bt9

 

Embed or link this publication

Description

bt9

Popular Pages


p. 1

Beau bizarre — Automne 2016  CULTURE & LIFESTYLE — LILLE AMIENS PARIS Lucien Murat      La Mverte      Panorama 18      Rocky      Pierrefonds

[close]

p. 2

2 ©photo : Création Skertzò pour Amiens Métropole 15 JUIN > 3ÈME DIMANCHE DE SEPT. 1ER DÉCEMBRE > 1ER JANVIER Spectacle gratuitS Parvis de la Cathédrale Notre-Dame. Tous les soirs vivez une expérience unique en 3D sur WWW.AMIENS.FR/CATHEDRALE Renseignements - Office de Tourisme 03 22 71 60 50 Création Skertzò pour Amiens Métropole www.amiens-tourisme.com

[close]

p. 3

Édito Automne 2016 EN COUVERTURE Lucien Murat, ©Mathieu Farcy / Signatures « Le beau est toujours bizarre. Je ne veux pas dire qu’il soit volontairement, froidement bizarre, car dans ce cas il serait un monstre sorti des rails de la vie. Je dis qu’il contient toujours un peu de bizarrerie, de bizarrerie non voulue, inconsciente, et que c’est cette bizarrerie qui le fait être particulièrement le Beau » Charles Baudelaire, Curiosités esthétiques. C’est en pleine vague romantique et symboliste qu’émergea dans la culture européenne à la fin du dix-neuvième siècle le Beau Bizarre. En cette période trouble, annonciatrice de sombres présages et dominée par la révolution industrielle, les artistes entraînèrent le public aux confins de l’imagination, de la mort, du fantastique, de l’ésotérisme et de la solitude. Des contrées surnaturelles, que la photographie ne pouvait capturer, peuplées d’êtres mythologiques et hybrides sur lesquels régnait une femme idéalisée, symbole du vice et de la vertu. Ces curiosités picturales et esthétiques cristallisaient surtout les peurs, les doutes et la décadence d’un monde hors de contrôle. Au-delà de l’imagerie des têtes de mort et des frissons, c’est cette ligne que nous avons creusée en partant à la rencontre des artistes Lucien Murat, Raphaël Tachdjian, Mu Pan ou du musicien La Mverte, qui chacun à leur manière, captent, détournent, s’amusent et surfent sur nos peurs inconscientes et sur les incertitudes du monde en devenir. Une thématique de saison déclinée au fil des pages pour un voyage décalé, onirique et grand-guignolesque. Bel automne. L’ÉQUIPE Bon temps Bande originale de ce numéro, le titre inédit Symphony for Mina de Dersee. Téléchargement gratuit depuis notre page Facebook ou www.soundcloud.com/bontempsrecords Un grand, grand merci à nos soutiens pour le projet Bon Temps Merci Angèle, Maryse Arnoldy, Patrick Arnoldy, Marina Autin, Élodie Bernard, Catherine Avel Brisset, Anne-Sophie Camus, Caroline Camus, Quentin Debeauvais, Thomas Devred, Marie-Laure Dufour, Héloïse Godet, Thu-Huyen Hoang, Carol Levy, François Limousin, Sylvianne Limousin, David Monet, David Porchy, Antoine Pouilly, Pierre Rasse, Jocelyn Soler, Corinne Vanpoperinghe. 3

[close]

