Embed or link this publication

Popular Pages


p. 1

Guide santé mentale et dépendances Guide santé mentale et dépendances i

[close]

p. 2



[close]

p. 3

Avant-propos En mai 2013, Réseau Santé – Nouvelle-Écosse tenait un forum santé provincial sur le thème : « La Santé mentale au cœur de nos vies ». Près de 80 personnes provenant de toute la NouvelleÉcosse ont pu identifier certains besoins des Acadiens et francophones en Nouvelle-Écosse en matière de santé mentale et de dépendance. Il est notamment ressorti le besoin de connaître les ressources existantes en français en Nouvelle-Écosse dans le domaine de la santé mentale et des dépendances, et de connaître les démarches à suivre lorsqu’on souffre de problèmes liés à ce domaine (à qui s’adresser? où se rendre?). Ce guide vise à mieux faire comprendre la santé mentale et les dépendances et à donner des ressources et proposer des démarches répondant aux besoins des personnes en prise avec un trouble mental et de leurs proches. Cette information n’est pas exhaustive et ne remplace par les conseils d’un professionnel qualifié. Le guide est disponible en version papier, mais également en version électronique sur le site Web du Réseau Santé – Nouvelle-Écosse : www.reseausantene.ca Les adresses, les numéros de téléphone, les sites Web et les liens sont valides au moment de la rédaction, toutefois ils peuvent avoir changé depuis. Pour l’édition la plus récente, consultez notre site Web au www.reseausantene.ca Pour alléger le texte, le masculin est utilisé sans discrimination. La production de ce guide a été rendue possible grâce à la contribution financière du ministère de la Santé et du Mieux-être de la Nouvelle-Écosse.

[close]

p. 4

Table des matières Introduction.............................................................................1 La santé mentale des enfants.................................................3 •La dépression ........................................................................5 •Les troubles du comportement.............................................6 •Les troubles de l’attention....................................................7 •L’autisme................................................................................8 La santé mentale des jeunes................................................10 La santé mentale des adultes................................................13 •La dépression post-partum..................................................14 •Les groupes à risques .........................................................14 La santé mentale des aînés...................................................15 Le tribunal de la santé mentale............................................18 La dépendance ......................................................................20 Les démarches ......................................................................24 Les ressources....................................................................... 25

[close]

p. 5

Introduction La santé mentale n’est pas une histoire d’âge, de classe sociale, de revenu, de famille ou de couleur de peau… nous y sommes tous confrontés. L’Organisation mondiale de la santé définit la santé mentale comme étant « un état de bien-être dans lequel chaque individu réalise son potentiel, peut faire face au stress normal de la vie, peut travailler de manière productive et fructueuse, et est capable d’apporter sa contribution à sa communauté. » Il s’agit donc d’un état de bien-être aussi bien physique, mental que social, qui ne se définit pas seulement par une absence de maladie ou d’infirmité; dans ce sens, la santé mentale englobe donc aussi bien le bien-être, mais aussi la prévention des troubles de santé mentale, le traitement ainsi que la réadaptation des personnes atteintes de ces troubles. Les troubles de santé mentale peuvent se présenter à tout âge et sous différentes formes. En voici quelques exemples : - Troubles de l’attention et hyperactivité - Autisme - Troubles de la conduite - Troubles alimentaires - Troubles de l’humeur - Troubles anxieux - Troubles psychotiques - Troubles liés à l’utilisation des substances Ces troubles ne sont pas réservés à une seule partie de la population. Tout un ensemble de facteurs intervient, aussi bien génétique que biologique, de personnalité et d’environnement (familial et social). Guide santé mentale et dépendances 1

[close]

p. 6

Les facteurs de risque varient en fonction de chaque personne, mais aussi selon les troubles mentaux. Par exemple, les femmes et les hommes ne sont pas égaux face à la maladie mentale, les femmes seraient plus à même d’être touchées par des troubles dépressifs alors que les hommes seraient plus enclins à développer des troubles schizophréniques; de même que certains troubles se manifestent dès la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte, d’autres se manifesteront bien plus tard (vers 40-60 ans). Il est aussi important de prendre en compte le contexte culturel, puisque les troubles mentaux ainsi que leurs manifestations peuvent varier d’une culture à une autre. Quels sont les coûts générés par les troubles mentaux? - Une étude de la Commission de la santé mentale du Canada en 2010 a révélé que les troubles mentaux coûtent en moyenne 50 milliards de dollars par an (2,8 % du PIB). Les services de santé, les services sociaux et les mesures de soutien au revenu représentent la plus grande part de ces coûts. - En 2011, les troubles mentaux ont engendré des coûts de 6 milliards de dollars pour les milieux de travail, en raison de la baisse de productivité, de l’absentéisme et du retrait du marché du travail. - La Commission estime que d’ici à 30 ans, les coûts auront dépassé les 2,5 billions (2 500 000 000 000) de dollars. 1 1 Commission de la santé mentale du Canada « La nécessité d’investir dans la santé mentale au Canada » 2 Guide santé mentale et dépendances

