Déviation Pont-Neuf - Etude impact qualité de l'air et de la santé

 

Embed or link this publication

Description

Etude d'impact sur la qualité de l'air et de la santé commandée par la DREL en vue d'imposer son projet d'ouvrir le tunnel de Saint-Béat avant même que la jonction avec le pont d'Arlos ne soit réalisée.

Popular Pages


p. 1

DÉVIATION DE LA RN 125 À SAINT-BÉAT Etu d e d e l'im p a c t s u r la q u a lité d e l'a ir e t la s a n té Ve rs io n 3

[close]

p. 2



[close]

p. 3

Déviation de la RN125 à Saint Béat IDENTIFICATION ET RÉVISION DU DOCUMENT IDENTIFICATION DU DOCUMENT Projet Déviation de la RN 125 à Saint-Béat Maître d’Ouvrage DREAL Midi-Pyrénées Document Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé Version Version 3 Date 14/09/2016 RÉVIS ION DU DOCUMENT Version 3 Date 14/09/16 Rédacteur(s) L. DUCROS Qualité du rédacteur(s) Chargé d’études Contrôle G. DEIBER Identification et révision du document Modifications Version 3 - 14/09/2016 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé DREAL Mid i-P yré n é e s Page 1 / 17

[close]

p. 4

SOMMAIRE 1. CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE .......................................................3 1.1. Ob je t .......................................................................................................................... 3 1.2. Mé th o d o lo g ie ............................................................................................................ 3 2. DONNÉES DE TRAFICS ET RÉSEAU ROUTIER......................................4 2.1. Do n n é e s d e tra fic s né c e s s a ire s .............................................................................. 4 2.2. Ré s e a u ro u tie r .......................................................................................................... 4 2.3. Do n n é e s d e tra fic ..................................................................................................... 4 2.4. Kilo m é tra g e pa rc o u ru .............................................................................................. 5 3. ÉVALUATION DE L’IMPACT DE LA DÉVIATION SUR LA QUALITÉ DE L’AIR ..6 3.1. Mé th o d o lo g ie ............................................................................................................ 6 3.1.1. Évaluation des émissions routières ................................................................................ 6 3.1.2. Évaluation des teneurs en polluants............................................................................... 6 3.2. Éva lu a tio n d e l’im p a c t d u p ro je t s u r la q u a lité d e l’a ir .......................................... 8 3.2.1. Bilan des émissions routières sur le domaine d’étude .................................................... 8 3.2.2. Évaluation des teneurs dans l’air ambiant ...................................................................... 9 4. ÉVALUATION DE L’IMPACT DE LA DÉVIATION SUR LA SANTÉ DES POPULATIONS RIVERAINES .................................................................12 4.1. Dé te rm in a tio n d e s re la tio n s d o s e -re p o ns e .......................................................... 12 4.2. Eva lu a tio n d e l’e xp o s itio n d e s p o p u la tio n s ......................................................... 12 4.3. Ca ra c té ris tio n d e s ris q u e s s a n ita ire s ................................................................... 13 4.3.1. Polluants à effets à seuil .............................................................................................. 13 4.3.2. Polluants à effets sans seuil ......................................................................................... 14 5. CONCLUSION ............................................................................16 TABLES DES ILLUSTRATIONS FIGURES Figure 1 : Réseau routier retenu.......................................................................................................... 4 Figure 2 : Évolution des émissions par tronçon et par polluant............................................................ 8 Figure 3 : Localisation des points récepteurs .................................................................................... 10 Figure 4 : Solution avec déviation – Teneurs en dioxyde d’azote ...................................................... 11 Figure 5 : Solution sans déviation – Teneurs en dioxyde d’azote ...................................................... 11 TABLEAUX Tableau 1 : Données de trafics avec et sans la déviation .................................................................... 4 Tableau 2 : Kilométrage parcouru (en veh.km) pour les deux scénarios étudiés ................................. 5 Tableau 3 : Principaux paramètres pour la dispersion atmosphérique (ADMS Roads) ........................ 8 Tableau 4 : Bilan des émissions routières ........................................................................................... 8 Tableau 5 : Teneurs moyennes et maximales dans la bande d’étude ................................................. 9 Tableau 6 : Teneurs au droit des établissements scolaires et des infrastructures sportives ................ 9 Tableau 7 : Teneurs au droit des habitations proches ......................................................................... 9 Tableau 8 : Critères nationaux de la qualité de l’air ........................................................................... 10 Tableau 9 : Comparaison aux normes............................................................................................... 10 Tableau 10 : Valeurs Guide pour une exposition chronique par inhalation ........................................ 12 Tableau 11 : ERU pour une exposition chronique par inhalation pour des effets sans seuil .............. 12 Tableau 12 : VTR pour une exposition chronique par inhalation pour des effets à seuil .................... 12 Tableau 13 : Comparaison des concentrations inhalées pour le dioxyde d’azote et les particules avec les valeurs guide de l’OMS – établissements scolaires et infrastructures sportives ........................... 13 Tableau 14 : Comparaison des concentrations inhalées pour le dioxyde d’azote et les particules avec les valeurs guide de l’OMS – habitations les plus proches ................................................................ 13 Tableau 15 : Quotient de danger - – établissements scolaires et infrastructures sportives ................ 14 Tableau 16 : Quotient de danger - habitations les plus proches ........................................................ 14 Tableau 17 : Excès de Risque Individuel - établissements scolaires et infrastructures sportives ....... 14 Tableau 18 : Excès de Risque Individuel - habitations les plus proches ............................................ 15 DREAL Mid i-P yré n é e s Page 2 / 17 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé Version 3 - 14/09/2016

