BT-ete2015

 

Embed or link this publication

Description

BT-ete2015

Popular Pages


p. 1

Sunset — Été 2015 CULTURE & LIFESTYLE — LILLE     AMIENS     PARIS CLOTILDE FLORET          THÉO GOSSELIN          DELIA GONZALEZ          LA PISCINE

[close]

p. 2

2 musique - arts plastiques - théâtre - danse - cirque DE MAI À OCTOBRE 2015 EN PICARDIE Découvrez le programme sur www.jardinsenscene-picardie.com © DIRCOM RÉGION PICARDIE - Artistes de la cie BAM - Photo : Ludovic Leleu / Région Picardie

[close]

p. 3

Édito Été 2015 EN COUVERTURE Clotilde Floret, ©Ludo Leleu Équipe, Irwin Leullier, Ponytail, Ilan Lacoudre Partenariat, La Lune des Pirates Solaire, ainsi avons-nous désiré ce quatrième numéro du magazine Le soleil comme la promesse d’un ailleurs. Cet ailleurs perceptible dans la grandeur des paysages, dans l’infini horizon, dans les cieux crépusculaires des Bon Temps. clichés de Théo Gosselin. Guidé par la quête d’un rêve éveillé, le photographe fixe sur la pellicule, avec déjà un soupçon de nostalgie, le bonheur et les tribulations de sa génération. Mais l’ailleurs n’est pas uniquement conditionné aux longs voyages. Palpable, il l’est aussi dans le mystère des œuvres sonores de l’Américaine Delia Gonzalez, dans l’étrangeté manifeste des œuvres picturales d’Amélie Bertrand ou des installations de Julien Nédélec. C’est leur désir d’ailleurs que nous avions envie de partager avec vous. Et ce soleil qui en filigrane rayonne sur l’ensemble des pages de ce numéro estival, du portrait de la pétillante Clotilde Floret à la littérature « made in L.A. », du Drift de Ron Mueck aux gourmets glacés de la Maison Van Den Casteele. Que l’été commence, nous sommes prêts. 3 Pascal Sanson , DIRECTEUR DE PUBLICATION

[close]

p. 4

ABONNEZ-VOUS AU 4 4 MAGAZINES — 1 AN 15 EUROS * POUR VOUS ABONNER, il suffit de remplir le coupon Nom Prénom Adresse complète ci-contre et de nous l’adresser avec votre règlement par chèque à l’ordre de  Bon Temps, à l’adresse : Bon Temps magazine, Abonnement, 29, rue Philippe-Lebon, 80000 Amiens. Un formulaire d'abonnement disponible également sur le site www.bon-temps.fr. * Frais de port. France métropolitaine uniquement. Code postal Ville E-mail Téléphone ( facultatif)

[close]

p. 5

Sommaire Été 2015 ÉDITO — 3 SOMMAIRE — 5 PORTRAIT CULTURE #1 Jessica Vaillant — 6.7 PORTRAIT CULTURE #2 Ikbal Ben Khalfallah — 8.9 EXPOSITION Rachid Boukharta au Carré noir — 11 ŒUVRE Drift de Ron Mueck — 12.13 ART #1 Amélie Bertrand — 14.17 ART #2 Théo Gosselin — 18.21 PATRIMOINE Les Hortillonnages, Art, villes et paysage — 22.25 ARTOTHÈQUE Les éphémérides de Julien Nédélec — 26.27 ARCHITECTURE La Piscine de Roubaix — 28.31 EXTÉRIEUR Bleu piscine — 32.33 LITTÉRATURE Ma vie à Los Angeles — 34.35 MUSIQUE #1 Delia Gonzalez — 36.37 MUSIQUE #2 Clotilde Floret — 38.39 PLAYLIST — 41 ATTITUDE #1 — 42.43 ATTITUDE #2 — 44.45 ÉVÉNEMENT L’art au vert, Jardins en scène — 47 AGENDA — 48.49 FOODING Le Pavé flamand — 50 5 Sunset — Été 2015 RETROUVEZ Bon temps sur www.bon-temps.fr PHOTOS COMMUNICATION & RELATION CLIENTÈLE DIRECTEUR DE LA PUBLICATION & DE LA RÉDACTION Ludo Leleu, Gaël Clariana, Mathieu Farcy SECRÉTARIAT DE RÉDACTION Dominique Julien 06 89 93 12 31 bontemps.pub@gmail.com BON TEMPS ASSOCIATION Pascal Sanson DIRECTION ARTISTIQUE & CONCEPTION GRAPHIQUE Christine Lesage IMPRESSION Wilhem Arnoldy, WAG&W MAGAZINE 29, rue Philippe-Lebon, 80000 Amiens SIRET 801 905 381 00019 PÉRIODICITÉ Trimestrielle DÉPÔT LÉGAL à parution Imprimerie Chartrez, Arras CONTACT RÉDACTION Thu Huyen Hoang, Pascal Sanson bontemps.mgmt@gmail.com La rédaction n’est pas responsable des textes, photos, illustrations et dessins qui engagent la seule responsabilité de leurs auteurs. Leur présence dans ce magazine implique leur libre publication. La reproduction, même partielle, de tous les articles, illustrations et photographies parus dans Bon Temps est interdite. Bon Temps décline toute responsabilité pour les documents remis.

