Le Chemin de l'info

 

Embed or link this publication

Description

Journal d'information de Faverges-Seythenex

Popular Pages


p. 1

Journal d’information de Faverges-Seythenex Commune nouvelle N°9 avril 2018 www.faverges-seythenex.fr DOSSIER Carnaval - 24 mars 2018 Budget 2018 : des investissements et une gestion saine pour aller de l’avant - Lire en page 4 Retrouvez votre ville sur Faverges Actu @Faverges_74

[close]

p. 2

N°9 - avril 2018 edito Fabric’Arts, partager la culture pour construire les jeunes citoyens de demain En 2014, j’avais souhaité mettre mon mandat sous le sceau de la culture pour tous, et notamment pour les jeunes. Cette ambition est en pleine concrétisation aujourd’hui, grâce au projet d’éducation artistique et culturel intercommunal Fabric’Arts. Depuis maintenant plus d’un an, ce dernier a trouvé son équilibre après une phase de développement. Les projets se multiplient avec les artistes locaux ou nationaux qui acceptent de venir s’investir sur le territoire avec toujours plus de jeunes dans les écoles, au collège, au lycée professionnel ou encore en dehors. En 2017, près de 800 jeunes du territoire ont été concernés par les projets Fabric’Arts. C’est un effort exceptionnel et inédit en faveur de l’ouverture à la culture. Notre territoire est ainsi montré en exemple bien au-delà du département pour cet investissement majeur. Je suis fier que la commune de Faverges-Seythenex mette en oeuvre ce beau projet intercommunal, avec le soutien de l’Etat, de la Région, du Département, de la Communauté de communes, de Stäubli et de plusieurs petites entreprises mécènes. Ces derniers mois, de très beaux et grands projets ont pu voir le jour en musique, écriture, réalisation, parole (voir pages 14 et 15)... Un lien s’établit entre les éducateurs, les enfants et les artistes. Les restitutions de ces ateliers, mettant en valeur les jeunes, sont pour moi la plus grande preuve de la réussite de Fabric’Arts. Nous nous battons ainsi chaque jour pour l’émancipation des individus et pour participer à une société de citoyens éclairés, plus tolérants, plus justes, plus convaincus de la nécessité du collectif. Nous nous battons contre l’obscurantisme, le repli et aussi, je le crois, contre les dérives individuelles et les échecs de la vie. Cela commence à faire son oeuvre. Je reprendrais ces quelques mots d’un directeur d’école qui me disait récemment : «On voit déjà les choses changer, on constate la plus-value chez les enfants en terme éducatif, on sent qu’il se passe quelque chose, même chez des enfants parfois en difficulté». Il me demande, ils nous demandent de poursuivre sur ce chemin. Je leur réponds clairement : «Je m’y engage avec la majorité municipale, quoi qu’il arrive, nous continuerons à porter ce beau projet dans l’intérêt des jeunes sur le territoire !» Marcel Cattaneo, Maire de Faverges-Seythenex, Vice-président de la Communauté de communes des Sources du lac d’Annecy 2 Commune nouvelle de Faverges-Seythenex Le chemin de l’info N°9 - Avril 2018 Directeur de la publication : Marcel Cattaneo. Rédacteur en chef : Philippe Serre. Conception, rédaction, photos : Service communication mairie, F. Leproust. Impression : Kalistene. Tirage : 4 200 exemplaires. Dépôt légal : avril 2018. Imprimé sur papier recyclé. Un Favergien président du CSA Durant l’indisponibilité temporaire d’Olivier Schrameck, le favergien d’adoption Nicolas Curien assure depuis début mars la présidence du CSA, Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Pour Nicolas Curien, «la tâche est lourde mais passionnante, dans cette période particulièrement chargée et critique où le CSA doit nommer un président ou une présidente de Radio France et de même pour France Médias Monde. Nous devons également bientôt nous prononcer sur la prise de contrôle de Next Radio TV par SFR. Autant de décisions structurantes pour le secteur de l’audiovisuel, auxquelles s’ajoutent nos réflexions contributives à la réforme législative prévue pour la fin de 2018». Nicolas Curien est membre du CSA depuis 2015. Il habite Faverges depuis 2008. sommaire 3 Actualité - hommage 4 DOSSIER Le budget 2018 8 Dans les écoles 11 Culture Médiathèque, retour sur 2017 12 Rétrospective 15 Nouvelle régie La Sambuy et Val de Tamié 16 Mobilité électrique Val de Tamié 17 Bientôt Nouveau skate-park 18 Fini l’hiver Déneigement 19 Travaux 20 Expression politique 22 Associations Les 80 ans du Ski-Club 24 Services municipaux Services techniques, les bureaux

