou remédier aux insuffisances éventuelles.) B- Principe de concentration. Lorsqu’il est indispensable que plusieurs signaux soient vus en même temps ou à peu près en même temps, on doit les implanter de façon que l’usager puisse les percevoir d’un seul coup d’œil, de nuit comme de jour. Il y a intérêt à grouper deux signaux sur un même support lorsque les deux indications se rapportant au même point se complètent l’une l’autre (par exemple passage à niveau et cassis, ou encore feux de circulation et passage de piétons). C- Principe de lisibilité. Il ne faut pas demander à l’automobiliste un effort de lecture ou de mémoire excessif. On doit donc réduire et simplifier les indications au maximum et le cas échéant répartir les signaux sur plusieurs supports échelonnés. Des expériences ont montré que l’observateur moyen ne peut d’un seul coup d’œil percevoir et comprendre plus de deux symboles. D- Principe d’adaptation La signalisation temporaire ou dynamique doit être adaptée aux circonstances pour lesquelles elle est mise en oeuvre, afin d’assurer la sécurité des usagers et du personnel. E- Principe de cohérence La signalisation temporaire ou dynamique peut donner des indications différentes de celles de la signalisation permanente déjà en place. Sauf cas particulier, les panneaux de signalisation permanente concernés doivent alors être masqués provisoirement, pour éviter une contradiction susceptible de créer un trouble à la circulation. 12

[close]

p. 6

Norme et réglementation La gestion de parcs de panneaux Gérer votre parc de panneaux : une obligation légale. S’il est avéré que dans les circonstances d’un accident la signalisation est : mal implantée, en mauvais état, non conforme, confuse, peu visible, une responsabilité pénale des membres des collectivités locales peut être reconnue pour mise en danger délibéré d’autrui. Surveillez le vieillissement de votre parc de panneaux. Après 8 ans en Classe 1 ou 12 ans en Classe 2, il est recommandé de changer un panneau. En l’absence d’obligation réglementaire, dès que les valeurs de rétroréflexion du panneau sont inférieures à 70 % des valeurs minimales à l’état neuf. Les pouvoirs de police Qui à le pouvoir de quoi ? Type de voie Propriétaire Etat Département Pouvoir de police hors agglomération Préfet Président du C.G. Commune Maire Pouvoir de police en agglomération Maire Maire Maire Gestionnaire Obligations D.I.R C.T.D. / B.I.P. B.I.P. / Services tech. municipaux Panneau de police certifié équipement de la route, affecté et implanté au bon endroit, non dégradé, parfaitement visible de jour comme de nuit. DIR : Direction Interrégionale des Routes CTD : Centre Technique Départemental BIP : Bureau d’Ingénierie de Proximité Limites d’agglomération • Fixées par arrêté du maire. A noter : • D ans le cas de routes RN et RD classées à grande circulation en agglomération, le pouvoir de police est détenu par le préfet. • Sont soumis au contrôle du préfet tout arrêté de police de circula- tion et de stationnement du maire. Limite d’agglomération Maire Président du C.G. Préfet Maire des autres communes Signalisation EB10 • La police de circulation est exercée par le maire. • Le maire est juridiquement responsable de son réseau, du bon fonctionnement et de l’état de celui-ci. • L’automobiliste doit circuler à 50 km/h. Entrées et sorties d’agglomération L’agglomération est un espace composé d’immeubles et de maisons et dont l’entrée et la sortie sont matérialisées par des panneaux placés le long de la route qui la traverse ou la borde. 13

[close]

