Embed or link this publication

Popular Pages


p. 1

Bimestriel - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018 N°90 Lumières Spirituelles {Lumière sur Lumière, Dieu guide à Sa Lumière qui (Il) veut.}(35/24) CONNAÎTRE DIEU PAR Son Imam(p) (1) 8e CONCOURS SUR L’IMAM(qa) de Sha‘bân 1439 “KALKI” LE ‘SAUVEUR’ des Hindous LA COLÈRE (fin) : CONCLUSIONS et test de révision AVOIR UNE CONSCIENCE www.lumieres-spirituelles.net - Fb : lumieres spirituelles politique active 1

[close]

p. 2

S O M M A I R E du N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018 3 - Éditorial 4 - La Prière Règles concernant l’intention (1-3) 5 - L’invocation pour la sécurité, du Messager de Dieu(s) 6 - Le Coran  Sourate al-‘Âdiyât (100) Les Coursiers (2) 8 - La relation avec l’Imam(qa) 8-Al-Mahdi(qa) et le « Jour d’al-Qâ’im » (b) 9-8e concours à propos d’al-Mahdî(qa) 10 - Connaître Dieu Connaître Dieu par Son Imam(p) (1) 11 - Expces Spirituelles des Infaillibles(p) La vie ‘gnostique’ de l’Imam ‘Alî(p) (19) 12 - La Voie de l’Éloquence Biens et exhortation au bien 13 - Méditer sur une photo Reflets du soleil dans une vague 14 - Notre réelle Demeure Les trois « jours/lieux » de l’homme (2) 15 - Des états spirituels L’attente de l’Imam al-Mahdî(qa) p13 Reflets du soleil dans une vague.. 16 - Méditer sur l’Actualité 16-Avoir une conscience politique active 17-Message de l’imam al-Khâmine’î(qDp) 18 - Le Bon Geste Ne pas manger les poils de sa barbe 19 - Exemples des grands savants Ils n’ont pas besoin de me(qa) chercher.. 20 - La Bonne Action Réflexion sur Dieu à partir de Ses Signes 21 - Notre Santé 21-La colère - Traitement (5-4) L’extirper 22-Quiz exceptionnel final sur la colère 23-Réponse à «Faut-il réhabiliter la colère?» 24-Autres « sawîq » (3) 25-La bouche - ce qui la bonifie (1-2) 26 - Les Lieux Saints Sanctuaire du ‘Renvoi du soleil’ en Irak (1) 28 - Initiatives autour.. du Sahîfah as-Sajjâdiyyah de l’Imam Sajjâd(p) 30 - Expces Spirituelles des autres « Kalkî » le ‘sauveur’ des Hindous 31 - Le Courrier du lecteur A propos de la compassion bouddhiste 32 - Le Livre du Mois « L’Homme de 250 ans » d’al-Khâmine’î(qDp) 34 - Le Coin Notes p28 Initiatives autour du « Sahîfah asSajjâdiyyah » p26 Sanctuaire du ‘Renvoi du soleil’ à al-Hilla en Irak (1) p30 « Kalkî » le ‘sauveur’ des Hindous 2 www.lumieres-spirituelles.net N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018

[close]

p. 3

ÉDITORIAL En route vers le mois béni de Ramadan A l’époque de ces rapides grands changements tant sur les plans financier et technologique que sur les plans politique et économique, il est important de trouver la Sagesse, la Règle divine derrière ces évènements, et surtout de découvrir comment profiter de ces situations pour « attendre » de la meilleure façon l’Imam al-Mahdî(qa). Notamment en vue de le(qa) connaître et de le(qa) faire connaître comme étant celui qui répond aux aspirations du monde entier, que toutes les religions invoquent pour sauver l’humanité des désastres de l’injustice et de la corruption. Et aussi en vue de nous préparer nous-mêmes à sa sortie, en améliorant nos actes d’adoration de Dieu et en purifiant nos intentions, en appliquant les règles de perfectionnement des qualités et des actes de la morale, dans l’accomplissement de notre devoir (taklîf) et la lutte de/ contre l’âme. Durant ces deux mois bénis de Rajab et de Sha‘bân, les occasions ne manquent pas pour approfondir notre connaissance du noble Coran et nous rapprocher des Imams(p) Infaillibles avec : la commémoration de la naissance -du Prince des croyants(p), le 13 Rajab -de son fils, l’Imam al-Hussein(p), le 3 Sha‘bân (et de son frère Abû Fadl al-Abbas(p) le lendemain) -de son fils, l’Imam as-Sajjâd(p), le 5 Sha‘bân -de son fils, l’Imam al-Bâqer(p), le 1er Rajab -du 10e Imam, l’Imam al-Hâdî(p), le 2 Rajab -et enfin de son petit-fils, l’Imam al-Mahdî(qa) attendu, le 15 Sha‘bân la commémoration du martyre -de l’Imam al-Kâzhem(p), le 25 Rajab -du 10e Imam, l’Imam al-Hâdî(p), le 3 Rajab la célébration du début de la Révélation, le 27 Rajab. Les mois de Rajab et de Sha‘bân sont aussi les mois de préparation pour la grande invitation mensuelle annuelle au Banquet divin du mois béni de Ramadan, -en réglant ses comptes avec le shaytân pour qu’il ne soit pas présent pendant le mois de Ramadan, quand les portes lui seront fermées ; -en relâchant ses attaches avec ce bas-monde, ses parures, ses activités vaines ou secondaires ; -en purifiant son for intérieur à travers la lecture du noble Coran et la récitation des invocations, ainsi qu’à travers la pratique d’actes d’adoration recommandés durant ces deux mois ; -enfin, en mettant en place un programme particulier qui sera suivi pendant le mois de Ramadan, pour se rendre disponible exclusivement à Dieu, à l’écoute de Ses Recommandations et prêt à recevoir Ses Effusions. N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018 www.lumieres-spirituelles.net 3

