Communauté en Marche - Septembre 2016

 

Embed or link this publication

Description

Le journal de la Paroisse St Gabriel et de ses amis !

Popular Pages


p. 1

COMMUNAUTÉ EN MARCHE Paroisse Saint Gabriel Diocèse de La Rochelle et Saintes Lagord - L’Houmeau - Marsilly - Nieul s/mer Septembre - Octobre - Novembre 2016 Soutien 12€ (un an) N°115 paroissesaintgabriel@free.fr EDITORIAL Au terme d’un été chaud… Les événements de cet été ont ramené d’abord le terrorisme, puis les religions sur le devant de la scène médiatique. Si l’attentat du 14 juillet, à Nice, a fait de nombreux morts, il n’a pas pour autant été revêtu d’une dimension religieuse particulière, hormis dans l’intention présumée de son auteur. Des messes eurent bien lieu, mais peu relayées par les médias. Il en alla évidemment tout à fait autrement après le meurtre du père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray, le 26 juillet. Un véritable déferlement de messes, avec participation des plus hautes autorités de l’Etat, ainsi qu’une multitude de manifestations interreligieuses occupa le devant de la scène médiatique plusieurs jours durant. Les religions apparaissaient – ou plutôt étaient présentées – comme unanimement tolérantes, en dialogue et pacifiques, aux antipodes du terrorisme donc ! A tel point que la décision de classement sans suite, rendue le 1er août par le parquet de Lyon dans l’action menée contre le cardinal Barbarin, passa totalement inaperçue. Je ne voudrais pas me faire l’avocat du diable, mais il m’apparaît tout de même que cette versa- tilité continuelle des médias, surtout à propos de sujets qu’elles connaissent mal comme les reli- gions, est plus préjudiciable qu’autre chose. Dans les quartiers, les croyants des différentes religions n’ont pas attendu les attentats pour se rencontrer, se témoigner intérêt et sympathie réciproques, à l’occasion du ramadan ou des fêtes chrétiennes. Plutôt que la cohabitation passive ou la tentation syncrétiste, le dialogue in- terreligieux porte des fruits ; mais il est beaucoup plus exigeant. Il suppose de ne pas considérer la dimension religieuse de l’être humain comme un domaine à part, une sorte de pan de mon pa- trimoine génétique que je traine avec moi, que j’en sois conscient ou non. Devenir des croyants respon- sables, n’ayant rien aban- donné de leur sens critique, s’éclairant des lumières de la raison, mais aussi acceptant le défit du dialogue entre les religions – dialogue respectueux, mais aussi exi- geant pour l’autre comme pour moi-même - , tout cela est aujourd’hui rendu nécessaire par la for- midable évolution du monde où nous vivons, c’est précisément ce à quoi nous sommes invités en ce début d’année à la paroisse Saint-Gabriel ! L’éveil à la foi, le catéchisme, l’aumônerie des col- légiens et des lycéens, mais aussi le café-Bible pour adultes, peuvent beaucoup y aider. Profi- tons-en ! Père Yves BLOMME SOMMAIRE P.2 Nos joies, nos peines - Les migrants P.3 Rentrée du caté et de l’aumônerie P.4 L’Église et l’argent P.5 La liturgie P.6 La confrérie St Pierre - Tournée des curés P.7 Agenda - La BA des scouts à Marsilly P.8 Association Paroissiale

[close]

