Rapport d'activité 2016

 

Embed or link this publication

Description

Rapport d'activité 2016

Popular Pages


p. 1

© Vincent Fournier www.opacsaoneetloire.fr

[close]

p. 2

SOMM AIRE_ 03_ Édito’ 04_ Profil 05-08-09_ Réalisations 2016 06-07_ ‘‘La qualité de service est notre marque de fabrique’’ Interview d’Éric Philippart 10-13_ Une offre de logement diversifiée Un prestataire hors pair pour les collectivités L’OPAC nouvel acteur sur le marché des résidences séniors 14-17_ U ne qualité de logement Comment l’OPAC réinvente le logement social 18-21_ U ne qualité de service L’atout gagnant de la relation client 22-23_ Bilan financier et perspectives 06 10 16 18 UNE PUBLICATION DE L’OPAC SAÔNE-ET-LOIRE Directeur de la publication_ Éric Philippart, directeur général de l’OPAC Saône-et-Loire ||| Rédaction_ Marie Albessard et Lorette Faivre ||| Conception-réalisation_ Laurence Cailles, responsable communication ; Guillaume Biel, graphiste-webdesigner ||| Crédits photos_ Vincent Fournier, Jérôme Beg, Vincent Raymond, Marie Albessard, Lorette Faivre, Chambaud architectes, Perche Bougeault architectes, Hervé Nègre, OPAC Saône-et-Loire ||| Impression (1 100 exemplaires)_ tech :e plan - documents service 02 Rapport d’activité 2016_ Composition du Conseil d’administration (au 31 décembre 2016) MEMBRES DÉSIGNÉS PAR LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE SAÔNE-ET-LOIRE 6 membres de l’assemblée délibérante - D ominique Lanoiselet : conseillère départementale de Givry - Isabelle Dechaume : conseillère départementale de Chalon 3 - F rédéric Brochot : conseiller départemental d’Autun 1 - Édith Perraudin : conseillère départementale de Digoin - Arnaud Durix : conseiller départemental de Chauffailles - F rançoise Verjux-Pelletier : conseillère départementale de Chalon 1 9 personnalités qualifiées en matière d’urbanisme, logement, environnement, financement ou affaires sociales - Michel Jaffiol : secrétaire général de la Fédération du BTP de Saône-et-Loire - Cédric Aymonier : directeur territorial de la Caisse des dépôts et consignations de Bourgogne - Isabelle Gerbier : directrice de l’ADIL - André Mamessier : président de la Communauté de communes de Semur-en-Brionnais - P ierre Petitjean : vice-président du Bureau de la Chambre de commerce et d’industrie de Saône-etLoire - Marc Béchet : président du Comité départemental des retraités et des personnes âgées dont 3 élus d’EPCI ou de collectivités territoriales du ressort de compétence de l’Office, autres que la collectivité de rattachement, le Conseil départemental de Saône-et-Loire - D avid Marti : président de la Communauté urbaine de Creusot-Montceau - Sébastien Martin : président du Grand Chalon - Claude Patard : conseiller communautaire, Mâconnais Beaujolais Agglomération - C hristiane Berthod-Maîtrejean : représentant le Comité local du logement autonome des jeunes de Mâcon Sur proposition des organismes collecteurs de la participation des employeurs à la construction - Hélène Ferreira : secrétaire générale de Logéhab En qualité de membre désigné par le Conseil d’administration de la Caisse d’allocations familiales - Roland Cognard : président de la Caisse d’allocations familiales En qualité de représentants des locataires - Colette Bury : pour la Confédération nationale du logement - Régine Petiteville : pour la Confédération nationale du logement - Serge Gardette : pour la Confédération nationale du logement - Josette Milleret : pour la Consommation logement et cadre de vie - Jean-Claude Chevillot : pour la Confédération syndicale des familles En qualité de membre désigné par l’Union départementale des associations familiales - Étienne Dumortier : vice-président de l’Union départementale des affaires familiales En qualité de membres désignés par les organisations syndicales les plus représentatives dans le département du siège - Jean-François Janiaud : Union départementale CFDT - Daniel Pocheville : Union départementale CGT En qualité de représentants des associations dont l’un des objets est l’insertion ou le logement des personnes défavorisées - B ernard Gouhot : administrateur de l’association Le Pont