[close]

p. 4

L A P R I È R E  l’ascension vers Dieu C/Règles de conduite concernant des éléments de la prière Des règles de conduite concernant l’intention 1-De la réalité de l’intention dans les actes d’adoration (3) Après avoir donné la définition de l’intention, l’imam al-Khomeynî(qs) met en garde contre les agissements du shaytân, même au niveau de l’intention, et voici un exemple au niveau des petites ablutions. (fin) RUSES DU SHAYTÂN AU NIVEAU DES PETITES ABLUTIONS Par exemple, en ce qui concerne les petites ablutions. Des propos rapportés répétés mettent en évidence les petites ablutions effectuées par le Messager de Dieu(s). Selon l’apparence, il(s) versait un peu d’eau sur son visage, un peu d’eau sur son [avant-bras] droit et un peu d’eau sur son [avant-bras] gauche. Et il y a un consensus parmi les savants juridiques imamites sur le fait de confirmer (après vérification) que ces petites ablutions sont justes, et il en est de même en ce qui concerne le Livre de Dieu. Certains ont soulevé le problème d’un second « lavage », même ! celui de verser une seconde fois de l’eau. Cependant, il n’y a pas de mal pour le second versement. De même pour le second « lavage », même s’il y a à dire sur le fait que cela soit recommandé. Mais le troisième lavage est une invention (bida‘at) et annule les petites ablutions, sans aucun problème, que ce soit du point de vue des propos rapportés que des décrets (fatwas). Maintenant, regardez l’acte de ce malheureux obsédé : il ne se contente pas de vingt « poignées », chacune recouvrant tout le bras/main et recommençant le « lavage » en entier. Alors, sans aucun problème, ses petites ablutions sont nulles. Et ce malheureux, à la raison faible, obéissant au shaytân et à ses insinuations, voit cet acte accompli comme juste et répondant à la précaution, et les actes de tous les autres gens comme nuls ! De là, on perçoit la justesse du propos rapporté [cité précédemment] qui le considère comme sans raison. Celui qui considère comme juste un acte en contradiction avec celui du Messager de Dieu(s) et comme faux celui qui lui correspond, est sorti de la religion ou sans raison. Dans la mesure où ce malheureux n’est pas hors de la religion, il est alors stupide, sans raison, obéissant au shaytân et en opposition au Tout-Miséricordieux. REMÈDES.. Il n’y a de remèdes, pour ce malheur et ce mal pénible, que la réflexion sur les choses que nous avons évoquées et la comparaison de ses actes avec ceux des pratiquants, des savants et des juristes (que la Satisfaction de Dieu soit sur eux). S’il se voit en divergence avec eux, alors qu’il rabatte l’orgueil du shaytân et ne se préoccupe pas de ce scélérat. Et si le shaytân lui insinue que son acte est nul, qu’il lui réponde : « Si mon acte est faux, alors l’acte de l’ensemble des savants de la nation serait faux. » Il est à supposer que, s’il contredit le shaytân pendant un certain temps et qu’il cherche, dans ce cadre, la protection de Dieu contre son mal, [reconnaissant] son impuissance et son besoin, cette maladie va disparaître et l’œil ambitieux du shaytân se séparera de lui. Dans les propos rapportés, il est évoqué cette méthode pour repousser la multitude des doutes qui fait aussi partie des dictions du shaytân. Il est rapporté dans le noble Kâfî d’une chaîne de transmission remontant à [l’Imam] Abû Ja‘far al-Bâqer(p) : « Si la distraction se multiplie en toi, accomplis ta prière, elle [la distraction] te quittera, car elle est du shaytân. » Et de l’Imam al-Bâqer(p) ou asSâdeq(p) : « N’habituez pas le scélérat à rompre de vous-même la prière alors vous le rendez avide. Car le shaytân scélérat se familiarise avec celui qui s’habitue. Achevez [la prière] dans l’illusion et qu’il ne multiplie pas de rompre la prière. S’il agit ainsi plusieurs fois, le doute ne reviendra plus à lui. » Zurârat dit : « Le scélérat veut être obéi alors si on lui désobéit, il ne revient plus.. » Cela fait partie des remèdes importants pour l’ensemble des dictions du shaytân, des stupidités illusoires sataniques. Et dans les nobles hadiths, il y a aussi des invocations qui conviennent également. Que ceux qui le veulent, consultent al-Wasâ’il et ses Mustadrak, à la fin du « livre » (chapitre) sur les défauts (al-khalal). d’après Al-Adab al Ma‘nawiyyah li-s-Salât de l’Imam al-Khomeynî(qs) Maqâlat 3 – Partie III – Un exemple des ruses du shaytân au niveau Chap.1 (pp170-171) des intentions : son intervention au niveau des petites ablutions, dans la multiplication des ‘lavages’. Dans ce cas, se réfugier auprès de Dieu, passer outre, invoquer Dieu.. 4 www.lumieres-spirituelles.net N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018

