Lettre d'information GF - juin 2016

 

Embed or link this publication

Description

Lettre d'information GF - juin 2016

Popular Pages


p. 1

Lettre d’information juin 2016 Sommaire Edito Par François Veillerette, Directeur de Générations Futures Le début d’année a démarré sur les chapeaux de roues pour Générations Futures ! Entre le documentaire « Cash Investigation » de février consacré à l’exposition des enfants aux pesticides où nous apparaissons et pour lequel nous avions apporté notre expertise ; le lancement de notre procédure dans le dossier des mines de Saint Félix de Palière ; la 11ème Semaine pour les alternatives aux pesticides avec des temps forts dont la remise du Prix « De la santé dans nos paniers » et la diffusion de notre kit « 0 phyto, 100% bio ! » à destination des élus ainsi que notre campagne d’interpellation des médecins avec la publication de notre brochure « Pesticides et santé » ; de nombreuses actions de pression sur le dossier du glyphosate dont la décision de réhomologation (ou non) sera prise cette année avec la réalisation d’un sondage et un dépôt de plainte ; enfin le lancement d’une Coordination nationale des collectifs locaux de soutien aux victimes des pesticides et la mise en ligne de la toute première carte de France de ces victimes, qu’elles soient professionnelles ou riveraines de zones cultivées ; nous pouvons dire que nous n’avons pas chômé... Tout ce travail, couplé à un effort de structuration de notre association au travers de l’action et de l’implication remarquables de nos membres, tout particulièrement nos Relais Locaux, fut des plus intense…. Cinq mois très chargés donc et qui annoncent d’autres mois tout aussi intenses ! Nous vous préparons pour les semaines qui viennent de nouvelles actions dont les objectifs restent inchangés : dénoncer les impacts sanitaires et environnementaux des pesticides et promouvoir les alternatives à ces toxiques. Nous devons ici encore vous témoigner toute notre reconnaissance. Ce travail d’équipe serait impossible sans votre soutien. Si vous l’appréciez, diffusez ce travail à votre réseau car plus nous serons nombreux à savoir et à nous mobiliser, plus nous serons efficaces et écoutés dans nos demandes ! 2 Les victimes des pesticides s’affichent et aspirent à des changements ! Soutenons-les ! 3 Victimes : C’est arrivé ce même jour et le lendemain ! 3 Une étude prouve que les coûts induits par les pesticides dépassent largement les bénéfices procurés ! 4 SPAP : un grand succès pour la 11ème édition ! decins 4 Action : Interpellez vos mé5 Générations Futures porte plainte contre la ré-homologation du glyphosate ! 5 Nouvelle étude : Le Roundup, toxique à des doses très inférieures à la dilution agricole 6 0 phyto 100% bio : Un kit 6 Découvrez le relais local de Tarbes pour inciter les communes à s’engager ! 7 Remise des prix “De la santé dans nos paniers” 8 Un nouveau relais local à Strasbourg ! 8 Agenda

[close]