p. 2

2 NOS JOIES NOS PEINES DANS LA PAROISSE MAI - JUIN - JUILLET MARIAGES Frank DESMOULIN et Amélie HENRY Gabriel PICORON et Lauriane MIGARD – Cyrille FROMWEILLER et Karine BERTHELOT – Thomas ROUYER et Clémence CARBONNIÈRE – Kevin BAUDY et Mélanie LABORIE – Stéphane MORIN et Sabrina ARRIVÉ Kevin DAGNON et Caroline FRÉMOND BAPTÊMES Lilou BAUDOUIN-LEIGNAC - Yanel BONNET-DECLOSMENIL -Lou BRARD R. BUFFEREAU – Cassandre et Artus CHIRAT - Julia et Charlie COURPOTIN Ambre FAGEON – Tiago FORESTIER Nolan GRASSI- Théa GUILBAUD Garance JOURNET - E. LANDREAU Malo LAUCAIGNE - Edouard LEMAITRE – Romane POIRIER – Liam VERNAGEAU – Julie ZINI OBSÈQUES Jean BLAZY – Michel BROCHARD Lucienne CHAPEAU – François CHANSIGAUD - Michel FEUILLET - Andrée GAULTIER – Maurice GUEFFIER Jacqueline JOLLIT –Ida JUCHEREAU Jean-Louis LE GOHIEC - Jacqueline LESCOP – Yvette ONO - – Paul POINDRON - Gérard POULIQUEN - Thérèse PRUNIER – Mauricette RABIXO – Germaine TROGER - Lina VALLI – Noémie VAUDON NIEUL O PIZZ Tous soirs 19h - 22h sauf mardi 05 46 43 55 96 06 67 51 19 50 LIVRAISON GRATUITE Nieul,Lagord, L’Houmeau, Marsilly ACTUALITÉS : DES MIGRANTS A LAGORD Les migrants ! Cela faisait si longtemps qu’on en parlait, qu’on n’osait plus espérer. Ils sont enfin arrivés, fin avril, je crois. Deux familles : Araz et Dlkwaz (et leurs deux enfants de quatre et deux ans) et Honar et Peiman (et leurs trois enfants). Ils avaient le minimum pour se loger et vivre au jour le jour : quelques subsides de l’État ; une association, Altea, s’ occupait d’eux et de leur demande d’asile. Le problème numéro un était la communication. Nous avec eux, d’abord et la leur avec les commerçants et tous les Français avec lesquels ils allaient vivre. Honar connaissait des rudiments d’anglais ; quant aux autres, c’était le kurde ou l’arabe. Pas facile... Un groupe de quatre personnes s’est constitué, sous l’égide de Brigitte Lacarrière, adjointe de Lagord aux affaires sociales, pour commencer à leur apprendre le français. Il y avait Patrick, Catherine, Nicole et Annick, ce qui n’était pas de trop, quand on pense à la période des vacances qui se pointait et aux trois jours par semaine que nous jugions nécessaires pour apprendre un petit peu. Les enfants ont été inscrits à l’école, ce qui nous a facilité la tâche, car les deux premières fois, il a fallu quelqu’un pour s’occuper des enfants. Ensuite, nous avons essayé de nous procurer du matériel, ardoises, livres de lecture, planches de dessins, mais aussi de fruits et légumes etc. pour la vie de tous les jours. Tout un matériel qui nous est bien utile, vu nos difficultés à nous comprendre. Maintenant, Araz, Dlkwaz et leurs enfants sont partis. Ils sont demandeurs d’asile et habitent la Rochelle. Depuis une quinzaine de jours, seuls Honar et Peiman et leurs enfants restent à Lagord et je viens d’apprendre que la préfecture nous annonce une autre famille. Les vacances sont là. Les enfants ne sont plus à l’école. Ils restent avec nous et apprennent beaucoup plus vite que leurs parents. Ils ont cinq et six ans et on les sent beaucoup plus à l’aise que leurs parents. Nous avons très peu abordé leur passé et surtout leur voyage d’Irak à La Rochelle. Ils nous ont dit qu’ils avaient beaucoup marché et qu’ils avaient traversé en bateau de la Turquie à la Grèce. C’est tout . Mais il n’est pas facile de nous expliquer et peut-être la pudeur les empêche-t-elle de nous en dire plus. Ils sont très sympathiques. Nous essayons de découvrir leurs habitudes et leur culture. Nous les avons emmenés au centre Leclerc faire des courses, à L’Houmeau, nous promener et apprendre certaines choses ayant trait à la mer, à Poitiers, remplir des dossiers... Ils sont partis début août pour Niort. Pour l’organisation des obsèques POMPES FUNEBRES C. GUILLON Rue des Wagonnets - Bat. 5 NIEUL SUR MER 05 46 37 41 66 06 08 25 60 20 Nous serons tristes de nous quitter mais nous ne faisons que les accompagner un bout de chemin. Ils feront la connaissance d’autres personnes et la vie continuera pour eux. Annick Blanchet