[close]

p. 3

DR ÉDITO_ Dominique Lanoiselet Présidente Une relation de confiance Chaque jour, nos 565 collaborateurs travaillent à plus d’ouverture et de solidarité. Dans un monde où le repli sur soi gagne du terrain, les valeurs que véhicule l’OPAC de Saône-et-Loire depuis près d’un siècle sont, plus que jamais, à réaffirmer. Nous ne perdons pas de vue notre mission d’utilité publique : nous logeons, tout au long de l’année, des familles modestes. Car nous sommes garants de la mixité et de la cohésion sociale sur notre territoire. Notre entreprise est dynamique et innovante. L’année qui s’achève le démontre encore davantage ! Dans un contexte de territoire détendu et de forte concurrence, c’est notre devoir que de nous réinventer. Ainsi, l’année 2016 nous a permis de concrétiser un vaste programme destiné à renforcer notre relation clientèle. Nous souhaitons fidéliser nos locataires et attirer de nouveaux clients, car nombreux sont ceux qui ne se savent pas éligibles au logement social. Nos efforts sont récompensés par ce lien unique qui nous unit à nos locataires. D’ailleurs 87 % d’entre eux se disent satisfaits de nos services. démolitions, pour lequel nous avons reçu le soutien de la Caisse des dépôts et consignations, a été lancé. Nous poursuivons également des travaux de réhabilitation sur notre patrimoine. Car les besoins de la population évoluent et nous nous devons d’y répondre au mieux. La réorientation de notre parc passe par davantage d’habitats individuels et des logements optimisés énergétiquement. En Saône-et-Loire, 27 % de la population a plus de 60 ans. Toujours dans cette optique de s’adapter à la sociologie du territoire, nous poursuivons le développement de notre offre à destination des séniors. Notre première résidence services verra le jour à Charolles l’an prochain. Nous avons toute légitimité à nous positionner sur ce marché, afin de proposer des logements qui répondent aux besoins de cette population. Aujourd’hui comme demain, nous sommes aux côtés de nos locataires. Nous les accompagnons chaque jour dans l’amélioration de leur lieu de vie. Pour leur proposer un habitat qui leur ressemble. Gageons que l’année 2017 confortera cette relation de confiance. Et puis, cette année a également été marquée par le virage que nous avons opéré dans notre parc locatif. Un vaste programme de 03

[close]

p. 4

PROFIL_ 04 Rapport d’activité 2016_ L’OPAC Saône-et-Loire est le plus important bailleur social de Bourgogne. Avec 28 000 logements répartis dans 300 communes, l’entreprise porte 70 % du parc HLM du département et se classe parmi les dix plus gros OPAC de France. En Saône-et-Loire, 50 000 personnes habitent un logement OPAC. Depuis près d’un siècle, l’Office remplit son rôle historique : loger. Avec la même ambition depuis toujours : offrir la meilleure qualité de logement au meilleur prix. Aménager, construire, démolir, réhabiliter, accompagner les collectivités dans l’aménagement du territoire, assister les maîtres d’ouvrage publics ou privés dans la conduite de leurs projets font partie de ses compétences et de son expertise. Aujourd’hui, dans un contexte de marché du logement locatif en détente, l’OPAC se réinvente et adapte son offre d’habitat aux réalités géographiques et sociologiques du territoire. Réactive, innovante l’entreprise fait son entrée sur le marché de la résidence séniors et lance une gamme d’habitat dédié à ce segment de population. Dans le même temps, l’Office individualise sa relation client pour toujours plus de satisfaction. Mais l’OPAC Saône-et-Loire porte aussi des valeurs sociales au service de ses locataires. Solidarité, insertion, accompagnement à l’acquisition, aide à la création d’entreprises, c’est la manière de l’OPAC de transcender sa mission de bailleur social. Cette culture de la qualité de service, de l’innovation et de la proximité est portée, au quotidien, sur le terrain par les 565 collaborateurs de l’OPAC qui, cette année encore, sont particulièrement fiers d’un résultat. Celui de 87 % de locataires satisfaits de leurs services.

[close]

p. 5

RÉALISATIONS 2016_ Chalon-sur-Saône – Nouvelle jeunesse pour le bâtiment H des Prés Saint-Jean. Mise en valeur des façades avec la création d’une volumétrie et d’un effet de relief obtenu grâce à un jeu de couleurs, sécurisation des accès, transformation de certains appartements permettant la création de douze logements supplémentaires (187 au lieu de 175 précédemment), optimisation de la thermique et de l’isolation…, le bâtiment H des Prés Saint-Jean a subi une véritable cure de jouvence en 2016. L’OPAC signe ici une réhabilitation atypique. © Vincent Fournier © Jérôme Beg Le Creusot – 10 pavillons BBC à La Pépinière. La livraison, en octobre 2016, de dix pavillons BBC, labellisés Habitat et environnement témoigne de l’engagement de l’OPAC Saône-et-Loire en faveur de solutions de construction à la fois performantes et écologiques. Pour cette opération, l’OPAC a fait le choix de la qualité afin de proposer une gamme élevée de logements (du T2 au T4) chacun disposant d’un garage et d’un espace extérieur. Le parti pris d’une construction en structure métallique confère à l’ensemble de la réalisation un aspect architectural très contemporain. 05