[close]

p. 5

Déviation de la RN 125 à Saint-Béat 1. CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE 1.1. OBJ ET Le présent document a pour objet d’évaluer l’impact sur la qualité de l’air et la santé du report provisoire de trafic lié aux travaux du tunnel, en particulier au droit du groupe scolaire et du collège, demandé par la DREAL Midi-Pyrénées. Ce projet, localisé en région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, en Haute-Garonne (31), au sud de Saint-Gaudens, concerne la déviation du bourg de Saint-Béat par la RN 125 et plus particulièrement la phase transitoire de déviation d’une partie du trafic routier. 1.2. MÉTHODOLOGIE Dans le cadre de cette étude, suite aux données transmises par la DREAL, l’étude air et santé concerne trois tronçons de la RN 125 et de la RD 44. Deux scénarios sont étudiés pour l’année 2016, avec et sans la déviation. L’impact du report de trafic sur la qualité de l’air et la santé des populations riveraines est évalué selon la méthodologie suivante1 : 1. Estimation des émissions polluantes liées au trafic routier sur les tronçons étudiés, sur la base des données de trafic fournies par la DREAL, 2. Estimation des concentrations en polluants dans l’air, au droit des riverains et du groupe scolaire, 3. Comparaison des concentrations dans l’air aux normes en vigueur (pour les polluants réglementés) et aux Valeurs Toxicologiques de Référence pour une exposition chronique des populations. 1 La méthodologie proposée s’inspire de la circulaire du 25 février 2005 relative aux volets air et santé des études d’impact des infrastructures routières et de sa note méthodologique Version 3 - 14/09/2016 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé 1 - Contexte et méthodologie DREAL Mid i-P yré n é e s Page 3 / 17

[close]

p. 6

2. DONNÉES DE TRAFICS ET RÉSEAU ROUTIER 2.1. DONNÉES DE TRAFICS NÉCES S AIRES Afin de réaliser les bilans des émissions et la modélisation de la qualité de l’air dans le domaine d’étude, il est nécessaire de connaître, a minima, pour chaque tronçon du réseau routier retenu : • Le TMJA (Trafic Moyen Journalier Annuel) ; • Le pourcentage de poids lourds (ou le nombre de poids lourds) ; • La vitesse en charge par type de véhicule (ou à défaut la vitesse réglementaire) ; • La longueur. Les données de trafics nous ont été transmises par la DREAL le 8 mars 2016. Ils sont issus des résultats des comptages réalisés par ALYCESOFRECO du 9 juillet au 28 juillet 2015. 2.2. RÉS EAU ROUTIER Le réseau routier étudié comprend 4 routes sur la commune de Saint-Béat, à savoir : • La RN 125 au sud du pont de la RD 44 sur la Garonne ; • La RN 125 au nord de ce pont ; • La RD 44 à partir de la RN 125 en direction de Boutx ; • Le nouveau tracé de la RN 125 (accès sud du tunnel et tunnel). Ce réseau est présenté sur la Figure 1. Il se compose ainsi de 5 tronçons pour un linéaire de 2,6 km. 2.3. DONNÉES DE TRAFIC Pour chacun des 5 tronçons du réseau routier et pour chacun des 2 horizons d’étude, les données de trafics transmises, correspondent aux : • Trafic Moyen Journalier Annuel (TMJA) tout véhicule ; • Trafic Moyen Journalier Annuel (TMJA) PL en distinguant les PL dont la longueur est inférieure à 4,5 m et ceux dont la longueur excède 4,5 m. En l’absence de données de vitesse fournies, nous choisissons d’utiliser les vitesses réglementaires dans le cadre de cette étude. L’ensemble des données de trafic est détaillé par tronçon dans le Tableau 1. Nom RN 125 Tronçon Nord RN 125 Tronçon Sud RD 44 RN 125 Accès tunnel RN 125 tunnel Longueur km 0.380 0.355 0.627 0.270 1.000 Vitesse km/h 50 50 50 70 70 Sans déviation VL PL 5 344 558 5 344 558 1 181 68 Avec déviation VL PL 3 750 5 344 558 2 775 626 1 594 558 1 594 558 Ta b le a u 1 : Do n n é e s de trafic s a ve c e t s a n s la d é via tio n Fig u re 1 : Ré s e a u ro u tie r rete n u DREAL Mid i-P yré n é e s Page 4 / 17 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé Version 3 - 14/09/2016

[close]

