EDUFORM AFRIQUE N29 VERSION FRANCAISE

 

Embed or link this publication

Description

Premier magasine panafricain digital d'information en éducation

Popular Pages


p. 1

reflexion La réforme annoncée du baccalauréat français : simple allègement ou réforme en profondeur ? par Bruno MAGLIULO, Inspecteur d’académie honoraire- Formateur/conférencier premier magazine panafricain digital d’information en éducation Magazine n°029 de septembre 2017 39ème session des Comités consultatifs interafricains (CCI) du CAMES 1265 inscrits sur les différentes listes de promotion reportage Gouvernance du COPED Le Professeur Pierre Auger, nouveau Président du COPED Carnet Noir Hommage au feu Pr Fulbert GERO AMOUSSOUGA Lorsqu’on n’a pas vécu inutilement EDUFORM AFRIQUE MAGAZINE EDITION Septembre 2017 1

[close]

p. 2

SOMMAIRE P 6-7 Editorial ... Grand Reportage P * - ... P 7-19 Reportage Zoom P 20-25 P 26-33 Bon à savoir Bourse P 34-35 P 36- 39 Et pourtant, elles retiennent peu d’attentions, P 4-5 EDUCATION ET PAIX EN AFRIQUE : Au moins 8 000 enseignants seront formés dans 6 pays P 20-21 39ème session des Comités consultatifs interafricains (CCI) du CAMES : 1265 inscrits sur les différentes listes de promotion P 7-19 Phase finale du Concours « Ma thèse en 180 secondes (MT180)»: La doctorante Marielle AGBAHOUNGBATA, la lauréate P 22-23 CARNET NOIR : Hommage au feu Pr Fulbert GERO AMOUSSOUGA : Lorsqu’on n’a pas vécu inutilement P 24-25 22 EDUFORM AFRIQUE MAGAZINE EDITION Septembre 2017

[close]

p. 3

 Annonce P 40-45 Actu-Afrique P 50-57 Réflexion P 46-49 bon a savoir P 34 - 35 Intelligence artificielle, bientôt la fin des examens scolaires ? EDUFORM AFRIQUE N°2008/0163/DEP–ATL-LITT/SG/SAG/ASSOC IFU : 6201001183605 Siège Afrique : N° 913, Route Nationale Inter – Etat N°2, Rue 12.191 Cotonou BENIN Email : eduformafrique@outlook.fr Editeur Magazine Magazine digital panafricain d’information, spécialisé en éducation accessible sur www.eduformafrique.org Siège Afrique : N° 913, Route Nationale Inter – Etat N°2, Rue 12.191 Cotonou BENIN Compte BOA Bénin N° : 002968390004 Tél. : (00229) 21 13 85 57 / 95 45 98 95 / 96 37 71 16 Email : eduformafrique2008@yahoo.fr actu-afrique Bureau Hors Afrique : 3 rue de la tour du Pin 33 000 Bordeaux - France Email : eduformafrique@gmail.com Niger Au Niger, les trois quarts des enseignants sont des contractuels P 52Lettre au Ministre de l’Enseignement Primaire de l’Alphabétisation… algerie P 53 Education: Les Syndicats prévoient une rentrée scolaire difficile Tunisie P 54 A 18 ans, il publie un ouvrage sur la réforme de l’éducation COORDONNATEUR GENERAL DIRECTEUR DE PUBLICATION Bernardin AGBOKPE COORDONNATEUR REGIONAL AFRIQUE MAGHREB Djamal Alpha T KANE COORDONNATRICE REGIONAL AFRIQUE DE L’OUEST Ablavi Akoua DJEME COORDONNATEUR REGIONAL AFRIQUE DE L’EST Alioum Mann KONATE COORDONNATEUR REGIONAL SUD AFRIQUE Peterson willis TETEVI COORDONNATEUR REGIONAL AFRIQUE CENTRALE Jean Pierre T. EDJANG COORDONNATEUR ZONE HORS AFRIQUE Clovis D. LAPORTE DIRECTEUR DE LA REDACTION Ousmanne K. TOURE DIRECTRICE DES SERVICES GENERAUX Charlotte A.B. BRUN DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER ***** CONSEILLERS à LA REDACTION Jules AGANI Honoré MEGBEMADO Samöel KPENGLA UNESCO P 56 Acquérir de nouvelles compétences pour mieux promouvoir l’éducation des CHEF SERVICE SECRETARIAT DE REDACTION Georges BADA CHEF SERVICE GRAPHISME Léonard TINDEDJROHOUN filles au Ghana CHEF SERVICE WEB Francky ADEOSSI P 57 REALISATION Eduform Afrique EDUFORMCAoFpRyrIQigUhtEOMctAoGbAreZ2IN01E2 EDITION Septembre 2017 33