[close]

p. 3

TO NS ! COPAINS ★ DÉCOU C A T É ET A U M O N E R I E Avec la rentrée scolaire se pose souvent la question de la catéchèse pour les enfants et les adolescents.Le quotidien des familles, les activités périscolaires laissent souvent peu de place à l’ éducation religieuse de ceux-ci et la possibilité de faire grandir en eux la foi. Voici en quelques lignes une présentation de la catéchèse telle que nous souhaitons la vivre avec les enfants et les jeunes de notre paroisse. US AU CATÉ 3 Expérimenter l’Amour de Dieu qui aime tous les hommes. Ensemble, les enfants découvrent peu à peu que cette Parole vivante peut les aider à voir comment Dieu est présent aussi dans leur vie. Prier seul ou avec d’autres. Écouter la Parole que Dieu nous adresse et faire silence, répondre avec nos mots ou les mots de l’Église, remercier, demander, s’étonner... Au caté, l’Église accueille chacun pour faire naître et grandir au cœur de sa vie la relation à Dieu. Apprendre à vivre en chrétien le respect de l’autre, le partage, la joie et la confiance. Les enfants sont accompagnés par des adultes formés, désireux de cheminer avec eux dans leur foi. Grandir dans la foi par des activités variées, vivantes et passionnantes. Échanger autour des questions sur la vie, la mort, le bonheur, l’amour, la justice, l’avenir de la planète… Découvrir un patrimoine chrétien et des témoins. Aller à la découverte des églises et des lieux de pèlerinage. Mieux connaître aussi les histoires des grands personnages bibliques de l’Ancien et du Nouveau Testament, les grands saints de l’Église et les témoins de Jésus aujourd’hui. Rencontrer Jésus et découvrir l’Église catholique. L’Église transmet la bonne nouvelle à tous les hommes, à travers les âges. Faire l’expérience de la foi au sein de Église, permet d’ouvrir son cœur aux dimensions du monde et de porter un regard d’espérance et de charité sur tous les hommes. Recevoir des repères et devenir capable d’utiliser sa liberté pour faire le bien. Dieu, qui aime tous les hommes, veut pour tous le bonheur, la paix et la justice. Jésus dit : « Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux.» VERTES ★ PARTAGE ★ JEUX ★ ANIMATIO INFORMATIONS 2016 - 2017 Inscriptions (caté et aumônerie collège-lycée) 12.09 de 17h à 19h à Lagord (église) 13.09 de 16h à 18h à Marsilly (salle paroissiale) 14.09 de 14h à 16h à Nieul (presbytère) 15.09 de 17h à 19h à Lagord (église) 16.09 de 16h à 18h à Nieul (presbytère) Renseignements Marie DEVALLET 06 01 71 59 66 - 09 53 02 68 66 marie.cate.aumonerie@free.fr http://paroissenordlarochelle@neuf.fr LE CATÉ VACANCES pour les enfants de CE2 CM1 et CM2 - Aucun créneau en semaine ne convient par rapport à votre disponibilité ou celle de votre enfant. - Vous accueillez vos petits-enfants pendant les vacances scolaires et souhaitez leur faire découvrir Jésus. - Vous souhaitez que votre enfant vive le caté vacances en complément du caté «semaine» Le caté vacances est une nouvelle proposition du doyenné de la Rochelle : 2 jours de caté à chaque début de «petites vacances» Toutes les infos : Marie DEVALLET 06 01 71 59 66 http://paroissenordlarochelle@neuf.fr