[close]

p. 6

INTERVIEW_ © Lorette Faivre ‘‘La qualité de service Directeur général de l’OPAC Saône-et-Loire, Éric Philippart : « Nous avons à cœur d’établir une relation singulière avec nos locataires. » de développement basée sur la diversification de son offre afin de coller aux plus près des réalités sociologiques du territoire. Les personnes âgées et celles en situation de handicap sont les deux publics en direction desquels nous concentrons nos efforts. D’une part nous favorisons le maintien à domicile des personnes âgées en adaptant les logements (installation d’ascenseurs, de douches, de barres de maintien…) et parallèlement à cela, nous développons une offre de nouveaux produits : des résidences services séniors, des résidences autonomie (ex foyers pour personnes âgées), des logements individuels groupés ainsi que de petites unités de vie. Notre première résidence services sera livrée à Charolles en 2018. Concernant les personnes en situation de handicap, il manquait un chaînon dans l’offre existante entre le logement autonome et la structure médicalisée. Nous avons donc ouvert la résidence Alma à Chalon-sur-Saône : un ensemble de logements autonomes équipés en domotique avec la présence permanente d’une hôte d’accueil pour accompagner les résidents dans leur vie quotidienne. Lancement d’une gamme d’habitat adapté aux séniors, individualisation de la relation client…, l’OPAC Saône-et-Loire poursuit sa mutation. À l’heure du bilan de l’année 2016, Éric Philippart, directeur général nous explique le contexte de ces évolutions. ue retenez-vous de l’année 2016 ? 2016 a été marquée par d’ambitieux projets avec des opérations de réhabilitation, de démolition et le lancement d’une nouvelle offre d’habitat dédié aux personnes âgées et handicapées. Mais 2016 a aussi été marquée par des liens resserrés avec nos partenaires et surtout l’individualisation de notre relation client. Nous nous donnons les moyens de devenir véritablement une entreprise de services. L’OPAC Saône-et-Loire prend un virage en se positionnant comme une entreprise de services. Concrètement, comment cela se traduit-il ? Les sondages réalisés auprès de nos locataires et nos enquêtes de qualité montrent que nos clients attendent des solutions de logement adaptées et des réponses individualisées. Nous sommes donc poussés à être inventifs pour y répondre ! L’OPAC Saône-et-Loire, qui travaille de concert avec le Département et en partenariat avec les collectivités locales, a décidé d’une stratégie Cette diversification de l’offre OPAC Saône-et-Loire montre une réelle volonté de se centrer autour du client. Comment cette attention portée à la relation client s’est-elle mise en œuvre ? Cette dynamique a nécessité de repenser notre organisation en interne. De nouveaux métiers ont émergé notamment ceux de téléconseiller, de cuisinier dans nos résidences pour personnes âgées, de gouvernantes ou encore d’agents de développement social. Tous sont formés aux valeurs et aux missions de l’OPAC Saône-et-Loire. D’autres métiers ont pour leur part évolué, comme celui de nos trente-deux commerciaux et de nos cinquante-huit chargés de clientèle qui peuvent, aujourd’hui, davantage se consacrer à l’écoute des clients. Cela permet véritablement à l’entreprise de renforcer sa qualité de services et d’individualiser sa relation client. 06 Rapport d’activité 2016_

[close]

p. 7

DR DR DR est notre marque de fabrique’’ L’OPAC Saône-et-Loire s’engage aussi au niveau national et a fait entendre sa voix, en 2016, à travers un Manifeste pour une autre politique de l’habitat dans les territoires « détendus ». Pourquoi cette prise de position ? Au même titre que l’Auvergne, la Champagne-Ardenne, la Franche-Comté et la Lorraine, la Saône-et-Loire connaît un taux de vacance de près de 7 %, une faible démographie, une population vieillissante et des revenus moyens qui n’augmentent pas. Entre 2006 et 2011, trente mille nouveaux logements ont été construits alors que le besoin était de vingt-six mille… Le marché est saturé ! Notre situation est à contre-courant de la tendance nationale qui connaît une pénurie de logements sociaux. Aussi, convaincus qu’une autre politique de l’habitat est indispensable dans les territoires détendus, les bailleurs sociaux ont fait entendre leur voix à travers un manifeste. C’est la « Nous proposons des logements de qualité à des loyers attractifs » s’élève à 38 millions d’euros. Ces démolitions contribueront à retendre le marché locatif et nous permettront d’engager de nouveaux projets : de développer le logement individuel — pour lequel la demande reste importante —, de favoriser l’accession à la propriété sécurisée… Ces orientations se prennent en collaboration avec les collectivités locales que nous accompagnons dans leurs projets d’aménagement. Dans le contexte particulier de la Saône-et-Loire, la mission sociale de l’OPAC Saône-et-Loire ne prendelle pas encore plus de sens ? Notre rôle va bien au-delà de celui de propriétaire : nous portons une mission sociale. Nous avons à cœur d’établir une relation singulière avec nos locataires en travaillant sur les services que l’on peut leur apporter, sur la mixité sociale et le vivre ensemble. Auparavant, le parcours de nos locataires était un passage par le logement social pour épargner et ensuite accéder à la propriété. Aujourd’hui, le temps de vie dans le logement est assez long et les rotations sont faibles. Plus que des logements, nos bâtiments deviennent des habitats, des cadres de vie. force du mouvement HLM de travailler en réseau et de faire des propositions. Petit à petit, la distinction entre territoires tendus et détendus apparaît dans les discours. Suite à la publication de ce manifeste, la Caisse des dépôts et consignations s’est engagée à nous accompagner dans notre programme de démolition. En effet, vous avez démarré un ambitieux programme de démolitions : 455 ont été lancées en 2016. Quels sont les enjeux de ce programme ? Nous projetons de réduire notre parc immobilier à 27 000 logements d’ici 2020. Le coût prévu de cette opération, rendue possible grâce à des accompagnements financiers (Caisse des dépôts et consignations, mutualisation HLM…) Aujourd’hui quelle est la promesse faite par l’OPAC Saône-et-Loire à ses clients et futurs clients ? Nous proposons des logements de qualité à des loyers attractifs — 8 % inférieurs à la concurrence — et des charges locatives extrêmement maîtrisées, grâce à un bouclier énergétique offensif. À travers nos six agences, notre réseau de collaborateurs est très bien implanté sur l’ensemble du département. Nous continuons à être attentifs et à tenir compte des besoins de la population de Saône-et-Loire, notamment ceux des étudiants. Le taux de satisfaction de nos clients, 87 % en 2016, montre bien notre souci de la qualité de service. C’est véritablement notre marque de fabrique. Été 2016, la mise en place d’un dispositif financier avec la Caisse des dépôts et consignations va accélérer le volume de démolitions. 21 novembre 2016, l’OPAC pose la première pierre d’un ensemble de quinze logements BBC au Creusot. Novembre 2016, dans un manifeste l’OPAC exprime sa conviction qu’une autre politique de l’habitat est indispensable dans les territoires en détente. 07

