LA REVUE DE LA TERRE n°3

Embed or link this publication

Popular Pages


p. 1

la revue de la terre edito trimestriel avril/juin 2011 n u m é r o 3 le grand carrefour le drame qui se joue au japon nous rappelle brutalement à l humilité que l humanité devrait davantage avoir par rapport aux forces de la nature non la technique n est pas toujours au service de l humain oui la recherche du profit à tout prix et l absence de vision à long terme peuvent conduire à l impasse à court terme mais il n y a pas que le japon beaucoup d indicateurs orange clignotent l environnement de notre planète ne va pas bien du tout elle étouffe par exemple dans les gaz à effet de serre que nous envoyons gaiement dans l atmosphère depuis la révolution industrielle déjà plus de 1000 milliards de tonnes de co2 nous nous dirigeons à grand pas vers un climat plus chaud que ce que l humanité n a jamais connu et alors que s avivent les tensions dans le golfe où se trouve une grande partie de ce qui reste de pétrole de un à deux milliards de terriens n ont ni eau potable ni électricité donc pas de lumière pour apprendre à lire pas de frigo pour garder des vaccins pas d ordinateur pour googler chez nous on remplace partout où c est possible les guichetiers les caissières et les contrôleurs fiscaux par des automates ils ne font pas grève mais consomment de l énergie même quand ils ne font rien et ne sont pas programmés pour sourire quelques hurluberlus croient encore que la terre est plate et que l effet de serre est un complot de greenpeace ou qu une solution technique magique va tout résoudre pendant ce temps le crapaud doré du costa rica a disparu à cause du réchauffement climatique qui vient s ajouter à tous les stress qui contribuent déjà à la plus grande extinction d espèces en cours ou en préparation depuis la fin des dinosaures et pourtant la surface de la terre reçoit du soleil tous les jours gratuitement 7000 fois plus d énergie que ce que nous n en consommons tous les matins des milliers de chercheurs dans le monde recommencent à essayer de comprendre comment il serait possible de ne plus avoir besoin de l équivalent de 3 4 ou 6 planètes chacun pour vivre bien et en harmonie avec elle des industriels éclairés se lèvent en ayant rêvé que les gouvernements les encouragent à innover et à fabriquer des bâtiments ou des équipements qui produisent plus d énergie qu ils n en consomment des syndicalistes africains birmans ou japonais se battent pour empêcher d autres bhopal ou fukushima des citoyens se lèvent pour empêcher l omc d interdire les labels d efficacité énergétique qui «distordent la compétitivité» nous sommes devant le grand carrefour d un côté le choix a c est grosso modo continuer à faire comme si de rien n était continuer à gaspiller l énergie à consommer de plus en plus de combustibles fossiles ce qui va nous mener avant la fin de ce siècle à un climat qu aucun être humain n a jamais connu je vous invite à aller visiter dans la gare tgv de liège-guillemins l exposition « sos planète3 » qui montre à quoi ressemblerait un tel monde le choix a c est privilégier le court terme c est continuer à danser dans la salle de bal du titanic en ignorant que la collision approche l autre branche du carrefour c est le choix b dans lequel l humanité se met bien davantage à l écoute du giec et des chercheurs qui travaillent sur le sujet utilisant les rapports du giec comme des écrans radars ou des systèmes gps ou la combinaison des deux qui permettent à la fois d anticiper l obstacle et de trouver un itinéraire alternatif radars et gps qui manquaient sur le titanic le choix b est une orientation dans le cadre de laquelle on trouve un véritable équilibre entre 1 l économie avec une vue à long terme qui n est pas toujours la perspective adoptée 2 l environnement qui est à la fois partagé et fragile et 3 les aspects sociaux en notant que le rapport brundtland reconnaît lui-même que l équité entre générations doit aller de pair avec l équité à l intérieur des générations c est-à-dire la justice dans le cadre de ce choix b on pense davantage à nos enfants et à tous les enfants du monde qui hériteront du monde que nous leur laisserons dans ce choix b il est évidemment essentiel que chacun prenne sa part de responsabilité pour nous aider à choisir il faudrait se souvenir que comme les habitants de fukushima nous ne pouvons pas nous enfuir nous sommes tous assis sur la même branche que nous contribuons à scier et nous n avons pas de planète de rechange il y a une dernière chose dont on doit se souvenir devant ce carrefour il y a aussi des opportunités très importantes autour du choix b ce qu on appelle les « co-bénéfices » de l action en matière de climat et d environnement il est grand temps de bien choisir la bonne route jean-pascal van ypersele professeur de climatologie et de sciences de l environnement à l université catholique de louvain1 belgique vice-président du giec2 mais je m exprime ici à titre personnel www.climate.be www.ipcc.ch 3 voir www.sos-planet.eu il s agit de la plus grande exposition jamais réalisée dans le monde sur les changements climatiques elle est ouverte jusqu à la fin juin 2011 1 2 sommaire regards croisés billet d humeur portrait le devoir d imagination guy geoffroy prés des eco maires volet technologique 2 6 7 volet biologique les réseaux electriques intelligents l hygiène alimentaire en question 10 12 explorama collectif argos 21 26 echos du sud grand angle the green redemption fund le développement durable une démarche volontaire qui se pérénise au burkina faso 33 les oubliés de la terre 16 migrants climatiques les anonymes du droit international focus sur les communes 28 les communes et le développement durable echos des pôles le groenland vu du groenland 38 photo j delorme ucl

[close]

p. 2

regards entretien h croisés avec serge grouard président de la commission du développement durable et de l aménagement du territoire à l assemblée nationale et thierry burlot vice-président chargé de l eau de l environnement et de la biodiversité région bretagne page 2 ier encore on parlait de gouvernance de l eau aujourd hui sourdement mais inébranlablement la notion de guerre de l eau est de moins en moins abstraite la consommation de l eau a augmenté de dix fois depuis 1990 et à l heure où les réserves s épuisent on parle de fixer un prix à l eau alors que paradoxalement le statut de ressource vitale qui lui est attribué devrait interdire la notion même de marché qui s il est mis en place défavoriserait de surcroit les pays pauvres le calcul est simple d un côté la démographie s amplifie le taux d industrialisation ne faiblit pas la demande en eau est une crue sans fin de l autre les réserves d eau douce propres à la consommation se font de plus en plus rares on parle déjà de contrôle des ressources qui est aujourd hui un enjeu international mais comment contrôler ce qui est fluide par essence qui s étend au-delà des frontières qui n appartient à personne mais qui est essentiel à tous comment éviter les conflits armés pour accéder à ce qui est source de vie la gestion équitable serait la plus sage des mesures à condition que les frontières soient saines selon l onu il existe 263 `bassins internationaux fleuves nappes souterraines et lacs qui sont entre deux terres entre deux frontières qui appartiennent alors à deux pays au minimum déjà il y a bien longtemps avant notre ère le contrôle des canaux du tigre alimentait les premiers conflits aujourd hui en bolivie en turquie en egypte au soudan en ethiopie on peut parler d hydroconflictualité finalement partout où elle se fait rare l eau peut devenir une source de conflit et raviver les crises du passé la mémoire a la dent dure quand assaillit par la peur les peuples se haïssent de nouveau après des décennies de calme l or bleu véritable enjeu économique est devenu un sujet de prédilection pour les politiques dans ce regard croisé s opère une alchimie rare sur cette question vitale les hommes ne s affrontent plus et convergent enfin vers une unité nourrie d humanisme et de réalisme la naissance d une politique hydrique sonia henry le forum mondial de l eau à marseille se déroule en mars 2012 après istanbul qui vit l émergence d un consensus sur les enjeux marseille doit être le forum des solutions pour vous c est bien parti solutions me semble beaucoup plus problématique car l accès à la ressource hydrique est devenu une question géopolitique majeure non sans raison le vice-président de la banque mondiale ismaïl serageldin avait déclaré en 1995 que « les guerres du xxie siècle auront l eau pour enjeu » les deux tiers des principaux fleuves du monde traversent plusieurs États et on compte 263 bassins fluviaux transfrontaliers les bassins du jourdain du syr-daria du nil du tigre et de l euphrate ­ pour ne citer qu eux ­ constituent autant de zones de conflit hydrique potentiel thierry burlot le document de conclusion du 5ème forum mondial de l eau d istanbul parle d urgence pour combattre le drame du manque d eau et de droit à une amélioration des conditions hygiéniques et sanitaires cependant le droit humain de l eau n a pas été adopté le forum de marseille sera le plus grand rassemblement mondial de l eau et il est fondamental que le droit universel à l eau et à l assainissement soit reconnu à cette occasion cette reconnaissance par les nations unies le 28 juillet 2010 a été une étape importante mais il faut poursuivre la dynamique engagée en ce sens cette reconnaissance du droit à l eau implique qu elle soit encore plus considérée comme un bien public et qu elle ne soit pas « marchandisable » ce qui est au coeur des oppositions dans ce contexte trouver des solutions partagées serge grouard le cinquième forum mondial de l eau qui s était tenu à istanbul en 2009 avait effectivement permis d identifier un certain nombre d enjeux partagés comme des enjeux d alimentation de santé de développement économique et social ou de migration faire émerger un consensus sur les la revue de la terre n° 3

