L'incorruptible Spécial Colloque

 
no ad

Embed or link this publication

Description

Numéro spécial pour le Colloque des 24 & 25 novembre 2017 "La République avant la République"

Popular Pages


p. 1

L'INCORRUPTIBLE N° Spécial Colloque Les Amis de Robespierre pour le Bicentenaire de la Révolution Bulletin trimestriel de l'ARBR, Office Culturel, 12 rue de la Douzième, 62000 ARRAS Directeur de la Publication : Alcide Carton­ Rédacteur ene chef: Yves Adam, «Peuple, souviens‐toi que si, dans la République, la justice ne règne pas avec un empire absolu, et si ce mot ne signifie pas l’amour de l’égalité et de la patrie, la liberté n’est qu’un vain nom.» EDITORIAL ROBESPIERRE L’ARBR est née pour la célébration du bicentenaire de la Révolution française. Michel Vovelle, dans un ouvrage récent revient sur cette période particulière de débats vifs entre historiens, entre politiques quant au sens qu’il fallait donner à cette célébration. Connaissant la singulière histoire du contentieux que la ville d’Arras a depuis la Révolution avec le plus illustre de « ses enfants », il nous faut rendre aujourd’hui, trente ans plus tard, un hommage reconnaissant à ces quelques passionnés d’histoire artésiens, C. Lescureux, Me Bleitrach, M. Roger, JC. Vanfléteren entre autres, d’avoir pris l’initiative, ce 6 juin 1 987, de déposer les statuts de l’Association des «Amis de Robespierre pour le Bicentenaire de la Révolution ». C'est une association savante et militante ayant pour objectif de réhabiliter, dans sa ville même, la vie et l’œuvre de notre célèbre révolutionnaire et de parler autrement de la Révolution que ne l'ont fait les « furétistes. » Elle demeure à cet égard, une association originale parce qu'elle allie l’exigence de la méthode historique à celle de la démarche militante. C’est sans aucun doute ce qui lui permet encore aujourd’hui d’exister quand tant d’autres nées à la même époque n’ont pas survécu. Et c’est sans doute parce que l’ARBR considère qu’apporter un éclairage historique sortant des sentiers battus en rupture avec le point de vue thermidorien est un combat militant, qu’elle continue d’attirer un public de plus en plus nombreux, soucieux de faire sortir Robespierre de sa «légende noire» et de «réhabiliter» la Révolution et son héritage toujours inachevé. Que de chemin parcouru depuis le premier numéro de «l’Incorruptible» paru en 1 988: la venue de Michel Vovelle à Arras la même année, le premier colloque, en 1 993, présidé par Jean-Pierre Jessenne, la constitution d’une bibliothèque thématique de 800 ouvrages, la publication, trimestre après trimestre, de 1 02 numéros de notre bulletin et la prouesse de rassembler près de 7000 signatures pour la création d’un espace muséographique à Arras consacré à Robespierre et à la révolution et remise au Maire en janvier 201 6 . C’est pourquoi l’ARBR aujourd’hui s’enorgueillit de pouvoir organiser ce colloque qui parlera «Révolution» et « République avant la République» et du rôle politique déterminant de Robespierre. Remettre sur la scène les valeurs et les évènements qui conduisirent à l'instauration de la première république dont chacun s'accorde à penser qu'elle demeure la plus démocratique qui ait été instituée nous paraît d'une brûlante actualité. Aujourd’hui, nombre de médias et d’hommes politiques s’emploient à vider de leur sens les mots république, égalité, liberté. La société n'a jamais été aussi inégalitaire et excluante; nos libertés fondamentales sans cesse rognées au motif "d'assurer notre sécurité" ou de devoir être plus productifs. Aujourd’hui, les bateleurs de la télévision s’octroient des statuts d’historiens et d’autres les chargent de mission pour le patrimoine. Il y a de quoi s’inquiéter de ce qu'il demeure des leçons d’instruction civique de Condorcet. Aussi, l’ARBR aura toujours du pain sur la planche. Son combat demeure plus que jamais une nécessité civique. Alcide Carton, Président de l'ARBR L'ARBR en CHIFFRES L'Arbr a été déclarée en préfecture le 9 juin 1987 Elle compte à ce jour : 374 adhérents dont: ‐ 113 femmes ‐ 259 hommes ‐ 11 italiens ‐ 21 des autres pays d'Europe L'Arbr a édité : ‐ 102 numéros de l'Incorruptible ‐ 24 brochures ‐ 453 bulletin chaque trimestre L'arbr a organisé ‐ 14 conférences depuis 2012 ‐ 2 colloques L'arbr a recueilli pour le musée ‐ plus de 6500 signatures L'arbr a recueilli pour le film: 4475€ Son site compte ‐ 330 articles ‐ 165000 visiteurs depuis 2 ans «LA MAISON DE ROBESPIERRE» Depuis trente ans, l'ARBR réclame un espace muséographique pour le plus illustre de nos concitoyens. La municipalité a entendu enfin notre demande et a confié sa gestion à l'Office de tourisme et un comité scientifique d'experts, dont G. Mazeau et Hervé Leuwers, et auquel l'ARBR devrait être associé le soin d'en élaborer le contenu. Gageons que la promesse du Maire de nous voir partciper à ces travaux, soit tenue. Ce que nous offre aujourd'hui, la «maison» nous paraît bien modeste et limité, au regard de ce que mérite la Révolution et l'apport de Robespierre. Nous disposons de ressources documentaires que nous souhaitons mettre à disposition du public et ne manquons pas d'idées à apporter aux travaux du comité. Nous continuons de militer pour que cet espace dispose d'un projet et de moyens ambitieux à la hauteur de cette période de notre histoire et du rôle qu'y joua notre Incorruptible et d'autres révolutionnaires arrageois . Pour toute correspondance ARBR Amis de Robespierre Office Culturel 12, rue de la douizième 6200 ARRAS site internet : www.amis‐robespierre.org‐ couriel : association.arbr@amis‐robespierre.org

