Feuilletage - Réussir le permis de chasser 2017

 

Embed or link this publication

Description

Feuilletage - Réussir le permis de chasser 2017

Popular Pages


p. 1



[close]

p. 2

SOMMAIRE SOMMAIRE 1 TOUTES LES QUESTIONS ET LES RÉPONSES OFFICIELLES DE L’EXAMEN DU PERMIS DE CHASSER 1. La sécurité et l'armement 2. La faune sauvage 3. La chasse, la gestion et les chiens 4. Les lois et les règlements 9 10 27 55 68 2 L’EXAMEN DU PERMIS DE CHASSER ET AUTRES FORMATIONS 93 1. Comment passer l’examen du permis de chasser ? 2. Dispense, absentéisme, candidats étrangers 3. La formation « chasse accompagnée » 4. Pour chasser « accompagné » 5. Pour chasser à l’arc 6. Les autres formations du chasseur 94 99 99 100 101 102 3 L’ARMEMENT 1. Généralités 2. Les fusils 3. Les carabines 4. Les armes combinées 5. Les interdictions 6. Les formalités 105 106 106 119 128 129 130 4 LES RÈGLES DE SÉCURITÉ 1. La règle d’or 2. Sept principes essentiels 3. Les réflexes « sécurité » au quotidien 4. Comme si vous y étiez : bons et mauvais gestes 5. Les accidents de chasse 6. L’assurance chasse 7. Le partage de l’accès aux espaces naturels 8. Des outils pour plus de sécurité 127 132 132 136 142 146 149 150 152

[close]

p. 3

RÉUSSIR LE PERMIS DE CHASSER 5 LA FAUNE SAUVAGE 1. De quelles espèces parle-t-on ? 2. Le petit gibier sédentaire 3. Les oiseaux de passage terrestres 4. Le gibier d’eau 5. Le grand gibier 6. Le gibier de montagne 7. Les espèces nuisibles 6 L’ORGANISATION DE LA CHASSE 1. Généralités 2. L’échelon national 3. L’échelon régional 4. L’échelon départemental 5. L’échelon local 6. Le contrôle 7 LA LÉGISLATION 1. Généralités 2. Tout sur le permis et les validations 3. Où chasser ? Où ne pas chasser ? 4. Quand chasser ? 5. Limitations des tableaux de chasse 6. Tous les modes de chasse 7. Infractions et sanctions CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES 155 156 159 187 201 227 254 273 293 294 295 297 298 300 304 307 308 310 323 327 333 326 346 348

[close]

p. 4

TOUTES 1LES QUESTIONS ET LES RÉPONSES OFFICIELLES DE L’EXAMEN DU PERMIS DE CHASSER

[close]

p. 5

TOUTES LES QUESTIONS ET LES RÉPONSES OFFICIELLES DE L’EXAMEN 7. La portée limite dangereuse d’un plomb no 5 diamètre 3 mm est de a : 100 mètres b : plus de 200 mètres 8. La portée utile d’une balle tirée dans un canon lisse est-elle supérieure à celle d’une balle tirée dans un canon rayé ? a : oui b : non 9. Pour fermer mon fusil, a : je relève les canons b : je relève la crosse 10. En attente, prêt à épauler, puis-je avoir le doigt sur la détente ? a : oui (comme en A) b : non (comme en B) A B 11. La balle d’une arme à canon rayé peut-elle encore blesser quelqu’un au-delà de 1 000 mètres ? a : oui b : non 12. Assis dans une barque, chasseur et rameur doivent être a : dos à dos b : tournés dans la même direction 13. Si je glisse par erreur une cartouche de 20 dans mon fusil calibre 12, est-ce dangereux ? a : oui b : non 14. Pour chasser le faisan, il est préférable de charger mon fusil avec des cartouches à plombs a : no 3 b : no 6 c : no 9 QCM : la sécurité et l'armement 11