p. 4

VW U MAISON DE LA CULTURE D’AMIENS Centre européen de création et de production SAISON 2016 - 2017 octobre - décembre 2016 Ça ira (1) fin de Louis Joël Pommerat 5 et 6 octobre Pour Ça ira (1) fin de Louis, Joël Pommerat a reçu trois Molières 2016 : meilleur auteur, meilleur metteur en scène de théâtre public et meilleure pièce. ET AUSSI : théâtre ★ Le Cid - Pierre Corneille - Yves Beaunesne ★ Les Rustres - Carlo Goldoni / Jean-Louis Benoit / La Comédie-Française cirque ★ Moby Mick, la Merveille de la Baleine théâtre Feu! Chatterton Mick Holsbeke danse 10 octobre ★ Douar - Kader Attou - hip-hop ★ Y Olé! - José Montalvo - flamenco ★ Giselle - Ballet du Capitole / Kader Belarbi musique chanson ★ Eric Bibb & J.J. Milteau - Lead Belly’s Gold - blues ★ Katia & Marielle Labèque - musique classique théâtre / création Vive l’Armée ! Superamas du 7 au 10 novembre ★ Giovanna Marini - Jo i soj / P. P. Pasolini - chanson ★ Grigory Sokolov - musique classque ★ Orchestre de Picardie - Arie van Beek / 4 Anne Mason / Ronan Collett / Knabenchor der Jenaer Philharmonie ★ Wilson chante Montand - chanson ★ Orchestre de Picardie - Arie van Beek / Lisa Simone 1er décembre Chœur de l’Opéra de Lille expositions ★ Paysages cassés et Objets naturels - Galerie 3A / fracpicardie Art, villes & paysage (festival des jardins) Hortillonnages Amiens 2016 théâtre-musique jazz création Label Bleu ★ Louis Winsberg & Jaleo - For Paco ★ Daniel Zimmermann Montagnes Russes Sonnets W. Shakespeare / J. Dowland Louise Moaty / Thomas Dunford sortie automne 2016 Cinéma Orson Welles du 12 au 16 décembre Louise Moaty a reçu le Prix de la Critique 2016 du meilleur créateur d’éléments scéniques pour La Petite Renarde Rusée de Leos Janacek Avec la carte MCA, les plus grands In Spite of Wishing and Wanting spectacles à Wim Vandekeybus 13 décembre tarif réduit danse www.maisondelaculture-amiens.com 03 22 97 79 77

[close]

p. 5

Automne 2016 Sommaire ÉDITO — 3 SOMMAIRE — 5 ILLUSTRATION Anka Za — 7 PORTRAIT CULTURE #1 Sabine Cazenave, Musées de Picardie, Amiens — 10.11 PORTRAIT CULTURE #2 Maxime & Sébastien, The Steidz, Paris — 12.13 PORTRAIT CULTURE #3 Laudine Verbraeken, Kilti, Lille — 14.15 ÉVÉNEMENT Panorama 18, regards contemporains — 18.19 EXPOSITION Oscar Wilde / Luc Tuymans / Alechinsky — 21.25 ART #1 Lucien Murat, l’apocalypse joyeuse — 26.29 ART #2 Raphaël Tachdjian, le bruit et la fureur — 30.33 ARTOTHÈQUE Mu Pan, Me like Sushi — 34.35 LITTÉRATURE Une rentrée 2016 — 36.37 MUSIQUE #1 La Mverte, sueurs froides — 30.41 MUSIQUE #2 Rocky, combat pop — 42.45 PLAYLIST — 47 OBJET Jessica Harrison, danse macabre — 50.51 DESIGN Au-delà — 52.53 ATTITUDE #1 Weird, femme — 54.55 ATTITUDE #2 Weird, homme — 56.57 TEMPS FORT Paris photo, vingtième édition — 58 AGENDA Lille, Amiens & Paris — 59.61 HÔTE La Villa Paula, le temps d’une pause — 63 ÉVASION Le château de Pierrefonds, fantaisie médiévale — 64.65 FOODING Fish & chips à la française, Mersea — 66 5 Beau bizarre — Automne 2016 RETROUVEZ Bon temps sur www.bon-temps.fr DIRECTEUR DE LA PUBLICATION & DE LA RÉDACTION Pascal Sanson DIRECTION ARTISTIQUE & CONCEPTION GRAPHIQUE Wilhem Arnoldy, WAG&W PHOTOS Ludo Leleu, Mathieu Farcy MAGAZINE Thu Huyen Hoang, Olivier Pernot, Pascal Sanson, CONTACT RÉDACTION bontemps.mag@gmail.com CONTACT PUBLICITÉ bontemps.pub@gmail.com BON TEMPS ASSOCIATION 29, rue Philippe-Lebon, 80000 Amiens SIRET 801 905 381 00019 PÉRIODICITÉ Trimestrielle DÉPÔT LÉGAL à parution La rédaction n’est pas responsable des textes, photos, illustrations et dessins qui engagent la seule responsabilité de leurs auteurs. Leur présence dans ce magazine implique leur libre publication. La reproduction, même partielle, de tous les articles, illustrations et photographies parus dans Bon temps est interdite. Bon temps décline toute responsabilité pour les documents remis.

