Le chemin de l'info #8

 

Embed or link this publication

Description

Journal d'information de la communue nouvelle Faverges-Seythenex, juin 2017

Popular Pages


p. 1

Journal d’information de Faverges-Seythenex Commune nouvelle N°8 janvier 2018 www.faverges-seythenex.fr Une belle année 2018 à tous ! DOSSIER Numerica Photos Club Financement des services publics Appel à la solidarité - Lire en page 4 Retrouvez votre ville sur Faverges Actu @Faverges_74

[close]

p. 2

N°8 - janvier 2018 edito Pensons à l’avenir ensemble En ce début d’année 2018, je souhaite tout d’abord vous adresser en mon nom et au nom de la municipalité des voeux de bonheur, d’accomplissement et de bonne santé, pour vous et tous ceux qui vous sont chers. Je fais le voeu collectif que notre humanité sera toujours plus forte pour relever les défis qui l’attendent comme la montée du fanatisme, de la peur et de la haine mais aussi du réchauffement climatique. Nous pouvons, à condition d’être tolérants, solidaires et inventifs, dépasser ces défis de notre temps. Il en est de même pour notre vie locale. Nous avons face à nous des enjeux extraordinaires. Vous le savez, nous avons vécu une année 2017 riche en transformations. 2018 le sera encore plus. Dans les années qui arrivent, nous devons savoir que nos territoires seront plus que jamais en concurrence. Si nous nous engageons résolument et sur tous les aspects dans une dynamique positive, alors nous pouvons faire de notre commune une référence et éviter qu’elle ne subisse le déclassement. Et pour être attractifs, il nous faudra une conviction et une passion communes autour de nos atouts. Il nous faudra créer les conditions pour que nous aimions mieux y vivre parce que nous aurons amélioré les services publics sans fiscalité supplémentaire, parce que nous aurons renforcé l’emploi, rénové la ville, misé sur les énergies renouvelables, accentué notre soutien à l’éducation des plus jeunes, créé de nouveaux logements, amélioré la tranquillité publique, pensé à nos aînés, développé la culture, le sport et accompagné notre tissu associatif. Oui, c’est ainsi que nous vivrons mieux chacun d’entre nous et tous ensemble et que nous saurons attirer les richesses, les talents et les familles. C’est une direction. Il faut la décliner dans chacune de nos actions. Cet éditorial de début d’année n’est pas une liste à la Prévert des projets ou des actions réalisés ou à venir. Vous les connaissez ou vous allez les découvrir sous peu. Mais c’est un manifeste pour notre ville parce que nous l’aimons et que nous voulons pour elle le meilleur, même quand les choix sont difficiles. Dans notre monde et notre société en mouvement rapide, je suis convaincu que nous devons nous adapter toujours plus vite, penser à demain constamment, imaginer et innover à chaque instant et faire preuve de courage quand c’est nécessaire. Et ce mouvement, nous devons nous y adapter ensemble, sans oublier les plus fragiles, avec bienveillance et partage. Je sais que la majorité que je dirige est pleinement engagée et qu’elle est passionnée d’intérêt général. En 2018 une fois encore, nous allons nous dépasser et donner notre temps, notre énergie et notre passion, pour vous et pour l’avenir. Marcel Cattaneo, Maire de Faverges-Seythenex, Vice-président de la Communauté de communes des S ources du lac d’Annecy 2 Commune nouvelle de Faverges-Seythenex Le chemin de l’info N°8 - Janvier 2018 Directeur de la publication : Marcel Cattaneo. Rédacteur en chef : Philippe Serre. Conception, rédaction, photos : Service communication mairie, F. Leproust. Impression : Kalistene. Tirage : 4 200 exemplaires. Dépôt légal : décembre 2017. Imprimé sur papier recyclé. Marcel Cattaneo, maire de Faverges-Seythenex, Paul Carrier et Jacky Guénan, maires délégués ainsi que l’ensemble des élus, vous souhaitent une très belle année 2018 ! sommaire 3 Actualité 4 DOSSIER Le financement des services publics 8 Carte scolaire Une révision nécessaire 10 Travaux Stade Carquex, illuminations de Noël... 12 Rétrospective 16 Patrimoine Facteur d’orgue, église de Seythenex 18 Expression politique 20 Avec Doussard Retour sur la non fusion 22 En bref Travailleur social, nouveau service, four à pain de Viuz 23 La Sambuy Temps forts et nouveautés 24 Services municipaux Communication, culture, réservation de salles