[close]

p. 3

ne sera pas simple de plus pour faire de ce bien précieux une ressource protégée et partagée il s agit de placer l eau au coeur de toutes les politiques ce qui pose également de nombreuses questions d équilibres économiques et sociaux alors que l évolution économique démographique ou encore le changement climatique va de plus en plus renforcer les sources de conflits pour l accès à l eau pour de nombreuses régions du monde « les guerres du xxiè siècle seront liées à l eau » enfin si l eau est un bien public il faut que les acteurs publics prennent réellement conscience qu une prise en charge de sa gestion est nécessaire une gouvernance adaptée plaçant les élus au coeur des décisions doit être trouvée pour trouver des solutions au plus près des territoires chaque situation nécessitant des solutions différentes les solutions ne sont donc pas « toutes prêtes » et les conditions pour aboutir doivent être mises en place le forum mondial de marseille à défaut de trouver des solutions immédiates pourra et c est un objectif majeur de ces évènements permettre d échanger et de débattre pour une meilleure connaissance et des prises de décisions plus éclairées sh que ce soit sur l accès à l eau sur la qualité des réseaux ou sur la prévention et la gestion des crues la question de l eau revient en force actuellement nécessité d un changement d approche quel niveau de priorité lui consacrer sg la préservation des ressources naturelles dont l eau constitue un enjeu majeur à plusieurs titres le grenelle de l environnement a fixé des objectifs ambitieux en matière de gestion de l eau consistant à assurer son bon état écologique d ici 2015 une série de mesures s imposent pour assurer un bon fonctionnement des écosystèmes et retrouver une bonne qualité écologique des eaux cet objectif passe par l élaboration d ici à 2012 d une trame verte et bleue par la réduction des pollutions chimiques et de la consommation d espaces agricoles et naturels en matière de biodiversité la france s est aussi engagée à stopper l érosion de notre patrimoine naturel assurance-vie de la planète la mer son littoral et sa biodiversité marine sont une porte ouverte sur l avenir sa protection et celle du littoral sont à ce titre essentielles la commission du développement durable que je préside travaille d ailleurs actuellement sur ces questions le risque inondation non seulement sur les côtes mais aussi de nos fleuves est à prendre en considération de manière tout aussi prioritaire nous devons concentrer nos efforts pour être en mesure d y faire face au plan local l action des collectivités territoriales est également déterminante pour ne citer qu orléans ville dont je suis maire depuis 2001 un ensemble d actions fortes ont été engagées dans le cadre de notre agenda 21 nous avons lancé notamment un plan ayant pour objectif de rendre « la loire propre » pour 2012 la ville est à l origine d un plan de prévention et de gestion de crise en cas de crues de la loire je peux aussi vous citer la convention passée entre la ville la chambre d agriculture et notre délégataire pour l eau pour mobiliser collectivement autour de la préservation de la ressource en eau la protection des périmètres de captages et la limitation des consommations de manière plus générale les sciences d observations du sol et du sous-sol font la réputation d orléans dans ce cadre elle accueille notamment un des principaux sites français du brgm orléans réunit aussi dans le cadre du pôle de compétitivité dream les principaux acteurs économiques et scientifiques intéressés par les interactions de l eau avec ses différents milieux tb au coeur de toute activité humaine l eau est bien entendu fondamentale pour toute vie il est en effet essentiel aujourd hui de gérer l eau autrement puisque la gestion actuelle ne permet pas d atteindre les objectifs fixés en particulier ceux de la directive cadre européenne sur l eau ou encore du grenelle de l environnement les faits montrent par ailleurs que les questions liées à l eau sont de plus en plus fréquentes et qu elles ont des incidences de plus en plus graves pour l homme du fait d un contexte particulièrement difficile rendant la gestion équilibrée de l eau d autant plus complexe c est donc au coeur de ces priorités que l eau doit se placer c est une question de survie la région bretagne s est d ailleurs fortement engagée pour participer de manière active aux politiques environnementales et pour que les enjeux de l eau et plus globalement de l environnement et de la biodiversité soient intégrés dans l ensemble de ses politiques et de celles des acteurs locaux sh comment effectuer une gestion publique de l eau respectueuse des intérêts de la démocratie efficace et à même de préparer aux enjeux futurs la solution réside-t-elle parmi les modes de fonctionnement actuels régie délégation de service public ou doit-on faire émerger une nouvelle approche sg les modes de gestion publique de l eau répondent selon moi aux différents besoins exprimés la régie internalise les coûts c est-à-dire qu elle fait supporter les dépenses d entretien d investissement et de fonctionnement par le budget global de la collectivité d expérience la délégation de service public fonctionne bien c est le choix qu a fait la mairie d orléans pour sa gestion publique de l eau aujourd hui grâce à des investissements conséquents l utilisation des techniques de pointe d ultrafiltration réduisant substantiellement le traitement chimique pour la production d eau la construction d une nouvelle station d épuration rejetant une eau de qualité dite de « baignade » dans la loire un programme sans précédent de renouvellement des canalisations en plomb orléans fournit aujourd hui la qualité d une eau de source au robinet de ses habitants du point de vue du respect des intérêts de la démocratie la question est moins celle des modes de gestion que celle de la gouvernance globale du système compte tenu du caractère vital de l approvisionnement en eau il importe que les autorités politiques nationales et locales demeurent responsables des décisions les plus importantes à l échelon national l élaboration de la norme à l échelon local la gestion tb pour une gestion publique de l eau qui réponde à ces objectifs il s agit avant tout de fixer des objectifs partagés sur un territoire et de déterminer pour tous les acteurs concernés les actions à mener pour les atteindre les acteurs publics doivent assurer cette tâche et définir les conditions et moyens de contrôle de la bonne réalisation des actions définies le choix du mode de gestion n est pas la question il n a pas ou que très peu page 3 la revue de la terre n° 3

[close]