p. 2

Les victimes des pesticides s’affichent et aspirent à des changements ! Soutenons-les ! Le 21 avril 2016, notre association - après des années de travail et des mois de préparation - a mis en ligne la 1ère carte de France des victimes des pesticides. Riverains et professionnels exposés à ces toxiques et victimes des mêmes maux témoignent de concert pour dénoncer les effets néfastes de ces « produits de santé des plantes » selon le jargon des tenants de l’agrochimie. « Produits de santé des plantes » ; cela pourrait prêter à sourire si la situation n’était pas si dramatique tant d’un point de vue sanitaire qu’environnemental. Cette carte, qui regroupe donc près de 200 témoignages anonymes, écrits ou filmés, auxquels il faut ajouter 200 signalements (des personnes qui n’ont pas manifesté le souhait de rédiger un témoignage) et près de 400 témoignages supplémentaires reçus suite à la mise en ligne de la carte, démontre – pour celles et ceux qui continuaient de vouloir nier le problème – que l’exposition aux pesticides agricoles est un sujet de santé publique auquel il va falloir sérieusement s’attaquer ! particulier lors de la cérémonie d’ouverture de la conférence par le président de la République à l’Elysée ». Nous verrons bien comment le gouvernement traitera ce sujet dans les semaines qui viennent. La publication de cette carte fut aussi l’occasion pour Générations Futures de lancer une Coordination des organisations (associations ou collectifs) locales de soutien aux victimes des pesticides. Il était important pour nous de mettre en valeur le travail de terrain reLa publication de ce travail a suscité de nombreuses marquable mené par de nombreuses personnes sur le retombées. D’abord médiatiques : il y a eu des centaines territoire. Nous ferons vivre, avec eux, ce sujet ainsi d’articles de presse, des dizaines de reportages radios qu’avec les partenaires nationaux (Phyto-Victimes et et télévisés, régionalement et nationalement (retrou- l’Alerte des médecins sur les pesticides) et européens vez la revue de presse sur notre site : http://www. (PAN-Europe et HEAL). generations-futures.fr/?p=4475 ). Cet élan a permis aux victimes de rendre visibles et concrètes leurs situa- Il y aura à l’automne une nouvelle version de cette tions. De même, le jour de la mise en ligne de la carte, carte avec les nouveaux témoignages français ainsi le trafic sur le site internet fut d’ampleur : pas moins que ceux recueillis au travers de l’UE. Des actions de 140 000 personnes se sont connectées ce 21 avril sont aussi prévues au niveau des instances dirigeantes sur victimes-pesticides.fr, avec une moyenne de 1 500 européennes. D’ici là, n’hésitez pas à témoigner si vous personnes connectées en même temps. Ces chiffres êtes concernés ou à inciter des personnes de votre importants témoignent de l’intérêt suscité par ce sujet. entourage touchées par ce problème à le faire ! Une autre réaction, moins attendue, fut celle de Mme la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal qui a fait envoyer par son cabinet le jour même un message dans lequel il était indiqué que ce travail « remarquable et auquel la ministre est très sensible » l’interpellait, faisant part de son « souhait de voir ce dernier évoqué à la conférence environnementale des 25 et 26 avril (conférence à laquelle a pris part notre Directeur F. Veillerette), en Dans les mois qui viennent, nous avons encore du pain sur planche. Et cette nouvelle étape doit nous permettre d’aller jusqu’à la suivante, sans jamais perdre de vue nos objectifs : dénoncer les risques sanitaires et environnementaux de ces toxiques et promouvoir leurs alternatives ! 2

[close]

