Fabric'Arts MAG #2

 

Embed or link this publication

Description

Journal de Fabric'Arts, projet de développement par la culture du Pays de Faverges, sources du lac d'Annecy

Popular Pages


p. 1

DR N. Gierlotka FABRIC ARTSMAG octobre Début des projets de réalisation au lycée La Fontaine avec Mathilde Syre. 28 octobre Ateliers parents-enfants et parents-ados autour de la poésie et du graff avec la Cie Sylvie Santi, à la médiathèque. 4 novembre Atelier théâtre avec la Cie Brozzoni. Ouvert au public de 18h à 20h à La Soierie. 18 novembre Ateliers parents-enfants et parents-ados autour de la poésie et du graff avec la Cie Sylvie Santi, à la médiathèque. 22 novembre Soirée de restitution des ateliers écriture et réalisation 2016-2017 à partir de 18h30 à la salle polyvalente de Faverges-Seythenex. Fabric’Arts est un projet de développement culturel intercommunal mis en oeuvre par la ville de Faverges-Seythenex Octobre 2017 26 novembre Sortie spectacle gratuite pour les participants au stage de réalisation théâtre : «Amour et Psyché» à Bonlieu. 9 décembre Atelier théâtre avec la Cie Brozzoni. Ouvert au public de 18h à 20h à La Soierie. 13 et 14 décembre Formation des enseignants dans le cadre du projet «HK et les écoles». 22 décembre Soirée de restitution du projet «Autour du Mont-Blanc» avec HK à la salle polyvalente de Faverges-Seythenex. 13 janvier Ateliers parents-enfants et parents-ados autour de la poésie et du graff avec la Cie Sylvie Santi, à la médiathèque. 20 janvier Atelier théâtre avec la Cie Brozzoni. 3 février Atelier théâtre avec la Cie Brozzoni. 3 mars Ateliers parents-enfants et parents-ados autour de la poésie et du graff avec la Cie Sylvie Santi, à la médiathèque. christian chemin, Conseiller en action culturelle DRAC* Auvergne Rhône-Alpes * Direction Régionale des Affaires Culturelles Vous suivez Fabric’Arts depuis un an et demi, que pensez-vous de son évolution ? A Faverges, tous les acteurs se sont vite retrouvés autour du projet Fabric’Arts qui correspond bien aux enjeux de la Communauté de communes et cette deuxième année en a été la démonstration avec les é(co)refuges. Fabric’Arts souhaite s’inscrire à terme sur la durée. Comment la DRAC voit-elle cet objectif d’évolution ? Les conventions initiées par la DRAC se proposent d’accompagner à la structuration d’une action artistique et culturelle pérenne sur les territoires. La DRAC AuvergneRhône-Alpes a donc décidé de prolonger de trois ans toutes les conventions qui s’inscrivent dans cette dynamique en demandant à la Communauté de communes un seuil minimum de participation financière. Quel regard porte la DRAC sur les artistes associés à Fabric’Arts ? Ces conventions s’inscrivent dans les champs de compétences de la direction régionale des affaires culturelles/Ministère de la culture. Les artistes, architectes, écrivains qui sont intervenus sont tous repérés par les services de la DRAC. En tant que partenaire, il nous appartient d’être à vos côtés pour vous proposer d’autres approches artistiques et culturelles pour enrichir le terreau que vous avez déjà créé. FabricArts74 - www.fabricarts.fr - 04 50 32 67 79 - Local Fabric’Arts - 19 rue de la République - 74210 Faverges-Seythenex Quel retour fait Arben de sa semaine en randonnée «écriture et chanson» autour du Mont-Blanc ? A lire en page 1. chorale beatbox poésie à doussARD - juin 2017 avec la Cie Sylvie Santi - 150 enfants et jeunes du territoire se produisent en 1e partie du concert de HK OUVREZ-MOI !