[close]

p. 3

Actualité N°8 - janvier 2018 Pour sécuriser les déplacements des collégiens La ville de Faverges-Seythenex a inauguré le 29 novembre dernier les accès sécurisés du collège Jean Lachenal, après plusieurs mois de travaux. Un investissement conséquent, 1,6 million d’euros, pris en charge aux 2/3 par Faverges-Seythenex. La ville a bénéficié de l’appui du Conseil départemental qui lui a versé une subvention de 470 000 e. Inauguration des accès sécurisés du collège Lancement de la marque «Annecy Mountains» Les acteurs du développement territorial se sont réunis pour une stratégie d’attractivité commune et partagée du territoire Annecy, lac et montagnes, afin de rayonner à l’International. Le 13 décembre, un collectif réunissant les collectivités et les offices de tourisme d’Annecy, de Thônes, des Sources du lac d’Annecy, du massif des Aravis a lancé la marque «Annecy Mountains». Une marque d’attractivité globale capable de mobiliser toutes les énergies du territoire ; une marque orientée tourisme, dont l’ambition est d’entraîner aussi le champ économique et de rentrer dans le coeur des habitants. Entre le massif des Aravis, la vallée de Thônes, les sources et le lac d’Annecy, des liens forts existent. Aujourd’hui, le territoire se concrétise à travers cette marque pour parler d’une seule voix ! Annecy Mountains 3

[close]

p. 4

N°8 - janvier 2018 Dossier Appel à la solidarité La question des services publics à vocation intercommunale Depuis des dizaines d’années la commune de Faverges, désormais commune de Faverges-Seythenex, assure son rôle de commune-centre en développant, dans l’intérêt de l’ensemble du territoire, des services publics concourant à l’attractivité du territoire, à la solidarité, à l’émancipation et à la qualité de vie des habitants. Ceci est particulièrement évident dans les domaines du sport, de la culture et de la petite enfance. L’aire multisports Paradoxalement, ce sont les habitants de Faverges-Seythenex, qui ont en moyenne 20 % de revenus en moins que les habitants des autres communes par unité de consommation (référence de l’INSEE), qui contribuent le plus en impôts locaux pour financer notamment ces services à vocation intercommunale. Enfin, la commune de FavergesSeythenex assure également des services de centralité supplémentaires comme les cartes d’identité et les passeports, la gestion de la maison funéraire, une contribution globale plus importante au SDIS*, le financement de La Sambuy ou l’entretien de voiries de grands passages, etc. A ce jour, il paraît anormal que seule la commune de Faverges-Seythenex supporte l’ensemble du coût de ces services qui profitent à un bassin de population plus important. Tous ces éléments ont conduit les élus à adopter le 14 novembre une délibération pour sensibiliser les autres communes du territoire afin d’engager des discussions respectueuses et sereines et de trouver des solutions quant à cette situation. Une concertation dans ce sens a également été engagée auprès des représentants d’associations. L’enjeu est de permettre le maintien des activités associatives dans de bonnes conditions et de continuer à entretenir et à développer les équipements qui participent à la qualité de vie et à l’attractivité du territoire. * Service Départemental d’Incendie et de Secours. Deux questions à Renaud Martelet, président de l’Ecole de musique Orchestre d’harmonie 4 Que pensez-vous de la démarche engagée par la Municipalité de FavergesSeythenex ? Depuis près de quinze ans, l’Ecole de Musique-Orchestre d’Harmonie de FavergesSeythenex* a régulièrement démarché les élus des communes des Sources du Lac d’Annecy pour les sensibiliser aux enjeux d’une vision intercommunale de l’enseignement et de la diffusion de la culture, et anticiper les problématiques auxquelles est confronté aujourd’hui notre territoire. Depuis maintenant près de dix ans, notre structure se doit de limiter le nombre d’inscriptions puisque près de 50% du budget repose sur des subventions des collectivités territoriales qui proviennent essentiellement de la ville de FavergesSeythenex : ainsi, près de 40% du coût de la scolarité d’un élève est à la charge de notre commune. Au vu des principes et des enjeux du schéma départemental des enseignements artistiques (établis par le Conseil départemental de la HauteSavoie) qui structurent notre projet d’établissement, notre école devrait de surcroît pouvoir se développer davantage sur certains axes, notamment pour accueillir près de 100 élèves supplémentaires, et pour intervenir plus massivement au collège, dans les écoles et les structures d’accueil de la petite enfance. Je ne peux donc qu’approuver la démarche des élus de FavergesSeythenex qui défendent la vision de la culture et du sport comme étant une prérogative de l’ensemble des communes de notre secteur de recrutement. Audelà des clivages, on ne doit pas escamoter l’opportunité politique qui nous est

