Bulletin de l'ACIPA n°50 - Mai-juin 2017 - 50 la température monte !

 

Embed or link this publication

Description

Bulletin de l'ACIPA n°50 - Mai-juin 2017 - 50 la température monte !

Popular Pages


p. 1

50BULLETIN D’INFORMATION AUX ADHÉRENTS No – MAI-JUIN 2017 50 la température monte ! Voici le numéro 50 de votre bulletin des adhérents et militants enlisé par la résistance contre l’opération César, recevrait alors de l’ACIPA, bulletin envoyé à plus de 2 400 exemplaires et qui, la même fin de non recevoir. avec la lettre d’infos quasi hebdomadaire touchant plus de 7 500 abonnés, assure le lien entre nous tous. Nous rappelons à M. Macron et son gouvernement que le recours juridique concernant l’abrogation de la déclaration d’uti- Ce 50e bulletin n’était pas un record à battre. Notre record c’est lité publique de 2008, ainsi que d’autres recours (loi sur l’Eau, notre combativité face aux présidents de la république qui pas- Espèces protégées, demande de rétrocession des terres, etc.) sent, aux préfets qui changent, aux rendez-vous électoraux qui se succèdent. Un nouveau quinquennat s’ouvre avec « toujours et encore » le projet de Notre-Dame-des-Landes en fond d’écran. M. Macron a fait la promesse de 8 et 9 juillet 2017Notre-Dame des-Landes De nos terres à la Terre restent d’actualité, même si l’Europe a fait un « coup politique » entre les 2 tours de l’élection présidentielle, en levant le pré-contentieux avec l’État français. Nous sommes en période d’élection des députés. nommer un médiateur et de tout régler dans les 6 Restons vigilants ! PAS UNE VOIX ne doit aller mois. Si médiateur il y a, nous serons très vigi- vers un candidat favorable au projet de nouvel lants sur le fond et la forme de sa mission. aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Allons inter- L’ACIPA, avec d’autres organisations de la Coordination, demande depuis 2003 — date du débat public — une étude indépendante sur l’aménage- Résister, agir, vivre… Le Chêne des Perrières Organisation : Coordination des opposants – www.notredamedeslandes2017.org roger les candidats et participons à leurs réunions publiques ! Le rendez-vous de l’été montrera une fois de plus ment de l’aéroport actuel Nantes-Atlantique. C’est la seule pro- que notre mobilisation est intacte ! Restons prêts pour défendre position acceptable, à condition qu’elle soit menée en toute la ZAD, avec ses paysans et habitants, c’est notre meilleur atout transparence et loyauté, ce que devra accepter le nouveau gou- pour arrêter définitivement ce projet. vernement. Les associations qui portent la lutte actuellement sur le terrain devront pouvoir suivre l’évolution de cette étude pendant toute sa durée. À défaut, une version bis de la commission Soyons très très nombreux au rassemblement annuel des 8 et 9 juillet 2017 ! dite « du dialogue », dictée en 2012 par un Jean-Marc Ayrault L’ACIPA NDL2017 : samedi 8 et dimanche 9 juillet Le Chêne des Perrières à Notre-Dame-des-Landes (voir p. 2 et 3) http://notredamedeslandes2017.org « De nos terres à la Terre – Résister, Agir, Vivre »

[close]