[close]

p. 2

Vendredi 24 novembre 13h 30: Accueil. 14 h 00 : Claude Mazauric  et Alcide Carton : ouverture des travaux. Séance 1 – Aux sources de l’esprit républicain: Présidence : Bernard Vandeplas. 14 h 30 : ­ Raymonde Monnier: «Républicanisme et Révolution : la nouvelle grammaire de la république» 14 h 50 : ­ Maxime Kaci : «Les germes de la République: circulations d’hommes et d’idées entre la France du nord, l’Angleterre et les Pays‐Bas autrichiens (1788‐ 1792)» 15 h 10 : ­ Annie Jourdan: «La Constitution de 1787 aux Etats‐Unis ou thermidor avant la lettre» 15 h 30 : – Discussion 16h 00 : – Pause 16 h 20 ­ Marisa Linton : «Vertu et République dans le discours politique avant la République». 16 h 40 ­ Jean­Christophe Gaven : «De l'inviolabilité à la justiciabilité. Elèments de réflexion sur les évolutions du statut judiciaire et pénal du roi sous la Constituante» 17 h 00 : Pause 18 h 00 : Accueil par la Mairie et le Comité Scientifique et visite de la « Maison de Robespierre » 19 h 00 :Repas libre 20 heures : Projection du documentaire‐fiction : « Sur les pas de Robespierre » en présence des acteurs et du réalisateur. Dimanche 26 novembre 10 heures. Pour ceux qui le souhaitent : Visite guidée d’ARRAS, ville de Robespierre. Départ de la Maison de Robespierre. Samedi 25 novembre Reprise des travaux: 8 h 45 Intervention de Monsieur LETURQUE, Conseiller régional, Maire d'Arras, Séance 2 – La Constituante : Présidence : Annie Duprat 9 h 20: ­ Suzanne Levin : «Un républicanisme qui ne dit pas son nom Pierre‐ Louis Prieur dans la crise de Varennes» 9 h 40 : ­ Hervé Leuwers : «La République manquée. Robespierre et Camille Desmoulins face à une possible République (été 1791)». 10 h : ­ David Andress : «Comment être populaire et démocratique à Paris, pendant les années 1789‐1791 ?» 10 h 20 : Discussion 11 h : Pause Séance 3 – Aux origines d’une culture républicaine: Présidence : Philippe Bourdin 11 h 20 : ­ Gaïd Andro : «Souveraineté du peuple et application de la loi : le département et le district comme ‘territoires intermédiaires’de la Res publica». 11 h 40 : ­ Annie Duprat : «Les sociabilités politiques de Rosalie Jullien.» 12 h 00: ­ Laurent Cuvelier : «La naissance d’une culture urbaine républicaine, le cas de l’affichage politique à Paris en 1789‐ 1792» 12 h 20 :‐ Discussion . Repas Séance 4 – Parcours républicains: Présidence : Hervé Leuwers 14 h00 : ­ Serge Bianchi : «Jean‐Paul Marat et l’idée républicaine  avant la République» 14 h 20 : ­ Yannick Bosc : «Robespierre, la représentation politique et la république » 14 h 40 : ­ Cécile Obligi : «Robespierre» et la «République» avant l’automne1792» 15 h 00 : ­ Florence Gauthier : «Robespierre, acteur et théoricien de la Révolution du 10 août 1792» 15 h 20 : Discussion 15 h 35 : Pause En guise de conclusion : 16 h 00 : Philippe Bourdin : «La République sur la scène marseillaise, avant et après 1792» 16h 20 : Synthèse et fin des travaux, remerciements : Bernard Vandeplas. 2