p. 7

Déviation de la RN 125 à Saint-Béat 2.4. KILOMÉTRAGE P ARCOURU Le détail des kilométrages parcourus est présenté dans le Tableau 3. Il convient de noter que le kilométrage parcouru des PL ne concerne que les 5 tronçons étudiés. Sur la base de ces trafics, le kilométrage parcouru2 augmente globalement de 64 % entre la solution sans déviation et la solution avec déviation. Cette valeur moyenne masque des disparités notables : • Augmentation plus importante du kilométrage parcouru des PL (+187 %) que des VL (+52 %) ; • Diminution importante du kilométrage parcouru sur le tronçon Nord de la RN 125 (-36 % dont la disparition totale des PL) ; • Aucune variation du kilométrage parcouru pour le tronçon Sud de la RN 125 ; • Forte augmentation du kilométrage parcouru pour la RD 44 (+172 %) en particulier pour les PL dont le kilométrage parcouru est multiplié par 9,1 ; • Augmentation du kilométrage parcouru de la solution avec déviation du fait de la réalisation du tunnel et de son accès qui représente ⅓ du kilométrage parcouru. Nom RN 125 Tronçon Nord RN 125 Tronçon Sud RD 44 RN 125 Accès tunnel RN 125 tunnel Total VL 2 031 1 897 740 Sans déviation PL 212 198 43 Total 2 243 2 095 783 4 668 453 5 121 VL 1 425 1 897 1 740 430 1 594 7 086 Avec déviation PL 198 393 151 558 1 299 Total 1 425 2 095 2 132 581 2 152 8 386 VL -30% 0% 135% Évolution PL -100% 0% 821% 52% 187% Ta b le a u 2 : Kilom é tra ge p a rc o u ru (e n ve h .km ) p o u r le s d e u x s c é n a rio s é tu dié s Total -36% 0% 172% 64% 2Le kilométrage parcouru correspond, pour un tronçon donné, au produit du trafic (TMJA) et de la distance parcourue. Version 3 - 14/09/2016 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé 2 - Données de Trafics et réseau routier DREAL Mid i-P yré n é e s Page 5 / 17

[close]

p. 8

3. ÉVALUATION DE L’IMPACT DE LA DÉVIATION SUR LA QUALITÉ DE L’AIR 3.1. MÉTHODOLOGIE 3.1.1. ÉVALUATION DES ÉMISSIONS ROUTIÈRES Les émissions routières ont été évaluées selon la méthodologie COPERT (COmputer Programme to Calculate Emissions from Road Transport), développée pour l’Agence Européenne de l’Environnement3, dans sa version la plus récente, COPERT 4. Cette méthodologie comprend une bibliothèque de facteurs d’émissions unitaires qui expriment la quantité de polluants émis par un véhicule donné, sur un parcours donné de un kilomètre, pour une année donnée. Ces facteurs d’émissions unitaires, exprimés en g/km, sont fonction de la catégorie du véhicule (voitures particulières, véhicules utilitaires légers, poids-lourds, bus, etc.), de son mode de carburation (essence, diesel), de sa cylindrée (ou de son poids total autorisé en charge pour les poids lourds), de sa date de mise en circulation (normes Euro) et de son âge, de sa vitesse et des conditions de circulation. Pour déterminer ces émissions unitaires, des mesures des émissions sont effectuées en laboratoire pour différents cycles représentatifs de conditions réelles de circulation. Les émissions à froid (au démarrage des véhicules) sont considérées dans le cadre du calcul. Le parc retenu est le parc roulant de l’INRETS dans sa version la plus récente. Il correspond au parc français pour les années 1980 à 2030. Malgré les incertitudes existantes sur les résultats, la méthodologie COPERT 4 constitue, à ce jour, la référence en termes d’évaluation des émissions routières et son utilisation fait aujourd’hui l’objet d’un consensus au niveau européen. 3.1.2. ÉVALUATION DES TENEURS EN POLLUANTS La dispersion des polluants et l’évaluation de leurs concentrations dans l’air ambiant ont été réalisées avec le modèle ADMS Roads v.3.2. Ce logiciel est un modèle de dispersion atmosphérique gaussien, dit de seconde génération, qui repose sur les technologies et les connaissances les plus récentes dans le domaine de la qualité de l’air. Utilisé, reconnu et validé en France et à l’international (plus de 1000 utilisateurs), il bénéficie des résultats d’un groupe de chercheurs de Cambridge, le Cambridge Environmental Research Consultant (CERC), qui le développe depuis 1993. Il permet d’évaluer les teneurs des polluants réglementés en prenant en compte les effets complexes impliqués dans la dispersion atmosphérique : l’influence de la topographie, les effets « canyon », la description verticale de la turbulence atmosphérique, la nature des sols (rugosité), les phénomènes météorologiques complexes. Ce modèle permet ainsi de répondre de manière complète à l’objectif de l’étude : estimation des concentrations moyennes annuelles, comparaison aux valeurs seuils définies dans la réglementation et estimation de l’exposition de la population. Les conditions d’utilisation du modèle ADMS Roads v.3.2 et les paramètres retenus dans le cadre de cette étude sont présentés dans le Tableau 3. 3 http://www.eea.europa.eu/publications/copert-4-2014-estimating-emissions DREAL Mid i-P yré n é e s Page 6 / 17 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé Version 3 - 14/09/2016

[close]