[close]

p. 5

Dossier N°8 - janvier 2018 Lathuile Chevaline Giez Val de Chaise Doussard Faverges Seythenex Saint-Ferréol Une inégalité fiscale en % 2,6 2,4 2,2 2 1,8 1,6 1,4 1,2 1 Plus le % est élevé, plus les communes font participer leurs habitants en fonction de leurs revenus par rapport au territoire. Quand un habitant de Chevaline met 1% de ses revenus en impôts locaux, un habitant de Faverges-Seythenex en paie 2,4%. Investissement : parlons-en ! Rien que pour les équipements sportifs, culturels et petite enfance, la commune de Faverges-Seythenex a investi entre 2012 et 2017 plus de 4 millions d’euros, soit près de 700 000 € par an sur son budget propre et sans participation de la Communauté de communes ou des autres communes, alors que ces équipements sont bien destinés à accueillir l’ensemble des usagers du territoire. Plus largement, la commune a aussi investi sur les abords du collège ou encore à La Sambuy, là aussi dans une logique d’intérêt territorial. Il est pourtant indispensable que les équipements soient bien entretenus et correspondent aux demandes des pratiquants. D’autres demandes existent. Elle ne pourront être satisfaites que si les coûts sont plus justement partagés entre les contribuables de toutes les communes. Le chiffre : Selon les équipements, 25 à 50 % des pratiquants sont extérieurs à la commune de Faverges-Seythenex. donnée d’écrire collectivement un projet culturel pour le territoire des Sources du Lac d’Annecy : l’EMOHFS l’a incarné dès 2012 dans un festival que nous avons baptisé dans cet esprit Festival des Sources Sonores. De quelle façon pouvez-vous être utile ? L’EMOHFS signe chaque année un contrat d’objectifs avec la ville de Faverges-Seythenex disposant ainsi d’une délégation de service publique, et c’est à ce titre que je vais m’impliquer dans le travail de réflexion engagé aujourd’hui auprès des autres communes des Sources du Lac d’Annecy. Nous avons des compétences pédagogiques et culturelles, et je souhaite pouvoir participer à des réunions d’information auprès de tous les élus des communes environnantes, en plénières ou à disposition des conseils municipaux, et accompagné par notre directeur Emmanuel Maurice qui écrit chaque année le projet pédagogique de notre association en équipe avec les professeurs : l’objectif sera de présenter le fonctionnement de notre structure d’un point de vue de la trésorerie puisque c’est une des pierres d’achoppement, mais également de la pédagogie et l’action culturelle, et même de la contribution à l’axe politique du mieux vivre ensemble ; nous aurons à cœur pour cela de mettre en avant nos stratégies de travail en projets et toujours en réseau avec de multiples partenaires. L’évolution démographique de notre territoire doit nous amener collectivement à produire des réponses concrètes et structurantes pour sa cohésion : la culture ne doit plus s’apparenter à un luxe ou un loisir pour nantis comme cela l’a trop longtemps été, mais plutôt comme un essentiel à conquérir, pour citer Malraux, afin de contribuer à l’essor de notre société. Churchill répondait à ceux qui lui proposait de couper dans le budget de la culture pour contribuer à l’effort de guerre : «Mais alors pourquoi nous battonsnous ?» * EMOHFS, Ecole de Musique-Orchestre d’Harmonie 5