[close]

p. 3

Actualité N°9 - avril 2018 Autour du jardinage, partageons nos plus belles photos ! Comme l’an passé, les habitants de Faverges-Seythenex sont invités à prendre des photos de leur jardin, mise en scène de fleurissement, potager... et à les communiquer de manière à participer à la soirée de projection à l’automne prochain. Tous les participants se verront récompensés. En 2018, de nouvelles catégories font leur apparition : - Balcons et terrasses - Jardins, vue d’ensemble - Jardins, plans rapprochés - Potagers et vergers - Aménagements spéciaux (supports originaux, bassins aquatiques…) Info et inscription par mail à : jardinons@faverges.fr ou auprès de Claudine Gruffaz, aux heures d’ouverture de la médiathèque. DR Citoyenneté française Le 6 février 2018, une cérémonie donnée en préfecture a réuni trois citoyens de Faverges-Seythenex à qui la nationalité française vient d’être accordée. Marie Térésa Pais Porfirio, Deric John Ellerby et June Daphne Ellerby ont ainsi reçu le livret d’accueil dans la citoyenneté française et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen des mains de Guillaume Douhéret, secrétaire général de la Préfecture, du maire de Faverges-Seythenex Marcel Cattaneo et de la conseillère départementale et première adjointe au maire Sylviane Rey. A-M. Bossy Hommage Il est parti tout discrètement, comme il a vécu, le 23 mars dernier à l’âge de 94 ans. Ancien conseiller municipal, Gérard Bossy laisse l’image d’un homme aux valeurs humaines très fortes, un sage auprès de qui ses amis et ses anciens collègues aimaient venir chercher conseil. Très cultivé, s’intéressant à beaucoup de domaines, discret à l’extrême, soucieux de discussion sans jamais imposer ses idées, Gérard Bossy s’est impliqué dans la vie locale durant de très longues années. Militant syndical chez Stäubli où il a fait sa carrière professionnelle, il a accompli trois mandats de conseiller municipal, de 1965 à 1971 puis de 1977 à 1989. En 1989, il avait été à l’origine de la mise en place du journal municipal «Le 74210 Faverges» et s’était attaché à élargir l’information aux habitants. La mort de son fils André à 29 ans aura été la plus grande souffrance de sa vie. Une épreuve affrontée avec les siens, son épouse, sa fille et ses deux fils. L’ensemble du conseil municipal et du personnel communal s’associe aujourd’hui à la peine de sa famille. 3

[close]

p. 4

N°9 - avril 2018 Dossier Quelles sont les principales Trois questions à Nelly Thelier, adjointe au maire, en charge des finances et des ressources humaines priorités de ce budget ? NT : Ce budget se situe dans la continuité de celui de 2017 avec un développement très fort des investissements qui permettront de renforcer durablement l’attractivité de la commune. Cette année encore, nous allons beaucoup investir. Cette logique permettra, si elle est poursuivie, de renforcer la qualité de vie, de transformer en profondeur notre commune et de procurer du travail aux entreprises. C’est une logique d’avenir indispensable. Vous parlez d’investissement. Encore 6 millions cette année... mais où trouvez-vous l’argent ? Cette année, un de nos gros investissements (la mai- son de santé) sera racheté par la CCSLA*. Ce sont déjà 2 millions d’euros sur les 6 que vous évoquez que nous n’aurons pas à assumer au-delà de 2019. La commune construit et aménage la maison de san- té intercommunale et la revend à la CCSLA pour que cette dernière la gère. Ensuite, comme nous l’avions dit, nous commençons à bénéficier de la stratégie foncière et d’aménage- ment mise en place l’année dernière. Il ne s’agit pas, comme on l’entend ici ou là, uniquement «d’acheter des terrains». Des ventes commencent à intervenir. Elles constituent des recettes qui permettent d’assurer de l’autofinancement à la commune et de développer des projets urbains qui génèrent de nouvelles taxes. On pourrait penser aussi que vous augmentez la dette ou les impôts... Depuis 2014, il n’y a eu aucune hausse d’impôts décidée par la commune. Il y a même eu une baisse globale des impôts sur les entreprises en 2016. Et il n’y en aura pas plus d’ici la fin du mandat en 2020. C’était un engagement. Nous le respecterons. Quant à la dette, elle est tout à fait maîtrisée. Par exemple, cette année, l’objectif est d’emprunter moins que ce que l’on rembourse malgré un investissement record. Cela permet à notre commune d’avoir un endettement par habitant inférieur de plus de 30 % à la moyenne des autres communes de même taille en France. Et même beaucoup plus en comparaison des communes les plus proches sur le département ou la région (voir chiffres en page 5). * Communauté de communes des Sources du lac d’Annecy. 4 Le budget 2018 a été voté en conseil municipal le 9 avril dernier. Le budget principal, comprenant la section de fonctionnement (11,69 Me) et la section d’investissement (7,57 Me), a été adopté par 27 voix «pour», 11 «contre». LES AUTRES BUDGETS : Budget Remontées mécaniques de La Sambuy adopté par 34 voix «pour», 4 abstentions Budget Service des eaux (affermage) adopté par 34 voix «pour», 4 abstentions Budget Service des eaux (régie) adopté par 34 voix «pour», 4 abstentions Budget Forêt adopté par 34 voix «pour», 4 abstentions Budget Section du couchant adopté par 34 voix «pour», 4 abstentions Budget Section du levant adopté par 34 voix «pour», 4 abstentions Budget Section de Frontenex adopté par 34 voix «pour», 4 abstentions Stabilité des impôts locaux La commune n’a pas augmenté ses taux d’imposition depuis plusieurs années. Pour la taxe d’habitation et la taxe sur les propriétés bâties, soit 98% des impôts locaux, les taux qu’elle applique sont équivalents ou en-dessous des moyennes départementales, régionales et nationales. Seule la TFNB (Taxe Foncière sur les Propriétés Non Bâties) est plus élevée depuis la fusion entre Faverges et Seythenex. C’est une augmentation automatique à laquelle les élus ne peuvent rien. Taux des impôts locaux 2017 Source : rapport de gestion de la commune par le Trésorier public. Taxe d’habitation Taux d’imposition voté par la commune Faverges-Seythenex Département 20,11 % 20,40 % Région 18,42 % = 56% * France 20,42 % Taxe foncière sur les propriétés bâties Taux d’imposition voté par la commune Faverges-Seythenex Département 16,52 % 18,73 % Région 17,92 % = 42% * France 21,49 % Taxe foncière sur les propriétés non bâties Taux d’imposition voté par la commune Faverges-Seythenex Département 91,05 % 65,30 % Région 81,20 % = 2% * France 52,20 % * Pourcentage par rapport au total des recettes liées aux impôts locaux.