[close]

p. 6

6

[close]

p. 7

Automne 2016 Illustration 7 ANKA ZA, Untitled, Dessin, 2016 — http://anka-draws-stuff.tumblr.com

[close]

p. 8

8 POR-

[close]

p. 9

TRAITS 9 Automne 2016

[close]

p. 10

10 SABINE CAZENAVE Musées de Picardie, Amiens — PHOTOGRAPHE Wilhem Arnoldy INTERVIEW Pascal Sanson SabineCES DIX DERNIÈRES ANNÉES, Cazenave, directrice des Musées de Picardie, aura œuvré, sans relâche, pour l’un des plus importants chantiers d’Amiens, la rénovation et l’extension du Musée de Picardie. Une entreprise titanesque et périlleuse, mais qui à l’aube de 2020, verra ce musée représentatif de l’esprit du XIXe siècle basculer dans une nouvelle ère. Plus ouvert sur l’extérieur, agrémenté de jardins, de services aux publics et connecté, le musée livrera dans un faste retrouvé ses trésors et collections. En partance pour de nouveaux projets, Sabine Cazenave, revient, entre autres, sur son parcours, les orientations qui ont guidé son action, le futur musée rénové et l’artiste Daniel Buren.

[close]

p. 11

Automne 2016 Portrait Culture #1 QUELLE FUT LA PREMIÈRE ŒUVRE À VOUS TRANS- reste persuadée que c’est les conditions nécessaires PORTER, À VOUS ÉMOUVOIR ? à la survie d’une ville d’importance moyenne comme La première œuvre à m’émouvoir fut le Portail de Amiens. Cette ville a besoin d’un grand centre avec un l’Abbaye Saint-Pierre de Moissac. J’avais, je pense, musée d’importance en son cœur. douze ans, j’étais en voyage scolaire. Je suis restée stupéfaite devant ce portail roman. C’est ma pre- À QUELS CHANGEMENTS DOIT-ON S’ATTENDRE mière émotion esthétique, même si c’est tard douze CONCERNANT LES COLLECTIONS ET LES ESPACES ans pour avoir une émotion esthétique. SUITE À LA RÉNOVATION DU MUSÉE ? À découvrir et redécouvrir énormément d’œuvres. À PARTIR QUEL MOMENT AVEZ-VOUS DÉCIDÉ D’EM- Redécouvrir l’espace du premier étage sera inouï, BRASSER UNE CARRIÈRE LIÉE À L’ART ? cet espace sera très différent de l’espace fermé Alors, c’est venu très tôt. Après le portail de Moissac. en 2008. Sa porosité sera plus grande avec l’exté- Suite à cette sortie dans le cadre scolaire, je me rieur. Le visiteur ne sera plus plongé dans une boîte suis mise à dessiner énormément. À ce moment-là, noire et grâce à un éclairage zénithal et des éclai- j’ai rencontré un professeur d’arts plastiques, un des rages scéniques pourront enfin admirer le décor. premiers à être nommé dans les collèges, qui très tôt Le musée sera enfin doté de services pour les per- m’a parlé de section arts plastiques. Au lycée, j’ai eu sonnes. Avec la réouverture de trois jardins, le musée le premier agrégé d’arts plastiques nommé à Pau, va recréer de la vie sociale et devenir un spot, un après j’ai suivi un cursus complet dans cette voie. repère dans la ville. QUELS SONT LES ATOUTS ET LES SPÉCIFICITÉS DU RÉTROSPECTIVEMENT, QUEL ÉVÉNEMENT GARDE- MUSÉE DE PICARDIE ? REZ-VOUS EN MÉMOIRE ? À l’échelle de l’international, c’est un endroit que Le temps passé avec Daniel Buren reste fort. Je l’on peut venir visiter pour connaître ce qu’était un pense que cela fait aussi parti des choses qui ont musée au XIXe siècle. Il en reste quelques-uns en posé la question du doute, vis-à-vis des gens qui France, qui n’ont pas été trop impactés par les réno- pensent que l’art contemporain ou qu’un Buren doit vations successives. Et le Musée de Picardie en est un être comme ceci ou cela… Cette œuvre peut être très bon exemple. Au niveau national, il possède des pour certains décevante, mais demeure une grande collections qui sont à l’aune des grandes collections œuvre de Buren. C’est mon instant le plus fort et ma en région. On peut venir voir au Musée de Picardie, plus grande déception. C’est a priori la seule pièce des choses que l’on ne verra pas ailleurs. La col- qui n’entrera pas dans les collections. Mais je ferai lection n’est pas universaliste, mais très généraliste. tout pour qu’elle y entre d’une autre façon parce Et pour finir, ce sera l’un des derniers grands musées que je pense que l’on louperait quelque chose. à être rénové dans un respect absolu à la fois de ce que doit être un musée aujourd’hui et dans ce qu’il VERS QUELS PROJETS VOUS ORIENTEZ-VOUS ? était hier. Trois choses m’intéressent. La première, diriger un musée plus proche de mes spécialités en art QUELLES FURENT LES NOUVELLES ORIENTATIONS moderne et contemporain. La deuxième, continuer à MISES EN PLACE DÈS VOTRE ARRIVÉE ? transmettre, soit en enseignant, soit en enseignant le Le service des publics a beaucoup orienté mon action. métier de conservateur. Transmettre, ce merveilleux Mais ma priorité était d’obtenir l’extension du musée métier et qui me paraît plus que jamais essentiel. La et d’achever sa rénovation. Je dirai que tout le reste a troisième chose, un projet tourné vers l’art où j’aurai été inféodé à cet objectif. Pour la bonne raison que je davantage de libre arbitre et plus d’indépendance. 11