p. 2

NDL2017 : « De nos terres à la Forums et débats Temps fort collectif De 13 à 19 h. le samedi 8 juillet et de 13 à 18 h. le dimanche 9 juillet, les forums-débats s’inscriront dans l’orientation « De nos terres à la Terre… Résister, agir, vivre » avec les déclinaisons suivantes : • Terres agricoles : leur sauvegarde, leur répartition, la qualité des sols, la préservation des semences et leur libre utilisation… et les luttes paysannes pour y parvenir. • Lutte de Notre-Dame-des-Landes : historique et point d’actualité avec les différentes composantes de cette lutte devenue emblématique. • Luttes en cours : l’occasion est donnée aux collectifs en lutte de se faire connaître, de partager autour de leurs avancées ou difficultés, des stratégies de résistances et des alternatives possibles. • Enjeux migratoires : face aux peurs et aux rejets, quel accueil construire ? Quels enjeux humains, économiques et politiques ? Entre mythes et réalités, quel est l'avenir des migrations ? • Mémoires des luttes : les luttes de nos aînés (alliance ouvriers-paysans, luttes anti-productivistes, anti-nucléaires, écologiques...) sont aussi des points d’appui pour les luttes actuelles. • Climat/Environnement : réflexions et initiatives tous azimuts pour relever le défi climatique et assurer la transition écologique et sociale. Du théâtre et des films militants suivis de débats seront également proposés. Un chapiteau sera dédié aux discussions sous forme d’agora et abritera la réunion des comités locaux. Invité d’honneur 2017 Le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) contre le mégaprojet « Europacity » du groupe Auchan à Gonesse (95) qui, allié à un investisseur chinois, veut bétonner les dernières terres fertiles agricoles de la région parisienne Il se déroulera sur le terrain du Chêne des Perrières de 10 h 30 à 12 h 30 le dimanche 9 juillet et s’appuiera cette année sur deux modes d’expression créatifs et festifs. Nous érigerons des totems, décorés sur place par des enfants et leurs parents, conçus par des participants ou apportés par des collectifs proches ou lointains ; ils diront notre respect des vivants de notre territoire, notre volonté de les protéger autant qu’eux-mêmes nous protègent ; ils exprimeront tout autant notre élan collectif vers un futur engageant car solidaire, porté par les résultats de nos luttes ici et ailleurs. Nous ferons la fête autour de ces totems avec une chorégraphie collective, grande création éphémère et ludique, proposée à tous les participants. Quels que soient son âge ou ses compétences, chacun pourra s’y insérer et y exprimer sa pleine et profonde satisfaction de pouvoir ensemble résister, agir, vivre en lien avec les terres et la Terre. Pour des précisions techniques sur la fabrication des totems, voir le site www.notredamedeslandes2017.org Un rassemblement festif et musical Les deux dernières années — 2015 et 2016 — nous avons beaucoup dansé aux sons de rythmes endiablés, notamment avec des groupes brésiliens l’an passé. L’édition 2017 aura pour caractéristique de mélanger concerts et musiques à danser, de quoi satisfaire un très grand nombre de participants qui veulent lutter en chantant et dansant… La soirée du samedi 8 juillet sera exceptionnelle avec : • 18 h-18 h 40 : ZAD Social Rap collectif d’individus né sur la Zad et réuni autour de l’écriture et du rap. Depuis 3 ans, une fois par semaine, des ateliers ouverts ont lieu au studio d’enregistrement situé à La Grée. • 19 h-19 h 45 : Didier Super comédien, chanteur et humoriste, un humour grinçant au service d’une satire audacieuse • 20 h 15-20 h 45 : Miossec. Le Finistérien se disait, en 2014, prêt à revenir… C’est chose faite, il continue de soutenir notre lutte ! • 21h15-22h15 : Trio Ewen-Delahaye-Favennec, protest songs, blues celtique électrisé, ballades traditionnelles revisitées… • 22 h 45-23 h 45 : Beat Bouet Trio, le mariage réussi de la musique trad’ à danser de Haute-Bretagne et du hip-hop. • 00 h 15-01 h 15 : Molécule, DJ set, musicien électro qui vient d’enregistrer la matière pour son futur album au Gröenland. L’après midi du dimanche 9 juillet verra un vrai feu d’artifice musical avec : • 14 h -15 h : Barba Loutig, polyphonies, polyrythmies, tambours et tambourins… Du rythme, de l’audace, de l’énergie ! • 15 h 30-16 h 30 : René Lacaille èk Marmaille, figure emblématique de la musique réunionnaise, sur scène avec ses deux enfants. 2