[close]

p. 5

Collège Sécurisation des accès 1 582 800 e Dossier N°9 - avril 2018 Principaux investissements 2017 Sport Stade Carquex, stade Madrid salle omnisports 1 077 903 e En 2017, la commune a réalisé un ensemble d’équipements représentant un montant total de 7 millions d’euros. Le budget initialement prévu était de 8,4 millions d’euros. Le taux de réalisation et d’engagement est donc très bon, proche de 80%. La commune prévoit des équipements, monte les projets et les réalise. Son budget est sincère et réaliste. Voirie et réseaux Mise en souterrain des réseaux, travaux de voirie 973 695 e Alors, commune endettée ou pas ? Achat Clinique Berger et bâtiment Agri-Sud-Est 500 000 e La Balmette Protection du hameau contre les chutes de pierres 280 450 e Travaux dans les écoles 210 950 e Patrimoine Refuge Favre, four de Viuz, chapelle des Combes, églises Saint-Pierre et de Seythenex 84 375 e Cimetière et columbariums 72 630 e Illuminations de Noël 43 150 e Chaque année, le responsable du Trésor public à Faverges, agent des services de l’Etat, rend son rapport sur la gestion de la commune. Son fonctionnement, ses investissements, sa dette, son auto-financement. Il établit également des comparaisons avec les autres villes* du département, de la région et de la France. Ces chiffres sont très intéressants et confirment que FavergesSeythenex n’est pas une ville endettée et que sa situation est saine. Chiffres à l’appui ! Encours de la dette au 31 décembre 2017 Montant en e par habitant pour les villes de 5 000 à 9 999 habitants. Faverges-Seythenex Département 826 2 387 Région 1 614 France 1 035 Dette par habitant Moyenne de la dette Moyenne de la dette Moyenne de la dette dans notre commune par habitant dans par habitant dans par habitant dans les les communes* de les communes* communes* sur le Haute-Savoie d’Auvergne territoire national * de même strate d’habitants. Rhône-Alpes Ils nous soutiennent Etat des subventions allouées à la ville en 2017 Département : 842 000 e Région : 156 000 e Etat : 95 000 e CAF : 11 000 e Fonds spéciaux parlementaires (L. Tardy) : 10 000 e Fondation du patrimoine : 6 000 e 5

[close]

