Le chemin de l'info #5

 

Embed or link this publication

Description

Journal d'information de la communue nouvelle Faverges-Seythenex, décembre 2016

Popular Pages


p. 1

L’hiver est fini. Dès juin, La Sambuy vous donne rendez-vous pour une nouvelle saison d’été pleine de surprises ! Journal d’information de Faverges-Seythenex Commune nouvelle N°5 mars 2017 www.faverges-seythenex.fr DOSSIER La Sambuy Maison de santé : Découvrez le projet :Budget 2017 collège, maison de santé... des investissements d’avenir pour la ville

[close]

p. 2

N°5 - mars 2017 edito Maison de santé : Top départ ! Tous ceux qui sont attentifs à l’évolution des projets locaux auront bien noté que le 14 mars s’est déroulé à Faverges-Seythenex un moment important pour l’avenir de notre territoire. En effet, le promoteur choisi pour la construction de la maison de santé intercommunale – Bouygues Immobilier – a pu présenter aux habitants son projet d’aménagement global du secteur Gambetta. La question de la désertification médicale touche tous les territoires ruraux, périurbains et urbains sensibles de notre pays. Seuls les grands centres urbains sont encore préservés. Les médecins s’y concentrent et délaissent en partie le reste de nos villes et nos villages. Et alors même que la question de la santé est une question primordiale pour nous tous, plus encore avec le vieillissement de notre population, certains territoires, comme le nôtre, sont sous la menace de l’aggravation de la désertification médicale. Dans de telles situations, tout en respectant la liberté d’installation des médecins dans notre pays, il faut agir. Et pour agir, il faut se mettre en mouvement de manière claire en mobilisant les énergies de chacun, médecins comme collectivités locales. Dès 2013, la Communauté de communes, alors présidée par Sylviane Rey, a voulu mettre au cœur de son projet de territoire la question de l’offre de soins. Parallèlement, nous avons la chance d’avoir sur notre territoire des professionnels de santé investis qui ont souhaité accompagner le projet. C’est de cette convergence de vues, d’envies, de besoins et de responsabilités qu’a pu se développer le projet qui est aujourd’hui en phase opérationnelle. Plus de quinze médecins ou professionnels paramédicaux vont bientôt investir la nouvelle maison de santé intercommunale construite sous la direction de la commune de Faverges-Seythenex. Au-delà de la fierté que nous avons de voir ce projet capital se concrétiser bientôt, après des années de travail et de réflexion, nous devons aussi nous féliciter que le développement d’un projet urbain de qualité puisse changer de manière positive notre centre-bourg. C’est aussi cela l’attractivité du territoire que nous souhaitons. Une ville centre qui joue son rôle en matière de services à la population. Un territoire où l’on aime vivre, où l’on trouve du travail et où l’on peut se soigner, se divertir et se ressourcer. Ce projet y participe. Je suis fier en tant que maire d’y contribuer et de le porter pour qu’il aboutisse maintenant dans les meilleurs délais, grâce à la mobilisation de notre équipe municipale, des services municipaux et du promoteur. Marcel Cattaneo, Maire de Faverges-Seythenex, Vice-président de la Communauté de communes des Sources du lac d’Annecy 2 Commune nouvelle de Faverges-Seythenex Le chemin de l’info N°5 - Mars 2017 Directeur de la publication : Marcel Cattaneo. Rédacteur en chef : Philippe Serre. Conception, rédaction, photos : Service communication mairie, F. Leproust. Impression : Kalistene. Tirage : 4 200 exemplaires. Dépôt légal : mars 2017. Imprimé sur papier recyclé. Hommage Alain Milesi, conseiller municipal depuis 2014, est décédé le 22 mars 2017. Très impliqué dans le rapprochement franco-italien, Alain Milesi a été à l’initiative du Pacte d’amitié liant Faverges à Roncobello, petite cité italienne de la vallée bergamasque, pacte officiellement concrétisé en avril 2010. Il occupait les fonctions de président de l’association FARO qui fait vivre le Pacte d’amitié depuis sa création. Il était d’une extrême gentillesse, toujours disponible et souriant. L’ensemble du conseil municipal et du personnel communal s’associe à la peine de sa famille. sommaire 3 Rétro 4 DOSSIER Le budget 2017 10 Projets La maison de santé 12 Rétrospective 14 Hommages 16 Zoom sur... Nos conseillers départementaux 17 Actualités 18 Expression politique 20 A votre service La carte d’identité 21 Art de vivre Fleurissement et civisme 22 Patrimoine et travaux La chapelle des Combes, élagage et respect de la forêt 23 Services à l’enfance Inscriptions scolaires et modes de garde 24 Services municipaux La petite enfance