[close]

p. 2

F. Leproust DR FABRIC ARTSMAG soirée de Salle preoslytvitaulteionVntee«ndAdeurtFeoaudvriedr2gu2eMsd-éoSncetey-mtBhlebannreecx»: Depuis avril, le chanteur HK parcourt le avec les jeunes A la rencontre des jeunes de Passage, de l’IME (Institut Educatif)... avril 2017 Médico- territoire accompagné du comédien/guitariste Saïd, à la rencontre des jeunes et des habitants, en préparation d’un projet éducatif au travers de la chanson : ateliers d’écriture, de lecture et de chanson, concert gratuit en plein air, tour des écoles, scènes ouvertes en plein air, ciné-débat et même un voyage autour du Mont-Blanc avec une dizaine de jeunes ! Volet musique tour du mont-Blanc sLoOuecunnè1pnrn4éouvejnbuèliioslnceeupbspvuieeiressnorvdtleateule1ieilsl0naetnjnsutt,ilelodetnatd,nseaserptlipeasrtsopesdsaaurgacimet B.d.a.eetervguaernsr.t Sept jeunes filles et six garçons de 12 à 17 ans ont enfilé leur sac à dos et chaussures de ran- donnée le 21 août dernier pour une semaine d’immersion musicale autour du Mont-Blanc. Les jeunes ont participé à l’organisation de ce voyage, en compagnie des éducateurs de Passage Cécile et Vincent, du chanteur HK et du comédien/guitariste Saïd, de Nicolas lmH’déKuacsoneilqetsuSdelaeeïddVseipvuéarzécns-otejuulnniteneasn2ct0lal1es7sperodjeet Saenger le guide. Ils se sont même formés à la prise de vue avec le réalisateur Pierre Beccu afin de monter un court documentaire du séjour. manali et arben Séjour autour du Mont-Blanc «On a passé un bon séjour malgré la marche qui était très dure. On a bien aimé la rencontre avec les artistes HK et Saïd aussi. Mais la marche en elle-même était vraiment difficile parce qu’on n’a pas l’habitude de marcher autant. Chaque jour : 4h à 5h de marche ponctuées de pauses dédiées à l’écriture de textes et leur mise en musique. Une aventure extraordinaire ! Le séjour était porté par l’association Passage, dans le cadre de Fabric’Arts. Du coup, on serait pas prêts à repartir. On a bien aimé le mélange avec tout le monde aussi, on a tous appris à se connaître, c’était sympa. En conclusion, on repart volontiers avec les artistes et les copains mais sans la randonnée». troisième jour Arrivée au refuge Elisabetta Yannis, Enzo, Léo et Issam N. Gierlotka N. Gierlotka cécile peyreton, Educatrice de prévention à l’association «Passage» Le voyage en lui-même a été un moment fort en relations et riche en découvertes. On a vraiment remarqué un changement au niveau de la dynamique de groupe au fur et à mesure des jours. Les jeunes ne se connaissaient pas tous au départ ; il y a eu un bon mélange de groupe, et ils ont bien vécu ensemble, malgré des facteurs de pression comme la fatigue, etc. Ils ont été très solidaires entre eux, ils s’attendaient, s’encourageaient… La confiance s’est créée petit à petit et a amené certains jeunes à s’ouvrir, même les plus timides. Les jeunes ont vraiment adhéré au projet : la randonnée changeait de l’ordinaire et dès qu’ils faisaient une pause, ils écrivaient. L’objectif premier était bien celui d’écrire des textes, de composer ensemble et d’oser. Ce processus a été possible grâce aux artistes qui se sont montrés proches avec chacune des personnalités qui composait ce grand groupe de 19 personnes. Les artistes ont réellement été moteurs de la vie collective. Saïd a fait de la musique avec ceux qui le souhaitaient… Kaddour [HK] a valorisé leurs talents et leurs capacités à s’exprimer. C’est une vraie chance pour les jeunes d’avoir pu se décaler de leurs habitudes, de quitter leur réseau téléphonique et de partir sur un projet comme celui-ci : une aventure collective forte dont ils se souviendront longtemps ! FABRIC ARTSMAG Passage Fabric’Arts MAG Directeur de la publication : Marcel Cattaneo, maire de Faverges-Seythenex Rédacteur en chef : Philippe Serre, chef de projet Fabric’Arts Conception : service communication FavergesSeythenex - Rédaction : N. Gierlotka, Ph. Serre, F. Leproust - Impression : Kalistene Tirage : 8 200 exemplaires Dépôt légal : octobre 2017 Fabric’Arts : 04 50 32 67 79 coordination@fabricarts.fr 1 Passage