[close]

p. 4

éditorial f Et pourtant, elles retiennent peu d’attentions Elles sont considérées comme primes à l’excellence, ces bourses dites d’excellence qui sont octroyées à des élèves qui ont brillamment réussi au BAC avec mention bien voire très bien, ou à des étudiants ayant un cursus universitaire presque irréprochable. Les bourses d’excellence font parties de ces systèmes de financement spécialement proposés aux étudiants et élèves ayant des mérites académiques prodigieux. Il s’agit en fait des possibilités de formations ou études universitaires généralement dans le pays donateur qui en prend entièrement ou partiellement la charge. En effet, l’insuffisance de capital humain qualifié par rapport aux besoins de développement du continent, freine sa croissance et sape les bases d’un développement durable. C’est pourquoi, à ces étudiants méritants ou élèves surdoués africains, sont offertes diverses bourses d’excellence par des organismes qui s’intéressent à leur compétence, par le gouvernement d’un pays partenaire ou autre en tant qu’étudiants étrangers, afin de les soutenir dans la poursuite de leurs études. Pour les gouvernants africains, il s’agit de les soustraire à certaines pesanteurs nationales, leur permettre des formations ou études supérieures de pointe dans des universités de renom. Ainsi, ils constitueront un vivier de ressources humaines de qualité utile au développement de leur pays et donc du continent. 44 EDUFORM AFRIQUE MAGAZINE EDITION SSeepptteemmbbrree 22001177

[close]

p. 5

Malheureusement, force est de constater que la plupart de ces étudiants à la fin de leur formation ou de leurs études, ne reviennent plus dans leur pays. Ils choisissent rester dans le pays d’accueil ou ailleurs hors du continent. Il n’est pas exclu qu’ils aient été détournés par d’alléchantes offres d’emplois assorties de commodités conséquentes. Ce faisant, ils sont arrachés à leur pays, à leur continent. D’aucuns parleraient de fuite ou de détournement de cerveau. Aussi, ceux qui ont préféré résister à tous appâts, une fois de retour au pays, n’ont pas toujours l’accueil qu’ils méritent ou encore, se retrouvent avec de matériels de travail largement dépassés avec lesquels ils doivent quotidiennement faire des miracles. Du coup, ils deviennent contre productifs donc un gâchis. Dans l’un ou l’autre cas, le pays en sort perdant. Voilà qui doit susciter maintes s’interrogations; s’il n’est pas temps de mener des réflexions en profondeur, pour des solutions appropriées. Selon une étude de la Banque mondiale, l’Afrique subsaharienne ne dispose actuellement pas d’une masse critique de diplômés dans les disciplines scientifiques : elle compte un scientifique ou un ingénieur ou moins pour 10 000 habitants, contre 20 à 50 dans les pays industrialisés. Rattraper le retard pris par rapport aux pays à revenu intermédiaire qui ont consacré de lourds investissements à la science et à la technologie ces dernières années sera difficile mais indispensable pour réduire la pauvreté et promouvoir une prospérité partagée. Le mécanisme de bourse d’excellence pour une élite bien formée qui en formera à son tour sur le continent, peut contribuer à redresser la barre, mais à condition qu’il soit bien repensé. S’il est donc exclu la suppression de telles bourses, il est tout de même nécessaire d’en faire de véritable instrument de développement. Mais comment l’organiser désormais ? retient peu d’attentions, bien que … Bernadin AGBOKPE EDUFORM AFRIQUE MAGAZINE EDITION SSeepptteemmbbrree 22001177 55