[close]

p. 3

Si la Carnaval de Faverges Seythenex a manqué de fortune et dû être annulé en raison d’une météo véritablement inamicale, la délégation de Faverges qui s’est rendue à la mi-février à Bühlertal, terreau des beaux carnavals allemands, a rencontré un vif succès. Les membres du Comité de jumelage Faverges-Bühlertal, revêtus de l’habit du ramo- neur savoyard, ont défilé dans les rues de notre ville jumelle. Au cours de la soirée réunissant toutes les troupes, les messieurs, emportés par l’ambiance, se sont livrés à un «French cancan» fort apprécié. Rétro N°5 - mars 2017 Echo du Carnaval - Voyage à Bühlertal Le groupe «Mairie qui rit» a fait sensation avec ses costumes bâtis à partir d’emballages de consommation alimentaire courante (briques de lait, canettes, sachets divers). Plusieurs mois de collecte et d’assemblage, pour un résultat éblouissant ! Pas moins de 1 307 canettes de boissons diverses et 102 heures de montage ont été nécessaires pour confectionner ce costume, qui, à titre indicatif, pèse 25 kg. Ch. Bailly 3

[close]

p. 4

DOSSIER - le budget 2017 Les enjeux du budget 2017 Malgré un contexte général complexe et la tendance aux baisses des dotations et subventions, la situation financière de la ville est bonne. 2017 sera même la première année où les dépenses de fonctionnement n’augmenteront pas, voire diminueront, grâce à une gestion raisonnée et les premières mesures de mutualisation*. Le budget 2017 se caractérise donc par une capacité d’investissement accrue, un contrôle sur les dépenses de fonctionnement, tout en préservant les missions de services publics, socle de l’action communale. * La mutualisation des services des différentes communes du Pays de Faverges est en marche. Elle permettra de mieux organiser le travail des nombreux agents qui oeuvrent sur le territoire, au sein de la Communauté de communes des sources du lac d’Annecy et des communes de Chevaline, Doussard, Faverges-Seythenex, Giez, Lathuile, Saint-Ferréol et Val de Chaise. Préserver les services publics Développer la ville Contenir l’endettement Sans augmenter les impôts Trois questions à Nelly Thelier, adjointe au maire de Faverges Seythenex, en charge des finances et des ressources humaines Comment s’est faite la préparation du budget cette année ? De manière sereine. La majorité municipale s’est préparée dès ce qu’on appelle le «débat d’orientation budgétaire», début février, à une stratégie pour les années qui viennent. Pour cela, nous avons fixé quatre grands engagements : - le maintien du service public, - l’aménagement et le développement du territoire, - le gel des taux d’imposition communaux, - et enfin une maîtrise globale de la dette sur le mandat. Ces objectifs ont-ils été remplis pour ce budget 2017 ? Oui, tout à fait ! Même s’il est évident que la situation est complexe pour les collectivités, nous sommes parvenus à boucler un budget important pour l’avenir de la ville. Il acte notamment l’accélération des grands projets de la ville, comme par exemple la maison de santé intercommunale. Et sans augmentation des impôts, bien sûr ! Quels sont les axes de maîtrise des dépenses pour cette année ? Trois me viennent instinctivement à l’esprit : - d’abord, la reprise en main de la gestion de La Sambuy qui permet de réduire d’un tiers l’apport de la ville à la station en faisant passer la subvention de 450 000 € à 300 000 €, - ensuite le début de la mutualisation intercommunale qui réduira dès 2017 nos charges de 35 000 €, - enfin, le non-remplacement de certains départs en retraite d’agents (pour 40 000 €) qui seront «compensés» par une révision des missions et une nouvelle organisation du travail, à une échelle que nous espérons intercommunale.