[close]

p. 7

La santé mentale des enfants Il n’est jamais trop tôt pour parler de santé mentale. Les enfants, quel que soit leur âge (ici les 0-9 ans), sont aussi susceptibles d’y être confrontés. Les parents sont responsables du bon développement physique et psychique de leur enfant, et grâce à l’éducation qu’ils leur donnent, de les doter d’un équilibre affectif et de les aider à développer leur confiance en soi. Cependant, il est important de rappeler que malgré les efforts des parents et de l’entourage pour assurer le bon développement de l’enfant, celui-ci peut être affecté par une maladie mentale ou ressentir un mal-être qui n’est pas liés à l’éducation reçue. Les premières années de vie : Le lien d’attachement Dans les premières années de la vie, le très jeune enfant est dépendant de ses parents physiquement comme psychiquement. Son bien-être psychique dépend du lien que ses parents créent avec lui. On parle alors du « lien d’attachement » entre les parents et le jeune enfant, c’est ce lien qui pourra lui permettre de se sentir rassuré et protégé, et d’appréhender le monde extérieur. Différentes théories ont été publiées à ce sujet, mais si elles peuvent parfois diverger, elles restent cependant d’accord sur l’idée que le lien d’attachement, s’il n’est pas protégeant pour l’enfant, peut avoir des effets néfastes sur son développement psychique. En effet, le type d’attachement qui se construit entre un enfant et ses parents dépend souvent de la façon dont les parents « répondent » aux demandes de l’enfant ; les réponses peuvent être faites aussi bien par le langage corporel que par la parole. Cela correspond aux « attitudes » que les parents vont adopter, consciemment ou non, pour répondre aux différents besoins ou demandes que les enfants vont exprimer. Le lien d’attachement se construit donc selon les réactions que les parents vont avoir avec leur enfant. Il est aussi important de rappeler qu’être parent est difficile et qu’il n’est pas toujours évident de répondre correctement aux demandes de son enfant (par exemple lorsqu’il pleure). Pouvoir poser des questions, parler de nos difficultés, ou demander de l’aide n’est en rien une faiblesse. Les professionnels de la petite enfance sont une ressource précieuse qu’il ne faut pas hésiter à consulter. Guide santé mentale et dépendances 3

[close]

p. 8

Le tableau suivant montre trois exemples de lien d’attachement peu sécurisant pour l’enfant, avec les signes repérables (même si parfois discrets) et les causes possibles. 2 Le comportement des parents peut prendre la forme d’un rejet ou d’une négligence. Par exemple, ils parlent beaucoup de leur enfant de façon négative ou paraissent souvent en colère contre lui. Très tôt, l’enfant développe un grand sens de l’autonomie. Cela peut être une stratégie d’évitement afin de se protéger de tout rejet. Par exemple, le très jeune enfant ne montrera aucune émotion, aucun signe de détresse lors de la séparation avec la mère. Les conséquences possibles pour l’enfant peuvent être un repli sur soi se traduisant par des comportements d’évitement où il rejette les autres, enfants comme adultes. Ces comportements peuvent être hostiles, parfois agressifs. Ces attitudes négatives sont souvent une stratégie d’éloignement. Attachement critique avec évitement Les parents peuvent avoir du mal à reconnaitre les signaux de détresse de l’enfant et de ce fait, n’y répondent pas ou réagissent de façon différente d’une fois à l’autre. L’enfant peut montrer qu’il a des difficultés à se fier à ses parents (car pour lui ils sont imprévisibles). Cela peut se traduire par des réactions à la fois très intenses et ambivalentes. C’est-à-dire que l’enfant a des comportements contradictoires lorsqu’il est avec ses parents. Par exemple, il pourra réagir par une grosse colère lors d’une séparation avec ses parents, mais refusera d’être consolé ou approché. Les conséquences possibles pour l’enfant peuvent être un manque de confiance en soi, un repli sur soi se traduisant par un manque de curiosité et d’exploration du monde, et un évitement des situations sociales (par exemple, refus de jouer avec les autres enfants). Attachement critique avec ambivalence / résistance 4 Les parents (ou un des parents) peuvent avoir du mal à gérer eux même leurs propres angoisses. Cela peut être parce qu’ils ont euxmêmes été victimes d’abus. N’ayant pas de solution à leurs propres peurs ils peuvent projeter celles-ci sur l’enfant. L’intensité de ces peurs fait qu’il est difficile pour les parents de gérer les situations où l’enfant fait des demandes. Les réactions des parents peuvent alors être imprévisibles pour l’enfant qui ne trouve pas de repères. L’enfant peut montrer une attitude de confusion quand il est avec ses parents, car il ne se sent pas sécurisé. Cela peut aussi se traduire par un comportement résistant ou ambivalent (par exemplem le refus d’être consolé même s’il est en détresse). Les conséquences possibles pour l’enfant peuvent être un mal-être se traduisant par un comportement hostile ou agressif. 3 Attachement critique avec désorganisation / désorientation Centre jeunesse de Montréal, La Théorie de l’attachement, Université de Laval Kidsmentalhealth.ca, santé mental durant la petite enfance 3 2 4 Guide santé mentale et dépendances