p. 7

La rétroréflexion Tous les panneaux doivent être rétroréfléchissants de classe 1 minimum. Qu’est-ce que la rétroréflexion › L a rétroréflexion désigne la quantité de lumière renvoyée par un marquage appliqué sur la chaussée ou par un panneau de signalisation. Ainsi, les panneaux sont vus de manière semblables de jour comme de nuit. › P ensez-y quand vous faites le choix du film sur vos panneaux. Ce que dit la réglementation › L es panneaux et panonceaux de signalisation doivent être visibles et garder le même aspect de nuit comme de jour.Ils sont tous rétroréfléchissants.La rétroréflectorisation porte sur toute la surface des panneaux à l’exception des parties noires. › P our les panneaux installés sur un même support, l’utilisation de revêtements rétroréfléchissants de classes différentes est interdite. Les classes de film Les films rétroréfléchissants sont identifiés selon trois classes relatives à leur performance de rétroréflexion. Leur principe de rétroréflexion s’appuie sur une technologie dite «à microbilles» ou une technologie dite «à microprismes». Classe 1 revêtement microbille GARANTIE 7 ans Classe 2 revêtement microbille Haute Intensité GARANTIE 10 ans Classe 1 : Cette classe de revêtement correspond au niveau de service minimal sur les réseaux en rase campagne et en agglomération. • Performance minimale de rétroréflexion : 50 cd/lux/m2 Classe 2 microprismatique GARANTIE 12 ans 14 Classe 2 : En rase campagne, le revêtement de classe 2 est utilisé pour tous les panneaux et panonceaux implantés à plus de 2 m de hauteur et pour tous les panneaux et panonceaux implantés sur autoroutes et sur routes à grande circulation, quelle que soit leur hauteur. En agglomération, il est utilisé pour les panneaux de type AB ainsi que pour tous les panneaux implantés dans les sections où la vitesse est relevée à 70 km/h. • P erformance minimale de rétroréflexion : 180 cd/lux/m2 Classe 2 microprismatique : Le revêtement de classe 2 microprismatique peut être employé pour tous les panneaux implantés à plus de 2 m. En agglomération, il peut aussi être utilisé pour les panneaux de type AB ainsi que pour tous les panneaux implantés dans les sections où la vitesse est relevée à 70 km/h. • P erformance minimale de rétroréflexion : 425 cd/lux/m2

[close]

p. 8

Norme et réglementation La signalisation PMR* *Personne à Mobilité Réduite Ce que dit la réglementation › Par la loi du 11 février 2005, la réalisation d’un diagnostic et l’élaboration d’un plan de mise en accessibilité est obligatoire pour toute commune ou intercommunalité, sans limitation de population. Ce diagnostic devait être terminé pour le 23 Décembre 2009, il concerne aussi bien la voirie que les ERP (Etablissements Recevant du Public). Les communes de plus de 5000 habitants ont obligation de créer une commission d’accessibilité. C’est l’arrêté du 15 Janvier 2007 qui fixe l’ensemble des nouvelles prescriptions techniques réglementaires, et, en conséquence : › Tous les travaux neufs de voirie réalisés sur les cheminements à rendre accessibles doivent obligatoirement intégrer les nouvelles exigences, depuis 2007. › Pour les équipements existants sur les cheminements, la commune définit elle-même ses objectifs de mise en conformité. 1 Le stationnement pour personnes handicapées à mobilité réduite (GIC, GIG) est réalisé par un panneau B6d complété d’un panonceau M6h, pour les emplacements sur chaussée et hors chaussée. 2 Les bornes et poteaux comportent une partie contrastée, constituée d’une bande d’au moins 10 cm de hauteur entre 1,20m et 1,40 m du sol. Ce contraste est réalisé dans la partie haute des bornes et poteaux d’une hauteur inférieure ou égale à 1,3 m. La hauteur de la partie contrastée peut alors être adaptée si elle permet d’atteindre un résultat équivalent. 3 S’ils ne peuvent être évités sur le cheminement, les obstacles répondent aux exigences suivantes : s’ils sont en porte-à-faux, ils laissent un passage libre d’au moins 2,20 m de hauteur. 4 Tout mobilier urbain sur poteaux ou sur pieds comporte un élément bas situé à l’aplomb des parties surélevées lorsque celles-ci ne ménagent pas un passage libre d’au moins 2,20 m de hauteur. Cet élément est installé au maximum à 0,40 m du sol. 5 La largeur et la hauteur des bornes et poteaux respectent un abaque de détection d’obstacle représenté dans l’annexe 3 du présent arrêté. 5 4 4 3 2 1 15