p. 9

Déviation de la RN 125 à Saint-Béat 3 - Évaluation de l’impact de la déviation sur la qualité de l’air Résolution Paramètres retenus pour la modélisation La grille de calcul se compose d’un maillage régulier de 5 610 points, soit une résolution de 25 m sur l’ensemble du domaine d’étude. À proximité des axes routiers, ce maillage a été affiné avec l’ajout de 4 436 points pour la solution sans déviation et de 2 769 points pour la solution avec déviation et tunnel, placés sous forme de transects de part et d’autre du linéaire étudié. Afin de prendre en compte l’extraction des émissions du tunnel à 90 %par la tête Sud et à 10 % par la tête Nord, la majeure partie des émissions du linéaire du tunnel (90 %) ont été reportées sur un tronçon de 10 m de long positionné perpendiculairement à l’axe du tunnel à l’extrémité Sud du tronçon RN 125 – Tunnel et la partie restante des émissions du linéaire du tunnel (10 %) ont été reportées sur un tronçon de 10 m de long positionné perpendiculairement à l’axe du tunnel à l’extrémité Nord du tronçon RN 125 – Tunnel, comme représenté dans les deux schémas ci-dessous. Paramètres retenus pour la modélisation Nature des sols La nature des sols peut influencer la progression des panaches de polluants. Dans le cadre de cette étude, la nature des sols a été caractérisée en fonction de l’occupation des sols par des rugosités variant de 0,001 mètre à 1 m. Les valeurs de rugosité rencontrées dans la bande d’étude de 200 m sont :  0,001 m pour les zones en eau ;  0,1 m pour la végétation rase (prairies et pâturages, terres cultivées) ;  0,2 m pour les carrières et les surfaces mixtes agricoles et boisements ;  0,8 m pour les forêts et les zones urbanisées peu denses ;  1 m pour les zones urbanisées denses. Topographie Liste polluants étudiés des Compte tenu du relief marqué au droit des tronçons routiers retenus et de son influence probable sur les champs de vent, la topographie du site a été prise en compte dans le calcul de la dispersion atmosphérique des polluants. Les polluants retenus dans cette étude sont caractéristiques du trafic routier et font l’objet d’une surveillance particulière du fait de leurs effets sanitaires :  le dioxyde d’azote (NO2) ;  le benzène (C6H6) ;  les particules (PM10 et PM2.5). Caractéristiques Les polluants de type gazeux (dioxyde d’azote et benzène) ont été assimilés à des gaz des polluants passifs. Les particules et les métaux lourds ont été assimilés à des particules d’une densité de étudiés 5 000 kg/m3 et de diamètres respectifs 10 µm et 2,5 µm. Teneurs de fond La teneur de fond retenue pour le dioxyde d’azote – 18 µg/m³ – correspond à la teneur moyenne mesurée par les Laboratoires des Pyrénées et des Landes du 16/07/13 au 18/10/13 dans le cadre de la mission confiée par Biotope4. La teneur mesurée par le même prestataire du 17/01/14 au 24/04/14 légèrement plus élevée (20 µg/m3), n’est pas retenue pour qualifier la valeur de fond pour le dioxyde d’azote5. En l’absence de valeurs disponibles pour les autres polluants, les modélisations sont réalisées sans valeur de fond. En complément, 10 points récepteurs ont été ajoutés décrivant les établissements à caractère sanitaire et social et les sites sensibles présents dans la bande d’étude ainsi que cinq habitations proches. Les teneurs en polluant ont été évaluées en chaque point de cette grille. 4 Laboratoires des Pyrénées et des Landes – Rapport BIOTOPE RN125 St Béat 13-329-1_qualite_air.pdf – 2013 5 Laboratoires des Pyrénées et des Landes – Rapport 14-138 BIOTOPE RN125 St Béat Trimestre 3.pdf – 2014 Version 3 - 14/09/2016 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé DREAL Mid i-P yré n é e s Page 7 / 17

[close]

p. 10

Météorologie Paramètres retenus pour la modélisation Afin de décrire au mieux les conditions de dispersion, l’évaluation des teneurs en polluant dans l’air ambiant s’est appuyée sur les données météorologiques tri-horaires (température, direction et vitesse du vent, nébulosité pour appréhender la stabilité atmosphérique) relevées sur la station Météo France de Luchon (31 – Haute-Garonne) pour l’année 2015. Roses des vents pour la station de Luchon - année 2015 Source : METEO France Ta b le a u 3 : P rin cip a u x p a ra m è tre s p o ur la dis p e rs io n atm o s p h ériq u e (ADMS Ro a d s ) 3.2. ÉVALUATION DE L’IMP ACT DU P ROJ ET S UR LA QUALITÉ DE L’AIR 3.2.1. BILAN DES ÉMISSIONS ROUTIÈRES SUR LE DOMAINE D’ÉTUDE Les émissions routières ont été évaluées pour chacun des tronçons du réseau routier, pour les deux scénarios : avec et sans déviation. Dans le Tableau 4, les pourcentages correspondent aux écarts relatifs entre la solution sans déviation et la solution avec déviation. L’analyse comparative des émissions polluantes entre la solution sans déviation et la solution avec déviation met en évidence une augmentation des émissions routières pour l’ensemble des polluants, conformément à l’augmentation du kilométrage parcouru (+64 %). En fonction des tronçons et conformément aux évolutions du kilométrage parcouru, les émissions routières se caractérisent par : • une diminution importante (-30 % à –49 % suivant les polluants) pour le tronçon Nord de la RN 125 ; • Aucune variation pour le tronçon Sud de la RN 125 ; • Une augmentation très importante (+136 % à +260 % suivant les polluants) pour la RD 44 ; • De nouvelles émissions pour la RN 125 au niveau du tunnel et de son accès avec la réalisation de l’ouvrage. Les évolutions entre les deux solutions sont présentées dans les diagrammes de la Figure 2. Polluants Dioxyde d'azote g/j Benzène g/j PM10 g/j PM2,5 g/j Sans déviation Avec déviation Écart relatif Sans déviation Avec déviation Écart relatif Sans déviation Avec déviation Écart relatif Sans déviation Avec déviation Écart relatif RN 125 Tronçon Nord 407.5 206.6 -49.3% 5.2 3.7 -30.0% 112.9 58.4 -48.3% 85.4 44.4 -48.0% RN 125 Tronçon Sud 380.7 380.7 0.0% 4.9 4.9 0.0% 105.5 105.5 0.0% 79.7 79.7 0.0% RD 44 125.8 451.5 258.9% 1.6 3.7 136.5% 33.1 118.8 258.5% 24.3 87.6 260.0% RN 125 Accès tunnel 121.1 0.7 29.8 23.3 RN 125 Tunnel 451.3 2.5 111.0 86.7 Total 914.0 1 611.1 76.3% 11.7 15.4 31.7% 251.6 423.6 68.4% 189.4 321.7 69.8% Ta b le a u 4 : Bila n d e s ém is s io n s ro utière s Fig u re 2 : Évo lu tio n d es é mis s io n s p a r tro n ç on e t p a r p ollu a nt DREAL Mid i-P yré n é e s Page 8 / 17 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé Version 3 - 14/09/2016

