Bulletin de l'ACIPA n°52 - Février-mars 2018 - L'abandon, enfin !

 

Embed or link this publication

Description

Bulletin de l'ACIPA n°52 - Février-mars 2018 - L'abandon, enfin !

Popular Pages


p. 1

BULLETIN D’INFORMATION AUX ADHÉRENTS No 52 – FÉVRIER-MARS 2018 L’ABANDON, ENFIN ! Réaction de Julien Durand, porte-parole de l’ACIPA, à l’annonce de l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, le 17 janvier 2018 : « Depuis le début de la phase de médiation, à l’ACIPA, nous avions compris qu’une décision rapide et définitive allait être prise. Les médiateurs ont réalisé un excellent travail. Comme certaines voix s’étaient élevées contre le choix de ces personnalités, les accusant d’être proches des opposants, l’ACIPA avait fait le choix de ne pas communiquer tout au long du processus de médiation, afin de les laisser travailler tranquillement et sans pression. Nous avons été extrêmement soulagés d’avoir enfin pu développer nos arguments et d’être écoutés. Et nous avons été impressionnés par l’impartialité dont ils ont toujours fait preuve au cours des rencontres. Ces deux éléments nous ont donné un tout petit soupçon d’espoir mais les dernières semaines avant l’annonce officielle ont été très anxieuses, surtout en raison du yoyo médiatique. Lorsque le Premier ministre a pris la parole, j’ai été frappé par le déroulé très « carré » de son discours. J’ai compris au fur et à mesure de son argumentaire que le projet allait être abandonné. Mais son ton était tellement ferme et définitif, son expression si claire et pré- Photo : Marcel/Tendre une perche. cise, que j’ai commencé à être très inquiet pour ce qui allait se passer sur la ZAD après. Aussi, quand il a évoqué la trêve hivernale et le retour des terres de NotreDame-des-Landes vers l’agriculture, j’ai enfin pu être totalement soulagé. Enfin, pas tout à fait. La libération ne sera complète que quand tout sera retourné à une relative normalité sur la zone. Que la vie quotidienne y sera redevenue sereine et apaisée. L’abandon officiel du projet est une chose importante, mais le combat ne sera réellement gagné que lorsque toutes les composantes des opposants auront trouvé une place durable sur la zone. À la fin du discours d’Édouard Philippe, j’ai eu aussi une pensée pour les opposants historiques qui ne sont plus parmi nous. Ce que je retiens de ces très longues années de lutte, c’est qu’elles ont contribué à faire émerger dans la société une prise de conscience des enjeux environnementaux. Et une nécessaire transformation de la loi sur la démocratie participative qui doit accompagner la réflexion autour des grands projets, ce qui implique aussi une évolution chez les politiques. Ce qui est définitivement gagné ici à Notre-Dame-des-Landes, c’est la préservation des terres agricoles et de l’argent public. » Julien Durand, porte-parole de l’ACIPA Rassemblement annuel organisé par la Coordination des opposants NDL2018 – 7 et 8 juillet Réservez ces dates !

[close]

