petit collégien n°46

 

Embed or link this publication

Description

Journal du collège Gandhi

Popular Pages


p. 1

Le Petit Collégien N°46 Ils sont devenus grands Italie en musique Mexico: une ville aux multiples dangers? Numéro spécial sur le séjour des élèves de troisième à Paris.

[close]

p. 2

Le Petit Collégien Édito : Salutations, Comme vous le savez peut être, pour une grande partie de l’équipe du petit collégien, c’est notre dernier numéro. Nous vous remercions pour votre soutien tout au long de cette année. Nous espérons également que l’aventure se poursuive. Pour cela, il faudra une main d’oeuvre investie et motivée. Et pour ce dernier numéro, l’ensemble des troisièmes a décidé de partager ses impressions concernant le voyage effectué à Paris les 18 et 19 mai derniers. Ce séjour avait pour principal but de nous sensibiliser à l’Holocauste et de nous faire réfléchir sur la question de l’antisémitisme et des formes de discriminations. On a passé le plus clair de notre temps au Mémorial de la Shoah, que ce soit pour visiter l’exposition sur le génocide des juifs pendant la seconde guerre mondiale ou pour assister à des ateliers. Surtout, nous avons écouté le témoignage d’une survivante du ghetto de Varsovie. Les troisièmes ont apprécié leur séjour, mais au retour les ennuis commencent, monsieur Gilet désirant absolument un numéro spécial du petit collégien, nous a forcé sous la menace, à écrire des articles et nos impressions. Voilà donc ce fameux numéro. En espérant qu’il vous plaise et vous permette d’apprendre beaucoup de choses, pour les troisièmes qui n’y sont pas allés et les autres collégiens. Vous trouverez également dans cet ultime numéro, un jeu de rôles improbable en Russie, un article sur Mexico, sans oublier l’échange franco -italien. Les sixièmes qui nous ont rejoints, ont rédigé des articles sur l’histoire de juifs cachés dans un zoo polonais, l’espéranto, la classe orchestre en concert à Juliette Drouet,... Laura s’interrogera, quant à elle, sur nous: les ados boutonneux. Au nom de tous les 3èmes Nous avons écrit quelques lignes pour finaliser notre dernière année de collège. Un grand merci à tout le personnel du collège pour ces 4 années. Certains profs sont arrivés en même temps que nous ou avant. Ils nous ont vus grandir et changer. Ces quatre années nous ont marqués, on se souviendra des blagues, pas drôle de M. Régnault, du rhum de Mme.Lebranchu, du col et du stick M.Lecourtois, le style de M.Gilet, de Mme.Lecrubier-Delbono toujours très au point sur la technologie, que M.Charavel adore Apple, la blouse de madame Goupil-Lebot, des achats compulsifs de Mme.Legentil et aussi ce que l’on a appris sur les profs en Angleterre. Il faut aussi remercier les surveillants avec lesquels nous avons bien rigolé. Merci aux professeurs de sport pour avoir créé une association sportive avec énormément de choix possibles. Merci à M.Gilet pour avoir créé le petit Collégien, dans lequel nous pouvons nous exprimer. On espère, et lui aussi, qu’il y aura de nouveaux arrivants au petit Collégien pour prendre la relève. On n’ oubliera pas nos années de collège, où l’on aura pu rire, pleurer, se lier d’amitié avec des personnes avec qui l’on a beaucoup de souvenirs. Je tiens à dire que nous avons eu de très bons professeurs, avec lesquels on a passé de bons moments, ça dépend pour qui mais en général, tout s’est bien passé. On les remercie d’avoir été là pour nous et de nous avoir organisé des voyages tels que l’Italie, l’Allemagne, l’Angleterre, Paris... On tient quand même à dire qu’il serait peut être bon de faire quelques rénovations dans le collège, je parle surtout des fenêtres et des volets évidemment. Merci encore à toute l’équipe pédagogique on ne vous oubliera pas. Camille Houssard et Elisa Gicquel