[close]

p. 5

BUDGET 2017 19,088 Me dont 7,166 Me d'investissement Soit près de trois fois plus qu’en 2016 0,682 Me de remboursement du capital des emprunts dont 9,875 Me de dépenses réelles de fonctionnement En baisse de 5% par rapport aux dépenses réelles de 2016 DOSSIER - le budget 2017 L’un des arguments majeurs en faveur de la fusion de communes était le maintien (et même la légère augmenta- tion) des dotations de l’Etat. Un an après la création de la commune nouvelle, cet argument est-il toujours vrai ? Evolution des dotations de l’Etat avec ou sans fusion En Ke En Ke 2 500 Faverges + Seythenex 2 000 AVEC la fusion Si Faverges et 1 500 Seythenex N’AVAIENT PAS fusionné 1 000 500 Année de la fusion 0 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Sans la fusion de commune, dès 2016, ce sont 240 000 € que les communes de Faverges et de Seythenex auraient perdus, soit à peu près 60% de leur épargne nette. Une situation qui aurait été tout à fait préoccupante et qui se serait encore aggravée en 2017 car, malgré un geste de l’Etat, les deux communes aurait encore perdu 120 000 €. Cette situation aurait probablement obligé les communes à prendre des mesures fortes en matière de baisse des dépenses ou de hausse des impôts. Grâce à la fusion et à la bonification versée par l’Etat, ce sont au final près de 2,5 millions d’euros que la commune nouvelle percevra de l’Etat au titre de la DGF* (avec les indications connues aujourd’hui) d’ici à la fin du mandat en 2020, en comparaison de ce que Faverges et Seythenex auraient touché si elles étaient restées autonomes. * Dotation Globale de Fonctionnement.

[close]

p. 6

DOSSIER - le budget 2017 On entend souvent parler de «politique foncière» sans parfois savoir de quoi on parle... et c’est souvent lorsque la majorité propose au conseil municipal l’achat de foncier que la confusion atteint son paroxysme. La politique foncière, c’est d’abord constituer un «stock» de terrains acquis par opportunité ou par négociation ciblée. Ces terrains doivent être situés à des endroits stratégiques et correspondre à une volonté d’aménagement à court terme, mais aussi à moyen et long terme. Pourquoi «maîtriser» les opérations d’aménagement et ne pas laisser seulement les propriétaires privés décider avec un promoteur de certains projets ? Pour garantir l’intérêt général de l’opération. Par exemple, l’installation d’une maison de santé aurait été très compliquée si les terrains n’avaient pas été publics. La collectivité n’aurait rien pu imposer ni contrôler, ni l’architecture ni l’insertion urbaine par exemple. De même, pour cette opération, il aurait été impossible d’imposer un nombre de logements accessibles aux personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie. Enfin, il aurait également été impossible d’imposer un prix d’achat réduit des logements pour permettre l’accès à la propriété des habitants ou encore plus de stationnements enterrés ou en surface que n’en prévoit la réglementation, alors que ces places sont nécessaires au quartier. Mais outre son intérêt pour développer la ville et garantir l’intérêt général, le foncier est aussi une richesse qui appartient à tous. Les achats créent parfois la polémique. Mais une bonne politique foncière, c’est acheter de manière opportune, comme vendre de la meilleure manière. Sur la mai- son de santé, là encore, les ventes de terrains permettent à la ville de réaliser une plus-value financière qu’elle réintègre pour bien aménager l’espace public et pour financer une partie des équipements public ou d’intérêt général. L’acquisition de la maison dite «Gaudin» a permis à la commune de développer et compléter le projet de maison de santé. Trois questions à Jean-Louis Merle, adjoint en charge de La Sambuy La saison d’hiver s’est terminée à La Sambuy. Quel bilan en tirezvous ? Ça a été une saison difficile qui se termine avec des recettes un peu supérieures à 200 000 € seulement, quand nous pouvons compter sur 300 000 € ou 350 000 € une bonne année. La faute à la météo bien sûr, principalement, avec des chutes de neige en novembre inutiles pour l’exploitation et un hiver relativement doux, mais aussi à des coupures électriques liées au réseau qui traverse la forêt et qui est régulièrement endommagé par les arbres et la neige. De ce point de vue, la ligne sera enfin enterrée pour l’hiver prochain. Nous allons ainsi régler une difficulté qui empoisonne la station depuis des décennies. Vous avez des objectifs de performance très importants. Compte tenu de ce bilan, vontils être tenus ? En effet, nous nous sommes engagés à réduire dès cette année d’un tiers la subven- tion d’équilibre de la ville (de 450 000 € à 300 000 €). Bien sûr, nous aurions préféré que la saison d’hiver soit meilleure. Mais elle n’est pas non plus catastrophique. Nous savons également que la saison d’été est beaucoup moins météo-dépendante. Nous allons donc mettre le paquet là-dessus maintenant en proposant de nouvelles activités de loisirs et de plein air pour un site de La Sambuy qui sera de plus en plus attractif et jouera son rôle touristique mais aussi plus largement économique au sein du territoire. Je rappelle que chaque année, entre les

