Hinata-online magazine N°34

 

Embed or link this publication

Description

Spéciale 10 ans

Popular Pages


p. 1



[close]

p. 2

Hinata-Online Mag N°34 Edito Correction: Vampiria Mise en page: Lyngdarane Découverte: Chrisfra Kataka TiaHoC Sagiga Manga: Kodachi Naru Sites: https://hinata-onlinecommunity.fr/ http://hinata-online-forum.forumactif.com/ P 4: Correspondance Japon-France Joyeux anniversaire à la communauté d’Hi- nata Online ! 10 ans déjà ! Du partage de mangas et animés sous diverses formes et notamment le mag, P 6: La ville de Nara on vous remercie tous et plus spécialement nos lecteurs avec un mag’ un peu spécial puisque cette fois l’équipe de rédacteurs est composée unique- ment de membres du staff blog et staff forum. Chacun a choisi P 10: Le Sanctuaire Fushimi Inari Taisha un sujet qui lui tient à coeur pour fêter avec vous les 10 ans d’Hi- nata alors bonne lec- ture et merci pour votre fidélité. Vampiria. P 13: Le monde du scantrad 2

[close]

p. 3

SOMMAIRE P 18: Drôles de racailles P 22: Pillow Bear P 21: Les mémoires de Vanitas P 23: Les brigades immunitaires 3

[close]

p. 4

Découverte Vous aimeriez aller au Japon mais vous n’avez pas les moyens, de temps ou d’argent ? Rien ne vous empêche de communiquer avec des japonais à distance ! Comment trouver des correspondants ? C’est simple, il existe de nos jours des sites de correspondance franco-japonais destinés à faire se rencontrer des français et japonais recherchant des rencontres amicales, des échanges linguistiques ou même des relations amoureuses ( par exemple une japonaise venue sur Paris qui recher- che un français ). Je vais vous faire découvrir deux sites internet ! Le premier est Furansutomodachi. Disponible à l’adresse http://furansu-tomodachi.com/ , ce site comporte quelques bugs. Cependant, il n’en reste pas moins fonctionnel, en effet il y a une grande majorité de français et de japonais sur ce site avec lesquels vous pouvez correspondre. Chacun ayant choisi son type de rencontre : Amicale, linguistique, amoureuse. 4

[close]

p. 5

Japon-France Le second site est Furansugo-nihon. Il est encore en phase de développement mais il est fonctionnel. Ce site prévoit des fonctionnalités en plus de celles de Furansu-Tomodachi et tous vos mails sont lus et traités. Disponible à l’adresse : https://christopher-pires.com/others/furansugo-nihon/ je préfère ce site à l’autre bien qu’il n’y ait que très peu de monde dessus encore. Tout simplement car je suis le créateur de ce site ! Toutes vos demandes seront traitées si vous souhaitez des informations supplémentaires ou bien si vous avez des bugs ou des améliorations à proposer. N’hésitez pas ! Il existe d’autres sites peu nombreux pour les rencontres franco-japonai- ses, mais ces deux-là sont les mieux, faites votre choix ;) Chrisfra 5

[close]

p. 6

6

[close]

p. 7

7

[close]

p. 8

La ville de Nara un paradis pour les Bambi Quel nom de sujet qui claque, vous ne trouvez pas ? Non, bande de sans cœurs va ! Tant pis, je vais quand même vous parler d’un de mes coup de cœur nature chez nos amis les nippons, dans la ville de Nara, de la préfecture du même nom, il existe un endroit tout particulier où vivent pleins de Bambi en liberté, si si, en liberté ! Mais avant d’en arriver à parler d’eux, remettons nous dans le contexte, mais où peut bien se situer cette si magnifique ville me direz-vous ? Eh bien, au Japon pardi ! Non plus sérieusement, la ville de Nara (奈良市, Nara-shi?) est la capitale (ou ville principale pour les gens qui aiment pas le mot capitale) de la préfecture du même nom, située dans le Kansai, sur l’île principale du Japon, l’île Honshu (plus de détails sur la géographie ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gion_du_Kansai ) La préfecture de Nara se situe au centre de cette région, la capitale se situant à l’extrême Nord de cette dernière (plus de détails sur la ville ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nara ) Ce qui va nous intéresser aujourd’hui, ce qui m’a donné envie de vous parler en ce beau jour, c’est ça : Le Parc de Nara (奈良公園, Nara Kōen?). Le Parc de Nara est un parc public (tout le monde peut donc s’y rendre sans problèmes) dont les paysages sont de toutes beautés (on peut y trouver une multitude d’arbres et quelques bâtiments tels que des temples ou même un musée, le musée national de Nara). 8