p. 4

suite regards croisés disponibilité hydrique plutôt favorable et assez bien répartie géographiquement cependant elle est confrontée a des conflits d usage qui s accroissent liés surtout à une exploitation ponctuelle intensive de la ressource par l irrigation ou encore l afflux de population touristique estivale par exemple à une sectorisation des gestions de l eau et à une spécialisation géographique du fait de la diversification des usages de l eau autant d éléments qui conduisent à une dégradation qualitative importante toutefois je pense que la france a la chance d avoir développé depuis de nombreuses années des démarches territorialisées de gestion de l eau à l échelle de bassins versants qui permettent les échanges entre les différents usagers de l eau et ainsi la compréhension des problématiques respectives ceci est particulièrement vrai en bretagne où des programmes de bassins versants sont définis et mis en oeuvre depuis plus de 20 ans maintenant et où l ensemble du territoire est aujourd hui couvert par une démarche engagée de sage il faut amplifier ces démarches par la mise en place de programmes de gestion intégrée sur l ensemble des thématiques eau qui présentent en quoi la cohérence externe à la politique de l eau est assurée la question principale pour la france est de savoir si ces choix lui permettront finalement d être véritablement au rendezvous que lui fixent les différentes directives européennes au premier rang desquelles la dce sh pesticides pollutions d origines industrielle et agricole algues vertes présence d antibiotiques non filtrés l eau de nos cours d eau et même notre eau de boisson semblent chargées alors que les producteurs d eau en bouteille ont désormais décidé d encourager les activités d agricultures bio et la préservation des écosystèmes y compris en investissant dans le foncier comment préserver les bassins filtrants faut-il sanctuariser faire évoluer nos pratiques éduquer et sensibiliser sg Éduquer sensibiliser oui trois fois oui la prolifération des bouteilles plastiques pour l eau de source ou l eau minérale est elle encore aujourd hui raisonnable il est légitime de se poser la question aujourd hui concernant les pesticides le grenelle a souligné la volonté de diminuer de 50 d incidences sur la mise en place d une gestion intégrée qui permet de préserver et de partager l eau la transparence est au coeur de ce débat je pense qu il est essentiel que le prix de l eau ne soit pas uniquement indexé à la quantité vendue mais également à des objectifs plus globaux sur un territoire à la fois quantitatifs et qualitatifs il faut de plus intégrer les aspects sociaux et solidaires dans cette tarification et il est nécessaire qu un suivi précis avec une vision à long terme du coût de la gestion de l eau soit fait et diffusé sous une forme pédagogique aux citoyens ce n est pas une question de « modes de fonctionnement » mais de « choix politiques » les solutions existent il faut simplement les appliquer sh travaux du grenelle création de l agence de l eau rôle accru pour les agences régionales de l eau la préservation de la ressource est-elle gérée de manière pérenne et pertinente sg oui je crois à l efficacité de notre modèle de gouvernance mêlant public et privé la gestion de la france s effectue sur une base écosystémique et a d abord pour objet de respecter les obligations contenues dans les directives européennes notamment les directives cadre sur l eau et les eaux résiduaires urbaines la politique de la préservation des ressources en eau est mise en place dans le cadre des schémas directeurs d aménagement et de gestion des eaux et encadrée par les services de police de l eau le 9ème programme d intervention organisé par bassin est appliqué par les six agences de l eau dont l action vise à soutenir les projets d intérêt commun menés par les collectivités territoriales l onema conduit pour sa part des programmes de recherche et d étude consacrés aux écosystèmes aquatiques à l évaluation de l impact des activités humaines à la restauration des milieux aquatiques et à l efficacité du service public de l eau et l assainissement tout en garantissant la solidarité entre bassins les acteurs sont donc clairement identifiés avec des priorités tout aussi clairement établies les dispositions issues des deux lois « grenelle » ont conforté les ambitions de la gestion intégrée de la ressource en eau en poursuivant un quadruple objectif le renforcement de l association des partenaires à la gestion intégrée de l eau l atteinte de la bonne qualité écologique de l eau et l assurance de son caractère renouvelable la mise aux normes des stations d épuration et enfin la mise en oeuvre d une gestion quantitative de l eau ajustée aux ressources disponibles tb la gestion de l eau en france s appuie essentiellement sur la mise en oeuvre des directives européennes et notamment la directive cadre sur l eau ou encore les directives eaux résiduelles urbaines eaux de baignade la france a fait le choix d une planification à l échelle des agences de bassin au travers du schéma directeur d aménagement et de gestion des eaux sdage si ce choix est pour moi pertinent il faut cependant s assurer d une ambition forte de ces documents qui peut être atténuée du fait de territoires très larges avec des caractéristiques très différentes les enjeux du massif central ne sont pas ceux de la bretagne cette ambition surtout doit mettre en avant une action au plus proche des territoires via des schémas d aménagement et de gestion des eaux qui doivent être la transcription d un projet local et non la simple mise en oeuvre d orientations supra c est en proposant des évolutions au niveau de chaque territoire de sage que nous parviendrons à un équilibre durable et ainsi à une préservation des eaux et des milieux aquatiques.le législateur donne souvent une place importante aux choix territoriaux mais la mise en oeuvre de ces choix n est en général pas aussi volontariste sh a l échelle internationale quels atouts et quelles faiblesses pour la france en termes de gestion de l eau sg par rapport à la majorité des États du monde la france a la chance de ne pas souffrir de déséquilibres hydriques majeurs il n en demeure pas moins que la consommation croit et que sa maîtrise collective impose à tous les acteurs ­ ménages agriculteurs industriels ­ une gestion responsable de la ressource et dans certains cas une évolution de leurs pratiques je crois très fortement au partenariat avec le monde agricole sur ces questions arrêtons d opposer agriculteurs et écologie c est souvent tout le contraire tb au sein de l europe et à fortiori du monde la france est favorisée par une page 4 la revue de la terre n° 3

[close]

p. 5

les intrants dans l agriculture il a clairement établi l objectif de préserver la ressource en eau et avec cela une série de mesures prioritaires inciter les collectivités à réduire les fuites dans les réseaux de distribution d eau potable renforcer les moyens de protéger les aires d alimentation des captage d eau potable étendre aux établissements recevant du public la possibilité d utiliser de l eau de pluie etc toutes ces mesures fixées aujourd hui par la loi sont autant de pierres apportées à l édifice de la réduction des pollutions et assureront la place de la france pour offrir aux nouvelles générations un environnement plus pur plus sain plus durable tb je crois que la préservation des bassins filtrants passe en premier lieu par un aménagement du territoire adapté à chaque bassin versant il n y a pas une solution mais « des » solutions les objectifs environnementaux doivent être atteints par la mise en place d un développement territorial adapté aux spécificités locales alors bien sûr certaines zones doivent être protégées tout particulièrement les pratiques doivent prendre en compte les objectifs environnementaux mais le tout dans le cadre d un projet partagé par bassin versant hydrographique il faut surtout que tous les acteurs soient associés au projet y compris les acteurs de l urbanisme et de l économie l enjeu véritable est de passer d un système curatif à un système résolument préventif qui seul permettra un équilibre des usages sur le long terme pour y arriver les questions d éducation et de sensibilisation sont fondamentales c est un travail devant mobiliser le plus grand nombre et sur le long terme sh de nombreuses ong s impliquent désormais fortement sur la thématique de l eau grenn cross france liberté eaux et rivières de france etc soutien relais obstacle dans votre activité sg la contribution de ces associations en termes de sensibilisation de l opinion d alerte des pouvoirs publics voire d expertise technique est toujours utile souvent essentielle même elles sont devenues des acteurs incontournables des débats publics environnementaux aux côtés des autres parties prenantes il revient ensuite au politique qui aura su prêter une écoute attentive aux uns et aux autres de décider en fonction de ce qu il estime être l intérêt général tb une gestion équilibrée et durable de l eau nécessite l implication de tous en ce sens la place et le rôle des associations et organisations environnementales sont majeurs tant dans la définition des objectifs que dans leur actions au quotidien et notamment de sensibilisation il est important de pouvoir co-construire les projets de gestion équilibrée de l eau et de respecter les équilibres de la société dans la représentation et la participation il faut néanmoins veiller à ce que les échanges ne restent pas cantonnés à des oppositions frontales d idéologies mais soient constructifs des lieux de gouvernance adaptés doivent être mis en place à l échelle régionale et locale pour permettre ces débats constructifs sh l eau demain quelle vision et quelle prospective tb l eau est soumise à des pressions de plus en plus fortes et qui s amplifient si la gestion actuelle se poursuit les déséquilibres ne pourront que s accroître rendant impossible tout développement territorial je souhaite que l eau soit placée au coeur de toutes les politiques et qu une gouvernance adaptée aux enjeux régionaux et aux spécificités locales soit mise en place l accès à l eau par le biais des conditions de son prélèvement et de son traitement sera demain un élément fondamental dans nos choix de développement il est du ressort de l etat d assurer ses compétences en total partenariat avec les collectivités territoriales et avec les acteurs territoriaux en charge de la gestion de l eau notamment les commissions locales de l eau cle sh a quel maillon du territoire gérer la problématique de l eau local global tb il est essentiel de gérer cette problématique à tous les maillons du territoire en effet les enjeux régionaux doivent être une base sur laquelle les projets par bassin versant spécifique doivent se construire en associant tous les acteurs ces actions doivent être conduites en constante cohérence avec les autres démarches de planification notamment celles des scot et celles des pays et epci en terme de développement économique sh et si demain nous venions à manquer d eau sommes-nous prêts sg la france qui dispose de ressources en eau confortables peut être localement confrontée à des pénuries en raison d une demande excessive par rapport à la ressource disponible comme ce fut le cas pour les épisodes caniculaires de 2003 et 2005 entraînant des tensions notamment géographiques entre les différents usages de l eau par usage j entends tous les besoins pour le développement des sociétés et activités humaines mais aussi de l eau nécessaire à l environnement comme pour nos rivières on peut aussi légitimement penser que l intensité des évènements extrêmes s amplifiera avec le changement climatique je ne crois pas à la perspective d un manque d eau durable et structurel en france à brève échéance mais nous devons continuer à intensifier nos efforts en faveur d une gestion prudente économe et responsable de fortes perspectives d améliorations sont ainsi possibles selon moi dans le domaine de l assainissement par le développement de partenariats avec le monde agricole conjugués aux efforts croissants en termes d investissements des entreprises dans ce domaine concernant la qualité de l eau produite nous devons poursuivre les actions engagées pour encourager la récupération et limiter le recours à « tout va » à l eau en un mot je crois essentiel de substituer au schéma de pensée persistant qualifiant l eau de « dû inépuisable et quasi-gratuit » celui bien plus réaliste la considérant comme une denrée « tarissable et qui a un prix » tb non les organisations en place ne permettent pas un travail de prospective et de transversalité suffisant pour anticiper les conflits qui découleraient d un manque chronique et important d eau pourtant sur des situations plus ponctuelles qui existent en france à ce jour des solutions sont aujourd hui trouvées il faut poursuivre de façon amplifiée les politiques visant à une utilisation économe de l eau sur ce sujet l essentiel est d inciter et d accompagner l innovation et la recherche car ce qui est sûr c est que les problématiques quantitatives vont prendre de plus en plus d importance page 5 la revue de la terre n° 3