[close]

p. 8

RÉALISATIONS 2016_ Bourbon-Lancy – Profonde métamorphose pour Le Carrage. Le coup d’envoi de la réhabilitation avait été donné en 2014 avec l’installation d’ascenseurs dans les bâtiments F et G. Depuis, Le Carrage n’est pas en reste et dévoile peu à peu son nouveau visage, celui d’un quartier résolument transformé. Rénovation de l’isolation, embellissement des logements, réfection des parties communes, ravalement des façades… les logements des immeubles confèrent davantage de confort aux locataires qui voient leur facture énergétique divisée par trois ! © Vincent Fournier 08 Rapport d’activité 2016_ © Jérôme Beg Charnay-les-Mâcon – Programme mixte de 28 pavillons rue de La Ronze. Une première pour l’OPAC Saône-et-Loire qui réalise là une opération à la fois en conception et réalisation. Sa maîtrise globale du projet lui permet de tenir des délais courts quant à la livraison des 28 pavillons (treize mois). Ces derniers, situés en bordure de la Coulée verte, sont tous orientés plein sud afin de capter les énergies et l’ensoleillement maximum. Ce programme mixte, composé de 24 habitats en location et quatre en accession, a été livré en février 2016.

[close]

p. 9

© Vincent Fournier © Jérôme Beg Chalon-sur-Saône – Du logement social aux Bâtiments de France. C’est un édifice remarquable, situé rue Philibert-Léon Couturier que l’OPAC Saône-et-Loire a mis en valeur. Dans ces deux bâtiments, dont l’un date du 18e siècle, huit logements ont été aménagés dont un duplex. L’ensemble de la rénovation, intérieure et extérieure, a été soumis à l’autorisation de l’architecte des bâtiments de France. Des éléments d’origine, tels que l’escalier intérieur a été conservé et restauré. La quincaillerie ancienne a été réutilisée. Des matériaux régionaux et des techniques traditionnelles ont été mis en œuvre pour la restauration des façades. Louhans – La gendarmerie transformée rue de La Charité. Une spectaculaire réhabilitation pour l’ancienne gendarmerie de Louhans, complètement restructurée en dix-neuf logements. Ces bâtiments dont l’OPAC Saône-et-Loire a fait l’acquisition en 2013, permettent de proposer des logements à proximité des commerces et du cœur de ville tout en favorisant la mixité générationnelle puisque deux ascenseurs desservent désormais la résidence. Inaugurée à l’automne 2016, cette réalisation pensée dans un souci d’accessibilité, répond aussi à l’une des priorités de l’OPAC en matière de réhabilitation : la maîtrise des charges locatives. 095

[close]