[close]

p. 12

© AG. Uplist / DR 12 MAXIME & SÉBASTIEN The Steidz magazine, Paris — INTERVIEW Pascal Sanson APPARU EN 2015 DANS LE PAYSAGE DES MAGAZINES The SteidzCULTURELS, l’annuel offre une radiogra- phie inspirée des personnalités et mouvements qui traversent l’art contemporain, le design, la mode... Un défi éditorial relevé avec talent par ses fonda- teurs Maxime Gasnier et Sébastien Maschino, l’un endossant les fonctions de directeur de publication – rédacteur en chef, l’autre d’éditeur – responsable de développement. Exigence rédactionnelle, rubri- cage clair, expérimentations typographiques et gra- phiques, The Steidz innove et décloisonne disciplines et genres. Disponible dans les galeries, librairies et musées, le tout frais numéro #2 se décline en version bilingue et mise sur une distribution choisie et inter- nationale. Rencontre.

[close]

p. 13

Portrait Culture #2 FRÉQUEMMENT, ON ENTEND DIRE QUE SE LANCER la périodicité annuelle qui nous autorise à déployer DANS L’ÉDITION D’UN MAGAZINE RELÈVE DU PARI diverses sensibilités a contrario de la presse habi- FOU. QU’EN PENSEZ-VOUS ? tuelle que l’on achète. La feuille de calque annon- MAXIME — Je comprends que certains puissent çant le portfolio principal participe également à la le penser. Il faut bien évidemment « recontextuali- dimension «matérielle» du magazine. ser» la santé économique de l’édition, où crise de la S — Nous apportons un soin particulier à la fabrica- presse papier et domination numérique ne sont pas tion de The Steidz qui ressemble dans sa conception particulièrement favorables à de nouveaux projets davantage à un catalogue d’exposition. La dénomi- print. Mais le magazine, tel que nous le percevons, nation de « magazine » démocratise le « bel objet » trouve son public spécialisé ; nos lecteurs sont sen- et rejoint l’esprit du magazine : une esthétique pop sibles à la société de l’image et de la communication, et une ligne éditoriale accessible. à l’édition et à la création. SÉBASTIEN — The Steidz est un magazine « de niche », DANS LES MULTIPLES PROPOSITIONS ACTUELLES LIÉES prospectif dans le domaine de la création. La presse À L’ART, À LAQUELLE ÊTES-VOUS LE PLUS SENSIBLES ? spécialisée ne connaît pas la même érosion que la M — À presque tout ! L’art évolue tellement, tant au presse généraliste qui, confrontée au web, peine à niveau de sa forme que de sa monstration, qu’il faut trouver son modèle économique. Notre lectorat de rester sensible à ses mutations. En revanche, je ne trendsetters est à la recherche de supports qualita- suis pas un adepte des œuvres expérientielles, trop tifs et inspirants, alliant du contenu à une véritable didactiques. Elles