[close]

p. 3

...Principales publications de nos intervenants... Yannick BOSC — La Terreur des droits de l’homme. Le républicanisme de Thomas Paine et le moment thermidorien, Kimé, 2016 ; — Cultures des républicanismes. Pratiques, représentations, concepts de la Révolution anglaise à aujourd’hui, Kimé, 2015 (co­dir) Hervé Leuwers — Camille et Lucile Desmoulins. Un rêve de république, Paris, Fayard, janvier 2018 — Robespierre, Paris, Fayard, 2014 (rééd. Pluriel, 2016) Maxime KACI — Avec Delphine Diaz et Stéphane Lembré, Citoyenneté, République et Démocratie en France de 1789 à 1799, Paris, Bréal, 2014. — Dans le tourbillon de la Révolution, Mots d’ordre et engagements collectifs aux frontières septentrionales (1791­1793), Rennes, PUR, 2016 Annie DUPRAT Les affaires d’Etat sont mes affaires de coeur" Lettres de Rosalie Jullien, une femme dans la Révolution, 1775­1810, Belin, 2016 Marie­Antoinette. Images et visages d’une reine, Autrement, 2013 Florence GAUTHIER — La Voie paysanne dans la Révolution française. L’exemple picard, Paris, Maspero, 1977. — La Révolution des droits de l’homme et du citoyen, Paris, La Documentation Photographique n° 98, Documentation Française, 1988. — Triomphe et mort du droit naturel en révolution. 1789­1795­1802, Paris, PUF, 1992. Jean‐Christophe GAVEN — Protéger la nation. Histoire du crime de lèse­ nation, à paraître en 2015 (Presses de Science Po, collection Académique). — Jacques Krynen, Jean­Christophe Gaven, (dir.), Les désunions de la magistrature, Presses de l’université Toulouse 1 Capitole, 2013. Marisa LINTON (2015) Virtue and terror : Maximilian Robespierre on the principles of the French Revolution. In : Hammersley, Rachel, (ed.) Revolutionary moments : reading revolutionary texts. London, U.K. : Bloomsbury. pp. 93­ 100. Terror and politics. In : Andress, David, (ed.) The Oxford Handbook of the French Revolution. Oxford, U.K. : Oxford University Press. pp. 471­48 Gaïd ANDRO — Une génération au service de l’Etat. Etude prosopographique des procureurs généraux syndics de la Révolution française (1780­1830), Paris, éditions de la SER, collection prix Albert Mathiez, 2015. Laurent CUVELIER — Rendre visible l’autorité. Politique de l’information et communication des représentants en mission à l’armée des Pyrénées Orientales, Annales historiques de la Révolution française, n°382, décembre 2015, p.31­61. Dave ANDRESS — The Connell Guide to the French Revolution, (London : Connell Guides, 2016). 135 pp. — The Oxford Handbook of The French Revolution, (Oxford: Oxford University Press, 2015).683 pp. Suzanne LEVIN — La magistrature de la presse au miroir de l’Antiquité selon Camille Desmoulins », Annales historiques de la Révolution française, 384, avril­juin 2016, p. 55­81 Annie JOURDAN — La Révolution, une exception française : Flammarion (06/02/2006) — L'Empire de Napoléon: Éditeur : Flammarion (30/11/­2001) Philippe BOURDIN Lisa Bogani, Julien Bouchet, Philippe Bourdin et Jean­Claude Caron, La République à l’épreuve des peurs, de la Révolution à nos jours, Rennes, PUR, 2016, 250 p. Philippe Bourdin, Aux origines du théâtre patriotique, Paris, CNRS­Éditions, 2017, 502 p. Raymonde MONNIER — Marat, l’Ami du peuple (Belin) 2017 — Républicanisme, patriotisme et Révolution française (L’Harmattan, 2005), Ed de Nedham, — De la souveraineté du peuple et de l’excellence d’un état libre de Nedham, traduit de l'anglais par T. Mandar (CTHS, 2011). Serge BIANCHI — 2017 : Marat, l’Ami du peuple (Belin) — 2014 : Citoyenneté, démocratie et République en France (manuel PUR) — 2012 Héros et Héroïnes de la Révolution française (CTHS) Bernard VANDEPLAS Coordonnateur scientifique pour l'ARBR — Le problème de la conscription dans la première moitié du xixe siècle: un refus de l’identité nationale ? L’exemple cantalien Paru dans Annales historiques de la Révolution française, 329 juillet­septembre 2002 Pour toute correspondance ARBR Amis de Robespierre Office Culturel 12, rue de la douizième 6200 ARRAS site internet : www.amis‐robespierre.org‐ couriel : association.arbr@amis‐robespierre.org 3