[close]

p. 3

a Terre – Résister, Agir, Vivre » • 17 h 15-18 h 30 : HK et les Saltimbanks, textes engagés, blues, chaâbi, reggae. • 19 h 15-20 h 45 : Motivés ! « Lutter en chantant, chanter en luttant »… NDL 2016 – Photo : J. Ronnet-Nicolle. Théâtre « Le cauchemar du préfet » sera présenté par la compagnie « Mémoires Futures » les vendredi 7 et samedi 8 juillet à 20 h 30 Salle Denise-Grey, 11 rue de la Mairie à Fay-de-Bretagne. Réservations obligatoires par mail uniquement auprès du secrétariat de l’ACIPA : acipa.secretaire@free.fr ; renseignements supplémentaires au 06 05 61 38 02. Le paiement sera demandé sur place ; tarif plein : 10 € ; tarif réduit : 6 € (demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, moins de 26 ans et scolaires). 3 Appel à bénévoles Chaque grand rassemblement sur Notre-Dame-des-Landes doit en partie sa réussite à l’engagement sans faille de très nombreux bénévoles qui sont notre premier axe de communication : cela sera encore une fois vrai cette année. Le besoin de bénévoles est très important vu l’ampleur souhaitée de l’évènement pour augmenter la pression et obtenir l’abandon définitif du projet d’aéroport ! Nous avons besoin de votre investissement ! Détail des besoins : Le montage des infrastructures et l’installation du site commencera le mercredi 5 juillet à 9 heures et se poursuivra les jeudi 6 et vendredi 7 juillet. Nous avons besoin de beaucoup de main d’œuvre pour ces 3 jours de montage. Et quand il sera l’heure de démonter le tout, là aussi beaucoup de volontaires seront les bienvenus… démontage dès le dimanche soir si possible, mais surtout le lendemain, lundi 10 juillet ! En dehors du montage-démontage, nous avons besoin de volontaires, à des affectations diverses (parking, toilettes sèches, gestion des déchets, etc.) : • Le vendredi après-midi et en soirée ; • le samedi toute la journée, par tranches de 2 heures, de 8 heures le matin à 2 heures la nuit, suivi de créneaux de 2 h4 h/4 h-6 h/6 h-8 h (gardiennage, sérénité, etc.) ; • le dimanche toute la journée, par tranches de 2 heures, de 8 heures le matin à minuit environ, suivi de créneaux de nuit 2 h-4 h-6 h-8 h ; Merci de nous contacter via l’adresse mail : benevoles@notredamedeslandes2016.org (oui, c’est la même que l’année dernière !). Indiquez bien vos nom, prénom, adresse mail, numéro de mobile, nombre de personnes majeures, si vous êtes en couple, seul, groupes d’amis, etc. Détaillez vos disponibilités de manière bien précise (exemple : je suis disponible le vendredi de 14 à 20 h, le samedi de 10 à 16 h puis de 20 à 23 h, le dimanche de 13 à 18 h). Merci encore de votre aide. On vous attend nombreux ! On ne lâche rien ! Affiche : S. Deguerville.

[close]