[close]

p. 9

Cette théorie démontre aussi que les liens d’attachement sont déterminés par les modèles que les parents ont eux-mêmes eu lorsqu’ils étaient enfants. Cela ne veut pas dire que parce qu’un enfant a grandi avec un certain type d’attachement, il reproduira le même une fois parent. Dans une même famille parce que nous sommes tous différents et réagissons différemment face aux évènements, ou parce que les parents peuvent parfois interagir de façon différente envers leurs enfants, les liens créés avec chacun seront alors distincts et auront donc des effets différents sur chacun des enfants. Mais ces derniers étant pleins de ressources, ils peuvent se tourner vers l’un ou l’autre des parents, grands-parents, oncle ou tante en tant que figure d’attachement privilégiée qui leur apportera une stabilité dont ils ont besoin. De même, les enfants placés dans des foyers éducatifs pour maltraitance ou carence éducative peuvent trouver dans l’équipe éducative une stabilité émotionnelle et psychique qu’ils n’avaient pas à la maison, et qu’ils utiliseront en tant que figure d’attachement. Cependant, il y a lieu de s’inquiéter lorsqu’un enfant n’en trouve aucune dans son entourage et que les signes de désorganisation ou de désorientation apparaissent dans son comportement. En grandissant, l’enfant peut montrer d’autres signes de problèmes de santé mentale, distincts de l’éducation, c’est aux adultes, parents comme enseignants ou familles élargies, d’y être attentifs.4 La dépression La dépression peut apparaître chez les tout-petits, elle ne touche pas seulement les adolescents ou les adultes. Quel que soit notre âge, nous connaissons tous des moments difficiles qui peuvent nous rendre tristes. La perte d’un être cher, le stress lié à l’école, les pressions familiales ou sociales peuvent être difficiles à gérer. Mais les sentiments que nous ressentons face à ces différentes situations ne sont que temporaires. Il y a lieu de s’inquiéter lorsque les signes de dépression (pas seulement un) persistent, que l’enfant manifeste des changements de comportement radicaux qui ont une influence négative sur sa scolarité, ainsi que sur sa vie familiale et sociale. 5 Guide santé mentale et dépendances 5 Centre jeunesse de Montréal, la théorie de l’attachement, Université de Laval et Kidsmentalhealth.ca 5 Association Canadienne pour la santé mentale 4