[close]

p. 6

billet il fut un temps où l aide alimentaire était dispensée par la religion et ceci quelqu en soit la chapelle l église catholique a construit son histoire sur les soins et l alimentation des plus démunis ­ les hospices et la charité les grecs laissaient les soirs de pleine lune au carrefour des avenues une fois leurs agapes finies les reliefs de leur repas afin que les plus pauvres puissent venir sans être vu et se nourrir à leur tour la religion juive permettait de glaner dans les champs mais il ne fallait ramasser qu avec sa main l idée étant de satisfaire le juste besoin puis avec l évolution de nos sociétés l organisation de l aide sociale et notamment de l aide alimentaire s est construire autour des bureaux d aide sociale pour finalement être exercer par trois grands types d organisations le tissu associatif la religion et les collectivités locales l aide alimentaire s appuie à ce jour sur les collectivités locales à travers les ccas et sur le tissu associatif structuré autour de quelques grands réseaux qui ont su mener ces actions au grand soulagement de l etat celui-ci à défaut de réellement s y intéresser a financé et s est ainsi trouvé dédouané de ce qui devrait être une mission régalienne de l etat mais la demande croît plus vite que l offre la demande est multiple variée protéiforme évolutive et l offre reste morne sans réelle vision et surtout peu en adéquation avec les besoins evidement on entend déjà ici et là ressortir les sempiternelles ritournelles du manque de moyens et de la volatilité des bénévoles et si ces idées toutes faites cachaient notre manque d ambition pour venir en aide aux personnes en situation de précarité économique et notre vision à court terme d une situation pourtant explosive mettons nous deux minutes à la place des ces personnes comment accepter en tant que parents de ne pas pouvoir nourrir ses enfants et d être obligé de demander de l aide d humeur le devoir d imagination par guillaume bapst comment accepter que nos anciens qui ont participé à la vie économique de la nation doivent au moment de bénéficier de leur retraite quémander une aide alimentaire pour se sustenter quand la cellule familiale ne peut assurer ce rôle de soutien quelle est cette société anxiogène qui n offre à ses jeunes que des petits boulots et l aide alimentaire comme moyen de survie si l aide alimentaire est indispensable pour certains d entre nous celle-ci doit être un support pour rebondir et telle la pyramide de maslow c est après avoir satisfait les besoins fondamentaux que l on peut aider l homme à se reconstruire si l aide alimentaire est obligatoire elle ne doit pas se satisfaire d un approvisionnement lié à la surproduction au risque de légitimer une croissance folle mais plutôt se construire autour d une consommation maitrisée raisonnée et partagée alors réveillons-nous unissons nos forces sortons de nos représentations stériles et d arrière garde si le capitalisme est devenu amoral c est que nous l avons laissé l être comme une rivière que l on ne maîtrise pas et qui déborde l entreprise n est pas une incarnation du diable le tissu associatif n est pas seulement animé par une bande de subversifs et d agitateurs des « bricoleurs » venus réparer le monde et les dégâts de notre société capitaliste dans un joyeux bordel manquant totalement de professionnalisme tous les élus ne sont pas que des hommes de pouvoirs ou des vaches à lait la réalité est loin d être aussi manichéenne arrêtons aussi ces doubles peines où sur un territoire certains d entre nous sont écartés d un dispositif au motif qu ils n habitent pas la ville alors que la structure est financée par des crédits de l action sociale du département et arrêtons enfin d imaginer que les « pauvres » n ont pas de savoirs de compétences et qu ils ne pensent qu à l association nationale de développement des Épiceries solidaires est l un des principaux réseaux d aide alimentaire français elle soutient le développement des Épiceries solidaires associations caritatives qui proposent à 20 du prix usuel des produits de consommation courante à des personnes en situation de précarité profiter du système social soyons intelligents créatifs innovants et ambitieux les « pauvres » ont besoin de dignité de choix de qualité et parce qu ils ont besoin de nous nous avons l impérieuse obligation de nous transcender pour leur offrir une solidarité de qualité que nous construirons avec eux tout est possible nous sommes tous acteur de changements ne soyons pas résignés mais ambitieux et modestes rassemblons nous et parions que sur le modèle des communautés de communes fort de leurs expériences de mutualisation nous pourrions tous gérer l aide alimentaire comme un service public de qualité porteur de sens et conforme à la dignité des hommes qu il soit géré sous statut associatif ou public un droit opposable à l alimentation sera t il nécessaire pour nous mettre en ordre de bataille pour faire face à cette guerre de la pauvreté et plutôt que d agiter le spectre de la dangerosité de l autre de la laïcité et autres débats nous opposant ne devrions nous pas proposer comme thème de campagne une solidarité active riche et plurielle nous en sortirons tous grandis guillaume bapst président du réseau andes page 6 la revue de la terre n° 3

[close]