[close]

p. 3

Voyage en Italie La classe orchestre du collège Mahatma Gandhi est partie en Italie, du 26 au 4 avril, suite à un échange avec le collège Leonardo Da Vinci, à Ciampino. Nous sommes partis à 18h du collège direction Turin ! Nous nous sommes arrêtés pour manger près du Mans puis nous avons pris la route pour la nuit. Dans la matinée, après avoir passé la frontière, nous sommes arrivés à Turin où l’on a changé de chauffeur. On a continué à rouler toute la journée pour enfin arriver après 23h de car ! Le trajet a été long... Arrivés à leur collège, les familles nous ont accueillis chaleureusement. Avant le départ, nous avons pu choisir, avec qui nous voudrions être dans la famille. Nous étions par deux. Toute la semaine, nous sommes allés en cours avec eux le matin, de 8h à 10h environ, nous étions dispersés dans des classes. On a vu comment se passaient les cours en Italie, plutôt bruyants et mal organisés. Même si le reste ressemble aux cours en France, ce sont les profs qui changent de classes. Chaque classe a un numéro attribué. En Italie, les cours se terminent vers 13h30, ils n’ ont pas de self. Ensuite nous répétions avec les deux orchestres nos morceaux communs. On passait nos après-midis à visiter, se promener et découvrir Rome dans toute sa splendeur. De magnifiques bâtiments, de belles fontaines, beaucoup de scooters et tout ça avec un grand soleil. Avec la classe orchestre, nous avons pu visiter la villa Médicis, voir la fontaine de Trévi, le Panthéon, le Vatican, le château de St-Angelo... A la fin de la semaine, nous avons réalisé un concert avec l’orchestre Italien et notre orchestre. Une grande salle remplie nous a vu jouer. C’était un très joli concert. Nous avons fait chanter le public Italien, avec une chanson bretonne « dessous un rosier blanc » c’était plutôt marrant à voir. Après le concert, une soirée franco-italienne a été organisée dans leur collège. Les familles avaient préparé plein de bonnes choses à manger et avaient ramené des boissons. Nous étions tous ensembles, c’était chaleureux, nous avons fait plein de rencontres merveilleuses. suite p 3 2

[close]

p. 4

Photos Camille Houssard et Jade Mourouvin Le week-end se passait en famille. Certains sont allés au restaurant, certains ont fait des visites, d’autres se sont retrouvés entre Français pour aller au bowling... Nous sommes repartis le lundi matin vers 8h15, après beaucoup de larmes, direction Florence où l’on a passé la journée. Nous nous sommes promenés dans cette ancienne ville toute la journée, nous avons visité un parc floral, et nous avons eu beaucoup de temps libre. Le soir nous avons mangé tous ensemble dans un restaurant. Nous avons pris la route pour Fougères vers 23h30 et nous sommes revenus vers 21h/22h. Après un voyage riche en émotion, nous étions très heureux de pouvoir les revoir en mai. Ils sont arrivés le 9 et ils sont repartis le 14. La semaine a été très courte mais très mouvementée. Les Italiens sont venus en cours avec nous et ils ont visité le château de Fougères, le Mont st-Michel, et se sont promenés à Rennes... Nous avons terminé cette semaine par un concert. Le concert annuel de la classe orchestre, accompagné de l’orchestre italien avec qui on a passé une bonne soirée. Nous avons eu l’occasion, Martin et moi de chanter notre chanson bretonne accompagnés des 3èmes, volontaires pour faire le chœur durant ce morceau. Les retours de cette prestation ont tous été positifs. On remercie en particulier, Monsieur Lecourtois qui a organisé cet échange où l’on a fait des rencontres inoubliables, où l’on s’est amusé, où l’on a pris du plaisir à jouer de la musique avec un autre orchestre. Nous avons passé de merveilleux moments qui resteront à jamais gravés dans nos têtes. Merci à Mme. Lecrubier-Delbono pour nous avoir aidés pour les traductions, merci à Mme. Lahrant, merci à M. Louis et merci à M. Charavel pour sa connaissance de la Rome Antique. Merci pour la bonne humeur qu’ils ont apportée. On est très content de ce voyage et nous espérons qu’il sera renouvelé dans les années à venir... Camille Houssard

[close]