[close]

p. 6

N°8 - janvier 2018 Dossier Pour avoir une idée... Combien coûtent ces équipements par an ? Frais de fonctionnement et subventions, hors investissement et services centraux supportés par Faverges-Seythenex CULTURE La Soierie 356 251 e soit 46,80 e par habitant Harmonie municipale école de musique 148 142 e soit 19,46 e par habitant Médiathèque 200 166 e soit 26,30 e par habitant Autre action culturelle 52 280 e soit 6,87 e par habitant SPORT Stades 187 865 e soit 24,68 e par habitant Salle omnisports 227 314 e soit 29,87 e par habitant Dojo 27 079 e soit 3,56 e par habitant Tennis 18 426 e soit 2,42 e par habitant La Soierie - détails Subvention municipale Coût de mise à disposition de personnel Coût de l’entretien courant Autres charges d’exploitation TOTAL Coût par habitant* : 46,80 e 249 300 43 992 47 859 15 100 356 251 PETITE ENFANCE Multi-accueil 218 258 e soit 28,68 e par habitant Halte-garderie 142 105 e soit 18,67 e par habitant Aire multisports 78 747 e soit 10,35 e par habitant Autre action sportive 94 762 e soit 12,45 e par habitant * Population de Faverges-Seythenex, hors doubles comptes, source INSEE Deux questions à Georges Vignier, président du TC Faverges Que pensez-vous de la démarche engagée par la Municipalité de FavergesSeythenex ? Je suis d’accord, je l’ai toujours été. Ce n’est pas une démarche nouvelle. J’ai été élu et je connais les enjeux. Il faut par contre un débat serein. Il est par contre inconcevable pour moi de répercuter le coût directement sur nos adhérents extérieurs. On en perdrait la moitié ! Il faut entrouvrir une porte, ne pas brusquer les gens. Voir en fonction de ce que font déjà les communes en matière de sport événementiel et aussi en fonction de leur capacité. Par exemple, Doussard met à disposition une salle et des terrains à Foot Sud et Chevaline et Lathuile lui donnent également une subvention... De quelle façon pouvez-vous être utile ? Nous sommes prêts à épauler nos élus. Il y a un collectif d’associations qui souhaite rencontrer les élus du canton pour expliquer notre position. Accro2Gym, Foot Sud 74, l’Espérance favergienne et le TennisClub, nous nous sommes positionnés pour faire cette démarche. Qu’on puisse expliquer notre position. Il en va de l’existence de notre association et du lien social qu’elle crée ! 6