[close]

p. 7

DOSSIER - le budget 2017 A Un fonctionnement raisonné partir de 201 7 En 2017, les dépenses de fonctionnement, correspondant principalement aux charges de personnel, seront stables, voire même diminueront. Comment est-possible, sans que cela porte préjudice à la qualité des services publics ? Grâce à une gestion rigoureuse des services, des heures supplémentaires... Avec le non-renouvellement de certains postes, après départ en retraite, lorsque la configuration du service ne l’impose plus. commerçants, les prestataires et les salariés, ce sont plus de 50 personnes du territoire, et autant de foyers, qui vivent pour tout ou partie du site. Comment voyez-vous l’avenir ? les équipes de permanents et de saisonniers ont donné le meilleur d’eux-mêmes cette saison, avec un très grand professionnalisme et une très grande rigueur pour l’usage de l’argent public. Je suis plus que jamais confiant pour l’avenir de La Sambuy. Et je le dis d’autant plus sereinement que je tiens à souligner que la nouvelle direction à la tête du site, à La Sambuy comme à la mairie, a pris la pleine mesure des enjeux. C’est ainsi que Avec le début de la mutualisation des services, entre toutes les communes du Pays de Faverges et de la CCSLA*. La première mise en oeuvre intervient le 1er avril 2017 : le directeur général des services de la ville de Faverges-Seythenex et de la CCSLA est une seule et même personne, partageant son temps et travaillant à mi-temps pour l’une et l’autre structure. Les débuts de la mutualisation Un seul directeur général pour la mairie et la CCSLA* FavergMeasi-rSieedyethenex CCSLA * * Communauté de communes des sources du lac d’Annecy.

[close]

p. 8

DOSSIER - le budget 2017 Les principaux investissements en 2016 Les investissements en 2017 Route des Grottes Chalets du Val de Tamié Construction de trois chalets d’hébergement de loisirs dont un adapté aux personnes à mobilité réduite. Surface habitable : 50 à 60 m2, chalets de plain-pied de style montagnard, destinés à élargir l’offre touristique. Début des travaux : après la saison d’été. Coût estimatif : 487 472 e (hors frais d’étude et de maîtrise d’oeuvre). Subventions : Plan tourisme du Conseil départemental : 163 803 e. FDDT / Conseil départemental : 20 000 e. D’autres subventions ont été demandées auprès de l‘Etat et de la région. Rue de la Failleuche Stade Carquex Réfection complète de la piste et des équipements permettant la pratique de l’athlétisme. Réfection des aires de saut en hauteur et en longueur. Mise en place d’un éclairage, installation profitant aux élèves du collège, aux membres de l’Espérance favergienne et à Foot Sud 74. Coût prévisionnel : 925 000 e. Les travaux seront réalisés cet été. Sur 3 ans... La maison de santé intercommunale Début des travaux mars 2018. La halle couverte Phase de concours en 2017, travaux en 2018. Captage du Plan du Tour 8 La mise en place de la vidéoprotection Fin 2017 - 2018 et 2019.

