Rapport d'activité 2015

 

Embed or link this publication

Description

Rapport d'activité 2015

Popular Pages


p. 1

w w w.opacsaoneetloire.fr

[close]

p. 2

SOMMAIRE 03 Au service de tous AU SERVICE DES POLITIQUES PUBLIQUES 04 La parole est aux administrateurs 06 OPAC Saône-et-Loire : moteur de développement local LES HLM D’AUJOURD’HUI 08 Bâtir aujourd’hui l’habitat de demain : l’OPAC, un précurseur en Saône-et-Loire © Jérôme Beg 10 Réalisations 2015 NOUVELLES ACTIVITÉS 12 Habitat adapté : nous vieillirons ensemble 13 Résidence de l’Alma : l’OPAC crée la 1ère offre de logements pour adultes souffrant d’un handicap 14 Demeures de Saône : l’accession sécurisée à la propriété 15 Aménagement & AMO : une année avec deux grands «A» 06. OPAC Saône-et-Loire : moteur de développement local © Jérôme Beg 10. Réalisations 2015 UNE ENTREPRISE DE SERVICES 16 OPAC Saône-et-Loire : 100% Services ! 18 De vous à nous : et si on se disait tout ? 20 Enquête de satisfaction 2016 : 87% de locataires satisfaits 21 Actions commerciales : changement d’image © Vincent Raymond 22 Résultats financiers : nouvelles activités, nouvelles ressources OPAC Saône-et-Loire : 100% Services ! 16. 18. De vous à nous : et si on se disait tout ? UNE PUBLICATION DE L’OPAC SAÔNE-ET-LOIRE Photo de couverture : Jérôme Beg Logements ossature bois, quartier Saint-Pantaléon à Autun. [ Cabinet JPGA Jean-Pierre Genevois ] Directeur de la publication : Éric Philippart, directeur général de l’OPAC Saône-et-Loire Rédaction : Fleming VRAC |||||| Conception-réalisation : Service communication de l’OPAC Saône-et-Loire Crédits photos : Jérôme Beg, Vincent Raymond, Cabinet Chambaud, Translucide Architecture, Florence Lacoste, Shutterstock, OPAC Saône-et-Loire Impression (1100 exemplaires) : tech :e plan - documents service RAPPORT D’ACTIVITÉ — 2015 02 © Vincent Raymond

[close]

p. 3

AU SERVICE DE TOUS DR oilà un an que notre Conseil d’administration a changé de visages, et que j’ai le privilège d’en assumer la présidence. Une année à bien des égards singulière pour notre nation, mais que l’on ne peut, que l’on ne doit surtout pas résumer aux événements tragiques ayant cherché à briser son unité. Les situations de crises majeures commandent aux bailleurs sociaux – dont nous sommes – d’agir comme garants de la cohésion Dominique Lanoiselet sociale. Par son engagement Présidente quotidien, sa présence forte dans le tissu économique départemental et la détermination de ses collaborateurs sur l’ensemble du territoire, l’OPAC Saône-et-Loire est une entreprise dynamique et innovante. Les membres du Conseil d’administration ont arrêté les axes de développement permettant à notre établissement de poursuivre sereinement l’ensemble de ses missions dans le contexte particulier d’un secteur détendu. La mise en place de notre coopérative d’accession sécurisée à la propriété tout comme l’élargissement de notre offre de services à destination des personnes âgées et handicapées en sont des exemples marquants. Forts du soutien du Conseil départemental, qui reconnaît le rôle social incontournable de l’OPAC et adhère à cette évolution, nous offrons désormais un parcours résidentiel diversifié aux habitants. Cela, sans cesser de rendre nos logements toujours plus attractifs, à des coûts maîtrisés, dans un patrimoine gagnant en confort, en accessibilité, en isolation. Donc, en qualité de vie. L’OPAC continue d’assurer sa mission de service public en logeant les personnes les plus fragiles ; il est aussi de son devoir de favoriser la mixité sociale. J’ajouterai, faisant volontiers mienne cette pensée indienne, que “ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes.” Administrateurs, nous participons humblement à l’édification de notre vaste maison. Nous partageons également cette belle responsabilité avec ceux pour qui nous œuvrons chaque jour : nos locataires. Ils ont d’ailleurs conscience de trouver en l’OPAC un interlocuteur à l’écoute et réactif : le résultat de 87 % obtenu lors de l’enquête de satisfaction clients 2016 est la preuve la plus parlante d’un dialogue harmonieux et… constructif. 03 2015 — RAPPORT D’ACTIVITÉ