p. 6

N°9 - avril 2018 Dossier Principaux investissements 2018 Projets ville Réalisation de la halle économique et culturelle 1 420 000 e Réalisation d’une centrale photovoltaïque (phase 1) 150 000 e Divers Matériel de vidéoprotection 250 000 e Achat d’une scène mobile 80 000 e Embellissement de la ville Réalisation d’une fresque murale place Gambetta 35 000 e Projets avec la CCSLA* Réalisation de la maison médicale 1 800 000 e (dont 1 350 000 e d’achat des locaux et 440 000 e de travaux intérieurs) Sécurisation des rives du Saint-Ruph (part de la ville correspondant au renforcement des digues communales) 720 000 e Installation de containers et PAV (préparation et enrobé) 70 000 e Sport Réalisation d’un skate-park 160 000 e Rénovation du J-Sport de Viuz (réduction des nuisances sonores) 30 000 e Bâtiments Mise aux normes d’accessibilité 78 000 e Etude et maîtrise d’oeuvre pour la réalisation de nouveaux ateliers municipaux 150 000 e Etude pour la rénovation du foyer rural de Seythenex 30 000 e Etude pour la faisabilité d’un centre culturel 60 000 e Acquisition des locaux du RAM** (dans le cadre de l’aménagement global du projet Gambetta avec Bouygues Immobilier) 460 000 e * Communauté de communes des Sources du lac d’Annecy. ** Relais d’Assistantes Maternelles 6 6,5 Me d’investissement Comment sont-ils financés ? Ou quelles sont les recettes de la ville ? 900 000 e* : subventions de l’Etat, de la région, du Département, de la CAF... 600 000 e : vente des terrains maison de santé intercommunale 400 000 e : vente des terrains de la ZA des Boucheroz à la CCSLA 750 000 e* : épargne nette 400 000 e : vente d’appartements communaux 400 000 e : vente de terrains pour du logement accessible 1 800 000 e : prêt relais destiné à acheter et aménager les locaux de la maison de santé intercommunale. Ce prêt sera remboursé en 2019 quand la CCSLA rachètera les locaux. 750 000 e : fiscalité Épargne nette : Ce qui reste pour investir une fois qu’on a remboursé l’annuité de l’emprunt. L’épargne nette a déjà été en augmentation de 2016 à 2017 et le sera sûrement en 2018. C’est une gestion saine et rationnelle de la collectivité qui permet d’y arriver, comme par exemple la limitation des charges de personnel, des efforts de gestion ou la prise en charge par d’autres communes d’une part des coûts de service public. Taxe d’aménagement : Taxe sur les permis de construire reversée à la commune. Fonds de compensation de la TVA (FCTVA) : Fonds qui permet à l’Etat de rembourser une partie de la TVA aux communes sur certains investissements. La politique d’investissement et de développement urbain conduite à FavergesSeythenex permet de dynamiser très fortement ces recettes. Il manque 500 000 e sur cette estimation des recettes. Si les subventions attendues ne sont pas suffisantes, la commune pourrait recourir à un emprunt. Mais, même dans ce schéma, elle serait dans une dynamique de désendettement puisqu’en 2018, le montant de remboursement du capital de ses emprunts est de 750 000 e. * Estimation de recettes au minimum. Ces éléments ne sont que prévisionnels car il faut bien «exécuter» le budget. Néanmoins, s’ils se confirment, cela signifie qu’en 2018, malgré de très gros investissements, la commune ne s’endettera pas plus, voire se désendettera légèrement.

[close]

p. 7

FINANCEMENT SOLIDAIRE Un premier succès dans la logique de solidarité sur le territoire ! A l’heure où nous écrivons ces lignes, une première commune du territoire a accepté de conventionner avec la commune de Faverges-Seythenex pour assurer un financement solidaire des équipements culturels et sportifs du territoire. Il s’agit de la commune de Lathuile qui vient de voter la convention le 3 avril. Le maire, Marcel Cattaneo, s’est dit «satisfait et reconnaissant au maire de Lathuile et à son conseil municipal d’avoir pris une décision si importante pour l’avenir du service public sur le territoire et si responsable pour l’ensemble des usagers». Depuis novembre 2017 et le vote en conseil municipal de Faverges-Seythenex pour solliciter les autres communes (voir dossier dans «Le Chemin de l’info» n°8 de janvier), de nombreuses rencontres ont eu lieu avec les élus et les techniciens du territoire afin d’affiner la convention de partenariat. Celle-ci a pour objet de faire participer les communes voisines au financement des services assumés depuis des dizaines d’années par les contribuables favergiens, mais qui bénéficient à tous les habitants. C’est une bien belle étape d’une nouvelle vision du développement partagé et équitable du service public. D’autres discussions sont en cours avec d’autres communes. Stabilité des subventions aux associations La ville consacre 457 320 e au soutien à l’activité des associations locales. 30,25% culture 1,81% scolaire 2,83% divers 53,00% La Soierie espace social et culturel 12,11% sport Dossier La Sambuy : un hiver record N°9 - avril 2018 Quel bilan tirez-vous de cette Deux questions à saison d’hiver ? Jean-Louis Merle, JLM : Excellent ! Les conditions adjoint au maire en d’enneigement ont été bonnes dès charge de La Sambuy décembre ce qui a permis une ou- verture anticipée de la station le 16 décembre. Nous avons réalisé le meilleur chiffre d’affaire de l’histoire de la station en hiver avec 415 000 e (le précédent «record» était de 385 000 e). Après avoir vécu notre meilleur été il y a quelques mois, cela prouve le nouveau dynamisme de La Sambuy car même si nous avons été aidés par la météo, nous avons su profiter de cette situation et offrir à tous des conditions d’accueil de qualité. Je tiens d’ailleurs à souligner l’investissement de tous les partenaires commerçants du site ainsi que de l’Office du tourisme. Je salue également le travail très professionnel et l’engagement de l’ensemble des salariés, permanents ou saisonniers. Nous avons une belle équipe qui aime La Sambuy ; cela se voit et se ressent dans notre mode de fonctionnement. Certains disent même que la station a fermé trop tôt. Il faut être réalistes, maintenir la station en exploitation a un coût. Pour une journée d’ouverture, nos charges fixes s’élèvent à 3000 e. Une fois les vacances scolaires terminées, les recettes en semaine sont quasiment nulles et même les week-ends de grand beau temps nous équilibrons à peine ces charges. Je rappelle que le déficit de la station est chaque année comblé par la commune de Faverges-Seythenex, et donc par le contribuable. Autant il est normal de permettre une ouverture la plus longue possible pour les locaux notamment, autant il est déraisonnable de continuer à creuser un déficit que nous devrons combler en fin d’année. Soyons honnêtes : nous avons ouvert une semaine plus tôt et nous fermons à la date prévue. Ce sont 100 jours d’ouverture que nous venons de vivre. C’est déjà exceptionnel. Enfin, notre station à la particularité d’ouvrir aussi l’été et à l’intersaison. Nous réouvrons le télésiège et la luge sur rails tous les week-ends à partir de fin avril. Pour des questions de sécurité autant que de gestion du temps des salariés, nous avons besoin de cette période de fermeture de quatre semaines pour vérifier les équipements de la station, télésiège, etc. et permettre au personnel de prendre ses congés. C’est aussi pourquoi la date de fermeture ne pouvait pas être repoussée. Evolution du chiffre d’affaire hivernal de La Sambuy en e 7