p. 5

Une langue unique et facile!!! l’Espéranto. L’ espéranto est une langue artificielle qui a été créée pour que les gens puissent parler une langue commune mais aussi pour qu’ils puissent tous se comprendre malgré leur langue natale différente. L’ espéranto est une langue universelle qui, 129 ans après sa création, est parlée dans 120 pays à travers le monde. Cette langue a été créée dans le but que des gens ne parlant pas la même langue puissent se comprendre. Fondée sur une grammaire régulière et sans exception cette langue est un regroupement de langues existant déjà. Cette langue a été créée par un polonais du nom de Ludwik Zamenhof qui a reçu une douzaine de prix Nobel de la Paix, un médecin qui vivait dans la partie occidentale de l’empire russe. Il voulait expérimenter avec quelques collègues une langue facile à apprendre et régulière, qui pourrait ensuite évoluer et devenir une seconde langue internationale pour tous. Ludwik Zamenhof considérait qu’une langue neutre, appartenant à tous les hommes, constituerait non seulement un apport pratique, mais contribuerait aussi à l’atténuation des conflits et à la promotion de la paix. Elle serait parlée dans plus d’une centaine de pays répartis sur les cinq continents. Si aucun chiffre officiel existe, on estime de quelques centaines de milliers à cinq millions de personnes qui parleraient cette langue artificielle. Le créateur de cette langue a sans doute voulu créer cette langue pour éviter des conflits entre États. Nous allons maintenant vous présenter quelques mots et quelques phrases en espéranto qui vous permettront de vous présenter ou de pouvoir faire les malins devant vos copains en leurs disant que vous savez parler l’ espéranto. 1 : unu 2 :du 3 :tri 4 :kvar 5 :kvin 6 :ses 7 :sep 8 : ok 9 :nau 10 :dek Etc... 11 :dek unu 12 :dek du 13 :dek tri 14 :dek kvar 15 :dek kvin Bonjour, comment t-appelles tu ??? Bonan Tagon, mi nomas Juliette, mi dek du jaro Bonjour, je m’appelle Juliette, j’ai douze ans. Juliette Moré 4

[close]

p. 6

Mexico, une ville aux multiples dangers ? Cet article a été écrit par la classe de 4eA dans le cadre de l’EPI « Mexico : ville de tous les dangers ? » que Mme Mailleux, enseignante d’espagnol et moi avons proposé aux élèves. L. Zwaenepoel, professeur de français Mexico est la capitale du Mexique, un pays d'Amérique qui se situe entre les États-Unis et le Guatemala. Cette ville connaît de nombreux problèmes sociaux et environnementaux. Mais elle dispose d'un certain nombre d'atouts pour y faire face. Mexico, la ville ancienne et moderne. Quelques caractéristiques du Mexique et de sa population. La population du Mexique est actuellement de 127 millions d’habitants. Sa superficie avoisine les 2 millions de km carrés (3 fois la France). Sa monnaie est le peso. En 2009, 11,5 millions de mexicains nés au Mexique vivent aux USA (11 % de la population mexicaine). Parmi eux, 4 à 7 millions n’ont pas de papiers. Les besoins de main d’œuvre aux USA sont très importants dans l’agriculture, la construction et les services. Une part importante de la population descend des anciens amérindiens. Ces indigènes parlent une soixantaine de langues différentes et ont leurs propres coutumes. On compte aujourd’hui 2 millions d’Indiens nahuas ( descendants des Aztèques ) et 1,5 million de descendants des Mayas. La cathédrale métropolitaine de l’Assomption à Mexico. Elle fut construite sur ordre des Espagnols à partir de 1571 et cela dura des siècles. Mexico a été construite sur les ruines de Tenochtitlan, une ville édifiée au milieu d’un lac à 2236 mètres d’altitude. Cette ville était le centre de l’empire aztèque. Au XVIe siècle, Tenochtitlan comptait 200 000 habitants et c’était l’une des plus grandes villes du monde. Cette capitale, construite sur des îlots agrandis par des remblais de terre, comprenait deux grandes villes. Au XVIe siècle, les espagnols ont colonisé ce pays et suite à cela, une hiérarchie pyramidale s’est installée : les colons au sommet, puis les criollos (descendants des colons), enfin les métis et indiens. En 1521, ils conquièrent la ville et au terme de durs combats, la rasent pour construire ce qui deviendra la Mexico moderne. Au XVIIIe siècle, les criollos ont dirigé un mouvement pour se libérer du pouvoir espagnol qui a conduit à la naissance du Mexique indépendant en 1821. La population de Mexico a énormément augmenté depuis quelques décennies. En effet, la population est passée de 3 millions à 20 millions d’habitants entre 1950 et 2010. Il faut également savoir que le territoire urbanisé a été augmenté par 6 : il compte aujourd’hui plus de 35 000 entreprises industrielles et plus de 5 millions de voitures.