[close]

p. 9

Signalisation de police 16 17 Norme et réglementation 19 Présentation gammes police Ecolign, Bretagne, Europ 22 Signaux de danger type A Panonceaux de type M pour signaux de type A Panneaux clignotants à énergie solaire 24 Signaux d’intersection et de priorité type AB Panonceaux de type M pour signaux de type AB 26 Signaux d’interdiction et fin d’interdiction type B 28 Signaux d’obligation et fin d’obligation type B Girakub’ Signaux relatifs au stationnement, aux zones de stationnement et aux nouvelles zones de circulation type B Autres signaux d’indication type B30 & B51 Panonceaux pour signaux type B 32 Signaux relatifs aux nouvelles zones de circulation type C 33 Signaux d’indication des services type CE Panonceaux pour signaux type C & CE 34 Autres signaux d’indication type C3, C14 & C25 35 Balisettes J1-J3, balise de virage et d’obstacles J4 36 Balises de tête d’îlot J5, Panneaux auto-relevables, balises J7 J10, A7 / A8 bis & signalisation de type G 37 Balisettes auto-relevables J11/J12, balises J13 38 Balises de musoir J14A, miroirs routiers inox incassables 39 Ralentisseurs, coussins Berlinois, signalisation ralentisseurs 40 Plaquettes de jalonnement, bornes kilométriques 41 Poste téléphone DP1a - DP1b, panonceaux MF, panonceaux M12a, portiques de gabarit

[close]

p. 10

Signalisation POLICE Réglementation Signalisation Police Panneaux de police types A, AB, B, C, CE, balisettes J, Panneaux de position de passage à niveau G & panonceaux M Les types de panneaux de police Les panneaux et les dispositifs de signalisation se répartissent en plusieurs catégories en fonction du type d’information qu’ils donnent. Type A - Panneaux de danger. Type AB - Panneaux d’intersection et de priorité. Type C - Panneaux d’indications utiles pour la conduite des véhicules. Type CE - Panneaux d’indication des services. Type B - Panneaux de prescription se subdivisant en : - panneaux d’interdiction. - panneaux d’obligation. - panneaux de fin de prescription. Taille des panneaux Gammes MINIATURE PETITE Triangles 500 mm 700 mm NORMALE 1000 mm GRANDE TRÈS GRANDE 1250 mm 1500 mm Disques 450 mm 650 mm 850 mm 1050 mm 1250 mm Octogones 400 mm 600 mm 800 mm 1000 mm 1200 mm Carrés 350 mm 500 mm 700 mm 900 mm 1050 mm Type J Type G Type M Utilisation (règle générale) exclusivement en ville si difficulté d’implantation si difficulté d’implantation gamme normale sur autres routes sur routes à chaussées séparées sur autoroutes Les panonceaux type M Le panonceau est utilisé chaque fois qu’il est nécessaire de donner une ou des informations supplémentaires à celles du signal. Les dimensions Les dimensions des panonceaux M1 à M11 varient en fonction du panneau qu’ils complètent. Elles sont les suivantes : Hauteur en mm Longueur en mm 350 500 700 900 1000 1200 1500 150 • • 200 • • 250 • • 300 • • 350 • • • 400 • 500 • • • 600 • • 700 • Règles d’arrondis des panonceaux type M1 et M2 Type A Panneaux de danger avec panonceau M1. La distance portée sur les panonceaux M1 ou M2 est arrondie : • Au kilomètre le plus voisin si elle est supérieure à 5 km, • A u demi-kilomètre le plus voisin si elle est comprise entre 2 km et 5 km (par exemple 2,5 km), • Aux 100 m les plus voisins si elle est comprise entre 500 et 2 000 m, • Aux 50 m les plus voisins si elle est comprise entre 100 et 500 m, • A 50, 75 ou 100 m si elle est comprise entre 50 et 100 m, • Aux 10 m les plus voisins si elle est inférieure à 50 m. Type B6 a1 Panneaux d’interdiction avec panonceau M2. • Le panonceau M2 peut être utilisé en complément des panneaux de type A, AB, B, C et CE. 17