[close]

p. 8

N°9 - avril 2018 Dans les écoles Le 19 décembre dernier, le conseil municipal a voté la refonte de la carte scolaire par 24 voix «pour», 13 «contre» et 3 abstentions. Cette décision a été entérinée officiellement par le directeur académique des services de l’Education nationale après consultation des instances de l’Education nationale (syndicats, élus et représentants de l’Etat). Elle se traduit par le transfert du poste et de la classe de l’école de Vesonne à Viuz, la non-suppression du poste à l’école de Seythenex (prévue initialement et compensée par le transfert de la classe de Frontenex à Seythenex) ainsi que le maintien d’un poste à l’école Cassin dont la fermeture était prévue à la rentrée prochaine. Evolution des effectifs des classes Selon deux scenarii : AVEC et SANS révision de la carte scolaire La refonte de la carte scolaire permettra une réduction immédiate du nombre d’élèves par classe à Viuz et à Cassin et, grâce au dialogue et au partenariat avec l’Education nationale, d’inscrire les trois écoles dans une perspective durable de classes à 23/25 élèves, soit ce qui est préconisé dans les secteurs d’éducation prioritaire. ETAT ACTUEL 2017/2018 Nombre d’élèves par classe SANS la refonte 2018/2019 Nombre d’élèves par classe Groupe scolaire Cassin 24,09 26,70 * Sur la base des enfants inscrits en maternelle à l’heure actuelle. AVEC la refonte 2018/2019 Nombre d’élèves par classe 24,27 AVEC la refonte* 2019/2020 Nombre d’élèves par classe 24,18 Groupe scolaire Viuz 25,60 25,70 24,91 23,64 Primaire de Seythenex 16,66 26,00 25,00 23,33 Ecole de Vesonne Ecole de Frontenex 20,00 24,00 17,00 20,00 taille moyenne des classes au-dessous de 25 élèves, taille moyenne des classes autour de 25 élèves, taille moyenne des classes au-dessus de 25 élèves. Chaque année, la direction de l’Education nationale fixe, après avis des instances représentatives, les seuils dit «d’ouverture» de classe, soit le nombre maximum d’élèves par classe «en moyenne» dans chaque commune et éventuellement dans chaque établissement. Pour l’année 2018/2019, les seuils ont été fixés comme suit : 28 en élémentaire, 30 en maternelle, 25 en secteur d’éducation prioritaire (dits REP et REP+). Faverges-Seythenex ne sera sans doute pas dans les prochaines années classée en REP ou REP+ car les établissements qui servent de référence sont les collèges. Or, le collège de Faverges-Seythenex qui accueille les enfants de huit communes ne rentre pas dans ces critères sociaux et éducatifs. Pourtant, nous le savons désormais (voir encart sur la taille des classes ci-dessus), le nombre d’élèves par classe a une importance capitale dans la réduction des inégalités et l’apprentissage des enfants. C’est pourquoi l’objectif de la commune, en créant des liens de confiance durables avec l’Education nationale, est bien de permettre que le nombre d’élèves moyen par classe ne dépasse pas les seuils de l’éducation prioritaire. Cette opération ne pouvait être rendue possible que par une refonte de la carte scolaire. Mais alors, qui fait quoi ? En vérité, qui décide de la carte scolaire ? C’est le conseil municipal. Mais alors, pourquoi dit-on que l’Etat a une influence sur ce qui arrive aujourd’hui ? Le directeur académique 8 des services de l’Education nationale a adressé à la commune un courrier au premier trimestre 2017. En tant que commune nouvelle, Faverges-Seythenex devait notamment répondre à des exigences d’optimisation des ressources humaines et des matériels, et favoriser la mixité sociale. D’accord, mais la commune aurait pu ne pas prendre en compte ces remarques ? Tout est possible mais il ne faut pas oublier que c’est l’Etat qui attribue les postes. Le dialogue et une étroite collaboration sont ainsi primordiaux entre la commune et l’Education nationale.