p. 10

© Vincent Fournier UNE OFFRE DIVERSIFIÉE_ Un prestataire hors pair pour les collectivités locales L’OPAC Saône-et-Loire propose une offre de prestations Aménagement et Assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) à destination de clients privés ou publics, afin de les accompagner dans leurs projets patrimoniaux et d’aménagement du territoire. L’aménagement est une activité historique de notre entreprise. Le A de OPAC y fait d’ailleurs référence, rappelle Gabriel Sellam, directeur du service Territoires et Aménagement. Nous menons des projets pour le patrimoine même de l’entreprise, et proposons aussi des prestations de maître d’œuvre aux collectivités pour la voirie, les réseaux, la création de lotissements… ». À cette activité, s’ajoute l’Assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) développée au sein de l’OPAC Saône-etLoire. « Cette prestation propose d’accompagner les maîtres d’ouvrage de Saône-et-Loire sur des projets d’aménagement, de construction, de restructuration du patrimoine. Cette assistance permet à nos clients, souvent des petites ou moyennes collectivités qui ne sont pas structurées pour des projets importants, de les mettre en œuvre et de les réaliser. » L’OPAC Saône-et-Loire a fait le choix de regrouper les activités Aménagement et AMO au sein du service Territoires et Aménagement. Ce service commercialise ses prestations auprès de clients privés ou publics. « Le projet porté doit être à Au centre hospitalier de La Clayette, l’OPAC a conduit une opération d’extension ainsi que des travaux de restructuration. vocation sociale, considéré d’intérêt public, pour que nous nous engagions : hôpital, mairie, maison de retraite… », explique Gabriel Sellam. Un nouvel axe de la stratégie de diversification de l’OPAC Saône-et-Loire en accord complet avec son cœur de métier et sa mission de service public : accompagner les collectivités locales dans leurs projets patrimoniaux et l’aménagement de territoire. Un EHPAD en 2020 En 2016, l’OPAC a réalisé vingt-cinq prestations d’Aménagement et une dizaine d’AMO. En fin d’année, l’OPAC Saône-et-Loire s’est vu également confier une mission AMO d’envergure : la construction d’un EHPAD départemental à Viré. Cette nouvelle unité de soins longue durée accueillera 120 lits et ouvrira ses portes en 2020. © Vincent Raymond TROIS QUESTIONS À GABRIEL SELLAM, DIRECTEUR DU SERVICE TERRITOIRES ET AMÉNAGEMENT _ Comment l’OPAC accompagne ses clients dans leurs projets de développement ? L’OPAC Saône-et-Loire est en capacité d’accompagner ses clients, via des études de faisabilité — stratégiques, financières et techniques — qui permettent de déterminer la pertinence et la faisabilité d’un projet, puis à travers des prestations de maîtrise d’œuvre. Nous pouvons donc prendre en charge un projet de A à Z, de l’étude des besoins jusqu’à la livraison des ouvrages. 10 Rapport d’activité 2016_

[close]

p. 11

Expertise et proximité, les atouts de l’OPAC TÉMOIGNAGE L’Hôpital Corsin Tramayes est le centre d’un ambitieux projet de restructuration partielle et d’extension. Conduite par l’OPAC, cette opération a démarré en 2011 et sera livrée en mars 2018. Rencontre avec Daniel Daviot, directeur de l’hôpital. Pour conduire ce projet, nous avions besoin d’un Assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO) qui nous accompagne dans les démarches administratives (appel d’offre, choix des entreprises, permis de construire…) et pendant les phases de travaux (gestion administrative et juridique, validation des situations des entreprises, réception des travaux…). L’OPAC a été retenu parmi les cinq candidats à l’appel d’offres car il répondait aux critères que nous nous étions donnés : expérience, prix de la prestation… Nous travaillons ensemble depuis 2011, nous avons construit un premier bâtiment et aujourd’hui nous démarrons le deuxième. C’est une collaboration Daniel Daviot, directeur de l’hôpital Corsin Tramayes situé dans l’arrondissement de Mâcon. permanente : l’OPAC est présent à toutes les réunions de chantiers et nous échangeons aussi avec les services internes. Nous sommes vraiment partenaires. La proximité géographique, même si elle ne faisait pas partie des critères de sélection, est incontestablement un atout en termes de gain de temps et de réactivité. Je suis tout à fait satisfait de notre collaboration, tant au niveau du rapport qualité/ prix que des bons rapports que nous entretenons avec notre interlocuteur direct et les différents services. Lorsque mes collègues me demandent à quel cabinet d’AMO je fais appel, je leur conseille très volontiers l’OPAC. » Pourquoi l’OPAC est-il légitime dans cet accompagnement ? L’OPAC est le premier investisseur au niveau départemental dans le secteur du BTP. Nous disposons de l’ensemble des ressources humaines et techniques pour assurer ces missions de maîtrise d’ouvrage ainsi que d’une expérience significative sur l’ensemble des projets de gestion patrimoniale de façon générale. « Nous gérons un volume important de projets complexes » Outre cette légitimité, quel est l’intérêt pour les communes de faire appel à vous ? L’expérience et la compétence de l’OPAC ne sont plus à démontrer. Nous gérons chaque année un volume important de projets complexes sur notre propre patrimoine. Nous apportons donc des solutions adaptées à la demande du client, quelle que soit la complexité technique, financière ou réglementaire. Traiter avec l’OPAC, c’est la garantie de voir aboutir son projet, car c’est une structure fiable et pérenne qui s’engage à mettre les moyens nécessaires. Par notre implantation sur le département, nous nous positionnons auprès de nos clients comme un partenaire qui est là aujourd’hui et qui le sera encore dans les prochaines décennies. Nous nous affirmons sur le marché de l’aménagement en mettant en avant nos compétences, notre présence locale et notre détermination. DR DR L’OPAC et Demeures de Saône, partenaires pour favoriser l’accession à la propriété Permettant déjà à ses locataires d’acquérir leur propre logement, l’OPAC développe un Édouard Corbet, directeur de Demeures de Saône. partenariat avec la coopérative immobilière Demeures de Saône qui propose des contrats d’accession sécurisée et maîtrisée à la propriété. Une nouvelle étape dans sa démarche de diversification qui s’est concrétisée par la construction d’une résidence de douze logements en 2016. Créée en 2015, Demeures de Saône est une structure autonome, née d’une initiative commune du Conseil départemental de Saône-et-Loire, de l’OPAC et de la Caisse d’Épargne Bourgogne FrancheComté. Sur l’ensemble du territoire, elle propose à la vente des appartements, des maisons individuelles ou des terrains. 100 % vente, 0 % locatif L’objet de Demeures de Saône est exclusivement d’encourager l’accession à la propriété. « Nous vendons des biens intégralement terminés, à l’intérieur comme à l’extérieur » affirme Édouard Corbet, directeur de Demeures de Saône. Par ces aménagements, les communes bénéficient d’un développement harmonieux, comme à Prissé, où une première résidence, construite en 2016, a été livrée en janvier 2017 et ses douze logements vendus. neuf » explique Édouard Corbet. Afin que cette démarche se concrétise en toute sérénité, Demeures de Saône leur propose deux types d’accession à la propriété : sécurisée et maîtrisée. La première s’adresse à toute personne ayant un revenu mensuel allant jusqu’à 2 188 € (3 741 €/mois pour une famille de quatre). Elle offre de nombreux avantages fiscaux : TVA réduite à 5,5 %, quinze ans d’exonération de taxe foncière… L’accession passe alors par une première phase locative avant de jouir pleinement du logement. L’accession maîtrisée est quant à elle une vente en l’état futur d’achèvement (VEFA), et concerne les personnes ayant un revenu mensuel, individuel, allant jusqu’à 2 661 € (5 160 € pour une famille de quatre). Accession sécurisée et maîtrisée Demeures de Saône s’adresse à une clientèle active : « Nos clients ont des revenus moyens et un projet de construction ou d’acquisition dans le www.demeuresdesaone.fr 03 85 327 327 contact@demeuresdesaone.fr 11