[close]

p. 11

Déviation de la RN 125 à Saint-Béat 3 - Évaluation de l’impact de la déviation sur la qualité de l’air 3.2.2. ÉVALUATION DES TENEURS DANS L’AIR AMBIANT Comme décrit précédemment, la dispersion et l’évaluation des teneurs en polluant dans l’air ambiant ont été déterminées avec le logiciel ADMS Road. Les teneurs en polluant ainsi obtenues sont exprimées sous la forme de teneurs moyennes annuelles en tout point de la bande d’étude. Ces teneurs annuelles sont comparables aux normes de qualité de l’air en vigueur et leur comparaison pour les deux solutions permet d’appréhender l’impact du projet sur la qualité de l’air. Il convient de souligner que ces résultats mettent en évidence la contribution des émissions induites par le réseau routier étudié, à l’exclusion de toute autre source d’émissions. 3.2.2.1. TENEURS EN P OLLUANTS DANS LA BANDE D’ÉTUDE Les teneurs moyennes et les teneurs maximales dans la bande d’étude des polluants étudiés sont synthétisées dans le Tableau 5 pour la solution sans déviation et la solution avec déviation. Les teneurs maximales sont représentatives des teneurs relevées au droit des axes routiers. Elles sont données à titre indicatif. Il est toutefois évident que les teneurs maximales sont toutes relevées au droit de la tête Sud du tunnel. Par ailleurs, les teneurs maximales hors sorties de tunnel (c’est-à-dire en excluant les zones de dispersion des polluants émis dans le tunnel) sont légèrement inférieures aux teneurs maximales de la solution sans déviation, signifiant ainsi une amélioration de la qualité de l’air dans Saint-Béat. En revanche, les teneurs moyennes calculées sur l’ensemble de la bande d’étude, sensiblement similaires entre les deux solutions, ne mettent pas en évidence une évolution significative des teneurs en polluant. Solution sans déviation Bande d'étude Dioxyde d'azote Benzène PM 10 PM 2,5 µg/m³ µg/m³ µg/m³ µg/m³ Teneur moyenne 18.5 0.007 0.15 0.11 Teneur maximale 23.3 0.067 1.46 1.10 Solution avec déviation Bande d'étude Tête Nord Tête Sud Hors sorties du tunnel Teneur Teneur moyenne maximale Teneur maximale 18.7 54.0 23.7 54.0 22.9 0.006 0.198 0.032 0.198 0.063 0.18 8.88 1.42 8.88 1.36 0.13 6.93 1.11 6.93 1.02 dont teneur de fond 18 Ta b le a u 5 : Te n e u rs m o ye n n e s e t m a xim ale s d a n s la b a n d e d’é tu d e Les habitations n° 1 à n° 3 sont situées le long de la RN 125 délestée d’une partie de son trafic, en particulier les PL. Les teneurs attendues pour la solution avec déviation sont, par conséquent, plus faibles. L’habitation n° 4 est située à proximité de la RD 44, sur l’itinéraire de la déviation. Les teneurs attendues pour la solution avec déviation sont, par conséquent, légèrement plus élevées (à noter que le démarrage à froid des véhicules a été pris en compte). Enfin l’habitation n° 5 est située le long de la RN 125, au sud de la déviation, le long d’un tronçon pas impacté par les modifications de trafic. Les teneurs attendues pour la solution avec déviation sont, par conséquent, inchangées, bien que le démarrage à froid des véhicules ait été pris en compte. Dioxyde d'azote Benzène PM 10 PM 2,5 µg/m³ µg/m³ µg/m³ µg/m³ Groupe scolaire sans la avec la déviation déviation 18.1 18.2 0.0008 0.0016 0.02 0.05 0.012 0.038 Collège François Cazes sans la avec la déviation déviation 18.1 18.3 0.0009 0.0021 0.02 0.07 0.015 0.052 Stade sans la avec la déviation déviation 18.0 18.1 0.0004 0.0007 0.01 0.02 0.006 0.017 Tennis sans la avec la déviation déviation 18.0 18.1 0.0004 0.0007 0.01 0.02 0.006 0.017 Piscine sans la avec la déviation déviation 18.0 18.1 0.0004 0.0010 0.01 0.03 0.007 0.025 dont Teneur de fond 18 Ta b le a u 6 : Te n e u rs a u d ro it d e s éta b lis s em e nts s c ola ires et d e s infras tru c ture s s p ortive s Dioxyde d'azote Benzène PM 10 PM 2,5 µg/m³ µg/m³ µg/m³ µg/m³ Habitation n° 1 sans la avec la déviation déviation 19.9 19.5 0.0247 0.0208 0.53 0.41 0.403 0.307 Habitation n° 2 sans la avec la déviation déviation 19.4 18.9 0.0180 0.0138 0.39 0.24 0.294 0.184 Habitation n° 3 sans la avec la déviation déviation 19.4 18.8 0.0173 0.0127 0.38 0.22 0.283 0.165 Habitation n° 4 sans la avec la déviation déviation 18.3 18.8 0.0035 0.0067 0.07 0.21 0.055 0.154 Habitation n° 5 sans la avec la déviation déviation 19.6 19.6 0.0204 0.0205 0.44 0.45 0.334 0.337 dont Teneur de fond 18 Ta b le a u 7 : Te n e u rs a u d ro it d e s h a bitatio n s p ro c h e s 3.2.2.2. P OINTS RÉCEP TEURS Les teneurs au droit des points récepteurs – établissements scolaires, infrastructures sportives et habitations proches (localisés sur la Figure 3) – des polluants étudiés sont présentées dans le Tableau 6 et le Tableau 7 pour la solution sans déviation et la solution avec déviation. Les variations constatées au droit du groupe scolaire, du collège et des terrains de sport sont très faibles. L’augmentation constatée n’est pas suffisamment significative pour évoquer une dégradation de la qualité de l’air. Le report de trafic lié à la mise en place de la déviation et l’extraction des émissions par la tête Sud du tunnel ne sont de facto pas impactant pour la population et en particulier pour les enfants scolarisés. Version 3 - 14/09/2016 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé DREAL Mid i-P yré n é e s Page 9 / 17