[close]

p. 10

Si vous vous inquiétez quant au changement d’attitude de votre enfant, essayez de lui en parler. Encouragez-le à partager avec vous ce qu’il ressent et partagez ce qui vous inquiète, sans oublier qu’il n’est pas toujours évident de parler de ce qui nous fait souffrir, que l’on soit adulte ou enfant. N’hésitez pas non plus à consulter votre médecin de famille qui pourra vous apporter de l’aide et des renseignements et vous orienter si besoin est. Comme pour toute personne, la dépression n’est pas irréversible. Une prise en charge thérapeutique ou même médicamenteuse peut aider l’enfant à se sentir mieux et en guérir. 6 Les troubles du comportement Les enfants ont parfois un mauvais comportement, voire un comportement inapproprié et ne veulent pas obéir. Il peut s’agir de désobéissance, d’employer un langage grossier, d’être violent, de mentir, de voler, de casser des objets, de refuser de s’habiller le matin, faire ses devoirs, aller se coucher… Si tous ces comportements peuvent être une étape normale de l’enfance lorsqu’ils sont occasionnels, ils peuvent aussi être le reflet d’un trouble plus profond lorsqu’à cause de ce problème de comportement persistant, l’enfant a des ennuis à l’école, à la maison ou avec les autres enfants. On peut alors être en présence de « troubles du comportement perturbateurs ». Ils touchent entre 5 et 15 % des enfants d’âge scolaire (bien que les premiers symptômes apparaissent bien avant le début de la scolarité). Il en existe deux types différents : Le trouble oppositionnel avec provocation L’enfant est ouvertement hostile, ne coopère pas, est irritable, se met souvent en colère, se montre méchant envers les autres enfants, parfois même envers ses propres frères et sœurs, il agace et est souvent fâché. La provocation se tourne plus contre la personne qui détient l’autorité (parent, éducateur, instituteur). C’est toute la vie familiale, sociale et scolaire de l’enfant qui est touchée. Le trouble des conduites L’enfant est continuellement agressif, il peut menacer de blesser d’autres personnes (enfants comme adultes, ou même des animaux) et le faire. Il peut aussi enfreindre les règles de vie, harceler ses pairs, dégrader ou détruire des biens matériels, mentir, voler, se déscolariser. Le trouble des conduites est parfois considéré comme une phase plus grave du trouble oppositionnel avec provocation. 7 Chaque enfant a le droit de commettre des erreurs, de réagir d’une façon qui ne lui ressemble pas face au stress ou à une situation qu’il ne contrôle pas. C’est aux adultes de faire la différence entre ce qui est normal et inné à l’enfance et fait partie des apprentissages de la vie et ce qui devient un comportement récurrent qui peut poser problème dans la famille, mais aussi dans la vie générale de l’enfant. Les troubles du comportement peuvent être le signe de difficultés psychologiques, de mal-être ou peuvent aussi être le reflet d’un autre problème de santé mentale comme une dépression, l’anxiété, un trouble déficitaire de l’attention. Ils peuvent aussi être la conséquence d’antécédents familiaux en matière de troubles mentaux, de violence familiale, de carences éducatives (par exemple, l’enfant n’ayant pas de limites ou peu ou n’étant pas rassuré), etc. Un enfant aux prises avec un trouble du comportement ne cherche pas forcément à se faire punir, même si ses actions démontrent le contraire. Aller consulter un médecin et ainsi faire intervenir une personne extérieure à l’entourage de l’enfant peut l’aider à mieux comprendre l’environnement dans lequel il évolue et à gérer ses émotions et ses réactions, mais aussi à mettre des mots sur ce qui le pousse à se conduire ainsi.8 Association canadienne pour la santé mentale Centre of Knowledge on Healthy Child Development 8 Association canadienne pour la santé mentale et kidsmentalhealth.ca 6 7 6 5 Guide santé mentale et dépendances

[close]