[close]

p. 9

DOSSIER - le budget 2017 Route de Favergettes Accès au collège : Moins de nuisances, plus de sécurité Entrée du collège Création d’une voie pour les bus scolaires Gymnase Cheminement piéton pour les élèves Aménagement d’un rond-point Carrefour market Route d’Alnnecy Route de Favergettes : élargissement de trottoir Bureau d’études ETEC Enjeux : la sécurité des accès au collège Jean Lachenal. Début des travaux en avril 2017. Lors du conseil municipal du 20 décembre 2016, tous les groupes politiques, majorité et opposition, ont souligné que les problèmes d’accès au collège sont récurrents depuis des années. Le conseil a d’ailleurs validé l’opportunité de ce projet à l’unanimité. La commune s’engage donc cette année dans un aménagement complet des accès au collège, avec l’aide du Conseil départemental. Financement : Ville de FavergesSeythenex : 730 000 € Subvention Conseil départemental : 470 000 €. En 2017, 1,2 million d’euros seront affectés à la sécurisation des accès au collège Jean Lachenal. Pour alléger le trafic sur la route de Favergettes, désengorger le parking du collège et améliorer les déplacements à pied des collégiens, la commune va créer une nouvelle voie d’accès au collège, réservée aux bus de transport scolaires. Cette voie sera aménagée sur l’arrière de Carrefour market, avec réalisation d’un rond-point sur la route d’Annecy. Ainsi, avec un accès réservé et une aire de dépose et de retournement sécurisées, les déplacements des bus se feront dans de meilleures conditions et les nuisances seront limitées au maximum. Parallèlement, des aménagements de sécurisation piéton-cycle sur l’ensemble des abords permettront aux élèves de circuler en toute sécurité aux abords des voiries, notamment sur la route de Favergettes. Le département de la Haute-Savoie, convaincu de la pertinence de ces aménagements, a acté une subvention de 470 000 € pour un coût total estimé par la commune à 1 200 000 €. Les travaux auront lieu entre avril et août 2017. 9

[close]

p. 10

N°5 - mars 2017 Vers Le Genevois Grand projet Rue Jean Cochet Bâtiment C Bâtiment A Rue Gambetta Vers la route d’Albertville Bâtiment B L’école de musique Plongée sur l’îlot Gambetta comme si nous étions dans le parc Berger, au-dessus de la crèche (ou multi-accueil). Maison de santé Place de Bühlertal Multi-accueil Bouygues Immobilier - Dejongarchitectes Le promoteur choisi présente les plans de la future maison de santé intercommunale C’était un souci des élus de Faverges-Seythenex et de la CCSLA* que de présenter très vite au public le projet et le promoteur choisis pour la réalisation de la maison de santé intercommunale. Un comité de pilotage s’est prononcé le 7 mars dernier en faveur du groupe Bouygues Immobilier, parmi trois candidats. Une semaine plus tard, une réunion d’information a permis de présenter au public les plans et la physionomie de la maison de santé intercommunale. Calendrier prévisionnel Un calendrier de travaux a été également dévoilé. Il prévoit : - une phase de préparation des actes notariés et du permis de construire, - le dépôt du permis de construire avant la fin mai 2017, - l’obtention du permis de construire à l’été 2017, - la période de consultation des entreprises d’octobre 2017 à janvier 2018, - le début des travaux en mars 2018, - la livraison de la maison de santé intercommunale à la fin du premier trimestre 2019. * Communauté de communes des Sources du lac d’Annecy. 10 La réunion publique a rassemblé quelque 200 personnes du Pays de Faverges, impatientes de découvrir le projet plus en détails.