[close]

p. 4

AU SERVICE DES POLITIQUES PUBLIQUES La parole est aux administrateurs Renouvelé à la suite des élections départementales de 2015, le Conseil d’administration de l’OPAC Saône-et-Loire est composé de 27 membres, élus territoriaux, représentants des locataires et personnalités qualifiées représentant la diversité des territoires de Saône-et-Loire. Venus d’horizons différents, ils partagent le même attachement pour le logement social et définissent les orientations de l’Office. Leur voix s’exprime… et se fait entendre ! Christiane Berthod-Maîtrejean Présidente du Comité local du logement autonome des jeunes (CLLAJ) de Mâcon Colette Bury Représentante des locataires (Confédération nationale du logement) Lorsque je suis arrivée en 1979 au Conseil d’administration, l’OPAC gérait des logements. Aujourd’hui, l’organisme place comme priorité le service aux locataires. On entretient le logement pour qu’il pauvreté. L’État s’en va ; quant aux corresponde aux besoins. Une collectivités, certaines ont des nuance essentielle, qui change volontés politiques mais, elles aussi, tout. Cela ne veut pas dire que moins de moyens… Les dispositions l’on néglige les autres missions ont été prises pour anticiper les de l’OPAC . Ce choix découle d’une évolutions. Il semble qu’il y ait au volonté politique prise par l’Office sein du Conseil d’administration en 2004, de répondre aux besoins une certaine unanimité pour de ceux qu’il dire qu’il faut loge. Ne Aujourd’hui, l’organisme des systèmes pas le faire, nouveaux. Bien place comme priorité le service sûr, avec des dans les circonstances nuances – on aux locataires actuelles, n’a pas tous n’aurait fait qu’accroître les les mêmes idées – mais l’on sent problèmes : nous sommes en zone bien qu’il faut de l’innovation, détendue, où l’on a à loger une être inventifs, performants pour population en grande difficulté préserver l’avenir de l’organisme économique, ayant de moins et qu’il puisse assurer sa mission en moins à partager – à part la sociale. DR Administratrice depuis mai 2015, je commence à mesurer l’envergure de l’OPAC Saôneet-Loire, qui conduit la gestion locative de ses 28 000 logements répartis sur 300 je considère cette mission sociale de l’entreprise comme primordiale communes, grâce à plus de 570 salariés. Missions sociales, humaines donc, pour tenter de créer le bien vivre ensemble et apporter des services ciblés aux personnes âgées, handicapées, aux jeunes… Faisant partie de la commission d’aide aux personnes endettées, je considère cette mission sociale de l’entreprise comme primordiale. Chacun fait le maximum pour l’accomplir au mieux, donner toute sa reconnaissance au logement social auquel 70 % de la population sont éligibles. Je ressens une immense motivation, très positive, que j’attribue à la grande cohésion entre la présidente, le Conseil d’administration et la Direction. RAPPORT D’ACTIVITÉ — 2015 04 DR

[close]

p. 5

Frédéric Brochot Vice-président de l’OPAC Saône-et-Loire, conseiller départemental d’Autun 1 Le logement social doit être à l’écoute, au plus proche des locataires pour qu’ils accèdent à notre patrimoine, et s’y sentent le mieux possible. À l’OPAC, c’est tout une chaîne que nous voulons préserver et surtout amplifier. Nous sommes attachés à un certain esprit de mixité de la population. Et même si l’urbain prend une grosse place, le rural doit être protégé : nous travaillons à développer son attractivité pour répondre à la désertification, en particulier sur la zone ouest du département, où la vacance est la plus forte. Nous consacrons également une part importante de notre budget à la rénovation et à l’accessibilité des logements, tout en développant d’autres pôles complétant notre off re dans le parcours résidentiel . À Autun, par exemple, la reprise de la gestion de la résidence séniors Le Parc Fleuri va permettre à de nombreuses personnes de rester sur ce secteur. On sait aussi que plusieurs petites communes DR André Mamessier Président de la Communauté de communes de Semur-enBrionnais L’OPAC s’adresse en priorité aux personnes qui ont de faibles revenus, et s’attache à leur donner une réponse juste. En attribuant des logements dont la dimension correspond exactement à la situation familiale des demandeurs comme à leurs ressources – que ceux-ci habitent dans les grandes villes ou à la campagne, puisque notre patrimoine couvre le territoire de manière efficace. Mais nous ne sommes plus comme il y a 20 ou 30 ans, lorsque l’OPAC louait davantage à de jeunes couples : la population de Saône-et-Loire est vieillissante et il faut lui permettre de se loger. Notre patrimoine s’adapte : grâce au programme Ascenseurs, des personnes âgées peuvent continuer à habiter dans les étages. Nous faisons d’ailleurs plus de rénovations et de C’est un travail de maillage territorial que l’OPAC réalise en collaboration avec toutes les collectivités C’est un travail de maillage rurales veulent monter de territorial que l’OPAC petites unités de vie (de 5-6 réalise en collaboration logements) pour leurs aînés. avec toutes les collectivités. Jean-François Janiaud Union départementale CFDT En France, le logement social souffre d’une image de marque un peu négative. À l’OPAC, nous voulons changer cette perception de manière active. D’autant que nous vivons des loyers, des emprunts et de subventions qui, comme chacun le sait, sont en baisse significative du fait du désengagement de l’État et de la vacance. Le cœur de métier par lui-même n’est plus très rentable ; il faut donc trouver d’autres axes pour pérenniser l’entreprise. C’est pourquoi l’OPAC diversifie son offre et cherche à intéresser de nouvelles populations – en s’investissant notamment dans des missions de services en direction des personnes âgées ou handicapées. On pourrait aussi, par exemple, revoir les règles pour accueillir, par le biais de la mixité, des locataires qui ne sont pas forcément éligibles aujourd’hui dans le logement social, Je ne suis pas pessimiste pour tout en conservant la vocation initiale des l’avenir de l’OPAC HLM – à savoir : loger les plus modestes. Je ne suis pas pessimiste pour l’avenir de l’OPAC si l’on prend des décisions qui peuvent attirer des nouveaux clients et fidéliser ceux en place. Le logement social, ce n’est plus forcément une solution transitoire. Moi qui vis parmi les locataires, j’en connais qui sont depuis plus de 30 ans dans le logement social et s’y trouvent bien. DR notre patrimoine couvre le territoire de manière efficace remises en état que de constructions, pour gagner en confort et réaliser des économies d’énergies qui font baisser les charges. Les logements coûtent un peu plus cher en loyer, mais à la sortie, cela ne coûte pas plus cher au locataire qui a acquis un confort supplémentaire. Et puis, nous pensons à un programme de démolition des logements trop vétustes. Nous avons la chance d’avoir une Direction visionnaire, qui réfléchit énormément à l’avenir de l’entreprise, à sa diversification, aux types de logements qu’il faudra d’ici à 10 ou 15 ans… L’OPAC est une très grosse machine, mais sa gestion est rigoureuse. 05 2015 — RAPPORT D’ACTIVITÉ DR