[close]

p. 9

Moins d’élèves par classe pour plus de réussite scolaire ? Le ministère de l’Education nationale est actuellement en train de dédoubler certaines classes du cycle 2, persuadé que cet effort (pour l’instant ciblé sur des territoires prioritaires) va dans le sens d’un meilleur apprentissage et d’une meilleure égalité des chances. En novembre 2014, la revue très officielle «Education & formations» (n°85) a publié une étude d’Olivier Monso qui affirme aussi l’intérêt des classes à faible effectif dans la réussite scolaire. Une étude, déjà réalisée en 2006 par Thomas Piketty et Mathieu Valdenaire (École des hautes études en sciences sociales) met en évidence des impacts positifs nettement plus élevés que ceux supposés habituellement, pour le premier degré et ce, grâce à la méthode de réduction du nombre d’élèves par classe. D’après leurs estimations, une forte politique de ciblage (réduction supplémentaire de cinq élèves des tailles de classe par exemple) conduirait à une réduction de 46 % de l’inégalité de réussite scolaire. C’est donc un fait scientifique établi : la question du nombre d’élèves par classe a un impact décisif sur la réussite scolaire, particulièrement s’agissant des élèves défavorisés socialement ou culturellement. Dans les écoles Non ! On n’oppose pas les «riches» aux «pauvres» N°9 - avril 2018 Alors que certaines familles ont été choquées que la mairie les considère comme «aisées» dans les écoles de hameaux, l’analyse se basait sur des chiffres. A Viuz et à Cassin, 40 % des familles sont sous la barre des 801 € de quotient familial ; elles ne sont que 20 % à Seythenex et seulement 10 % dans les écoles de hameaux. De même, alors qu’il y a 40 % de logements sociaux sur le secteur scolaire de Viuz et 30 % sur celui de Cassin, il n’y en a tout simplement pas du tout sur les écoles de hameaux et 2% à Seythenex. C’est cela la mixité sociale : permettre à l’ensemble des enfants de construire et de se construire ensemble. La question n’est pas de parler de «riches» ou de «pauvres» ou d’opposer quiconque mais bien de se dire que, dans certains secteurs de la commune, il y a en effet des familles avec de meilleurs revenus et, par effet de conséquence, souvent des enfants qui bénéficient de meilleures chances éducatives et sociales. La mixité sociale doit permettre de favoriser la meilleure réussite de tous. Restauration scolaire : des menus plus équilibrés et variés Depuis février 2018, la commune a recours à une diététicienne pour que les menus proposés par le restaurant municipal correspondent au mieux aux besoins nutritionnels des usagers du service. 101 958 repas ont été préparés en 2017 pour les enfants des écoles et des structures «petite enfance» (multi-accueil et halte-garderie) et les personnes âgées dans le cadre du portage des repas à domicile. Clara Gauthier, diététicienne installée à Faverges-Seythenex, intervient désormais comme conseil dans l’élaboration des menus auprès de l’équipe du restaurant municipal de Viuz. «L’objectif de cette nouvelle collaboration avec Clara Gauthier est de nous aider à composer des menus variés et adaptés, notamment pour les écoles et les structures petite enfance», explique Laurence Montel, directrice du pôle enfance en mairie. D’ores et déjà, des menus spécifiques ont été mis en place pour les tout petits et les modes de cuisson et d’assaisonnement ont été adaptés. Pour Clara, «l’objectif est d’apporter un équilibre alimentaire pour l’ensemble des usagers du restaurant municipal car l’alimentation est une composante essentielle de l’état de santé et contribue au bien-être et au plaisir des convives. Cet aspect est une part importante du travail de diététicien et je suis ravie de pouvoir collaborer avec l’équipe de cuisine et le CCAS dans cet objectif». De gauche à droite, Clara Gauthier, Laurence Montel, directrice du pôle enfance/jeunesse, Sylvie Martin, directrice du multi-accueil et Eric Pilato, second de cuisine au restaurant municipal de Viuz. 9

[close]