[close]

p. 11

La maison de santé 630 m2 - rez-de-chaussée 4 à 6 médecins généralistes Sage-femme Diététicienne Ophtalmologues Kinésithérapeute Neurologue Le Relais Assistantes Maternelles 180 m2 - rez-de-chaussée Et le cabinet de radiologie ? 200 m2 sont prévus en rez-dechaussée. Les radiologues souhaitent acheter et les discussions sont en cours avec les promoteurs. Grand projet N°5 - mars 2017 Les avantages du projet présenté par Bouygues Immobilier Un véritable effort sur la réactivité et donc le calendrier de travaux, ainsi que sur les conditions suspensives pour commencer le chantier. Un nombre de places souterraines très important (73) qui permettra de reporter la majeure partie des véhicules en souterrain et de ne pas encombrer le stationnement public réservé aux visiteurs, aux riverains et aux usagers des services publics ou d’intérêt général. Un nombre de logements important (plus de 40), ce qui permet de faire baisser le prix de vente du m2 et de rendre ces logements accessibles au plus grand nombre (le m2 devrait se vendre en moyenne entre 2 800 € et 2 900 € TTC par m2). La prise en compte de la demande de la commune de construire des logements accessibles aux personnes à mobilité réduite ou en perte d’autonomie ainsi qu’un travail important sur la domotique des logements pour les rendre les plus fonctionnels possibles. Un engagement d’aller au-delà de la réglementation énergétique imposée, pour avoir des logements les plus économes possibles. Un projet architectural et d’insertion urbaine parfaitement adapté au centre-ville de Faverges-Seythenex, sobre et élégant. Un aménagement général de l’ensemble des espaces publics qui permettra l’intégration de nombreuses places de stationnements publics (50), apaisera la circulation et laissera une grande part aux piétons-cycles. Une recette foncière pour la commune à un niveau intéressant et qui permet de financer une partie des locaux destinés aux services publics ou d’intérêt général. L’école de musique Accès au parking souterrain Rue Victor Hugo Place Gambetta Vue aérienne sur la place Gambetta et l’îlot Gambetta. L’arbre centenaire est conservé, des parkings extérieurs aménagés, d’autres réalisés en souterrain (entrée par la rue Jean Cochet). Bouygues Immobilier - Dejongarchitectes 11

[close]

p. 12

LA RÉTROSPECTIVE - en images Bravo aux bénévoles et sportifs méritants ! Ils donnent de leur temps, s’investissent dans leur passion ou leur idéal, font du sport loisirs et de la compétition… Les bénévoles et sportifs de Faverges-Seythenex ont été mis à l’honneur le 3 mars dernier. 12

[close]

p. 13

LA RÉTROSPECTIVE - en images La Sambuy Événement phare de la saison d’hiver depuis trois ans, «La Sambuy Vintage» remet au goût du jour les combis fluos, les fuseaux et les skis droits. Bonne humeur garantie au cours de cette journée placée sous le signe des années 60 à 80. Le mois du Japon «D’un pays à l’autre», la thématique présentée en janvier et consacrée au Japon a conquis les visiteurs de la médiathèque. Porté par les bibliothécaires, cet événement a réuni plusieurs acteurs de la vie locale avec Kayoko Nagano* pour les cours de calligraphie, d’origami et de langue, Christophe et Angélique Novel** pour l’exposition et les cours de dessin manga, des associations sportives pour les démonstrations d’arts martiaux. Le public a pu découvrir et s’approprier les traditions nippones avec les contes, l’arbre à vœux et les cérémonies du thé menées par Jean-Christophe Godin. * L’école de japonais ** Le koala bleu Christian Bailly Un très beau concert A l’initiative du comité de jumelage, avec l’aide de l’école de musique et de la commune de Faverges-Seythenex, ce sont deux chœurs prestigieux, l’un allemand, l’autre israélien, qui se sont produits en l’église de Faverges le 28 janvier dernier. 75 choristes, trois chefs de chœurs, Barbara Baier, Yael Wagner et Isaak Tavior, de très beaux moments de partage et de musique. 13