[close]

p. 4

Sur les pas de Robespierre Avocat arrageois Un film réalisé par Thomas Gallo, APIA et l'ARBR Vous êtes impatients de voir le film tourné par Apia l’été dernier à notre demande pour le trentenaire de l’ARBR. C’est l’histoire d'une classe promenade de lycée emmenée par son professeur et le président de l’ARBR à la découverte de l’action politique et professionnelle du jeune Robespierre. On cherche à travers ses différents écrits à découvrir la genèse de sa pensée. Ces jeunes élèves découvrent aussi les richesses historiques de la ville d’Arras, et avec l’aide « d’un ami de Robespierre  », la vie du jeune avocat membre de l’Académie et des Rosati . Ce film documentaire comporte quatre tableaux évoquant les grandes affaires judiciaires ou littéraires qu’a vécues Robespierre à Arras et dans lesquelles, contre toute psychologie spéculative, on verra poindre ce que sera le personnage clé de la Révolution Française  : lutte contre toutes les formes d’injustices, de préjugés scientifiques moraux ou de genre, défense de l’égalité des droits en faveur des plus pauvres et des exclus, lutte contre le despotisme. Autant de thèmes qui résonnent auprès de la jeunesse d’aujourd’hui. La Révolution est toujours un «  objet chaud  » Ce point de vue de notre vénérable ami nous avait été adressé au lendemain de la publication du livre de J.‐Clément Martin qui avait fait débat dans notre association. Nous avons décidé de le publier tel quel. Un travers guette les robespierristes que nous sommes: vouloir magnifier l’événement considérable qu’a été la Révolution à travers un seul personnage. Créant notre association pour participer au bicentenaire de la Révolution dans le département de Robespierre il était naturel qu’on focalisât l’intérêt sur ce personnage puisqu’il en était l’un des principaux acteurs et qui plus est le plus contesté. Comme M. Vinot l’a fait dans l’Aisne pour Saint‐Just. Mais cette approche ne fut pas sans risquer quelques défauts d’optique et c’est pourquoi je me suis réjoui récemment des rectifications apportées par le livre de J.C. Martin, même s’il n’est pas exempt de quelques exagérations. Après trente années essentiellement consacrées à «réhabiliter» Robespierre et à réclamer sa juste place à Arras, je me permets de penser que l’actualité exige avant tout de nourrir le débat sur LA REVOLUTION toute entière. Je ne crois pas qu’on aide à la comprendre en privilégiant les évènements de la période 92‐94 où Robespierre a joué le rôle le plus important. Je constate que les AHRF peuvent publier plusieurs numéros successifs sans un article sur Robespierre, et ne m’en étonne pas. La notion brûlante de l’EGALITE —qui est au cœur du combat de Robespierre— mériterait à mon avis plus de réflexion alors que jamais les inégalités n’ont été aussi insupportables. Le reproche que je ferais à J.C. MARTIN, c’est d’avoir négligé ce qui distinguait Robespierre des autres : la permanence chez lui de cette obsession de l’égalité en partant toujours des exigences du petit peuple et des exclus. On a durant deux siècles monopolisé le débat sur la liberté pour escamoter celui sur ce qui la cautionne, c’est‐à‐dire l’EGALITE, (qui pose celui tout aussi brûlant de la PROPRIETE). Démontrons que la Révolution est toujours « un objet chaud » comme dit Vovelle. «  Nous avons été séduits par son parcours d’avocat et d’homme de lettres, et surtout par les causes qu’il a défendues. Nous nous proposons de mettre