[close]

p. 6

REPORTAGE EDUFORM AFRIQUE Magazine  Le magazine panafricain Y retrouvez toute l’information en éducation de toute l’Afrique  Le magazine spécialisé Rienquedel’informationenéducation(les acquis, les défis et les perspectives du secteur éducatif, de l’Alphabétisation et de la recherche en Afrique)  Le magazine digital Utilise une des dernières technologies de diffusion de la presse écrite, offrant toutes les commodités requises (téléchargement, impression, etc) REFLEXION LIBERTÉS ACADÉMIQUES ET Ebrima SALL, Administrateur dDuRProOgrIaTmSmeDLiEberLté’sHAcOadMémMiqEues PREMIER MAGAZDINDPéLERE’vAOSRPeMAEAsCPNOlsoTOTAoIIpFROOcRNTNpIAiSCaeDAGDEtImEEiNoLS’AeDnPPIAnPGRMRtITTO(EAoPANLRnAIDMAIdR’TIEiIDNOaSFN)lDOesEDR’EMLpeS’ÉAonRDTÉIguUOSCraNUALlTgeTEIANOeTNSÉDUCAAllSeeTPUIrsEOBtRepNSFAaGsOHuyRRArsAMRlfeINArEaNDNfanCNciREbEoEDlePFpEROhSnAoRiNSvnTYCeAeSOaTGsPuÈdHEMdO’AEeNSfsErÉiqa(DRucUAeqCPuPASTOiusIRbFsTSscNaEoPhN°lAaaS0AirErFiee1CRsnI82Qdn0U1eaMD4En)EsaJAgNaVzIEiRn2e016  Le magazine distribué via internet Adressé directement (par newsletters à partir d’une base fournie) ou indirectement (par les réseaux sociaux) à des centaines de milliers de lecteurs, qui y accèdent partout dans le monde. «INd…eTEJsReoVcMciIoéEntWét.sinEduJX’eiCnudLit’UaisaSftfiIitVvrmeiEsne,rdqeMucerlé’.éactioDolne,OadEcD’iUtNnFuOveReMlGlneAFtRiavBIQifUtaEéiMÉlelAiGtHAàdZIsNeEaOdEméDIUvTisIeOsNloNiopJanpnDveidemr’é2Ée0d1ni6fit c…1a»ti.on Avec Rayonnez à l’échelle africaine et internationale Plus d’info sur www.eduformafrique.org ou écrivez à eduformafrique2008@yahoo.fr Tél. : +229 96 37 71 16 Cotonou - Rép. du Bénin 6 EDUFORM AFRIQUE MAGAZINE EDITION Septembre 2017EDUFORM AFRIQUE MAGAZINE EDITION Août 2013 6

[close]

p. 7

Grand REPORTAGE 39ème session des Comités consultatifs interafricains (CCI) du CAMES 1265 inscrits sur les différentes listes de promotion Le Bénin a été du 10 au 19 Juillet 2017, le pays hôte de la 39ème session des Comités consultatifs interafricains (CCI) du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES), pour la promotion des enseignements - chercheurs et chercheurs des 19 pays membres. Une réunion statutaire de l’institution au cours de laquelle sont évalués enseignants et chercheurs à travers la recherche et leurs aptitudes à faire de la formation, permettant aux récipiendaires in fine, d’être inscrits sur l’une de ses différentes listes de promotion.  EDEDUUFOFORRMMAAFRFRIQIQUUEEMMAAGGAAZZININEE EDEDITIITOIONN SeSpetpetmembrbere22001177 77

[close]