p. 4

Fiche argumentaire no 25 La consultation de juin 2016 n’a rien changé Le 26 juin 2016, le gouvernement français a organisé une « consultation pour avis » en Loire-Atlantique, en dépit des nombreux avis défavorables sur le principe de cette consultation. Les conditions de cette consultation — périmètre, question posée, moyens… — ont favorisé l’avis des habitants de Loire-Atlantique en faveur du transfert de l’aéroport actuel sur Notre-Dame-des-Landes, à 55 % des suffrages exprimés. Ce résultat ne rend le projet ni légal ni légitime. Ceux qui refusent le projet de Notre-Dame-des-Landes sont plus nombreux dans les zones les plus concernées, parmi les électeurs de gauche et parmi les jeunes et les cadres. Début 2016, après des décisions de justice autorisant l’expulsion des habitants historiques de la zone, la tension au sujet de Notre-Dame-des-Landes est très forte, sur le terrain mais aussi dans le gouvernement. François Hollande déclare le 11 février 2016 vouloir soumettre la question à un « référendum local ». François Hollande n’a pas tenu compte des avis négatifs que toutes les parties concernées avaient émis au préalable sur cette possibilité. Point de vue du CéDpa, interrogé sur le principe d'une consultation par la commission « Rénovation du débat public » en mars 2015 : « Nous sommes circonspects sur cette proposition car les questions que pose un référendum sont nombreuses : le périmètre, la formulation de la question (pour ou contre un projet ou bien un choix entre plusieurs solutions ?) le temps de l’information de la population, les moyens matériels et financiers donnés aux parties présentes, tout peut être sujet à débat… et à manipulation. La France n’a pas la culture de la « votation citoyenne » contrairement à la Suisse. Dès lors, proposer un référendum in fine n’est-ce pas surtout révélateur d’un sérieux déficit de concertation et de débat en amont ? » Référendum ou consultation ? Au final, ce ne sera pas un référendum — tout à fait impossible juridiquement — mais une « consultation pour avis ». Un avis n’engage pas et n’a pas valeur de loi. C’est d’ailleurs ce que disent régulièrement les autorités pour ne pas tenir compte des nombreux avis négatifs sur le dossier NDL que la loi leur imposait de demander : • Comité de scientifiques chargés d’évaluer la méthode de compensation, • Commission d’enquête publique au titre de la loi sur l’eau (avis défavorable au final cf. fiches 14 et 16), • Conseil National de Protection de l’Environnement, • Conseil Supérieur du Patrimoine naturel. Sur un autre sujet, en juin 2016, le gouvernement a déclaré d’utilité publique la ligne LGV du Sud-Ouest malgré l’avis négatif de la commission d’enquête publique’! Une organisation dans l’urgence La consultation a été mise en place dans un délai court, sans aucune des conditions qui lui auraient donné une quel- conque légitimité. Les craintes exprimées par le CéDpa étaient fondées : • Périmètre restreint aux seuls habitants de Loire-Atlantique: il aurait fallu au minimum les deux régions des Pays de la Loire et de Bretagne, puisqu’elles financent et qu’il s’agit d’un équipement pour le « Grand Ouest » (ce choix fait suite à un sondage donnant le « oui » gagnant sur ce département, perdant ailleurs, cf. graphique ci-dessous) ; • Information incomplète : les études complémentaires demandées par les inspecteurs missionnés par Ségolène Royal (coût du réaménagement de l’aéroport actuel, évolution du bruit) n’ont pas été menées ; de l’information utile est toujours cachée, comme le calcul du prétendu avantage économique pour NDL (EP 2006, voir fiche 09) ; • Question faussée : les alternatives ne sont pas mises en débat ; • Moyens très inégaux : d’un côté des bénévoles et du financement citoyen, de l’autre des salariés (ceux du Syndicat mixte aéroportuaire notamment) et les moyens de certaines collectivités locales ;

[close]