cela en images, un langage prisé par notre génération  », Thomas Gallo, le réalisateur président d’APIA. La « première » a eu lieu à « Cinémovida », à Arras le vendredi 17 novembre . Elle a connu un franc succès et a été longuement applaudie: «C'est un film de "jeunes" destiné" à faire aimer l'Histoire à un "jeune public". S'il a été réalisé avec un budget de 7500€ c'est encore plus méritoire», nous a confié un spectateur à la sortie. Cette fiction documentaire sera aussi projetée, ce 24 novembre, à 20 heures, lors de notre colloque. « Les commandements révolutionnaires de la Montagne » (1794). « Au peuple seul tu jureras d’obéir religieusement. Les lois qu’il sanctionnera, observe‐les fidèlement. A tout roi tu déclareras, haine et guerre éternellement. Ta liberté tu maintiendras, jusques à ton dernier moment. l’égalité tu chériras, en la pratiquant constamment… En républicain tu vivras, afin de mourir saintement. » Destiné aux militants, cet appel à l’action et à la « pureté » révolutionnaire était diffusé à travers les clubs sur l’ensemble du territoire. Il était également récité par les officiants lors du baptême civique des nouveau‐nés. Christian Lescureux, co‐fondateur et ancien président de l'ARBR. «La république avant la République  » L e colloque a pour objet de proposer au public des outils, pour comprendre l’intérêt de croiser les «trois R » de Révolution, de Robespierre et de République, aujourd’hui. C es trois «R» ne sont, pour nous, ni des mythes, ni des mémoriaux pour satisfaire notre temps. En 1 788-89 la révolution a lieu. Robespierre y est totalement engagé et son influence bien réelle. La République attend de naître. L’analyse de cette période —1 788-1 792—de «la république avant la République» ouvrira sans aucun doute des perspectives Nintéressantes. ous nous demanderons comment l’esprit républicain a accompagné (ou non) l’entrée en Révolution, puis guidé (ou non) les constituants, quelles dimensions républicaines nos révolutionnaires ont-ils ont placé dans les transformations entreprises ? Et enfin, comment l’idée d’une république a- t-elle progressé dans l’esprit du plus grand Lnombre ? ’image d’un roi, aux pouvoirs réduits à la représentation dès 1 790 correspondait-elle aux vœux du «peuple» au sens que lui donne Robespierre, ou cette première alternative n’était-elle qu’un compromis attaché à sa fonction protectrice et l’espoir d’une vie meilleure? En tout cas bien vite elle ne fut plus à la hauteur des espérances. À la souveraineté royale succédera celle du peuple. L’esprit démocratique, de liberté, d’égalité, de justice et de bonheur fera table rase de l’Ancien Régime. Dès lors, avec la fuite de Varennes, la République devient la réponse politique évidente pour garantir la marche vers la liberté et l’égalité, un espoir nouveau, capable de résoudre les problèmes de vie au quotidien et aussi de faire rendre justice à ceux qui ont trahi. Le pragmatisme «du peuple» n’est-il pas l’élément qui préfigure l’ancrage politique et l’instauration de la République? C omment alors, l’idée de république progresse-t-elle et s’affirme-t-elle dans les esprits de tous pour devenir l’incontournable changement apporté par la Révolution ? Bernard Vandeplas. Pour toute correspondance ARBR Amis de Robespierre Office Culturel 12, rue de la douizième 6200 ARRAS site internet : www.amis‐robespierre.org‐ couriel : association.arbr@amis‐robespierre.org 4

[close]

Comments

no comments yet