[close]

p. 12

Fig u re 3 : Lo c a lis a tio n d e s p o ints ré c e pte u rs 3.2.2.3. COMP ARAIS ON AUX NORMES DE QUALITÉ DE L’AIR Parmi les polluants retenus dans cette étude, le dioxyde d’azote, le benzène et les particules PM10 et PM2,5 sont réglementés par des critères nationaux présentés dans le Tableau 8. Polluants Dioxyde d'azote NO2 Valeurs limites En moyenne annuelle 40 µg/m3 En moyenne horaire depuis le 1er janvier 2010 200 µg/m3 Objectifs de qualité ou valeur cible En moyenne annuelle 40 µg/m3 Seuils d'information et d'alerte En moyenne horaire information : 200 µg/m3 alerte : 400 µg/m3 sur 3 h consécutives et 200 µg/m3 si dépassement J-1 et risque pour J+1 à ne pas dépasser plus de 18 h par an (P99.8) Benzène C6H6 Particules fines de diamètre inférieur ou égal à 10 µm PM10 En moyenne annuelle 5 µg/m3 En moyenne annuelle depuis le 1er janvier 2005 40 µg/m3 En moyenne journalière En moyenne annuelle 2 µg/m3 En moyenne annuelle 30 µg/m3 En moyenne journalière information : 50 µg/m3 alerte : 80 µg/m3 depuis le 1er janvier 2010 50 µg/m3 Particules fines de diamètre inférieur ou égal à 2,5 µm PM2,5 à ne pas dépasser plus de 35 j par an (P90.4) En moyenne annuelle 25 µg/m3 depuis 2015 En moyenne annuelle Objectif de qualité : 10 µg/m3 Valeur cible : 20 µg/m3 Ta b le a u 8 : Critè re s n a tio n a u x d e la q u a lité d e l’air La comparaison des teneurs calculées aux normes de la qualité de l’air n’est réalisable que pour le dioxyde d’azote en l’absence de valeurs de fond pour les trois autres polluants étudiés. Cette comparaison est présentée dans le Tableau 9. Polluants Dioxyde d'azote NO2 Benzène C6H6 Particules fines de diamètre inférieur ou égal à 10 µm PM10 Particules fines de diamètre inférieur ou égal à 2,5 µm PM2,5 Valeurs limites En moyenne annuelle 40 µg/m³ En moyenne annuelle 5 µg/m³ En moyenne annuelle 40 µg/m³ En moyenne annuelle 25 µg/m³ pour 2015 Objectifs de qualité ou valeur cible Solution sans déviation Teneurs maximales Observations En moyenne annuelle 40 µg/m³ 23,3 µg/m³ Pas de dépassement En moyenne annuelle 2 µg/m³ 0,07 µg/m³ En moyenne annuelle 30 µg/m³ 1,46 µg/m³ En moyenne annuelle 1,10 µg/m³ Objectif de qualité : 10 µg/m³ Com parais on impossible du fait de l'absence de teneur de fond Solution avec déviation Teneurs maximales Observations 54,0 µg/m³ Dépassement au droit de la tête Sud du tunnel 0,20 µg/m³ 8,88 µg/m³ 6,93 µg/m³ Com parais on impossible du fait de l'absence de teneur de fond Ta b le a u 9 : Co m p a rais o n a u x n o rm e s Au regard des résultats obtenus, on enregistre un dépassement des valeurs réglementaires pour le dioxyde d’azote au droit de la sortie Sud du tunnel (cf. Tableau 5). Ce dépassement est limité aux abords immédiats de la tête de tunnel dans une zone exempte de toute présence humaine permanente (habitations ou établissements sensibles) comme l’illustre la Figure 4. Comme il est précisé dans le Tableau 9, la solution sans déviation, présentée sur la Figure 5, ne connait pas de dépassement des valeurs réglementaires pour le dioxyde d’azote. DREAL Mid i-P yré n é e s Page 10 / 17 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé Version 3 - 14/09/2016