p. 5

• Information officielle malhonnête : dans le document rédigé par le président de la Commission nationale du débat public on trouve : – une comparaison du coût de NDL pour 4 M de passagers avec celui du réaménagement de Nantes-Atlantique pour 9 M de passagers ; – des chiffres de la DGAC reconnus comme surévalués par le ministère de l’Environnement ; – une déformation d’une citation de la DGAC, etc. L’Atelier citoyen a écrit au président de la CNDP pour lui faire part de ses observations [1], sans réponse. On retrouve sur ce seul dossier de la consultation, les caractéristiques antidémocratiques de fond du dossier NDL : bidouillage, mensonges, information tronquée, mauvaise utilisation des fonds publics… et, pour faire passer le tout, apparence de démocratie ! Aurait-il fallu boycotter cette consultation ? Existe-t-il un boycott réussi de consultation populaire ? La participation aurait été moindre, mais des électeurs se seraient déplacés pour voter NON. Le score final aurait parfaitement convenu au gouvernement (les taux de participation sont vite oubliés). Nous étions conscients du piège : participer à une consultation biaisée, c’était un grand risque de perdre. Ne pas participer, c’était perdre. En outre, les agriculteurs directement concernés ne pouvaient envisager de ne pas participer à une consultation sur leur devenir. Nous avons choisi collectivement de participer tout en annonçant que le résultat du vote ne nous engagerait pas à arrêter toute contestation. En effet, un résultat en faveur d’un nouvel aéroport ne rend pas pour autant un projet légal au regard des lois environnementales nationales et européennes. L’analyse des votes est riche d’enseignements Le 26 juin 2016, les habitants de Loire Atlantique se sont prononcés à 55 % en faveur du « transfert de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Damedes-Landes ». La carte du « OUI » correspond à l’électorat des droites aux précédentes élections (régionales). Dans les communes rurales du nord du département — loin de la croissance de la métropole — on espère probablement certaines « retombées » pour l’emploi. Le « NON » est très marqué dans les espaces favorables à la gauche. Les zones de vote « NON » sont concentrées autour du site retenu pour y construire le futur aéroport. Les habitants de la Communauté de communes d’Erdre & Gesvres sont toujours majoritairement opposés au projet : pas d’effet de rejet de la ZAD. À Bouguenais, près de la moitié des votants veulent garder l’aéroport sur la commune. À Nantes, seul un votant sur deux est favorable au transfert, le vote « NON » provient des bureaux marqués à gauche, proches du sud et de l’île de Nantes, zones pourtant survolées par les avions : le bruit et la sécurité ne sont pas des arguments décisifs. Le vote « OUI » n’est pas intense au sud Loire, à l’exception de la commune de SaintAignan-Grandlieu, survolée par les avions, dont le maire a expliqué que sans transfert, il n’y aurait plus d’avenir possible pour cette commune. Les jeunes et les cadres moyens et supérieurs, catégories sociales qui voyagent le plus en avion, ont majoritairement voté NON[2] : les utilisateurs de NantesAtlantique en sont satisfaits et savent qu’il n’est pas saturé. Pour en finir Nous maintenons notre opposition et notre résistance au nouvel aéroport : la consultation ne fait pas de NDL un bon projet, ni un projet anodin. Le réduire à la destruction de quelques hectares de terres agricoles, sans plus de conséquences, est un raccourci édifiant. Pour aller plus loin, lire le dossier complet du CéDpa « Une consultation démocratique »: http://aeroportnddl.fr/file/cahier_consultation_DEF-web.pdf [1] http://www.ateliercitoyen.org/wp-content/uploads/2016/06/ CourrierobsCNDP.pdf [2] Analyse du géographe Jean Rivière : https://webtv.univ-nantes.fr/fiche/9538/ jean-riviere-faire-une-geographie-electorale-de-la-consultationsur-l-aeroport-de-notre-dame-des-landes Source : Ouest-France 5

[close]

p. 6

1er avril 2017 : en marche (!) vers le phare de La Rolandière, sa sirène et l’inauguration de la bibliothèque du Taslu. Photos : DR, C. Grisollet. Banderole ACIPA à Nantes le 1er mai 2017. Photos : ThomasGr. 6 Printemps 2017 : affichage de campagne présidentielle. Photos : DR.