[close]

p. 5

L’Invocation pour la sécurité « Ô Lumière ! Ô Preuve ! Ô Celui qui illumine ! Ô Celui qui met en évidence ! Ô Seigneur ! Protège-moi du mal des maux et des fléaux des époques ! Et je Te demande le salut le jour où l’on souffle dans les trompettes ! » L’I N V O C A T I O N s’entretenir avec Dieu De l’Imam al-Jawâd(p), dans un long hadith remontant au Messager de Dien(s), ‘Uyûn Akhbâr ar-Ridâ(p), vol.1 p64 (cité par Diyâ as-Sâlihîna p533). L’Imam al-Hâdî(p) intervient en faveur de celui qui la récite et le mène au Paradis. Yâ nûru yâ burhânu yâ munîru yâ mubînu yâ rabb Akfinî sharra ash-shurûri wa âfâti ad-duhûri Wa as’aluka an-najâta yawma yunfakhu fî-s-sûri. ‫يَا ُنوُر يَا ُب ْر َها ُ‏ن يا ُمِنيُر يا ُمِبيُن يا َر ّب‬ ‫اَوأْكَِفْسِأَلُنَكَشاَلّرَنّاَلجُاّشةَُريَوْوِرمَ َوُينآْفَفَاُخِتِفالاُلّد ُُّهصووِِرر‬ N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018 www.lumieres-spirituelles.net 5

[close]

p. 6

L E C O R A N réfléchir sur les versets Sourate al-‘Âdiyât (les coursiers) 100 (2) ‫سورة العاديات‬ ‫ِب ْسِم الَّلِالَّر ْ َح ِن الَّر ِحيِم‬ Bi-smi-llâhi arRahmâni ar-Rahîmi, Par le Nom de Dieu, le ToutMiséricordieux, le Très-Miséricordieux, )1(‫َوالَْعاِديَا ِت َضبْ ًحا‬ )))532(()(‫اا‬4‫فففَََفَاأََواْلثَُْلَُِسْغرويَْطِنرَريََِنبااِِهبِِتِتهنَقُْقَصًَعْدبْاْج(ًًححًعا‬ Wa-l-‘âdiyâti dabhann, fa-l-mûriyâti qad’hann, fa-l-mughîrâti subhann, fa-atharna bihi naq‘ann, fa-wasatna bihi jam‘ann Par les coursiers rapides et haletants(1) qui font jaillir des étincelles,(2) puis qui attaquent au matin,(3) puis font voler la poussière,(4) puis pénètrent au centre de la troupe !(5) Reprise de la sourate verset par verset, (en nous aidant des interprétations de cette sourate de sayyed TabâTabâ’i dans «al-Mîzân», de sheikh Makârem Shîrâzî dans «al-Amthâl», de sayyed Hassan al-Mustafawî dans son «Tahqîq fî kalimât al-Qurân al-karîm», de docteur Mahmoud Bostani dans «at-Tafsîr al-binâ’î lil-Qurân al-karîm», de shahîd al-Mutaharî dans son «Drûs min al-Qurân» (pp63-74), de sheikh Ibn ‘Arabî dans son «Tafsîr al-Qurân»). Commençons par les versets du serment. Wa-l-‘âdiyâti dabhann )1(‫َوالَْعاِديَا ِت َضبْ ًحا‬ t« wa » : Particule + nom suivi au cas indirect (i) = pour introduire un serment. t« al-‘âdiyât » : vient du verbe «‘adâ » (courir, assaillir, se jeter (+ ‘alâ = être l’ennemi de..)) et du mot «‘adû » (la course, l’éloignement, l’hostilité) au pl. = ceux qui courent rapidement (chevaux ou chameaux), coursiers rapides. Les avis divergent sur le sens à donner à « al-‘âdiyât ». L’avis majoritaire opte pour des chevaux rapides se précipitant vers le champ de bataille. Pour les autres, il s’agirait de chameaux transportant les pèlerins entre les stations durant le Hajj. Ces derniers s’appuient sur un propos rapporté par Ibn Abbas allant dans ce sens. Les deux points de vue peuvent être considérés dans ce verset. Le propos rapporté d’Ibn Abbas serait une indication pour ne pas limiter le sens du mot aux seuls chevaux qui ne s’appliquent pas en tout lieu ou en toute circonstance. t« dabhann » : le bruit que fait le cheval (ou le chameau) quand il respire fort, le fait de haleter, en apposition. Le serment se fait sur des chevaux ou des chameaux, galopant vers le champ de bataille ou entre ‘Arafat et Mina au Hajj, qui sont en train de haleter tant leur course est rapide. fa-l-mûriyâti qad’hann )2(‫فَاْلُو ِريَا ِت قَْد ًحا‬ t« fa » : Particule de coordination indiquant une succession de faits = et, alors, donc, puis. tal-mûriyât » : nom dérivé du verbe « arâ » (allumer, s’enflammer) = ceux qui enflamment, provoquent des étincelles. t« qad’hann » : du verbe « qadaha » qui signifie à l’origine frapper (avec une pierre, du bois ou du fer) pour provoquer des étincelles, faire naître du feu, Les chevaux ont des fers aux sabots qui font jaillir des étincelles quand ils se frottent aux pierres dans leur course. Si ce sont des chameaux, s’agirait-il de feux allumés par les pèlerins aux stations pour manger, ou des étincelles provoquées par des jets de pierres au passage des chameaux ? fa-l-mughîrâti subhann )3(‫فَاْلُِغيَرا ِت ُصبْ ًحا‬ t« al-mughîrâti » : nom dérivé du verbe « ghâra » (s’enfoncer, pénétrer) = ceux qui foncent, passent à l’offensive, attaquent (au début avec des chevaux). t« subhann » : le matin, au matin. Les chevaux, s’étant approchés du champ de bataille la nuit, ont lancé l’offensive au lever du jour. Et s’il s’agit de chameaux, le verset fait allusion à leur déplacement le jour de l’Aïd d’al-Mash‘ar à Mina. fa-atharna bihi naq‘ann )4(‫فَأَثَ ْر َن ِب ِه نَقًْعا‬ t« atharna » : nom verbal dérivé du verbe t« bi-hi » : « bi » indique-t-il la cause avec « athar » = le fait de répandre (la « hi » (pronom personnel à la 3e p.s.) poussière, la fumée) dans l’atmosphère. renvoyant à l’ennemi suggéré dans le 6 www.lumieres-spirituelles.net N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018