[close]

p. 6

AU SERVICE DES POLITIQUES PUBLIQUES © Jérôme Beg Chantier de construction de la nouvelle agence d’Autun et de 20 logements quartier Saint-Pantaléon. OPAC SAÔNE-ET-LOIRE : moteur de développement local Dans un contexte économique et social toujours fragile, l’OPAC Saône-et-Loire contribue de façon cruciale à l’activité économique départementale, autant comme donneur d’ordre qu’entreprise en développement. RAPPORT D’ACTIVITÉ — 2015 tre le premier bailleur social de Bourgogne confère à l’OPAC Saôneet-Loire de nombreuses obligations. À commencer par la gestion d’un parc de 28 000 logements, dont il faut maintenir l’attractivité : leur occupation produit bien entendu des loyers, mais favorise aussi l’ancrage des populations dans une zone marquée par la détente. « Pour accompagner le développement économique et territorial du département », explique Alban Vossion, directeur Innovation & Stratégie, « nous travaillons à des gammes de logements adaptés à chaque segment de population : jeunes (étudiants, jeunes actifs), familles (et aussi monoparentales), personnes âgées (avec services adaptés), et à des offres susceptibles de faire remonter les Lyonnais. » Procédant d’une même dynamique, l’objectif d’une réduction du parc de 4 000 logements à horizon 2025 – avec 06 la démolition du patrimoine devenu inadapté aux besoins – permet de diminuer le taux de vacance et de retendre mécaniquement le marché. D’ici à 2020, l’OPAC procédera ainsi à 1 100 arrêts d’exploitation (bâtiments non mis à la location) et démolitions pour un budget de 21 M€, voire davantage si des subventions complémentaires (dont la demande est à l’étude) viennent soutenir sa capacité de réduction du parc. Un soutien essentiel du tissu local Avec 88 M€ d’investissements en 2015, l’OPAC soutient l’activité dans le bâtiment, sur le département… voire au-delà : l’Association régionale pour l’information économique de la construction (ARIEC Bourgogne) cite l’OPAC comme étant le 1er investisseur pour les trois années à venir ! « En investissant 30 000 € par logement réhabilité, ou en construisant entre 100 et