[close]

p. 4

4 L’ É G L I S E E T L’ A R G E N T Le financement des lieux de culte La crise de l’été 2016 a eu entre autre pour effet de ramener sur le devant de la scène la question du financement des lieux de culte en France. Le sujet étant surtout posé par rapport à l’éventuel financement de la construction de mosquées par l’étranger. A vrai dire, ce n’est pas la première fois que ce problème se pose depuis la loi de Séparation de 1905, mais comme jusqu’ici il concernait essentiellement l’Eglise catholique, on y avait beaucoup moins porté attention. Au lendemain de la Séparation, et en l’absence de toute association adaptée pour cela – le Pape ayant refusé les cultuelles prévues par la loi - , une première vague de construction d’églises eut lieu dans les banlieues des grandes villes : essentiellement dans le diocèse de Paris – le département de la Seine à l’époque – où les projets étaient depuis longtemps bloqués. Cette vague se prolongea durant l’entredeux-guerres, facilitée par la constitution des associations diocésaines, rendue possible par les accords de 1924. Chez nous, l’église de Fétilly est un beau témoin de cette époque. Les constructions devant être financées exclusivement par l’argent des fidèles, beaucoup de diocèses organisèrent l’œuvre des chantiers diocésains, connue dans le diocèse de Paris sous le nom de Chantiers du cardinal à partir de 1931, en référence au cardinal Verdier, son instigateur. Beaucoup de ces églises, du moins en région parisienne, bénéficièrent de baux emphytéotiques. Dans la seconde moitié du XXe siècle, une nouvelle vague de construction eut lieu dans les années 1960, pour faire face au phénomène d’urbanisation croissante et de développement des banlieues. Ainsi, un numéro de la revue Missi titrait à cette époque : « 1200 églises à construire en dix ans ! »Le diocèse de Lyon construisit à lui seul près de 120 églises. On peut penser chez nous aux églises ou chapelles de Port-Neuf, de Bellevue à Saintes et de Saint-Paul à Rochefort. Un coup d’arrêt, qui s’explique surtout par la crise post-conciliaire, eut lieu au début des années 1970. Il est parfaitement illustré chez nous par l’ « affaire » de l’église de la Sainte-Famille à Mireuil, construite, mais jamais utilisée et finalement revendue. Les leçons à tirer de cette expérience me paraissent être multiples. D’abord, tablant sur une pratique régulière de l’ordre de 10 %, on a sans doute trop construit dans les années 1960. Il en a résulté des édifices rapidement sous-employés, plus ou moins délaissés, parfois revendus. Ensuite, pressé par des besoins qu’on se représentait très grands, on a souvent construit trop vite et trop à l’économie. Le résultat a été des édifices médiocres, réclamant rapidement de grosses réparations. On a ensuite cru à un moment trouver une solution dans la cession des édifices aux collectivités territoriales pour le franc – puis l’euro – symbolique… Une opération qui n’est plus possible aujourd’hui, le Conseil d’Etat ayant estimé que, dans la mesure où l’affectation cultuelle demeurait, il s’agissait d’une véritable subvention déguisée au culte, ce que la loi interdit. On voit donc que la question n’est pas simple. Mais l’expérience de l’Eglise catholique peut servir à d’autres ! Père Yves BLOMME

[close]