[close]

p. 3

FABRIC ARTSMAG Deux projets musique vont être développés cette année avec le chanteur HK : «HK et l’Harmonie» et «HK et les écoles» . Au moins 1 000 jeunes vont être touchés sur le total de 2 000 jeunes que compte le territoire ! Volet musique HK ET L’harmonie Les jeunes de l’Harmonie municipale vont travailler cinq chansons du nouveau répertoire d’HK et cinq reprises de Jacques Brel. Tous ces morceaux seront réajustés pour l’Harmonie, répétés avec HK à chacune de ses venues sur le territoire, tout en y intégrant un maximum de jeunes ayant travaillé avec lui au préalable. Parallèlement à ces deux projets, les ateliers d’écriture de chanson entamés avec les jeunes l’année dernière au château de Faverges ou autour du Mont-Blanc se poursuivront. FabricArts74 - www.fabricarts.fr HK ET LES ÉCOLES Plusieurs formules de travail sont proposées aux écoles pour cet important projet musique. Une formule «création», dont l’objectif sera la création de chansons par l’écriture de textes et leur mise en musique. Au préalable, neuf professeurs de cycle 3 auront suivi une formation de deux jours les 13 et 14 décembre prochains avec HK et le guitariste Saïd pour travailler en classe avec leurs élèves. Le travail de création débutera en janvier et devrait, à lui seul, concerner près de 190 élèves pour une restitution prévue courant avril 2018. Une formule «dumiste»*, qui consistera en un travail d’interprétation des chansons de HK grâce à l’intervention en classe d’Amandine Duret, musicienne intervenante de l’école de musique. Celle-ci travaillera avec le maximum de classes possibles de toutes les écoles, dans la limite de son volume d’heures. Une formule «autonome» qui consistera en un travail d’interprétation sur bande son des chansons de HK sous la supervision des enseignants avec leurs classes respectives. Cette formule devrait bénéficier d’une restitution indépendante. C. Rombouts Dumiste Amandine Duret dans une classe en de intervention l’école primaire René Cassin * Personne titulaire d’un diplôme universitaire de musicien intervenant (DUMI). Lors de leurs résidences sur le territoire, les deux artistes se rendront dans les classes pour accompagner professeurs et enfants dans ce processus, quelle que soit la formule choisie. N. Gierlotka FABRIC ARTSMAG N. Gierlotka Volet théâtre cie brozzoni Depuis mai 2017, la Cie Brozzoni a entamé un stage de réalisation théâtre tous niveaux, ouvert aux jeunes et moins jeunes, mêlant formation, réalisation et sorties spectacle gratuites à Bonlieu scène nationale. Huit stagiaires de tous âges participent déjà à ce stage se déroulant environ un samedi après-midi par mois. Les stages s’articulent autour des oeuvres de Laurent Gaudé, «Eldorado» et «De sang et de lumière», sous la direction d’un professeur de théâtre, de chant, une costumière, un musicien compositeur, le tout orchestré par le metteur en scène annécien Claude Brozzoni. L’issue du stage donnera lieu à une représentation publique le 2 juin 2018 à la salle polyvalente de Faverges-Seythenex. Volet théâtre arts plastiques cie théâtre transformation La Cie «Théâtre transformation» a engagé un projet de théâtre en anglais avec des élèves de 5e du collège au printemps dernier. Ce projet devrait reprendre à l’automne avec une classe de 4e. A partir du 8 novembre, Tracey Boot interviendra également à l’école de Saint-Ferréol avec la classe de CM1/CM2 pour la fabrication de «masques d’expression» et cela, tous les mercredis matin jusqu’aux vacances de Noël. Les masques seront montrés durant le Carnaval et une exposition organisée pour mettre en valeur le travail des élèves. Vous souhaitez participer aux stages ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 décembre 2017. Vous pouvez assister à deux restitutions, de 18h à 20h, après l’atelier du 4 novembre et celui du 9 décembre à La Soierie. Entrée gratuite. 2