[close]

p. 13

Déviation de la RN 125 à Saint-Béat 3 - Évaluation de l’impact de la déviation sur la qualité de l’air Fig u re 4 : S o lutio n a ve c d é via tio n – Te n e u rs en d io xyd e d ’a zo te Fig u re 5 : S o lutio n s a ns d é via tio n – Te n e u rs en d io xyd e d ’a zo te Version 3 - 14/09/2016 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé DREAL Mid i-P yré n é e s Page 11 / 17

[close]

p. 14

4. ÉVALUATION DE L’IMPACT DE LA DÉVIATION SUR LA SANTÉ DES POPULATIONS RIVERAINES 4.1. DÉTERMINATION DES RELATIONS DOS E-REP ONS E Selon les mécanismes toxiques mis en jeu, deux types d’effets indésirables pour la santé peuvent être classiquement distinguées : • les effets survenant à partir d’un seuil : l’effet survient au-delà d’une dose administrée, pour une durée d’exposition déterminée à une substance isolée. En-deçà de cette dose seuil, on considère qu’aucun effet ne survient. Au-delà, l’intensité de l’effet croît avec l’augmentation de la dose administrée. Ce sont principalement les effets non cancérogènes, voire les effets non génotoxiques, qui sont classés dans cette famille. Dans le cas d’une exposition par inhalation, la dose seuil s’exprime sous la forme d’une concentration de référence (notée VTR, Valeur Toxicologique de Référence). • les effets survenant sans seuil de dose : l’effet apparaît quelle que soit la dose reçue. La probabilité de survenue croît avec la dose et la durée d’exposition, mais l’intensité de l’effet n’en dépend pas. Ce sont principalement les effets cancérogènes génotoxiques. Dans le cas d’une exposition par inhalation, la VTR s’exprime alors sous la forme d’un Excès de Risque Unitaire (noté ERU). Un ERU de 10-4 signifie qu’une personne exposée durant toute sa vie à 1 µg/m3 de polluant par inhalation ou 1 mg/kg pc/j de polluant par ingestion aurait une probabilité supplémentaire de contracter un cancer de 0,0001 (par rapport à un sujet non exposé). Cela signifie aussi que si 10 000 personnes sont exposées, 1 cas de cancer supplémentaire est susceptible d'apparaître. Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) et l'US-EPA ont par ailleurs classé la plupart des composés chimiques en fonction de leur cancérogénicité. À noter qu’une substance peut produire ces deux types d’effets. Les VTR sont produites par des experts toxicologues en fonction des données de la littérature, de résultats expérimentaux et d’enquêtes épidémiologiques. Ce travail, qui nécessite une expertise particulière, est confié à des organismes tels que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l'US-EPA (Environmental Protection Agency) ou l'ATSDR (Agency for Toxic Substances and Disease Registry). Les VTR ne font pas l’objet d’une réglementation spécifique qui fixe les valeurs à retenir. Le choix des VTR est laissé à l’appréciation de l’auteur de l’étude. Néanmoins, le guide de l’InVS [2000] et la DGS [2014] recommandent les critères de choix suivants pour les VTR : • l’existence d’une VTR, • la voie d'exposition en lien avec la voie à évaluer pour le composé considéré, • la durée d'exposition (aiguë, subaiguë ou chronique) en lien avec la durée à évaluer dans l'étude • la notoriété de l'organisme dans l’ordre de priorité suivant : ANSES, expertise collective nationale, US-EPA, ATSDR et OMS en tenant compte de la date d'actualisation de la VTR, Santé Canada, RIVM, OEHHA et EFSA. Ainsi, pour chacun des polluants étudiés, le Tableau 10, le Tableau 11 et le Tableau 12 présentent les relations dose-réponse (Valeurs Toxicologiques de Références et Valeurs Guides) retenues pour une exposition chronique par inhalation pour les effets avec et sans seuil. Polluants Valeur Guide (µg/m3) Source Effets et organes cibles Dioxyde d’azote 40 OMS - 2005 Effets respiratoires PM 2.5 10 OMS - 2005 Effets respiratoires et mortalité par cancer PM 10 20 OMS - 2005 Effets respiratoires et mortalité par cancer Ta b le a u 10 : Va le u rs Gu id e p o u r u n e e xp o s itio n c h ro n iq u e p a r in h ala tio n Polluants ERUi (µg/m3)-1 Source Effets et organes cibles Benzène 2,60E-05 ANSES - 2014 Leucémie Ta b le a u 11 : ERU p o u r u n e e xp o s itio n c h ro n iqu e p a r in h a latio n p o u r d e s e ffe ts s a n s s e uil Polluants VTRi chronique (µg/m3) Source Effets et organes cibles Benzène 10 ATSDR - 2007 Effets immunologiques (diminution du nombre de lymphocytes circulants) Ta b le a u 12 : VTR p o u r u n e e xp o s itio n c h ro n iqu e p a r in h a latio n p o u r d e s e ffe ts à s e uil 4.2. EVALUATION DE L’EXP OS ITION DES P OP ULATIONS À partir des concentrations dans l’air issues de la modélisation de la dispersion atmosphérique, sont calculées les concentrations d’exposition rendant compte des teneurs inhalées par les populations riveraines pour les deux scénarios étudiés. Dans le cadre de cette étude, nous considérons que la concentration inhalée est égale à la concentration modélisée dans l’environnement (Cair). Cela revient à considérer un taux de pénétration des substances à l'intérieur des habitats de 100 %. Nous considérons également une pénétration dans l’organisme de la totalité des substances inhalées. Les paramètres physiologiques n’interviennent pas et on ne distingue pas les adultes des enfants. La concentration inhalée est déduite de l’équation suivante : CI = Cair x F Avec : CI : concentration moyenne annuelle inhalée par la cible (concentration moyenne d’exposition), DREAL Mid i-P yré n é e s Page 12 / 17 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé Version 3 - 14/09/2016