p. 5

VIVRE LA LITURGIE 5 LITURGIE Passer la porte Entrer, passer, ouvrir. Gestes anodins, quotidiens, qui peuvent nous rappeler tout au long du jour le passage que nous avons à opérer des apparences au mystère qui leur est sous-jacent, de la dispersion mondaine à l’union au Christ, de la mort à la vie. La liturgie est là pour nous y aider : près de la porte de l’église ont été placés le bénitier et , dans de nombreuses églises les fonts baptismaux. Nous y associons ainsi le franchissement du seuil à notre naissance à la lumière, à notre initiation. Aux premiers temps du christianisme, des gardiens veillaient à ce que seuls les baptisés accèdent à la célébration des mystères. Rassemblons donc notre attention au seuil de ce redoutable passage comme devant une douane ou sous un regard qui nous met à nu. Les scènes de jugement représentées sur les tympans des cathédrales évoquent symboliquement la révélation du fond des consciences. Avons-nous été fidèles aux promesses de notre baptême ? Sommes-nous sur un juste chemin ? Dans quelles dispositions allons-nous participer à la célébration eucharistique ? Tout ou beaucoup se joue dans le passage du seuil. La porte par sa forme – base rectangulaire surmontée d’un arc- résume le plan de l’édifice entier. «Je suis la Porte » a affirmé le Christ. Franchir la porte, c’est vivre une Pâque, c’est passer, en lui et par lui, de l’extériorité à l’intériorité. De même, la porte extérieure de l’église synthétise en elle toutes les portes intérieures (parfois virtuelles): celles qui séparaient autrefois l’exonarthex du narthex, la nef du choeur, le choeur du sanctuaire pour arriver finalement à l’autel, saint des saints « porte du ciel » Comme le dit saint Césaire d’Arles, un évêque du VIe siècle : « De même que tu entres dans cette église, Dieu veut entrer dans ton âme » D’après : Comprendre et vivre la liturgie- Presses de la Renaissance POURQUOI CHANTER À LA MESSE ? Dans la constitution Sacrosanctum concilium, le concile Vatican II promeut la « participation active » des fidèles à la liturgie, soulignant que celle-ci s’exprime en particulier par « les acclamations du peuple, les réponses, le chant des psaumes, les antiennes, les cantiques » et, ajoutait le concile : « Lorsque l’Eglise prie, chante ou agit, la foi des participants est nourrie, les âmes s’élèvent vers Dieu pour lui rendre un hommage spirituel et recevoir sa grâce avec plus d’abondance ». « Le chant et la musique ne sont pas des éléments qui « accompagnent » le culte ou la prière, ils sont l’expression de la prière elle-même » explique le P.Uberall , chroniqueur à la revue Signes musiques. Il ne s’agit pas de chanter pendant la messe mais de chanter la messe Qui chante ? Le chant à la messe présente des formes extrêmement variées : des litanies (le kyrie, l’Agnus), des acclamations (l’Alléluia, le Sanctus, l’anamnèse), des cantiques à refrain-couplets. Chacune de ces formes suppose un acteur différent : assemblée, président, animateur, chorale, organiste. Mais c’est l’assemblée qui est le premier sujet de la liturgie. Pour autant, l’assemblée ne doit pas tout chanter et tout le temps. Outre que « participation active » n’est pas « activisme », et qu’il faut savoir aussi mélanger des temps de silence et de recueillement, le chant lui-même doit respecter l’alternance entre la chorale, l’assemblée et les solistes. Le chant participe ainsi au plus profond mystère de la messe : à travers lui, nous offrons à notre Créateur le souffle que nous tenons de lui et qui est notre vie propre.

[close]

p. 6

6 NOTRE PAROISSE LA CONFRERIE SAINT-PIERRE DE MARSILLY Xavier Brun nous accueille chaleureusement et nous présente la toute jeune confrérie Saint-Pierre dont il est le président. Elle a été fondée en mars 2015. Qu’est-ce qu’une confrérie ? Une confrérie est une association de laïcs et de religieux engagés dans une cause commune. En l’occurrence il s’agit d’un engagement chrétien qui a pour objectif de s’ouvrir sur le monde. Il ne s’arrête pas aux portes de l’église mais prend sa pleine dimension dans les domaines de la vie quotidienne, familiale aussi bien que professionnelle et sociale. Il s’agit avant tout d’une volonté de suivre le Christ et de vivre pleinement l’enseignement des évangiles. Cette démarche s’appuie sur l’approfondissement des valeurs chrétiennes qui donne tout son sens à cet engagement : ouverture, tolérance et échange, respect de l’être humain, solidarité et partage mais aussi, sens du culturel et de la tradition et dimension spirituelle dans cet engagement. Ses initiatives En accord avec la Paroisse SaintGabriel dont elle fait partie, l’intérieur de l’église de Marsilly a été partiellement restaurée ou rénovée : bancs, chaire et confessionnal remis en état, tour aménagée. Ces travaux ont pu être réalisés grâce, entre autres, aux visites touristiques nombreuses dues aux heures d’ouverture plus fréquentes (de 15h à 19h, d’avril à fin juin). L’ensemble des lieux est géré par ses membres. Des projets d’animation s’élaborent, s’intensifient: concerts, expositions sur ce patrimoine culturel et cultuel,etc... en jonction et coordination avec la commune. La nuit des églises Le samedi 2 juillet 2016, à la demande des Evêques de France et de son département Art sacré, la Confrérie Saint-Pierre de Marsilly a participé à la nuit des églises 2016, pour la deuxième année consécutive. Elle a ouvert ses portes de 18 à 23 heures pour la visite gratuite de l’église et du clocher. Monsieur Pierre Brossard, organiste à Saint Etienne de Tonnay-Charente,  a exécuté des morceaux de musique sacrée sur l’harmonium et répondu aux questions des visiteurs concernant cet instrument ancien. Plusieurs associations marselloises ont exposé leurs œuvres sous le clocher-porche : peintures, poterie, photos et video, fleurissement...etc.. et présenté leurs activités. La visite de l’édifice était commentée par Xavier Brun et des membres de la Confrérie Saint-Pierre. En lien avec la Pastorale du Tourisme et des Loisirs de l’Evéché, deux jeunes du service civique ont rejoint l’équipe d’accueil. Pour toutes informations : www.confreriesaintpierremarsilly.fr Marie-Claire LUNA AUX PLAISIRS DU MOULIN Ccial des Chênes verts- Nieul s/mer ENTRETIEN JARDIN DidierBRUNEAU 0661259060 « D i A a l g r A d n N n 0546276895 Lundiauvendredi Vendredietsamediisoir dbruneau@yahoo.fr