p. 3

Victimes : C’est arrivé ce même jour et le lendemain ! « Hasard » du calendrier, le jour et le lendemain de la sortie de notre carte, 4 nouvelles importantes et intéressantes tombaient : Pancartes à Léognan dans le procès l’opposant au Fonds de garantie des victimes d’infraction. L’agriculteur avait obtenu gain Le collectif Alerte pesticides de Léognan nous trans- de cause devant la CIVI (Commission d’Indemnisation mettait ce 21 avril les photos d’une pancarte plantée des Victimes d’Infractions pénales) d’Epinal en 2012, sur la parcelle viticole jouxtant l’école élémentaire Jean décision confirmée l’année suivante par la cour d’appel Jaurès indiquant « Parcelle traitée sans intrant chimique de Nancy qui soulignait les fautes des fabricants. La cour ». Bravo à ce Collectif, membre de Générations Futures, de cassation a, en décembre 2014, annulé la décision qui a obtenu cette avancée sans jamais relâcher la pres- en s’appuyant sur une nouvelle réglementation réputée sion et qui va continuer à se battre pour obtenir de tell- « plus douce ». Aujourd’hui la Cour d’Appel de Metz es avancées dans d’autres secteurs de la région. vient d’infirmer le jugement de la CIVI, qui était favorable à Dominique MARCHAL considérant que le lien de causalité entre la maladie de Dominique Marchal Arrêté préfectoral et l’utilisation de pesticides n’est pas établi. Pourtant Le lendemain (mais là est-ce vraiment un hasard… ?), le caractère professionnel de sa maladie est reconnu était publié l’arrêté préfectoral Girondin prescrivant de depuis 2006 après un long combat judiciaire et plusieurs nouvelles mesures destinées à « mieux préserver du rismesures d’expertise ! Son dossier ne va sûrement pas que d’exposition aux produits phytopharmaceutiques, s’arrêter là ! les établissements du département qui accueillent des enfants ou des personnes vulnérables, et qui sont implantés à proximité immédiate de parcelles viticoles et 2ème mauvaise nouvelle concernant le arboricoles ». Cet arrêté est bien sûr très loin de ce que Glyphosate. nous pouvons espérer en terme de protection réelle et Le lendemain de la mise en ligne de notre carte, nous efficace des populations. apprenions par voie de presse (article du Monde du 22/04) que la Commission européenne allait proposer Dominique Marchal et action juridique (CIVI) une ré-autorisation du glyphosate pour dix ans dans Malheureusement, ce même 21 avril tombait une un texte devant être proposé au vote les 18 et 19 mai mauvaise nouvelle. Elle concerne le céréalier, Dominique (date à laquelle la décision finale devra être prise sur Marchal « victime » d’un délibéré scandaleux ! La une ré-homologation ou non de cette substance classée Cour d’appel de METZ a rendu un arrêt défavorable cancérigène par le CIRC). Une étude prouve que les coûts induits par les pesticides dépassent largement les bénéfices procurés ! Une étude de 20161 signée par deux scientifiques français de l’INRA a étudié, à partir de plus de 60 études publiées dans Le Monde, la question des coûts cachés et des externalités des pesticides. La prise en compte des effets de l’exposition chronique ferait ainsi passer les coûts sanitaires liés aux pesticides aux USA en 2005 de 1,5 milliards de dollars par an à 15 milliards de dollars par an (soit une multiplication des coûts par 10) ! Chaque 1% des cas de cancer attribuable aux pesticides est ainsi associé à un coût de 20 milliards de dollars annuellement. Les coûts environnementaux des pesticides sont aussi largement sous-estimés mais sont néanmoins chiffrés pour les USA à quelques 8 milliards de dollars par an. « Ce travail d’expert de l’INRA montre que le discours sur la soi-disant rationalité économique d’une agriculture dépendant de l’utilisation massive des pesticides est largement basé sur des études incomplètes qui ne prennent pas en compte la réalité des coûts sanitaires et environnementaux » déclare François Veillerette à la suite de cette étude. Nous avons également créé un document récapitulatif sur les coûts cachés des pollutions agricoles, à consulter ici : http://bit.ly/cout-pollution-agricole . The Hidden and External Costs of Pesticide Use . Denis Bourguet and Thomas Guillemaud (INRA) . Sustainable Agriculture Reviews. 2016 3 1

[close]