[close]

p. 7

Problèmes sociaux Risques environnementaux et naturels Le chômage et la pauvreté sont très importants au Mexique. Ils poussent un nombre important de Mexicains à émigrer (3,3 millions en 1986, 9,2 millions en 2000). Aujourd’hui, il est plus difficile d’entrer aux USA (un mur de 1300 km de long, construit par les ÉtatsUnis, existe déjà entre le Mexique et les USA, la méfiance vis à vis des étrangers se développe aux USA, le marché du travail s’affaiblit). Les descendants des populations indiennes font l’objet de racisme. Ceux-ci s’organisent et manifestent depuis longtemps pour leurs droits, car ils considèrent que leur culture n’est pas reconnue. Ils mettent en place, notamment dans l’État du Chiapas, des institutions autonomes vis à vis de l’État (santé, éducation, justice…) Les autorités sont engagées dans une guerre contre le trafic de drogue (narcotrafic) qui a déjà fait 30 000 morts. En effet, le Mexique est le 3e producteur mondial d’héroïne. Mais cette lutte est rendue difficile par la corruption (le fait de pouvoir faire des actions normalement interdites par la loi en versant de l’argent) très répandue au Mexique. Le 15 mars 2016 a eu lieu un grave épisode de pollution de l'air. Depuis des années, un smog (brume formée de divers polluants) est présent en quasi-permanence au-dessus de Mexico, provoqués par les rejets industriels et la circulation automobile. Les conséquences pour les habitants sont des maux de tête, de gorge et des difficultés respiratoires. Il y a chaque année plus de 4 000 décès à cause de pollution. De plus, des dizaines de milliers de foyers à Mexico n'ont pas l'eau courante, le quartier populaire d'Itzapalapa est celui qui souffre le plus du manque d'eau. Le sol s'affaisse (de 12 cm par an ) dans le centreville à cause de la surexploitation de la nappe phréatique à Mexico. Il faut également parler des problèmes sismiques très graves de Mexico. En 1985 a eu lieu un terrible tremblement de terre dont l'épicentre était pourtant à 400 km de Mexico ; conséquence : au moins 10 000 morts, de 30 000 à 50 000 bâtiments détruits. La ville se prépare depuis à un séisme plus puissant, depuis le centre de surveillance sismique de Mexico ; c'est un bunker de 33 000 mètres carrés au cœur de la ville. Début 2012, une série de séismes faisant des dégâts limités a secoué le Mexique. 6

[close]

p. 8

La jeunesse mexicaine Le Mexique est un pays jeune par son histoire mais aussi par sa population. En 2017, la moitié des 120 millions d'habitant a moins de 20 ans. Plus de 30 % de la population a moins de 15 ans. A midi, dans les villes, on les voit surgir de partout lorsqu'ils sortent de l'école. Ils portent tous un uniforme. Partout, les enfants sont protégés et respectés. D'un autre côté, si l'enfant est respecté, l'adolescent n'a pas sa place dans la société mexicaine. Il lui faut très tôt occuper un emploi. Il faut dire qu'en moyenne, il y a encore quatre enfants par famille, même si la génération précédente en comptait huit. Dans certains quartiers, la réalité est dure : les enfants commencent à travailler très jeunes. Ce sont les livreurs de bonbonnes d'eau qui traversent le quartier et livrent à domicile là où l'eau du robinet n'est pas potable. Ce sont les marchands de journaux ou de chewing-gum à Mexico et ailleurs dans les villes. La crise économique, le chômage et la pauvreté, entraîne une augmentation du nombre d'enfants sansabri à Mexico, ayant quitté leurs parents ou envoyés dans la rue pour mendier ou travailler. Ils sont des milliers à dormir dans le métro, ils survivent en mendiant, lavant des vitres des voitures aux carrefours, en fouillant les poubelles. Au Mexique, plus de 7 millions de jeunes ne sont ni au travail ni a l’école. Beaucoup deviennent des recrues pour les narcotrafiquants. La police est impuissante et parfois même complice. Quelques atouts du Mexique Même si le Mexique comporte des dangers, il a aussi des atouts culturels. Par exemple la fête des morts, une fête très ancienne. Cette fête a lieu dans la nuit du 1er au 2 novembre, pour honorer les morts. Les gens vont sur les tombes dédiées a leurs ancêtres ou à leurs proches décédés et y déposent des bougies, des plats cuisinés, des têtes de mort en chocolat et des fleurs orange qui servent à attirer les morts. La nuit, les gens se racontent des histoires devant les tombes et restent toute la nuit dans le cimetière. Le Mexique a fait beaucoup de progrès dans sa lutte contre la pollution. Dans les années 80 de nombreuses industries très polluantes ont été fermées, des contrôles techniques de voiture mis en place. Le nombre de jours où la qualité de l'air est acceptable a largement augmenté grâce au développement des transports en commun, aux restrictions de la circulation pour les véhicules les plus polluants et à la mise en place de vélos gratuits. Des revêtements anti-pollution ont été installés sur certains bâtiments. Le tri sélectif a été rendu obligatoire. Mexico est devenu une capitale artistique importante de son continent. La société évolue avec l'adoption d'une loi sur le mariage homosexuel et sur la légalisation de l'avortement. Tremblement de terre 1985 Sources : « Des enfants des rues de plus en plus nombreux ». BT juin 1996 « Alerte à la pollution », BT n°908, 1996 « Le Mexique dans la tourmente », BT n°908, 1996 « La révolution est en marche », Okapi, n°690, 2001 « Mexico sonne l’heure écolo », Courrier international, 26/01/2009, « La question migratoire », TDC n°1009, 1er février 2011 « Mexico, métropole ambiguë », TDC n°1009, 1er février 2011 « Des Indios aux Indigenas », TDC N°1009, 1er février 2011 « Mexique, Une terre de contrastes », le monde des ados, 2 février 2011 « Un pays jeune », le Monde des ados, n°246, 2 février 2011 « Mexico, un monstre urbain », le monde des ados, n°246, 2 février 2011 « Tremblement de terre : Mexico se prépare au « big one », 12/04/2012, Le Monde. « Tenochtitlan », Arkeo junior n°198, juillet-août 2012 « Même pas peur », Géo Ado n°129, novembre 2013 « Bâtiment purificateur », Okapi, n°994, janvier 2015 « A Mexico, inégalités, gaspillage et réseau en ruines », 15/03/2015, Le Monde « Les trente ans du terrible séisme de 1985 », Le petit journal, 2015 « La corruption, facteur aggravant de la pollution de l’air à Mexico », The conversation, 17 mai 2016. « Le corruptour », 11/04/2017, Radio France International « Au Mexique, l’eau est une denrée rare pour beaucoup », Le Dauphiné 27/04/2017 « Un journaliste du narcotrafic tué par balles », Libération, 16/05/2017