p. 11

Les troubles de l’attention Il est tout à fait normal pour des enfants d’être inattentifs de temps à autre. Certains sont plus rêveurs que leurs compagnons, d’autres peuvent éprouver des difficultés à se concentrer toute la journée à l’école. Cependant, certains enfants éprouvent de très grandes difficultés à se concentrer, voire démontrent une inhabilité à se concentrer et rester tranquilles ou peuvent se montrer agités. C’est la continuité de ces comportements ou de ces incapacités qui indiquent un trouble. Les troubles de l’attention se décèlent plus facilement chez les enfants d’âge scolaire que préscolaire et se divisent en deux catégories : les troubles déficitaires de l’attention et l’hyperactivité avec déficit de l’attention.9 Troubles déficitaires de l’attention L’enfant peut paraître inattentif, rêveur ou encore éprouver des difficultés à se concentrer pendant une période de temps prolongée sur une même activité. C’est d’ailleurs pour cela qu’il ne termine pas un projet ou un travail scolaire, et peut paraître mal organisé, voire inorganisé. Hyperactivité avec déficit de l’attention L’enfant éprouve beaucoup de difficultés à se concentrer mais aussi à rester tranquille, il ne cesse de bouger, de se tortiller. Il peut aussi agir de façon impulsive et ainsi se mettre en danger. 10 Si les enfants ont parfois du mal à mettre des mots sur leur mal-être, ils l’expriment souvent par leurs émotions ou leurs attitudes. Certains signes peuvent pourtant vous montrer que quelque chose ne va pas. 11 Cependant, ces troubles restent parfois difficiles à diagnostiquer parce qu’ils n’envahissent pas que le côté apprentissage de la vie d’un enfant, mais aussi sa vie familiale, sociale et scolaire. Ils se cachent derrière un comportement perturbateur, par exemple celui d’un enfant qui se comporte comme le clown de la classe ou montre de l’insolence. On oublie alors que ces comportements peuvent masquer une véritable difficulté à apprendre. Il s’agit de troubles handicapants, qui touchent environ 5 % des enfants (d’âge scolaire), dont 80 % en souffriront encore durant leurs études secondaires, et 50 % auront encore des symptômes à l’âge adulte. 12 Il existe des ressources, qu’elles soient professionnelles ou non (associatives, communautaires), pour les aider à se sentir plus à l’aise face aux apprentissages. 9 Centre of Knowledge on Healthy Child Development Association Canadienne pour la santé mentale 11 Association canadienne pour la santé mentale et kidsmentalhealth.ca 12 Association canadienne pour la santé mentale 10 Guide santé mentale et dépendances 7

[close]

p. 12

L’autisme Ce que l’on appelle communément et de façon générale l’autisme fait en réalité partie de la famille plus élargie des troubles envahissants du développement (TED). Il en existe 3 formes différentes : - Les troubles du spectre autistique (ou troubles autistiques ou autisme) - Le trouble envahissant du développement non spécifié (ou autisme atypique) - Le syndrome d’Asperger13 L’autisme, quelle que soit sa forme, affecte le cerveau. L’état de la personne atteinte d’autisme peut varier en fonction de certains éléments : - Le nombre et les types de symptômes - Le degré de gravité (de léger à grave) - L’âge d’apparition des symptômes - Le niveau de fonctionnement - Les difficultés d’interaction sociale L’autisme peut être diagnostiqué dès les deux premières années de vie (un enfant qui ne regarde pas dans les yeux, n’interagit pas ou très peu, ne parle pas ou alors tout doucement peuvent être des indicateurs). Le syndrome d’Asperger est quant à lui diagnostiqué plus tard, souvent au début de la scolarité. Il se différencie des autres formes d’autisme du fait d’un développement cognitif « normal » et parce que les personnes diagnostiquées n’ont pas un retard de langage significatif. Il est cependant classifié avec le syndrome autistique du fait de difficultés d’interaction avec les autres. La Fédération québécoise pour l’autisme a défini quatre caractéristiques : • Difficultés à comprendre les situations sociales et les attentes de l’entourage; • Émergence normale de la parole avec difficulté de la communication; • Intérêts souvent obsessionnels; • Intelligence normale ou supérieure134 L’autisme, de façon générale, touche environ 1 personne sur 200 et les garçons 5 fois plus que les filles. 15 Austism Society Canada www.autisme.qc.ca 15 Austism Society Canada 13 14 8 7 Guide santé mentale et dépendances

[close]