[close]

p. 6

6 JESSICA VAILLANT PHOTOGRAPHE SON ENGAGEMENT DANS LE MONDE ASSOCIATIF ET POUR LA RECONNAISSANCE, À SA JUSTE VALEUR, DES CULTURES ALTERNATIVES ont fait de une silhouette familière du milieu culturel amiénois et au-delà. Fondatrice de Radio Campus Amiens, dont elle portera le projet sans relâche de 2002 à 2010, l’Amiénoise d’adoption œuvre aujourd’hui à plein temps au bon fonctionnement de cette radio libre d’esprit. Rencontres, retransmissions de concerts, proximité et soutien à la scène artistique locale sont autant d’ingrédients qui font de Radio Campus un incontournable du paysage médiatique amiénois. Retour sur cinq années de libre antenne. Jessica Vaillant Mathieu Farcy

[close]

p. 7

CIATIF ET LE MILIEU CULTUREL DIT « INDÉPENDANT OU ALTERNATIF » ? mation musicale, basée sur la découverte et l'émergence, est éclectique. VOS ÉMISSIONS OFFRENT UNE PLACE DE CHOIX À LA SCÈNE LOCALE. QUELLES AUTRES ACTIONS AVEZVOUS MIS EN PLACE POUR LA SOUTENIR? Quand je suis arrivée à Amiens, j'ai rapidement fréquenté le milieu alternatif. Il s’y passait beaucoup de choses. J'ai découvert des groupes, je me suis ouverte à des styles musicaux que je connaissais tistiques. L'alternatif offre l’accès à des événements pour quelques euros. Ça vaut le coup de se laisser peu, mais aussi à d'autres formes d'expressions ar- Notre programmation musicale comporte plus de 10% d'artistes locaux ; nous sommes partenaires de festivals et structures qui mettent la création surprendre ! Quant à ma première expérience asso- locale au cœur de leur activité. Nous essayons de ciative, c'était aux Rencontres d'ensemble de vio- retransmettre un maximum de concerts à l'antenne. loncelles de Beauvais. Ça ne fait pas très alternatif mais j'ai beaucoup appris de cette expérience. J'ai nements culturels. Quitte à se rendre à un concert, autant faire partie de l'association et apporter son aide pour le suivant ? Le monde associatif te permet de participer à tout ça. Et en devenant acteur de ce milieu, ces événements continuent d'exister. DE SA CONCEPTION À SA CONCRÉTISATION TU AS PORTÉ LE PROJET D’UNE RADIO ÉTUDIANTE PRÉSENTE SUR L’AGGLOMÉRATION AMIÉNOISE. POURQUOI VOULOIR RELEVER CE DÉFI ? PRÉCAIRES, VOS LOCAUX NE PEUVENT PLUS ACCUEILLIR LA RADIO. Y-A-T-IL EU DES ÉVOLUTIONS À CE SUJET ? Par le biais de Radio Campus France, deux fois par an, nous diffusons sur l'ensemble des radios du proposons un plateau dans le cadre de la Fête de la Musique d’Amiens. Nous avons décidé de laisser carte blanche à l'équipe de l'Accueil froid pour la programmation cette année. Le lieu Accueil froid est fermé depuis deux ans. Pour les mordus de musiques alternatives, cette salle était un repère dédié à la découverte. ensuite souhaité m'investir dans l'organisation d'évé- réseau l'actualité de notre scène. Tous les ans, nous Il y a eu plusieurs raisons. La première était que je ne me reconnaissais pas dans la programmation pendantes et alternatives n'y sont pas représentées. Les acteurs de la scène alternative méritent d'être soutenus et entendus par le plus grand nombre. La seconde raison était que j'entendais souvent les étudiants dire qu'il ne se passait pas grand-chose à Amiens, alors que j'assistais à plusieurs concerts par semaine. Du coup, monter un projet de radio afin de mettre nos découvertes, les informer par un autre biais de communication et susciter leur curiosité ! COMMENT DÉFINIRAIS-TU RADIO CAMPUS AMIENS ? Nous avons travaillé sur plusieurs projets en vain. de concret n’est à annoncer. Idéalement, il nous faudrait plus de 100  m2 qui nous permettraient d'avoir studios, salle de rédaction, bureaux, lieu de stockage. Ce n'est pas évident... QUELS SONT LES PROCHAINS DÉFIS À RELEVER, LES PROCHAINES ÉCHÉANCES POUR LA RADIO ? musicale des médias traditionnels. Les scènes indé- Nous tentons d'autres pistes. Pour le moment, rien sensibiliser les gens semblait pertinent ; leur trans- Un nouvel emploi, un nouveau local et la pérennisation des financements de notre structure pour lui permettre de continuer son bon développement. — RADIO CAMPUS AMIENS Nous cherchons à promouvoir la diversité culturelle, valoriser le dynamisme associatif, à mettre en avant la création, à faire de l'information étudiante et Écoutez sur 107.7 FM SITE INTERNET www.radiocampusamiens.com Été 2015 D’OÙ VIENT TON INTÉRÊT POUR LE MONDE ASSO- citoyenne, et de l'éducation média. Notre program- Portrait Culture #1 7