[close]

p. 9

Ça slam chez les 3ème E Travail effectué en classe suite à la séquence sur la musique avec Mme Lebranchu. FREE Meet me on the battlefield Even on a darkest night I'm an angel with a shot gun but I don't wanna fight What's the problem with the color of my skin Don't be so rude, I'm not so mean I don't sing for me I sing for us For all those who die because of your mistakes Those who feel rejected coz of their difference DON'T FORGET WE ARE FREE Ambre and Claire BAD WORLD You're against the gay pride But maybe your child is gay You will disown him coz of your pride You make the world grey You think it's easy to hear your words I can feel hell in this world You're gonna pay for what you said I don't even know what's in your head Everybody's equal what ever God you pray I don't think God will accept that you kill « for him » But that's what they say It's not normal that you killed for a colour of skin In your blood they swim Lise Erza Klervie Tyfaine Troisièmes segpa avec Mme Le Gentil 8

[close]

p. 10

La classe orchestre en représentation Année chargée pour la classe orchestre de plus en plus demandée. Le vendredi 12 mai nous nous sommes rendus au centre culturel Juliette Drouet pour y donner un concert avec « l’aide » de nos correspondants italiens. Nous sommes partis du collège vers 14h30 puis nous avons commencé les répétitions jusqu’à 17h30. Il est venu l’heure de manger et de s’amuser. Les 6èmes sont montés sur scène, prêts pour l’ouverture du concert. Ils ont joué trois morceaux dont le nom est : - My First Musique (création de M Le Courtois) -Valse à Breizh -Close Finish Puis, ils ont quitté la scène, pour laisser la place à de petits diaporamas réalisés par les 5èmes SEGPA et les 3èmes. Puis un petit entracte a eu lieu, nos musiciens ont pu boire un coup à la buvette. Puis les 5/4/3 ainsi que les Italiens ont relancé le concert avec de biens jolis morceaux aussi jolis qu’émouvants. Ils ont joué plusieurs morceaux dont les noms sont : Sound of silence Procession des sorcières Zemer Atik Métal La marche pour la cérémonie des Turcs La Moldau (orchestre commun) Thor : the dark world Carol of the Bells Dessous un rosier blanc (avec chœur mixte et soliste) Oye Como Va (orchestre commun) Ce samedi 17 juin la classe orchestre a joué devant la Rencontre un petit concert, les 6èmes ont démarré avec leurs morceaux habituels, excepté Beetle Blues de Jacob de Haan, un de leurs nouveaux morceaux. Le concert a continué avec l’orchestre des 5/4/3 qui nous ont présenté des morceaux toujours aussi joyeux qu’émouvants. Le concert s’est suivi d’ une bataille d’eau, de glissades (dans l’eau) un trempoline et une aire de jeux pour les plus petits ont été installés. Et si vous souhaitez faire un don vous pouvez acheter le DVD du concert à Juliette Drouet ou du même concert avec le concert en Italie. Il vous en coûtera 8 euros à déposer au secrétariat avant la fin de l’année. Juliette Moré