p. 4

SPAP : un grand succès pour la 11ème édition ! Pour cette 11ème édition, ce sont plus de 1000 événements qui se sont déroulés sur la France entière et une quinzaine d’autres pays. Fermes ouvertes, visites de moulins, de vignes, de ruches bio, ateliers jardinage au naturel, projections de films, conférences, expositions, concours de dessin, ateliers de fabrication de compost, formation au zéro phyto pour les communes, stands d’informations, journées de mobilisations, dégustations de produits et repas bio…une multiplicité d’événements riches et variés se sont déroulés pour dénoncer les impacts sanitaires et environnementaux des pesticides mais surtout pour promouvoir les alternatives concrètes sur les territoires. Comme chaque année, les sujets abordés étaient multiples : zéro phyto dans les communes, jardinage au naturel, impacts des pesticides sur la santé, riverains victimes des pesticides, alimentation saine et de qualité, biodiversité et pollinisateurs, perturbateurs endocriniens, promotion de la permaculture et de l’agriculture biologique. La thématique des jardiniers amateurs reste encore une fois très présente, notamment pour anticiper la loi dite “Labbé” qui vise à interdire la vente de pesticides aux amateurs d’ici à 2019. De même, la question du zéro phyto dans les communes qui entrera en vigueur au 1er janvier 2017 a encouragé certaines communes à participer à la Semaine pour les alternatives aux pesticides en organisant des formations. Le thème national de la santé a également rejailli sur les événements au niveau local puisque bon nombre de conférences visaient à mettre en avant les impacts sanitaires des pesticides et faisaient état de la recherche scientifique. Plus d’une centaine de projections (majoritairement le film « Insecticide mon amour » de Guillaume Bodin et « Demain » de Cyril Dion et Mélanie Laurent) ont eu lieu un peu partout en France. Certains cinémas ont même dû prévoir des séances supplémentaires car les spectateurs étaient venus en masse. Enfin, la montée de la question des riverains de champs, de vergers ou de vignes qui se mobilisent pour protéger leur santé et leur environnement direct des pulvérisations qui atterrissent dans leur maison/école était également au programme. Au niveau international nos partenaires aussi ont été actifs : journée de sensibilisation dans une école au Sénégal, conférence autour de l’alimentation en Italie, petite vidéo de présentation de la SPAP au Portugal, visites de fermes au Costa-Rica, tenue de stand d’informations en Allemagne, projection de film en Angleterre, création d’un livret de sensibilisation au Pérou... Les alternatives ont été présentes aux quatre coins du monde ! Plus que jamais ces dix jours de mobilisation ont permis de mettre la question des pesticides et de leurs alternatives au cœur du débat public. Les nombreuses retombées presses nationales et locales en sont d’ailleurs la preuve… Alors on repart en 2017 pour la 12ème ? Retrouvez le bilan complet sur le site Internet : www.semaine-sans-pesticides.fr La semaine pour les alternatives aux pesticides étant dédiée à la thématique « santé », nous en avons profité pour lancer une action nationale d’interpellation des médecins. Ainsi, nous avons rédigé une « lettre type » à adresser aux médecins afin de les interpeller sur la prévention qu’ils réalisent sur la question des pesticides auprès de leurs patients. Nous vous proposons ainsi de participer le plus largement possible en téléchargeant la lettre type sur notre site Internet : http://www.generations-futures.fr/pesticides/interpellation-monde-medical/ et de l’envoyer à votre médecin traitant et aux médecins de votre connaissance (par mail, courrier ou bien par remise en main propre ou dans la boîte aux lettres). Remplissez ensuite le formulaire de participation à cette adresse http://bit.ly/formulaire-medecin afin de nous permettre d’avoir une idée du nombre de participants. L’objectif de cette action est dans un premier temps de toucher un maximum de médecins mais aussi de travailler avec le monde médical afin que soit mieux pris en compte les risques sanitaires liés à l’exposition des pesticides. Nous souhaitons également avec cette lettre avoir une idée de la manière dont les médecins informent leurs patients, et sensibiliser un maximum de médecins à ces problèmes majeurs de santé publique. Action : Interpellez vos médecins ! 4