[close]

p. 7

Plus c’est négatif, moins c’est positif : CQFD ! En février, on apprenait que le tribunal administratif fédéral de Vienne (Autriche) avait interdit la construction d’une troisième piste à l’aéroport de Vienne-Schwechat, considérant que « l’impact en termes d’émissions de CO2 excède les aspects positifs » du projet. (Tribune de Genève, 10.02.2017). Tandis que chez nous, le TA de Nantes a autorisé la destruction de zones humides protégées pour construire un aéroport, au prétexte qu’il a été déclaré d’utilité publique, bien avant d’en étudier l’impact environnemental… Et si on avait commencé par le bon bout ???!!! Point juridique Même si la Commission européenne a récemment choisi de classer la procédure d’infraction ouverte en 2014 à l’encontre de l’État français, le débat sur la conformité du projet aux directives européennes relatives aux évaluations environnementales n’est pas épuisé. En effet, les recours déposés par l’ACIPA et le CéDpa devant le tribunal administratif de Nantes contre le SCOT Nantes Saint-Nazaire en début d’année 2017, amèneront les juges à se positionner sur la suffisance de l’évaluation environnementale des effets cumulés du projet sur le plan juridique, en dehors de toute considération politico-diplomatique européenne. Nous avons d’autres arguments — environnementaux notamment — à porter devant les instances européennes. Par ailleurs, de nombreux autres recours sont encore à l’heure actuelle analysés par les juridictions nationales concernant le projet : • Les arrêtés loi sur l’eau, de dérogation espèces protégées, et la déclaration d’utilité publique du programme viaire, afin de faire prévaloir l’analyse de la rapporteur public de la CAA de Nantes, Madame PILTANT, qui nous était favorable et qui témoignait de l’illégalité de ces autorisations (Conseil d’État) ; • Les arrêtés de dérogation relatifs au campagnol amphibie, en suite de l’avis négatif rendu par le CNPN (tribunal administratif de Nantes) ; • La demande d’abrogation de la déclaration d’utilité publique formulée en suite du rapport du CGEDD de mars 2016, rapport ayant démontré que l’optimisation de Nantes-Atlantique était une alternative crédible à la création d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Conseil d’État) ; • Les demandes de rétrocession des terres des historiques, le projet n’ayant pas été mis en œuvre dans le délai de 5 ans prévu par le code de l’expropriation (tribunal de grande instance de Nantes et Saint-Nazaire). Enfin, les autorisations de défrichement n’ont pas été délivrées, tout comme les permis de construire l'aérogare. Alors que la commission d’enquête sénatoriale sur les mesures compensatoires de 4 projets d’infrastructures vient de conforter que le projet d’aéroport ne respectait pas la doctrine « éviter – réduire – compenser », il est urgent d’en tirer toutes les conséquences, sous cette nouvelle présidence au plus haut sommet de l’État, en abandonnant ce projet avant tout dommage irréversible, et en optimisant durablement l’aéroport de Nantes-Atlantique. La nomination de Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique est, à ce titre, un signal positif, ce dernier ayant depuis plusieurs années dénoncé le caractère absurde du projet d’aéroport, cet « investissement archaïque ». Plus que jamais, l’action est sur tous les plans : politique, juridique, citoyenne. Nous pourrons échanger et débattre avec vous lors du week end des 8 et 9 juillet. Pour la coordination juridique Thomas Dubreuil, Julien Durand, Christophe Dougé Dernière minute : rapport sénatorial Ce jeudi 11 mai, le rapport de la commission d’enquête sénatoriale qui a planché sur « la réalité des mesures de compensation des atteintes à la biodiversité engagées sur des grands projets d’infrastructure » a été rendu public. 35 propositions ont été faites pour que le principe ÉviterRéduire-Compenser soit mieux conduit à l’avenir, mais selon Ronan Dantec, le rapporteur, « Donner un avis a tout simplement été impossible à cause des divisions sur le sujet de Notre-Dame-des-Landes ». Pour lire le rapport dans son ensemble : http://www.senat.fr/commission/enquete/atteintes_a_la_biodiversite.html Élections législatives des 11 et 18 juin 2017 L’ACIPA invite ses adhérents et sympathisants à coller les affiches prévues pour cette occasion et à être présents lors des réunions des divers candidats — notamment en 44 — pour interroger les candidats sur leur positionnement par rapport au projet de Notre-Dame-des-Landes. Notre consigne restera toujours la même : pas une seule voix pour les candidats qui soutiennent le projet de NDL. NANTES ATLANTIQUE EST PERFORMANT ET ÉVOLUTIF Une vérité qui dérange! • Isohélie d’après une photo de Sophie Caillat. 7 ACIPA – BP 5 – 44130 Notre-Dame-des-Landes – acipa.info@free.fr – site web : acipa-ndl.fr