[close]

p. 7

ET LE DIOCÈSE 7 Dans la paroisse 8 septembre : conseil pastoral. 11 septembre : vide-grenier dans le parc Gabriel Coll de l’église de Lagord. 2 octobre : messe de rentrée à Lagord suivie d’un repas commun aux deux secteurs. Chez les Clarisses Messe dominicale : 10h, précédée de l’Adoration à 9h En semaine : messe à 9h15 Tous les jours (sauf dimanche) : office à 8h, suivi de l’adoration jusqu’à la messe de 9h15 SCOUTS Des Bonnes Actions à Marsilly ! Dans le diocèse 12 au 15 septembre : rassemblement national de la Pastorale des personnes handicapées à Lourdes. 17/18 septembre : journées du patrimoine. 27 septembre au 2 octobre : stand chrétien au Grand Pavois à La Rochelle. 22 octobre : tournée des curés à Dompierre sur Mer. 8 au 17 octobre : pèlerinage en Terre Sainte. «Nous sommes les Guides et Scouts de France de la Motte-Servoleix, en Savoie, Depuis le 8 aout, vous avez pu nous voir à Marsilly, où nous ne passons pas inaperçus avec nos chemises rouges ! Arrivés de Nantes à vélo, nous sommes un groupe de 26 jeunes entre 14 et 17 ans, accompagnés de 4 chefs. Installés au complexe sportif, nous repartirons le 21. Après les installations et la découverte à pied des environs, nous repeignons une salle de caté, fabriquons un herbier pour la commune et présenterons peut-être le scoutisme à des enfants du centre de loisirs de Marsilly. Au-delà de ses activités, le scoutisme nous permet de vivre en communauté, d’acquérir de l’autonomie, de se détacher du quotidien et d’apprendre à être nous-mêmes, au travers de temps de vie, de jeux, de services et d’ expériences. Nous vous remercions tous de nous avoir permis de vivre cette aventure en nous accueillant dans votre village, en espérant vous revoir bientôt». Les pionniers et caravelles du groupe Charcot

[close]

p. 8

ASSOCIATION PAROISSIALE Grand vide-grenier Dimanche 11/09/16 Parc de l’église LAGORD Site internet de l’association : w w w. s a i n t - g a b r i e l . i n f o Informations, réservation et payement sécurisé directement en ligne ! COMMUNAUTÉ EN MARCHE Paroisse St Gabriel 10 rue de Beauregard 17137 NIEUL s/mer 05 46 37 40 29 paroissesaintgabriel@free.fr http://gabypop17.blogspot.fr Directeur de la publication : Abbés BLOMME et BRÉ Équipe de rédaction : Marie DEVALLET, Marie-Claire LUNA, Philippe MARTINEAUD, Monique VERDE Impression : A3 Diffusion / IRO Périgny Tirages : 1 200 exemplaires Permanence d’accueil paroissial mardi, jeudi et vendredi de 14h à 17h Pour rencontrer Mr le curé : appeler le secrétariat pendant les heures de permanence ou laisser un message sur le répondeur : 05 46 37 40 29

[close]

Comments

no comments yet