[close]

p. 5

Générations Futures porte plaine contre la ré-homologation du glyphosate ! Les 18 et 19 mai, la Commission européenne doit rendre sa décision sur la ré-homologation ou non du glyphosate. A l’heure où nous rédigeons ces lignes (fin avril), la décision n’est pas encore tombée mais les voyants sont au rouge ! Dans un document ayant fuité le 22 avril et dont le Monde s’est procuré une copie, nous apprenions au travers du projet de règlement d’exécution que «la Commission européenne allait proposer une réautorisation du glyphosate pour dix ans » Ce document soumis au vote des Etats membres, les 18 et 19 mai aura sûrement trouvé un écho favorable. Alors que nous regrettions déjà, mi-avril, le vote des parlementaires européens en faveur d’une ré-homologation du glyphosate (certes pour 7 ans et avec des restrictions d’usage), nous sommes scandalisés de lire cette proposition. Il faut en effet rappeler que le glyphosate a été clairement classé comme un pesticide probablement cancérogène pour l’Homme par le Centre international de recherche sur le Cancer de l’OMS. Le texte voté par le Parlement européen reconnaissait le manque de données du dossier accepté par la Commission européenne, notamment en ce qui concerne les effets de perturbation endocrinienne ou les résidus alimentaires de glyphosate. En France, la position était peu claire. Entre la ministre de l’Ecologie affirmant haut et fort – notamment lors de la conférence environnementale des 25 et 26 avril – le refus de la France de soutenir cette ré-autorisation et la position, lors de ce même événement, bien plus ambiguë de F. Hollande déclarant que « dans les conditions actuelles, la France ne soutiendrait pas la ré-autorisation » sans exclure fermement l’hypothèse de la réhomologation, nous en perdions un peu notre latin… Ce qui est sûr, c’est que comme le révèle le sondage exclusif de l’IFOP commandé par Générations Futures, vous êtes près de 70% à être opposés au renouvellement de cette autorisation ! Qu’attendent encore nos dirigeants pour mettre fin à cette utilisation dont on connait les risques pour la santé et l’environnement ? Forts de ce sondage et de ces certitudes scientifiques, nous avons décidé de déposer plainte pour mise en danger de la vie d’autrui et tromperie aggravée. Les dernières actus sur le glyphosate ici : http://www. generations-futures.fr/glyphosate/decision-commission/ Nouvelle étude : Le Roundup, toxique à des doses très inférieures à la dilution agricole ! Une nouvelle étude scientifique publiée dans la revue internationale Environmental Science and Pollution Research vient renforcer les craintes formulées par de nombreux scientifiques et par la société civile vis-à-vis de certains herbicides et OGM. Cette 1ère étude est le fruit d’un projet de recherche participative PICRI (Partenariats Institution-Citoyens pour la Recherche et l’Innovation), financé par la Région Ile-de-France. Ce projet, relatif à l’étude du principe d’équivalence en substance sur lequel s’appuie l’évaluation de tous les OGM agricoles dans le monde, et réalisé en partenariat entre l’Université Paris-Sud, l’association Générations Futures et le Criigen, démontre notamment que ce Roundup est toxique pour ce champignon à des doses très inférieures à la dilution agricole. Plus de détails : http://www.picri-ogm.fr/ Pour plus d’informations sur les liens entre pesticides et santé vous pouvez également consulter et/ou commander notre brochure intitulée « Pesticides et santé tous concernés » : http://bit.ly/pesticide-sante 5

[close]