p. 7

portrait rencontre avec guy geoffroy président des eco maires député maire de combs-la-ville 77 d ès 1972 la déclaration de stockholm a proclamé dans le premier de ses principes que l homme a un droit fondamental à la liberté à l égalité et à des conditions de vie satisfaisantes dans un environnement dont la qualité lui permette de vivre dans la dignité et le bien-être il a le devoir solennel de protéger et d améliorer l environnement pour les générations présentes et futures le texte de stockholm parle aussi du devoir solennel de sauvegarder l environnement pour les générations présentes et futures un devoir solennel qui plus qu un devoir est devenu aujourd hui une responsabilité qui dépasse les cadres juridiques pour aboutir au plan éthique l équilibre n est plus entre droits et devoirs mais entre dignité et responsabilité propos recueillis par sonia henry quand le politique pose le droit à l environnement sh vous avez de multiples vies politiques mais une seule couleur politique comment fédérez-vous presque 2000 maires toutes tendances politiques confondues gg le monde politique a beaucoup maturé ces questions de développement durable et il est devenu totalement adulte face à ces sujets nous avons une sensibilité commune et un vrai désir de protéger notre qualité de vie quelque soit notre bord politique nous restons avant tout des individus des pères de famille aussi on aborde les projets de villes et des campagnes avec une volonté farouche de s approcher du mieux vivre et de la préservation de notre environnement ce qui était encore utopique hier s efface au profit d une réalité naissante développement c est leaspiration et surtout durableslogan une pas un je le pratique comme un exercice quotidien fondateur d une restructuration possible de la société sh comment s articulent les actions menées par l association gg il y a 20 ans lorsque nous avons commencé à nous pencher sur une éventualité de rassembler les élus autour d une dynamique environnementale un certain silence a initialement accompagné ma démarche nous étions des pionniers du développement durable ce réseau s est bien évidemment étoffé depuis et l on touche tout le spectre de la france républicaine il n y a pas d écologie socialiste pas d écologie ump ni communiste ni des verts il y a surtout à mettre en oeuvre dans le cadre d une identité locale tout ce qui pourra permettre d atteindre les cibles qui fondent une politique tout en respectant les sensibilités politiciennes nourries d éléments constants liés à l environnement nos actions visent à promouvoir les bonnes pratiques les comportements mais également à mener avec les partenaires institutionnels et les entreprises des actions pérennes aujourd hui edf gdf-suez bouygues sont des forces vives très présentes on oriente aussi nos combats sur l hygiène et l alimentation avec notre partenaire les mousquetaires pour illustrer de façon plus concrètes notre rôle citoyen nos actions de réflexion d information et de communication sont souvent relayées par l édition de petits opuscules ­récemment avec edf nous avons produit un document sur la maitrise de la demande d énergie une réflexion d envergure a été menée avec la présidence des villes moyennes à savoir comment transposer à l échelle locale d une commune la démarche du grenelle nous avons édité un petit guide du `mieux produire à l issue des consultations et des débats sh de vos premiers projets il y a 15 ans vous avez mis en place un nouveau centre de traitement écologique des déchets ménagers par compostage et méthanisation gg le syndicat intercommunal que je préside est en effet à l origine de ce projet et de sa matérialisation c est un processus assez lent car il ne faut pas oublier qu il intègre 3 communes de ma circonscription et est à cheval sur 3 départements et 15 communes en 1998 il y avait une urgence à mettre à niveau nos équipements et notre unité de programme la démarche de réflexion fut consensuelle et unanime nous voulions privilégier le traitement de la matière organique de nos déchets afin d obtenir un composte compatible avec nos agriculteurs et prolonger le geste du composteur par celui de méthaniseur en produisant ainsi du méthane servant à la production d électricité sur le site actuellement page 7 lorsque les membres du conseil d administration m ont réélu il est incontestable que le fait que je sois un de leurs parlementaires m a beaucoup aidé car cela nous donne la possibilité d exister davantage et d avoir plus de poids ce mandat nous ouvre des perspectives et des portes pour l ensemble de mes collègues -élus locaux qui ne sont pas du même groupe parlementaire que moi la revue de la terre n° 3

[close]

p. 8

suite portrait sera de veiller aux intérêts de notre agriculture et de définir les aides en les réorientant vers des secteurs d agriculture qui ont besoin d une aide spécifique par exemple pour les grands céréaliers l élevage pour l agriculture spécifique dans des secteurs plus escarpées comme l agriculture de montagne tout ça reste à l esprit des agriculteurs qui souhaitent obtenir de l aide quand ils ne l ont pas et ne pas perdre le soutien européen c est une étape qui n est pas encore en discussion est-ce que les pouvoirs publics nationaux auront un jeu à jouer pour adopter un politique régionale tout ceci est à mettre en chantier sh est-ce que vous seriez favorable à une exonération des charges patronales pour l ensemble des salariés agricoles qui serait compensée par une taxe sur les produits alimentaires payée par la grande distribution gg il faut soulever ce type d hypothèse mettre en place des pistes nouvelles ce genre d hypothèse c est ce qui a fait la force de l agriculture dans les années 60 mais aujourd hui la compétition mondiale et la problématique agricole à l échelle internationale nous oblige à penser autrement sh un rôle de censeur gg non mais un observateur averti et un promoteur du soutien aux bonnes pratiques dans le cadre de nos trophées éco-actions décernés à une quinzaine de projets qui nous semblent être absolument éclairant pour le développement durable je fais la tournée des communes régulièrement et j assiste parfois à des réalisations et des propositions de projets totalement intelligents et fédérateurs récemment je me suis rendu dans une petite collectivité de saône-et-loire à semur-en-brionnais 500 habitants où il y a un très bon foirail qui fait sa spécificité et donne au mot élevage tout son sens sa rénovation est la démonstration d une dynamique audacieuse et volontaire s inscrivant dans une ambition durable sh vous financez des clusters des ateliers de réflexion gg indirectement on se réunit en groupe de pression en essayant d avoir une vraie pertinence jean-louis borloo nous a énormément soutenu en plaçant notre association comme un relais au service du grenelle critique et investit par les collectivités locales pourvues de techniciens opérationnels bien au-delà des 10 thématiques qui couvrent la réalité du développement durable nous avons je crois une vraie pertinence à émettre des avis sh pour des règlements très spécifiques comme les 3 de la sau consacré exclusivement en surface équivalente topographique suivez-vous sur le terrain ce type d aménagement gg nous n avons pas d agents locaux à proprement parlé mais des communes sensibilisées sur ces questions qui suivent de près et qui servent parfois de testeur local l idée est de garder en permanence un pont entre les populations et le politique cela passe par une communication dans laquelle le citoyen est engagé en tant qu individu dans le processus environnemental et dans une politique commune durable sh les anti nucléaires donnent de la voix et multiplient les communiqués et les interventions certains demandent un référendum sur le nucléaire comme corinne lepage jean-marie brone physicien au cern le centre d études européennes sur le nucléaire pense que l europe pourrait développer des filières alternatives comme l énergie éolienne mais elles ne figurent pas dans les priorités de l union et pose la problématique de la technologie des japonais et pourtant gg la question est tellement majeure qu il faut se donner du temps d abord de l observation et j espère qu elle nous amenera a conclure que le pire a été évité je suis globalement favorable à l electricité nucléaire dans la mesure où la technologie française semble nous assurer un maximum de résultat pour un maximum de garantie malgré ce qui se passe au japon encore une majorité de français pense ainsi je suis un pragmatique il faudrait peut-être revoir la stratégie du nucléaire tel que nous la pratiquons ce qui pourrait être délicat et douloureux quand à trouver des alternatives possible mais nous n en sommes pas là on se rapproche de la finalisation avec gaz de france permettant également de créer une station de production de gaz naturel vert afin de fournir nos véhicules en charge de la collecte les déchets deviennent matière première et dégagent de l énergie pour du carburant propre et un composte parfaitement respectueux des normes les plus exigeantes il peut facilement trouver des débouchés dans les grandes exploitations agricoles du département de seine et marne page 8 sh la réforme de la pac en 2014 va entrainer une baisse des aides pour les exploitants la bataille est à plusieurs niveaux grace à l action de la france il y aura de nouveau une pac ce qui n était pas gagné il y a encore peu de temps il est je ne suis pas comme acteur public porté sur les `coups mais on mène des actions très coordonnées de manière la plus raisonnable responsable et structurée le développement durable c est finalement une mosaïque avec pour toile de fond des actions concrètes qui forment en elles-mêmes tout un ensemble dont on ne découvre l efficacité que lorsque le volume globale d actions atteint une certaine taille critique maintenant admis par tous les pays de l union européenne même si certains ont été plus ou moins facile à convaincre qu il y aura bien une nouvelle politique agricole commune à l échelle des 27 ou des 28 avec l entrée de la croatie il faudra rester vigilant et notre priorité la revue de la terre n° 3