p. 13

Il est important de rappeler que l’autisme n’est pas lié à l’éducation reçue. Les causes ne sont pas connues et font l’objet de nombreuses recherches. En ce qui concerne l’intervention, les avis divergent quant à savoir quelle est la meilleure. Tout comme le reste de la population, les personnes atteintes d’autisme sont toutes différentes et répondent donc différemment aux différentes approches éducatives. Cependant, deux grands courants reviennent souvent : la méthode ABA (basée sur l’Analyse appliquée du comportement) et le ICI (Intervention comportementale intensive). Le plus important est d’avoir connaissance de toutes les ressources existantes, et de pouvoir trouver celles qui correspondront le mieux à la personne atteinte d’autisme.16 Information et soutien pour les parents comme les enfants : Quelques que soient les difficultés rencontrées, il est aussi important pour un enfant d’avoir la prise en charge la mieux adaptée à ses besoins que pour sa famille d’être le mieux entourée possible. Il existe de nombreux groupes de parents qui peuvent apporter du soutien et des ressources supplémentaires. Le but est de choisir celui où ils se sentiront le mieux encadrés, écoutés et conseillés. En ce qui concerne l’intervention auprès des tout-petits comme auprès des enfants d’âge scolaire, en Nouvelle-Écosse, les centres de la petite enfance de la Pirouette (http://www.lapirouette.ca/) comme les écoles du CSAP travaillent à l’extension et la mise en place de ressources permettant non seulement d’aborder le développement de la petite enfance, mais d’inclure aussi un volet en français sur la santé mentale des élèves. En effet, les services d’intervention précoce de la Pirouette permettent aux parents de jeunes enfants de rencontrer des professionnels de la petite enfance. Il s’agit avant tout d’un soutien aux familles francophones. Ils peuvent y trouver de l’information pour des questions qu’elles se posent sur le développement de leur enfant ou sur leur comportement. Par l’intervention qu’elles pratiquent auprès des familles, que ce soit dans leurs propres locaux ou au domicile des parents (lorsque les visites à domicile sont possibles), les éducatrices sont à même de déceler d’éventuels retards d’acquisition, de développement d’un trouble du comportement (enfant trop agité ou au contraire qui ne s’intéresse à rien) ou même de signes d’autisme. Elles peuvent ensuite recommander aux parents des services spécialisés qui pourront faire un réel diagnostic et orienter les familles vers les services adaptés. Le service ÉcolesPlus (csap.ednet.ns.ca) intervient auprès des enfants d’âge scolaire. Il s’agit d’un service d’aide aux enfants, mais aussi aux parents. Il permet à tous les enfants, mais plus particulièrement aux enfants pour lesquels un trouble de santé mentale a été diagnostiqué ou qui présentent des difficultés d’apprentissage, de poursuivre leur scolarité comme les autres, tout en mettant en place un suivi personnalisé. Il s’agit aussi de mettre en place des services d’aide sociale, de santé et de santé mentale au sein des écoles. Les travailleurs communautaires au sein de ces services peuvent donc orienter les familles auprès de services dont elles pourraient avoir besoin. 16 Société canadienne de l’autisme Guide santé mentale et dépendances 9

[close]

p. 14

La santé mentale des jeunes Au Canada, environ 1,2 million de jeunes âgés de 9 à 19 ans sont aux prises avec une maladie mentale, ce qui représente environ 1 jeune sur 4 (23,4 % de ce groupe d’âge)17. Comme l’indique l’étude Risk Analytica18 de la Commission de la santé mentale du Canada, il y a un plus grand risque de maladie mentale à l’adolescence lorsqu’il y a maladie mentale durant l’enfance, de même qu’il y a un plus grand risque de maladie mentale à l’âge adulte lorsqu’il y a maladie mentale durant l’adolescence. En termes de statistiques19 : - 70 % des adultes ayant une maladie mentale ont affirmé que les 1ers signes sont apparus avant leurs 18 ans - 50 % des jeunes aux prises avec une maladie mentale ont vu les 1ers symptômes se développer avant leurs 14 ans - En 2011, 12 % des 9-19 ans étaient atteints de troubles de l’humeur ou de troubles anxieux - 4,8 % des jeunes souffrent d’un déficit de l’attention - 3,5 % des jeunes souffrent de dépression - 31 % des adolescentes ont pensé au suicide, 16 % auraient fait une tentative - 17,7 % des adolescents ont pensé au suicide, 7,1 % auraient fait une tentative - Le suicide représente 24 % des décès des 15-24 ans. Il s’agit de la 2e cause de décès après les accidents de la route. L’adolescence est une étape souvent difficile. Nous sortons de l’enfance et devons faire face aux difficultés d’une nouvelle vie que l’on découvre. Certains repères construits pendant l’enfance se modifient, les codes changent. On découvre de nouvelles façons d’être en relation avec les autres, notre corps se transforme, on se détache de nos parents pour devenir plus autonome, on se rend compte qu’ils ne sont pas aussi parfaits que l’on pensait, les professeurs semblent parfois plus exigeants, etc. Il s’agit d’une période de réajustement des croyances que l’on avait, mais sans forcément avoir toujours la maturité pour y faire face.19 Commission de la santé mentale du Canada http://mentalhealthcommission.ca/Francais/system/files/private/document/Investing_in_Mental_Health_FINAL_FRE.pdf 19 Commission de la santé mentale du Canada, La nécessité d’investir dans la santé mentale au Canada 20 www.who.int 17 18 10 Guide santé mentale et dépendances