sont, selon moi, beaucoup trop expérience de lecture. confondues à la notion de spectacle. Par exemple, je ne comprends pas les personnes qui applau- QUELLE EST LA SIGNIFICATION DU NOM THE STEIDZ ? dissent à la fin d’une performance. Le font-elles M — «Steidz» est la transcription phonétique du mot devant une sculpture ou un tableau? anglais « stage » : [steɪʤ]. C’est un terme monosylla- S — J’apprécie d’une manière générale toutes les bique qui reflète bien l’image du magazine. Il évoque formes de créations contemporaines, du moment la scène et donc la mise en lumière de talents sélec- où elles s’adressent autant à notre sensibilité qu’à tionnés au fil des pages. C’est aussi un panorama notre esprit. de la création contemporaine qui est rassemblée, comme sur scène, en une seule unité de lieu. COMMENT VOYEZ-VOUS ÉVOLUER LE MAGAZINE ? S — Il y a une consonance intéressante avec ce mot, ENVISAGEZ-VOUS L’ORGANISATION D’ÉVÉNEMENTS ? même si chacun le prononce différemment. S — Nous concevons ponctuellement des événements pour des foires d’arts et développons également notre EN QUELQUES MOTS, COMMENT DÉFINIRIEZ-VOUS activité d’éditeur en collaborant avec des galeries, VOTRE MAGAZINE ? institutions et artistes. Mais je crois que nous adore- S — Une grande exposition collective regroupant des rions avoir un espace entre galerie et studio d’édition, artistes confirmés et émergents, s’affirmant à travers permettant d’aborder la création différemment. des valeurs d’inspiration, de fonction et d’influence. M — J’aimeraisaccentuerlerythmedepublicationavec M — Talents, concepts et expériences, trois mots cor- un format d’édition différent, en semestriel. L’organi- respondants au rubricage du magazine. sation d’expositions nous intéresse, mais l’on peut déjà considérer que The Steidz est une galerie sur papier ! LA QUALITÉ EST PLUS PROCHE D’UNE BELLE REVUE QUE D’UN MAGAZINE. ÉTAIT-CE L’OBJECTIF ? M — Oui, cela est d’une certaine manière permis par — SITE INTERNET www.thesteidz.com Automne 2016 13

[close]

p. 14

14 LAUDINE VERBRAEKEN Kilti, Lille — PHOTOGRAPHE Ludo Leleu INTERVIEW Olivier Pernot KiltiDEPUIS DEUX ANS, l’association propose des paniers culturels pour découvrir des jeunes artistes et des formes émergentes, et profiter de spectacles sur les différentes scènes de la métropole lilloise, des plus grandes (Opéra, Orchestre) aux plus petites (Biplan). La structure a aussi développé le concept à Paris et à Bruxelles. Avec un franc succès. QUI A LANCÉ KILTI ? Nous sommes trois créateurs : Hélène Marchal, une réalisatrice de courts-métrages d’animation, Antoine Manier, le directeur des Rencontres audiovisuelles, et moi, Laudine Verbraeken, qui était