[close]

p. 9

Mais ce qui dénote complètement de tous les autres parcs et qui est le sujet de mon article, c’est eux : les cerfs sika sauvages ((シカ?) ou (鹿?) shika). Ils sont beaux, ils sont mignons, mais surtout, ils sont protégés, malheur à vous si vous vous en prenez à eux ! Pourquoi me direz-vous ? Petit cours d’Histoire les enfants ! Selon les légendes, autrefois le Dieu Takemikazuchi serait apparu dans le coin, chevauchant un de ces shika de couleur blanc ! Du coup, il n’en fallut pas plus pour que ces superbes créatures soient considérées comme des créatures divines et sacrées (les deux carrément !). De ce fait, le meurtre était considéré comme un crime majeur, capital, puni de la peine de mort. Cependant tout ne fut pas rose pour nos jolis cerfs car durant la seconde guerre mondiale, il fallait bien se nourrir… Mais suite à tout ceci, il y eu malgré tout un happy end : ils furent « déchus » de leur statut sacré/divin et devinrent, en lieu et place, des trésors nationaux et sont protégés comme tel. Il est même possible de les nourrir, c’est devenu une sorte d’attrape touriste. En effet, les touristes peuvent se procurer des croquettes pour cerfs » ((鹿煎餅?) Shika-senbei) vendus par des magasins agrées (ces biscuits sont vendus exclusivement par la société WNOW2) mais nos camarades à bois n’hésitent pas à faire comprendre aux passants qu’une autre sorte de nourriture serait la bienvenue (c’est qu’ils peuvent être collants et insistants ^^). Par exemple, il arrive fréquemment que ces shika se promènent dans les échoppes, suivent les personnes pour obtenir de la nourriture etc etc. En conclusion : KAWAÏ !!!! Kataka 9

[close]

p. 10

Fushimi Inari Taisha 10

[close]

p. 11

Pour mon tout premier article, je tenais à vous faire part d’un lieu d’exception : le sanctuaire Fushimi Inari ! ^^ Peut-être l’avez-vous aperçu dans le film « Mémoires d’une Geisha » ou dans l’anime « Inari, Konkon, Koi Iroha » ? Ce sanctuaire situé au sud de Kyoto, est le plus gros sanctuaire shinto du Japon. Il a été bâti en 711 sur le Mont Inari et est dédié aux divinités de l’agriculture, et plus particulièrement à la déesse du riz : Kami Inari. 2,7 millions de personnes y viennent chaque année pour y faire leur première prière de l’année, ce qui en fait le sanctuaire le plus fréquenté de la région du Kansai, et le 4e ou 5e plus fréquenté de tout le pays ! Vous avez sûrement remarqué le nombre incalculable de ces vermillons rouges/orangés appelé au Japon « torii » (porte séparant le chemin des hommes et des dieux). Dans beaucoup de temples et sanctuaires, vous pouvez apercevoir des torii à l’entrée de ceux-ci. Mais la particularité de Fushimi Inari sont ces milliers de torii (10.000 environ) formant une allée impressionnante sous les arbres en direction d’un sentier de randonnée. Là-bas, vous pouvez profiter de ces torii de toutes tailles et d’une balade d’environ deux heures. Pour l’anecdote, il faut savoir que ces torii sont des dons effectués par des familles, des entreprises ou des particuliers. Vous pouvez également y voir en kanji le nom ainsi que la date de pose ! 11