[close]

p. 11

Game 2: Winter folie ou réalité? Vous connaissez tous Hunger Games films ou livres, personnellement j’aime bien les films. Ci-dessous nous allons parler de la télé-réalité oui  ! On connaît tous le scénario du film 26 candidats pour une seule place, alors ils s’entretuent tous jusqu’à ce qu’il n’ en reste plus qu’un. La différence entre le film et la télé-réalité c’est que dans le film ils sont obligés et dans la télé-réalité c’est le choix des 30 candidats. Yevgeny Pyathkovsky (non je n’ ai pas écrit n’importe quoi!) est un milliardaire russe, c’est lui qui a inventé games2 winter. Le 1er juillet 2017, la Russie va lancer cette télé-réalité, 30 candidats: 15 femmes, 15 hommes lâchés en Sibérie dans une zone de 900 hectares. Vous savez la Sibérie c’est genre en été -10°C il fait chaud. j’exagère à peine. Il y a des animaux... qu’on trouve magnifiques dans des zoos ! Des ours, des loups, ils sont beaux mais on n’ aimerait pas les croiser en liberté. En hiver il fait -40°C. Pendant 9 mois, les candidats vont devoir survivre dans des conditions extrêmes. Les rumeurs les plus folles ont parcouru le net. Yevgeny aurait décidé de faire signer une décharge à tous les candidats comme quoi ils acceptent de se faire tuer, dévorer, violer, mourir de froid et j’en passe,... Buzz et polémique. M.Pyathkovsky a certifié sur son compte twitter: «the murdering or raping aren’t allowed» le 17 décembre 2016. Si vous préférez le jeu est soumis à la loi russe. Mais franchement vous pensez vraiment que la police va intervenir ! On verra ou pas. Bon passons comment vont-ils filmer  ? 2000 caméras fixes et des go pro sur chaque candidat ça fait un total de 2030 caméras. Ça sera diffusé sur internet 24h/24 et 7j/7. Allez je sais on a aimé les films, les livres et puis certaines personnes vont aimer la télé-réalité. Certaines personnes n’y croient pas. Pourtant les 30 candidats sont choisis et ont hâte de faire cette émission. Incroyable non! Jusqu’où irons-nous? Angelo souhaite participer à cette «aventure» !!! Le plus décevant selon moi, c’est que la production a déjà trouvé les 30 candidats. D’ailleurs parlons d’eux, 120 candidats sont choisis par un public qui vote sur internet puis ils en prennent 30. Ils ne doivent avoir aucun casier judiciaire, ne pas avoir de troubles mentaux, être majeur. Pourquoi font-ils cela? Ce n’est pas juste aller à Koh-lanta. Pour 29 candidats c’est soit mourir, soit abandonner en appuyant sur le bouton rouge qu’ils ont dans leur sac grâce à ça un hélicoptère arrivera au bout de 30min minimum. Le vainqueur que gagne-t-il? 1,6 million de dollars. Chaque candidat pourra avoir un sac de survie qui pèse maximum 100kg et un couteau. On se dit que c’est en Russie que ça ne nous atteint pas. Si je vous dis Angelo Cantero le seul français à vouloir participer à ce jeu et qui est dans le top 15 avec 333 votes. Elisa Gicquel 10

[close]