[close]

p. 9

sh 440 réacteurs dans le monde répartis sur une trentaine de pays la prise de risque pour 15 d électricité mondiale est-elle un enjeu suffisant gg la question se pose mais je la formulerai de manière plus nuancée est-ce que le risque est partagé à proportion de la répartition globale moyenne sur l ensemble des territoires et de la nature des choix technologiques s y référant tout dépend du degré de technologie et de technicité la marche à suivre est celle des pays qui ont assumé leur engagement avec le nucléaire la france et le japon en font partie les pays plus à l est l exemple malheureux de tchernobyl est plus délicat car le choix de ces pays d entrer dans le nucléaire n a pas été fait de façon assez responsable la filière de l électricité nucléaire française est reconnue il faudra peut-être une remise sur les métiers de tous ces engagements ce qui voudra dire que la catastrophe n a pas été évitée au japon que le pire s est produit mais j ai le sentiment qu on ne s approche pas de cette certitude ce qui est certain en revanche est la transparence aujourd hui des politiques face au nuage radioactif aucune frontière terrestre ne peut faire barrage c est une responsabilité mondiale et globale le nucléaire nous met face à notre propre responsabilité nous devenons tous des citoyens solidaires et engagés sh on envisage plusieurs options pour nourrir la planète en 2050 lorsque michel griffon pense que `le monde n est pas en état de marche et que les politiques doivent aujourd hui être plus mordants sur le sujet que lui répondez-vous gg l urgence alimentaire a une grande partie de sa réponse dans la capacité de tous les pays du monde à fixer des liens de partenariats avec les pays en voie de développement l aide des pays riches en leur direction peine à trouver le moyen d une vraie efficacité cela pose à la fois une problématique politique et aussi démocratique une grande partie de l équation tient à définir un fonctionnement démocratique pérenne afin de construire des ponts solidaires et de bâtir une vraie relation d etat à etat efficace nous avons aussi un combat à mener sur notre territoire qui est de nourrir tous les français ce qui face aux restos du coeur et à la soupe populaire ­ qui devient de plus en plus populaire ­ est une donnée alarmante il faut garder comme impératif de politique agricole l obligation pour la france de rester un grand pays agricole producteur bruno le maire est très au faite de cette démarche et est vraiment dans cette perspective quel type d agriculture devons-nous mettre en place c est une question essentielle qui doit être profondément réfléchie sh l académie des sciences propose une sorte de giec dont la mission serait d orienter les politiques sur les questions d alimentation et en nous réorientant vers des productions écologiquement acceptables gg tout à fait les bio carburants de première génération ont eu le grand mérite de pousser certaines portes qu on ne croyait jamais pouvoir ouvrir pour démonter qu il y avait dans l intelligence de l homme une capacité à imaginer d autre source de production propre et d énergie renouvelable et cela n est pas neutre et reste sans commune mesure avec le besoin grandissant d utiliser nos terres agricoles il faut mieux probablement parier sur d autres sources d énergie sans cesse renouvelables comme les déchets les eco maires fédèrent et agissent pour et avec près de 1900 communes ou epci dont les élus ont choisi d inscrire dans leur politique l approche environnementale et le développement durable comme prioritaire les maires fondateurs de l association les eco maires se sont regroupés en 1989 pour afficher en-dehors de tout clivage partisan leur volonté de placer l environnement au coeur de leurs préoccupations d élus de terrain ils pressentaient que l échelon local est un maillon essentiel des politiques environnementales ce que tous les sommets sur l environnement ont affirmé depuis rio en effet « l agir local-penser global » s est largement imposé depuis et des expériences très pertinentes ont émergé concrètement après 15 ans d activité les eco maires sont aujourd hui le premier réseau national d élus mobilisé sur les problématiques environnementales et de développement durable de précurseur en terme politique méthodologique le réseau est aujourd hui devenu un réel outil pour les acteurs du territoire et les enjeux nationaux parmi ses activités « quotidiennes » échanges d expériences mutualisation des compétences innovation recherche ­ l association a rapidement mis en place diverses actions de valorisation des initiatives locales ainsi elle a développé des commissions thématiques réels laboratoires aux réflexions innovantes sur des thèmes reconnus comme clefs autour de ces élus des partenaires essentiels participent aux réflexions qui s accompagnent d études et de tests sur des communes pilotes page 9 la revue de la terre n° 3

[close]

p. 10

volet technologique les réseaux electriques intelligents enjeux nationaux opportunités locales décryptage représentant en europe près du quart des consommations énergétiques globales l énergie électrique joue une part importante de notre approvisionnement plus que toute autre elle est perçue comme indispensable et chaque rupture d approvisionnement vécue comme critique hors nos réseaux électriques qu ils soient en europe ou aux etats-unis sont en voie d obsolescence dans le reste du monde ils sont lacunaires afin de sécuriser l approvisionnement en zone urbaine et d augmenter singulièrement l efficacité globale du réseau actuellement en france 1kwh se perd dans le réseau pour chaque kwh rendu au point de consommation une rupture technologique forte est nécessaire cette rupture facilitera page l intégration des énergies renouvelables sur le réseau permettra de nouveaux modes de stockage et de consommation comme les véhicules électriques et rendra possible une maîtrise fine de la consommation énergétique et de nouvelles optimisations de la demande les investissements sont considérables pour des réseaux qui seront amortis sur le temps long entre 30 et 70 ans les choix technologiques effectués maintenant peuvent contraindre sévèrement notre dépendance aux énergies fossiles comme notre capacité à innover c est donc non seulement une nouvelle stratégie d investissement et de partenariats public-privé qu il faut envisager dans le domaine des smart-grids mais également une gouvernance et une politique de proximité qui favorise la déconcentration et la diversité des choix énergétiques valorise leur vertu environnementale et redonne au citoyen les moyens de sa sécurité énergétique on aurait donc une sorte d internet de l énergie utopie ou proche réalité l économiste américain jeremy rifkin est de tous les colloques dans le monde entier et en particulier en europe pour promouvoir le concept aux etats-unis le energy independence and security act of 2007 lui consacre un chapitre en europe la smartgrids european technology platform for electricity networks of the future a été constituée en 2005 sous l égide de la commission européenne et du 7ème programme-cadre de recherches sh 10 l etat favorise l émergence du marché après les compteurs intelligents smart meters voici les réseaux intelligents smart grids vers une consommation énergétique intelligente alors que le bilan carbone de notre secteur électrique est aujourd hui cinq fois moins élevé que la moyenne européenne du fait de la prédominance de la technologie nucléaire les réseaux electriques intelligents sont une réponse pour limiter les effets de la croissance de la demande d électricité et de l accroissement des pointes de la courbe de charge qui eux font appel à des moyens de production thermiques à fort contenu carboné ils représentent une adaptation aux nouvelles tendances qui bouleverseront la gestion du réseau électrique développement des énergies renouvelables décentralisées et intermittentes arrivée de nouveaux usages dans les transports comme le véhicule électrique nouvelles technologies d effacement des consommations en avril 2010 le rapport des parlementaires serge poignant et bruno sido soulignait que la gestion de la pointe électrique passerait par une recherche globale de maîtrise de la demande et des usages appuyée par un effort de communication avec les consommateurs c est en cohérence avec ce cadre de raisonnement que la commission de régulation de l energie cre remettra sous quelques semaines ses préconisations au ministre en charge de l energie qui arrêtera les modalités de déploiement généralisé du compteur évolué linky 35 millions de compteurs électriques à transformer d ici à 2020 c est dans cette dynamique d ensemble que les territoires français à travers le cadre des politiques publiques et l impulsion des collectivités territoriales sont appelés à prendre l initiative pour accompagner la transformation et tirer parti des opportunités nouvelles pour un développement durable des relais de croissance pour la relance économique le potentiel de croissance que représente la transformation de notre système électrique en `système intelligent s est traduit par un important volet développement durable dans le programme investissements d avenir du gouvernement estimé à 10 milliards d euros en particulier 6 milliards d euros sont consacrés la revue de la terre n° 3