p. 10

N°9 - avril 2018 Dans les écoles Rentrée 2018-2019 : Vers un retour à la semaine de 4 jours ? Le décret Blanquer du 28 juin 2017 a ouvert aux communes la possibilité de revenir à la semaine de quatre jours, en formulant une demande de dérogation auprès de l’Education nationale. Pour ce faire, la commune a engagé des démarches, demandé l’avis des conseils d’écoles et des partenaires éducatifs sur la base de deux questionnaires diffusés en novembre 2017 puis en mars 2018. Le résultat de cette consultation préconise un retour à la semaine de quatre jours. En novembre dernier, l’enquête complétée par de nombreux parents et enseignants (72 % de taux de participation) a permis de recueillir leur opinion sur l’organisation de la semaine de 4,5 jours et un éventuel retour à la semaine de 4 jours. Ainsi : - 51 % se sont dit satisfaits de l’organisation actuelle sur 4,5 jours, - 53 % ont dit préférer un retour à la semaine de 4 jours, à la condition de mettre en place des activités gratuites le mercredi matin. Conformément au décret Blanquer, les conseils d’école se sont réunis (voir tableau ci-dessous). Face à cette situation (indécision des deux groupes scolaires représentant 85% des élèves), deux hypothèses ont été soumises aux enseignants et aux parents des groupes scolaires René Cassin et Viuz courant mars. Avis des conseils d’écoles Retour à la semaine de 4 jours POUR CONTRE ABSTENTION Les horaires proposés ont tenu compte des remarques émises par les équipes enseignantes et par les membres du comité de pilotage du Projet Educatif de Territoire qui s’est réuni le 24 janvier dernier. - Le maintien de la semaine de 4,5 jours permet de respecter l’ensemble des objectifs fixés : rallonger la matinée, réduire la pause méridienne et la journée d’école. - La semaine de 4 jours permet l’allongement de la matinée de classe, tout en maintenant les horaires de début et de fin de classes, conformément au souhait des familles (8h30/16h30). 65 % des enseignants et des familles ayant répondu au questionnaire se sont positionnés favorablement pour un passage à la semaine de 4 jours. (taux de participation au questionnaire : 68 %) Que va-t-il se passer maintenant ? La municipalité a formulé sa demande de dérogation auprès du directeur académique de l’Education nationale, et proposé l’emploi du temps ci-dessous. Les réflexions vont se poursuivre autour de l’organisation du mercredi, dans l’attente du «Plan mercredi» annoncé par le ministre de l’Education nationale. Groupe scolaire de Viuz 9 10 3 Groupe scolaire René Cassin Ecole primaire de Seythenex Ecole élémentaire de Vesonne 13 8 4 13 / / / / / Le nouvel emploi du temps des écoles maternelles et élémentaires Sous réserve de l’approbation de l’Education nationale et des éléments du «Plan mercredi» Ecole élémentaire de Frontenex 4 / / 7h30 LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI Accueil de loisirs Accueil de loisirs Accueil de loisirs Accueil de loisirs Accueil de loisirs 8h30 périscolaire périscolaire périscolaire périscolaire périscolaire Classe 3h30 12h00 Repas Classe 3h30 Repas Mercredi matin sans cartable Classe 3h30 Repas Classe 3h30 Repas 14h00 16h30 2h Classe 2h30 2h Classe 2h30 Accueil de loisirs 2h Classe 2h30 2h Classe 2h30 Accueil de loisirs Accueil de loisirs 18h00 18h30 périscolaire périscolaire Accueil de loisirs Accueil de loisirs périscolaire périscolaire 10

[close]

p. 11

Culture Chaque année, la médiathèque dresse un bilan de son activité. Quelques chiffres significatifs mettent en lumière certains éléments et tendances qui ont caractérisé l’année 2017, à commencer par l’augmentation de 8% du nombre d’abonnés ! Les documents disponibles en prêt 18 054 (10 403 pour adultes, 5 913 pour enfants) dont 16 316 livres, 1 025 CD, 545 DVD et 48 abonnements presse papier Le chiffre qui étonne : 200 documents à ranger par jour ! Le fonds accessible en ligne de Savoie Biblio : e-media La médiathèque met à la disposition de ses abonnés un fonds accessible en ligne, gratuit : presse : une centaine de magazines (journaux, hebdomadaires, quotidiens, presse régionale, nationale, étrangère...) autoformation (+ de 2 600 cours, musique, soutien scolaire et remise à niveau adulte, langues, vie professionnelle, code de la route...), cinéma (600 films, fiction, courts-métrages, films d’animation...). Le chiffre en hausse : + 7% de prêt de documents en 2017 L’espace numérique : Fréquentation en accès libre : 1 884 personnes ont utilisé un ordinateur en 2017 dans le cadre de l’espace numérique. Fréquentation des ateliers (2 ateliers par mois) : 123 personnes. L’activité qui explose : + 30% de fréquentation pour les ateliers numériques La médiathèque reçoit, en plus du public (abonné ou non) : 22 classes des écoles maternelles et élémentaires, les structures de la petite enfance (multi-accueil, halte-garderie et RAM), les nouvelles activités périscolaires, des structures éducatives (IME*, Gai logis, SESSAD**) Chaque visite donne lieu à une animation construite et animée par les bibliothécaires en plus du prêt de documents. Les animations pour les scolaires : kamishibai***, raconte-tapis, BD, conte, illustration, fantasy... Les actions culturelles en 2017 : 8 expositions 10 séances de conte pour enfants 8 ateliers enfants/adultes 3 films-conférences 3 spectacles enfants/adultes 5 rencontres du comité de lecture 6 ateliers et 2 spectacles dans le cadre de Fabric’Arts 2 temps forts : Japon et «Femmes debout». * Institut Médico-Educatif. ** Service d’éducation spéciale et de soins à domicile. *** Genre narratif japonais, sorte de théâtre ambulant où des artistes racontent des histoires en faisant défiler des illustrations devant les spectateurs. N°9 - avril 2018 Samedi 21 dimanche 22 AVRIL PRINTEMPS DES CHÈVRES 9e édition Concours de chèvres, concours de fromages, concours photo... Animations : ateliers culinaires, céramique, démonstration de chiens de troupeau, accrobranches, espace jeux... A partir de 10h - parc Berger, salle polyvalente, place Serand Samedi 28 AVRIL REPAS DANSANT DE FARO Salle polyvalente, place Serand Dimanche 6 MAI TROC’ PLANTES Echanges de plants, conseils, petits secrets de jardinage, taille… Dépôt des plants à partir de 12h30 Ouverture au public de 14h à 16h Salle hors sac du foyer des Combes à Seythenex Inscription préalable au 04 50 46 32 20 ! Samedi 12 MAI LES TIREUX D’ROCHE Concert dans le cadre de la saison culturelle mise en oeuvre par la ville de Faverges-Seythenex Groupe musical québécois fondé en 1998. Partout où ils passent, Les Tireux d’Roches suscitent indéniablement des moments de réjouissance. Leur approche de l’univers folk et traditionnel est perçue comme une musique du monde bien ancrée dans le terroir québécois. Conteursmusiciens-chansonniers, ils jouent d’un grand nombre d’instruments (violoncelle, bouzouki, guitare, banjo, saxophones, clarinettes, accordéon, flûte, harmonica). 20h30 - Foyer municipal Tarif : 10 e. Tarif réduit (- de 25 ans, chômeurs, étudiants, groupe de + de 10 personnes) : 8 e. Pré-vente à l’Office de tourisme. Vente sur place le soir-même. Dimanche 13 MAI VIDE-GRENIERS ACCRO2GYM Place Serand Samedi 19 MAI LE PARC AUX ARTISTES De 9h30 à 19h - Parc Berger, salle polyvalente 11 Davy Hay Galland