[close]

p. 4

FABRIC ARTSMAG De septembre 2016 à juin 2017, il s’en est passé des choses sur le versant de l’écriture et du cinéma à Fabric’Arts ! Des ateliers d’écriture et trois projets filmiques au collège et au lycée, un autre projet filmique réalisé à l’école de Doussard dans le cadre des é(co) refuges (voir en page 5). Une grande soirée de restitution vous permettra de découvrir toutes ces réalisations, le mercredi 22 novembre à partir de 18h30 à la salle polyvalente de Faverges-Seythenex. Volet cinéma au lycée la fontaine Volet cinéma au collège jean lachenal Grâce à l’implication de leur professeur d’arts plastiques Mme Vallet, les élèves de la classe de 6e7 du collège ont bénéficié de l’intervention des réalisateurs Pierre et Valentine Beccu. Trois mois d’ateliers, de fin mars à fin juin 2017, ont permis aux élèves de découvrir en détail et d’expérimenter le monde du cinéma. Au lycée La Fontaine, c’est la réalisatrice Mathilde Syre qui est intervenue en fin d’année, avec cette fois-ci un groupe d’élèves volontaires de 1e AMA (artisanat des métiers d’art). Chaque élève a participé à la construction du film de A à Z. Au total, sept jeunes lycéens se sont impliqués dans cet atelier. Trois d’entre eux ont particulièrement travaillé l’écriture de scénario. Très motivés et investis du début à la fin, ils ont particulièrement réfléchi aux différents plans. Pour le lycée, le bilan est très positif et de nouveaux projets se construisent pour cette année avec des professeurs investis. «Un meurtre presque parfait» - durée 5’ N. Gierlotka N. Gierlotka INVITATION Soirée ciné-écriture Mercredi 22 novembre, 18h30 Salle polyvalente de Faverges-Seythenex Entrée gratuite Volet écriture les jeudis de laurent gidon Depuis janvier 2017, Fabric’Arts est partenaire du «Labo des histoires», une association nationale promouvant l’écriture. Grâce à ce partenariat, le collège et le lycée ont accueilli chaque jeudi de février à juin l’écrivain annécien Laurent Gidon. Pour travailler leur imagination, les jeunes se sont prêtés à des jeux d’écriture sur la base d’objets ou de mots que leur proposait l’écrivain puis ils ont chacun écrit une nouvelle. Toutes ces nouvelles sont rassemblées dans un recueil édité par le «Labo des histoires». Vous aurez l’occasion d’en savoir plus et de feuilleter ce recueil le 22 novembre lors de la soirée de restitution des ateliers écriture et cinéma ! «Des nouvelles du jeudi» Recueil de 9 nouvelles Dès la deuxième séance, Pierre Beccu a remarqué que les jeunes