p. 2

Discours d’Édouard Philippe, le 17 janvier 2018 Extraits. Il y a 50 ans, les pouvoirs publics ont identifié le site de NotreDame-des-Landes pour accueillir un nouvel aéroport pour le Grand Ouest. Je ne vais pas retracer ici la longue chronologie des évènements, durant 50 ans le projet a été successivement décidé, abandonné, relancé, réexaminé, reconfiguré, remis à plus tard. Durant 50 ans à coup de décisions, de reculades, de dénis, de non-décisions, l’État s’est placé face à un dilemme impossible. Durant toutes ces décennies, alors que partout ailleurs le pays réalisait de grands projets d’aménagement, l’indécision des gouvernements successifs a laissé les partisans du projet et ses opposants s’affronter, se dresser les uns contre les autres. […] Mais s’il y a bien un seul point sur lequel au plan local, comme au plan national, tout le monde s’accorde, opposants comme partisans, c’est la nécessité de sortir de cette situation. Rien n’est pire que l’incertitude. Aussi comme sur d’autres sujets nous avons décidé de trancher la question, en sachant pertinemment que si la décision avait été facile, elle aurait été prise depuis longtemps et en sachant qu’elle suscitera des oppositions tranchées et des commentaires définitifs. […]J’ai également voulu examiner les nouvelles solutions qui pouvaient s’offrir parce qu’en 50 ans, et même en 15 ans, les technologies, les besoins, les aménagements, les territoires, les mentalités évoluent. C’est pourquoi dès mon installation et conformément aux engagements du Président de la République, nous avons demandé à trois personnalités expertes de dresser le bilan de la situation. Cette mission a remis son rapport en décembre dernier, sur la base de ce rapport, j’ai rencontré les élus, plus d’une centaine depuis le début du mois de janvier. Des élus passionnés, de bonne foi, qui ont défendu leur conviction et je veux ici leur rendre un hommage appuyé, ils ont des avis divergents, mais ils sont tous sincères. Samedi dernier, le 13 janvier, j’ai voulu me rendre compte par moi-même sur place de la situation, j’ai parlé avec les maires des communes concernées, pour ou contre, tous m’ont au fond dit la même chose, sortez-nous de cette situation. Il est temps désormais que l’État soit clair dans ses choix et ferme dans leur mise en œuvre. Instruit du dossier autant qu’il peut l’être et en étroite association avec le Président de la République, le gouvernement a pris sa décision. Je constate aujourd'hui que les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet d’aéroport de Notre-Damedes-Landes. Un tel projet d’aménagement qui structure un territoire pour un siècle ne peut se faire dans un contexte d’opposition exacerbée entre deux parties presque égales de la population. Les grands projets qui ont réussi dans les années récentes, qu’il s’agisse du viaduc de Millau, de la route Airbus entre Bordeaux et Toulouse ou des lignes ferroviaires à grande vitesse à Nantes, à Rennes, à Bordeaux et ailleurs, se sont tous réalisés, malgré des oppositions locales, parce qu’ils étaient largement portés et acceptés par la population. Notre-Dame-des-Landes aujourd'hui, je le constate, c’est l’aéroport de la division. Depuis l’élection du Président de la République, nous sommes mobilisés ensemble pour renforcer la sécurité du pays et le transformer. La gravité des enjeux économiques que le pays traverse, la gravité des enjeux de sécurité qu’il connaît exige que nous restions rassemblés sur nos priorités. Le projet de Notre-Dame-des-Landes sera donc abandonné. Cette décision est logique au regard de l’impasse dans laquelle se trouve ce dossier. Cinquante années d’hésitation n’ont jamais fait une évidence. Cette décision est sans ambiguïté. Les terres retrouveront leur vocation agricole. Contrairement à ce que propose le rapport, elles ne seront pas conservées pour réaliser ultérieurement le projet. Cette décision est une décision d’apaisement. Elle doit aussi être l’occasion d’un nouveau départ, l’occasion de construire différemment, intelligemment. […]Ce projet ne répond plus aux objectifs actuels, aux réalités actuelles de l’organisation aéroportuaire qui réserve à quelques grands aéroports nationaux les vols long-courriers. […] Le récent rapport de médiation a montré qu’il n’y a pas de solution idéale mais qu’il existe une alternative crédible au transfert de l’aéroport. Cette solution, c’est le réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique. Les études ont aussi montré qu’il était possible de prendre des mesures limitant la hausse des nuisances sonores pour la population. Dans un premier temps, l’aérogare de Nantes-Atlantique sera modernisée et les abords de piste seront aménagés pour permettre à l’aéroport d’accueillir plus de passagers. Ces premières mesures peuvent être réalisées sur l’emprise actuelle de l’aéroport donc dans des délais rapides. En parallèle, la procédure pour l’allongement de la piste sera engagée. Elle permettra de réduire les nuisances sonores à Nantes. Nous ferons tout pour réduire ces nuisances pour le village de SaintAignan-Grandlieu et si techniquement cela n’était pas possible, elles feraient l’objet de compensations exemplaires. En parallèle, nous accompagnerons le développement de l’aéroport de Rennes Saint-Jacques en commençant par l’agrandissement de l’aérogare pour mieux répartir le trafic aérien du Grand Ouest. L’aéroport de Rennes Saint-Jacques appartient à la région Bretagne. Nous travaillerons avec la région Bretagne pour permettre cet agrandissement si la région le souhaite. Enfin, nous devons davantage jouer sur la complémentarité rail-air. Depuis que le projet Notre-Dame-des-Landes a été lancé, le Grand Ouest a bénéficié d’infrastructures ferroviaires performantes mettant les deux capitales régionales à moins de deux heures du centre de Paris. Pour les long-courriers, l’enjeu pour les Rennais ou les Nantais, et donc pour les Photo : DR. 2