[close]

p. 8

8 IKBAL BEN KHALFALLAH PHOTOGRAPHE C’EST À LA TÊTE DES THÉÂTRES DE CHARLEVILLEMÉZIÈRES, SAINT-QUENTIN, ENTRE AUTRES, qu’ rience avant d’être nommé à la direction du Safran d’Amiens. De sa rencontre avec le théâtre à l’adolescence, ce passionné de sport et d’histoire garde un souvenir fort, mais pas déterminant. Des années plus tard, c’est en homme de culture, investi par sa mission de service public, qu’il lève le voile sur la saison 2015/16 du Safran, reflet des changements amorcés par cette scène conventionnée. Une saison qu’il souhaite humaniste, pluridisciplinaire, populaire, ouverte sur les arts numériques, la marionnette, le cirque contemporain, la danse… Rencontre. Ben Khalfallah s’est forgé une sérieuse expé- Ikbal Mathieu Farcy

[close]

p. 9

GNEMENT, UNE CARRIÈRE DE SPORTIF PROFESSIONNEL, VOTRE PARCOURS EST PLUTÔT ATYPIQUE POUR UN HOMME DE CULTURE ? tachement et ne nous pardonneraient pas d'être en déphasage avec le monde et ce quartier. Un travail de rencontre et d'échanges assez important avec de nombreuses structures de quartiers — loin d'être fini d'ailleurs — a été réalisé pour comprendre, sentir, Parce que ce quartier de 32 000 habitants regorge de talents et d’associations dynamiques. QUELLES SONT LES NOUVELLES ORIENTATIONS EN MATIÈRE DE PROGRAMMATION ? Il n'y a pas de parcours obligé ni balisé pour diriger un établissement culturel. On peut y arriver par ture, les rencontres et opportunités… Ça surprend souvent qu'un sportif travaille dans la culture parce que dans l'imaginaire collectif du plus grand monde, on le réduit à son « soi-disant » seul champ de compétences. QUELS ENSEIGNEMENTS TIREZ-VOUS DE VOS PRÉCÉDENTES EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES ? les études, la formation, l’évolution dans sa struc- expliquer et réfléchir à des actions communes. La programmation volontairement éclectique sera pluridisciplinaire et transdisciplinaire. Avec des expositions et des spectacles exigeants et popucréer des passerelles entre les esthétiques des arts tion, « l'assurance » et le coup de cœur. Pluridisciplinarité et ouverture sur la création internationale, « l’Ailleurs », dans une ambition de recherche du pluralisme culturel et du dialogue entre les cultures, induite et renforcée aussi par l'implantation spéciQUELLES SONT LES SPÉCIFITÉS ET LA PLACE DU SAFRAN DANS LE PAYSAGE CULTUREL AMIÉNOIS ? La diversité des expériences vous enrichit tou- laires, au sens noble du terme, avec une volonté de jours grâce aux nombreuses rencontres humaines La culture n'est pas toujours une évidence même chez des convaincus. Il est donc préférable d’avoir des convictions certaines sur le sens de nos missions de service public, beaucoup d’énergie et oser. et artistiques, la découverte d’autres territoires… de la scène : favoriser l'émergence, mêler l'innova- fique du Safran sur son territoire. LA TRANSDISCIPLINARITÉ APPARAÎT COMME CEN- Le Safran est un équipement de proximité, complé- mentaire des autres structures du territoire. Il parti- TRALE DANS LA PROGRAMMATION. POURQUOI ? cipe du rayonnement de la Métropole par la spéci- Aujourd’hui, de nombreux artistes partent du monde ficité de ses actions et de sa programmation. Un rôle de tremplin pour certains avant d'aller fréquenter rel passé en quelques années au statut de scène conventionnée. Il faut donc allier l'exigence dans les programmations arts plastiques et spectacles, soutenir la création... et en même temps embarquer les publics dans cette aventure, ne pas donner cette impression d'un lieu fermé et excluant. LA RELATION ENTRE LA STRUCTURE, LE QUARTIER ET SES HABITANTS EST INSCRITE DANS L’ADN DU SAFRAN. COMMENT AVEZ-VOUS ABORDÉ CE SUJET ? QUE PEUT-ON VOUS SOUHAITER POUR LA SUITE ? pour créer en exploitant de nombreuses disciplines et faire un spectacle de notre époque, décloisonné, se retrouver le cirque, la danse, le théâtre, la musique, la marionnette, les arts visuels… Cette mixité permet aussi à chaque spectateur de se reconnaître dans les œuvres. les autres salles. C'est un ancien centre socio-cultu- ouvert aux autres formes, aux influences, où peuvent Une belle saison 2015/16 ! — LE SAFRAN 3, rue Georges-Guynemer, Amiens RENSEIGNEMENTS & RÉSERVATIONS La relation d'une structure avec son territoire et ses habitants est une évidence. Plus encore au Safran, 03 22 69 66 00 / www.amiens.fr/safran Été 2015 DES ÉTUDES D’HISTOIRE TOURNÉES VERS L’ENSEI- pour lequel les habitants éprouvent un véritable at- Portrait Culture #2 9