p. 6

0 phyto 100% bio : Un kit pour inciter les communes à s’engager ! A l’occasion de la 11ème Semaine pour les alternatives aux pesticides et dans le cadre de la campagne « 0 phyto 100% bio » que nous menons avec Agir pour l’environnement et Bio consom’acteurs, nous avons lancé, le 29 mars dernier à l’Assemblée Nationale, un kit «collectivité» destiné à accompagner les élus locaux, les services techniques et gestionnaires de la restauration collective à s’engager dans le développement de l'agriculture biologique et la suppression des pesticides. Ce kit a pour objectif d’inciter les collectivités à anticiper la loi et à passer dès à présent au « 0 phyto » ainsi qu’à promouvoir l’agriculture biologique via l’introduction d’aliments biologiques en restauration collective. Il permet également, via des conseils, des exemples, une liste d’outils et des témoignages, de montrer que des communes de toute taille peuvent s’engager aussi bien vers le « 0 phyto » que vers le 100% bio. Nous souhaitons profiter de ces derniers mois avant l’entrée en vigueur de la loi Labbé pour diffuser cet outil le plus largement possible auprès des collectivités. N’hésitez pas à vous en emparer et à le faire connaître à vos élus locaux ou autour de vous en le diffusant. Pour télécharger le kit : http://www.0phyto-100pour100bio.fr/ Découvrez le relais local de Tarbes ! Le groupe local tarbais de Générations Futures, nommé dans un premier temps GF65, a vu le jour environ deux ans avant sa naissance officielle ! Composé au départ de trois membres, il s’est étoffé lors de sa création réelle et compte aujourd’hui une quinzaine de cotisants. La volonté de ses membres est de regrouper tous les volontaires de l’association GF habitant les HautesPyrénées et les environs pour mettre au centre du débat public les risques de l’utilisation des pesticides et des OGM employés dans l’agriculture dite « conventionnelle ». Leur but est aussi d’avertir des effets néfastes pour la santé de l’emploi excessif de produits chimiques, notamment à l’intérieur des maisons (cosmétiques, shampooings, produits de nettoyage, peintures, diluants, colles…). Ils souhaitent aussi faire la promotion des alternatives existantes et veulent inviter les responsables politiques locaux à prendre conscience du problème de santé publique et des nombreux impacts négatifs sur l’environnement pour agir en conséquence : campagne Zéro Phyto, passage des cantines scolaires en bio... En plus de la participation annuelle à la Semaine pour les Alternatives aux Pesticides, le groupe propose des 6

[close]

p. 7

interventions auprès d’associations, de collectivités locales ou d’écoles ayant comme thème « La très peu glorieuse histoire des pesticides », « Pesticides non merci ! », « Jardiner au naturel » ou « Le sol milieu de vie » sous forme d’une exposition ou de diaporama commenté. En 2014, ses membres ont participé à la foire Bio de Soues et ont tenu un stand lors d’Alternatiba à Bagnères de Bigorre en 2015. Depuis plus d’un an, le groupe est aussi actif au sein du collectif STOP TAFTA 65 pour dénoncer les traités commerciaux négociés en secret (TAFTA, CETA, TISA) entre l’Union Européenne et les États nord-américains qui ne seront pas sans incidence sur la consommation de pesticides et la vie de tout un chacun s’ils sont adoptés. Donc, si vous logez dans les environs de Tarbes, et que vous vous sentez concernés par tous ces problèmes, rejoignez notre groupe, vous serez les bienvenus. Le travail ne manque pas... Patrick, relais local tarbais. Remise des prix “De la santé dans nos paniers” La Semaine pour les alternatives aux pesticides fut aussi l’occasion pour la Mutuelle Familiale et Générations Futures de remettre le prix de l’alimentation saine et de qualité «De la santé dans nos paniers» à des projets concrets et porteurs d’avenir. Ainsi, le 21 mars dernier nous avons récompensé deux projets : Dans la catégorie 1 : Accès à l’alimentation saine Les deux grand gagnants remportent 4000€ chacun ainsi qu'un « atelier de résolution de défi » avec et de qualité pour tous L’association Le Bocal Local pour son projet de lutte contre le gaspillage alimentaire potager permettant l'insertion sociale et professionnelle de personnes éloignées de l'emploi. Le projet comporte également une partie conseil des particuliers et collectivités sur la mise en place de potagers en permaculture. Le Bocal local permet de faire profiter de produits sains et peu chers à des populations précaires mais également de sensibiliser particuliers et collectivités aux alternatives aux pesticides tout en jouant un rôle social. Site Internet : http://www.lebocallocal.com/ l’association Make Sense, plateforme communautaire au service des projets des entrepreneurs sociaux. Lancé par la Mutuelle Familiale et Générations Futures le 4 décembre 2015, ce prix a reçu 56 candidatures venant de toute la France et le jury composé d’experts multidisciplinaire que sont : Laurent CHEVALLIER (Médecin nutritionniste - président du concours), Guillaume BAPST directeur de l’Association Nationale de Développement des Epiceries Solidaires), Valérie CUPILLARD (créatrice culinaire), Caroline DELBOY (SenseSchool) , Soléane DUPLAN (secrétaire générale adjointe Dans la catégorie 2 : Sensibilisation des publics de La Mutuelle Familiale), Maria PELLETIER (présidente L'association picarde Echange pour une terre solidaire de Générations Futures), Isabelle SAPORTA (journaliste) pour ses actions de sensibilisation auprès de différents a eu du mal à faire un choix parmi les nombreux projets publics (écoles, secteur périscolaire, centres sociaux, de qualité qui ont candidaté. missions locales…) permettant de remettre du sens dans les habitudes alimentaires (saisonnalité, produits Retrouvez toutes les informations, les photos et vidéos bio et locaux) et d'aiguiser son esprit critique vis-à-vis de la soirée de remise de prix ici : http://www.mutude la publicité, via de nombreux outils et dispositifs elle-familiale.fr/fr/delasantedansnospaniers pédagogiques, le tout en lien très fort avec les acteurs territoriaux. Site Internet : https://echangesterresolidaire.wordpress.com/ 7