[close]

p. 3

2006 : la fameuse « fresque humaine » – Photo : A. Jocard. habitants du Grand Ouest, c’est de rallier directement les squatteurs libèrent progressivement les terres qui ne leur grands aéroports parisiens. Ces liaisons directes existent mais appartiennent pas. Pour le futur, il faudra aussi tirer les elles sont insuffisantes. Elles seront donc fluidifiées et multi- leçons de l’échec de Notre-Dame-Des-Landes en termes de pliées pour accompagner la hausse des trafics. Je demande débat public, de procédure, de présentation et de discussion donc à Madame la ministre des Transports d’étudier dans un des alternatives. délai de six mois, les conditions de mise en œuvre de ces trois chantiers qui se complètent et qui consistent à optimiser l’usage de Nantes-Atlantique, à mettre en réseau les aéroports régionaux et à nous appuyer sur les lignes ferroviaires à grande vitesse pour rejoindre les plateformes aéroportuaires parisiennes. Je voudrais enfin m’adresser à tous ceux, et ils sont nombreux, qui n’avaient pas nécessairement une opinion très arrêtée sur ce projet, mais qui pensent que l’État doit pouvoir décider et agir. Cette décision que nous prenons aujourd’hui est une décision de raison et d’apaisement dans un contexte local tendu. Une décision exceptionnelle pour une situation locale Au-delà de leur division sur ce projet, tous les interlocu- exceptionnelle. Je veux dire que nous continuerons à amé- teurs que j’ai rencontrés m’ont fait valoir la nécessité de nager le pays dans le souci d’une meilleure attractivité, une rétablir rapidement l’état de droit sur la zone. Le gouver- meilleure qualité de vie, d’un plus grand respect de l’environ- nement s’y engage. C’est la deuxième décision que j’an- nement. Nous le ferons avec ambition, avec méthode, avec nonce aujourd’hui, nous mettrons fin à la zone de non-droit enthousiasme, nous le ferons avec l’ensemble des Français qui qui prospère depuis près de 10 ans sur cette zone. Ainsi dès ne demandent qu’à bâtir l’avenir de leur pays et de leur région. aujourd’hui la demande de prorogation de la déclaration Je vous remercie. d’utilité publique que nous avions déposée au conseil d’État fin décembre pour nous laisser toutes les options ouvertes sera retirée. La déclaration d’utilité publique actuelle deviendra caduque le 8 février prochain. Les trois routes qui traversent le site de Notre-Dame-des-Landes doivent mainte- nant être rendues à la libre circulation pour tous. Les squats qui débordent sur la route vont être évacués, les obstacles reti- « Édouard m’a tuer ! » rés, la circulation rétablie. À défaut les forces de l’ordre procéderont aux opérations nécessaires. La grande scène du « coup de poignard dans le dos » déclamée à l’unisson par les élus locaux pro-aéroport de tous Conformément à la loi, les agriculteurs expropriés pourront bords (Ah ! quelle belle invention que ces « éléments de retrouver leur terre s’ils le souhaitent. Les occupants illé- langage »…) fut pathétique. gaux de ces terres devront partir d’eux-mêmes d’ici le printemps prochain ou en seront expulsés. Ailleurs de nouveaux projets agricoles pourront être accueillis à partir de fin avril dans un cadre légal. L’État engagera une cession progressive du foncier de Notre-Dame-des-Landes. Dès maintenant, les forces de l’ordre sont mobilisées pour que ce processus se déroule dans le respect de la loi et que les Mais de quoi souffrent-ils le plus, de l’abandon du projet luimême ou de cette petite phrase du Premier ministre, Édouard Philippe, passée presque inapercue dans son annonce : « Il faudra aussi tirer les leçons de l’échec de Notre-Dame-des-Landes, en termes de débat public, de procédure, de présentation et de discussion des alternatives ». À remettre dans le contexte… local, sans aucun doute. 3