[close]

p. 7

Sourate al-‘Âdiyât (les coursiers) 100 (2) ‫سورة العاديات‬ mot « al-‘âdiyât » ou les circonstances avec « hi » renvoyant aux conditions de temps et de lieu ? t« an-naq‘u » : la poussière. Ils soulèvent la poussière à leur passage, tant ils sont rapides ! Cela prouve aussi qu’ils sont maintenant sur un terrain sableux, celui du camp militaire (ennemi) ou entre al-Mash‘ar et Mina. fa-wasatna bihi jam‘ann )5(‫فََو َس ْط َن ِب ِه َ ْج ًعا‬ t« fa-wasatna bihi » : qui se trouvent au centre. t« jam‘ann » : en groupe. Par la rapidité de leur mouvement et de leur initiative, ils se trouvent au cœur du camp ennemi pris de court. Les chevaux sont arrivés par les montagnes rocheuses et l’ennemi n’a pas fait attention à eux. A l’aube, ils se sont précipités sur le camp, soulevant la poussière de tous les côtés et se sont trouvés au cœur de l’ennemi, provoquant sa déroute, grâce à leur rapidité, leur détermination et leur courage. Selon l’autre sens, il s’agirait de l’arrivée des pèlerins à Mina. RECONSTITUTION DES CIRCONSTANCES DE LA SOURATE Selon des propos rapportés, ces versets ont été révélés lors d’une bataille appelée Dhât as-Salâsil qui eut lieu, sans doute, quand les associationnistes voulurent se lancer à l’assaut des Musulmans en l’an 8H. Le Messager(s) avait d’abord envoyé des Musulmans sous le commandement d’Abu Bakr, puis celui de ‘Amrû ben al-‘As, sans succès. A la fin, le Messager de Dieu(s) envoya l’Imam ‘Alî(p) qui choisit de prendre un chemin peu connu par les montagnes, qu’ils parcoururent la nuit. A l’aube, ils lancèrent l’attaque contre l’ennemi et l’emportèrent. Ce même matin, le Messager de Dieu se rendit à la mosquée à Médine pour accomplir la prière et il(s) récita cette sourate après al-Hamd. Les Musulmans qui priaient derrière le Prophète(s) remarquèrent qu’il(s) avait récité une nouvelle sourate. Ils attendirent la fin de la prière pour lui(s) faire remarquer que c’était la première fois qu’ils entendaient cette sourate. Le Messager(s) répondit : « Aujourd’hui, l’Ange Gabriel est descendu à moi pour m’informer que ‘Alî a dirigé les Musulmans de tel endroit et qu’il est en train de devenir victorieux. » Les gens savaient que les Musulmans étaient soumis à rude épreuve là-bas. Quelques jours plus tard, l’Imam ‘Ali rentra victorieux à Médine, avec un grand nombre de prisonniers et un important butin. (cf. Bihâr, vol.21 p66, Majma‘ al-Bayân, vol.10 p528) Cette reconstitution concerne l’interprétation d’« al-‘âdiyât » comme étant les chevaux des combattants. LE CONTENU DU SERMENT Pour que le serment porte sur ces évènements, c’est qu’ils doivent être très importants et représenter quelque chose de sacré pour Dieu. Les chevaux des soldats, leur respiration, le fer de leurs sabots, les étincelles qu’ils provoquent, la poussière qu’ils soulèvent, tout cela apparait comme sacré et ayant un rang grandiose. Et quand le serment se porte sur des chevaux, ce sont les combattants qui sont considérés, de façon indirecte, et plus particulièrement leur chef, l’Imam ‘Alî(p). Le serment est aussi une façon d’attirer l’attention sur l’importance du jihâd et de la défense de l’Islam à partir de l’exemple d’une bataille victorieuse menée par des Musulmans. Egalement sur le Hajj, comme lieu de rassemblement et d’unité des Musulmans du monde entier. N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018 www.lumieres-spirituelles.net 7