[close]

p. 14

N°5 - mars 2017 Devoir de mémoire DR Une souscription lancée par les Amis de Viuz-Faverges Grand mémorial du Pays de Faverges Depuis trois ans, un travail important de recherche concernant les Poilus de 1914-1918 des dix communes de l’ancien canton de Faverges a été entrepris par une équipe des Amis de Viuz-Faverges composée de huit coauteurs. Ce travail va donner lieu à l’édition d’un ouvrage de mémoire et d’hommage à nos aïeux de 640 pages en quadrichromie. Ce ne sera pas une histoire de la guerre, mais 3164 histoires individuelles, parmi lesquelles celles des 1888 mobilisés et 335 morts pour la France, enrichies de plus de 300 illustrations. Vous y trouverez aussi des encarts thématiques sur l’hôpital militaire belge du château ou sur les réfugiés des Vosges, par exemple. Jusqu’au 31 mai 2017, vous pouvez bénéficier du prix de souscription de 38 € (au lieu de 46 €). Hommages La musique et l’accordéon. Toute tentative pour parler de Dominique Lino Bonato ne pourrait commencer sans ces deux mots, tant la vie de ce Favergien s’est construite autour de la musique. Né en 1939 dans une famille originaire d’Italie où grands-parents, oncles, cousins, tout le monde vivait au son d’un instrument, Lino a de tout temps joué. En petite formation au tout début pour animer des mariages ou aider la chorale paroissiale… Puis donnant des bals dans toutes les vallées, transmettant son savoir et son expérience auprès de nombreux jeunes. Il était doué, toujours prêt à rendre service et à apporter la gaieté autour de lui, grâce à son piano à bretelle, que ce soit dans les rassemblements, les réunions d’amis, de famille, en public… Membre des Anciens d’AFN, Lino avait construit sa vie à Faverges, auprès de sa famille, sa femme et ses trois enfants, suivant une carrière professionnelle qui l’avait conduit au tout début «à la soierie», puis chez Dupont et Stäubli. Photo prise par le sous-lieutenant Duchêne, de Saint-Ferréol, Mort pour la France (archives Emanuelli-Jorcin, AVF) Renseignements : Amis de Viuz-Faverges, Musée Archéologique, 855 route de Viuz, 74210 FAVERGES-SEYTHENEX. Tél. 04 50 32 45 99. Email : musee-de-viuz@orange.fr 14 En 2009, il avait créé un rendez-vous très apprécié, les «petits bals de Lino». Instaurant en plein centre-ville un moment de fête et de joyeuses retrouvailles au son de l’accordéon, Lino avait animé ces («ses») petits bals pendant de longues années, puis il s’était attaché à les faire perdurer en invitant ses amis accordéonistes à prendre le relais, lorsqu’il avait choisi de se retirer de la scène. Lino Bonato est décédé le 17 février 2017. Il avait 77 ans. Elle a marqué de sa longue et fière présence une maison, «Le manoir du Baron Blanc» où elle a vécu et s’est illustrée comme restauratrice et hôtelière. Son caractère ferme et décidé, son intérêt sans cesse renouvelé pour sa ville en faisaient une figure incontournable de la cité. La vie de Jeannette Falcy s’est articulée autour de sa passion pour la cuisine, lui permettant de faire des merveilles au «Manoir du Baron Blanc». Cuisinière fine et inventive, formée auprès de sa mère qui avait fondé l’hôtel-restaurant en 1950, elle a développé l’établissement, lui assurant une belle réputation au-delà du Pays de Faverges. En parallèle, investie de longues années comme présidente de l’association des hôteliers et cafetiers du Pays de Faverges, elle était également active au sein de la Fagith, Fédération autonome générale de l’industrie touristique et de l’hôtellerie, soucieuse de la défense de la profession et de la reconnaissance du rôle des femmes. Ses proches la décrivent comme une femme très bonne, le cœur sur la main, aux idées bien précises, voire tranchantes. Une travailleuse, une cuisinière talentueuse. Une amie sur laquelle on était sûr de pouvoir compter. Jeannette Falcy s’est éteinte le 14 janvier dernier, à 74 ans.