[close]

p. 6

RÉUSSIR LE PERMIS DE CHASSER 15. Pour chasser la grive, il est préférable de charger mon fusil avec des cartouches à plombs a : no 3 b : no 6 c : no 9 16. Pour ne pas blesser inutilement un lièvre, je ne tire pas au-delà d’une distance de a : 30 mètres b : 50 mètres c : 70 mètres 17. Dans mon fusil calibre 12, chambré à 70 mm, puis-je tirer sans danger n’importe quelle cartouche de calibre 12 ? a : oui b : non 18. Dans mon fusil calibre 12, chambré à 65 mm, puis-je tirer sans danger n’importe quelle cartouche de calibre 12 ? a : oui b : non 19. Le plomb no 4 va-t-il plus loin que le plomb no 8 ? a : oui b : non 20. Le choke a pour effet a : de resserrer la gerbe de plombs b : d’élargir la gerbe de plombs 21. Un fusil calibre 12 tire-t-il des cartouches plus grosses qu’un fusil calibre 20 ? a : oui b : non 22. Le chiffre 7 du calibre 7 x 64 est une indication relative a : au diamètre de la balle b : au poids de la balle c : à la longueur de la balle 12 QCM : la sécurité et l'armement

[close]

p. 7

TOUTES LES QUESTIONS ET LES RÉPONSES OFFICIELLES DE L’EXAMEN 23. Une de ces deux balles est interdite à la chasse, a : la balle blindée b : la balle expansive 24. La cartouche magnum à plombs est expressément réservée à a : une chambre de 65 mm b : une chambre de 70 mm c : une chambre de 76 mm 25. Mon fusil et ma carabine peuvent-ils tirer des balles ? a : oui b : non 26. Les rayures d’un canon rayé pour le tir à balle servent à a : accroître la précision de tir b : réduire le recul de l’arme 27. Sur la base d’une cartouche à balle se trouve l’inscription 270. Il s’agit a : du poids de la charge de poudre b : d’une indication relative au diamètre de la balle 28. Pour franchir une clôture, a : je mets le cran de sûreté b : j’ouvre mon fusil c : je décharge mon fusil 29. Avant de monter sur un tas de branchages, a : je ne suis pas obligé de décharger mon fusil b : je dois décharger mon fusil 30. Croisant une autre personne, a : seul le chasseur A tient correctement son fusil b : seul le chasseur B tient correctement son fusil A B QCM : la sécurité et l'armement 13

[close]

p. 8

RÉUSSIR LE PERMIS DE CHASSER 31. En battant un buisson avec son fusil chargé, un chasseur respecte-t-il les règles de sécurité ? a : oui b : non 32. De ces trois numéros de plombs, lequel correspond au plus gros diamètre ? a : no 3 b : no 6 c : no 9 33. Un fusil de type mixte comporte a : deux canons rayés b : un canon lisse et un canon rayé 34. Un fusil de type express comporte a : deux canons rayés b : un canon lisse et un canon rayé 35. Dans une battue de grand gibier, posté au fond d’un fossé, a : je suis bien placé car peu visible du gibier qui approche b : je constitue un danger car mon tir ne sera pas fichant 36. En battue, il faut commencer à mettre en joue le gibier a : dès qu’on le voit b : dès qu’il est à portée de tir c : dès qu’il dépasse un angle de 30° par rapport à mon voisin de poste 37. Pour matérialiser un angle de 30° vers ma droite, j’effectue a : 5 pas à droite et 3 pas perpendiculairement b : 6 pas à droite et 2 pas perpendiculairement c : 3 pas à droite et 2 pas perpendiculairement 38. Au signal de fin de battue, je commence par a : décharger mon arme b : aider mes voisins à ramasser leur gibier c : vérifier mes impacts de balle lorsque j’ai tiré 14 QCM : la sécurité et l'armement

[close]

p. 9

TOUTES LES QUESTIONS ET LES RÉPONSES OFFICIELLES DE L’EXAMEN 39. Ce chasseur commet-il une imprudence ? a : oui b : non 40. Je peux être posté sur le bas-côté d’une route a : si je ne tire pas dans sa direction ni au-dessus b : si je tire avec une arme à canons lisses c : en aucun cas 41. Après avoir chuté avec mon arme, il est indispensable de vérifier prioritairement a : la ligne de visée b : la propreté de la crosse c : l’intérieur des canons 42. Une balle tirée dans un fusil à canons lisses peut-elle être encore dangereuse à 1 000 mètres ? a : oui b : non 43. Avec des cartouches identiques tirées à une même distance, la gerbe de plombs la plus large sera obtenue par a : un canon plein choke b : un canon demi-choke c : un canon quart de choke 44. Avec des cartouches identiques tirées à une même distance, la gerbe de plombs la plus serrée sera obtenue par a : un canon plein choke b : un canon demi-choke c : un canon lisse amélioré 45. Vous êtes posté dans une battue de grand gibier. Le gibier et les rabatteurs arrivent face à la ligne des chasseurs. Tous les chasseurs se placent a : comme le chasseur A b : comme le chasseur B QCM : la sécurité et l'armement 15