[close]

p. 7

200 logements par an, on participe au maintien de l’activité économique en Saône-et-Loire », souligne Philippe Rabuel. Responsable Maîtrise d’ouvrage, il a pu constater les difficultés conjoncturelles du secteur du BTP et l’importance d’un donneur d’ordres fiable et régulier comme l’OPAC. Pour entretenir ce cercle vertueux, et ainsi contribuer à la vitalité économique du département, l’Office, fort de son expertise, s’appuie sur la confiance des collectivités pour construire des projets de service public. La décroissance de notre cœur de métier – la gestion locative – nous pousse à répondre à de nouveaux besoins de la population. C’est ainsi que l’on pourra garantir la pérennité de nos emplois. Marie-Christine Petitjean, directrice des Ressources Humaines Un développement interne… et externe L’OPAC sert la croissance départementale, étant lui-même une entreprise en pleine mutation. Ainsi en 2015, pour accompagner son développement, l’Office a recruté 39 collaborateurs en CDI – sans compter les CDD pour surcroît d’activité. Avec 569 collaborateurs en 2015, l’effectif global est en progression constante depuis 2005 (+ 8,59 %), au profit des équipes de proximité. « Nous sommes l’une des rares entreprises à avoir continué à faire croître nos équipes, en menant une politique sociale forte, offrant notamment de réelles possibilités de promotion interne », pointe Marie-Christine Petitjean, directrice des Ressources Humaines. « La décroissance de notre cœur de métier – la gestion locative – nous pousse à répondre à de nouveaux besoins de la population. C’est ainsi que l’on pourra garantir la pérennité de nos emplois. » Grâce à ses orientations stratégiques, l’OPAC renforce sa position de partenaire Chantier de construction ‘‘Les 96 logements’’, quartier des Prés Saint-Jean à Chalon-sur-Saône. incontournable des entreprises locales de travaux et de services et d’interlocuteur privilégié des collectivités en Saône-etLoire. Sa stabilité garantit « la continuité de l’efficacité dans la relation avec le client », comme le note Éric Philippart, directeur général. Et bâtit des fondations solides pour les années futures… xyz C’est le volume total des investissements en 2015, dont 28 M pour les constructions neuves et 34 M pour les réhabilitations. 88 M€ 07 C’est le nombre de marchés de travaux et fournitures conclus en 2015. 294 2015 — RAPPORT D’ACTIVITÉ © Jérôme Beg

[close]

p. 8

LES HLM D’AUJOURD’HUI © Jérôme Beg 31 logements pavillonnaires, quartier République au Creusot. Bâtir aujourd’hui l’habitat de demain : l’OPAC, un précurseur en Saône-et-Loire 96 logements à Chalon-sur-Saône. Signé par l’architecte Patrice Mottini, le ‘‘31 République’’ du Creusot est un ensemble « atypique et esthétique, très performant en terme d’écologie et confortable », pointe Patrick Jager, directeur de l’agence OPAC. « Le projet a en outre été sélectionné pour le Pavillon Français à la Biennale internationale d’architecture de Venise. » Dirigés vers le sud, dotés d’un espace vert privatif, ces pavillons modulaires sont autant appréciés pour leurs lignes novatrices que pour leurs faibles dépenses énergétiques. L’OPAC a également livré, en juillet 2015, 96 logements – 86 en locatif et 10 en accession à la propriété – conçus par le cabinet Lacaton & Vassal pour le quartier des Prés Saint-Jean à Chalon-sur-Saône. « Un produit original et nouveau » dont Gérard Clair, expert Maîtrise d’ouvrage, a suivi la création depuis le lancement du concours de maîtrise d’œuvre en 2007 : « L’OPAC a fait le choix de ce projet original qui offre des espaces de vie aux surfaces généreuses, à des loyers standards, par rapport à des produits classiques : pour exemple un T3 fait 151 m2 avec balcon et jardin d’hiver ! » Avec leur dominante verre/ béton/métal, l’ensemble Zénith-MéridienSolstice-Équinoxe off re une esthétique résolument moderne, intégrant (voire anticipant) les réglementations en matière d’isolation. « En été, il fait naturellement frais et en hiver, la chaleur est conservée. Cette inertie thermique s’explique par L’année architecturale 2015 a été marquée par des réalisations et réhabilitations audacieuses, qui contribuent à l’attractivité du territoire, en modi ant favorablement la perception du logement social auprès des locataires actuels et de la population. L’ OPAC Saône-et-Loire subit une pression concurrentielle d’autant plus forte qu’il œuvre en territoire détendu, où les habitants ont l’embarras du choix pour se loger. L’Office a anticipé sur le resserrement du marché depuis 10 ans, en équilibrant les constructions neuves, la réhabilitation et les démolitions. « En conservant un objectif de maîtrise des coûts de construction », précise Philippe Rabuel, responsable Maîtrise d’ouvrage. Originalité pour la satisfaction des locataires L’OPAC a ainsi mis en service en 2015 trois opérations construites dans le cadre du renouvellement urbain (ANRU), et modèles en terme d’isolation : 20 logements en plus de son agence à Autun, 31 logements pavillonnaires pour le quartier République au Creusot, RAPPORT D’ACTIVITÉ — 2015 08