[close]

p. 7

Dossier N°8 - janvier 2018 Le multi-accueil / crèche - détails Personnel Coût de l’entretien courant Charges à caractère général Recettes des usagers Subvention CAF TOTAL 489 311 25 650 110 733 101 256 306 180 218 258 Coût par habitant* : 28,68 e La salle omnisports - détails Personnel Coût de l’entretien courant Charges à caractère général TOTAL 46 483 112 918 67 913 227 314 Coût par habitant* : 29,86 e Numerica Photos Club * Population de Faverges-Seythenex, hors doubles comptes, source INSEE * Population de Faverges-Seythenex, hors doubles comptes, source INSEE Deux questions à Rachel Arnaud, présidente de Accro2gym Que pensez-vous de la démarche engagée par la Municipalité de FavergesSeythenex ? Je dirais que c’est une démarche nécessaire. Nous, présidents d’associations, étions vraiment surpris lorsqu’on nous a présenté les coûts des services publics lors d’une réunion en mairie. En tant qu’association, nous n’avons pas forcément une idée exacte du coût des équipements. Et, en fait, lorsque l’on additionne le personnel, les investissements, l’entretien, on atteint des chiffres importants. Accro2gym, ce sont 329 adhérents, dont 56,2% habitent notre commune. Le reste se répartissant principalement sur Doussard (14,3%), Val de Chaise (12,8%), Saint-Ferréol et Lathuile (4% chacune)... De quelle façon pouvez-vous être utile ? Dans un premier temps, nous avons informé nos adhérents de la situation, lors de notre assemblée générale en septembre dernier. Nous souhaitons maintenant aller à la rencontre des maires des communes environnantes. Les sensibiliser. Leur proposer une organisation, ou une convention. 7

[close]

p. 8

N°8 - janvier 2018 L’enjeu de la révision de la carte scolaire Le 19 décembre, le conseil municipal a entériné par une large majorité, 24 voix «pour», 13 «contre» et 3 abstentions, la modification de la carte scolaire, rendue nécessaire pour renforcer l’égalité des chances en matière d’enseignement dans les écoles et groupes scolaires de la commune. Carte scolaire Une révision nécessaire Compte tenu de la baisse importante des effectifs (- 150 élèves depuis cinq ans) et de la suppression effective de quatre postes et demi, ainsi que celles annoncées par l’Education nationale pour la rentrée prochaine, il a été décidé : - de ne pas faire supporter, une nouvelle fois, de nouvelles suppressions de postes dans les groupes scolaires René Cassin, de Viuz et éventuellement à l’école de Seythenex, - de rattacher le secteur de Frontenex à l’école de Seythenex (pour les élémentaires), - de rattacher le secteur de Vesonne à l’école de Viuz (pour les élémentaires), - de garder les écoles de hameaux dans le patrimoine public de la commune. C’est une décision qui n’est pas facile à prendre mais les élus ont voulu assumer leur responsabilité. C’est un de leur devoir de préserver la qualité de l’enseignement, avec une vue globale, sur l’ensemble de la commune. Dans un débat qui a suscité les passions mais qui a permis de parler du sujet dans le détail durant deux heures au sein du conseil municipal, le maire de Faverges-Seythenex a tenu à souligner «qu’il fallait penser à l’ensemble de nos enfants», tout en rappelant les efforts déjà entrepris par la commune en matière d’éducation (Fabric’Arts, généralisation de l’enseignement musical, développement de l’accès au ski, augmentation importante des dotations par élèves et pour les classes découverte, mise en sécurité des bâtiments...), efforts qui doivent être poursuivis. Il a conclu son intervention en posant les grands principes de la logique de justice sociale qui doit être à l’œuvre dans les politiques municipales : «Cette pensée ne me quitte jamais. Il faut de la justice. C’est vrai que cela peut être mal compris par certains mais je suis convaincu que c’est une décision qui permettra de promouvoir la meilleure qualité éducative possible pour l’ensemble des enfants du territoire, quelle que soit leur famille, qu’elle qu’ait été leur chance dans la vie, quelle que soit leur naissance ou leurs capacités». 8