[close]

p. 10

L’EXAMEN 2DU PERMIS DE CHASSER ET AUTRES FORMATIONS

[close]

p. 11

L’EXAMEN DU PERMIS DE CHASSER ET AUTRES FORMATIONS Depuis janvier 2003 (loi chasse du 26 juillet 2000 et décret d’application de septembre 2001), l’examen du permis de chasser comporte : - une épreuve théorique ; - une épreuve pratique. Toutes deux sont organisées par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), lors de sessions différentes. L’établissement dispose pour l’organisation de ces épreuves d’une équipe de 25 inspecteurs régionaux, spécialement formés et répartis sur tout le territoire. L’examen aujourd’hui Depuis janvier 2014, la réforme souhaitée par le monde cynégétique visant à raccourcir les délais d’attente des candidats a été mise en place : un examen unique est dorénavant organisé, au cours de la même journée. Il est composé d’un ensemble de cinq ateliers : - quatre ateliers consacrés à la pratique ; - un atelier consacré à la théorie. Cet examen est noté sur un total de 31 points : - 21 points pour l’atelier pratique ; - 10 points pour l’atelier théorique. Pour être reçu, le candidat doit : - avoir obtenu une note minimum de 25 points (sur 31, barème unique) ; - ne pas avoir présenté de comportement éliminatoire (ateliers pratiques) ; - avoir bien répondu à la question éliminatoire portant sur la sécurité (ate- lier théorique). Le candidat doit : - s’être inscrit au préalable à une formation obligatoire dispensée par les Fédérations départementales des chasseurs (FDC) ; - être obligatoirement âgé de 15 ans au moins le jour de l’épreuve. Les épreuves sont organisées tout au long de l’année en fonction du nombre de candidats présentés par les FDC. Le nombre et le calendrier des épreuves varient donc selon les départements. En cas d’échec à l’épreuve, le candidat doit déposer un nouveau dossier d’inscription et se présenter à une nouvelle session. Les fautes éliminatoires et le barème de notation sont déterminés par une commission nationale dont la composition et le fonctionnement sont fixés par arrêté ministériel. Cette commission établit également la liste des sujets des épreuves de l’examen et élabore les questionnaires et leurs corrigés. 95

[close]

p. 12

RÉUSSIR LE PERMIS DE CHASSER A COMMENT S’INSCRIRE À L’EXAMEN ? Le candidat Le candidat doit prendre contact avec la Fédération départementale des chasseurs (FDC) de son choix, qui va lui proposer des dates de formation théorique et pratique qu’il devra obligatoirement suivre préalablement à l’épreuve de l’examen. La FDC et l’ONCFS À la suite de ces formations, la FDC transmet à l’ONCFS son dossier d’inscription, dûment complété par le candidat et accompagné du règlement des droits d’inscription, qui comprend : - une demande établie sur un formulaire spécial (CERFA no 13945*04) dis- ponible sur le site de l’ONCFS et dans les FDC ; pour les mineurs, cette demande est formulée par le représentant légal ; - la photocopie d’une pièce d’identité (carte nationale ou passeport) ; - deux photographies d’identité récentes et normalisées ; - un chèque bancaire ou postal d’un montant égal au droit d’inscription établi à l’ordre de l’agent comptable de l’ONCFS ; - un certificat médical. En cas de force majeure dûment justifiée, le candidat n’ayant pu se présenter à l’épreuve est convoqué pour une seconde session, sans être obligé de payer à nouveau le droit d’inscription. B DÉROULEMENT DES QUATRE ATELIERS PRATIQUES Aménagement type de l’examen du permis de chasser Accueil candidat Départ Passage d'une clôture Véhicule / Maison 1er atelier Parcours de chasse simulé (6 points) Haie Passage d'un fossé 5e atelier Questions théoriques (10 points) COMPORTEMENT GÉNÉRAL 3 POINTS 2e atelier Rangement de l'arme (1 point) 4e atelier Chasse en battue (5 points) 3e atelier Tir réel à la fosse (6 points) 96