p. 8

Grand REPORTAGE Le programme CCI fait partie d’un ensemble dont l’exécution des activités fait jouer au CAMES de manière spécifique et légitime un rôle incontournable et non négociable d’Agence régionale d’assurance qualité et d’évaluation. Depuis 1978, les Comités consultatifs interafricains du CAMES, à travers les travaux des Comités techniques spécialisés (CTS), constituent un cadre commun aux pays membres de promotion des enseignements - chercheurs et chercheurs, qui font objet d’évaluation individuelle de leurs compétences au plan scientifique et pédagogique en vue de leur inscription sur les différentes listes de l’institution. Aussi, le nombre des candidatures n’a cessé de croître d’année en année avec une nette amélioration de la qualité des dossiers soumis. « Preuve que le CAMES s’est résolument inscrit dans la démarche assurance qualité pour l’excellence de l’enseignement supérieur et la recherche en Afrique » fera constater le Professeur Prosper Gandaho, Recteur de l’Université de Parakou, porte-parole des recteurs du Bénin dans son mot de bienvenu. Assurance qualité dont l’élaboration des référentielles aux normes internationales a contribué à accroitre la compétitivité et l’attractivité des Etats membres de l’institution ; favoriser la mobilité des étudiants, des enseignants - chercheurs et cher- 8 EEDDUUFFOORRMM AAFFRRIIQQUUEE MMAAGGAAZZIINNEE EEDDIITTIIOONN SSeepptteemmbbrree 22001177 Professeur Prosper GANDAHO, Recteur de l’Université de Parakou cheurs et renforcer l’employabilité des apprenants à l’échelle africaine voir internationale. Mieux, cette évaluation objective va bien au-delà des ressources humaines de qualité ; puisque ces ressources humaines de haut niveau vont nécessairement booster la recherche et l’enseignement supérieur dont les performances réelles conditionnent les multiples facettes du développement auxquels les populations aspirent légitimement. Des résultats forts appréciés Ils sont près de 250 personnalités universitaires à prendre part à cette 39ème session des Comités consultatifs interafricains, au cours de laquelle les membres du CTS et les experts ont examiné, sans complaisance, 

[close]

p. 9

Grand REPORTAGE 1427 dossiers de postulants aux grades prévus dans l’architecture académique de l’espace. Aussi, ont-ils appliqué avec abnégation et professionnalisme, les critères scientifiques objectifs en cohérence avec le code d’éthique et de déontologie du CAMES et selon le nouveau référentiel d’évaluation des enseignants - chercheurs et chercheurs, adopté par le Conseil des ministres du CAMES lors de sa session en 2015 à Dakar au Sénégal. Ce qui a permis d’obtenir les résultats qui suivent : Lettres et sciences humaines : 387 inscrits sur 438 postulants Mathématiques - Physique Chimie : 158 inscrits sur 183 postulants Sciences naturelles - Agronomie : 343 inscrits sur 359 postulants Médecine humaine - Pharmacie - Odontostomatologie Médecine vétérinaire : 220 sur 242 postulants Sciences et techniques des activités physiques et sportives : 07inscrits sur 14 postulants Sciences Economiques et de Gestion : 66 inscrits sur 76 postulants Sciences Juridiques et politiques : 23 inscrits sur 51 postulants Sciences et techniques de l’ingénieur : 61 inscrits sur 64 postulants. Soit un total de 1265 sur1427 postulants, inscrits sur les différentes listes de promotion l’institution. « Je m’en réjouis puisque nos Etats et particulièrement nos institutions d’enseignement supérieur et de recherche, ont plus que jamais besoin de ces types de profil hautement qualifiés pour concevoir et conduire à bon port, les actions  EEDDUUFFOORRMMAAFFRRIQIQUUEEMMAAGGAAZZININEE EEDDITITIOIONN SSeepptteemmbbrree22001177 9

[close]

p. 10

Grand REPORTAGE audacieuses requises par le développement nos pays », dira le Président du Comité consultatif général (CCG), le Professeur Habibou Abarchi à propos de ces résultats, avant d’exprimer, au nom des recteurs, des présidents d’université et directeurs d’institution de recherche, ses chaleureuses félicitations non seulement aux heureux récipiendaires mais aussi à tous ces évaluateurs chevronnés qui ont accompli cette tâche essentielle au service du développement des Etats membres. Il va inviter tous ceux et toutes celles qui n’ont pu se faire inscrire cette session à ne pas se laisser au découragement, encore moins au fatalisme, mais bien au contraire, à faire preuve de plus de détermination pour que la prochaine fois soit véritablement la bonne. Aussi, le Prof Abarchi s’est-il dit convaincu que ces résultats si élogieux qu’ils soient, peuvent être améliorés si tous les acteurs (Etats – CAMES – administration des différents établissements membres - candidats et autre) 10 EEDDUUFFOORRMM AAFFRRIIQQUUEE MMAAGGAAZZIINNEE EEDDIITTIIOONN SSeepptteemmbbrree 22001177 Professeur Habibou Abarchi, Président du Comité consultatif général (CCG) redoublent d’engagement et d’ingéniosité pour pouvoir aller de l’avant, car il n’y a pas autre choix que de mieux faire. Pour cela, il trouve essentiel de doter les établissements d’enseignement supérieur et de recherche de structures fondamentales dans l’optique de leur fonctionnement opérationnel et planifié. « Il me paraît opportun de saluer le travail abattu par les membres des CTS qui ont pu examiner les dossiers de candidatures dans le temps impartis, ainsi que le CCG qui a su jouer pleinement sa partition dans la validation des dossiers et la réalisation d’une veille permanente et pertinente en cohérence avec les textes en vigueur » a renchéri le Secrétaire général du CAMES, le Professeur Bertrand M’batchi. 