[close]

p. 9

les murs béton intérieurs et l’isolant bois extérieur » explicite Gérard Clair. L’ensemble dispose de chauffage individuel, de vidéoprotection et d’espaces verts grâce à sa structure sur pilotis permettant la mise en place de jardins privatifs. Le jour où j’ai ouvert la porte pour la visite, j’ai su que j’habiterais ici. Sylvie Catino, locataire aux Prés Saint-Jean Très suivi durant sa construction, le projet a accueilli de nombreux visiteurs lors des journées portes ouvertes, « indispensables pour que les gens appréhendent l’espace avant de louer ». « Le jour où j’ai ouvert la porte pour la visite, j’ai su que j’habiterais ici », se souvient Sylvie Catino, locataire au n°63. « Et ça s’est confirmé : c’est comme si j’avais toujours vécu dans mon T3 au dernier étage. Un vrai rêve : il est bien situé. Depuis que je suis installée, je profite de l’espace, de la clarté dans mon jardin d’hiver. J’ai passé les quatre saisons sans aucun problème de température. Et pourtant, je suis frileuse ! » ‘‘Les 96 logements’’, quartier des Prés Saint-Jean à Chalon-sur-Saône. Réhabilitation : le second souffle Parmi les opérations qui améliorent la physionomie d’un quartier et le confort de vie de ses habitants, celles entreprises aux Aubépins (Chalon-sur-Saône) sont particulièrement significatives : installation d’ascenseurs, végétalisation des extérieurs, © Jérôme Beg rénovation extérieure et intérieure des logements. Les locataires ont eu en sus le choix pour les matières (sol, murs, faïences) dans le cadre du Concept Ambiance, une innovation créée avec la complicité d’une décoratrice d’intérieur, Leslie Saada. Aux Prés Saint-Jean (Chalon-sur-Saône), le bâtiment H a été requalifié afin de diversifier l’offre : l’OPAC a créé sur 4 étages de ce bâtiment de 7 niveaux trois T2 (typologie très demandée), par la fusion d’un T3 et d’un T4. Du côté du Parc Salengro (Montceau-lesMines), un premier bâtiment de 41 habitations a été complètement rénové : isolation thermique par l’extérieur, remplacement du système de chaufferie, entrée refaite et végétalisation des abords, anticipant de quelques semaines celle des bâtiments J et K. expose Alban Vossion, directeur Innovation & Stratégie. « On garde la structure béton porteuse, on casse la cellule de logement et on refait des logements de 120 m2 avec un jardin d’hiver de 60 m2, avec réhabilitation thermique et acoustique, garage, résidentialisation pour donner du standing au patrimoine. » Pensé pour la mixité sociale avec du locatif, du locatif privé et de la vente en accession sécurisée, le concours pour ce prototype sera lancé en 2016. « C’est du jamais vu en France. Avec ce type de projet, on redonne de l’attractivité et du dynamisme aux territoires. » xyz L’innovation au service de la rénovation Pour contrer les coûts vertigineux induits par l’arrêt d’exploitation et la démolition, l’OPAC s’oriente vers de nouveaux scénarios. Ainsi, fin 2015, a été décidé d’engager une étude pour transformer en offre nouvelle un bâtiment des Aubépins (Chalon-sur-Saône). « On met à nu les plateaux », 20 logements, quartier Saint-Pantaléon à Autun. 09 1307 C’est le nombre de logements qui ont fait l’objet d’améliorations qualitatives (réhabilitations, mise en service d’ascenseurs…) sur l’ensemble du territoire en 2015. 2015 — RAPPORT D’ACTIVITÉ © Jérôme Beg

[close]

p. 10

LES HLM D’AUJOURD’HUI RÉALISATIONS 2015 © Jérôme Beg Résidence de l’Alma // Logements destinés à des adultes handicapés autonomes (Centre-ville - Chalon-sur-Saône) // 30 logements - BBC // Mise en service : mai 2015 // Architecte : Cabinet Chambaud (Mâcon) © Jérôme Beg Agence d’Autun et 20 logements (11 appartements et 9 pavillons) (Saint-Pantaléon - Autun) // Ossature bois // Mise en service : juillet 2015 // Architecte : Cabinet JPGA - Jean-Pierre Genevois (Lyon) © Jérôme Beg © Jérôme Beg Zénith, Méridien, Solstice, Équinoxe (Les Prés Saint-Jean - Chalon-sur-Saône) // 96 logements - Conception bioclimatique // Mises en service : juillet 2015 - Février 2016 // Architecte : Cabinet Lacaton & Vassal (Paris) RAPPORT D’ACTIVITÉ — 2015 10 © Jérôme Beg © Jérôme Beg

[close]

p. 11

© Jérôme Beg 31 pavillons (Avenue de la République - Le Creusot) // BBC // Mise en service : juillet 2015 // Architecte : Cabinet Patrice Mottini (Paris) © Jérôme Beg © Jérôme Beg Bureau de proximité et chaufferie bois (Le Fouettin - Cluny) // Mise en service : octobre 2015 // Architecte : AMD Architectes ingénieurs - Marc Dauber (Torcy) © Jérôme Beg Parc Salengro - Bâtiments A, J et K (Montceau-les-Mines) // Réhabilitation de 123 logements // Mise en service : janvier 2016 © Jérôme Beg 11 © Jérôme Beg 2015 — RAPPORT D’ACTIVITÉ