[close]

p. 9

L’enjeu de la révision de la carte scolaire Carte scolaire Questions - réponses N°8 - janvier 2018 Quelle est la raison principale de cette décision ? Le directeur académique des services de l’Education nationale a demandé aux communes nouvelles d’optimiser la carte scolaire et de renforcer la mixité dès le début de l’année 2017. Il a rappelé cette logique à la commune de FavergesSeythenex à nouveau en juin dernier. Cette décision est d’autre part liée au fait que les effectifs sont en baisse sur la commune et que les prévisions sont aujourd’hui pessimistes pour les années à venir. Sans modification de la carte scolaire, les suppressions de postes décidées par l’Education nationale ne toucheront que les groupes scolaires de Cassin, Seythenex et de Viuz. Pour deux d’entres eux (Cassin et Viuz), il y a un besoin très fort de moyens humains du fait de la grande mixité sociale. Les écoles de hameaux ont systématiquement des effectifs inférieurs à la moyenne des élèves de la commune. Cela signifie que des fermetures de postes peuvent être décidées sur la base de ces moyennes et impacter les groupes scolaires. Il y a donc un objectif de meilleur partage sur l’ensemble de la commune et de justice sociale pour accorder au moins autant de moyens à ceux qui en ont le plus besoin. Pourquoi ne pas augmenter les effectifs dans les hameaux, avec des familles volontaires ou des enfants en difficulté ? C’est tout simplement interdit par la loi, au-delà du fait que ce n’est pas souhaitable. Les dérogations à la carte scolaire, limitatives, ne peuvent pas être basées sur du volontariat ou sur des critères sociaux ou éducatifs, si bien qu’il est absolument impossible légalement de procéder ainsi. Cela serait une mesure discriminatoire. A l’horizon 2019, seulement 5% d’enfants sont prévus dans les hameaux. La taille des différentes écoles (écoles de Cassin et Viuz à moitié vides et Seythenex, Frontenex et Vesonne juste dimensionnées) rend cette hypothèse injuste. Est-ce que cette décision n’est pas juste prise pour faire des économies ? La dimension financière n’a jamais constitué un élément de décision. La question, c’est l’avenir des enfants de notre commune et l’équité entre tous. D’ailleurs, la municipalité réfléchit à engager des moyens supplémentaires pour les groupes scolaires dès la rentrée 2018, en concertation avec la communauté éducative. Est-on certain que cette décision sera positive pour les écoles Cassin, Viuz et Seythenex ? Oui. D’une part, nous sommes certains que cela sera positif, immédiatement pour Viuz et Seythenex. Nous pensons même que cela pourrait être très positif, car nous montrons par cette décision que nous sommes des interlocuteurs crédibles des services de l’Education nationale et que ces derniers seraient plus enclins à entendre nos demandes. D’autre part, certains moyens financiers et humains vont être directement réaffectés en surplus sur ces trois écoles. La mairie va-t-elle vendre les écoles de Frontenex et de Vesonne ? Il n’en est pas question. La délibération adoptée par le conseil municipal prévoit même explicitement que ces bâtiments resteront dans le domaine public. Cela veut dire qu’il est interdit de les vendre. Cette mesure a été prise pour permettre, si la politique de l’Education nationale, les données démographiques et sociales changeaient de manière forte et durable, de réétudier la question de ces écoles. Quels liens entre l’Education nationale et la commune dans cette décision ? L’Education nationale décide du nombre de postes d’enseignants au niveau de la commune. Cette dernière décide des secteurs de la carte scolaire. Il y a un lien. C’est bien parce que l’Education nationale calcule les élèves et les postes à l’échelle communale qu’il faut que la commune soit attentive à réaliser une carte scolaire cohérente, la plus mixte et équilibrée possible afin que les moyens soient justement attribués par l’Education nationale. Avec cette décision, ne fragilisez-vous pas la vie des hameaux ? La vie de certains hameaux est structurée autour de l’école, quand il y en a une, mais pour d’autres, ce n’est pas le cas. C’est très clair : certains hameaux ont une belle vie collective sans pour autant qu’il y existe une école. Des associations existent dans les hameaux qui ne sont pas réservées aux parents d’élèves, et c’est très bien. L’essentiel, pour faire vivre l’ensemble des endroits du territoire, c’est de trouver des personnes motivées, de tous âges, qui souhaitent développer des projets ou des temps conviviaux en commun. 9