avaient progressé dans la prise de parole. Ils étaient plus concentrés, beaucoup plus à l’écoute et par conséquent plus réactifs quand on les sollicitait. Ils s’écoutaient davantage les uns les autres, ce qui a permis une discussion approfondie. Pour se familiariser avec le matériel, ils sont allés à l’extérieur effectuer quelques essais avec les caméras et la perche. Les bases acquises et le thème choisi (le harcèlement), il ne restait plus aux élèves qu’à s’attaquer à la réalisation du film qu’ils ont menée de bout en bout. «Harcèlement:qui fait quoi?» - durée 16’ Volet cinéma a doussard De janvier à mai 2017, la classe de CM1 de Mme Schoumaker a travaillé sur un projet filmique autour de l’é(co)refuge de l’école, avec le vidéaste Florent Labre. Le projet s’est déroulé en trois temps : exploration du matériel et analyse de l’image, conception du story board (le scénario a été écrit par les élèves entre les interventions) et quatre journées de tournage et d’initiation au montage. Ce travail a donné naissance à une excellente fiction sur le thème des pirates, un travail remarquable avec lequel les enfants ont surpris leur entourage par leur enthousiasme et leur investissement conséquent. «Bras cassés et jambes de bois» - durée 12’ 3 Emma et charles, Elèves au lycée La Fontaine Artisanat et métiers d’art Pouvez-vous nous parler de l’atelier avec Mathilde Syre ? Emma : Moi, c’était pour découvrir le milieu. Je ne souhaite pas particulièrement en faire mon métier mais c’était pour avoir un petit plus et développer de nouvelles compétences. Charles : En ce qui me concerne, j’étais acteur. Les copains étaient en recherche d’acteurs alors je me suis dévoué [N.D.L.R. Les jeunes étaient tous bénévoles et en dehors du temps de classe]. Qu’est-ce que vous avez préféré dans les ateliers ? Charles : Moi, j’ai particulièrement apprécié l’ambiance qui était très festive. Emma : Et moi aussi mais j’ai également apprécié d’apprendre les cadrages, comment filmer, le vocabulaire du cinéma... J’ai appris pas mal de choses. Cette année vous remettez le couvert ? Emma : Oui ! Avec Mathilde Syre, dans un projet de classe cette fois-ci, on est super contents. Charles : On travaille le film d’animation cette année et franchement, ça me plait énormément !   Mathilde Syre anime des ateliers de réalisation vidéo pour initier tous les publics au langage cinématographique et les sensibiliser à l’image : reportages, documentaires, film expérimental ou d’animation… FABRIC ARTSMAG N. Gierlotka N. Gierlotka