[close]

p. 15

L’adolescence est aussi une période qui va voir l’apparition de fragilités qui pouvaient être latentes durant l’enfance. C’est au même moment que les jeunes commencent à prendre des risques, il s’agit d’une étape normale du développement. Leurs actes peuvent paraître inconsidérés, parce que n’étant pas encore matures psychologiquement, les adolescents n’ont pas toujours la capacité de se projeter dans l’avenir et donc ne voient pas toujours les conséquences de leurs actes. C’est alors aux adultes de les encadrer et les aiguiller dans les bons choix à faire.21 Consommation abusive La consommation d’alcool ou de drogues fait partie de ce comportement de prise de risques et de découverte. C’est cependant problématique lorsque cette consommation devient nécessaire pour faire face à la vie de tous les jours, comme aller à l’école, gérer son stress, aller au sport, aller rejoindre les amis quelque part, etc. Il peut faire partie de l’éducation d’apprendre à ses enfants comment consommer de l’alcool de façon convenable. Il faut savoir qu’en 2010, 66 % des élèves de 9ème et 10ème année avaient déclaré avoir déjà consommé de l’alcool. La moitié d’entre eux avait déclaré avoir consommé pour la première fois entre 12 et 14 ans. Cette même enquête révèle qu’environ 40 % de ces jeunes avaient déjà fumé du cannabis, dont 25 % au cours des 12 derniers mois.22 Notons aussi que 60 % des personnes qui consomment des drogues illicites ont entre 15 et 24 ans.23 Il est donc important d’éduquer les jeunes face aux méfaits de l’alcool et autres substances pour leur faire prendre conscience de leur danger. L’âge de la première consommation étant aux alentours des 13/14 ans, les campagnes préventives ont dû s’adapter et visent aujourd’hui les 10 ans et moins.24 La dépression Du fait des changements vécus pendant l’adolescence, les jeunes sont à risque d’être touchés par la dépression qui peut parfois être difficile à détecter par les adultes. On estime entre 5 à 10 % le taux d’adolescents qui en souffriraient. On parle de dépression, dans le sens clinique, lorsque les symptômes sont présents depuis au moins 2 semaines, de façon continue, et ont des répercussions sur le fonctionnement habituel de la personne (perte d’intérêts, tristesse continue, arrêt des activités extérieures, etc.). On sait qu’il est difficile pour un jeune d’accepter de consulter quelqu’un, mais il est aussi difficile pour les parents qui peuvent le voir comme un échec de l’éducation qu’ils ont donnée. Il faut bien souligner que ce n’est pas le cas, il s’agit d’une pathologie qui est présente à l’insu de la volonté de chacun.25 Diagnostiquer et traiter la dépression dès les premiers symptômes permettra à la maladie de ne pas prendre de proportions trop importantes dans la vie du jeune, et permettra ainsi d’éviter l’apparition de signes bien plus inquiétants de mal-être, comme peut l’être l’automutilation. Il s’agit en effet d’une façon de détourner la douleur psychologique en une douleur physique, afin de créer un sentiment de détente ou d’euphorie. L’automutilation procure un soulagement immédiat, mais elle masque des problèmes ou un mal-être bien plus profond. C’est pour cela qu’il est important de surveiller les changements brusques de comportement, une mauvaise humeur accentuée ou au contraire une bonne humeur qui peut être jugée comme déplacée, la consommation d’alcool ou de drogues, un comportement trop agressif26, etc. Il peut être difficile pour un jeune de consulter un professionnel, comme il peut être difficile pour les parents de l’accepter, le voyant comme un échec de l’éducation qu’ils ont donné. Il est important de noter que cela n’est pas le cas. Il s’agit d’un trouble de santé mentale présent à l’insu de la volonté de chacun.26 www.who.int Agence de la santé publique du Canada 23 Centre canadien de lutte contre les toxicomanie « Stratégie de prévention en toxicomanie chez les jeunes canadiens » 24 idem 25 Commission de la santé mentale du Canada, « Premiers soins en santé mentale » 26 Association canadienne pour la santé mentale, « Les jeunes et l’automutilation » 27 Children’s Hospital of Eastern Ontario et Association Canadienne pour la santé mentale 21 22 Guide santé mentale et dépendances 11

[close]

Comments

no comments yet