[close]

p. 11

au soutien des phases de recherche ou de pré-industrialisation dont 250 millions d euros pour les réseaux électriques intelligents 1,35 milliard d euros pour le développement de plateformes technologiques dans les énergies renouvelables 1 milliard d euros pour les instituts d excellence dans le domaine des énergies décarbonées 1 milliard d euros pour des démonstrateurs de véhicules du futur 1 milliard d euros pour une industrie nucléaire plus économe en matières premières et moins génératrice de déchets confiés à l ademe les 250 millions d euros destinés à la filière des réseaux électriques intelligents ont eu pour objet de procéder à des expérimentations dans deux domaines prioritaires les réseaux de transport et de distribution électriques et le compteur communiquant tout en intégrant les objectifs d augmentation de la part des énergies renouvelables d amélioration de l efficacité énergétique et de maîtrise de la demande d énergie depuis lors le gouvernement a lancé deux appels à manifestations d intérêt ami sur le solaire et le photovoltaïque dans l objectif de réduire les coûts améliorer le rendement et diminuer l impact environnemental des systèmes énergétiques basés sur la ressource solaire les réponses dues pour mai 2011 permettront d identifier les industriels français qui participeront à renforcer la compétitivité du marché national enfin l élan donné par l angle de la politique énergétique est depuis mars 2011 renforcé par l angle de l économie numérique a travers le déploiement du fonds national pour la société numérique fsn l etat par délégation à la caisses des dépôts s engage à accompagner les acteurs développant de nouveaux usages numériques représentant plus du quart de la croissance et 40 des gains de productivité de l économie l économie numérique est ainsi placée au centre de la relance française le ville numérique un des huit volets stratégiques du fsn donnera lieu à un accompagnement des entreprises sur le développement des services et des dispositifs numériques liés à l environnement permettant le suivi le contrôle l adaptation et l optimisation des dépenses énergétiques eau gaz électricité des gaz à effets de serre et de la gestion des déchets qu elles soient individuelles habitats bureaux ou collectives bâtiment quartier ville l enjeu réside désormais dans la capacité des acteurs de l économie à capter et amplifier le caractère diffusant de ce secteur les territoires français appelés à prendre l initiative innover en matière d urbanisme et de logement contribuer à l effort de lutte contre le changement climatique développer ou consolider des filières économiques territoriales sont devenus en moins d une décennie les fils conducteurs de tout agenda territorial en soutenant des projets innovants et en favorisant le développement d infrastructures les investissements d avenir du gouvernement accompagnent l aménagement des villes et encouragent l établissement de vitrines technologiques susceptibles d alimenter les exportations c est la prise d initiative des collectivités territoriales et de leurs partenaires naturels comme les chambre de commerce et d industrie qui permettra d orienter efficacement les filières économiques et leur bon alignement sur les objectifs sociétaux recherchés dans cette perspective les enseignements de l expérience californienne fer de lance de la révolution verte américaine initiée par le président barack obama sont riches la californie a réussi son pari de devenir une `energy valley en s appuyant sur un plan de reconversion fondé sur le renouvellement de son réseau électrique pour cela elle a pu compter sur un appui politique coordonné entre le niveau de l état et le niveau fédéral à travers la signature par le gouverneur schwarzenegger du « global warming solutions act of 2006 » et le soutien de la californian public utilities commission cpuc aux programmes de déploiement des réseaux intelligents à horizon 2012 elle a bénéficié d un haut niveau d investissement au travers de financements de type capital risque les investissements réalisés en californie étaient 4 fois plus élevés qu en europe et en israël confondus enfin elle a su structurer un réseau économique diversifié autour des grands fournisseurs d électricité les pourvoyeurs de technologies les fournisseurs de services de communications en france le territoire azuréen en région paca a engagé dès novembre 2009 une réflexion spécifique sur les réseaux electriques intelligents afin d évaluer les possibilités de positionnement du territoire azuréen comme lieu de référence international alors que la côte d azur s inscrit dans `la péninsule électrique de la région paca dont les consommations de pointe mettent en risque les approvisionnements jusqu aux coupures l etat le rte les collectivités territoriales et la chambre de commerce et d industrie nice côte d azur se sont engagés dans un double objectif de sécurisation de l approvisionnement électrique du territoire et de déclinaison locale des objectifs du grenelle de l environnement en a découlé la volonté d accélérer le développement des synergies entre d un côté les acteurs traditionnels du secteur électrique et de l autre la richesse du tissu d entreprises appartenant aux secteurs des green technologies et des tic en côte d azur une telecom valley regroupe 70 entreprises membres pour environ 10 000 emplois dont une trentaine d opérateurs de télécommunication à marseille et le siège européen de deux grands instituts de normalisation w3c et etsi pour l heure la dynamique est donc lancée reste à ce qu elle fasse école céline alléaume céline alléaume a rejoint le cabinet de conseil en stratégie et management kurt salmon en octobre 2010 elle est chargée du programme kurt salmon excellence gas power au sein de practice utilities industry page 11 les réseaux electriques intelligents ou `smart grids définition l ensemble des nouvelles technologies désignées sous le terme de « réseaux electriques intelligents » smart grids en anglais consiste à mettre en place une nouvelle manière de gérer le réseau électrique en optimisant l équilibre offre/demande à une échelle proche du temps réel des compteurs évolués adossés à des systèmes d information et de communication multidirectionnelle entre les opérateurs de réseaux de transports et de distribution les fournisseurs et les consommateurs d énergie forment le socle de ce système électrique du futur les services associés sont autant de leviers d action sur la pointe de consommation journalière en déplaçant ou en effaçant certains usages pendant la période de pointe climatisation en été chauffage électrique en hiver tic technologies de l information et de communication la revue de la terre n° 3

[close]

p. 12

volet biologique l hygiène alimentaire en question quand notre patrimoine est en sursis ntre l acte militant et le réflexe santé une porte étroite se profile pour une alimentation saine polluants métaux lourds mycotoxines sont autant de contaminants physicochimiques qui vont nous amener à changer de comportements alimentaires ou tout au moins à repenser notre alimentation en effet les propriétés toxicologiques de certains composants provoquent des risques nutritionnels certains et aussi sanitaires alors qu un nouveau règlement européen va entrer en vigueur en juin 2011 pour protéger les spécialités phytopharmaceutiques dans le strict respect des lmr limite maximale de résidus le trio mercure plomb et cadmium continue ses ravages ces trois métaux lourds pour ne citer qu eux ont une facilité déconcertante à se fixer et s accumuler dans la chaine alimentaire nous butons inlassablement sur des réflexes féodaux heureux de nous nourrir à satiété en pensant encore que nos rondeurs sont synonymes de bonne santé aujourd hui manger à notre faim c est aussi manger à notre fin ce n est pas qu un jeu de mots si l on en croit les scientifiques alarmés par le rôle prépondérant de l alimentation dans les pathologies que nous développons à l aube du 3ème millénaire indépendamment du bagage génétique reçu à la naissance la surveillance nutritionnelle permet aujourd hui de tirer la sonnette d alarme nous sommes bel et bien passés en code rouge aucune spécialité de la pédiatrie à la gériatrie ne devrait plus désormais être pratiquée sans se soucier de ce que l on mange pas même la psychiatrie puisqu il est prouvé aujourd hui que la prévention de la violence par exemple peut aussi passer par le changement nutritionnel sh e page 12 eclairage par roxane grioche d après l inserm en france le taux d incidence du cancer a augmenté de 63 entre 1980 et 2000 si l on tient compte des changements démographiques augmentation du vieillissement de la population française l augmentation du taux d incidence depuis 1980 est estimée à 35 chez l homme et +43 chez la femme le cancer de la prostate est aussi le plus fréquent de tous les cancers et celui dont le taux d incidence a le plus augmenté entre 1980 et 2005 6,3 son augmentation annuelle est encore plus marquée entre 2000 et 2005 +8 ,5 le cancer du sein demeure le plus fréquent chez la femme avec 2,4 par an entre 1980 et 2005 la revue de la terre n° 3

[close]