[close]

p. 8

Bulletin 50 : au sommaire • Illustration têtière : Pogam • Fabrication : Parenthèses • Imprimé sur papier recyclé. Directrice de publication : Anne-Marie CHABOD • Comité de rédaction : les membres de la commission communication • ACIPA – B.P. 5 – 44130 Notre-Dame-des-Landes – 06 71 00 73 69. Et le Syndicat mixte fondit sur Macron… Dès l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, les membres du Syndicat mixte aéroportuaire se sont précipités sur lui (Ouest-France écrit même « Pris à la gorge à peine élu !») pour exiger une fois de plus l’évacuation de la ZAD et le début des travaux. Il faut sans doute qu’ils justifient leurs salaires… Comme si il n’y avait rien de plus urgent à traiter en France ! « Aujourd’hui, on ne lancerait pas un projet du type de NotreDame-des-Landes » avait dit au WWF Emmanuel Macron, qui déclare se donner 6 mois pour remettre à plat le dossier. Nous, on attend sereinement… P. 1 Édito : 50, la température ! P. 2 NDL2017 : « De nos terres à la Terre Résister, Agir, Vivre » P. 4 La consultation de juin 2016 n’a rien changé (fiche argumentaire 25). P. 6 Retour en images. P. 7 Point juridique. Rapport sénatorial. Élections législatives. P. 8 En bref. Les échos du Net. Bulletin No 50. Les échos du net (au 25.05.2017) Sur les réseaux sociaux, 19 670 (+ 550) personnes aiment la page Facebook. Le cap des 10 000 abonnés au fil Twitter a été franchi et celui 7 500 abonnés actifs à la lettre d’infos aussi*. * Il est toujours temps de vous inscrire à la lettre d’info via https://www.acipa-ndl.fr/a-propos-de-l-acipa/recevoir-la-lettre-d-info Bulletin numéro 50 ! Nous voilà à la 50e édition de notre bulletin d’information aux adhérents de l’ACIPA. Le défi de proposer trois fois par an et dans la durée une publication papier était de taille, mais sur ce point non plus nous n’avons pas lâché ! Pour nos plus récents adhérents, vous verrez avec les fac-similés de quelques premières pages, que du chemin a été parcouru depuis mars 2001 et notre tout premier bulletin de 4 pages. Il devait tirer à maximum 200 exemplaires et faisait suite aux toutes premières réunions publiques… Après 2 premiers numéros faits avec les moyens du bord, nous avons été rejoints par des graphistes bénévoles (et cependant professionnels) qui ont, chacun à leur tour, offert à tous une mise en page plus agréable à lire. Qu’ils en soient ici remerciés du fond du cœur, en particulier celui qui nous accompagne depuis de très longues années… Grand merci aussi à la quinzaine de personnes fidèles au poste qui assurent la mise sous plis des plus de 1 500 exemplaires que nous envoyons par courrier, sur un tirage de près de 2 500, ainsi qu’à tous les distributeurs. La formule actuelle de 8 pages couleurs nous vaut régulièrement des mots de remerciement. Le bulletin de l’ACIPA est attendu dans les foyers de nos adhérents. Nous en sommes ravis. Pourtant chaque fois qu’il faut s’y remettre, nous nous demandons comment remplir 4 à 6 pages… Et à la fin la question est plutôt de comment tout faire tenir en 8 pages… Challenge réussi une fois encore comme vous pouvez le voir ! Toujours pas besoin d’avions pour décoller, mais… Le plein de bénévoles pour faire vivre NDL2017 ! b e n e v o l e s @ n o t r e d a m e d e s l a n d e s 2 016 . o r g 8

[close]

Comments

no comments yet