[close]

p. 12

NOUVELLES ACTIVITÉS Habitat adapté : nous vieillirons ensemble Et si l’habitat social allait (encore) plus loin ? Soucieux d’anticiper sur les besoins de ses locataires et de leur offrir davantage de services, l’OPAC investit le secteur de l’habitat adapté pour les séniors. À la clef, des résidences autonomie de qualité à coût maîtrisé, et un projet de maillage du département… © Vincent Raymond Céline Defosse, gouvernante à la résidence Long Tom au Creusot. L’ OPAC Saône-et-Loire a décidé de développer les services aux séniors pour faire face à une réalité démographique : le vieillissement de la population. « Nous sommes le premier bailleur régional pour séniors : 30 % de notre patrimoine est aujourd’hui occupé par des personnes âgées », rappelle Émilie Levieil, ingénieure développement à la direction Habitat Adapté & Services. « On comptera 80 000 personnes âgées de plus de 75 ans en Saône-et-Loire à l’horizon 2020. La fonction sociale de l’OPAC l’a amené à réfléchir à tout ce qui peut faciliter le maintien à domicile et la vie des séniors ; à leur apporter un réel bien-être au quotidien. Cela commence par les adaptations du patrimoine (installation d’ascenseurs, de douches…), et se prolonge par le développement d’un ‘‘package’’ dans les résidences service et résidences autonomie, où une plate-forme de services vient compléter notre offre habitat. » Une solution de poursuite de parcours résidentiel pour les personnes âgées dans le parc du bailleur social, qui constitue par ailleurs un levier de développement important. Mais qui vaut aussi à l’OPAC d’être partie prenante dans le Schéma Autonomie 2016-2018 du Conseil départemental. Nouvelles compétences, nouveaux services En 2014 puis 2015, l’OPAC a repris en gestion trois de ses résidences : le Parc Fleuri à Autun, Long Tom et Couronne au Creusot, soit 249 logements. L’Office a intégré de nouveaux métiers et collaborateurs, dont celui de gouvernante : « C’est la personne de confiance à qui s’adressent les résidents », explique Céline Defosse, occupant la fonction à Long Tom. « Qui effectue la gestion au quotidien des repas et encadre les personnels. » Sa consœur de Couronne, Nathalie TaupenotCrance, abonde : « D’autant que leur travail a changé avec l’arrivée d’une maison structurée comme l’OPAC. Il a fallu mettre en place des règles, qui facilitent notre travail et la vie de nos résidents ». Ceux-ci ont accueilli le changement très favorablement : « On a évité d’avoir des augmentations ! » s’exclame soulagée Mme Lavocat. « On s’était fait un peu de souci pour le prix avant la reprise, mais c’est sensiblement pareil. » « Le ménage est mieux fait qu’avant », approuve Mme Duenas. « À présent, il y a tous les jours des activités : cuisine, mandala, coloriage, tricot, chant », complète © Vincent Raymond 570 Nathalie Taupenot-Crance, gouvernante à la résidence Couronne au Creusot. 12 € Redevance moyenne mensuelle (charges et services compris). RAPPORT D’ACTIVITÉ — 2015

[close]