[close]

p. 5

FABRIC ARTSMAG FABRIC ARTSMAG sylvie santi Conteuse - Cie Sylvie Santi Depuis deux ans, je sillonne le territoire du Pays de Faverges, en collectant des histoires d’enfances, des jeux, en tentant de créer avec les jeunes et les habitants une dynamique autour de la poésie, du plaisir de la dire et de l’écouter. Cette année 2018, nous allons, avec la médiathèque, les écoles, le collège et l’ensemble des habitants, engager des groupes dans un travail d’écriture et d’oralité autour des dix mots de la langue française sélectionnés par le ministère de la Culture. Pour une participation, ouverte à tous, au concours organisé dans le cadre de la semaine de la langue française et de la francophonie. Et fin 2018, la Cie Sylvie Santi présentera une création issue de ces trois années de travail : «Les fripons divins» ! 4 Manon-Dina Duclos DR Volet parole Cie Sylvie santi Le 16 juin dernier, une chorale rassemblant plus d’une centaine de jeunes s’est produite en première partie du concert de HK sur la plage de Doussard, pour présenter le travail de toute une année avec la Cie Sylvie Santi et Julien SpeakerB autour du beatbox-poésie. Toute l’année, les artistes se sont rendus dans les établissements scolaires du territoire et ont animé des stages ouverts à tous durant les vacances scolaires pour initier les jeunes à l’expression de la boîte à rythme humaine qui sommeille en chacun de nous et à la poésie, un travail colossal. Les stages notamment, à participation libre, ont permis le tissage de liens forts entre jeunes de tous âges et issus de tous horizons. Des partenaires locaux tels que l’IME*, l’association Passage, le DDAMIE** ont activement participé à ce beau projet contribuant ainsi pleinement à sa réussite. * IME, Institut Médico-Educatif, ** DDAMIE (Dispositif Départemental d’Accueil des Mineurs Isolés Etrangers). les projets Cette année, la Cie Sylvie Santi poursuit les collectes et les ateliers poétiques d’expression orale. Elle associe à son travail le jeu de l’écriture éphémère et viendra questionner l’adage «Les paroles s’envolent, les écrits restent... Les paroles restent, les écrits s’envolent». Sa collaboration avec Kader Hamza, graffeur et designer, apportera les outils pour mettre en œuvre les graffitis et la technologie liée au lasertag, principe d’écriture avec un laser projeté sur écran. En plus du rythme apporté par le beatbox, le mouvement de l’écriture enrichira le plaisir de se dire. Devenir ou advenir par la poésie, les histoires, la mise en bouche de ces paroles pour se sentir poète et fripon de surcroît. Sylvie Santi créera des rencontres de proximité, dans les quartiers, dans les villages, pour tenter de transmettre à un public le plus large possible. Sylvie Santi et Kader Hamza présenteront une étape de ce travail en cours dans le cadre du «Week-end enfants» les 2 et 3 décembre à Bonlieu scène nationale (Annecy). chorale beatbox poésie Stage à l’IME - avril 2017 FAbéteevalriieetrrbà2o0lax17mpéodéiastiheèque michèle lutz Maire de Doussard Le 16 juin dernier, 150 enfants se sont produits en première partie du concert de HK sur la plage de Doussard, le travail de plus d’une année. Qu’est-ce que cela vous inspire ? En tant qu’élue, je ne peux qu’encourager ce type d’initiative qui entraîne dans son sillage les jeunes de tous âges, de toutes conditions, de toutes provenances et avec eux leurs parents, leurs proches, leurs amis. Dans cet élan de partage, au cœur d’un site splendide, la joie de vivre, le bonheur, la convivialité furent les fruits du moment. Animateurs et acteurs ont offert au public l’essence même de Fabric’Arts, le pourquoi de sa création, l’envie de ses futurs rendez-vous. Suite à cet événement, quel regard portez-vous sur Fabric’Arts ? Cette petite équipe Fabric’Arts, discrète, créative, dynamique et surtout très professionnelle, va chercher les talents et les moyens nécessaires à la réussite des projets. C’est une réelle et incontournable plus-value. Par le biais des structures scolaires ou associatives, jeunes et animateurs accrochent aux projets grâce à l’efficacité de l’équipe Fabric’Arts. Les différentes réalisations, films, construction d’é(co)-refuges, concerts divers en sont la preuve et rayonnent sur TOUT le territoire. «Coup de chapeau» à Nadia, Raphaël, Florence et Philippe : soyez toujours ces belles personnes ouvertes aux autres et «en avant toute» pour la nouvelle saison ! Je compte sur vous, je suis à vos côtés. chorale beatbox poésie - Concert à Doussard - juin 2017

[close]