[close]

p. 12

UNE OFFRE DIVERSIFIÉE_ PARTENAIRE DU DÉPARTEMENT L’OPAC Saône-et-Loire est l’opérateur du Département en matière de logements des personnes âgées. Son expérience et son expertise lui permettent d’assurer la mise en place de réponses adaptées aux besoins ainsi qu’aux réalités locales. Avec sa nouvelle gamme dédiée au parcours des personnes vieillissantes, le bailleur social incarne pleinement l’orientation stratégique du Département dans le cadre du schéma autonomie et dépendance. L’OPAC Saône-et-Loire ouvrira sa première résidence services séniors à Charolles en 2018 dans la ZAC des Provins. L’OPAC nouvel acteur sur le marché des résidences séniors La population vieillit, l’OPAC Saône-et-Loire réagit ! Au plus près de son territoire et de ses enjeux, l’Office se positionne sur un concept en plein essor : la résidence services séniors. Une solution de logement destinée aux personnes âgées autonomes. C’est d’abord un constat, les locataires de l’OPAC vieillissent : 38 % d’entre eux ont plus de soixante ans. Un chiffre qui fait écho à la démographie du département. Selon l’INSEE, les sexagénaires et plus représentent 27 % de la population de Saône-et-Loire. S’appuyant sur cette observation, l’OPAC réalisait en 2014 une étude afin d’évaluer l’offre médico-sociale du territoire. « Il en est ressorti que le département était coupé en deux avec à l’ouest, une zone très rurale occupée par une population vieillissante qui ne se renouvelle pas et des équipements plutôt obsolètes. Et à l’est, une démographie stable voire positive, mais un déficit d’équipements », détaille Salvatore Iannuzzi, directeur du © Chambaud architectes Département Habitat Adapté et Services (DHAS). Fort de ce constat, l’OPAC décide alors d’amorcer un virage et de relever un challenge. Celui de proposer une gamme de logements permettant d’accompagner toutes les étapes depuis le maintien à domicile jusqu’à l’entrée dans une structure médicalisée de type EHPAD. 400 nouveaux logements L’OPAC souhaite accompagner ses clients tout au long de leur vie en leur proposant un parcours résidentiel qui repose sur un habitat alternatif, facilitant l’entraide et la solidarité mais également sur l’offre de services. En ce sens, l’office développe une gamme de trois types de logements adaptés aux différents âges de la vie : les résidences services séniors qui s’adressent aux personnes autonomes et fonctionnent sur le principe des résidences hôtelières ; les habitats groupés et les résidences autonomies qui sont des établissements médico-sociaux, destinés aux personnes âgées de 75 à 90 ans. Dans cette gamme diversifiée, la résidence services est incontestablement le produit phare. L’OPAC a pour projet d’en construire huit dans le département, ce qui représentera à terme quatre cents logements. La première, dont la pré-commercialisation est programmée cet été, verra le jour à Charolles en 2018. Trois autres ouvriront dès 2019 à Cluny, Montceaules-Mines et Chalon-sur-Saône. Ces résidences services séniors, à destination des retraités, proposent un panel de services à la carte sur le principe de la résidence hôtelière. Restaurant, aide aux courses, présence d’une hôtesse qui organise des animations ou la prise de rendez-vous pour les résidents… rien n’est laissé au hasard. Leur point fort, elles se situent à proximité d’un cœur de ville, dans un environnement qui allie cadre de vie convivial, confort et sécurisation et bénéficient d’espaces extérieurs agréables. Résidences autonomie Parallèlement à cette gamme de logements, l’OPAC est propriétaire et gestionnaire de quatre résidences autonomie, des 12 Rapport d’activité 2016_