p. 13

sa voisine Jacqueline Geist . Ces activités, répertoriées dans un livret mensuel mis en place par l’OPAC, structurent et stabilisent le quotidien de chacun. La restauration a également été repensée avec la création d’un système de plateauxrepas pour le soir et le week-end, qui complète le service en salle, unanimement apprécié : « Les repas ont changé : ils sont meilleurs et plus copieux », estime M. Bouveret. « C’est bon, on est bien et on a un personnel formidable ! », s’enthousiasme M. Duchesne. « Si j’avais su, je serais venu plus tôt. Quand j’ai décidé de m’inscrire, je n’ai attendu que deux mois. Si ça arrivait à être un peu médicalisé, ça serait bien. » 7, 3 M€ C’est le montant total des travaux de requalification prévus sur les 3 résidences séniors. Construire ensemble Le processus d’intégration s’accompagne d’un ambitieux plan de réhabilitation des trois établissements qui s’engagera en 2016. Les résidents y ont été associés : « Cette perspective les fait avancer autant que le personnel. Découvrir le projet futur leur permet de se projeter dans les salons, les extérieurs, sur la terrasse prévue… » confie Nathalie TaupenotCrance. Outre l’embellissement, l’isolation par l’extérieur des bâtiments sera refaite et les parties collectives (hall, salle de restaurant, salle d’activités…) reconfigurées. Fort de sa légitimité dans l’habitat social et de son expertise dans la gestion locative, l‘OPAC apporte une solution de continuité pour les locataires âgés de Saône-et-Loire. xyz Résidence de l’Alma : l’OPAC crée la 1ère offre de logements pour adultes souffrant d’un handicap Mise en service n mai 2015 à Chalon-sur-Saône avec le soutien du Conseil départemental de Saône-etLoire, la résidence de l’Alma conjugue bien des innovations derrière son impressionnante architecture écarlate. Marie Vitart entourée de résidents de l’Alma. C haque logement y est entièrement adapté et équipé d’un système domotique intégré, dans lequel la visiophonie joue un rôle important. Elle permet en effet d’enregistrer les messages visuels des visiteurs en cas d’absence, de communiquer entre résidents ou d’appeler l’hôte d’accueil logée sur place – dont la présence constitue l’une des grandes spécificités de l’Alma. Chargée de l’accompagnement collectif et individuel des locataires, Marie Vitart s’occupe également de l’animation du lieu. Elle met à disposition de l’information socio-culturelle dans la salle polyvalente où elle anime les activités de loisirs, encadre des sorties de groupe contribuant à insérer les résidents dans le milieu ordinaire et le tissu social chalonnais. « Beaucoup de nos locataires mènent chez nous leur première expérience de vie autonome, ont leur premier appartement. Ils se font à manger, font leur ménage, mais ne sont pas ‘‘lâchés’’ : il y a toujours à l’Alma un responsable présent ou d’astreinte. Cela rassure les personnes anxieuses… et les familles ! » En plus, un Service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) peut être assuré par l’Association médico éducative chalonnaise (AMEC) qui a des bureaux sur place. Succès immédiat, l’Alma répond à une demande encore jamais satisfaite. Grâce à cette nouvelle activité, l’OPAC offre un nouvel habitat aux travailleurs adultes handicapés autonomes. « Certains résidents, qui n’auraient peut-être pas pu développer leurs capacités dans un milieu trop encadré, peuvent ensuite envisager de ‘‘ basculer’’ en habitant seuls dès qu’il se sentent prêts », explique Marie Vitart. « Le but, c’est que l’Alma soit une passerelle. » xyz 587 13 T2 € Montant indicatif du loyer et des charges locatives collectives (inclus hôte d’accueil). 2015 — RAPPORT D’ACTIVITÉ © Jérôme Beg

[close]

p. 14

NOUVELLES ACTIVITÉS n’en demeure pas moins un engagement mutuel et réciproque que les clients de Demeure de Saône s’appliquent à respecter. L’expérience de la qualité Conçues par des architectes dans le respect de la norme RT 2012, les constructions Demeures de Saône, du T3 au T5, en simplex ou duplex, sont livrées entièrement terminées, avec un rapport qualité/prix particulièrement intéressant : « on recueille le bénéfice et l’expérience de l’OPAC», se félicite Édouard Corbet. « La prestation Résidence Jouvence, rue de la Fontaine à Prissé. comprend en outre l’étude de sols, la taxe d’urbanisme, les raccordements, les aménagements extérieurs, jusqu’aux peintures ! » Les produits Demeures de Saône se distingueront par l’originalité des finitions : « Chacun peut personnaliser son habitation en choisissant ses faïences, ses sanitaires, ses sols », note avec enthousiasme Alexandra Denevers, conseillère de vente. « Dans notre agence, un espace d’exposition de 25 m2 permet aux futurs accédants de se projeter dans leur intérieur grâce à la ‘‘mise en ambiance’’ d’une salle de bains, d’un meuble de cuisine, de carrelages, de parquets. » Des produits de gamme supérieure, sans facturation supplémentaire. © Cabinet Chambaud DEMEURES DE SAÔNE : l’accession sécurisée à la propriété Née de la volonté politique du département de Saône-et-Loire et de l’OPAC, la coopérative Demeures de Saône propose des projets immobiliers accessibles au plus grand nombre… S tructure autonome associant le Conseil départemental de Saône-et-Loire, l’OPAC Saôneet-Loire et la Caisse d’Épargne Bourgogne Franche-Comté, la coopérative née en 2015 bénéficie d’une expertise solide et d’une parfaite connaissance du territoire. Demeures de Saône… et d’ailleurs La coopérative construit des appartements et maisons, vend des terrains à bâtir dans les zones attractives, où commerces et services publics sont présents. « Nous désirons participer à l’aménagement du territoire en bâtissant des ensembles immobiliers de petite taille – 5 ou 6 logements – exclusivement destinés à l’accession sécurisée et maîtrisée », insiste Édouard Corbet. « Demeures de Saône est aussi l’opérateur public qui peut aider les communes à se développer harmonieusement en répondant aux besoins de la population. » xyz 100 % accession, 100 % accessible « En proposant des biens en Prêt Social Location-Accession (PSLA, attribué sous condition de ressources), nous permettons à des clients motivés de changer leur perspective de vie en réalisant leur rêve de propriétaire », explique Édouard Corbet, directeur général délégué de la coopérative. « Tout en conservant un taux d’endettement raisonnable. Ils doivent en effet disposer de leur capacité d’emprunt en cas d’imprévu. » Ce dispositif cumule plusieurs avantages : cumul avec un prêt à taux zéro, exonération de taxe foncière pendant 15 ans, TVA réduite à 5,5 % (au lieu de 20 %)… La démarche est en outre sécurisée, puisque Demeures de Saône garantit pendant 10 ans le rachat (et le relogement dans le parc de l’OPAC) en cas d’accident de la vie. Facilitée, l’accession 220, rue du Kilomètre 400 à Mâcon | 03 85 327 327 | contact@demeuresdesaone.fr 5, RAPPORT D’ACTIVITÉ — 2015 5% C’est le taux de TVA réduite avec le PSLA. Programme Les Terres Rouges à Sevrey. 14 © Translucide Architecture