[close]

p. 12

Le lieu est méconnu des touristes étrangers (et pourtant cela reste difficile à croire vu la beauté du site !!!), donc vous pouvez en profiter sans être au beau milieu d’un groupe ! Plus vous montez, moins vous verrez detouristes(etvousverrezégalement des torii plus ou moins restaurés). Alors venez découvrir ce lieu poétique, aux couleurs chaudes et à l’ambiance relaxante le temps d’une journée ! TiaHoC 12

[close]

p. 13

LE MONDE DU SCAN TRAD Il vous est sans doute déjà arrivé de lire un chapitre de manga en ligne, ou même de le télécharger. Même si je pense qu’on est tous d’accord pour dire que la version papier est toujours la meilleure, c’est aussi plaisant de pouvoir découvrir des mangas qui n’ont pas été licenciés en France alors qu’ils en valent la peine ! Ce que je vous propose, c’est de découvrir un peu les coulisses de cette usine qu’est le scantrad, et peut-être, vous donner envie d’y ajouter votre grain de sel ! 13

[close]

p. 14

Le mieux serait sans doute de commencer en développant mon expérience personnelle. Cela va faire bientôt 3 ans que je suis éditrice dans une team de scantrad, la Shiro-to-Kuro (n’hésitez pas à aller voir, mais ne cherchez pas de Sagiga, je ne travaille pas sous ce nom-là ahah). À la base je voulais intégrer une fansub, mais le rythme de travail me faisait un peu peur, du coup j’ai préféré commencer avec le scantrad. Je voulais être check (j’expliquerai les différentes fonctions plus tard) mais on m’a dit « On manque d’éditeurs, tu veux pas être éditrice plutôt ? » et du coup... j’ai été formée pour être éditrice ! Au final je ne regrette pas, cette fonction me va beaucoup mieux, elle est plus contraignante mais plus intéressante (à mon sens). On va voir à présent comment se déroule la traduction d’un chapitre ! AVANT APRES Exemple d’un clean raw que j’ai réalisé (et dont je ne suis pas peu fière huhu), on voit les pages suivantes en transparence, il y a les bords qui sont complètement noirs, et l’éditeur doit arranger tout ça pour rendre une page propre. 14

[close]

p. 15

La team choisit un projet (=un L’Editeur : manga) qui n’a pas déjà été pris Le travail d’éditeur se décline en 2 par une autre team française et qui parties : n’est pas licencié (en général ce sont les membres qui proposent Le Clean : il s’agit de retirer tout le les projets qu’ils aimeraient faire). texte des scans pour qu’il ne reste que les dessins (évidemment il faut par- Elle entre ensuite en contact avec fois reconstruire le dessin derrière). une team étrangère qui possède les scans (le plus souvent des team an- Lorsqu’on travaille à partir de raws, glophones, mais elles peuvent être c’est plus compliqué et cela de- espagnoles ou chinoises...) ou alors mande une formation spéciale car il on se procure les raws (raws = pa- faut en plus travailler la qualité de ges du manga en VO juste scannées la page (pour que le fond soit uni sans aucune modification apportée). et blanc, que l’image soit de bonne qualité etc...). Une fois le partenariat formé, la team étrangère nous autorise à uti- Le clean raw est particulièrement liser leurs scans et à les modifier. long et délicat, c’est pourquoi seuls Ici commence le job de la certains éditeurs formés s’en occu- team, avec le premier maillon : pent. Le Traducteur : Le Typeset : une fois que la tra- Son boulot est de traduire toutes les duction a été vérifiée par le Check, bulles, les hors-bulles et les onoma- l’Editeur la récupère et insère le tex- topées et de les regrouper dans un do- te sur les pages vierges à l’endroit cument texte qu’il envoie au Check. où se trouvait le texte d’origine. Le Check : Il doit notamment faire attention à Le Check doit corriger la tra- bien centrer les textes dans les bul- duction, vérifier les fautes d’or- les et insérer correctement les ono- thographe mais aussi de traduc- matopées (communément appelées tion, vérifier la ponctuation etc... SFX). 15

[close]

Comments

no comments yet