[close]

p. 4

Bureau de la Vache Rit : Françoise, Anne-Marie, Bernadette et Agnès… Oui, on peut sourire ! Geneviève et Anne-Marie à la ronde, devant Régis et Christian, pensifs… Dominique, Élisabeth et Marcel : première accolade émue… Jacques n’y croyant pas encore et Ariel, toujours combatif mais visiblement heureux… Mercredi 17 janvier 2018, journée historique, c’est la fête à la Vache Rit ! Toujours pas besoin d’aéroport pour décoller : démonstration… Cernés par les Fresneau, au micro Jean-Marie, naturaliste toujours en lutte. Gilles cache sa joie… Photos : Marcel/Tendre une perche et J. Ronnet-Nicolle. À la Vache Rit, les médias veulent savoir si on est content, c’est ça ? 4 Oui, on est heureux, et il y a de quoi !

[close]

p. 5

Mots doux reçus à l’ACIPA Suite à l’annonce de l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, une centaine de mails ou SMS nous sont arrivés : extraits… Bravo à vous tous pour cette belle lutte et toutes les solidarités. Pour moi, c’est seulement depuis une dizaine d’années mais je suis fière d’avoir intégré ce mouvement. Salut les gens, ça fait bizarre j’ai un sourire qui reste accroché aux deux oreilles sans que je ne puisse rien y faire, vous aussi, rencontrez-vous le même symptôme? Julien M. It is an historic result. I first met the Nantes campaigners 10 years ago when they came to the Heathrow no third runway rally in 2008. I visited Nantes for the first time later that year. It was a relatively small local campaign. Over the years as I went back I watched it grow into one of the bestsupported environmental campaigns in Europe. With yesterday's decision by the Macron Government to drop the plan for the new airport, it will live forever as one of Europe's most successful campaigns. John Stewart, Londres. « Une marque indélébile » Bonjour à tous, les gens d’Acipa, quel grand jour, quelle grande joie !!! pour le reste de la vie ! Mado L. J’ai enfin l’impression qu'une sage décision a été prise… Merci pour notre planète. Bravo et merci à vous, qui menez cette lutte avec acharnement depuis des décennies. Grâce à vous et à tous les gens qui se sont mobilisés pour dire NON, cet aéroport ne verra pas le jour. Je vous embrasse. Agnès C. Bonjour, Tout d’abord je voulais vous dire à quel point je suis heureux de l’annonce de mercredi (comme chacun, oui ce n’est pas très original), et je voulais aussi vous remercier et vous féliciter de votre travail exceptionnel. Sans l’organisation parfaite de l’ACIPA, cette lutte n’aurait pas réussi, bravo ! Ivan F. Bonjour à vous, Trop heureuse pour vous ! Pour les arbres ! Pour la terre ! Alors voilà on a gagné... Je voulais simplement vous adresser un immense merci ainsi qu’à tous les militants de l’ACIPA. Nous on s’est un peu engagés. Mais vous... Il n’y a pas de mots pour dire ce que vous avez donné à cette lutte. J’éprouve pour vous une immense admiration. Camille (chanteuse). Merci pour tout ce que vous avez fait et merci pour cette belle lutte et cette belle aventure humaine. Amitiés. Salut à vous, Sylvain G. Je pense à vous, jour d’exception, Bravo encore bravo, à tous ceux : vous !! qui avez œuvré au quotidien premier jour réel que ce jour d’abandon. Je vous imagine en joie, tapes dans le dos, l’œil brillant, larmes émues venues du fond de la lutte. Je sais que l’histoire zadiste continue, d’autres combats sont à mener. Mais putain, quel plaisir. (et nous savons tous comme cela a duré) pour que l'État aboutisse à cette décision ! Et courage pour la suite. De tous les coins de France — et même de loin comme moi — nous sommes toujours à vos côtés ! Et avant tout, au-dessus de tout, longue vie à la biodiversité : humains, animaux, végétaux… Bien chaleureusement Françoise G. Champagne ou simple kir ! On en a Je voulais vous dire merci, pour ce long combat mené, d’arrache-pied, une occupation des lieux et du temps, à plein temps. les larmes aux yeux !!! BRAVO !!! Temps associatif, politique, juridique, explicatif, Pascal C. temps de déception, d’organisation, de fêtes et de boues. Tant de rage. Bravo à tous·tes ceux·celles qui se sont impliqué·e·s de toutes leurs forces dans cette utopie. Rien de plus important n’est à faire, j’en suis persuadé. Ce sera l’une des expérimentations les plus intéressantes à suivre dans ce bas monde bien normé. Alors oui, je suis fier de vous et de vos camarades. Et vous pouvez être fiers de vous. Éloi B. PS : Ben ouais, ça fait bizarre de gagner... on n’est pas habitué·e·s... 5 Suis coincé à Paris mais promis, on fait « péter » le Champagne ce soir ! Un grand bravo à toute l’équipe et une ÉNORME pensée pour Michel qui doit pousser, de là-haut, un grand OUF de soulagement ! Thierry M. À Bellevue, le 10 février. Photo : A.-M. Chabod.