[close]

p. 8

8e concours de Sha‘bân sur l’Imam al-Mahdî(qa) 1439 En l’honneur de la commémoration de la naissance de l’Imam du Temps, l’Imam al-Mahdî(qa), participez au concours annuel de Sha‘bân. A tout quiz répondu correctement un petit cadeau spirituel et matériel (livres ou argent d’une valeur de 100$) sera offert, à condition que la réponse nous arrive avant la publication du numéro suivant où les réponses seront données. Faites-vous partie de ceux qui préparent son apparition ? 1-Le « Jour » d’al-Qâ’im correspond à la période de… Une erreur s’est glissée. Laquelle ? a-l’instauration d’un gouvernement qui appliquera la Loi divine sur terre. b-la mise en place la plus grandiose des fondements de la transformation du monde ici-bas vers Dieu. c-le point de départ des êtres humains, individuellement et collectivement, vers les sept cieux. d-la purification de la terre des causes du mal, des « fitnahs ». e-la fin du monde. f-la galvanisation de la raison vers son perfectionnement. 2-Pourquoi est-il important de connaître les « Jours de Dieu » ? (Donnez la réponse la plus complète.) a-Pour obéir à une demande divine formulée par l’intermédiaire de son Prophète Moussa(p). b-Pour mieux comprendre le projet de l’Imam al-Mahdî(qa). c-Pour connaître ce que Dieu (qu’Il soit Glorifié) attend de nous. d-Pour mieux comprendre les raisons de l’occultation de l’Imam al-Mahdî(qa) et de sa durée. e-Pour connaître nos insuffisances, causes de l’occultation de l’Imam al-Mahdî(qa). f-Toutes les réponses. 3-Selon un propos rapporté de l’Imam as-Sâdeq(p), les « Jours de Dieu » sont de l’ordre de trois. Voici un certain nombre d’appellations retenues concernant ces trois jours. I)Pouvez-vous les répartir en trois groupes ? a-yum al-Jama‘a ; b-yum al-Ba‘ath ; c-yum al-Waqt al-ma‘lûm ; d-yum al-Karrat ; e-yum al-Ma’âb ; f-yum al-Qâ’im ; g-yum al-Qiyâmat ; h-yum al-Raja‘at. Groupe A : Groupe B : Groupe C : II)Pouvez-vous donner l’ordre d’apparition (ou de réalisation) de ces trois Jours de Dieu ? 1-…………………………………….…………………………… 2-………………………………………………………………….. 3-………………………………………………………………………….. 4-Vrai ou faux ? (V/F) a-Le projet de l’Imam al-Mahdî(qa) se limite à instaurer la justice sur terre. b-Le mot « Jour » (yum) est souvent cité dans le noble Coran et désigne un seul et même Jour. c-On ne laissera pas l’Imam al-Mahdî(qa) établir la Religion/Jugement de Dieu sur terre, comme pour les Imams(p) précédents. d-Les Imams(p) reviendront en ce monde pour gouverner pleinement. e-La période du Raja‘at  correspond à l’achèvement de l’opération de purification des mondes de toute cause du mal.. f-Le jour d’al-Qiyâmat est le jour de tous les jours de l’existence de cet univers, ce pour quoi il a été créé. g-Le projet réel divin, pour lequel les Prophètes(p) et les Imams(p) ont déployé tous leurs efforts, est d’assurer le retour de la création vers Dieu. h-Le Jour de la Résurrection arrivera soudainement, même si les deux étapes précédentes (la venue du Mahdî(qa) et le Raja‘at) n’auront pas eu lieu. i-Le développement de la raison est un obstacle pour recevoir les Emanations divines. j-L’éducation des gens se fera par l’intermédiaire du noble Coran. 5-Quels sont les trois piliers fondamentaux sur lesquels l’Imam(qa) va s’appuyer pour guider et éduquer les gens ?) 1-…………………………………….…………………………… 2-………………………………………………………………….. 3-………………………………………………………………………….. 8 www.lumieres-spirituelles.net N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018

[close]