p. 12

Adolescents: la galère! L’adolescence est une période de métamorphoses. Elle repose sur certains nombres de transformations physiques et psychologiques avec au centre la puberté . En ce qui concerne les changements physiques, on a l’apparition d’hormones qui influencent notre croissance, notre corps grandit, il change de façon différente si l’on est une fille ou un garçon. Au niveau des changements psychologiques , on change de manière de penser, on ressent une volonté de grandir plus vite, mais tout en restant sous la responsabilité de nos parents. Mais quel rôle jouent les adolescents dans la société de nos jours ? L’adolescent essaie de s’intégrer par différents moyens dans le monde des adultes. Tout d’abord avec la consommation. La consommation constitue un véritable rite de socialisation. Il est vrai que les rites de passage entre l’enfance et l’âge adulte se sont transformés. La société de consommation fait tout pour amadouer les jeunes. De plus, les commerçants, ayant remarqué que les jeunes étaient une part importante dans la consommation, les ont pris comme nouvelles cibles. Une partie des adolescents consomment de plus en plus grâce à l’argent de poche mise à disposition par leurs parents. Tous n’ont pas cette chance. Les ados sont donc une cible économique de choix. Les médias ont une relation qui domine sur les activités des jeunes et des enfants. Les médias prennent une grande place dans leur temps de loisir, de quatre à six heures par jour. Elle s’organise en quatre grands écrans : la télévision, l’ordinateur, la console de jeux et le téléphone portable. Internet y joue un rôle central, il apparaît comme le média le plus influent entre tous les médias qu’il peut exister. Aujourd’hui, mais était-ce différent avant?- les choses importantes pour la plupart des jeunes c’est le style, les vêtements, la coiffure, le maquillage, la musique, le sport... Ces activités permettent aux adolescents de s’identifier à leur classe d’âge, elles permettent de construire sa propre identité ainsi que ses propres convictions. Les études ont une grande place dans la vie des adolescent de nos jours. Les études ne sont pas une perte de temps comme beaucoup pourraient le penser, mais au contraire elles aident à réussir son avenir. A Chaque avenir ses études, certaines sont plus longues et complexes, mais si elles sont bien suivies, l’adolescent assure son propre avenir et sa future vie d’adulte, voire une vie meilleure. Dès l’âge de 14 ans, l’adolescent peut effectuer des travaux légers pendant ses vacances scolaires, à condition de bénéficier de repos, de ne pas être affecté à des travaux répétitifs ou pénibles. Grâce à leur travail, ces jeunes ont la possibilité de recevoir de l’argent de poche et ainsi accèder à une plus grande autonomie et une plus grande maturité. Les parents sont les principaux acteurs de la socialisation primaire de leurs enfants. Dès leur plus jeune âge, ils leur inculquent un certain nombre de valeurs qui leur permettent une intégration dans la société Les adolescents changent et évoluent dans leur façon d’être et de voir les choses. L’adolescence a évolué et a pris une place de plus en plus importante dans notre société. Aujourd’hui, les jeunes s’y intègrent comme ils peuvent : Par leurs études, par la consommation, par leurs activités, leur entourage... De plus, la période de l’adolescence est mieux comprise, davantage prise en compte car mieux connue. Les adolescents ont des droits qui leur sont propres. La société évolue également, et donc cela a des répercussions sur les adolescents, ce qui provoque principalement des changements psychologiques tels que la violence ou même la consommation de drogue... mais pour une minorité. Laura-Florida Nzelomona

[close]

p. 13

Mémorial de la Shoah Mai 2017 Rencontres Témoignage Ateliers Réflexion Emotions

[close]

p. 14

Atelier : La fabrique des préjugés Durant le voyage à Paris, les 3èmes étaient divisés en deux groupes. Chaque groupe a pu suivre un atelier sur deux sujets différents. le premier dont nous allons vous parler traitait des préjugés et de leur transmission. Tout d’abord, nous avons commencé à parler des préjugés en général, ce que c’était, d’où ça partait… L’animatrice qui gérait cet atelier, nous a montré une vidéo qui parlait des préjugés sur les Français vus de l’étranger. La gastronomie en France, nos habitudes alimentaires, la « tenue » du français avec un pull marin, le béret, la baguette sous le bras et le nez rouge, la femme française est belle mais ne se rase pas, la pétanque est le sport national des Français… Cette vidéo nous montre la caricature des Français et comment d’autres peuples nous voient. Cela nous a permis de comprendre que tous les peuples et pays possèdent leurs propres clichés et de relativiser sur la vision que les autres peuples se font, de la France et du peuple français. Cette idée que les juifs sans pays voudraient conquérir le monde s’est répandue depuis la destruction du temple par les Romains en 70 apJC, . On voit bien dès lors que les préjugés se transmettent sur des siècles sans aucune réflexion. Nous avons ensuite été separés en groupes de 5 élèves puis nous avons analysé des affiches de propagande ou même de publicité, utilisant les stéréotypes pour faire passer un message et poursuivre la diffusion des préjugés. Par exemple, de nombreux noirs étaient représentés, sur les affiches, comme des personnages dansants, aux grandes dents et grandes bouches, renvoyant aux stéréotypes du noir primitif et donc rattachés à des personnes inférieures, moins sérieuses. Ensuite, elle nous a interrogés sur les stéréotypes répandus, sur les peuples étrangers, que nous connaissions, exemple : «les anglais sont maniérés, les noirs aiment le poulet, les portugais sont poilus ou encore, les arabes sont des voleurs». Tous ces préjugés ont une histoire, par exemple, le préjugé comme quoi les noirs aiment le poulet vient des années 50 aux États-Unis, les noirs ayant peu d’argent, l’industrie alimentaire crée une véritable campagne pour que les noirs consomment du poulet, produit peu cher à l’époque. C’est donc avec beaucoup d’exagération que cette réalité s’est transformée en stéréotype. Après ça, nous nous sommes attaqués au cliché, reliant le juif et le monde des affaires, l’argent. Nous nous sommes rendu à l’exposition dans la partie musée, pour comprendre l’origine de ce cliché et même plus brièvement, l’origine de l’antisémitisme en France. On a alors pu voir que ce stéréotype venait des métiers qui étaient attribués aux juifs. En effet les juifs ont souvent exercé des métiers jugés ingrats par la religion chrétienne car ayant trait à l’argent: commerce, prêts,... L’antisémitisme n’est pas récent. D’abord antijudaïsme car les chrétiens accusaient les juifs d’être la cause de l’exécution de Jésus, il s’est transformé en antisémistisme. Pour des affiches de propagande politique, la présence des stéréotypes montre que les causes de la décadence de la France viennent de l’utilisation de races «impures, inférieures» pour les nazis. Nous voyons entre autre sur cette affiche un noir, un juif avec tous les stéréotypes habituels. Perann Nedjar et Camille Houssard