[close]

p. 15

Portrait Culture #3 chargée de projets aux Rencontres audiovisuelles AU-DELÀ DE LA DISTRIBUTION DU PANIER, KILTI avant de diriger Kilti. Hélène avait entendu parler SE DÉCLINE AUSSI EN SOIRÉES... d’un dispositif similaire à Nantes et nous avons La distribution des paniers se fait lors d’une soirée voulu l’implanter à Lille. L’idée est simple : propo- conviviale et détendue. Il y a des mini-concerts, des ser un panier culturel chaque trimestre, sur le prin- dessinateurs réalisent des croquis dans la salle ou cipe des paniers bio, pour faire découvrir différents toute autre proposition. C’est surtout un moment lieux, bien implantés ou underground, et des artistes de rencontre et de discussion entre les acheteurs émergents. Nous avons lancé le premier Kilti à Lille du panier et les artistes qui sont « dans » le panier. en février 2014. Et dans la continuité, nous avons Car tous les artistes ou auteurs impliqués sont démarré des Kilti à Paris, à Bruxelles et sur le littoral de la région concernée. Et les programmateurs du Nord (Dunkerque/Calais/Saint-Omer). des salles ou des théâtres sont là aussi pour parler des spectacles. QUE TROUVE-T-ON DANS CES PANIERS ? Des produits culturels (CD, DVD, livres), des œuvres QUEL BILAN TIREZ-VOUS APRÈS PLUS DE DEUX ANS (photos, sérigraphies), des places de spectacles D’EXISTENCE ? (concerts, théâtre, danse) et des entrées dans les Le projet est complètement réussi : il a une vraie musées. Chaque panier est un sac en tissu séri- utilité pour les artistes et il y a un intérêt constant graphié spécialement par un artiste autour d’un du public. Le Kilti Lille fonctionne bien, avec 620 thème que nous avons déterminé à l’avance. Tout paniers vendus l’année dernière. Celui à Bruxelles le contenu du panier est en rapport avec le thème. marche très bien aussi, mieux qu’à Paris où il est Pour ce mois d’octobre, le thème sera « L’un dans plutôt difficile à mettre en place. Les Bruxellois sont l’autre », qui traitera de la différence, de l’altérité. hyper friands de ce genre de proposition et adorent En janvier, ce sera un panier « cul », orienté sexe. venir aux soirées. Enfin, sur le littoral, le projet s’ar- rête. Il ne marche pas du tout, pourtant il y a de très SI LE THÈME DU PANIER EST CONNU, SON CONTENU bonnes propositions culturelles. RESTE SECRET... C’est la surprise totale ! C’est le principe de départ, COMMENT ENVISAGEZ-VOUS L’ÉVOLUTION À MOYEN mais nous allons faire évoluer la formule : c’est tou- TERME DU PROJET KILTI ? jours difficile de dépenser 49 €, le prix d’un panier, Nous allons créer une franchise. Dans un premier sans savoir ce qu’il y a dedans. Même si à chaque temps, Paris et Bruxelles vont devenir totalement au- fois, on retrouve dans le sac, deux produits culturels tonomes. Puis, celui qui voudra créer un panier Kilti ou œuvres, et quatre sorties (le prix du panier est dans sa ville pourra le faire facilement grâce à cette à 32 € pour les personnes en difficulté financière : franchise. Sinon, pour le développement à Lille, nous étudiant boursier, demandeur emploi, bénéficiaire allons renforcer les partenariats avec des structures du RSA, NDLR). culturelles. Par exemple, le Kilti d’octobre est réalisé avec Artconnexion : ils vont choisir le graphiste du QUAND ON ACHÈTE UN PANIER À 49 €, Y A-T-IL LA sac et les œuvres à l’intérieur. Nous voulons aussi VALEUR ÉQUIVALENTE DANS LE PANIER ? développer les ventes groupées de paniers à des Largement… et bien plus ! En général, la valeur du universités, des comités d’entreprise ou des institu- panier est à peu près le double. Car nous négocions tions. Tout avance ! les prix quand on achète une centaine de livres ou de CD. Ou quand on récupère des invitations pour des spectacles qui sont en réalité assez chers. — SITE INTERNET www.kilti.fr Automne 2016 15

[close]

Comments

no comments yet