p. 9

L’Imam al-Mahdi(qa) le « Jour d’al-Qâ’im » (b) A V E C L ’ I M A M A L - M A H D I (qa) Après avoir vu rapidement ce que représentaient les « trois Jours de Dieu » (le Jour d’al-Qâ’im, le Jour d’al-Karrat (ou ar-Raja‘at) et le Jour d’al-Qiyâmat), nous allons revenir sur les étapes du programme de l’Imam al-Mahdî(qa) pour l’expansion de la raison dans la vie humaine. Nous avons vu (cf. L.S. No85) que le Jour d’« al-Qâ’im » (d’al-Mahdî(qa)) est le Jour où l’Imam al-Mahdî(qa) vivifiera la raison et favorisera son expansion dans la vie humaine. Il(qa) le réalisera selon trois piliers fondamentaux(1) 1-la récitation du Coran, 2-la purification, 3-l’apprentissage du Livre et de la sagesse. 1-La récitation des signes (versets) du noble Coran est le moteur principal pour la raison humaine, en tant que les versets exposent les questions du monde et de la société, à l’horizon et à l’intérieur de l’âme humaine, de façon orientée (vers un but). (A la différence de ce qui se passe aujourd’hui où beaucoup de questions sont exposées par différents moyens de communication sans arriver à un quelconque résultat, sans qu’aucun lien ne soit établi avec Dieu (qu’Il soit Glorifié) ou avec les questions divines.) 2-Le début de l’opération d’éducation et de purification passe, de façon essentielle, par le contrôle par la raison des forces des instincts et de la colère afin que ces dernières ne prennent pas le dessus et qu’elles fonctionnent sous la maîtrise de cette force divine lumineuse. Toute l’opération de purification tourne autour de cette question (la maîtrise de ces deux forces) afin de permettre à la raison lumineuse de dominer la force de l’illusion (al-wahem), de diffuser son rayonnement et d’illuminer le cœur de l’individu. 3-Puis c’est le début du voyage par l’apprentissage du Livre et de la Sagesse, c’est-à-dire le système de l’existence selon lequel il faut que ce monde soit. Les gens découvrent alors, grâce à cela, des secrets de l’existence, comment elle se transforme, se remplace et bien d’autres choses encore sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir. Toutes ces choses vont se réaliser, pour la première fois, à la faveur de l’Imam du Temps(qa) pour l’ensemble des gens. Quand l’humanité commencera à réfléchir juste sur ces questions les plus grandes, des transformations qualitatives commenceront à se réaliser, avec la Volonté de Dieu. Le monde a été créé de façon à nous mener vers le Jour d’al-Qiyâmat (du Dressement, de la Résurrection), qui est le Jour de tous les jours de l’existence de cet univers. Et les victoires totales sont conditionnées par la réalisation et la vivification de la raison. La récolte grandiose se réalisera quand se formera ce mouvement de la raison où apparaîtra la capacité de la société humaine à analyser les causes de ce qui lui est arrivé de façon juste. Cela est une condition principale pour tous les mouvements des Prophètes précédents en ce monde et qu’aucun d’entre eux n’a pu réaliser à cause de la difficulté de cet ordre (pour les gens). Avec la Volonté de Dieu, elle se réalisera avec l’Imam al-Mahdî(qa). D’après sayyed Abbas Noureddine 14-05-15 (1)cf.le noble verset : {C’est Lui qui a envoyé à des gens illettrés un messager des leurs qui leur récite le Coran, les purifie et leur enseigne le Livre et la sagesse, bien qu’ils fussent auparavant dans un égarement évident.}(2/62 Le Vendredi) N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018 www.lumieres-spirituelles.net 9

[close]

p. 10

CONNAÎTRE DIEU b Connaître DIEU par la connaissance de Son Imam(p) (1) « Ô vous les gens ! Dieu, par Dieu, n’a créé les serviteurs que pour qu’ils Le connaissent ! Alors quand ils Le connaissent, ils L’adorent/Lui sont soumis. Alors quand ils L’adorent/Lui sont soumis, ils se détournent de l’adoration de quiconque autre que Lui par l’adoration de Lui. » dit l’Imam al-Hussein(p). Un jour qu’il(p) était sorti vers ses compagnons, l’Imam(p) leur avait fait un discours. Il(p) avait commencé par louer Dieu Tout-Puissant, avait prié sur Mohammed, Son Messager(s), puis avait tenu ces propos. Un homme lui avait alors demandé : « Que mon père et ma mère soient en rançon pour toi, ô fils du Messager de Dieu ! Et qu’est-ce que la connaissance de Dieu ? » L’Imam al-Hussein(p) répondit alors : « Que les gens de chaque époque connaissent leur Imam à qui l’obéissance leur est obligatoire. » (de l’Imam as-Sâdeq(p), Bihâr al-Anwâr, vol.23 p3 H22 & p93 H.40) 10 www.lumieres-spirituelles.net N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018

[close]

p. 11

La vie ‘gnostique’ de l’Imam ‘Alî(p) ! (19) E X P É R I E N C E S S P I R I T U E L L E S de nos Infaillibles(p) « Je cherche protection auprès de Toi contre le fait d’indiquer du cœur, de la langue, de la main, autre que Toi. Point de divinité autre que Toi, Unique, Un, Singulier, ‘Samed’(1) et nous Te sommes soumis. »(2) C’est ce que récitait le Prince des croyants(p) après avoir fini la prière de la nuit. Cet aspect de l’invocation met en évidence combien était grande la contemplation (al-istighrâq) visionnelle (shuhûdiyyah) du Prince des croyants(p) dans sa vision de la Beauté et de la Majesté divines, au point qu’il lui était impossible, de quelle façon que ce soit, du cœur et du contenant, en apparence et en profondeur, de se tourner vers autre que Dieu (qu’Il soit Glorifié). C’est pourquoi Ibn Abû-l-Hadîd, dans son commentaire de Nahj al-Balâgha, présente l’Imam ‘Alî(p) en ces termes (dont voici une brève présentation) : 1)‘Alî fils d’Abû Tâleb(p) n’était pas des gens de ce monde, mais un homme apte à être détenteur du droit/vérité.(3) « ‘Alî est au Paradis » (dans le sens qu’il(p) y est en ce moment(4), pas dans le sens qu’il(p) y sera le Jour de la Résurrection.)(5) 2)L’Unicité, la Justice, les nobles études sur les questions divines ne sont connues qu’à partir, que grâce aux propos de cet homme, de même en ce qui concerne la Sagesse. Le Prophète(s) disait de l’Imam ‘Alî(p) : « ‘Alî est la porte de la Cité du savoir »(6) ; « Ô ‘Alî, je suis la Cité de la Sagesse qui est le Paradis, et toi, ô ‘Alî, tu en es la porte. Et comme celui qui est dirigé se dirige vers le Paradis, ne s’y dirige que par sa porte. »(7)(5) 3)Que ‘Alî soit avec la Vérité et que la Vérité soit avec lui ne l’empêchait pas d’être le maître des combattants, le plus courageux et le plus détaché de ce monde. « Le coup de ‘Alî est meilleur que l’adoration des deux poids [hommes et djinns] »(8) donne la réelle dimension (de foi) de son jihâd. 4)L’attitude de ‘Alî fils d’Abû Tâleb(p) concernant les Biens Publics (Beit al-Mâl) en dit long sur sa piété, son détachement de ce monde et son intégrité. Tous les vendredis, il vidait entièrement les caisses du Trésor Public, priait deux raka‘ts et disait : « Que ce Trésor Public (Beit al-Mâl) témoigne à mon encontre le Jour de la Résurrection ! »(9) C’està-dire que la Maison des Biens atteste de l’absence de thésaurisation des biens, de leur détournement, de favoritisme et d’injustice dans leur distribution ! (à partir du livre al-Hayât al-‘Irfâniyyah li-l-Imâm ‘Alî(p) de sheikh Jawâdî Amolî (pp91, 113-114 & 117-118) (1)cf. l’explication de ce mot in L.S. No6 pp6-7 – (2)in Sharah Nahj al-Balâgha d’Ibn Abû-l-Hadîd, vol.20 p255 H1 – (3)cf Sharah, vol.2 p203 & cf. ce propos du Messager(s) : « ‘Alî est avec la Vérité et la Vérité est avec ‘Alî » – (4)cf. Sunan Abî Daoud, vol.4 p212 H4649 – (5) cf. al-Hayât al-‘Irfâniyyah li-l-Imâm ‘Alî(p) de sh. Jawâdî Amolî, p91 – (6)Bihâr, vol.39 p210 – (7)Amâlî de sh. Sadûq, p472 H632 – (8)Bihâr, vol.39 p2 – (9) cf. Sharah, vol.2 p199. N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018 www.lumieres-spirituelles.net 11