[close]

p. 10

N°8 - janvier 2018 Actualités L’actu des travaux Une autre étape vers la maison de santé Fin novembre La démolition de la maison Gaudin, située en bordure de la rue Jean Cochet, à l’arrière de l’école de musique constitue une étape importante et préfigure le démarrage prochain de la construction de la maison de santé à Faverges-Seythenex. Illuminations de la ville Pour les fêtes de fin d’année, la ville et ses hameaux ont été parés de nouveaux motifs lumineux. La commune a réalisé d’importants investissements pour ses illuminations de Noël, privilégiant le centreville et notamment les axes de circulation comme les routes d’Albertville et d’Annecy ou encore la place de la Sorbonne devant l’église Saint-Pierre. Le même effort devrait être poursuivi dans les deux prochaines années, si les conditions techniques (équipement de poteaux d’éclairage public) le permettent. Investissement : 32 730 e HT l 10

[close]

p. 11

Actualités N°8 - janvier 2018 Numerica Photos Club Stade Jean Carquex une superbe rénovation Les athlètes de l’Espérance favergienne, les footballeurs et les collégiens vont se régaler. La rénovation du stade Jean Carquex est presque finie. Plusieurs mois de travaux ont permis la mise en place d’un éclairage, la pose d’un revêtement synthétique, le renouvellement des équipements sportifs. L’inauguration de l’équipement se fera au printemps prochain. A suivre... Stade Jean Carquex Montant des travaux stade municipal : 775 760 € HT Subvention de la région Auvergne Rhône-Alpes : 107 000 € Subvention du Conseil Départemental (pour l’éclairage sportif) : 25 000 € Subventions de l’Etat - réserve parlementaire de Lionel Tardy : 10 000 € Subventions du Conseil Départemental - Aide à la réhabilitation d’équipements sportifs à destination des collèges : 171 260,77 €, en attente. 11 Numerica Photos Club

[close]

p. 12

LA RÉTROSPECTIVE - en images Jeunes réalisateurs et écrivains Le 22 novembre, près de 200 personnes se sont retrouvées pour assister à la restitution des ateliers écriture et court-métrage de Fabric’Arts*. Quatre films projetés, très différents dans leur forme et leur thème, un exercice d’écriture impromptu, suivi d’une séance de dédicaces du recueil «Des nouvelles du jeudi»... La soirée a mis en valeur les jeunes et les artistes qui les ont accompagnés. «Une superbe restitution, avec des jeunes pleins d’enthousiasme, de fantaisie, de sérieux et de courage». Pour ceux qui n’ont pu assister à la soirée : Le recueil «Des nouvelles du jeudi» est disponible à la médiathèque. Les courts-métrages sont en ligne sur le site www.fabricarts.fr * Fabric’Arts, projet de développement par la culture du Pays de Faverges, Sources du lac d’Annecy, mis en oeuvre par la ville de Faverges-Seythenex. 100 ans ! Le 12 décembre, à la maison de retraite Alfred Blanc, on soufflait les bougies sur le gâteau d’anniversaire de Dolorès Melguizo. Une jolie cérémonie pour une centenaire souriante, née le 12 décembre 1917 en Andalousie. Vivant à Faverges depuis 1964, Mme Melguizo est entrée à la maison de retraite voici quatre ans. On la voit en photo entourée de sa famille et du personnel de la maison de retraite. 12 M. Martinet