[close]

p. 11

Grand REPORTAGE « Au regard des résultats qui ont été communiqués, la cuvée a été bonne et la moisson abondante. Tant mieux pour l’enseignement supérieur des pays membres, tant mieux pour le système éducatif respectif, tant mieux pour l’Afrique » sont les mots de la ministre béninoise de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Madame Marie Odile Attanasso qui en a félicité les acteurs pour l’effort fourni au niveau des CTS respectifs pour avoir analysé avec rigueur les dossiers soumis à leur appréciation. « Je voudrais aussi remercier les recteurs et présidents d’universités membres du CCG pour leur veille et supervision scientifique qui garantissent le sérieux du travail de notre institution commune qu’est le CAMES », a-t-elle poursuivi. Les autorités béninoises vraiment engagées Des résultats que l’on doit aussi aux conditions de travail offertes par le pays d’accueil. En effet, les travaux de la 39ème session des CCI ont été lancés, lors d’une imposante cérémonie empreinte de solennité, officiée par le Ministre d’Etat, chargé du Plan et du développement, Monsieur Abdoulaye Bio Tchané représentant le Chef de l’Etat, avec à ses côtés une forte présence  Abdoulaye Bio TCHANE, Ministre d’Etat EEDDUUFFOORRMMAAFFRRIQIQUUEEMMAAGGAAZZININEE EEDDITITIOIONN SSeepptteemmbbrree22001177 11

[close]

p. 12

Grand REPORTAGE de six ministres du gouvernement. Une façon pour le Bénin de manifester toute sa joie d’accueillir l’évènement et son engagement à être à la hauteur des attentes. Et pour cause, l’éducation constitue la pierre angulaire du pilier N°2 du Programme d’Actions du Gouvernement. Conscient de ce que l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde, le Gouvernement du Bénin en a fait, une priorité dans son Programme d’Actions « Bénin Révélé » a rappelé le Ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané dans son allocution d’ouverture. Aussi at-il loué la pertinence, le sérieux et la crédibilité de l’institution CAMES, avant de souhaiter son rayonnement dans toute l’Afrique francophone. « Je voudrais à cet instant solennel, exprimer la profonde grati- tude du CCG aux autorités, au vaillant peuple béninois dont l’hospitalité et la bienveillante attention ont rendu possible, dans d’excellentes conditions, la tenue de nos assises. Dans cet ordre d’idée, mes remerciements s’adressent au Président Patrice Talon, au Ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané, et Ministre Attanasso qui n’ont ménagé aucun effort pour que nos travaux se déroulent dans les meilleures conditions possibles. Je m’en voudrais sans doute, si je ne remerciais pas l’équipe du CAMES, le Comité local d’organisation, qui ont accompli une tâche formidable faisant ainsi de nos travaux presqu’une partie de plaisir », s’est satisfait le Prof Habibou Abarchi. « Je m’empresse de m’acquit-  12 EEDDUUFFOORRMM AAFFRRIIQQUUEE MMAAGGAAZZIINNEE EEDDIITTIIOONN SSeepptteemmbbrree 22001177