[close]

p. 12

N A H J A a l - B A L Â G H A (la Voie de l’Éloquence) et nous ‫نهج‬ ‫البلاغة‬ Biens et exhortation [au bien] Ton argent qui t’a exhorté [à faire le bien] ne s’en va pas. du Prince des croyants(p) in Nahj al-Balâgha, Qasr al-kalâm n°197 (ou 186) p693 .‫َلْ يَْذ َه ْب ِم ْن َمالِ َك َما َو َع َظ َك‬ Lam yadhhab min mâlika mâ wa‘azhaka. Les biens gaspillés, dilapidés s’en vont réellement et l’individu doit regretter de les avoir gaspillés parce que des comptes lui seront demandés. Par contre, les biens dépensés dans le bien ou avec clairvoyance, ne s’en vont pas sans profit ou bénéfice, même pour celui qui les détenait. En d’autres termes, si tu as perdu des biens avec clairvoyance et prévenance, ce que tu as gagné est meilleur que ce que tu as perdu (en biens). (d’après Sharah Nahj al-Balâgha de S. Abbas Alî al-Moussawî, vol.5 p364) •Lam yadhhab : ‫ َلْ يَْذ َه ْب‬verbe «dhahaba» au temps «majzûm» à cause de la particule «lam» indiquant une négation dans le passé = ne s’en est pas allé. •wa‘azha : ‫ َو َع َظ‬verbe «wa‘azha» au temps du passé pour indiquer une vérité générale = conseiller vers la vérité par des rappels utiles, des avertissements, des mises en garde profitables. 12 www.lumieres-spirituelles.net N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018

[close]

p. 13

MÉDITER SUR UNE PHOTO {Et la terre resplendira de la Lumière de son Seigneur.} (69 /39 az-Zumâr Les Groupes) Quand ? N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018 www.lumieres-spirituelles.net 13

[close]