[close]

p. 13

DR © Perche Bougeault architectes établissements médico-sociaux s’adressant aux personnes âgées de 75 à 90 ans. Habitat groupé L’OPAC pense également aux personnes âgées en secteur rural avec l’idée de proposer une offre d’habitat individuel permettant aux personnes âgées de vivre à proximité des services proposés par la collectivité locale. Résidence pour personnes en situation de handicap L’entreprise anticipe également les besoins en logements des personnes en situation de handicap avec l’Alma, une résidence pour personnes handicapées autonomes Au Creusot, les résidences autonomie La Couronne et Long Tom proposent des logements faciles à vivre associés à des activités et des services à la carte. située à Chalon-sur-Saône qui constitue une alternative au foyer. « Il manquerait six cents logements adaptés pour cette clientèle, c’est la raison pour laquelle l’OPAC réfléchit à son positionnement sur ce segment de marché », complète Salvatore Iannuzzi. TROIS QUESTIONS À SALVATORE IANNUZZI, DIRECTEUR DU DÉPARTEMENT HABITAT ADAPTÉ ET SERVICES _ Dans quel contexte cette orientation sur l’offre de logements pour personnes âgées a-t-elle été prise ? Elle s’inscrit dans un projet d’entreprise qui prend en compte des problématiques économiques : nous sommes en territoire détendu, nous sommes confrontés à de la vacance, nous devons donc diversifier notre stratégie. En janvier 2015, nous avons décidé de nous orienter sur le segment des personnes âgées et des personnes en situation de handicap. Nous avions déjà inscrit notre engagement sur ce segment en reprenant en gestion directe deux résidences autonomie au Creusot. Quelle est la stratégie de l’OPAC Saône-etLoire en se positionnant sur ce marché ? Le département compte près de 80 000 personnes de plus de 75 ans, sur 550 000 habitants. D’une part, il s’agit d’un marché économique naturel et d’autre part il y a « huit résidences services en Saône-et-Loire. » une question sociétale : comment prendre en compte le vieillissement et permettre le maintien à domicile ? L’OPAC est un opérateur public départemental, légitime pour se positionner sur ce marché et proposer une offre de logements et de services à un prix des plus abordables. Il faut savoir que la retraite moyenne dans le département oscille entre 1 300 et 1 600 euros par mois : notre objectif est donc de proposer une offre de logements et de services adaptée à ces ressources. Quels sont vos objectifs de développement ? Notre stratégie est de tisser un maillage territorial cohérent en proposant huit résidences services sur le département. Cette implantation géographique permettra de mutualiser les services proposés, condition nécessaire pour garder des coûts maîtrisés. Les années 2018 et 2019 seront deux années charnières car la plupart des projets vont sortir de terre. Une offre globale dédiée aux personnes âgées L’OPAC Saône-et-Loire loge neuf mille personnes de plus de soixante-cinq ans. Afin de répondre aux attentes de ce segment de population, l’Office propose une offre globale de logement adaptée à tous les âges du vieillissement. Outre sa gamme spécifique à Alban Vossion, directeur Innovation et Stratégie. destination des séniors (lire ci- contre), l’OPAC entreprend des améliorations dans les logements classiques de son parc et travaille à la mise en place d’un véritable plan d’accompagnement au vieillissement. Maintien à domicile En ce sens, un panel représentatif de six cents locataires, âgés de plus de soixante-cinq ans, a été sondé. « Il s’agissait d’obtenir une analyse de leurs besoins sur l’amélioration de leur confort, de leur environnement et des services que l’OPAC pourrait leur proposer », explique Alban Vossion, directeur Innovation et Stratégie. Les résultats de cette enquête viendront confirmer ou infirmer des solutions imaginées par l’OPAC et lui permettront de formaliser sa politique d’accompagnement au vieillissement. Dans le cadre de sa démarche volontariste, l’OPAC Saône-et-Loire mène des actions ciblées d’amélioration de ses logements. Ainsi, en 2016, deux cent vingt-six salles de bain ont été équipées de barres de douche et les toilettes réhaussées. Depuis 2013, ce sont 172 ascenseurs qui ont été installés, dont vingtsix en 2016. DR 13