p. 13

ujourd hui un homme sur 3 et une femme sur 4 meurent du cancer en france des chiffres qui donnent le vertige comment expliquer cette inquiétante épidémie qui frappe particulièrement les pays industrialisés après avoir vu le film de marie-monique robin nous avons voulu en savoir plus et nous nous sommes tournés vers le dr jacqueline clavel de l inserm directrice du centre de recherche en Épidémiologie et santé des populations cesp dr jacqueline clavel se consacre à la recherche des facteurs de risque des cancers avec un intérêt particulier pour l environnement dans son acception la plus large ses travaux concernent notamment les risques de cancers associés aux expositions physiques chimiques ou biologiques de l environnement professionnel ex pesticides solvants organiques fibres minérales artificielles uv de l environnement général ex rejets de sites industriels pollutions atmosphériques radon domestique ou liées au mode de vie ex tabac alcool a les adultes au cours de votre recherche qu avez-vous constaté en rapport avec les pesticides jc j ai en effet observé un lien chez les agriculteurs qui développent des lymphomes effectivement j ai observé que la plupart avaient manipulé des pesticides et l utilisation des ces pesticides est liée avec les lymphomes survenus en sachant que c est extrêmement difficile de dire exposé car ils utilisent plusieurs molécules donc c est difficile d en savoir plus mais en effet certains insecticides par exemple sont toujours cités voire identifiés ce n est pas pour rien d ailleurs qu ils ont supprimé du marché certains d entre eux comme les organochlorés j ai travaillé également sur l usage des pesticides domestiques notamment pour le cancer chez l enfant cherchant avec les mères quels produits elles avaient manipulé pendant leur grossesse c est un gros travail de mémoire mais on arrive à dire que le fait d avoir manipulé des pesticides pendant la grossesse double le risque de leucémie chez l enfant rg comme nous parlons d enfants je pense à la substance mise en cause dans les biberons le bpa que pouvezvous dire sur le bisphenol a jc je ne sais pas faire de lien pour le moment ce qui est sûr l allaitement prévient des cancers chez l enfant mais comment tracer à postériori le type de plastique qu ils ont pu avoir on ne peut pas doser c est à dire nous avons trop page 13 dr jacqueline clavel directeur de recherche inserm dr1 directeur du registre national des hémopathies malignes de l enfant docteur en médecine docteur en Épidémiologie hdr roxane grioche comment expliquer ce nombre de cancers en forte augmentation dr jaqueline clavel nous sommes dans un cas de figure où nous observons beaucoup de cancers du sein chez la femme et de cancers de la prostate chez l homme et c est vrai que beaucoup de choses ont été dites en ce qui concerne le cancer du sein il y a en effet un facteur de changement de mode de vie qui entre en compte le fait d avoir des enfants plus tard de prendre des moyens de contraception ce n est pas nécessairement environnemental dans ces cas là c est plus délicat pour la prostate l augmentation de l incidence entraine plusieurs hypothèses probables dans les deux cas je veux rappeler qu il y a plus de dépistage aujourd hui et il faut bien le savoir et le redire que le rôle du dépistage est important rg vous êtes épidémiologiste environnementale des cancers sur les enfants et les lymphomes chez la revue de la terre n° 3

[close]

p. 14

suite volet biologique peu de données qui peuvent nous apporter une capacité de réponse de lien entre la matière et le cancer chez l enfant rg mais au-delà d avoir des soupçons aujourd hui dans un pays industrialisé comme la france faut-il avoir peur de ce qu on mange et de notre environnement jc il ya une vraie nécessité d encourager des études en profondeur et bien conduites sur les cancers dont le nombre est c est vrai en augmentation rappelons aussi que la population vieillit plus c est un angle à ne pas oublier aussi les contaminants alimentaires les radiations comme le radon domestique ou les lignes à haute tension que l on retrouve dans les cas de leucémie chez l enfant tous ces facteurs de risque nécessitent qu on s en occupe mais on ne peut pas tout changer aujourd hui il y a une réflexion à avoir sur les facteurs auxquels on s expose entre toxicologie et épidémiologie il faut distinguer le bruit du signal c est-à-dire qu il faut qu on observe les choses plusieurs fois pour pouvoir distinguer des résultats rg comment le monde de la santé et le monde de la recherche en particulier peuvent-ils intervenir jc ce qui est sûr c est un besoin de constance et de persévérance sur la recherche de facteurs de risque il faut alarmer et répéter notamment le dépistage et je comprends bien qu aujourd hui délivrer des messages concertés est primordial il ne faut pas créer l angoisse au contraire il faut encourager une attitude responsable dès qu on parle d environnement on alimente les craintes je pense qu il y a aussi quelque chose à trouver avec les citoyens c est-àdire face aux risques face aux consciences politiques et aux associations qui gèrent les risques se trouve le côté passif de l individu la responsabilité du chercheur est de mettre en avant les facteurs de prévention alors le plus important c est la pluralité des organismes comme l oms ou l efsaa qu ils ne dupliquent pas les résultats qu ils se concertent et pour moi le plus important c est de maintenir une recherche de qualité indépendante et exigeante et ce n est pas si facile entretien zoom sur le film de marie-monique robin « notre poison quotidien » propos recueillis par roxane grioche epuis le champ du paysan à notre assiette que se passe-t-il cette question commence à trouver des réponses les plus simples du monde pour les adeptes des amap association pour le maintien de l agriculture paysanne ou les paniers paysans qui consistent à se fournir directement chez l agriculteur du coin en sachant que ses produits sont 100 bio le bio la réponse sans doute la plus logique plébiscitée par notre frigo et surtout par notre organisme « bien se nourrir » tel est le débat que porte le film de marie-monique robin qui après avoir enquêtée pendant 3 ans dans les coulisses des champs des agences de règlementations des usines de fabrication des laboratoires qui regorgent de souris soumises aux tests nous livre un travail documentaire ambitieux rigoureux et inquiétant comment sont évalués les quelque 100 000 produits chimiques qui ont envahi notre environnement et notre assiette depuis la fin de la seconde guerre mondiale y-a-t-il un lien entre l exposition à ces produits chimiques et l épidémie selon le terme utilisé par l organisation mondiale de la santé de cancers maladies neurodégénératives parkinson alzheimer troubles de la reproduction les hommes ont perdu 50 de leurs spermatozoïdes en cinquante ans de diabète ou d obésité c est à ces questions que j ai essayé de répondre en rencontrant plus de trente scientifiques et 17 représentants des agences de réglementation dans onze pays amérique du nord du sud europe et asie j ai découvert un système où les bénéfices engrangés par les entreprises qui mentent systématiquement sur la toxicité de leurs produits passe avant la santé du consommateur rg ce nouveau film sort 3 ans après le monde selon monsanto qui avait fait grand bruit ces enquêtes sont elles liées mmr oui elles sont liées depuis sept ans je fais des films qui tournent autour de la question de l environnement et de d page 14 rg notre poison quotidien est un film dédié aux substances chimiques pesticides plastiques additifs alimentaires comment est né ce projet mmr pendant que j enquêtais sur monsanto trois questions ne cessaient de me tarauder est-ce que monsanto est un cas unique ou est-ce qu il y a d autres entreprises chimiques qui ont caché la toxicité de leurs produits la revue de la terre n° 3

[close]

p. 15

l agriculture et chaque enquête appelle de nouvelles questions mon prochain film essaiera de répondre à une question que l on me pose souvent peut-on nourrir le monde sans pesticides rg votre film fait notamment un point sur les conflits d intérêts entre industriels et les agences de réglementation comment avez vous procédé mmr j ai confronté les représentants des agences de réglementation efsa fda jmpr afssa à leurs propres documents et textes pour constater qu ils ont bien du mal à défendre un système de réglementation qui est en fait du bricolage et qui sert surtout à protéger les produits chimiques plutôt que les consommateurs rg entre substances pollution doses journalières cancers il y a du poison partout est-ce encore possible de trouver des solutions voire de renverser la situation qui parait plus qu urgente mmr oui si je pensais qu on ne peut rien faire je ne ferais pas ce genre d investigation épuisante il faut encourager l agriculture biologique car les consommateurs ont le pouvoir du portefeuille il faut revoir notre mode de vie car si nous en sommes là c est aussi parce que nous avons usé et abusé de produits dangereux au nom du progrès et du confort moderne il faut interpeler nos élus pour qu ils exigent que soit revu le système de réglementation des produits chimiques a nous de jouer la dja dose journalière admissible est la quantité d additifs alimentaires qui peut être ingérée quotidiennement et pendant toute une vie sans aucun risque elle est calculée à partir de a noael dose sans effet toxique observé divisée par un facteur de sécurité de 100.elle s exprime en mg de produit/jour/poids corporel la lmr limite maximale de résidu est la quantité de résidus d un pesticide autorisée sur une denrée alimentaire la dja et le lmr dont fixés par le codex alimentarius organisme qui dépend de la fao food alimentation organisation et l oms organisation mondiale de la santé sur les recommandations du comité mixte des experts sur les additifs alimentaires jecfa et aussi par le comité mixte sur les résidus de pesticides jmpr nom de code e 951 aspartame un édulcorant de synthèse que l on retrouve dans au moins 6000 produits de consommation courante sa dja est de 40mg/kg de poids corporel bpa bisphenol a la production annuelle du bisphenol a s`élève à 3 millions de tonnes la dja du bisphenol a a été fixée à 0,005 mg/kg de poids corporel spring 1 masako masukawa page 15 la revue de la terre n° 3

[close]

Comments

no comments yet