[close]

p. 11

Signalisation POLICE Choisir le support adapté, des règles simples Pour déterminer la hauteur du support : additionnez les cotes A + B + C. A A= dimension du panneau (panonceaux compris si il y en a), B= dimension sous panneau, C= dimension de la partie scellée. Dimension C pour un support scellé dans un massif béton : B • 500 mm pour un scellement direct, avec ou sans four- reau, • 2 00 mm pour un mât en aluminium de section supé- rieure ou égale au ø76mm, fixé par semelle d’ancrage. C Nouvelle règle d’implantation pour les Personnes à Mobilité Réduite (PMR) • La distance doit être obligatoirement de 1,40 m pour un libre passage de fauteuil roulant. Hauteur d’implantation : • En ville : 2,30 m sous le dernier panneau. • En rase campagne : 1 m sous le dernier panneau. En ville 1,40 m En rase campagne Choisir la bonne section du support Supports 18 Gamme Miniature Petite Normale Grande Très grande Miniature Petite Normale Grande Très grande Hauteur 1 m (sous panneau) Section ou diamètre en mm Supports Mâts 40 x 40 ou ø 60 ø 60 x 3,5 40 x 40 ou ø 60 ø 60 x 3,5 80 x 40 ou ø 60 ø 60 x 3,5 80 x 80 - MB 80 x 80- MC ø 90 x 5 ø 90 x 5 80 x 40 ou ø 60 80 x 80 - MB ø 60 x 3,5 ø 60 x 3,5 80 x 80 - MB ø 90 x 5 - ø 114 x 4 - ø 114 x 9 Hauteur 2,30 m (sous panneau) Section ou diamètre en mm Supports Mâts 80 x 40 ou ø 60 ø 60 x 3,5 80 x 40 ou ø 60 ø 60 x 3,5 80 x 80 - MB ø 90 x 5 80 x 80 - MC - ø 90 x 5 ø 114 x 4 80 x 40 ou ø 60 80 x 80 - MB ø 60 x 3,5 ø 90 x 5 - ø 114 x 4 - ø 114 x 9 - ø 140 x 8

[close]

p. 12

CERTIFIE P Signalisation POLICE La gamme Points forts • L a signalisation à prix très attractif, • H armonie et rigidité pour votre signalisation, • Panneaux entièrement réalisés en acier galvanisé, • Montez simplement et rapidement vos panneaux, • Bride brevetée adaptable à tout type de support. AR ASQUER 1826-C PD-12-04-05-PAN 5 F inition & Options • O ption laquage époxy (teintes RAL sur demande), • F ilms et encres classe 1, classe 2 & Prismatique, • T aille de miniature à très grande. Caractéristiques • Face en acier galvanisé avec primaire époxy et laque polyester, • Cadre en profil en acier galvanisé, • Epaisseur du panneau 25 mm • Système de fixation pour tous types de supports grâce à la bride brevetée . Face couleur photo a faire 19

[close]

p. 13

Signalisation POLICE La gamme Bretagne Points forts • S ’adaptent à toutes les situations, • C aractéristiques uniques, ils répondent à tous vos besoins en signalisation, • Une gamme performante : le profil aluminium assure aux panneaux une grande rigidité, • Installation et entretien sans risque. AR ASQUER Caractéristiques • Cadre en profil aluminium, face en acier galvanisé avec primaire époxy et laque polyester, • Epaisseur du panneau 32 ou 41 mm, • Fixation sur mâts de 40 x 40 / 80 x 40 / 80 x 80 ou Ø 49 et Ø 60 mm, • P ose traditionnelle ou en déport, avec arceau, candélabre, mur… • Colliers aluminium et boulons inox. CERTIFIE P 1826-CPD-12-04-05-PAN1 F inition & Options • O ption laquage époxy (teintes RAL sur demande), • F ilms et encres classe 1, 2 & prismatique, • T aille de miniature à très grande. 20