[close]

p. 14

UNE QUALITÉ DE LOGEMENT_ © Vincent fournier À Cluny, l’OPAC Saône-et-Loire a réceptionné la construction de 20 logements BBC : Les Griottons. La démolition de près de 500 logements a été engagée en 2016. L’OPAC ajuste son parc aux besoins du marché Construction, réhabilitation et démolition, l’OPAC adapte la taille et la qualité de son parc immobilier. En proie à un territoire détendu, l’Office multiplie ses efforts avec une vision à long terme permettant de répondre aux nouveaux enjeux de territoire, aux besoins de sa population et aux réalités du marché. Si l’OPAC fait le pari d’une offre plus qualitative que quantitative, c’est pour contrer le taux de vacance de 6,9 %. Pour adapter son parc de 28 000 logements, l’Office s’engage largement dans la démolition et poursuit, dans le même temps, ses opérations de construction et de réhabilitation. « Tout le monde construit, tout le monde réhabilite, mais personne ne renouvelle son parc autant que l’OPAC Saône-et-Loire, explique Alban Vossion, directeur Innovation et Stratégie. C’est une caractéristique très spécifique à notre taille : nous sommes le plus gros office public de France en territoire détendu, sans rattachement à une grosse agglomération. » 4 000 logements en moins d’ici 2025 En effet, les objectifs de démolition sont ambitieux. Le Plan stratégique du patrimoine (PSP) prévoit une diminution du parc de 4 000 logements d’ici 2025 : près de 500 logements ont été concernés en 2016. Une accélération du plan de diminution dont le coût s’élève à 27 millions d’euros, soutenu par la Caisse des dépôts et consignations (6,5 millions d’euros) et la mutualisation HLM (4,5 millions d’euros). Par ailleurs, compte tenu que l’âge moyen du parc existant est de quarante ans et pour offrir un confort intact à ses locataires, l’OPAC entreprend des opérations de réhabilitation. En dix ans, 5 000 logements ont été concernés. « Ces réhabilitations consistent le plus souvent à réaliser des améliorations sur le plan de l’isolation thermique ainsi que des travaux dans les pièces humides pour réduire les charges. » détaille Alban Vossion, qui annonce 431 réhabilitations en 2016. 778 c’est le nombre de réhabilitations qui ont été engagées en 2016 14 Rapport d’activité 2016_

[close]

p. 15

DR © Jérôme Beg Le Parc Salengro à Montceau-les-Mines constitue l’une des opérations phares de réhabilitation conduite par l’OPAC Saône-et-Loire en 2016. Pour s’adapter aux nouveaux besoins et diversifier son offre, l’OPAC mène des opérations de constructions sur l’ensemble du département, suivant un ratio d’une construction pour quatre démolitions. En 2016, 179 logements ont été mis en service, notamment autour du mâconnais, dont une série de grands logements pour attirer une population issue de l’agglomération lyonnaise. Ces nouvelles constructions concernent aussi le développement du segment personnes âgées et handicapées à travers une gamme de résidences collectives. Au total, l’OPAC projette de construire près d’un millier de logements sur la période 2017-2020. Vers de nouveaux horizons À la recherche de relais de croissance dans des zones tendues, l’OPAC Saône-et-Loire développe son offre sur l’axe Mâcon-Lyon dans les principales villes dotées de gares. La croissance externe de l’entreprise vise aussi le territoire porteur de Lyon. Un projet de résidence étudiante, dont les bénéficiaires les plus naturels seraient les jeunes de Saôneet-Loire ayant des difficultés à se loger dans la capitale des Gaules, est à l’étude. COUP DE POUCE À LA DÉMOLITION : UNE PREMIÈRE EN FRANCE ! _ Lors du Congrès de l’Union sociale pour l’habitat (USH) à Nantes en septembre 2016, la Caisse des dépôts et consignations s’est engagée à soutenir financièrement les organismes HLM dans leur dynamique de démolition. Un financement de 5 000 € par logement démoli qui, ajouté à la part mutualisation HLM, porte à 8 500 € le montant des aides allouées par démolition (soit 40 % des 21 000 €, coût moyen d’une démolition). Une aide significative pour l’OPAC Saône-et-Loire qui prévoit la démolition de 4 000 logements d’ici 2020 pour un coût programmé de 38 M€. Préconisée par le « Manifeste des Territoires détendus… » signé par cinq associations régionales HLM (dont l’OPAC), cette dotation vient répondre à l’objectif de réduction du parc de logements des territoires détendus. Elle permettra de réduire la vacance et de restructurer l’offre d’habitat. Ce dispositif d’accompagnement des démolitions HLM en zones détendues est une première en France ! De quoi accélérer l’ambitieux projet mené par l’OPAC qui annonce 880 démolitions en 2017. LE SAVIEZ-VOUS ? 21 000 €, c’est le coût moyen d’une démolition. 15

[close]

Comments

no comments yet