[close]

p. 13

LA RÉTROSPECTIVE - en images Au Villard, Martine Tissot-Rosset Une première édition réussie «Un peu, beaucoup, passionnément» Cette année, les jardiniers amateurs étaient invités à photographier leurs réalisations, en toute liberté : au balcon comme au potager, verger, ou au jardin d’agrément, en vue d’ensemble comme en plan rapproché. Ce nouveau concept, remplaçant le traditionnel concours des balcons et maisons fleuries, a rencontré un beau succès avec une trentaine de participants.Et ce ne sont pas moins de 240 photos qui ont été recueillies pour être projetées sur grand écran au foyer rural de Seythenex le 28 octobre, en toute convivialité : en effet, pas de notion de concours puisque tous les participants ont été récompensés. Les invités ont néanmoins été invités à voter pour leurs trois photos préférées. Le choix s’est avéré difficile mais c’est finalement une prise de vue très originale, avec un vélo fleuri, qui a emporté les suffrages et que l’on pouvait admirer au Villard, devant deux autres compositions : une scène aquatique et un balcon bien connu de tous les Seytheneyards. Félicitations à tous les participants et rendez-vous en 2018… sans oublier que l’hiver offre également de belles images de nos jardins ! A suivre sur la page facebook : Un peu, beaucoup, passionnément. Au chef-lieu de Seythenex, Gisèle Laffaire Au chef-lieu de Seythenex, Jeannine Losserand 13

[close]

p. 14

LA RÉTROSPECTIVE - en images Mise en valeur Cette année, la commune a offert aux commerçants du centre-ville un sapin, pour décorer l’extérieur de leur vitrine et apporter un petit «plus» à la décoration de la ville au moment des fêtes de fin d’année. Animations de Noël Une patinoire devant l’Office de tourisme : c’était la nouveauté de la semaine d’animations proposée cette année par la ville, en accès gratuit. Les petits ont apprécié ce terrain de jeu inédit, même si la météo peu clémente en a quelque peu restreint l’accès. La venue du Père Noël, les intermèdes musicaux avec «Les coeurs de Giez» et Noëlle, les contes proposés par les bibliothécaires et les douceurs préparées par les associations de FavergesSeythenex ont complété ce programme. En photo, la patinoire et «Les coeurs de Giez» 14

[close]

p. 15

LA RÉTROSPECTIVE - en images * Fabric’Arts, projet de développement par la culture du Pays de Faverges, Sources du lac d’Annecy, mis en oeuvre par la ville de FavergesSeythenex. «13 lascars à la montagne» Ils étaient 13 lascars à arpenter la montagne, 13 jeunes de 12 à 17 ans à partager une merveilleuse aventure avec le chanteur HK et le guitariste Saïd, dans le cadre d’une action Fabric’Arts, encadrée par l’association Passage. Le 15 décembre, ces jeunes gens sont revenus sur cette expérience lors d’une soirée publique. Ils ont lu et interprêté les textes écrits pendant ces cinq jours. Les images qu’ils ont captées ont été rassemblées puis montées par l’un d’entre eux, Kerwin, avec le concours de la réalisatrice Valentine Beccu, pour être projetées lors de la soirée de restitution. Voici quelques-unes de leurs impressions : «Savoir qu’on pouvait écrire, ça nous a montré qu’on était capable». «J’ai surtout appris à persévérer, grâce à vous». «Ensemble contre tous, ça fait cinq jours qu’on marche». «C’était énormément formidable». Et pour HK et Saïd, habitués à tant de belles rencontres, celle avec les jeunes de Fabric’Arts restera dans leur mémoire. Pour HK, «c’était pas gagné au départ. Mais une belle histoire a commencé entre les jeunes et la montagne.» Quant à Saïd, il a annoncé être déterminé à faire l’Himalaya l’an prochain. Qui le suivra ? La Semaine bleue Chaque année, le Centre Communal d’Action Sociale réunit les seniors de la commune pour un repas de fête, accompagné de musique et servi par les élus. 300 personnes se sont ainsi retrouvées le 1er octobre à la salle polyvalente. 15

[close]

Comments

no comments yet