[close]

p. 6

Photo : P. Piro/Politis. 10 février 2018 – Photos : A.-M. Chabod, A. Meignen, P. Piro/Politis, J. Ronnet-Nicolle.

[close]

p. 7

Photo : P. Peneau. Nettoyage D 281 À l’appel du mouvement anti-aéroport, 400 personnes sont venues nettoyer la D281 dans la semaine du 22 au 25 janvier. Bravo à tous ! Extrait du communiqué du mouvement – 26 janvier 2018. « Cette route était et restera un des symboles de notre résistance commune, et c’est tou·te·s ensemble que nous mettons en œuvre son usage partagé, pour l’avenir de la ZAD, puisque qu’il n’y aura pas d’aéroport. » Assemblée générale de l’ACIPA samedi 25 novembre 2017 L’Assemblée générale ordinaire annuelle de l’ACIPA s’est réunie à Sucé-sur-Erdre le samedi 25 novembre 2017. Toujours autant d’affluence : cette année encore, plus de 600 personnes présentes ou représentées ! 2017 fut encore une année très riche en travaux de tous genres, au sein de l’association elle-même, avec les différentes composantes de la lutte, avec les comités de soutien ou aux côtés d’autres luttes en cours. La situation financière de l’ACIPA est saine, ce qui lui permet de participer aux besoins de la Coordination des opposants notamment pour le rendez-vous annuel estival, à ceux de la commission juridique pour les recours toujours en cours ou encore à ceux d’habitants de la ZAD pour leurs projets sur la zone. Quant à la présentation du travail fait lors des AG dites « des usages », qui réunit toutes les composantes de la lutte autour du thème « quid des usages des terres une fois l’abandon du projet de NDL acté ? », elle a soulevé dans la salle, des échanges passionnés et passionnants… Le conseil d’administration a été renouvelé ; l’équipe élue l’année passée est reconduite dans son ensemble : Ariel ALIAGA (Nantes), Isabelle BAGAGLIA (Saint-Émiliende-Blain), Agnès BELAUD (Vigneux-de-Bretagne), Lucien BOURDEAU (Héric), Anne-Marie CHABOD (Grandchamp-des-Fontaines), Alain CHARPY (Héric), Gérard CHOLET (Nort-sur-Erdre), Claude COLAS (Notre-Dame-des-Landes), Julien DURAND (Notre-Damedes-Landes), Dominique FRESNEAU (Notre-Dame-des-Landes), Régis FRESNEAU (Plessé), Christian GRISOLLET (Sucé-sur-Erdre), Éric KHUN (Saffré), Rémi LEHN (Vigneux-de-Bretagne), Dominique LE LAY (Notre-Damedes-Landes), Julien MAILLARD (Fay-de-Bretagne), Odile MARTIN-BELMIHOUB (Séverac), Anthony MEIGNEN (Fay-de-Bretagne), Bruno MIOT (Vigneux-de-Bretagne), Gérard NOËL (Bouguenais), Philippe PENEAU (Saint-Herblain), Joël QUÉLARD (Saint-Nazaire), Chantal ROULLAUD (Treillières), Marcel TAILLANDIER (Nantes). La présentation du travail du CéDpa avec les 3 médiateurs et le point d’actualités juridiques ont été fort appréciés par les adhérents, toujours désireux d’informations récentes. Y aurait pas du commerce et de l’industrie à se faire encore par là ?!? La CCI veut organiser la ZAD… Le projet d’aéroport n’était pas abandonné depuis 48 heures que le président de la CCI convoquait 75 chefs d’entreprise pour discuter de l’avenir de la ZAD (Ouest-France du 20.01.2018). Zone d’Apprentissage Différent, Silicon Valley de l’Agriculture 4.0… tous leurs fantasmes de « modernité » y sont passés. Photo : J. Ronnet-Nicolle. Alors qu’ils voulaient à cor et à cri détruire cette zone, ils voudraient maintenant y mettre leur grain de sel ??? Allons ! Citons Albert Einstein : « Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre ». 7 Comme ça, c’est dit.