[close]

p. 15

année avec deux grands Aménagement & AMO : une «A» 2015 est l’année où l’Assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) et l’Aménagement ont été réunis au sein du Service Territoires & Aménagement, que dirige désormais Gabriel Sellam. Une volonté de clari cation et d’organisation visant à mieux répondre aux besoins des collectivités. À la clef, du développement… OPAC est un établissement pluridisciplinaire, historiquement voué à l’aménagement et à la construction. « Être aménageur, c’est accompagner les collectivités dans leur projet urbain ou paysager. C’est effectuer des travaux de viabilisation, produire des terrains à bâtir », explique Gabriel Sellam… « Cela permet aussi d’identifier des opportunités afin que l’OPAC construise des logements sociaux. » L’activité d’AMO, quant à elle, s’adresse à des collectivités et des établissements publics ou apparentés (hôpitaux, écoles, associations d’intérêt public) : « Sans nous substituer au donneur d’ordre, nous les accompagnons dans leurs projets de construction au sens © Florence Lacoste CAJ (Centre d’activités de jour) et cuisine centrale, Les Papillons Blancs du Bassin Minier à Montceau-les-Mines. large, puisqu’il peut s’agir de restructuration et de réhabilitation du patrimoine, voire de démolition. » Les compétences historiques d’un opérateur départemental Aménagement et AMO constituent deux métiers à part entière de l’OPAC, « deux activités très complémentaires de son cœur de métier, même, qui reposent sur des compétences historiques de l’entreprise. Alors, autant faire profiter de notre expertise les établissements qui en auraient besoin. L’OPAC est unanimement reconnu comme un opérateur central de la construction et de l’aménagement au niveau du département. » précise Gabriel Sellam. Un partenaire aux compétences variées, comme en témoignent quelques-unes des interventions AMO et Aménagement à mettre à l’actif de l’année 2015 : Hôpital Corsin (Tramayes) : aménagement du parking du personnel de l’établissement ; extension et restructuration partielle du centre hospitalier || Centre hospitalier de La Clayette : extension et travaux de restructuration || EHPAD LucieAubrac (Salornaysur-Guye) : aménagement paysager des extérieurs || ZAC des Goujons (Saint-Vallier) : aménagement d’un éco-quartier viabilisation voirie/ réseaux et parvis || Site Bourgogne (Blanzy) : extension du foyer d’hébergement des Papillons Blancs du Bassin Minier, travaux de restructuration || 15 8 C’est le nombre de nouvelles missions acquises pour les activités Aménagement et AMO en 2015. Ciel, notre référence ! Le vaste programme actuellement développé à Ciel est à tous points de vues emblématique des derniers marchés conclus. « La commune a fait appel à l’OPAC sur plusieurs volets », détaille Florence Lacoste, responsable opérationnelle AMO. « Nous intervenons sur la vente du terrain, le montage de l’opération, l’aménagement de parcelles pour construire sur l’une un EHPAD, sur d’autres des commerces, ainsi que des logements sociaux. Enfin, nous réalisons le suivi des travaux pour le compte de la société Domusvi, propriétaire de l’EHPAD. » « L’OPAC coiffe à peu près toutes casquettes sur ce projet », abonde Gabriel Sellam. « On voit bien l’intérêt pour une commune de faire appel à nous sur ce type de projets complexes. » Signé en 2015, le chantier démarrera en 2016 et sera achevé en 2018. xyz Service Territoires & Aménagement Gabriel SELLAM | 03 85 32 61 05 | gabriel.sellam@opacsaoneetloire.fr Extension du centre hospitalier de La Clayette. 2015 — RAPPORT D’ACTIVITÉ © Jérôme Beg

[close]

Comments

no comments yet