[close]

p. 10

10 Photo : Guillaume Crochez / Région Picardie

[close]

p. 11

Exposition Été 2015 11 © Rachid Boukharta LE TEMPS D’UNE EXPOSITION, le Carré noir, espace art contemporain du Safran, revient sur l’art « mouvant » de entre l’ornementation florale et le fauvisme selon Rachid Boukharta. Subtile alliance Le Safran — Matisse, la peinture de cet artiste amiénois, fusionne culture européenne et maghrébine. Une œuvre lyrique, graphique, d’une grande dextérité, à découvrir. — Du 05 juin au 14 juillet 2015. 3, rue Georges-Guynemer, Amiens RENSEIGNEMENTS & RÉSERVATIONS 03 22 69 66 00 / www.amiens.fr/safran

[close]

p. 12

RON MUECK « Drift », sculpture murale, matériaux divers, collection privée, © Ron Mueck, 2009 — www.fondation.cartier.com 12

[close]

p. 13

Oeuvre © Courtesy Anthony d’Offay, Londres et Hauser & Wirth, Fondation Cartier pour l’art contemporain 13 Été 2015

[close]

p. 14

14

[close]

p. 15

Art #1 Été 2015 AMÉLIE BERTRAND AUTEUR Pascal Sanson PHOTOGRAPHE Renaud Monfourny 15 PRIX SCIENCES-PO 2015, SÉLECTION FIAC 2014, œuvres QUELLE PERCEPTION AVAIS-TU DE L’ART DURANT dans les collections du Fonds national d’Art contem- TON ADOLESCENCE ? porain, du FRAC Limousin, conférence au Collège de France… Depuis 2009, le travail d’ suscite l’intérêt du monde de l’art, conscient d’une certaine façon, que les œuvres de la jeune artiste, diplômée des Beaux-Arts de Marseille, participent au renouveau de la peinture. Nul doute en effet. sons de couleurs et formes iconographiques, Amélie quable maîtrise de la peinture à l’huile, la notion de paysage. Avant son exposition personnelle, prévue en octobre à la galerie Semiose, l’artiste revient pour pirations, sur l’acte de peindre. QUELLES ONT ÉTÉ TES PREMIÈRES SOURCES D’INSPIRATION ? L’ARCHITECTURE ? LA RENAISSANCE ? Je viens d’une famille qui a une forte curiosité pour toutes formes d’art, proche de la pédagogie Freinet. Ça peignait, dessinait des BD et écoutait beaucoup de musique. Vu l’orientation proposée au lycée, j’avais l’impression de faire mes choix par élimination. Si tu peux t’éclater avec une option art, tu des cours d’histoire de l’art. J’ai découvert Giotto et Amélie Bertrand Derrière les synthétiques et distanciées combinai- prends ! J’ai commencé à peindre à 16 ans. Je suivais Bertrand interroge et réinvente, avec une remar- Piero Della Francesca. Les Italiens m’ont piquée. Bon Temps sur la réception de son œuvre, sur ses ins- Oui, mais j’ai tout d’abord commencé par me fier au modèle, à pouvoir retranscrire de manière réaliste

[close]

Comments

no comments yet