[close]

p. 15

Déviation de la RN 125 à Saint-Béat Cair : concentration moyenne annuelle en polluant dans l'air, exprimée en µg/m3 et estimée à partir de la modélisation de la dispersion atmosphérique, F : fréquence annuelle d'exposition à la concentration Cair, fixée à 1 dans une hypothèse majorante (exposition 24h/24, 365 jours dans l’année). Ainsi, les concentrations inhalées au droit des points récepteurs – établissements scolaires, infrastructures sportives et habitations proches (localisés sur la Figure 3) sont celles présentées dans les Tableau 6 et Tableau 7. 4.3. CARACTÉRIS TION DES RIS QUES S ANITAIRES 4.3.1. POLLUANTS À EFFETS À SEUIL 4.3.1.1. DIOXYDE D’AZOTE ET P ARTICULES P M10 ET P M2,5 Pour le dioxyde d’azote et les particules qui ne disposent pas de VTR, mais d’une Valeur Guide (VG) pour la protection de la santé, les teneurs moyennes annuelles inhalées sont comparées aux valeurs guide pour la protection de la santé proposée par l’OMS pour les 2 scénarios étudiés (Tableau 13 et Tableau 14). Polluants Dioxyde d'azote µg/m3 BF = 18 µg/m3 PM10 µg/m3 PM 2,5 µg/m3 Scénarios Sans la déviation Avec la déviation Sans la déviation Avec la déviation Sans la déviation Avec la déviation Groupe scolaire 18,1 Concentration d'exposition Collège François Cazes Stade Tennis 18,1 18,0 18,0 18,2 18,3 18,1 18,1 0,02 0,02 0,01 0,01 0,05 0,07 0,02 0,02 0,01 0,01 0,01 0,01 0,04 0,05 0,02 0,02 Piscine 18,0 18,1 0,01 0,03 0,01 0,02 Valeur guide (µg/m3) 40 20 10 Ta b le a u 13 : Co m p a rais o n d e s c o n c e ntra tio ns in h alé e s p o u r le dio xyd e d ’a zo te et le s p artic u le s a ve c le s va le u rs g uid e d e l’OMS – é ta blis s em en ts s c ola ires et in fra s tru c tu re s s p ortive s 4 - Évaluation de l’impact de la déviation sur la santé des populations riveraines Concentration d'exposition Polluants Scénarios Habitation Habitation n° 1 n° 2 Habitation n° 3 Habitation Habitation n° 4 n° 5 Valeur guide (µg/m3) Dioxyde d'azote µg/m3 BF = 18 µg/m3 Sans la déviation Avec la déviation 19,9 19,5 19,4 18,9 19,4 18,8 18,3 19,6 40 18,8 19,6 PM10 µg/m3 Sans la déviation Avec la déviation 0,53 0,41 0,39 0,24 0,38 0,22 0,07 0,44 20 0,21 0,45 PM 2,5 µg/m3 Sans la déviation Avec la déviation 0,40 0,31 0,29 0,18 0,28 0,17 0,06 0,33 10 0,15 0,34 Ta b le a u 14 : Co m p a rais o n d e s c o n c e ntra tio ns in h alé e s p o u r le dio xyd e d ’a zo te et le s p artic u le s a ve c le s va le u rs g uid e d e l’OMS – h a b ita tio n s le s plu s p ro c h es Avec ou sans la déviation, les teneurs inhalées au niveau des différents récepteurs retenus sont toutes inférieures aux valeurs guide de l’OMS pour la protection de la santé humaine. 4.3.1.2. DÉTERMINATION DES QUOTIENTS DE DANGER Pour les substances disposant d’une VTR pour les effets à seuil par inhalation (benzène), la possibilité d’effets toxiques pour les populations exposées est matérialisée par le calcul du Quotient de Danger (QD), selon la formule suivante : QD = CI / VTR Avec : CI : concentration moyenne d’exposition inhalée, exprimée en µg/m3 d’air inhalé, VTR : valeur toxicologique de référence pour les effets à seuil choisie dans cette évaluation, exprimée en µg/m3 d’air inhalé, pour une exposition chronique par inhalation En termes d'interprétation, lorsque le quotient de danger est inférieur à 1, la survenue d'effet à seuil paraît peu probable, même pour les populations sensibles. Au-delà de 1, la possibilité d'apparition d'effets ne peut être exclue. Les quotients de danger sont ainsi calculés pour les deux scénarios étudiés à partir des concentrations d’exposition des populations (Tableau 6 et Tableau 7) et des VTR retenues (Tableau 12). Version 3 - 14/09/2016 Étude de l’impact sur la qualité de l’air et la santé DREAL Mid i-P yré n é e s Page 13 / 17

[close]

Comments

no comments yet