[close]

p. 12

LA RÉTROSPECTIVE - en images 12

[close]

p. 13

M. Dufournet LA RÉTROSPECTIVE - en images La journée du 27 Tradition respectée pour la fanfare du 27e BCA qui a offfert une magnifique journée musicale à FavergesSeythenex : animation dès 9h le 27 février dernier devant trois classes de l’école de Viuz, aubade en fin de matinée puis magnifique concert devant pas moins de 450 personnes. Des musiciens talentueux, sympathiques et soucieux de partager leur talent et leur amour pour la musique ! Carnaval ! Salué par le soleil, le défilé du carnaval de Faverges-Seythenex a réuni plus de 500 carnavaliers le 24 mars dernier. Les associations se sont investies pleinement pour former un cortège composé de 14 troupes et 8 chars. Une très belle organisation pilotée par La Soierie et beaucoup d’heures de travail, d’invention et de créativité pour arriver à ce résultat. Un grand bravo à tous ! 13

[close]

p. 14

M. Dufournet M. Dufournet LA RÉTROSPECTIVE - en images L’aventure «Dis-moi dix mots Très belle soirée autour des dix mots le 23 mars dernier dans la cour de la médiathèque, avec des enfants et des jeunes très impliqués, investis dans leur rôle et leurs mots, pleins de fantaisie, heureux de se produire devant un public. Une belle restitution des ateliers conduits par Sylvie Santi depuis plusieurs semaines sur le territoire, avec : - des élèves de l’école de Cons Sainte-Colombe et leur enseignante Laura Tissot (classe de CE1 à CM2) - des élèves de 6e du collège et leur enseignante de français Sarah Cointepas, - des jeunes de l’IME, - des jeunes et des adultes réunis lors des ateliers mis en œuvre à la médiathèque. 14 M. Dufournet

[close]

p. 15

LA RÉTROSPECTIVE - en images M. Dufournet Magnifiques concerts 27 et 29 mars à Doussard, deux concerts «HK, Saïd et les enfants» : magnifiques rendezvous mettant en scène et en valeur les 400 enfants des écoles de Doussard, Faverges-Seythenex, Lathuile, Marlens et Saint-Ferréol (16 classes !), leurs enseignants, Amandine Duret, musicienne intervenante en milieu scolaire, l’orchestre jeunes de l’école de musique de Faverges-Seythenex... Ces deux concerts mettent un point d’orgue à la résidence de HK et Saïd dans le cadre de Fabric’Arts. Esprit zéro déchet Le Festival Z’Héros déchet organisé par Pays de Faverges Environnement a mobilisé les énergies. La thématique de la réduction des déchets, portée par de très nombreux bénévoles et partenaires, a trouvé de multiples illustrations par des ateliers pratiques, présentations, séances de cinéma et débats, répartis sur plusieurs jours. Trier, recycler, réutiliser, transformer... autant de verbes et d’actions concrètes que l’on peut mettre en oeuvre et qui trouve résonnance au Pays de Faverges. La Régie de La Sambuy n’est plus ! Vive la Régie des remontées mécaniques, de gestion et de développement des sites touristiques de Faverges-Seythenex… C’est long. Un peu trop ! On l’appellera donc entre nous : la Régie communale touristique ou même «la Régie» ! Pourquoi ce changement de statut validé par le conseil municipal du 9 avril dernier ? Parce qu’au 1er mai, La Sambuy ne sera plus le seul site géré par cette Régie qui aura aussi la charge du site du Val de Tamié (foyer de ski de fond des Combes), auparavant géré par une association. Les bénévoles ont réalisé ces dernières années un travail extraordinaire pour faire vivre ce lieu. Aujourd’hui, avec la construction de trois chalets assurée par la commune et la volonté de dynamiser encore plus le potentiel des deux sites sur quatre saisons, il s’agit de gagner en mutualisation et en potentiel d’action. Les deux sites deviennent donc désormais cousins, tout en gardant leurs spécificités comme le montrent, en avant première, leurs nouveaux logos. Une nouvelle union pilotée directement par la commune pour mieux faire vivre l’attractivité de notre territoire ! 15

[close]

Comments

no comments yet