[close]

p. 15

Histoire de la musique de Faverges 1845-2016 L’association d’histoire et patrimoine des sources du lac d’Annecy vient d’éditer un livre, «La Musique à Faverges». Si l’on se réfère au drapeau actuel de l’Harmonie municipale, sans nul doute la plus ancienne association de la commune, c’est en 1895 que cette formation de musique aurait vu le jour. De nombreuses heures de travail et de recherches dans les différents lieux d’archives ont permis de révéler que cette formation était bien plus ancienne, remontant bien avant l’annexion de 1860. Phalange vivante d’un groupe de mélomanes avertis, elle animait déjà bien avant 1845 chaque instant de la vie locale, toujours présente lors de l’élection du nouveau syndic ou du maire, de la venue du député, de l’inauguration de l’hôtel de ville ou des grottes de Seythenex... et également pour de simples concerts d’animation dominicale. Vous souhaitez vous procurer ce livre décrivant la transformation de la fanfare en harmonie municipale ? Contact au 09 51 70 80 06 ou salle 101 de la Maison des associations les mercredis et samedis de 15h à 17h. Devoir de mémoire N°5 - mars 2017 Hommage Marcel Andrevon, maire de Seythenex durant de nombreuses années... DR Le 7 février dernier, Marcel Andrevon nous a brusquement quittés dans sa 86e année, après une courte hospitalisation consécutive à une mauvaise chute. C’est un personnage important de Seythenex qui s’en est allé, discrètement, sans bruit, vers d’autres horizons. Dès l’année 1959, Marcel Andrevon s’est investi dans la vie publique de sa commune en tant que conseiller municipal, puis adjoint au maire. Elu maire en 1965, il a assuré cette fonction jusqu’en juin 1995, soit durant cinq mandats consécutifs. Au cours de ces 30 années, aidé et soutenu par les diverses municipalités en place, d’importants projets ont été menés à terme. Nous rappellerons ici que, dès 1960, était créée la station de ski de La Sambuy. Au milieu des années 1980, Marcel Andrevon et son conseil municipal s’engageaient avec le «Contrat Station Vallée» ayant pour objectif le développement du tourisme de loisirs à Seythenex. Au cours des années suivantes, ont été réalisés : - l’aménagement d’un nouveau bâtiment d’accueil au pied des pistes de ski à La Sambuy, - l’agrandissement de l’actuel parking, - l’élargissement de la route communale d’accès à la station, mise au gabarit d’une route départementale, - l’aménagement du ski facile au pied du télésiège (création du téleski des Ecureuils), - la création du téleski de Praz Rupt, - En 1989/1990, le changement du télésiège deux places par un nouveau télésiège débrayable à quatre places. Parallèlement, toujours sous l’égide de M. Andrevon, la commune s’est également attelée au développement de la pratique du ski de fond par la construction d’un bâtiment d’accueil au hameau des Combes, élargi ensuite par la création d’une aire naturelle de camping. De nombreuses autres actions et réalisations sont à porter au crédit des mandatures de M. Andrevon, telles : - la construction du foyer rural au chef-lieu, - l’aménagement, afin de sauvegarder le pastoralisme sur la commune, des trois principaux alpages par la réfection des chalets d’exploitation, l’amélioration de la piste d’accès au Lô, la réalisation de l’adduction d’eau à la Bouchasse... - la réfection des trois captages d’eau communaux (Le Plan du Tour, les Combes, Tamié). Et puis, nous rappellerons également qu’il a été à l’initiative de la relance du Ski-Club de la Belle Etoile, association importante ayant œuvré de nombreuses années, avec la municipalité, à l’organisation de la Fête au village du 15 août. Cette énumération n’est que la face restée visible du travail important fourni par M. Andrevon et ses conseils municipaux durant de longues années. Car, à cela, il y aurait lieu de rappeler toutes les décisions prises, chaque jour, pour la bonne gestion d’une petite collectivité. Face à cette lourde tâche, M. Andrevon se montrait pugnace et volontaire. Présent chaque jour en mairie, il ne ménageait pas son temps et sa disponibilité pour aboutir à la meilleure solution à adopter face aux problèmes rencontrés. Cet hommage nous permet ainsi de saluer sa capacité d’action et de réalisation durant toutes ces années, son engagement et sa droiture, ses réussites incontestables. Que toute sa famille trouve, au travers de ces lignes, l’expression d’une sincère reconnaissance. Jacky Guénan, maire délégué de Seythenex 15

[close]

Comments

no comments yet