[close]

p. 8

• Illustration têtière : Pogam • Fabrication : Parenthèses • Imprimé sur papier recyclé. Directrice de publication : Anne-Marie CHABOD • Comité de rédaction : les membres de la commission communication • ACIPA – B.P. 5 – 44130 Notre-Dame-des-Landes – 06 71 00 73 69. Bulletin 52 : au sommaire Philippe Trotté nous a quittés Le 3 janvier dernier, Philippe Trotté, qui fut maire de Vigneuxde-Bretagne de 2008 à 2014, nous quittait. Philippe était actif au sein du collectif d’élus (CéDpa) et il était toujours prêt à rencontrer des personnes de l’ACIPA pour discuter de choses et d’autres. Il était opposé au projet de Notre-Dame-des-Landes, non pas par réflexe « pas de ça chez moi ! » mais bien par pure conviction politique et écologique. Il était aussi très conscient que la commune de Vigneux-deBretagne était — et est toujours — largement concernée par le sujet. En effet plus de 300 hectares de terres et de nombreux habitats de la ZAD se situent sur son périmètre. Nous aurions aimé fêter l’abandon du projet de NDL avec toi, Philippe ! Dernière minute sur NDL2018 Les 7 et 8 juillet 2018, la Coordination des organisations opposantes au projet de Notre-Dame-des-Landes organisera son dernier évènement estival pour fêter l’abandon du projet. Encore une fois, nous aurons besoin de l’investissement de chacun·e pour que cette fête soit à la hauteur de notre profonde joie. Réservez votre weekend et contactez : acipa.secretaire@free.fr pour proposer votre aide. P. 1 Édito : l’abandon, enfin ! P. 2 et 3 Discours d’Édouard Philippe, le 17 janvier 2018 – extraits. P. 4 Le 17 janvier, journée historique : c’était la fête à la Vache Rit ! P. 5 Mots doux reçus à l’ACIPA P. 6 Enracinons l’avenir : le 10 février 2018 en images. P. 7 Nettoyage D 281. Assemblée générale de l’ACIPA. P. 8 Philippe Trotté nous a quittés. Dernière minute : NDL 2018. Les échos du Net. Je ne dirai que quelques mots : bravo et respect pour votre courage et votre ténacité. Je vous approuve depuis longtemps dans l'ombre, mais là je vis une soirée mémorable. Vous êtes un exemple pour nos jeunes, et je vous tire une sacrée révérence. Pour tout ce que vous avez fait, bravo. Pour tout l'espoir que vous avez mis dans les yeux des jeunes, bravo. Thierry A Photo : DR. Photo : J. Ronnet-Nicolle. Photo : M. Tisseau. Les échos du net (au 08.02.2018) Sur les réseaux sociaux, 20 905 (+ 280) personnes aiment la page Facebook. Plus de 11 113 abonnés (+ 763) au fil Twitter et 7 656 abonnés actifs à la lettre d’info. La revue de presse approche les 17 000 articles. * Il est toujours temps de vous inscrire à la lettre d’info via https://www.acipa-ndl.fr/a-propos-de-l-acipa/recevoir-la-lettre-d-info 8 Joie de lire la nouvelle de l’abandon de l’aéroport de NDL !!!! Champagne ! Que vos routes à tous soient belles et illuminées par cette victoire ! Bises Emily Loizeau

[close]

Comments

no comments yet