[close]

p. 13

L’EXAMEN DU PERMIS DE CHASSER ET AUTRES FORMATIONS 1er atelier Évolution sur un parcours de chasse simulé avec tir à blanc (6 points) Le candidat doit évoluer sur un parcours de chasse simulé correspondant au schéma ci-contre. L’inspecteur du permis de chasser doit noter le candidat en fonction de son comportement sur les cinq postes du parcours et lui expliquer les règles générales de notation pour l’épreuve. Le candidat utilise un fusil à canons lisses fourni par le centre d’examen (canons juxtaposés ou superposés, crosse courte ou moyenne). Pour les postes correspondant au tir d’un plateau, le départ du plateau en direction de la gauche ou de la droite est aléatoire, donc non connu du candidat comme de l’inspecteur. Au début de l’épreuve, l’inspecteur tend au candidat le fusil ouvert et déchargé et lui fournit les douilles amorcées au fur et à mesure de ses besoins et de son évolution sur le parcours. Le fusil est alors chargé à deux douilles amorcées par le candidat. Tout comportement dangereux sur le parcours est éliminatoire. 2e atelier Rangement d’une arme (1 point) Rangement dans un véhicule et avant transport d’une arme de chasse (fusil semi-automatique ou fusil à canon basculant) dans un étui long ou dans un étui court. 3e atelier Épreuve de tir sur plateau d’argile (6 points) Le candidat, muni d’un fusil (selon son choix, à canon basculant ou semi-automatique) à canons lisses chargé de deux cartouches à grenaille, est placé sur le pas de tir d’une fosse type Euro d’où sont envoyés six plateaux d’argile dans un ordre aléatoire. L’un des plateaux est de couleur rouge et symbolise une espèce protégée. Une silhouette humaine est disposée sur le pas de tir. Le candidat ne doit pas, sous peine d’élimination, tirer sur le plateau qui part vers la silhouette humaine ni sur les plateaux de couleur rouge qui symbolisent des espèces protégées, interdites à la chasse. Le but de l’épreuve est de vérifier que le maintien de l’arme, son chargement et la position du candidat sont corrects et s’effectuent en toute sécurité. Tout comportement dangereux à ce poste est éliminatoire. 97

[close]

p. 14

3L’ARMEMENT

[close]

p. 15

L’A R M E M E N T Il existe de nombreux autres types de balles pour armes lisses. Comment choisir les balles ? - une même balle peut être chargée dans des cartouches différentes ; - on ne peut déterminer que par des essais à la cible quelle cartouche à balle convient le mieux à son fusil ; - pour le tir à balle, on a toujours intérêt : • à choisir le calibre 12, chambre de préférence à 70 ou 76 mm ; • à utiliser le canon le moins choké possible (lisse amélioré) ; • à opter pour la cartouche convenant le mieux et à ne plus en changer ; • à faire monter par un armurier une hausse auxiliaire, la ligne de mire et le guidon étant insuffisants pour un tir de précision ; - il est également possible d’utiliser un fusil dit « spécial tir à balle », c’est-à- dire aux canons et aux organes de visée se rapprochant de ceux des armes rayées. Emploi Le tir à balle en canon lisse est très différent de celui en canon rayé : - le projectile baisse beaucoup plus vite, notamment à cause de son poids supérieur et de sa moindre pénétration dans l’air ; - sa faible vitesse (200 m/s à 100 mètres) nécessite des corrections aussi importantes que pour le tir à plombs ; - son énergie cinétique est médiocre à grande distance, multipliant alors les risques de blessures non décisives ; - le projectile ne se déforme pas à l’impact, ce qui renforce le danger précé- dent. Pour ces raisons et quelques autres, le tir à balle en canon lisse ne se justifie vraiment qu’à la condition de tirer à de très courtes distances (30 mètres en calibre 12 sur gibier en mouvement, 40 mètres au calibre 12 au maximum sur gibier arrêté). À savoir Un fusil tirant bien la balle tire toujours bien le plomb. Aussi faut-il choisir son fusil en fonction d’abord de ses qualités lors du tir à balle. J LES TROIS TYPES DE PORTÉE DES CARTOUCHES 1. La portée utile La distance maximale à laquelle le gibier, bien visé avec le numéro de plomb approprié, est tué net à coup sûr est de 40 mètres pour le tir à plombs. Dans la majorité des cas, la mort est due au choc subi par le système nerveux. Un nouveau chasseur a tout intérêt, pour éviter de perdre des pièces qu’il ne retrouverait pas sur le coup (encore capable de fuir ou de ruser), à bien se mettre dans l’œil, sur le terrain, cette distance maximale. 115

[close]

Comments

no comments yet