p. 6

Etpuisquoiencore - CAUE74 Etpuisquoiencore - CAUE74 FABRIC ARTSMAG 9 classes de CM1 et cm2, sur 7 établissements et 5 communes, soit environ 200 élèves, ont participé activement a la création des é(co)refuges. Volet architecture les é(co)refuges De novembre 2016 à juin 2017, un projet «é(co)refuge» s’est déroulé dans huit classes du territoire, avec le CAUE 74* et le collectif «Etpuisquoiencore»**. Ce projet a donné naissance à sept mobiliers urbains, «é(co) refuges» implantés aux abords des écoles de Cons SainteColombe, Lathuile, Doussard, Marlens, Saint-Ferréol, Seythenex et Vesonne, ainsi qu’une fiction vidéo, écrite et tournée par les élèves d’une classe de CM1 de Doussard. A l’origine Depuis 2015, des projets de sensibilisation à l’architecture, l’urbanisme et l’environnement ont été conduits à l’initiative de Laurent Clerc et Antoine Giacomoni (directeurs de l’école de Doussard et du groupe scolaire de Viuz à Faverges), ainsi que de la Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale en partenariat avec le CAUE 74. Le CAUE 74, partenaire de Fabric’Arts, sur proposition de l’Education nationale, a fait appel au collectif «Etpuisquoiencore» composé de Mélanie Borga-Jacquier et Charlotte Delalex, architectes, Jérémy Huet, paysagiste et Florent Labre, vidéaste de l’association «Label vie d’ange». Les E(co)-refuges à Lathuile ci-contre, Cons Sainte-Colombe et Saint-Ferréol, ci-dessous. Le projet a débuté en novembre 2016 par une formation des enseignants sur trois soirées. Le collectif a ensuite entamé le travail avec les enfants de mars jusqu’en juin. Chaque é(co)refuge est unique, imaginé, dessiné et construit par les enfants eux-mêmes. Tout, ils ont TOUT fait : apprendre le langage de la ville, choisir un espace, imaginer un module de rencontre répondant à leurs usages respectifs, le dessiner, réaliser une maquette, dresser la liste du matériel nécessaire et le construire, en oubliant parfois la récré... le tout sans égratignures ni querelles. Un projet dont ils peuvent être fiers ! * CAUE 74, Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement, ** Etpuisquoiencore, collectif regroupant deux architectes, un paysagistes et un vidéaste. mélanie borga-jacquier, architecte, collectif «EtpuisqDueouxiieèmnecàodrroeit»e Deuxième à droite Comment les enfants ont-ils accueilli ce projet d’é(co)refuge ? Ils ont été la ressource essentielle à la réussite de ce projet. L’idée de cette activité était de les mettre en situation d’occuper «tous» les rôles de la mission de maîtrise d’œuvre : clients, paysagistes, architectes, économistes, artisans… de l’émergence de l’idée sur les sites et le dessin, jusqu’à la réception de l’ouvrage. Réactifs, organisés, ils ont fait équipe entre eux, avec nous, mais surtout avec les bénévoles (parents et amis) venus leur prêter main forte. La mise en œuvre des é(co)-refuges a permis aux enfants de comprendre comment les connaissances et outils acquis à l’école peuvent servir dans le quotidien des professionnels. Qu’avez-vous souhaité transmettre aux enfants ? L’objectif du collectif «Etpuisquoiencore», né ce printemps 2017 après plusieurs années de missions pédagogiques communes, est de proposer aux enfants d’être acteurs de leur territoire. Nous avons à cœur de resituer les enfants dans l’espace public, de les rendre conscients de la place qui leur revient Nous souhaitons également leur proposer de faire, d’être dans la réalisation, à l’échelle de la dimension locale, afin de les impliquer. FABRIC ARTSMAG F. Leproust Pourquoi est-ce important ? L’objet, c’était de proposer un Un projet se co-construit. Il fallait projet qui maille le territoire. un partage de connaissances et Impliquer au moins une classe l’inspecteur du secteur a validé une dans chaque commune. Tra- formation préalable des enseignants, vailler l’interface entre l’école conduite par les conseillers pédago- et l’extérieur de l’école. A ce giques arts plastiques et l’équipe du titre, les é(co)-refuges ont por- CAUE. J’ai remarqué qu’au niveau té leurs fruits. Il y a eu une de l’enseignement, l’architecture est implication forte des parents un bon outil pour la transdisciplina- et de partenaires telles que rité (écriture, math, création...). C’est des entreprises locales qui ont une expérience d’autant plus positive Martine lepeltier-THONIEL, donné du matériel. qu’elle va permettre de tisser du lien conseillère pédagogique 5 FabricArts74 - www.fabricarts.fr social après. départementale art et culture, coordination du projet CAUE/écoles

[close]

Comments

no comments yet