p. 14

N O T R E R É E L L E D E M E U R E le Barzakh et l’Au-delà Par le Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux {Certes, nous sommes à Dieu et c’est vers Lui que nous retournons.}(156/2) Les trois « jours/lieux » de l’homme (2) Nous avons vu, la dernière fois, trois « jours » déterminants pour l’être humain : 1-le jour de sa naissance (de sa venue en ce monde ici-bas, ad-dunia) ; 2-le jour de sa mort (et son entrée dans le monde intermédiaire, dans la tombe) ; 3-le jour de sa résurrection (et son entrée dans la vie éternelle). Le croyant, lui, « considère le monde icibas comme une école où il apprend et se perfectionne moralement/spirituellement de sorte qu’il s’oblige à apprendre les connaissances divines dans cette école. Il s’efforce de toutes ses forces de se parer de la morale louable sur cette voie et d’acquérir les attributs humains, devenant un être humain (dans le sens de l’être humain en vérité), pour obtenir, le Jour de la Résurrection, la Miséricorde divine étendue qui englobe tout le genre humain.  Il est rapporté du Prophète Mohammed(s) : « Le serviteur ne trébuche pas le Jour de la Résurrection jusqu’au moment où il est interrogé sur quatre [choses] : 1)sur sa vie, comment il l’a passée ; 2)sur sa jeunesse, comment il l’a éprouvée ; 3)sur son savoir, comment il l’a utilisé ; 4)sur son argent, comment il l’a gagné et comment il l’a dépensé. »(Mishkât al-Anwâr p171) Al-ma‘âd bayn ar-rûh wa-l-jasad, sh. Mohammed Taqî Falsafî, vol.1 p54 Ces quatre choses sur lesquelles l’individu sera interrogé indiquent en même temps la voie de son perfectionnement au niveau individuel. Elles impliquent la maîtrise des instincts/ passions, au niveau individuel et au niveau social, en les plaçant sous le contrôle de la raison. Malheureusement, « résultat de la prédominance de l’idéologie erronée matérialiste, qui met en faillite l’équilibre entre la valeur matérielle et celle spirituelle, l’évolution et le perfectionnement des machines sont apparus à la place de l’évolution et du perfectionnement de l’être humain, de sorte que l’être humain s’est éloigné de lui-même, de son essence, au point de s’oublier lui-même et de ne pas se préoccuper de sa valeur humaine. L’évolution extraordinaire qui est apparue durant ces deux derniers siècles du point de vue de la maîtrise des forces de la nature et de la production industrielle, a rendu l’homme vaniteux, au point de négliger Dieu, de s’éloigner des enseignements religieux divins, de mépriser les valeurs humaines et de se jeter [dans la satisfaction] de ses passions/instincts bestiaux, l’empêchant d’atteindre l’élévation morale et le perfectionnement spirituel, favorisant le développement de la corruption, des crimes dans l’ensemble des pays. » Al-ma‘âd bayn ar-rûh wa-l-jasad, sh. Mohammed Taqî Falsafî, vol.1 p29 Alors que dit l’Islam ? « L’Islam dit que si l’être humain passe sa vie en ce monde icibas à obéir à Dieu, à cheminer dans les degrés de la perfection, à se parer des qualités humaines, il gagne la Satisfaction de Dieu. Ainsi se réalise pour lui un accroissement d’élévation et de perfectionnement. » Al-ma‘âd bayn ar-rûh wa-l-jasad, sh. Mohammed Taqî Falsafî, vol.1 p52 14 www.lumieres-spirituelles.net N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018

[close]

p. 15

D E S É T A T S S P I R I T U E L S dans le cheminement vers Dieu L’ « attente » de l’Imam al-Mahdî(qa) « Je me rendais à Machhad de Téhéran par train avec ma famille. Notre nouveau-né avait faim et sa mère n’avait plus de lait pour l’allaiter. Comme la meilleure nourriture de l’enfant est le lait de la mère tant sur le plan moral que celui matériel, nous ne voulions pas lui donner du lait asséché et qu’il s’y habitue. Je dis à ma femme : « Je vais voir les responsables du train, peut-être qu’ils me donneront un peu d’eau bouillie dans laquelle nous ajouterons du sucre pour lui donner à boire. » Mais les responsables du train s’excusèrent parce que l’eau bouillie n’était donnée qu’à des moments déterminés et qu’ils n’en avaient pas à ce moment-là. Le nourrisson s’était arrêté de pleurer et s’était endormi. De fatigue, la mère contrariée s’était aussi endormie. Tout d’un coup, elle se réveilla en larmes. Je lui demandai pourquoi elle pleurait. Elle me raconta son rêve. Elle me dit : « J’ai vu le Maître du Temps(qa) en rêve qui me dit : « Ma Providence et mon Attention t’ont englobée : maintenant tu as du lait et tu peux allaiter ton enfant. Et moi, dans 14 ans, j’apparaîtrai. » Je vis qu’elle avait effectivement du lait. Alors qu’elle allaitait notre enfant, je me dis en moi-même : « C’est un signe de la justesse de sa vision. » Puis, je me mis à pleurer. « Pourquoi a-t-il dit qu’il allait sortir dans 14 ans ? Comment vais-je patienter pendant 14 ans en sachant qu’il(qa) ne va pas sortir ? In shâ Allah, l’Imam(qa) voulait dire 14 jours au lieu de 14 ans ! » Je pleurai beaucoup et me mis à prier. Puis je m’endormis. Je me vis alors, dans le monde de la vision, en train de visiter l’Imam al-Hujjah(qa). L’Imam Détenteur du Temps me dit : « Ô un tel ! N’as-tu pas envie de nous voir ?! » Je répondis à l’Imam : « Ô fils du Messager de Dieu, jour et nuit, je brûle d’envie de te voir ! » L’Imam(qa) dit : « Alors pourquoi as-tu considéré, à propos de la vision que j’apparaîtrais dans 14 ans, qu’il s’agit de 14 jours ? Tu as un tel désir au point de pouvoir supporter 14 jours ?! Il fallait que tu dises 14 secondes ! C’est cela que signifie l’attente demandée ! Ne dis pas : « Le mois de Ramadan prochain ou le vendredi prochain ni dans un ou deux jours, avec la Volonté de Dieu, l’Imam va apparaître ! » Mais tu dois considérer sa venue, seconde après seconde ! C’est cela le sens de l’Attente ! L’Attente signifie que l’on s’attend à ce que le bien-aimé apparaisse d’une seconde à l’autre, d’un instant à l’autre, d’un moment à l’autre ! » » Celui à qui arriva cette histoire ajouta : « Après 14 ans de cette vision, eut lieu la Révolution Islamique en Iran. L’Imam al-Khomeynî avait ainsi préparé le terrain à l’apparition du Détenteur du Temps(qa) ! » (Témoignage de sheikh Hussein Kanjî  in « Ista‘idû ansâr al-Imam Sâheb az-Zamân ») N°90 - Rajab - Sha‘bân 1439 - Avril - Mai 2018 www.lumieres-spirituelles.net 15

[close]

Comments

no comments yet