[close]

p. 15

Atelier: Les complots Selon les dernières études parues dans la presse, 1 jeune français sur 5 adhérerait aux théories du complot. Chiffre incroyable. Mais comment les complots sont-ils fabriqués? Il y a un mois jour pour jour, les élèves de troisièmes ont effectué un court séjour à Paris d’une durée de deux jours. Dès notre arrivée, nous avons été séparés en deux groupes pour faciliter l’organisation des activités organisées. Notre groupe était celui de l’après midi où nous avons rencontré un professeur d’histoire d’un lycée de Paris. Il nous a parlé des complots et des théories du complot. Nous avons regardé une vidéo que vous pouvez trouver en tapant la cérémonie des César-Le complot. Les auteurs se moquent des comploteurs et montrent qu’en cherchant des signes on peut en trouver partout et inventer n’importe quel complot. Ils trouvent donc par exemple l’étoile de David sur la veste de Kad sur l’affiche du film «bienvenue chez les chti’s» ou encore que la salle de cérémonie est en direction de la Mecque. Ils démontrent par l’absurde les théories complotistes. Nous avons appris que sur ce genre de vidéos, les comploteurs s’appuient sur des faits réels et les modifient pour créer de nouveaux faits absurdes dans un but de changer l’opinion des personnes influençables. Ensuite, nous avons travaillé sur des photographies qui ont été modifiées afin de cacher des éléments pour que ceux qui regardent aient une vision différente. Nous avons également regardé un site internet nommé Voltairenet.org. Ce site traite de nombreuses informations avec des titres chocs laissant supposer des manipulations. Par exemple, un article de Manlio Dinucci «le nazisme en Europe, c’est l’OTAN». Nous avons dû faire quelques recherches pour vérifier si le site et les auteurs étaient fiables. D’abord nous avons commencé par nous renseigner sur l’auteur de ce site sur Wikipédia et avons trouvé que le site avait été créé par Thierry Meyssan et que c’était un écrivain Français. Il s’est rendu célèbre en niant la responsabilité d’Al-Qaïda dans les attentats du 11 septembre 2001. Il vit en Syrie et s’oppose à l’occident et à Israël. Grâce à Décodex, nous avons vu que le site Voltaire.org n’était pas fiable et diffusait beaucoup de fausses informations et d’articles trompeurs. Nous avons donc pu voir les différents aspects du complot cela nous a permis de forger notre esprit critique. Il ne faut pas croire, et encore moins diffuser la première information reçue sur les réseaux sans en vérifier la source. Ceci est une photographie d’un soldat américain en Irak. La photo originale est celle du milieu prise lors de la guerre. Et si on regarde les parties en noir et blanc de la photographie, on peut voir que sur l’image de droite le soldat américain pointe son arme sur l’homme irakien mais que sur l’image de gauche le soldat américain aide le soldat irakien en lui donnant à boire. En réalité la photo représente deux soldats américains venus aider le soldat irakien. Les soldats irakiens, en revanche, montrent la photographie de gauche aux habitants pour montrer à quel point les américains sont durs et cruels avec eux. Bien sur on pourrait aussi penser que les américains vont plutôt montrer aux civils la photographie de droite pour montrer qu’ils sont en train d’aider un soldat irakien à survivre. Il s’agit de la même photo cadrée différemment. Elle n’est pas truquée or son message est bien différent selon le cadrage choisi. Claire Baséki 14

[close]

Comments

no comments yet