[close]

p. 8

Un nouveau relais local à Strasbourg ! Six mois seulement après le lancement officiel des relais locaux, un douzième groupe local, à Strasbourg, nous a rejoints en avril. Les autres groupes locaux ont été très actifs pendant la SPAP et ont organisé une trentaine d’évènements, tels que des conférences, des ciné-débats, des ateliers de jardinage, des stands d’informaNous cherchons également à avoir tion, des visites d’agriculteurs et une présence plus homogène dans viticulteurs bio… Ils constituent des toute la France : en Bretagne, dans groupes de plus en plus nombreux le Loiret, le Centre et dans le Nord. et dynamiques. Ils sont cependant Si vous vivez dans ces régions et toujours en recherche de militants que vous souhaitez développer un actifs : si vous vivez proche d’un de groupe local ou rejoindre un groupe nos relais, n’hésitez plus et contacen formation, n’hésitez pas à con- tez-les ! Ils seront très heureux de tacter Manon : adherent@genera- vous accueillir dans l’organisation du tions-futures.fr groupe !   Emeline et Manon, qui coordonnent ce nouveau relais, ont déjà tenu un premier stand à WintzenheimKochersberg, dans le cadre de la SPAP Alsacienne. Agenda 21 mai Journée mondiale contre Monsanto 2 juin Conférence de François Veillerette à la Marche pour l’eau à Mehun sur Yèvre (18) 3 juin Ciné-débat avec le Relais local de Tarbes autour du film « Nos enfants nous accuseront » 11-12 juin Assemblée Générale de Générations Futures 17 juin Débat sur la bio et les pesticides à Manosque, avec François Veillerette Bulletin d’adhésion Mme / M / Couple1 : Adresse : Ville : Code postal : Tel : Email : Adhésion bas revenus : 10€ Adhésion de base : 25€ Adhésion de soutien : 50€ Adhésion d’aide : € Je fais un don libre de : € Je souhaite devenir bénévole Je souhaite être inscrit à la newsletter 1 Coupon à retourner à : Générations Futures, 179 rue Lafayette 75010 Paris une adhésion couple à 50€ donne 2 adhérents Générations Futures, association loi 1901 sans but lucratif, agréée par le Ministère de l’écologie, est habilitée à éditer des reçus fiscaux. Lorsque vous adhérez, vous bénéficiez d’une réduction fiscale de 66% : pour 100€ de soutien, vous ne payez que 34€ ! Si vous souhaitez soutenir notre travail, vous pouvez faire un don mensuel du montant que vous voulez via Hello Asso : http://www.helloasso.com/don/associations/gf#don-mensuel 8

[close]

Comments

no comments yet