[close]

p. 14

CERTIFIE P Signalisation POLICE La gamme Europ Points forts • L ’esthétisme au service de la signalisation, • Double face monobloc plus de fixations apparentes, • U ne facilité de pose inegalée, • Une seule vis suffit pour serrer le panneau sur son ensemble, • P lus de colliers, ni écrous, ni boulons, ni rondelles. AR ASQUER Caractéristiques • Panneaux en résine de synthèse injectée assurant haute résistance et longévité, • E paisseur du panneau 52 mm, • L es panneaux sont insensibles aux agressions salines et chimiques, • Déformation du panneau impossible. • Système de fixation intégré aux panneaux • Mât traversant 80 x 40 acier ou alu. Nous consulter pour la fixation sur d’autres supports. 1826-CPD-12-04-05-PAN4 Finition & Options • O ption laquage époxy possible (teintes RAL sur demande), • F ilms et encres classe 1 & 2 certifiés NF, • T aille de miniature à normale, • D isponibles uniquement en classe 1 & 2. 21

[close]

p. 15

Signalisation POLICE Type A - Signalisation de danger A1a VirAag1eaà droite A1b VirAage1àbgauche A 1cA1c Succession de virages dont le 1er est à droite A 1dA1d Succession de virages dont le 1er est à gauche A2daoAsC-a2ds’aâsniseou A 2bA2b Ralentisseur de type dos-d’âne A3 ChauAss3ée rétrécie A 3aA3a Chaussée rétrécie par la droite A 3bA3b Chaussée rétrécie par la gauche A 4A4 Chaussée particulièrement glissante A6 PoAnt6mobile A 7A7 Passage à niveau à barrières à fonctionnement manuel A 8A8 Passage à niveau sans barrière ni demibarrière A 9A9 Traversée de voies de tramways A13paaErAnleds1roe3intaffarénqtsuenté A13bApPiaé1sto3snabsge pour A 14A14 Autres dangers. Nature du danger précisée ou non par un panonceau d’anAim15aAuax11dP5oamsaes1satgiqeues d’anAim15Aaaux12d5oPmaase2ssatgiqeues d’aAn1im5Aabu1xP5assabsuavgaeges A15ccAaPv1aal5siescarsge de A 19A19 Risque de chute de pierres ou présence de pierres tombées A 20A20 Débouché sur un quai ou une berge A 21A21 Débouché de cyclistes venant de droite ou de gauche A 23A23 Traversée d’une aire de danger aérien Format Miniature Petite Normale Grande (2) Très grande (2) Disponible dans la gamme Dimensions (mm) Ecolign® Bretagne 500 • • 700 • • 1000 • • 1250 • • 1500 • • Europ (1) • • • - A24AVe2nt4latéral A1da6An*g1Dee6res*ucseente A17 AtnrAincoo1nloc7reesde feux A18 CleAirsc2u1lsa8etinosn dans *Préciser le pourcentage. (1) Europ est disponible uniquement en Classe 1 et 2. (2) L es fixations se font à l’aide de 2 colliers sauf pour les panneaux à partir de la gamme grande où il faut 3 colliers (voir page support et fixations). Réglementation Principaux dangers à signaler L’objet de la signalisation de danger est d’attirer de façon toute spéciale l’attention des usagers de la route aux endroits où leur vigilance doit redoubler en raison de la présence d’obstacles ou de points dangereux liés : • S oit à la structure même de la route : virages, cassis ou dos-d’âne, chaussée rétrécie, déclivités importantes ; • S oit à l’état de la route ou son environnement, chaussée glissante, chute de pierres ; • Soit à des dispositions adaptées à la rencontre d’autres voies de communication : pont mobile, passage à niveau, ... ; • Soit aux conditions de circulation des véhicules et des piétons : endroit fréquenté par les enfants ; • Circulation à double sens succédant à une section à sens unique ; • S oit à des dispositions ou des circonstances locales, sortie d’usine, voisinage d’une carrière exploitée à la mine. Implantation des panneaux • L es panneaux de danger, sont toujours implantés en signalisation avancée, avant le point ou le début de la zone à signaler. • H ors agglomération, la distance normale d’implantation est comprise entre 100 et 200 m. Elle est choisie aussi proche que possible de 150 m sur route et 200 m sur autoroute, sauf difficultés spéciales sérieuses ou avantages marqués à la modifier, notamment pour améliorer la visibilité du signal ou pour tenir compte de la vitesse des véhicules. • E n agglomération, la distance normale d’implantation est comprise entre 0 et 50 m. Elle est choisie aussi proche que possible de 50 m. 22 Hors agglomération En agglomération

[close]

Comments

no comments yet