[close]

p. 13

Grand REPORTAGE ter du devoir de renouveler le témoignage de ma haute gratitude au Président de la République du Bénin, Chef de l’Etat, Son Excellence Patrice Talon dont le pays a permis à notre institution, de réaliser dans de bonnes conditions les présentes assises », a déclaré le SG/ CAMES, le Prof M’batchi au terme des travaux. « Je voudrais saisir cette occasion pour remercier en votre nom, le gouvernement béninois en général, mon collègue du ministère des finances et de l’économie en particulier pour avoir accompagné mon département ministériel dans la mise en œuvre de cette activité majeure de son Plan du Tra- vail Annuel issu du PAG. C’est en remerciant le Président de la République pour son soutien permanent de promotion d’un enseignement supérieur de qualité, en présentant mes félicitations à tous les enseignants et enseignantes et chercheurs (es) que cette session du CAMES a eu le mérite de promouvoir, que je déclare clos les présents travaux », a conclu la ministre Attanasso. Plusieurs autres activités parallèles Les assises de la 39ème session des CCI ont été précédées  Marie Odile Attanasso, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique EEDDUUFFOORRMMAAFFRRIQIQUUEEMMAAGGAAZZININEE EEDDITITIOIONN SSeepptteemmbbrree22001177 13

[close]

p. 14

Grand REPORTAGE Professeur Bertrand M’BATCHI, Secrétaire général du CAMES d’une réflexion nationale sur la célébration du cinquantenaire du CAMES en mai 2018 à Ouagadougou(Burkina Faso) et marquées tout au long de leur réalisation par la tenue plusieurs autres rencontres notamment, la session ordinaire du CCG ; la réunion du bureau de la FIFA ; l’Assemblée générale de la CRAF ; la présentation d’un projet de mise en place d’un dépôt institutionnel des thèses et mémoires dans l’espace CAMES ; la présentation de la conférence des jeunes chercheurs de la diaspora africaine suivi de la signature d’un accord de partenariat avec les initiateurs de la dite conférence ainsi que le lancement de l’équipe de travail thématique « enseignement supérieur » dans le cadre du groupe régional de coordination des ODD4 Afrique de l’Ouest et du Centre. La fausse note La fausse note unanimement dénoncée a été la fuite organisée par certains indélicats du secret de délibération avant même la validation des résultats par l’instance composée de recteurs, présidents d’université, directeurs de recherche ou équivalents et des organismes membres. Cette faute est d’autant plus grave lorsque ces résultats sont publiés dans la presse locale et donc avec le risque de jeter un discrédit et confusion sur une évaluation de renom qui a fait ses preuves,  14 EEDDUUFFOORRMM AAFFRRIIQQUUEE MMAAGGAAZZIINNEE EEDDIITTIIOONN SSeepptteemmbbrree 22001177

[close]

p. 15

Grand REPORTAGE et pour laquelle fort heureusement en majorité des parties prenantes respectent le code d’éthique et de déontologie. « Ce comportement vulgaire et anachronique vient révéler une certaine ignorance des textes régissant le programme CCI de la part des journalistes. Il démontre du reste l’irresponsabilité des candidats qui ont suscité de tel article notamment quand il s’agit pour eux de postuler au grade prestigieux et d’élite de professeur titulaire » va opiner le SG/CAMES. A propos, Madame Marie Odile Attanasso, ministre béninoise de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, parlera de point d’insatisfaction personnelle. « Je voudrais sincèrement déplorer et regretter les dérapages qui ont conduit certaines indiscrétions à un étalage prématuré des résultats sur les réseaux sociaux et dans la presse locale », a-t-elle déclaré. Elle invitera les collègues enseignants impliqués à savoir faire preuve de retenu pour conserver à l’institution, le CAMES, le sérieux qui doit lui garantir respect et considération sur le plan scientifique. Au total, force est de reconnaitre que l’espace CAMES a l’avantage d’être un espace intégré de l’enseignement supérieur et de la recherche qui confère des grades; qui permet de mutualiser les ressources humaines ; d’être un lieu de rassemblement de partage qui favorise entre autre l’internationalisation de l’enseignement supérieur de cet espace. Ainsi donc, contribuer à l’épanouissement des nobles idéaux du CAMES est un vertueux devoir universitaire au service de la communauté. Bon vent ! Bernadin AGBOKPE EEDDUUFFOORRMMAAFFRRIQIQUUEEMMAAGGAAZZININEE EEDDITITIOIONN SSeepptteemmbbrree22001177 15

[close]

Comments

no comments yet